3 mars 2024

Verstappen entre dans l’histoire de la F1 en battant Hamilton et pour la 14e victoire de la saison.

Max Verstappen a remporté sa 14e victoire de la saison 2022 au Grand Prix de Mexico, devant son rival Mercedes Lewis Hamilton et son coéquipier Red Bull Sergio Perez, après une bataille stratégique sur le circuit Autodromo Hermanos Rodriguez.

#1, Max Verstappen, Red Bull, P1

Le Néerlandais détient désormais le record de victoires en une seule campagne de F1, devançant d’une unité les 13 victoires de Michael Schumacher (2004) et Sebastian Vettel (2013).

Verstappen, dont l’équipe Red Bull a opté pour une stratégie de pneus tendres-médiums, a pris le drapeau à damier avec une quinzaine de secondes d’avance sur Hamilton, qui s’est demandé pourquoi Mercedes avait échangé son jeu de pneus médiums contre des pneus durs.

Perez a donné aux fans locaux une raison de se réjouir en troisième position, après avoir menacé de défier Hamilton en fin de course, tandis que Russell – qui a perdu son coéquipier au départ – a pris une quatrième place.

Russell était également mécontent de la stratégie, demandant à plusieurs reprises au mur des stands de Mercedes de s’arrêter à nouveau et d’abandonner les pneus durs, ce qui n’a pas permis de ramener la course vers les Flèches d’argent dans les derniers instants.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P2. pht. Mercedes

Ferrari a connu une course terne, Carlos Sainz et Charles Leclerc terminant solitairement P5 et P6, devant le pilote McLaren Daniel Ricciardo, qui s’est frayé un chemin vers la septième place avec des pneus tendres en fin de course et a conservé sa position malgré une pénalité de 10 secondes pour un accrochage avec Yuki Tsunoda.

Esteban Ocon s’est classé huitième, après l’abandon de Fernando Alonso, son coéquipier de l’écurie Alpine, tandis que l’autre McLaren de Lando Norris et Valtteri Bottas de l’écurie Alfa Romeo – qui n’a pas réussi à réitérer sa performance de qualification – complètent les points.

Start Race. pht. Mercedes

Le pilote d’AlphaTauri, Pierre Gasly, a écopé d’une pénalité de cinq secondes pour une manœuvre agressive sur son rival d’Aston Martin, Lance Stroll, et a finalement manqué un point pour seulement une demi-seconde, Alex Albon étant 12e pour Williams.

Zhou Guanyu a franchi la ligne d’arrivée avec son Alfa Romeo devant les Aston Martin de Sebastian Vettel – qui portait un casque hommage à Dietrich Mateschitz – et de Stroll, suivis des Haas de Mick Schumacher et Kevin Magnussen.

Le pilote Williams Nicholas Latifi a terminé la course, tandis que Alonso s’est arrêté en fin de course en raison d’un problème de moteur, et que Tsunoda a abandonné après avoir été brièvement projeté dans les airs lors de sa collision avec Ricciardo.

GP du Mexique ici

COMME CELA S’EST PASSÉ

Un public à guichets fermés a offert une ambiance de fête à l’approche de la course de dimanche, les moindres gestes du héros local Perez étant applaudis avec enthousiasme, comme cela avait été le cas lors des essais et des qualifications plus tôt dans le week-end.

#11, Sergio Perez, Red Bull, P3. pht. Pirelli

Mais après avoir rencontré des problèmes techniques tout au long de l’heure de qualification, « Checo » a dû se contenter de la quatrième place sur la grille de départ, derrière son coéquipier Red Bull, Verstappen, auteur de la pole, et les Mercedes de Russell et Hamilton.

Curieusement, Verstappen et Perez ont opté pour des pneus tendres pour attaquer la course de plus de 800 mètres menant au virage 1, tandis que Russell et Hamilton ont opté pour des pneus mediums – ce qui signifie qu’il y aura toute une série de permutations stratégiques à surveiller au fil de la rencontre.

A l’arrière, le pilote Haas, Magnussen est parti 19e avec une pénalité de cinq places sur la grille pour un changement de moteur, avec Stroll d’Aston Martin en P20 – après avoir été pénalisé de trois places pour son affrontement avec son rival Alonso à Austin.

#63, George Russell, Mercedes, P4. pht. Mercedes

Lorsque les lumières se sont éteintes et que la course de 71 tours a démarré, Verstappen s’est échappé proprement pour se défendre des pilotes Mercedes à la sortie de la ligne et jusqu’au virage 1, avant qu’Hamilton ne se jette sur Russell au milieu de la première chicane pour prendre la P2.

Perez s’est ensuite élancé sur Russell à la sortie du complexe serré des virages 1-2-3 et, après avoir sauté hors de l’aspiration, a contourné l’extérieur de son rival au virage 4, déclenchant un autre rugissement assourdissant dans les tribunes bordant le circuit alors qu’il s’installait sur les places du podium.

#55, Carlos Sainz, Ferrari, P5. pht. Pirelli

Sainz est cinquième sur sa Ferrari, l’Alfa Romeo de Bottas, la star des qualifications, rétrograde à la huitième place, derrière l’autre F1-75 de Leclerc et entre les Alpines d’Alonso et d’Ocon – le pilote McLaren Norris complète le top 10.

Dans les premiers tours, Hamilton est allé avec le leader Verstappen et s’est d’abord assis à un peu plus d’une seconde de son rival pour le titre 2021, avant de reculer de quelques dixièmes – le refroidissement du moteur étant un facteur crucial à prendre en compte au milieu de la haute altitude et des températures chaudes.

« Tu dois juste essayer de casser ce remorquage. Tu fais du bon travail », a été le message adressé à Verstappen peu après, avec près de deux secondes d’écart entre lui et Hamilton au 10e tour, lorsque l’attention a commencé à se tourner vers les arrêts aux stands.

