19 mai 2024

WRC, Kalle Rovanperä aux commandes après un vendredi aux allures de thriller au Portugal devant Ogier, vendredi

Le Finlandais Kalle Rovanperä a surmonté un vendredi riche en difficulté pour prendre la tête dans la course à la victoire au Vodafone Rally de Portugal.

Au terme d’une journée marquée par cinq vainqueurs de spéciales différents, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) comptait une seconde d’avance sur Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1). La lutte était toutefois si disputée en ce début de cinquième manche du Championnat du Monde FIA des Rallyes que les quatre premiers équipages se tenaient en seulement 5’’4.

D’abord cinquième après une première spéciale mitigée, le Finlandais gagnait en confiance malgré un sous-virage excessif pour se placer dans le trio de tête sur les sept spéciales suivantes. Il s’emparait des commandes en prenant l’ascendant sur Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) dans le deuxième test de l’après-midi à Lousã avant de se montrer le plus véloce dans l’avant-dernière secteur chronométré à Arganil. Cependant, l’offensive de Sébastien Ogier dans Mortágua permettait au pilote français de réduire l’écart et de faire monter la pression.

#69, Kalle Rovenperä, Toyota, P1. pht. Jaanus Ree

« C’était une belle bataille tout au long de la journée », admettait Kalle Rovanperä. « Je n’ai pas pu faire grand-chose de plus dans la dernière spéciale comme mes pneus étaient en très mauvais état à l’arrière. Il fallait tout simplement survivre. La bataille n’est amusante que si vous gagnez, donc attendons la suite ! »

La gestion des pneumatiques jouait un rôle crucial ce vendredi. Les gommes tendres proposées par Pirelli étaient privilégiées pour les surfaces sablonneuses de la matinée avant que les pneus durs n’entrent en scène dans l’après-midi pour le deuxième tour plus cassant et plus chaud dans les spéciales.

#17, Sébastien Ogier, Toyota, P2. pht. Jaanus Ree

L’attaque de Sébastien Ogier lui permettait de passer de la quatrième à la deuxième place du classement général. Le Français aurait même pu prétendre à la première position sans une panne de radio dans l’ES5 et une perte de puissance hybride dans l’ES8.

#8, Ott Tânak, Hyundai, P4. pht. WRC

En parallèle, Takamoto Katsuta tenait sa promesse d’attaquer d’entrée de jeu en signant le scratch dans Mortágua 1, puis en se classant dans les trois premiers dans les deux passages d’Arganil. Le Japonais complétait un triplé provisoire pour Toyota en accusant 3’’7 de retard sur Sébastien Ogier. Ott Tänak  (Hyundai i20 N Rally1) le suivait toutefois de près, à sept dixièmes de seconde seulement, malgré des sensations « peu agréables ».

Si Toyota connaissait un vendredi plutôt réussi, l’ombre au tableau venait d’Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1), dont le copilote Scott Martin avait recours à son téléphone portable pour accéder à une copie numérique de ses notes après avoir égaré son carnet avant l’ES7. Leurs frustrations étaient aggravées par une crevaison dans la même spéciale, leur coûtant près d’une minute.

Ces péripéties représentaient une véritable aubaine pour le leader du championnat, Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1), qui comptait six points d’avance sur Elfyn Evans au départ.

Malgré le défi d’ouvrir la route et de tracer une trajectoire plus propre et plus rapide pour ses adversaires, le Belge parvenait à rester au contact des leaders et retrouvait le parc d’assistance de Matosinhos au sixième rang, deux dixièmes seulement derrière son équipier Dani Sordo (Hyundai i20 N Rally1). Ce dernier perdait la puissance hybride dans l’ES5, mais soulignait son retour en mondial par trois scratches en huit spéciales.

Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) devançait Elfyn Evans dans un top dix complété par Grégoire Munster (M-Sport Ford Puma Rally1) et Oliver Solberg (Skoda Fabia RS Rally2), leader du WRC2.

Le classement ici

Samedi, l’étape la plus longue du rallye attend les concurrents avec 145 km chronométrés, répartis en deux boucles de quatre spéciales avant la super-spéciale de Lousada en fin de journée.

Communiqué WRC