WRC, Espagne vendredi, Loeb en tête, la catastrophe pour Ogier

Posted by

Le nonuple Champion du Monde Sébastien Loeb a pris la tête du Rallyracc Catalunya, Rally de Espana à la fin d’une première étape ayant vu Ott Tänak faire un pas de géant vers son premier titre.

Sébastien Loeb, le pilote affichant le plus beau palmarès du Championnat du Monde FIA des Rallyes, est remonté de la troisième à la première place dans la dernière spéciale sur terre pour emmener un triplé Hyundai au terme de la première étape. Le Français compte 1 »7 d’avance sur Thierry Neuville, lui-même 5 »9 devant Dani Sordo.

Sebastien Loeb, Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Leader du championnat, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) est cinquième, mais ses chances d’être titré ont fortement augmenté lorsque son plus proche rival, Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC), a concédé près de quatre minutes par la faute d’un conduit hydraulique s’étant détaché et le privant de direction assistée.

Ott Tanak, Martin Jarveoja, Toyota Gazoo Racing, se dirigent t’ils vers le titre ? Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Sébastien Ogier était d’ailleurs le premier leader avant ses ennuis. Seul autre pilote en mesure de coiffer la couronne cette saison, Thierry Neuville l’a alors relayé en tête avant d’être dépassé par Dani Sordo, leader pendant trois des six spéciales du jour, puis enfin Sébastien Loeb au tout dernier moment.

« J’ai attaqué vraiment à la limite dans la dernière spéciale », a confié le quadragénaire après ses trois scratches l’après-midi pour devenir le quatrième homme à pointer en tête ce vendredi alors qu’il n’était que sixième à mi-journée. « L’adhérence était très bonne et j’ai poussé très fort du départ jusqu’au dernier mètre. C’est incroyable d’avoir les trois voitures devant. Nous n’y croyions pas ce matin et je ne pensais pas que je mènerais les débats. »

Malgré un manque de visibilité dans la lumière rasante en fin d’après-midi, Thierry Neuville n’a pas commis d’erreur et le Belge sait qu’il doit s’imposer ce week-end pour espérer priver Ott Tänak du titre.

Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Thierry Neuville a connu une journée linéaire pour occuper la deuxième place.

Dani Sordo devançait Thierry Neuville pour près de cinq secondes avant la dernière spéciale du jour, mais l’Espagnol ne parvenait à expliquer son déficit de vingt secondes face à Sébastien Loeb dans celle-ci tout en glissant au troisième rang.En dépit d’une grosse frayeur le matin quand une bosse l’a envoyé sur deux roues, Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) est quatrième à 5 »4 de Dani Sordo et 8 »7 devant Ott Tänak, qui peut s’adjuger le championnat dès ce week-end.

Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC) a progressé au fil de la journée pour ravir la sixième place dans la dernière spéciale aux dépens d’Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC), victime d’un problème moteur. Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), Takamoto Katsuta (Toyota Yaris WRC) et le leader du WRC 2 Pro Mads Østberg (Citroën C3 R5) les suivent.

Sebastien Ogier, Julien Ingrassia, Citroen Total. Pht.Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Sébastien Ogier occupe la dix-septième place avec des ampoules aux mains après deux spéciales sans direction assistée ce matin. Des réparations ont été effectuées à l’assistance de mi-journée, mais il faudrait désormais un miracle pour que le Français remporte une septième couronne consécutive.

Le vendredi a d’ailleurs été bien décevant pour Citroën Racing puisque le Finlandais Esapekka Lappi a dû renoncer sur un problème moteur.

Malgré une assistance plus longue que d’habitude ce soir, les mécaniciens se sont battus contre la montre pour faire passer les voitures d’une configuration terre à asphalte. Deux boucles de trois spéciales attendent les concurrents samedi avant une brève confrontation sur le front de mer de Salou. Les sept spéciales totaliseront 121,72 kilomètres.

RÉACTIONS DE…

Pierre Budar, Directeur de Citroën Racing

 » C’est une journée forcément difficile à encaisser pour nous, après tous les efforts déployés par les membres de l’équipe pour arriver dans les meilleures dispositions possibles. La partie, bien que compromise, n’est pas encore complètement perdue au championnat pour Sébastien et Julien, et si nous tirerons évidemment les enseignements de cette journée au moment opportun, nous restons pour l’heure soudés et mobilisés dans la difficulté. « 

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT

Sebastien Ogier, Julien Ingrassia, Citroen Total. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