Les commissaires ont rapidement déterminé que l’homme d’AlphaTauri avait forcé l’Aston Martin à sortir de la piste et lui ont infligé une pénalité de cinq secondes.

#16, Charles Leclerc, Ferrari, P6. pht. Scuderia Ferrari

Alors que Verstappen continuait de s’éloigner de Hamilton en tête, Perez s’est positionné à environ six secondes de la tête, et Russell à 7’’5, alors que Sainz et Leclerc se sont installés dans une course tranquille de leur côté – les Ferrari ayant du mal à vivre avec le rythme des machines Red Bull et Mercedes.

Alors que la course passait la barre des 20 tours, Verstappen a signalé des problèmes de pneus – à un moment donné, il a déclaré « l’avant gauche ne veut pas tourner » – Red Bull a prolongé son premier relais sur les softs et le duo Mercedes a attendu son heure sur les mediums plus durables.

#3, Daniel Ricciardo, McLaren, P7. pht. Pirelli « pas mal et pilote du jour et dire que certains le qualifiaient de fini…

Perez a été le premier des pilotes de tête à s’arrêter au 24e tour, échangeant ses softs contre des mediums lors d’un arrêt long de cinq secondes en raison d’un pneu arrière gauche qui collait. Verstappen s’est arrêté deux tours plus tard, libérant Hamilton et Russell en tête.

Alors que Perez s’est laissé distancer par les deux Ferrari Sainz et Leclerc, qui n’avaient pas encore été arrêtées, ce qui l’a obligé à effectuer quelques dépassements supplémentaires (et à susciter de nouveaux applaudissements de la part des fans locaux), Verstappen s’est classé P3, à une vingtaine de secondes du nouveau leader Hamilton, qui a déclaré que « mes pneus vont bien ».

Néanmoins, au 30e tour, Hamilton et Mercedes ont décidé qu’il était temps de ravitailler, passant des mediums aux durs, tandis que Russell a demandé à prolonger son relais et à viser un jeu de softs dans les dernières étapes de la course.

#31, Esteban Ocon, Alpine, P8

Russell a temporairement devancé Verstappen d’une dizaine de secondes, tandis qu’Hamilton, six secondes plus loin, a allumé les écrans de chronométrage avec les pneus durs, donnant à son coéquipier des informations supplémentaires à prendre en compte avant son propre arrêt.

Les ambitions de Russell en matière de pneus tendres ont été de courte durée puisqu’il s’est arrêté au 35e tour pour suivre Hamilton sur les pneus durs, rejoignant l’action en quatrième position, à environ 16 secondes de la tête, avant qu’on lui dise de « lever et descendre » pour le reste de la course.

#4, Lando Norris, McLaren, P9. pht. Pirelli

Son rythme initialement compétitif sur les pneus durs s’est estompé, Hamilton a signalé qu’ils n’étaient pas aussi confortables que les mediums, et Russell l’a rapidement rejoint à la radio pour remettre en question le mouvement stratégique – mais Mercedes a cherché à rassurer les deux pilotes en leur disant que la course leur reviendrait.

Plus loin, Sainz et Leclerc ont continué leur course en tant que « meilleurs du reste », tandis qu’Ocon a rejoint Alonso en passant devant Bottas avec une belle manœuvre pour mettre les Alpines en P7 et P8 respectivement – Norris gardant les mains sur le dernier point avec 20 tours à faire.

Au 51e tour, le coéquipier de Norris, Ricciardo, a fait basculer l’AlphaTauri de Tsunoda dans les airs au virage 6 au milieu d’une violente bagarre roue contre roue, ce qui a incité les commissaires à infliger à l’Australien une pénalité de 10 secondes – Tsunoda est rentré aux stands pour abandonner sa voiture endommagée.

Mais la punition a semblé enflammer Ricciardo, qui a utilisé ses pneus tendres relativement frais pour dépasser Norris, Bottas, Alonso et Ocon, remontant jusqu’en P7 et faisant tout son possible pour prendre une marge suffisante et repartir avec des points.

#77, Valtteri Bottas, Alfa Romeo, P10

Alors que la course entrait dans les 15 derniers tours, Verstappen se retrouvait devant Hamilton avec plus de 10 secondes d’avance, tandis que Perez se rapprochait de la Mercedes pour tenter de réaliser un nouveau doublé Red Bull – Hamilton et Russell continuant à remettre en question la stratégie medium-hard.

Malgré le fait que le mur des stands des Mercedes ait assuré que la course se déroulerait comme ils le souhaitaient, les Red Bull ayant eu des problèmes de pneus en fin de course, Verstappen n’a pas eu de tels problèmes et s’est imposé avec 15 secondes d’avance.

Perez n’a pas été en mesure de rattraper Hamilton pour la deuxième place, mais il est au moins monté sur le podium dans sa course nationale, tandis que Russell est sorti des stands à deux tours de la fin pour monter un train de pneus softs et marquer un point supplémentaire avec le meilleur tour.

Sainz et Leclerc ont terminé à environ une minute de Verstappen, tandis que Ricciardo a fait juste ce qu’il fallait pour obtenir les 10 secondes d’avance sur Ocon pour la P7, pas mal pour un pilote que certains disaient fini, tandis que Norris et Bottas ont complété les positions qui rapportent des points.

Alonso avait été fermement dans cette lutte derrière les voitures Red Bull, Mercedes et Ferrari, mais une panne à seulement six tours de l’arrivée a mis fin à son après-midi, et a ajouté un nouveau rebondissement dans la bataille pour la P4 au classement des constructeurs.

Gasly et Albon ont manqué de peu les points pour AlphaTauri et Williams, et Zhou a dû se contenter de la P13 dans la deuxième Alfa Romeo, suivie par les Aston Martin de Vettel et Stroll.

Haas est également reparti les mains vides, Schumacher et Magnussen étant respectivement P16 et P17. Latifi a été le dernier pilote à franchir le drapeau à damier après les abandons d’Alonso et de Tsunoda.

