WRC, Kalle Rovanperä solide leader à l’Acropole samedi (video)

Posted by

Le Finlandais Kalle Rovanperä a poursuivi ses débuts remarquables à l’EKO Acropolis Rally Greece en se construisant une avance de près d’une demi-minute d’avance samedi.

Kalle Rovanpera (FIN) and Jonne Halttunen (FIN) of team Toyota Gazoo Racing, P1. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC), qui a remporté sa première victoire en Championnat du Monde FIA des Rallyes il y a deux mois en Estonie, est en bonne voie pour doubler la mise avec sa superbe prestation sur les routes rocailleuses dans les montagnes du cœur de la Grèce.

Après une première étape passionnante vendredi, Kalle Rovanperä, Ott Tänak (Hyundai i20 WRC) et Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) se tenaient en 3 »9. Le jeune pilote finlandais se montrait toutefois le plus rapide sur quatre des six spéciales du samedi dans les montagnes de Fthiotida au sud de Lamia pour se construire une avance de près de quarante secondes.

Sebastien Ogier (FRA) and Julien Ingrassia (FRA) of team Toyota Gazoo Racing, P3. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

S’il gérait davantage son rythme dans les deux spéciales répétées cet après-midi, où la surface était plus rugueuse par endroits et douce à d’autres, Kalle Rovanperä terminait la plus longue journée de cette neuvième épreuve du calendrier avec 30 »8 d’avance sur ses deux poursuivants.

Dani Sordo (ESP) and Candido Carrera (ESP) of team Hyundai Shell Mobis, P4. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Pour son premier Rallye de l’Acropole, Kalle Rovanperä pouvait toutefois s’estimer chanceux après avoir vu l’arrière de sa voiture glisser dans un fossé ce matin dans la spéciale de Bauxites.

« C’était une grosse chaleur et j’attaquais un peu trop », confiait-il. « Nous avons perdu un peu de traction après nos modifications sur les réglages pour protéger la voiture dans les sections difficiles de l’après-midi, mais nous sommes restés sages et nous n’avons rien fait de stupide. Le rallye est encore long. »

 

Derrière lui, Ott Tänak distançait Sébastien Ogier avec le deuxième meilleur temps dans les trois premiers tests du jour avant de subir le retour de son adversaire français. L’écart chutait à 2 »5, mais des changements de réglages associés à des pneus Pirelli plus tendres lui permettaient de le reléguer à 9 »4.

Ott Tanak (EST) and Martin Jarveoja (EST) of team Hyundai Shell Mobis, Ott Tänak résiste à Sébastien Ogier, P2. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Sébastien Ogier restait toutefois satisfait de sa position. Si ses plus proches rivaux pour le titre, Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) et Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), continuaient de remonter dans la hiérarchie après leurs soucis de la veille, le tenant du titre sait qu’un podium renforcerait son avance en tête du championnat.

Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) était esseulé au quatrième rang. L’Espagnol avait d’abord du mal à trouver des réglages le mettant à l’aise, mais sa journée sans erreur le plaçait à près d’une minute et demie de Sébastien Ogier et plus d’une minute devant Adrien Fourmaux (Ford Fiesta WRC). Le Français perdait du temps dans un incident avec une barrière en bord de route, mais il conservait l’avantage sur son équipier Gus Greensmith, qui lâchait quelques secondes dans un tête-à-queue. L’écart entre les deux hommes s’élevait à 15 »8 en fin de journée.

Elfyn Evans remontait de la seizième à la septième place après ses problèmes de transmission vendredi. Le Gallois précédait le leader du WRC2, Marco Bulacia (Skoda Fabia Rally2), qui reprenait le dessus sur son équipier Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2) pour 8/10e de seconde dans la dernière spéciale du jour.

Adrien Fourmaux mène le contingent M-Sport Ford en cinquième position

Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) regagnait aussi du terrain après ses soucis de direction assistée en revenant dans le top dix.

