3 décembre 2022

WEC : La Toyota n°8 remporte les 90e 24 Heures du Mans, Porsche GT Team fête son succès en LMGTE Pro (VIDEO)

Toyota a remporté une cinquième victoire consécutive au Mans et un troisième doublé dans la plus grande course d’endurance du monde.

#8, Toyota Gazoo Racing, S. BUEMI / B. HARTLEY / R. HIRAKAWA, Toyota GR010 HYBRID, HP, P1

Sébastien Buemi, Ryo Hirakawa et Brendon Hartley sur la Toyota GR101 Hybrid Hypercar n°8 du Toyota Gazoo Racing ont remporté une victoire convaincante. Buemi a remporté sa quatrième victoire dans la Sarthe, Hartley sa troisième et Ryo Hirakawa sa première.

Start Race

La course entre les deux Toyota a fait rage durant les 16 premières heures de l’épreuve, chaque voiture prenant tour à tour les commandes. Mais un problème de système hybride avant de la n°7 lui a fait perdre un temps crucial et a permis à la n°8 de creuser un écart déterminant.

#709, Glickenhaus Racing, R. BRISCOE / R. WESTBROOK / F. MAILLEUX, Glickenhaus 007 LMH, HP, P3

La série de 5e victoire d’affilée signée par Toyota lors de cette 90e édition, égale le record de Ferrari qui avait réussi à conquérir cinq sacres consécutifs dans la Sarthe entre 1960 et 1964.

Glickenhaus Racing fait mieux que sa quatrième place obtenue en 2021 en plaçant Ryan Briscoe, Franck Mailleux et Richard Westbrook sur le podium final avec leur Glickenhaus 007LMH n°709 après une remontée intense des suites d’un arrêt au stand non programmé pour un changement de capteur.

L’Alpine #36, accablée par les ennuis finit très loin, mais conserve la tête du championnat

La voiture sœur n°708 pilotée par Pipo Derani, Olivier Pla et Romain Dumas prend la quatrième place après avoir bien récupéré des dommages et du temps perdu suite à une sortie de piste de Pla à Tertre Rouge juste avant minuit.

L’équipe Alpine ELF prend la cinquième place dans la course au titre FIA WEC Hypercar 2022 mais quitte Le Mans déçue après un week-end difficile. Un problème d’embrayage, un accident et d’autres petits soucis lui valent une 24e place au classement général.

Brendon Hartley a franchi la ligne d’arrivée au volant et en tête pour la première fois de ses 9 participations. Sébastien Buemi rejoint le cercle des quadruples vainqueurs au classement général. Et que dire de Ryo Hirakawa, rookie, vainqueur, et cinquième pilote japonais à l’emporter ?

Ils ont dit

Brendon Hartley. :

« C’était une grande responsabilité, mais aussi un sentiment génial de qualifier, de prendre la pole position, et aujourd’hui, de franchir la ligne d’arrivée au volant pour la première fois depuis que je fais les 24 Heures du Mans. C’était beaucoup d’émotions sur le moment. On n’y pense pas avant la fin de la course, mais ça fait un drôle d’effet. Et merci à Ryo, on l’aime, il est une pièce majeure de l’équipe aujourd’hui. On a de très bonnes relations. Je remercie aussi notre l’équipage de la #7. On s’est battu tellement fort toute la course. Ça a dû être très stressant pour les gars sur le muret des stands. Et puis ils ont rencontré un problème. Je suis désolé pour eux, mais, après cela, on a pu lever le pied et limiter nos prises de risques. Quel plaisir cette bataille avec la voiture sœur ! On était vraiment à fond. »

Sébastien Buemi. :

« C’est incroyable. J’ai de la peine à atterrir. Je me rappelle, il y a quelques années… Je n’avais aucune victoire et, aujourd’hui, j’en ai quatre ! Je me réjouis déjà de la prochaine édition. On va essayer de profiter un maximum de cette victoire. C’est un sentiment particulier de gagner avec Ryo et Brendon. C’est la deuxième avec Brendon, la première pour Ryo. Il a fait du super boulot, tout au long de la saison, tous les essais, il s’est beaucoup investi, on lui a appris tout ce qu’on pouvait, mais il a vraiment tout fait parfaitement bien aujourd’hui, et je tiens à le féliciter. On a suivi le plan : aucune erreur, on n’a pas abîmé la voiture. C’est fantastique de gagner avec lui pour la première fois. C’est dur de prendre conscience de ce que nous avons accompli ensemble aujourd’hui, ça va prendre un peu de temps. »

