22 avril 2024

Vue d’ensemble du GP du Canada

Analyse par les Teams et Pilotes

Pirelli

MARIO ISOLA – DIRECTEUR DU SPORT AUTOMOBILE :

« Le Grand Prix du Canada est traditionnellement l’un des plus spectaculaires du calendrier, plein d’incidents et de surprises grâce à un circuit qui offre de nombreuses possibilités de dépassement mais qui ne fait pas de prisonniers. Comme c’est souvent le cas pour ce type de circuit, nous avons apporté les trois pneus les plus tendres de la gamme – C3, C4 et C5 – comme l’année dernière. Nous prévoyons que le C5 sera principalement utilisé pour les qualifications, tandis que le C4 et le C3 seront privilégiés pour la course. L’asphalte est assez lisse et ce circuit semi-permanent n’est pas très utilisé, ce qui signifie que nous devrions assister à une forte évolution de la piste au cours du week-end. Sur un circuit dépourvu de virages à grande vitesse, les facteurs clés sont la traction en sortie de virage lent, la stabilité au freinage et l’agilité lors des changements de direction. Un autre élément important à prendre en compte est la météo. Les conditions peuvent changer rapidement, non seulement du mouillé au sec, mais aussi avec des fluctuations marquées de la température. L’année dernière, lors des qualifications, la température de l’asphalte était de 17 degrés, alors qu’elle atteignait 40 degrés lors de la course.

 

LES PNEUS SUR LA PISTE

  • Pour le Grand Prix Pirelli de Formule 1 du Canada, les composés choisis sont C3 comme P Zero White hard, C4 comme P Zero Yellow medium, et C5 comme P Zero Red soft.
  • Le circuit Gilles-Villeneuve est une piste semi-permanente de 4,361 kilomètres construite sur l’île artificielle Notre-Dame au milieu du fleuve Saint-Laurent, près de Montréal. En dehors du Grand Prix, il est utilisé comme installation de loisirs pour le cyclisme, le patinage à roulettes et la marche.
  • Le premier Grand Prix du Canada s’est déroulé sur ce circuit en 1978 et a été remporté par Gilles Villeneuve. Le circuit a été rebaptisé en mémoire du pilote canadien quelques semaines après sa mort tragique en 1982.
  • La course se déroule sur 70 tours, comprenant six virages à gauche et huit virages à droite avec trois lignes droites (dont une très longue). La vitesse moyenne est relativement faible, en raison des changements de direction fréquents dus à la succession rapprochée des virages, avec des freinages continus.
  • La gomme la plus tendre n’est généralement utilisée qu’en qualifications, comme ce fut le cas l’année dernière où seules les gommes moyennes et dures étaient utilisées en course. La plupart des pilotes ont préféré une stratégie à deux arrêts, mais certains ont opté pour un seul arrêt avec un premier relais très long sur la gomme dure, en particulier ceux qui partaient en queue de peloton.
  • D’après les données de l’année dernière, le temps moyen d’un arrêt aux stands est de 18,5 secondes, malgré une pitlane de plus de 400 mètres. Les pilotes qui rentrent aux stands coupent la dernière chicane et sautent le premier virage, la sortie des stands se faisant déjà dans le virage 2.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

C’est toujours agréable de retourner à Montréal, c’est une ville géniale et les fans sont formidables. Le circuit est très unique parce qu’on peut rouler sur des bordures de trottoir à l’ancienne et le paysage est aussi très sympa. Les réglages de la voiture doivent être un savant équilibre entre la vitesse en ligne droite et la capacité à bien rouler sur les trottoirs, nous devons trouver un bon compromis. Bien sûr, la victoire de l’année dernière est encore dans mon esprit, alors j’espère que nous pourrons faire quelque chose de similaire ce week-end.

Sergio Pérez, #11 :

J’ai hâte de remonter dans la voiture ce week-end. Je suis à Milton Keynes depuis le GP d’Espagne, je travaille dur avec mon équipe et nous avons fait du bon travail et avons eu des conversations très constructives. Je sais ce que je dois faire pour retrouver la forme dont je suis capable et, en tant qu’équipe, nous savons comment placer la voiture dans une fenêtre où je serai le plus performant. Dans des moments comme celui-ci, il est plus important que jamais de travailler en équipe et nous nous soutiendrons tous les uns les autres pour tenter de remporter la victoire au Canada. J’ai une voiture fantastique et c’est toujours excitant d’en prendre le volant. Je dois être très régulier à Montréal et réaliser un week-end complet.

Max contre Alinghi Red Bull Racing

Montez à bord de l’AC75 où Max a troqué le Grand Prix sur terre pour la Formule 1 en mer : La Coupe de l’America. Regardez Max apprendre les ficelles du métier avec le skipper Arnaud Psarofaghis et l’équipe Alinghi Red Bull Racing America’s Cup. Découvrez comment les équipes se préparent avec l’aide de Red Bull Advanced Technologies, qui utilise son expertise en aérodynamique, en matériaux composites, en logiciels et en simulation, issue de la F1, pour aider l’équipe suisse à réussir.

  • Max a mené toutes les courses sans interruption depuis le 48e tour du GP de Miami, soit un total de 154 tours consécutifs en tête. La dernière fois qu’un pilote a eu une plus longue série ininterrompue, c’était Seb Vettel, de Red Bull Racing, qui avait remporté quatre courses d’affilée, dont trois du début à la fin, en 2012.
  • Checo a obtenu l’arrêt au stand le plus rapide de la saison 2023 de F1 en Espagne, avec un arrêt de 2,07 secondes au 25e tour. L’équipe a également réalisé les deuxième et troisième arrêts les plus rapides de la course.
  • La prochaine victoire de l’équipe sera sa 100e victoire en GP, après avoir remporté 23 des 26 derniers GP, faisant de Red Bull seulement le cinquième constructeur de l’histoire de la F1 à atteindre cette étape.
  • Personne n’a gagné depuis la première ligne à Montréal depuis que Daniel Ricciardo a remporté sa première victoire en F1 en 2014 depuis la sixième place sur la grille au volant de la RB10.
  • Montréal est la deuxième d’une série sans précédent de cinq courses en Amérique du Nord en 2023. Max et Checo ont réalisé un doublé à Miami en mai et Montréal sera suivie par des courses à Austin, Mexico et Las Vegas sur une période de quatre semaines en octobre et novembre.