Les meilleurs tours ici

Les Pit-Stop ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Citation clé :

« Bien sûr, [le départ] m’a beaucoup aidé pour le reste de la course pour rester en tête après le virage 1. Nous étions également sur une stratégie différente des voitures autour de nous, mais [c’est] un résultat incroyable « , a déclaré Verstappen, vainqueur de la course.

 » Le rythme de la voiture était vraiment agréable ; nous avons dû prendre soin de nos pneus en raison [du] très long relais sur les mediums, mais nous avons réussi à le faire. C’est une année incroyable jusqu’à présent. Nous en profitons vraiment et nous allons essayer d’aller plus loin. »

Et après ?

Le prochain rendez-vous en 2022 sera le Grand Prix de Sao Paulo, qui se tiendra à Interlagos du 11 au 13 novembre, avec le retour du format Sprint de la F1 pour la troisième et dernière fois cette saison.

Communiqué La F1

Analyses par les Teams et pilotes :

Pirelli

Mario Isola – Directeur du sport automobile :

« Une course où les trois gommes ont mis en place une partie d’échecs stratégique »

« Voir comment les trois composés ont donné aux pilotes et aux équipes la possibilité d’aborder la course dans une sorte de jeu d’échecs stratégique sur la piste et sur le mur des stands est évidemment une source de satisfaction pour nous. Il y avait différentes stratégies, qui étaient toutes basées sur les capacités individuelles à optimiser les pneus, les mediums étant un protagoniste et les durs et les tendres jouant également un rôle fondamental, montrant de fortes performances et une usure limitée. Tout s’est résumé à un duel stratégique entre les deux équipes qui avaient réussi à tirer le maximum des pneus tout le week-end. C’est particulièrement significatif pour nous, surtout après les 15 jours intenses qu’ont duré les deux essais des pneus prototypes 2023 pour recueillir des données sur les composés durs et tendres à Austin et à Mexico respectivement, ainsi que les commentaires des véritables stars – les pilotes – qui ont fait preuve d’enthousiasme et d’un réel engagement lorsqu’il s’est agi d’analyser tous les sujets qui ont émergé, jusqu’au vendredi soir du deuxième essai. Félicitations à Red Bull et à Max Verstappen pour leur victoire et un nouveau record de 14 victoires en une saison, devant la foule unique du Mexique. »

HISTOIRES DE PNEUS : COMMENT LA COURSE A ÉTÉ GAGNÉE

Verstappen a choisi le pneu tendre P Zero Red au départ pour mener, avant de passer aux pneus moyens P Zero Yellow au 25e tour et de concéder son avantage. Il a repris la tête une fois que ses rivaux de Mercedes ont effectué leurs arrêts uniques, et à partir de là, il s’agissait de gérer ses pneus mediums jusqu’à l’arrivée : il a effectué un relais de 46 tours sur le composé jaune pour gagner avec 15 secondes d’avance.

 

LE MEILLEUR DES AUTRES : LA STRATÉGIE ALTERNATIVE

Avec 12 pilotes partant en pneus tendres et huit en pneus mediums, il y avait un grand mélange de stratégies dès le départ. Cela s’est reflété dans la bataille clé entre Red Bull et Mercedes, avec Mercedes choisissant le pneu dur P Zero White pour le deuxième relais après un premier relais en medium. La deuxième place de Lewis Hamilton à l’arrivée a égalé son meilleur résultat de la saison, obtenu il y a une semaine à Austin. Son coéquipier George Russell a été l’un des trois pilotes à s’arrêter deux fois, mettant le pneu tendre à la fin pour obtenir un point supplémentaire au championnat pour le meilleur tour sur le circuit final.

CE QU’IL FAUT SURVEILLER ENSUITE

Le dernier kilomètre est le plus difficile. Tous les détails recueillis lors des deux séances d’essais FP2 à Austin et à Mexico pour déterminer les spécifications définitives des pneus slick pour 2023. Les équipes essaieront ces pneus pour la première fois lors du test qui suivra immédiatement le Grand Prix d’Abu Dhabi, qui clôturera cette saison. Les semaines suivantes seront cruciales pour les ingénieurs et techniciens de Pirelli, qui travailleront d’arrache-pied pour conclure leurs efforts en vue de la saison 2022 lors du Grand Prix du Brésil du 11 au 13 novembre, suivi du Grand Prix d’Abu Dhabi une semaine plus tard.

Red Bull

Max Verstappen, #1, P1 :

Le premier relais de la course était critique aujourd’hui et nous avons réussi à rester en tête après le premier virage. Nous avions évidemment une stratégie différente de celle des voitures qui nous entouraient et nous avons dû faire très attention à nos pneus. Nous avions un bon rythme avec le pneu tendre même s’il s’use un peu plus, nous avons ensuite utilisé le médium jusqu’à la fin. Gagner 14 courses en une saison est incroyable, nous avons une année incroyable en tant qu’équipe et c’est la chose la plus importante. Nous continuons à pousser et nous voulons gagner autant de courses que possible, c’est vraiment spécial ce que nous réalisons tous ensemble cette année.

Sergio Perez, #11, P3 :

C’est bon d’être sur le podium mais je voulais plus aujourd’hui, je suis un peu déçu. Nous aurions pu terminer deuxième, mais nous avons eu un mauvais arrêt au stand, ce qui nous a empêché de faire l’undercut et d’être plus proche de Lewis. Le pneu dur n’a pas fonctionné pour lui au début, mais une fois qu’il l’a fait, ça n’a pas fonctionné pour moi, puis je me suis occupé de mes pneus et il n’y en avait plus. Nous avions prévu de faire une course à deux arrêts mais la dégradation a été meilleure que prévu. Cet endroit est incroyable, il y a une foule incroyable ici et je n’oublierai jamais ces moments à cause des gens. C’est certainement, si ce n’est la meilleure, l’une des meilleures foules de Formule 1 – je suis très privilégié d’avoir ce soutien. Je veux juste aller gagner les deux prochaines courses maintenant, nous avons eu le rythme dans les dernières courses, donc maintenant je veux juste mettre tout ça ensemble, éliminer les petits problèmes et je crois que nous pouvons le faire.