Thierry Neuville (BEL) and Martijn Wydaeghe (BEL) of team Hyundai Shell Mobis, P10. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Les classements ici

 

 

 

Dimanche, l’étape décisive du rallye totalisera 69,25 km chronométrés à l’ouest de Lamia. Deux passages dans l’emblématique spéciale de Tarzan encadreront Pyrgos, la plus longue spéciale du rallye. La répétition de Tarzan formera la Wolf Power Stage avec des points bonus en jeu tant chez les pilotes que les constructeurs.

WRC2, Bulacia d’un souffle devant Mikkelsen

Le Bolivien Marco Bulacia mène la catégorie WRC2 pour un écart infime face à son équipier au sein de l’équipe Toksport WRT avant la dernière étape de l’EKO Acropolis Rally Greece.

Wilkinson Bulacia (BOL) and Marcelo Ohannesian (BOL) of team Skoda evo Toksport, P1. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Marco Bulacia (Škoda Fabia Rally2) avait imposé son rythme la majeure partie du vendredi et abordait la deuxième étape avec 5 »4 d’avance sur son équipier Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia Rally2).

Le Bolivien réalisait toutefois une mauvaise opération en lâchant 17 »4 dans la première spéciale du jour face au pilote norvégien. Les deux pilotes Toksport WRT se rendaient ensuite coup sur coup tout au long de la matinée, mais Marco Bulacia passait la vitesse supérieure après le passage à l’assistance.

Andreas Mikkelsen (NOR) and Elliott Edmondson (GB) of team Skoda evo Toksport, Andreas Mikkelsen cédait la tête dans la dernière spéciale du jour Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Son meilleur temps dans Eleftherohori lui permettait de reprendre les commandes dans la dernière spéciale du jour pour seulement huit dixièmes de seconde.

« Je prenais beaucoup de plaisir en étant à l’attaque », déclarait Marco Bulacia. « Ce sera encore long demain. La boucle du matin sera la plus longue du rallye, donc il reste beaucoup de kilomètres à faire. »

Leader du championnat, Andreas Mikkelsen admettait jouer la sûreté tout en faisant allusion au fait d’avoir de meilleures options pneumatiques en vue de l’étape décisive.

« Je ne veux pas prendre plus de risques, car nous devons aussi penser au championnat », affirmait le Norvégien. « Nous devrions avoir de bons pneus demain… »

Nikolay Gryazin (Ford Fiesta Rally2) connaissait une journée tranquille pour consolider sa troisième place à 3’14 »5 d’Andreas Mikkelsen.

Georg Linnamäe (Skoda Fabia Rally2) pointait à 1’11 »4 du podium provisoire tandis que Martin Prokop (Ford Fiesta Rally2) devançait Sean Johnston (Citroën C3 Rally2) dans l’ES9 pour retrouver le parc d’assistance avec 19 »2 d’avance sur son rival.

Mads ostberg (NOR) and Torstein Eriksen (NOR) of team Citroen Rally2, P Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Mads Østberg (Citroën C3 Rally2) et Oliver Solberg (Hyundai i20 N Rally2) reprenaient la route après leurs abandons du vendredi. Les deux hommes remportaient des spéciales, mais leur malchance se poursuivait puisque le Norvégien était arrêté par des problèmes techniques avant la dernière spéciale tandis que le Suédois percutait une pierre dans Bauxites.

 

WRC3, Rossel inverse la tendance

Le Français Yohan Rossel a fait un retour spectaculaire en tête du WRC3 samedi soir à l’EKO Acropolis Rally Greece.

Yohan Rossel (FRA) and Alexandre Coria (FRA) of team Citroen, P1. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Après avoir terminé la première journée complète à près d’une demi-minute des leaders, le podium semblait devenir l’objectif principal de Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2), mais le Français reprenait 20 »2 à Chris Ingram (Skoda Fabia Rally2) dans la Gravia, la deuxième spéciale du samedi, avant d’en gagner 14 »3 de plus dans le test suivant pour se porter en tête.

Avec deux autres meilleurs temps dans l’après-midi, Yohan Rossel reléguait ses concurrents à 19 »1 et il sait qu’une victoire dimanche pourrait lui permettre de faire un grand pas vers le titre. Il compte actuellement quarante-cinq points d’avance en tête du WRC3.