Mercedes

L’équipe se rend au Circuit Gilles Villeneuve à Montréal pour le Grand Prix du Canada

Toto parle du Canada :

Le résultat en Espagne est une récompense bien méritée pour les efforts de chacun à Brackley et Brixworth pour mettre en place notre programme de mise à jour sur la piste. Nous avons été satisfaits de ses performances, et il nous servira de nouvelle base de départ.

Mais nous devons aussi gérer nos attentes. C’était un circuit qui convenait à notre voiture, et nous devons nous attendre à ce que nos concurrents directs soient plus forts lors des prochaines courses. L’écart avec Red Bull est important et il faudra travailler dur pour le combler. Néanmoins, nous sommes prêts à relever le défi.

Après le Grand Prix d’Espagne, Mick a eu l’occasion de piloter la W14 pour la première fois. Il s’est bien intégré lors des essais de pneus Pirelli et a apprécié l’expérience. Mick est déjà devenu un membre précieux de l’équipe et son travail dans le simulateur s’est avéré utile pour trouver des temps au tour, comme nous l’avons vu à Barcelone.

Nous nous rendons maintenant à Montréal. Avec ses longues lignes droites et ses virages à faible vitesse, ce n’est pas un circuit qui devrait convenir à notre voiture aussi bien que Barcelone. Quel que soit le rythme réel de la voiture ce week-end, nous chercherons à maximiser notre résultat. Les caractéristiques du circuit nous donneront également l’occasion d’en apprendre davantage sur la W14 et d’alimenter notre programme de développement.

Fiche d’information : Grand Prix du Canada :

  • Le circuit Gilles Villeneuve, d’une longueur de 4,361 km, présente des caractéristiques similaires à celles du circuit de la ville de Baku, en Azerbaïdjan. De longues lignes droites nécessitant une faible traînée sont ponctuées de virages plus lents tels que des chicanes et des épingles à cheveux qui requièrent une plus grande force d’appui.
  • Les 14 virages du circuit comprennent six virages à gauche et huit virages à droite. La plupart des virages se situent dans une fourchette de vitesse similaire, qui se situe au bas de l’échelle par rapport aux autres circuits du calendrier 2023.
  • Plusieurs virages se présentent sous la forme d’un double changement de direction (combinaisons gauche/droite ou droite/gauche) qui exige une bonne réactivité de la part de la voiture. Il s’agit notamment des combinaisons des virages 1 et 2, 3 et 4, 6 et 7, 8 et 9, et de la chicane finale des virages 13 et 14.
  • La voie des stands de 405 mètres se classe au huitième rang en termes de longueur sur l’ensemble des circuits où nous courons. Cependant, le temps passé lors d’un arrêt aux stands n’est pas particulièrement élevé, car les pilotes n’ont pas l’inconvénient de passer par la dernière chicane et entrent directement dans la voie des stands. De plus, la sortie des stands se fait au niveau du deuxième virage, ce qui évite d’avoir à négocier le premier virage.
  • Le circuit Gilles-Villeneuve est traditionnellement considéré comme difficile pour les freins, à l’instar du GP d’Autriche. Cependant, il y a généralement moins de problèmes de refroidissement au Canada qu’à Spielberg, car la distance entre les tours est plus grande et les freins ont plus de temps pour dissiper la température.
  • Bien que la surface de la piste de Montréal soit assez lisse, la dégradation des pneus est traditionnellement élevée. Si l’on ajoute à cela les caractéristiques de la piste, qui est de type « stop-go », les chances de dépassement s’en trouvent améliorées et la course est généralement divertissante.
  • Au cours des cinq dernières éditions du Grand Prix du Canada, la voiture de sécurité a été déployée trois fois. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un phénomène particulièrement répandu, en raison de la proximité des murs et de l’étroitesse de la zone de sortie de piste, même des accidents relativement mineurs peuvent constituer un risque de déploiement de la voiture de sécurité.
  • Lewis Hamilton et Michael Schumacher se partagent le record du plus grand nombre de victoires sur le circuit Gilles Villeneuve avec sept.
  • Le circuit est situé sur l’île Notre-Dame, une île qui a accueilli l’exposition universelle en 1967. Le pavillon américain de l’Expo 67, devenu la Biosphère de Montréal et aujourd’hui musée de l’environnement, en est un rappel visible.

Aston Martin

Lance Stroll, #18 :

« Je suis très heureux de retourner à Montréal pour ma course nationale ; c’est toujours spécial pour moi de voir tout le soutien des Canadiens dans la ville où j’ai grandi. C’est un circuit qui me rappelle aussi de bons souvenirs ; gagner sept places pour terminer dans les points l’année dernière a été particulièrement mémorable.

« Compte tenu de l’étroitesse de la hiérarchie lors des dernières courses, il sera intéressant de voir comment les caractéristiques du circuit influenceront la compétitivité dans la pitlane ce week-end. Les marges seront très serrées, alors nous ferons tout notre possible pour offrir un bon spectacle à mon public. »

Fernando Alonso, #14 :

« Nous avons eu un double programme chargé avec Monaco et l’Espagne et nous sommes repartis avec 32 points en tant qu’équipe. L’ambiance en Espagne était phénoménale, mais nous avons eu un samedi difficile et nous n’avons pas eu le rythme le dimanche pour offrir un spectacle aux fans.