Christian Horner :

Les deux pilotes ont été impeccables aujourd’hui et notre stratégie était tout à fait correcte. Les pneus tendres et moyens étaient définitivement les plus rapides. Après le premier pitstop des deux pilotes, nous avons vu que les pneus étaient en très bon état, donc c’était une évidence de mettre les mediums. Checo a eu un peu de mal avec son pitstop, mais sa reprise a été phénoménale et voir les deux pilotes sur le podium est incroyable. Nous sommes heureux d’avoir réussi aujourd’hui et, bien sûr, Max a été vraiment remarquable. Il a placé la barre très haut toute la saison et battre le record avec 14 victoires en course est extraordinaire, surtout à quelques courses de la fin. Il mérite tous les honneurs qui lui reviennent et sa conduite d’aujourd’hui démontre sa maturité et sa capacité à lire une course et à la contrôler de manière très convaincante.

Mercedes

P2 et P4 pour le Mercedes-AMG PETRONAS F1 Team à l’Autódromo Hermanos Rodríguez, marquant des points importants et luttant pour le podium au mérite.

  • Lewis s’est assuré une excellente place en P2 à Mexico City avec une stratégie de pneus Medium/Dur, ce qui lui permet de devancer SAI au classement des pilotes.
  • George a terminé P4 et a réussi à obtenir un point supplémentaire pour avoir réalisé le meilleur tour.
  • L’équipe continue de montrer des performances compétitives, en s’appuyant sur la dernière mise à jour de la saison introduite pour la course du week-end dernier à Austin.
  • L’équipe a marqué un total de 31 points grâce au meilleur tour de George dans le dernier tour de la course, réduisant encore l’écart avec Ferrari en P2 et n’est maintenant qu’à 40 points.

Lewis Hamilton, #44, P2 :

C’était une bonne course pour moi aujourd’hui, même si, rétrospectivement, nous n’avons pas choisi la bonne stratégie pneumatique. Néanmoins, être aussi proche de Red Bull me rend très fier de mon équipe et je leur suis très reconnaissant pour le dur travail qu’ils ont accompli pour nous faire progresser. Le rythme de la course était généralement assez bon, mais nous avons été décalés sur les pneus pendant la majeure partie de la course. Peut-être aurions-nous dû commencer avec les tendres, mais évidemment nous avons opté pour les moyens, puis nous avons pris les durs pour que l’arrêt unique fonctionne ; ça semblait plutôt bien sur le premier relais, mais ensuite la Red Bull était juste trop rapide pour nous – et nous avions la meilleure stratégie de pneus aujourd’hui aussi. Félicitations à Max pour sa victoire et c’est génial d’être de retour sur le podium ici au Mexique. Nous nous rapprochons de l’avant, et nous allons continuer à pousser. Ces deux dernières courses, nous avons fait un grand pas en avant avec la voiture et j’espère que nous allons continuer comme ça pour les deux dernières.

George Russell, #63, P4 :

J’ai pris un bon départ mais j’ai perdu deux positions dans le premier tour et notre stratégie avec medium – hard n’était pas la bonne avec le recul. Je n’ai pas pu faire fonctionner le pneu dur car il n’y avait tout simplement pas d’adhérence. Red Bull et Ferrari sont partis avec les softs et nous devons comprendre pourquoi les autres équipes ont opté pour les soft car cela semblait être la bonne stratégie pour cette course. Donc, c’est clairement notre leçon pour aujourd’hui, car nous aurions pu être en mesure d’être plus proche, étant sur la même stratégie. Néanmoins, en tant qu’équipe, nous faisons des progrès et j’en suis très heureux. Je suis intrigué de voir comment le Brésil va se dérouler, même si je ne pense pas que nous serons aussi compétitifs qu’au Mexique, mais je retiens quand même un énorme positif de ce week-end et un excellent travail de toute l’équipe.

Toto Wolff :

Lewis et George ont fait un travail incroyable aujourd’hui. Nous avons discuté pour savoir si la stratégie soft-hard était viable, mais nous n’avions pas vraiment la stratégie soft-medium sur notre radar avant la course. Donc, avec le recul, nous nous sommes trompés aujourd’hui, mais nous avons tout de même montré une bonne performance et nous avons obtenu de précieux points. Notre écart de performance par rapport à Red Bull était faible aujourd’hui, et nous avions une bonne marge par rapport à Ferrari – cependant, nous devons faire attention à ne pas tirer de conclusions rapides sur cette dernière et attendre de voir ce qui se passe au Brésil. Nos objectifs sont toujours de gagner une course et de nous battre pour la deuxième place au championnat des constructeurs : nous voulons démontrer que notre voiture est rapide et toute l’équipe a mis tellement de travail pour améliorer la voiture, ce serait fantastique pour eux si nous pouvions y arriver pour l’une des deux dernières courses de cette année.