« C’est juste parfait », déclarait le pilote âgé de vingt-six ans. « J’ai travaillé sur les réglages après hier et c’était un peu mieux, mais demain est une longue journée et nous devons rester concentrés. »

Chris Ingram a chuté de la première à la troisième place

En parallèle, Chris Ingram se retrouvait à batailler avec Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia Rally2), qui lui ravissait la deuxième place en signant le meilleur temps dans Eleftherohori en fin de journée. Le Polonais s’offrait par la même occasion une avance de 15 »4 sur son rival britannique.

Toujours quatrième, Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) affichait un rythme digne de défier les trois hommes de tête, mais la casse d’un arbre de direction avant la dernière spéciale et une pénalité d’une minute et quarante secondes après s’être arrêté pour le réparer le reléguait à 1’55 »8 de Chris Ingram.

Le Grec Giorgos Kehagias (Skoda Fabia Rally2) complétait le top cinq avec 2’50 »3 d’avance sur son compatriote Vassileios Velanis (Skoda Fabia Rally2).

Fabrizio Zaldivar (Skoda Fabia Rally2) devait abandonner, trahi par sa suspension dans Gravia alors qu’il occupait la quatrième place. Miguel Díaz-Aboitiz et Panagiotis Hatzitsopanis renonçaient également sur des problèmes mécaniques dans la même spéciale.

 

Communiqué WRC

Crédits vidéo – WRC YouTube

English Information

DOMINANT ROVANPERÄ BUILDS STRONG ACROPOLIS ADVANTAGE

Kalle Rovanperä charged into a half-minute lead after a remarkable debut display at EKO Acropolis Rally Greece on Saturday.

The 20-year-old, who scored his maiden FIA World Rally Championship victory in Estonia two months ago, was on course for his second after a blistering turn of speed on rocky mountain roads in central Greece.

Friday’s enthralling opening leg left Rovanperä, Ott Tänak and Sébastien Ogier blanketed by 3.9sec overnight. But the Finn won the first four of today’s six speed tests in the Fthiotida mountains south of Lamia to build a lead of almost 40sec in his Toyota Yaris.

He eased his pace slightly in this afternoon’s two repeat stages, in which the surface was rougher in places and polished in others, to end the longest day of this ninth round with a 30.8sec advantage over a duelling Tänak and Ogier.

Rovanperä, competing in Greece for the first time, was fortunate to escape when the rear of his Yaris slid into a ditch in the morning’s Bauxites stage.

“It was a huge moment, I was pushing a bit too much,” he smiled. “When we made some set-up changes to gain some protection in the afternoon’s rough sections we lost a little bit of traction. But we were wise and not doing anything stupid, it’s still a long way to the end of the rally.”

Tänak distanced Ogier with second fastest time in each of the first three tests, but slipped back into the Frenchman’s clutches with a lacklustre drive in the next.

The margin plunged to 2.5sec but set-up changes allied with softer compound Pirelli tyres enabled the Estonian to widen the gap to 9.4sec in his Hyundai i20.

Ogier was unconcerned. With nearest title rivals Elfyn Evans and Thierry Neuville still climbing the order after problems yesterday, the reigning champion knows a podium in his Yaris would further enhance his 38-point lead.

Dani Sordo was a lonely fourth in an i20. The Spaniard struggled to find a set-up with which he was comfortable and an error-free day placed him almost 90sec adrift of Ogier and nearly 70sec ahead of Adrien Fourmaux’s Ford Fiesta.

Fourmaux dropped time after nosing into a roadside barrier but the Frenchman stayed ahead of team-mate Gus Greensmith, who conceded a handful of seconds with a spin. The margin between the M-Sport Ford duo was 15.8sec.

Evans climbed from 16th to seventh in his Yaris after yesterday’s transmission troubles. The Welshman headed WRC2 leader Marco Bulacia, who overhauled Skoda Fabia team-mate Andreas Mikkelsen in the closing stage. They were separated by eight-tenths.

Neuville regained ground after yesterday’s power steering problems, climbing to 10th in his i20.