« Le prochain rendez-vous est Montréal, qui est un circuit historique de la Formule 1 et j’ai de bons souvenirs de course ici. L’année dernière, par exemple, je suis parti deuxième sur la grille après une séance de qualification chaotique et humide. Il pourrait à nouveau pleuvoir ce week-end, alors nous garderons un œil sur le radar.

« Le circuit est amusant et si les dépassements peuvent être difficiles, il peut aussi donner lieu à des courses surprenantes, donc nous serons prêts à tout. Nous avons quelques améliorations ce week-end et notre objectif est de passer un bon week-end et de marquer le plus de points possible. 

Insight et rapidité avec Cognizant

  • Interruptions de course : Il n’y a pas eu de drapeau rouge ici depuis le tristement célèbre Grand Prix du Canada 2011, mais les voitures de sécurité sont fréquentes : il y en a eu cinq depuis 2014. Depuis la mise en place de la voiture de sécurité virtuelle (VSC) en 2015, il y a eu quatre déploiements de la VSC et depuis, seules les années 2015 et 2019 ont été exemptes de voiture de sécurité ou de VSC.
  • Dépassement : Il est possible de dépasser ici, mais le tour court et les petites différences de vitesse signifient qu’il peut être difficile de prendre l’avantage sur la voiture qui précède. Il y a eu 27 dépassements par course en moyenne au cours des trois dernières courses – sans tenir compte des départs de la voiture de sécurité, des départs sous drapeau rouge et des départs de course – et la longue ligne droite après le virage 12 est la zone de dépassement la plus populaire.
  • Stratégie : Les pneus les plus tendres sont utilisés ce week-end. Normalement, il s’agit d’une course à un seul arrêt, mais le Grand Prix du Canada de cette année pourrait se dérouler en deux arrêts en raison de l’effet de sol des voitures et de la probabilité élevée de déploiement de la voiture de sécurité et de la voiture de sécurité virtuelle. Grâce à l’entrée rapide dans les stands et à la courte pitlane, il est judicieux de s’arrêter pendant les avertissements.
DRS
Turns

Ferrari

Classique canadien

Le Grand Prix du Canada est la huitième des 22 épreuves de cette année et se déroule pour la 42e fois sur le circuit Gilles-Villeneuve, situé sur l’île artificielle de Notre-Dame à Montréal.

Frédéric Vasseur, directeur de l’équipe :

« Nous arrivons au Canada en sachant que la SF-23 peut encore être améliorée en termes de rythme de course. Cependant, les améliorations apportées lors de la dernière manche en Espagne ont permis à la voiture de se comporter de manière plus régulière lors de la course de Barcelone.

L’année dernière à Montréal, nos deux pilotes ont fait une très bonne course, Carlos terminant deuxième après avoir mis le vainqueur sous pression jusqu’au drapeau, tandis que Charles s’est frayé un chemin à travers le peloton depuis la dernière rangée de la grille pour terminer cinquième. Ferrari a toujours bénéficié d’un grand soutien au Canada et nous espérons offrir une belle performance à nos tifosi ce week-end.

Statistiques Ferrari :

  • GP disputés 1059
  • Saisons en F1 74
  • Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2e ; R. Sommer 4e ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (22,85%)
  • Pole positions 243 (22.95%)
  • Tours les plus rapides 259 (24.46%)
  • Total des podiums 799 (25.15%)

Statistiques Ferrari GP du Canada :

  • GP disputés 51
  • Débuts 1967 (C. Amon 6ème)
  • Victoires 12 (23.53%)
  • Pole positions 8 (15.69%)
  • Tours les plus rapides 10 (19,61%)
  • Total des podiums 37 (24,18%)

Trois questions à MICHELE PIGNATTI MORANO, DIRECTEUR DES MUSÉES FERRARI, Italien, 2/2/1966, Johannesburg (Afrique du Sud) :

  1. Ce week-end est un anniversaire particulier dans l’histoire d’Enzo Ferrari et donc de son entreprise. Parlez-nous de cet événement et de ce qui a été organisé pour le célébrer ?

Le 17 juin est le centième anniversaire de la première victoire d’Enzo Ferrari, qui a eu lieu sur le circuit de Savio, près de Lugo di Romagna, d’où Francesco Baracca est originaire. C’est ce jour-là, en 1923, que Ferrari rencontra pour la première fois le père du célèbre aviateur, dont il « héritera » plus tard de l’emblème du cheval cabré. Le musée de Modène, dédié à notre fondateur, célèbre cet anniversaire en organisant une reconstitution de l’événement, qui restitue l’esprit de compétition des années 1920-25. Les samedi 17 et dimanche 18 juin, les visiteurs pourront découvrir une installation spéciale dans la salle des congrès du musée, qui fera partie de l’expérience muséale à cette occasion. En outre, toutes les recettes de ces journées seront reversées à des œuvres caritatives en faveur du fonds de secours de l’Émilie-Romagne.

  1. Il existe deux musées Ferrari, l’un à Maranello et l’autre à Modène. Comment expliquez-vous leurs caractéristiques différentes ?