Andrew Shovlin :

C’est un mélange particulier d’émotions après un week-end comme celui-ci ; nous démontrons des progrès avec la voiture et la mise à jour que nous avons apportée à Austin a clairement apporté un bon niveau de performance. L’équipe de Brixworth peut également être très satisfaite du travail qu’elle a effectué pour préparer et optimiser le groupe motopropulseur pour ce qui est une piste très difficile, compte tenu de l’altitude ; cela a été l’une de nos meilleures performances de la saison, il est donc clair qu’ils ont fait un excellent travail de ce côté-là. Nous ne pouvons pas non plus critiquer l’engagement des pilotes et de toute l’équipe à la fin de ce qui a été une saison très longue et très difficile, même si tout donner chaque week-end n’est pas encore suffisant pour remporter une victoire. Si nous avions pu refaire la course, nous serions partis en pneus tendres ; nous savions qu’un arrêt en un temps tendres-moyens était possible, mais nous ne nous attendions pas à ce que ce soit aussi confortable. Notre stratégie reposait sur le fait que les mediums allaient baisser en fin de course, mais cela ne s’est tout simplement pas produit. Sur une note positive, nous avons réduit l’écart avec Ferrari, et nous allons continuer à les poursuivre jusqu’à ce que le drapeau tombe à Abu Dhabi. Il nous reste donc deux courses à disputer, quelques jours pour nous regrouper avant la course de vitesse au Brésil, et encore beaucoup à faire.

pht. Mercedes

Ferrari

Une course difficile

Le Grand Prix de Mexico de la Scuderia Ferrari était simple. Carlos Sainz et Charles Leclerc ont fait du mieux qu’ils pouvaient avec le matériel dont ils disposaient, mais aujourd’hui, comme ce fut le cas tout au long du week-end, la F1-75 n’avait pas le rythme nécessaire pour rivaliser avec les autres équipes de pointe.

L’histoire de la course.  Carlos a conservé sa cinquième place après le départ, tandis que Charles a réussi à dépasser Valtteri Bottas, qui était devant lui sur la grille. Dès le début de la course, les deux Ferrari n’ont pas pu rester au contact des leaders, alors qu’elles étaient clairement plus rapides que le reste du peloton. Ils ont donc fait une course solitaire, leur seule récompense, un total de 18 points.

Une pause avant le rush final. La Formule 1 a maintenant un week-end de repos avant que le championnat ne reprenne avec les deux dernières courses de la saison, un programme double commençant par le Grand Prix de Sao Paulo au Brésil le 13 novembre.

Carlos Sainz #55, P5 :

Aujourd’hui, nous avons fait tout ce que nous pouvions pour obtenir le meilleur résultat possible, mais malheureusement le rythme n’était pas là, donc P5 était le maximum que nous pouvions viser. De mon côté, malgré le tableau général, j’ai fait une bonne course et le sentiment dans la voiture était positif ce week-end.

Nous allons essayer de construire sur cette base avant le Brésil et nous assurer que nous sommes prêts pour les deux dernières courses.

Charles Leclerc #16, P6 :

C’était une course solitaire. Carlos et moi faisions des tours ensemble, trop rapides pour le milieu de peloton mais trop lents pour les pilotes de tête.

Nous sommes restés fidèles à notre stratégie, nous nous sommes concentrés sur nous-mêmes et nous avons tiré le meilleur parti de notre package, mais nous étions tout simplement trop loin et nous devons comprendre pourquoi afin de pouvoir travailler pour être plus réguliers.

Comme toujours, c’était incroyable de voir autant de fans autour de la piste à Mexico City et de sentir leur passion.

Mattia Binotto, directeur de l’équipe et directeur général :

C’était un week-end très difficile pour nous et il était clair que nous étions déjà en difficulté hier en qualifications et cela s’est accentué encore plus dans la course d’aujourd’hui. Il y a beaucoup de choses à améliorer, mais face à un week-end difficile comme celui-ci, il est essentiel de ramener les voitures à la maison et d’engranger le plus de points possible.

Charles et Carlos ont fait de leur mieux et la façon dont ils ont abordé les premiers virages après le départ était exemplaire. Il est essentiel que nous nous améliorions lors des deux dernières courses afin de terminer la saison au mieux de nos capacités.

pht. Scuderia Ferrari

McLaren

« Dans l’ensemble, très heureux et un grand bravo à l’équipe »

Ce qui s’est passé :

  • Lando et Daniel perdent des places au départ, tombant à P10 et P13.
  • Daniel regagne une place, dépassant Zhou pour la P12.
  • Cherchant à couvrir un défi de Tsunoda, Lando change ses pneus au 34ème tour, échangeant le Medium pour le Hard. Il revient P15, devant l’Alpha Tauri.
  • Daniel est l’avant-dernier pilote à rentrer aux stands, il passe en pneus tendres au 45ème tour et revient P13.
  • Zhou s’arrête deux tours plus tard et donne P12 à Daniel, qui commence à chasser Tsunoda.
  • Daniel se retrouve dans les traces de Tsunoda et tente de se faufiler à l’intérieur de l’Alpha Tauri à l’entrée du cinquième virage. Les deux entrent en collision et Tsunoda se retire. Daniel s’en sort sans dommage, mais il reçoit une pénalité de 10 secondes pour avoir causé la collision.
  • Lando et Daniel échangent leurs places et l’Australien commence à rattraper Bottas, dépassant l’Alfa Romeo au 48ème tour pour la P9.
  • Le duo alpine Alonso et Ocon est le suivant. Daniel prend Alonso en deux tours, puis Ocon un tour plus tard, avec 10 tours restants pour construire un écart de 10s.
  • Norris dépasse Bottas alors qu’Alonso se retire, ce qui permet au Britannique d’être P9.
  • Daniel franchit la ligne d’arrivée en septième position avec plus de 10 secondes d’avance, tandis que Lando reste en P9.

Daniel Ricciardo, #3, P7 :

« C’était une course en forme de montagnes russes. Au final, je suis content. J’aurais aimé que la course se déroule sans accroc, c’est-à-dire que vous ne voulez jamais avoir de contact, et vous ne voulez jamais recevoir de pénalité, donc c’est un peu un nuage sur ce qui était autrement une bonne journée, mais finalement ça n’a pas changé le résultat pour nous.