 » J’ai perdu l’usage de la direction assistée quasiment dès le départ de l’ES2, puis le passage des vitesses et le différentiel central. J’ai fini avec des ampoules aux mains tant c’est mission impossible de conduire ces voitures sans assistance de direction. C’est forcément dommage car l’intention était là, le choix de pneus concluant, et le premier temps avait confirmé nos bonnes sensations. Ce soir, la déception prédomine mais nous restons évidemment des professionnels, nous avons toujours été du style à ne rien lâcher et nous ferons les comptes au terme du rallye. « 

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT

 » Je suis déçu de cette fin prématurée, d’autant que j’avais réalisé jusqu’à-là une journée plutôt constante et solide en termes de vitesse. Les écarts étaient faibles et la bagarre s’annonçait belle, car je me sentais à l’aise au volant de ma C3 WRC. J’ai maintenant hâte d’être en Australie pour finir la saison de la meilleure façon possible. « 

WRC 2 Pierre-Louis Loubet mène les débats

Pierre-Louis Loubet a fait un nouveau pas vers le titre en WRC 2 en prenant une courte tête d’avance dans la catégorie vendredi soir au Rallye d’Espagne.

Leader du classement général, Pierre-Louis Loubet (Skoda Fabia R5 evo) a capitalisé sur les malheurs du local Nil Solans (Volkswagen Polo GTI R5) pour terminer une première étape assez exigeante sur terre avec 1 »5 d’avance.

Pierre Louis Loubet. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

L’Espagnol avait d’abord donné le ton sur ses terres avec le meilleur temps dans les deux premiers secteurs chronométrés, mais une double crevaison dans La Fatarella-Vilalba lui a coûté plus de huit minutes.

Le Niçois Éric Camilli (Citroën C3 R5) est sur les talons de Pierre-Louis Loubet après avoir parcouru les six spéciales sans rencontrer de problème et signé deux scratches.

Ole-Christian Veiby (Volkswagen Polo GTI R5) a été le plus rapide lors du premier passage dans La Fatarella-Vilalba. Le Norvégien a conclu la journée en troisième position à 22 »5 du leader.

Kajetan Kajetanowicz (Volkswagen Polo GTI R5) pointe 7 »8 plus loin en quatrième place devant Nikolay Gryazin (Skoda Fabia R5 evo), promu dans le top cinq lorsque Simone Tempestini (Hyundai i20 R5) s’est arrêté dans l’ES6. Adrien Fourmaux (Ford Fiesta R5) figure aussi sur la liste des abandons après une fuite d’huile.

Mads Østberg a remporté toutes les spéciales du vendredi pour mener en WRC 2 Pro.

Mads Ostberg. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Mads Østberg (Citroën C3 R5) s’est montré impérial en WRC 2 Pro. Le Norvégien n’a jamais été devancé, étant le plus rapide dans les six spéciales au programme pour se bâtir une avance s’élevant à 42 »1.

Fraîchement titré dans la catégorie depuis le Wales Rally GB, Kalle Rovanperä (Skoda Fabia R5 evo) n’a su trouver le bon rythme pour conclure la journée au deuxième rang.

« Je ne sais pas, j’ai fait de mon mieux mais la vitesse n’est tout simplement pas au rendez-vous », a déclaré le jeune finlandais. « J’espère que ça ira mieux sur asphalte, car la journée d’aujourd’hui a été mauvaise. »

Son équipier Jan Kopecký (Skoda Fabia R5 evo) a su éviter les pièges sur terre pour occuper la troisième place alors qu’une crevaison à l’arrière gauche dans l’ES3 a repoussé Gus Greensmith (Ford Fiesta R5) à deux minutes des leaders.

Les classements du vendredi

HighLights du vendredi, WRC et WRC 2, video : Red Bull Media House

Fernando Alonso rend visite au WRC

Les trajectoires du WRC et des Rallyes-Raids se sont croisés avant le départ du Rallye d’Espagne, avec la visite de la légende Fernando Alonso sur l’avant-dernière manche du calendrier.

Fernando Alonso, Toyota Gazoo Racing Dakar team. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

L’Espagnol a été confirmé dans l’effectif de Toyota Gazoo Racing du prochain Dakar et a admis qu’il se verrait bien piloter la Toyota Yaris WRC du constructeur japonais.

Fernando Alonso, Marc Coma, Toyota Gazoo Racing Dakar team. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

« J’ai été impliqué dans trois des quatre programmes de Toyota Gazoo Racing en compétition et le WRC est le seul qui manque à mon actif », a confié le double champion du monde de Formule 1  à wrc.com. « J’en toucherai peut-être un mot à Tommi [Mäkinen, directeur des opérationsWRC] et je pense qu’au moins un essai de la Yaris serait intéressant. »