Le musée Ferrari de Maranello est l’espace d’exposition historique de l’entreprise, géré directement par celle-ci depuis 1995. Il est situé à proximité des sites Ferrari les plus importants, comme l’usine elle-même, dont l’entrée est restée inchangée depuis toujours, le siège de la Scuderia et le circuit de Fiorano. C’est une destination incontournable pour tout fan de Ferrari et elle accueille chaque année 400 000 visiteurs du monde entier. L’exposition de Maranello se concentre sur l’entreprise, la production des voitures, l’évolution des processus de fabrication, les Supercars qui ont ouvert la voie à l’innovation technologique de la marque, l’histoire de la Scuderia depuis ses débuts, les voitures et les pilotes qui ont remporté le championnat du monde de Formule 1, qui sont célébrés dans la salle des victoires. Depuis 2014, le musée de Modène complète celui de Maranello, ajoutant à l’expérience offerte aux visiteurs un regard sur l’histoire et les débuts d’Enzo Ferrari, sa maison natale, le bureau voisin de son père qui abrite le Ferrari Motor Museum, ainsi qu’un pavillon d’exposition futuriste, abritant des expositions temporaires qui sont modifiées chaque année à l’occasion de l’anniversaire d’Enzo, le 18 février.

  1. Vous avez une grande expérience des affaires. Parlez-nous un peu de vous et de votre passion pour cette entreprise.

Je suis né à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 2 février 1966, sixième d’une famille de sept enfants. Mon père était un diplomate qui a voyagé dans le monde entier, mais il était originaire de Modène. Je travaille chez Ferrari depuis plus de 20 ans et j’ai acquis de l’expérience dans plusieurs domaines. J’ai commencé par le marketing en tant que responsable du sponsoring, puis j’ai travaillé sur nos activités d’entreprise telles que les parcs à thème et maintenant je suis responsable des musées. Mes enfants et plusieurs de mes amis disent que j’ai le plus beau métier du monde. J’ai en effet la chance de représenter chaque jour la grande marque qu’est Ferrari et, chaque année, plus de 600 000 visiteurs viennent dans les musées du monde entier pour vivre une expérience unique liée au cheval cabré. Avec mes collègues, notre rôle est de transmettre la passion incarnée par cette grande marque. Comme le disait Enzo Ferrari, « on ne peut pas décrire la passion, il faut la vivre ». Et c’est ce que nous essayons de faire chaque jour dans les musées. Travailler chez Ferrari est un honneur et exige également beaucoup de passion et de sacrifices, ce qui n’est possible qu’avec le soutien d’une merveilleuse famille. »

Grand Prix du Canada : faits et chiffres

  1. La position de Montréal en termes de taille sur la liste des villes francophones du monde. La plus grande, avec la plus grande population, est Kinshasa (République démocratique du Congo), suivie de Paris (France) et d’Abidjan (Côte d’Ivoire). La majorité des habitants de Montréal sont au moins bilingues, bien que 20 % de la population parle également une troisième langue.
  2. C’est le nombre de fois où l’équipe des Canadiens de Montréal, familièrement appelée « Habs », a brandi la Coupe Stanley pour remporter la LNH (Ligue nationale de hockey). Le club est sans doute le plus populaire de la ville et c’est la plus ancienne équipe professionnelle de hockey sur glace au monde. La dernière fois qu’il a remporté la Coupe Stanley, c’était en 1993, mais il détient toujours le record du plus grand nombre de titres de la LNH.
  3. C’est l’âge moyen des habitants de Montréal, l’un des plus bas parmi les villes d’Amérique du Nord. Cette statistique s’explique par le fait que Montréal accueille une vingtaine de milliers d’étudiants originaires de 150 pays différents.
  4. C’est le nombre d’années qui se sont écoulées depuis l’apparition de la voiture de sécurité en Formule 1. La voiture qui sort lorsqu’il y a un danger sur la piste a été utilisée pour la première fois lors du Grand Prix du Canada 1973, à Mosport Park. Elle était conduite par l’ancien pilote de Formule 1, Eppie Wietzes, qui, il faut le dire, a roulé au milieu du peloton et a eu un effet non négligeable sur le résultat final de la course !
  5. C’est le nombre de tours effectués par une Ferrari en tête du Grand Prix de Montréal. Le record ne pourra pas être battu cette année puisque McLaren est deuxième sur la liste avec 518 tours, suivie de Williams (440), Mercedes (257) et Red Bull (236) et que la distance de la course de dimanche est de 69 tours.

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente la 9e manche du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2023, le Grand Prix du Canada sur le circuit Gilles Villeneuve.

Esteban Ocon, #31 :

« C’est un super circuit et j’aime beaucoup y piloter. La plupart des virages à Montréal se présentent sous la forme d’un double changement de direction, ce qui nécessite une bonne réactivité de la part de la voiture, donc les réglages sont très importants. Il y a aussi les murs qui rendent la piste excitante à piloter et qui nous gardent sur nos gardes. La surface de la piste de Montréal est généralement assez lisse, mais la dégradation des pneus en course est généralement relativement élevée, car nous utilisons les pneus les plus tendres. Combiné à la nature stop-and-go de la piste, cela améliore les chances de dépassement, ce qui peut rendre le Grand Prix divertissant. Nous avons terminé sixièmes ici l’année dernière, alors nous allons essayer d’égaler ou d’améliorer ce résultat cette fois-ci ! « 

Pierre Gasly, #10 :

« Après avoir couru sur un circuit plus conventionnel à Barcelone la dernière fois, nous sommes de retour sur une piste de rue à Montréal. C’est un endroit vraiment sympa pour courir, très rapide avec de grandes zones de freinage et des virages rapides. Je me suis préparé dans le simulateur d’Enstone, tout se passe bien et j’ai hâte d’être sur la piste vendredi. Le temps semble intéressant – il y aura probablement de la pluie – donc nous resterons prêts pour toutes les conditions et nous verrons ce que nous pouvons faire. De plus, Montréal en général est un endroit très agréable à vivre, d’autant plus que c’est une ville francophone. Par conséquent, le soutien y est toujours exceptionnel et j’ai hâte de découvrir l’atmosphère qui y règne.