Ryo Hirakawa. :

« C’est exactement ce que je voulais, c’était mon rêve de rejoindre ce cercle fermé des Japonais qui ont gagné les 24 Heures du Mans. Je rêve déjà d’autres victoires pour entrer plus encore dans la légende. »

Podium

LMGTE Pro – Victoire de la Porsche GT Team n° 91

Porsche remporte sa première victoire au Mans en LMGTE Pro depuis 2018. Frédéric Makowiecki, Gianmaria Bruni et Richard Lietz se sont imposés de haute lutte sur la 911 RSR-19 de l’équipe Porsche GT n°91.

#91, Porsche GT Team, G. BRUNI / R. LIETZ / F. MAKOWIECKI, Porsche 911 RSR – 19, LMGTE Pro, P1

Makowiecki a franchi le drapeau à damiers devant la Ferrari AF Corse n°51 pilotée par James Calado, Daniel Serra et Alessandro Pier Guidi au terme d’une bataille serrée et tactique jusqu’au dernier tour.

Frédéric Makowiecki (Porsche 911 RSR #91) :  » Enfin ! Cela fait neuf ans que j’essaie et me voilà sur la plus haute marche du podium ! J’ai terminé plusieurs fois deuxième et j’étais souvent la voiture la plus rapide, mais ça ne marchait jamais. Aujourd’hui, c’était différent. Nous n’étions peut-être pas ceux qui brillaient avec les meilleurs temps au tour, mais nous avons franchi la distance avec le moins d’erreurs. Cette victoire fait tellement de bien. »

Chacun des trois constructeurs du LMGTE Pro – Ferrari, Porsche et Corvette – a passé du temps en tête de cette catégorie extrêmement compétitive au cours de ce double tour d’horloge.

#51, AF Corse, A. PIER GUIDI / J. CALADO / D. SERRA, Ferrari 488 GTE Evo, LMGTE Pro, P2.

La malchance a également frappé plusieurs équipages et notamment Corvette Racing qui semblait bien armé pour jouer la victoire dans la Sarthe.

#52, AF Corse, M. MOLINA / A. FUOCO / D. RIGON, Ferrari 488 GTE Evo, LMGTE Pro, P3.

Les Chevrolet Corvette n°63 et n°64 dominaient la course, mais un problème de suspension pour la voiture n°63 de Nicky Catsburg, Jordan Taylor et Antonio Garcia, puis un concurrent a sorti C8.R n°64 d’Alexander Sims, qui était en tête de la catégorie, mirent fin aux espoirs de l’équipe américaine.

La #64 gardait la tête grâce – notamment – à un très bon travail d’Alexander Sims au matin. Mais les efforts de l’Anglais étaient anéantis en une fraction de seconde. En lutte avec la Ferrari 488 GTE Evo #51 AF Corse, Sims était tassé par François Perrodo sur l’Oreca 07 – LMP2 Gibson #83 AF Corse. La belle jaune était catapultée dans le mur, rebondissait puis finissait sa course avec le train avant gauche arraché. Un abandon plein d’émotion, aussi brutal qu’injuste. Il faut remonter jusqu’à 2010 pour trouver une édition des 24 Heures du Mans avec un double abandon Corvette.

Sportivement, le pilote français vient immédiatement s’excuser dans le stand Corvette. « C’est catastrophique. Quand on ruine la course d’un autre, c’est horrible »

La Corvette #64, en tête du classement a été sortie par un concurrent.

Ces problèmes ont permis à la Porsche 911 RSR-19 n°92 de Kevin Estre, Michael Christensen et Laurens Vanthoor de prendre les devants, mais les dégâts causés par une crevaison les ont relégués au pied du podium sous le drapeau à damiers.

Une place derrière la Ferrari AF Corse n°52 de Miguel Molina, Davide Rigon et Antonio Fuoco, retardée en début de course par une crevaison, mais néanmoins troisième au final.

La Ferrari Riley Motorsports de Felipe Fraga, Sam Bird et Shane van Gisbergen tcomplète le top 5 de la catégorie LMGTE Pro.

Podium LMGTE Pro

 

LMP2 – La joie du JOTA à l’arrivée P1 et P3

JOTA célèbre un triplé de victoires en LMP2 au Mans. Antonio Felix da Costa, Roberto Gonzalez et Will Stevens dominent la catégorie dès le début grâce à une solide performance.

la #38 du JOTA termine P1 et la #28 P3

S’ajoutant aux précédentes victoires de l’équipe britannique en 2014 et 2017, le JOTA n°38 contrôle le terrain et devance le trio du team Prema Orlen composé de Robert Kubica, Louis Deletraz et Lorenzo Colombo.