« Je pense que la pénalité était plus que suffisante. J’ai vu le replay et je prends toujours la majorité de la responsabilité, mais ce n’est pas comme si j’étais arrivé sur le côté et que j’avais bloqué, j’étais juste là. Tout ce qu’il avait à faire, c’était de manquer un peu l’apex et nous serions tous les deux passés dans ce virage. Je l’accepte mais je ne pense pas que ce soit quelque chose sur lequel je doive me battre. J’étais assez déprimé quand Tom [Stallard] est venu à la radio pour me dire que j’avais une pénalité de 10 secondes parce que c’est la seule course où nous avions du rythme et où j’avais une chance, mais je sentais toujours que j’avais du rythme sur le Soft, donc j’ai juste baissé la tête et j’ai continué. Lando m’a laissé passer, ce qui m’a permis de continuer à attaquer, et quand j’ai vu les Alpines juste devant moi, je me suis dit « d’accord, c’est parti ». Je savais que si je gardais George [Russell] derrière moi et que je ne perdais pas les quelques secondes avant le drapeau bleu, j’avais une vraie chance. C’était tendu pendant quelques tours – mais ensuite il a fait le meilleur tour et ça m’a donné un peu d’air. Dans l’ensemble, je suis très heureux et j’adresse un grand merci à l’équipe, en particulier à l’équipe des stands pour le pitstop en 1,98 seconde – le plus rapide de la saison ! »

Lando Norris, #4, P9 :

« Aujourd’hui, c’était une bonne course. J’ai perdu quelques places au départ – ce n’était pas un mauvais lancement, mais ce n’était pas le meilleur, et c’est une longue course jusqu’au premier virage. J’ai dû boxer pour couvrir Yuki, en passant en pneus durs, mais ce n’était pas les pneus à utiliser ! J’ai perdu beaucoup de temps par rapport à Daniel qui a pris les Softs, ce qui était une stratégie beaucoup, beaucoup plus rapide au final. Je suis quand même content parce que je pense que nous avons fait du bon travail et que nous avons tiré le maximum de ce que nous pouvions. L’équipe a marqué quelques bons points et nous avons surclassé Alpine, ce qui est l’objectif. Nous allons retourner à l’usine pour travailler dur avant le Brésil dans deux semaines. »

Andreas Seidl :

« Ce fut un dimanche intense pour notre équipe à l’Autódromo Hermanos Rodríguez. Après avoir perdu des positions au départ, un excellent travail des pilotes, d’excellents arrêts au stand et des appels stratégiques courageux nous ont permis de revenir à une position compétitive, pour finalement terminer P7 et P9. Des points importants dans notre lutte avec Alpine pour la quatrième place du Championnat des Constructeurs.

« Une mention spéciale à Daniel – pilote du jour – qui a réalisé un très bon week-end après un moment difficile à Austin. Il s’est montré plus à l’aise dans la voiture depuis la première course ici au Mexique, et a réalisé un excellent relais final qui, combiné à une stratégie agressive, a produit un résultat impressionnant.

« De plus, un autre travail fantastique de l’équipe des stands pour enregistrer les deux arrêts les plus rapides de la course, avec notre arrêt de 1,98 seconde pour Daniel étant le plus rapide de toute l’équipe jusqu’à présent cette saison.

« Merci à toute l’équipe – ceux ici sur la piste, à l’usine et nos collègues de Mercedes HPP – pour avoir produit une voiture fiable dans ces conditions uniques et pour avoir géré une course très complexe. Nous avons un court repos maintenant, puis nous repartons pour le dernier double rendez-vous de 2022. »

Alpine

Esteban termine huitième et Fernando abandonne après un Grand Prix de Mexico plein de défis

BWT Alpine F1 Team a marqué quatre points lors du Grand Prix de Mexico d’aujourd’hui, Esteban Ocon terminant huitième après un après-midi difficile sur l’Autodromo Hermanos Rodriguez, qui a vu Fernando Alonso abandonner à six tours de la fin de la course en raison d’une panne de cylindre.

L’équipe semblait prête pour une septième ou huitième place avant l’abandon malheureux de Fernando, Esteban ayant eu des problèmes de refroidissement dans la dernière partie de la course.

Les deux pilotes ont pris des départs rapides, Fernando devançant Lando Norris et Valtteri Bottas pour s’emparer de la septième place et Esteban dépassant également la McLaren n°4 pour prendre la neuvième place à la fin du premier tour.

Esteban s’est arrêté au 34e tour pour les pneus durs – visant à aller jusqu’au bout de la course de 71 tours – avec Fernando au 42e tour également pour les pneus durs. Après l’arrêt de Fernando, l’Espagnol est septième et Esteban huitième après une belle manœuvre à l’extérieur du virage 1 sur Bottas.

Fernando a perdu un cylindre au 52ème tour et a fait de son mieux pour gérer le manque de puissance jusqu’à son abandon au 65ème tour. Esteban s’est maintenu à la septième place mais a dû faire face à des problèmes de refroidissement – un problème notoire à Mexico City avec l’altitude élevée – et a été dépassé par Daniel Ricciardo au 60e tour, pour se contenter de la huitième place au drapeau à damier.

Esteban Ocon, #31, P8 :

« C’était une course difficile pour l’équipe aujourd’hui. Nous étions sur le point de remporter un double point important avant l’abandon malheureux de Fernando. De mon côté, nous avons eu des problèmes de refroidissement vers la fin de la course et nous avons dû gérer cela, ce qui signifie que nous n’avons pas pu suivre le rythme des McLaren à la fin, manquant de peu de rattraper la pénalité de Daniel [Ricciardo]. Nous repartons avec quelques points, mais nous devons nous assurer que ces problèmes ne se reproduisent pas si nous voulons rester quatrième au championnat. »

Fernando Alonso, #14, DNF :

« Malheureusement, nous n’avons pas pu terminer la course aujourd’hui après un bon départ, de bons relais, qui signifiaient que nous étions prêts à marquer quelques bons points. Je me sentais très rapide dans les deux relais, d’abord avec les pneus Mediums et ensuite avec les pneus Hard. Cependant, nous avons perdu un cylindre du moteur à 18 tours de l’arrivée, ce qui nous a contraint à arrêter la voiture malgré tous nos efforts. Austin et Mexico ont été deux très bons week-ends pour moi, et c’est dommage que nous n’ayons pas marqué les points que nous méritions. Il nous reste encore deux week-ends de course, et nous devons nous assurer de marquer plus de points dans notre lutte pour la quatrième place. »