Le saviez-vous ?

Alpine est l’une des deux seules équipes à avoir marqué des points avec ses deux voitures lors des trois dernières courses consécutives (l’autre étant Mercedes).

McLaren

« Nous sommes sur la bonne trajectoire en tant qu’équipe pour une fondation à long terme ».

La beauté des courses multi-séries est que vous avez rarement à endurer un week-end sans course, mais quand cela arrive, vous ne pouvez pas vous empêcher de vous sentir un peu perdu.

L’équipe a eu de quoi s’occuper en débriefant de l’Espagne, en se préparant pour le Canada et en continuant à bricoler le MCL60. Et même si nous n’avons pu regarder aucune des équipes McLaren Racing en action pendant que nous travaillions, nous avons pu encourager René Rast et Will Stevens, qui participaient aux 24 heures du Mans.

Heureusement, nous reprenons l’action ce week-end à Montréal, où se sont déroulées certaines des plus grandes courses de notre histoire. Dans le guide des Grands Prix de cette semaine, nous ferons un bref retour en arrière, nous nous plongerons dans les détails du circuit et nous recueillerons les avis de Lando, Oscar et Andrea Stella, le directeur de l’équipe.

Lando Norris, #4 :

« J’ai hâte de reprendre la compétition au Canada. La course en Espagne a été difficile, mais il y a eu beaucoup de choses à retenir pour moi et pour l’équipe, y compris le point positif de la troisième place obtenue samedi en qualifications.

« Après une semaine de repos à la suite d’une double course, je suis retourné au MTC avec mes ingénieurs pour préparer ce week-end. Le circuit Gilles-Villeneuve peut être difficile avec ses chicanes à fort freinage, mais il peut aussi être très amusant à piloter. J’ai hâte d’y être et j’espère que nous pourrons marquer des points.

Oscar Piastri, #81 :

« Nous sommes de retour en course après une semaine de travail acharné à l’usine. Je me suis préparé pour le week-end avec mes ingénieurs et je me sens prêt à faire mes débuts sur le circuit Gilles-Villeneuve. L’Espagne a été douce-amère pour l’équipe. Le dimanche s’est avéré difficile, mais nous avons pu tirer des enseignements positifs de la séance de qualification du samedi.

« Il y a encore beaucoup à faire cette saison et nous travaillons très dur pour améliorer notre rythme de course. Nous donnerons le meilleur de nous-mêmes au Canada et nous espérons avoir un week-end de course positif.

Garder le cap sur Mont-Réal

La section la plus emblématique du circuit Gilles-Villeneuve est, bien sûr, le Mur des Champions, une barrière redoutable qui a pris en défaut la crème de la crème de la Formule 1, de Damon Hill, Jacques Villeneuve et Michael Schumacher à Sebastian Vettel et Jenson Button. Vous découvrirez ici d’où vient son nom et pourquoi il a arrêté tant de grands noms.

En dehors de cela, il y a bien d’autres choses à aimer. Le Canada est en grande partie rapide et fluide, avec quelques longues lignes droites qui permettent aux pilotes de mettre le pied à l’étrier. Il n’y a pas que le pied au plancher, avec quelques zones de freinage intense qui mettent à l’épreuve la bravoure et le temps de réaction des pilotes, donnant à ceux qui sont les plus tardifs sur les freins un peu plus de temps.

La combinaison de sections à grande vitesse et de zones de freinage intensif peut donner l’impression d’un circuit en dents de scie, mais c’est pour une bonne raison : ce circuit est l’un des plus difficiles du calendrier, car les voitures et les pilotes y sont poussés à leurs limites.

Cela en fait également un circuit idéal pour les dépassements. Le meilleur exemple en est la fin du tour, où les voitures peuvent se faire remorquer à la sortie du dernier virage et sur la ligne droite principale, ce qui rend possible un mouvement vers cette route ou vers le virage 1.

La dernière fois

Notre dernière sortie en Formule 1 s’est déroulée sous le signe de Jekyll et Hyde. La qualification a été brillante, les conditions convenant aux caractéristiques du MCL60 et permettant à Lando de prendre la troisième place au mérite. Oscar aurait également pu s’y hisser sans une petite erreur dans le dernier secteur. Même après cette erreur, Oscar s’est assuré une solide neuvième place au départ.

En revanche, la course a été beaucoup plus difficile. Lando est entré en collision avec Lewis Hamilton dans le premier tour, ce qui l’a contraint à passer par les stands pour réparer, avant de revenir en queue de peloton et de terminer la course à la 17e place. La situation n’est pas meilleure non plus pour Oscar, l’Australien ayant du mal à trouver le rythme dans des conditions moins favorables que le samedi et rétrogradant dans les points à la 13e place.

Le décor

Il y a deux facettes à Montréal : la culture tranquille des cafés pendant la journée et la vie nocturne animée le soir. Si vous êtes là pour la première, vous ne serez pas déçu. Prenez un café chez l’un des fantastiques baristas locaux et regardez le monde passer, ou promenez-vous dans les magnifiques rues pavées de la ville, en vous arrêtant pour voir des monuments tels que la basilique Notre-Dame de Montréal et l’oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal.

Le soir, faites votre choix parmi les excellents restaurants et bars de la ville, et n’oubliez pas de goûter à la poutine, une combinaison franco-canadienne de frites croustillantes, de fromage et de sauce riche.

Andrea Stella :

« Nous sommes revenus d’Espagne avec un résultat peu satisfaisant. Nous étions bien sûr très heureux de commencer la course avec les deux voitures dans le top 10 après une séance de qualification positive. La course s’est avérée plus difficile en termes de rythme et en raison de l’incident de Lando au virage 1. Nous en tirons les leçons et nous repartons.