Will Stevens franchit le drapeau à damiers déclenchant des scènes de liesse dans le stand JOTA, qui trinque à un double podium, la n°28 se hissant sur la troisième avec Ed Jones, Oliver Rasmussen et Jonathan Aberdein.

#9, Prema Orlen Team, R. KUBICA / L. DELETRAZ / L. COLOMBO, Oreca 07 – Gibson, LMP2, P2

Le champion en titre, le WRT, subit une amère déception lorsque la voiture n°31, qui était en pole position, se voit infliger une pénalité de 60 secondes pour un contact au premier virage avec la voiture n°22 de United Autosports USA.

Mais la voiture se bat héroïquement pour le podium jusqu’à ce que Robin Frijns perde le contrôle à la sortie du virage d’Indianapolis, dimanche midi.

L’Oreca-Gibson de TDS Racing x Vaillante offre une belle histoire au Mans après avoir remplacé son châssis et un pilote juste avant le départ de la course.

Nyck de Vries fait une apparition de dernière minute et se révèle être une arme redoutable dans cette voiture et ce team qu’il connait bien ; en prenant la quatrième place aux côtés de Mathias Beche et Tijmen van der Helm.

Magnifique prestation de Sébastier Ogier, qui prend gout à l’endurance avec ses coéquipiers Charles Milesi et Lilou Wadoux, P9

Le Team Penske se classe cinquième avec Felipe Nasr, Dane Cameron et Emmanuel Collard pour leur dernière apparition dans le FIA WEC en 2022. L’Oreca-Gibson jaune et bleue perd du temps pour des réparations de carrosserie en début de course.

United Autosports USA termine la course en se battant contre les problèmes de la première heure pour se classer sixième avec la n°23 d’Alex Lynn, Oliver Jarvis et Joshua Pierson, le plus jeune pilote à prendre le départ au Mans.

La classe Pro/Am est remportée par la voiture n°45 Algarve Pro Racing de Steven Thomas, James Allen et Rene Binder, qui devance la voiture Nielsen Racing de Ben Hanley, Rodrigo Sales et Matt Bell.

LMGTE Am – TF Sport confirme par sa deuxième victoire au Mans !

TF Sport remporte la victoire dans la catégorie LMGTE Am à 23 voitures avec Ben Keating, Marco Sorensen et Henrique Chaves pour doubler et confirmer le succès de 2020.

#33, TF Sport, B. KEATING / H. CHAVES / M. SØRENSEN, Aston Martin VANTAGE AMR, LMGTE Am, P1

L’Aston Martin Vantage a pris la tête de la catégorie aux dépens de la Porsche 911 RSR-19 WeatherTech en début de matinée et n’a jamais regardé dans son rétroviseur, accentuant même son avance pour se placer hors de portée de la Porsche du team made in USA.

Keating remporte une première victoire très convoitée à sa huitième tentative et bannit le souvenir de la perte de la victoire par disqualification en 2019, tandis que Sorensen ajoute la victoire au Mans à celle de 2016 et au titre FIA WEC 2019-20.

#79, WeatherTech Racing, C. MACNEIL / J. ANDLAUER / T. MERRILL, Porsche 911 RSR – 19, LMGTE Am, P2

Weathertech Racing réalise une excellente course mais perd finalement une chance de victoire après une excursion hors rack en début de matinée.

Une belle journée pour Aston Martin, puisque l’équipe Northwest AMR n°98 composée de Paul Dalla Lana, Nicki Thiim et David Pittard prend la troisième place après une course sans faute jusqu’au drapeau à damiers.

#98, Northwest AMR, P. DALLA LANA / D. PITTARD / N. THIIM, Aston Martin VANTAGE AMR, LMGTE Am, P3

GR Racing réalise le meilleur résultat de son histoire au Mans avec la quatrième place de Ben Barker, Mike Wainwright et Riccardo Pera, devant la Porsche 911 RSR-19 n°88 Dempsey Proton Racing de Jan Heylen, Fred Poddard et Maxwell Root.

Les classements ici

Championnat ici

Communiqué WEC, Sam Smith

Crédits photos – ACO, Michelin Motorsport

 

Haut du site