Otmar Szafnauer, Team Principal :

« Cette course allait toujours être un défi avec les conditions uniques de Mexico City et nous partons d’ici déçus du fait qu’une seule voiture a vu le drapeau à damier. Malheureusement, Fernando a subi une panne de cylindre au 52ème tour et il a dû se débrouiller avec cinq cylindres – ce qui signifie un manque de puissance significatif – pour essayer de rester dans les points. Finalement, le problème n’a pas duré, et il a dû abandonner la voiture. Esteban a été confronté à des problèmes de refroidissement dès le début de la course, il a dû lever le pied et rouler en roue libre, ce qui lui a fait perdre beaucoup de temps au tour. Il s’est bien débrouillé pour ramener la voiture à la maison en huitième position et marquer des points précieux pour l’équipe. Nous savons que la fiabilité va être la clé de la lutte pour le championnat et c’est quelque chose qui nous a laissé tomber après avoir montré un si bon niveau de performance lors des dernières courses. Je suis convaincu que nous pouvons rectifier ces problèmes avant les deux dernières courses de la saison. »

Alfa Romeo

Alfa Romeo F1 Team ORLEN a ramené un point précieux du Grand Prix du Mexique, Valtteri Bottas ayant terminé dixième, avec son coéquipier Zhou Guanyu en 13ème position. Ce fut une course difficile pour l’équipe, mais la récompense finale d’un point lui permet d’étendre son avance pour la P6 au classement des constructeurs à quatre points.

Frédéric Vasseur, Team Principal :

« Un point est toujours précieux, surtout quand il nous permet de creuser l’écart sur nos rivaux au championnat ; bien sûr, en partant en P6 et avec le rythme que nous avons montré tout au long du week-end, les espoirs et les attentes étaient plus grands, mais finalement la course n’a pas vraiment été à notre avantage. Nous semblions avoir le rythme pour être à l’avant du peloton de chasse, juste derrière les trois équipes de tête, pendant notre premier relais, mais nous n’avons pas été en mesure de tirer le meilleur parti des pneus durs après l’arrêt de Valtteri et nous avons lentement chuté. Zhou était sur une stratégie alternative, mais il a également semblé avoir du mal dans la deuxième partie de la course et n’a pas été en mesure de regagner les places qu’il avait avant l’arrêt. Nous allons analyser cette course et voir ce qui peut être fait de mieux ; en attendant, nous allons continuer à construire sur la vitesse que nous avons montrée vendredi et samedi, en visant à tirer le meilleur parti des deux derniers week-ends de la saison pour finir le travail correctement. »

Valtteri Bottas, #77, P10 :

« Nous avons obtenu un point sur cette course, et c’est un point positif, mais nous nous attendions à plus aujourd’hui. Nous nous en sortions bien jusqu’au deuxième relais : lorsque nous sommes passés au pneu dur, nous n’avons tout simplement pas réussi à les faire fonctionner. Je n’ai jamais réussi à les faire monter en température et ça a été un peu difficile jusqu’à la fin. Nous pensions que les pneus durs seraient de bons pneus de course, mais ça n’a pas été le cas. C’est dommage car dans le premier relais nous étions dans le rythme des voitures qui nous entouraient, mais au moins nous avons quelque chose à montrer aujourd’hui et nous avons augmenté notre avantage au championnat. »

Zhou Guanyu, #24, P13 :

 » Le début de la course était assez amusant, et le relais prolongé s’annonçait bien, mais nous nous sommes retrouvés dans le trafic après l’arrêt aux stands et cela a un peu compromis ma course. La deuxième partie de la course a été plus délicate : progresser s’est avéré assez difficile sur cette piste, qui n’est bien sûr pas facile, et qui a certainement été l’une des plus difficiles à appréhender pour moi en tant que rookie. J’étais heureux de voir Valtteri obtenir un point pour l’équipe et j’espère que certaines de mes batailles y ont contribué. En général, ce week-end, nous avons été constants, et nous avons fait un pas en avant : nous devons juste continuer à travailler sur nos performances en course pour bien finir cette saison. »

pht. Alfa Romeo

AlphaTauri

Yuki Tsunoda, #22, DNF :

« C’est vraiment dommage pour le résultat d’aujourd’hui. Ma gestion des pneus avait été très bonne en course jusqu’à ce moment-là, et je me sentais en confiance dans ce dernier relais, donc je suis très déçu que cela se termine par une erreur aussi stupide. Daniel avait une stratégie différente et il aurait facilement pu passer plus tard, alors pour un pilote aussi expérimenté, essayer de dépasser dans une zone où ce n’est pas possible est vraiment ennuyeux. Nous étions proches de terminer dans les points, qui sont si précieux pour nous en ce moment. Il y a des points positifs à tirer de ce week-end, mais pour l’instant, je dois partir et me remettre à zéro, puis revenir plus fort pour le Brésil. »

Claudio Balestri (Ingénieur en chef – Performance des véhicules) :