« Le Canada est un circuit que de nombreux pilotes apprécient. C’est un autre circuit difficile, rapide mais avec des virages à basse vitesse et beaucoup de freinage et de traction. Nous sommes sur la bonne trajectoire en tant qu’équipe pour le long terme et nous savons que les résultats commenceront à nous parvenir une fois que nous aurons amélioré la voiture. En attendant, nous allons essayer de tirer le meilleur parti du prochain GP au Canada.

Pack de statistiques

  • Nous sommes l’équipe la plus titrée au Grand Prix du Canada avec 13 victoires.
  • Denny Hulme a remporté notre première victoire au Canada en 1968.
  • Neuf de nos 13 victoires ont été remportées sur le circuit Gilles Villeneuve, qui accueille le GP du Canada depuis 1978.
  • Notre victoire la plus récente au Canada a été remportée par Lewis Hamilton en 2012, notre troisième victoire consécutive au circuit Gilles-Villeneuve.
  • Le Grand Prix du Canada 2011, remporté par Jenson Button de McLaren, a duré quatre heures, quatre minutes et 39,537 secondes en raison de conditions météorologiques torrentielles.
  • Peter Revson, Emerson Fittipaldi, James Hunt, Ayrton Senna, Gerhard Berger, Mika Häkkinen et Kimi Räikkönen ont également gagné pour nous au Canada.
  • Le circuit Gilles Villeneuve s’appelait à l’origine le circuit de l’Île Notre-Dame avant d’être rebaptisé en 1982 après la mort du pilote canadien Gilles Villeneuve.
  • Le circuit a accueilli des épreuves d’aviron et de canoë-kayak lors des Jeux olympiques de Montréal en 1976.

Haas

La saison 2023 du Championnat du monde FIA de Formule 1 de MoneyGram Haas F1 Team se poursuivra avec la 9e manche, le Grand Prix du Canada, sur le circuit Gilles-Villeneuve.

Le Canada a commencé à faire partie du calendrier de la Formule 1 en 1967, alternant entre Mosport Park et Mont-Tremblant, avant qu’un circuit semi-permanent ne soit formé sur l’île Notre Dame, construite par l’homme, dans le fleuve Saint-Laurent à Montréal, en 1978.

Cette manche inaugurale a été remportée par l’icône canadienne Gilles Villeneuve, qui a donné son nom au circuit en 1982, après son décès prématuré. La signature « Salut Gilles » chevauche toujours la ligne de départ et d’arrivée du circuit en son honneur. Montréal s’est rapidement imposée comme l’un des sites les plus populaires de la Formule 1, la ville vibrante ouvrant ses bras au championnat, et la saison dernière, elle a fait un retour réussi après une absence de deux ans due à une pandémie.

Le circuit Gilles-Villeneuve semble simple sur le papier, puisqu’il ne fait que 4,3 km de long et ne compte que sept complexes notables, mais il est étonnamment difficile. Le circuit se caractérise par des sections à grande vitesse reliées par des chicanes à vitesse moyenne et quelques zones de freinage intense, avec une forte traction essentielle dans les épingles à cheveux à faible vitesse.

La proximité des murs ajoute au défi pour les pilotes, surtout à la sortie de la dernière chicane, surnommée le Mur des Champions en raison du nombre de concurrents d’élite qui ont subi des accidents coûteux dans ce complexe.

MoneyGram Haas F1 Team aborde la neuvième manche de la saison à la septième place du championnat des constructeurs, avec huit points au compteur.

Nico Hulkenberg possède un solide palmarès à Montréal, ayant pris des points à chacun de ses six derniers départs au GP du Canada, commençant cette série par une remarquable cinquième place en 2014. C’est également lors de cette course que Kevin Magnussen a obtenu son meilleur résultat sur le circuit, en se classant neuvième.

Guenther Steiner – Directeur d’équipe :

La neuvième manche du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2023 nous amène au Grand Prix du Canada. Après une courte période de courses européennes, quelle est la place de Montréal dans votre programme de courses aériennes ?

Pour l’équipe, c’est au milieu de la « saison européenne », mais pour moi, ce n’est pas vraiment une course de fuite, car c’est l’une des plus proches. Au Canada, il est difficile de trouver une date où il ne neige pas et qui ne se situe pas au milieu des courses européennes, car on ne peut pas le faire avant le début des courses en Europe, car il y a toujours un risque qu’il neige encore ou qu’il fasse froid là-bas.

« Le Grand Prix du Canada est un grand événement, les fans l’apprécient toujours et ils sont très bons là-bas, j’ai vraiment hâte d’y être ».

Le circuit Gilles-Villeneuve est un circuit rapide et à faible coefficient d’abattement – est-ce que cela va jouer sur les points forts de la VF-23 ou est-ce que cela va mettre en évidence ses limites ?

« Comme toujours cette saison, nous ne savons pas vraiment où nous nous situons, d’une course à l’autre, c’est difficile à prévoir. Nous ne nous prévoyons pas seulement nous-mêmes, mais nous devons aussi prévoir nos adversaires, car tout est si serré, il y a beaucoup de concurrence à quelques dixièmes près. Nous devons aller à Montréal, faire de notre mieux et travailler sur notre rythme de course, qui n’était pas celui que nous souhaitions en Espagne.

L’écurie MoneyGram Haas F1 Team a une fois de plus enregistré un temps d’arrêt au stand parmi les huit plus rapides lors du Grand Prix d’Espagne. Pouvez-vous nous expliquer le travail effectué en coulisses par l’équipe pour atteindre de tels objectifs ?