Sunday’s finale totals 69.25km west of Lamia. A double run through the legendary Tarzan sandwiches a single pass of Pyrgos, the longest test of the rally. The second run of Tarzan forms the Wolf Power Stage, with bonus points on offer in the drivers’ and manufacturers’ series.

WRC2 : BULACIA ON TOP IN TIGHT TOKSPORT TUSSLE

Marco Bulacia led the WRC2 category by the slenderest of margins on Saturday night at EKO Acropolis Rally Greece.

Bulacia, driving a Škoda Fabia Rally2 for Toksport, had set the pace for most of Friday and started Saturday’s leg 5.4sec in front of team-mate Andreas Mikkelsen.

However, the Bolivian was caught napping on the opening test and slipped behind Mikkelsen after dropping 17.4sec.

There was little to split the pair over the remainder of the morning loop, but Bulacia fought back after the Lamia service to set the pace once again.

A stage win at the final blast through Eleftherohori moved him back in front and he ended with just 0.8sec in hand.

“I was enjoying a lot and we were pushing,” said Bulacia. “Tomorrow is still a long day. The morning loop is the longest of the rally, so there is still a lot of kilometres to do.”

Championship leader Mikkelsen admitted to not wanting to take chances, but alluded to having a better tyre package heading into the last day.

“I don’t want to risk more than this because we have a championship to think about as well. We should have good tyres for tomorrow,” said the Norwegian.

Nikolay Gryazin had an enjoyable day at the wheel of an M-Sport Ford Fiesta Rally2 and there were plenty of giggles inside the car as he slid through the corners. He trailed Mikkelsen by 3min 14.5sec at close of play.

Fabia youngster Georg Linnamäe was another 1min 11.4sec back in fourth, whilst Martin Prokop leapfrogged Sean Johnston in SS9 to complete the top five in a Fiesta. His advantage over the Citroën C3 Rally2 driver was just 19.2sec.

Mads Østberg and Oliver Solberg restarted after retiring on Friday. Both drivers picked up stage wins, but their bad luck continued. Solberg retired his Hyundai i20 N Rally2 after hitting a rock face in Bauxites, whilst mechanical issues ruled out Østberg’s C3 before the final stage.

WRC3 : ROSSEL TURNS TABLES AFTER SUPER SATURDAY

Flying Frenchman Yohan Rossel made a stunning comeback to lead WRC3 on Saturday night at EKO Acropolis Rally Greece.

Having ended the first full day almost half a minute back from the leaders, it looked as if a podium would become the target for Rossel.

But the Citroën C3 Rally2 pilot snatched a whopping 20.2sec back from early leader Chris Ingram on Saturday’s second stage at Gravia before going another 14.3sec quicker on the very next test to move ahead with a splendid turn of pace.

Rossel claimed two more stage wins in the afternoon and extended his advantage to a healthy 19.1sec at the end.

The 26-year-old currently leads the championship by 45 points and a win on Sunday would prove pivotal in his title campaign.

“It’s just perfect. I worked on the settings after yesterday and it’s a little bit better, but tomorrow is a long day and we need to focus,”  he said.

After slipping behind Rossel, Škoda Fabia Rally2 youngster Ingram found himself scrapping with Kajetan Kajetanowicz, who was driving a similar car.

Ingram surrendered the position when Kajetanowicz punched in a stage win on the final Eleftherohori blast and he finished 15.4sec behind the Pole in third.

Emil Lindholm was fourth in another Fabia. The Finn had the pace to challenge the top three, but broke a steering arm on the way to the last stage and picked up a 1min40sec time penalty after stopping to repair it. He trailed Ingram by 1min 55.8sec at close of play. 

Home hero Giorgos Kehagias was 6min 54.1sec back in fifth, followed by fellow countryman Vassileios Velanis another 2min 50.3sec behind. Both were driving Škoda cars.

Fabrizio Zaldivar retired from fourth after damaging his Fabia’s suspension at Gravia. Miguel Díaz-Aboitiz and Panagiotis Hatzitsopanis also stopped with mechanical issues during the same stage.