« Comme nos deux voitures étaient proches sur la grille aujourd’hui, nous avons décidé de partir avec des gommes différentes, avec pour objectif de maximiser la possibilité de marquer des points. Yuki a démarré avec les nouveaux Softs et a pu immédiatement gagner quelques positions dans le premier tour, il était P11 entre les deux McLaren qui étaient toutes deux en Mediums, avec Norris devant et Riccardo derrière. Le premier relais de Yuki était bon, il était capable de produire des temps au tour réguliers, de gérer les températures des pneus et des freins, et les pneus fonctionnaient correctement pendant tout le relais. Pour le reste de sa course, il a continué à se battre avec les deux McLaren, donc dans le deuxième relais nous avons décidé de monter des Mediums et le rythme était de nouveau bon, lui permettant de suivre Norris et de rester devant Ricciardo. Cependant, Ricciardo a essayé de dépasser Yuki, ce qui a détruit notre voiture et notre course. Le contact a laissé la voiture de Yuki avec beaucoup de dommages, et nous avons dû abandonner. La course de Pierre a été un peu différente. A la fin du premier tour, il avait perdu quelques positions et se trouvait en P17, sur les mediums, derrière les deux Aston qui étaient plus lentes que lui. Pendant le premier relais, Pierre a pu gagner une position en dépassant Stroll, qui était sur le même composé, mais pendant cette manœuvre il a reçu une pénalité de cinq secondes. Celle-ci a été signifiée lors de notre deuxième arrêt au stand et notre course est devenue un peu plus compliquée. Quand il est revenu sur la piste, il était derrière Albon. Le rythme de Pierre avec la gomme tendre était bon et nous avons pu le dépasser et combler l’écart avec les voitures devant, qui avaient des stratégies différentes. Pierre a terminé juste derrière Bottas, juste en dehors des points en P11. C’est dommage, parce que le rythme n’était pas mauvais aujourd’hui. Nous devons maintenant nous concentrer sur la préparation de notre prochaine course au Brésil. »

Aston Martin

Sebastian Vettel, #5, P14 :

« Globalement, nous étions juste un peu trop lents aujourd’hui. Au début de la course, je pouvais m’accrocher aux voitures qui me précédaient, mais ensuite j’ai eu la malchance de m’emmêler avec Yuki [Tsunoda]. Sa voiture était endommagée, et il est revenu sur la piste juste devant moi – j’ai perdu trop de temps et j’étais une cible facile pour les autres. La voiture ne se sentait pas très bien et l’après-midi a été un peu difficile – mais, heureusement, nous n’avons pas perdu trop de terrain dans la lutte pour la sixième place du championnat des constructeurs. »

Lance Stroll, #18, P15 :

« Le départ était génial, c’était définitivement le point culminant de la course. Sur le mouvement avec Pierre [Gasly], il a freiné tard, m’a dépassé mais ne m’a pas laissé de place. Cependant, cela n’aurait pas vraiment changé notre journée si cela n’était pas arrivé. Il y a eu des moments amusants à dépasser d’autres voitures, mais nous avons eu beaucoup de mal avec notre rythme et les pneus. Nous allons essayer de comprendre cette baisse de performance et voir comment nous pouvons progresser pour maximiser les deux dernières courses de la saison. »

Mike Krack – Directeur d’équipe :

« C’est une course où il faut gérer habilement les freins et les pneus. Et, malgré les meilleurs efforts de nos pilotes et de nos ingénieurs pour y parvenir, nous n’avons jamais été en mesure de capitaliser. Lance a conduit un autre tour d’ouverture typiquement chargé pour gagner cinq places, et Sebastian a été précis et clinique tout l’après-midi – mais il n’avait tout simplement pas le rythme pour se battre contre un troupeau de voitures plus rapides. Dans la bataille pour la sixième place du Championnat des Constructeurs, c’était un après-midi pour limiter les dégâts – nous reprendrons la lutte au Brésil le mois prochain. »

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Après une journée frustrante hier, nous pouvons être très satisfaits de nos performances d’aujourd’hui. La course à Mexico est toujours un défi, mais nous avons réussi à mettre la voiture dans une position assez bonne pour qu’elle soit facile à gérer et qu’elle ait un bon rythme par rapport à nos concurrents.

Nous avons pitché Nicholas tôt pour le pneu dur, mais malheureusement ce pneu était mauvais aujourd’hui et, couplé à quelques dommages à la voiture, cela a nui à la course de Nicky. Nous avons pu laisser Alex sur son pneu Medium pendant que nous surveillions les performances des voitures qui avaient commencé la course en Soft. Quand il est devenu clair qu’un arrêt unique en Medium-Soft était possible, nous avons pu nous engager avec Alex. Une fois encore, il a très bien conduit pour se battre agressivement avec Gasly, Vettel, Zhou et Bottas. Terminer si près de l’Alfa Romeo qui s’est qualifiée en 6ème position, surtout après un départ de course délicat, est très satisfaisant mais laisse aussi entrevoir ce qui aurait pu être possible avec une meilleure position sur la grille.

Ces deux semaines de course aux États-Unis et au Mexique ont été difficiles, mais nous pouvons être satisfaits de ce que nous avons réalisé et de la façon dont nous avons fait face aux conditions.

Alex Albon, #23, P12 :

Honnêtement, je suis vraiment content de cette journée et j’ai l’impression que notre rythme était relativement fort par rapport à ce qu’il était vendredi. Nous avons eu un départ difficile, nous sommes tombés en 19ème position et malgré quelques abandons, nous avons dépassé tout le monde, donc je pense que c’était une bonne course de notre part. C’était une course thermique avec l’air sale qui rendait les freins chauds et ensuite les pneus chauds, donc nous avons bien fait avec notre stratégie pour trouver les trous d’air propre. C’était vraiment serré aujourd’hui et je me sens bien, avec beaucoup de choses positives à retenir. Je pense que nous nous améliorons pour résoudre les faiblesses de la voiture et sur un circuit qui ne nous convient pas, nous avons pu régler la voiture et rivaliser avec ceux qui nous entourent.

Nicholas Latifi, #6, P18 :

Nous avons eu quelques dégâts sur la voiture dès le début de la course, ce qui a été confirmé par l’équipe. Au début, cela ne semblait pas trop grave, mais au fur et à mesure que la course avançait, notre rythme semblait se détériorer. Nous devons voir quels étaient les dommages spécifiques, mais malheureusement, nous n’avions pas de rythme aujourd’hui. Même à la fin de la course, j’étais deux ou trois secondes plus lent au tour sur les nouveaux pneus Soft par rapport aux personnes sur les anciens Softs. Dans l’ensemble, une journée très solitaire, mais nous allons essayer de rebondir au Brésil.