« L’année dernière, nous avons passé beaucoup de temps à améliorer nos arrêts au stand, ou à les améliorer à nouveau. Les deux années où nous avons eu des difficultés, nous avons reculé, comme pour tout. Nous avons une nouvelle entraîneuse pour notre groupe, Faith Atack-Martin, et elle fait un travail fantastique. Elle est chargée de veiller à ce que l’équipe soit en bonne santé physique et mentale.

« Notre chef mécanicien, Toby Brown, motive le groupe du mieux qu’il peut, et notre stratège, Faissal Fdil, qui s’occupe de l’analyse des arrêts au stand et de la pratique des arrêts au stand, fait également beaucoup d’efforts parce qu’on peut perdre beaucoup de temps. Normalement, on ne peut pas gagner de temps lors d’un arrêt au stand parce que tout le monde fait du très bon travail, mais on peut en perdre beaucoup. Tout le monde s’améliore, nous avons fait un top 10 à Barcelone avec le huitième arrêt au stand le plus rapide de la course, mais si nous continuons à travailler dur, je pense que nous pouvons faire encore mieux. »

Alfa Romeo

L’Alfa Romeo F1 Team Stake traverse l’Atlantique pour le Grand Prix du Canada. Après avoir marqué des points lors de la dernière édition à Barcelone, l’équipe visera une nouvelle performance combative sur le circuit Gilles Villeneuve, au bord du fleuve Saint-Laurent.

100 ans de passion

La course est plus qu’un sport, c’est un état d’esprit.

La course, c’est trouver la limite, c’est repousser les frontières du possible. C’est ce qui nous fait nous lever le matin, c’est ce qui alimente chaque pensée, chaque moment d’éveil. La course n’est pas quelque chose que l’on fait, c’est quelque chose que l’on devient.

La course est ancrée dans l’esprit d’Alfa Romeo depuis le début de son histoire, en 1910. Les voitures de la marque ont toujours incarné l’esprit de la noble sportivité italienne, que ce soit sur piste ou sur route : un esprit qui a conduit à des récompenses, des trophées, des records et, une fois traduite pour le monde en dehors du circuit, une attitude sportive qui survit jusqu’à aujourd’hui dans chaque modèle de la marque.

Aucun symbole ne représente mieux l’héritage de course d’Alfa Romeo que le Quadrifoglio, le trèfle à quatre feuilles qui orne encore aujourd’hui les voitures les plus performantes de la marque. Il y a 100 ans, lors de la Targa Florio de 1923, le légendaire pilote Ugo Sivocci a peint pour la première fois le porte-bonheur sur sa RL Corsa, avant de remporter l’épreuve. Depuis ce jour, le trèfle porte-bonheur est synonyme de voitures de course Alfa Romeo – y compris notre C43.

Pour célébrer cette étape et rendre hommage au siècle d’histoire que représente le Quadrifoglio, à Montréal, les voitures de l’Alfa Romeo F1 Team Stake arboreront une édition spéciale du logo, encadré dans un triangle doré, sur le couvercle du moteur. Un petit geste pour faire un clin d’œil respectueux à l’histoire, à l’héritage et à la passion que ce symbole incarne.

100 ans, c’est long, mais la performance reste jeune. A 100 ans encore, Quadrifoglio.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« Le résultat positif obtenu à Barcelone est une preuve importante des efforts déployés par l’équipe au cours des dernières semaines, tant sur le circuit qu’à Hinwil, et de l’envie que nous avons tous de nous battre régulièrement pour les points. Le résultat que nous avons ramené à la maison nous a rendus encore plus motivés, et l’équipe a repris le travail immédiatement pour trouver la performance supplémentaire qui peut faire la différence dans notre sport. Nous nous rendons à Montréal avec confiance : nous avons obtenu ici l’un de nos meilleurs résultats de la saison dernière, et l’objectif est bien sûr de le reproduire. Le rythme que nous avons affiché tout au long du week-end en Espagne est prometteur et confirme que les améliorations que nous avons apportées nous poussent dans la bonne direction. Nous devons continuer à réaliser de bonnes performances : nous savons maintenant, plus que jamais, que nous en avons les moyens, et si nous réalisons un week-end parfait, nous sommes tout à fait capables d’en faire encore plus. »

Valtteri Bottas, #77 :

« C’était bien de voir l’équipe en pleine forme à Barcelone après quelques courses difficiles. De mon côté, les dommages causés au plancher par des débris lors du premier tour m’ont empêché d’exploiter pleinement le potentiel de la C43, ce qui est regrettable compte tenu du rythme encourageant affiché par mon coéquipier. Néanmoins, il s’agit d’un nouveau week-end de course et d’une occasion de se remettre en selle. Depuis Barcelone, j’ai travaillé dans le simulateur et chez moi en Finlande, et je me sens prêt à relever les défis qui nous attendent. J’ai aimé courir ici à Montréal dans le passé, et j’ai hâte d’être à ce week-end. Nous savons que notre voiture a le potentiel pour bien faire, et ce sera notre objectif à partir de vendredi, en mettant Barcelone derrière nous et en ajoutant de nouveaux points à notre palmarès. »

Zhou Guanyu, #24 :

« Revenir de Barcelone avec des points est assurément gratifiant, et c’est une bonne motivation pour toute l’équipe de poursuivre le travail considérable effectué jusqu’à présent, à la fois sur et en dehors de la piste. Je suis ravi de retourner au Canada cette semaine, j’ai de très bons souvenirs de mon premier passage ici il y a un an – et je suis impatient d’en faire d’autres. Nous avons fait de bons progrès tout au long du week-end en Espagne, et dans l’ensemble nous avons eu une course très bien menée avec une bonne gestion des pneus et des choix stratégiques. Même si le circuit est très différent de celui de Barcelone, j’espère que nous serons en mesure de maintenir les performances réalisées là-bas. Si nous sommes à notre meilleur niveau dès la première séance d’essais, nous pourrons nous qualifier dans une position favorable et continuer à marquer des points dimanche.

AlphaTauri

Nyck de Vries, #21 :

« Je pense que les deux dernières courses ont été très positives : Monaco a été un week-end solide et propre, et sur l’ensemble de l’épreuve de Barcelone, nous avons fait preuve d’une bonne performance. Il est dommage que je n’aie plus de pneus neufs pour la Q2, car j’aurais eu une bonne chance de mieux me qualifier, mais ce sont des choses qui peuvent arriver dans des circonstances délicates. En course, j’ai pris un bon départ, mais ma ligne intérieure a été compromise par deux autres voitures qui ont perdu du temps ensemble. Il y a encore de la place pour l’amélioration, mais je vois clairement que nous avons un bon potentiel, donc je continue à me concentrer sur la progression et le travail comme je l’ai fait récemment.

« L’équipe a fait un excellent travail au cours des dernières courses, et je peux voir une nette tendance à la hausse alors que nous nous rapprochons du top 10. Ils ont consacré beaucoup de temps, de travail et d’efforts pour améliorer le développement de la voiture et l’amener sur le circuit. Cela a définitivement porté ses fruits en termes de compétitivité. Cela dit, le milieu de peloton est tellement serré que je ne pense pas que l’on puisse toujours juger le succès du développement sur le résultat final, car il faut plus que des performances pour obtenir un résultat dans ce groupe de milieu de peloton.

« J’étais au Canada pour la course l’année dernière, j’ai donc déjà vu ce circuit inhabituel, un mélange de circuit permanent et de circuit de rue, mais ce week-end, ce sera la première fois que j’y courrai vraiment. C’est un circuit très particulier : quand on regarde la carte, on a l’impression que c’est un tracé simple, mais c’est assez délicat. Alors que la plupart des circuits sur lesquels nous courons se rapprochent des mêmes normes de sécurité, des mêmes zones de sortie de piste, des mêmes bordures et même des mêmes infrastructures, le Canada est un circuit qui reste unique et qui a son propre caractère.

« J’ai travaillé sur le simulateur la semaine dernière, mais il est difficile de prédire comment nous allons nous en sortir car, comme je l’ai déjà dit, le milieu de terrain est très serré. Le circuit pose des questions intéressantes en termes de réglages de la voiture, mais j’apprends qu’en Formule 1, même si tout semble se dérouler rapidement, le week-end est en fait long. Cela dit, il faut vraiment se présenter et être compétitif immédiatement, en continuant à progresser tout au long du week-end, alors que les conditions et les circonstances changent continuellement. Lors des qualifications, l’évolution et la montée en puissance sont souvent encore plus importantes, c’est donc un objectif en perpétuel mouvement. J’ai hâte de retourner à Montréal, car c’est une ville formidable, un mélange entre l’Amérique du Nord et l’Europe, en particulier la France, bien sûr, avec la langue. Il y a une grande effervescence et les fans sont très accueillants.

Yuki Tsunoda, #22 :

« C’était frustrant de ne pas marquer de points à cause de la pénalité en Espagne, mais en mettant cela de côté, je peux dire que nous avons été constants et que je suis vraiment content de la façon dont nous avons travaillé. L’équipe a fait du bon travail, en particulier avec la stratégie pour le dimanche, et pour les qualifications, j’ai eu beaucoup d’aide de la part de mes ingénieurs et de l’équipe. Nous travaillons bien ensemble, mais plus encore, l’équipe elle-même s’est améliorée et tout le monde tire dans la même direction. Même si nous savons que nous avons quelques difficultés cette saison, nous avons obtenu de bons résultats en course, et c’est grâce au travail de chacun.

« Je sens que je m’améliore personnellement course après course et que je suis capable de me donner à 100 % en termes de concentration et d’effort, ce qui était mon objectif pour cette année. Je sais que je peux y arriver et parce que je pousse, je suis à la limite à chaque tour. Parfois, cela conduit à une erreur, mais je peux en tirer des leçons. Les deux dernières courses ont été positives, j’ai apprécié les dépassements à Barcelone, ce à quoi je ne m’attendais pas pour être honnête, et notre rythme était élevé.

« Le circuit canadien est difficile et agréable à piloter, et l’atmosphère est incroyable. C’est un circuit de rue, mais il ressemble davantage à une piste de course permanente à l’ancienne, un peu comme Suzuka, où dès que vous sortez de la ligne blanche, vous vous retrouvez sur l’herbe. C’est un circuit délicat en termes de réglages, car il faut une faible traînée et une grande force d’appui. En fait, je me souviens que la course au Canada de l’année dernière a été un tournant dans ma compréhension de la voiture. J’ai eu beaucoup de mal lors des essais libres, mais j’ai pu revenir beaucoup plus fort en course. Avec les ingénieurs, nous avons pu comprendre quelle direction prendre pour rendre la voiture et moi-même plus rapides. La configuration équilibrée que nous avons trouvée à Montréal est toujours celle que nous utilisons aujourd’hui. La Sim de la semaine dernière l’a confirmé et je suis heureux du travail que nous avons accompli pour peaufiner les réglages. J’espère que ça va marcher.

Que contient le régime alimentaire d’un pilote de Formule 1 ? – Derrière la visière

Le régime alimentaire de tout athlète est important, mais il est essentiel que les pilotes de Formule 1 le suivent rigoureusement, car il peut avoir un impact direct sur les performances de la voiture.

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Le Canada est toujours un événement agréable ; le circuit se prête à de bonnes courses et il y a toujours une chance d’avoir des conditions météorologiques délicates, qui peuvent être une chaleur torride ou des averses soudaines.

Le circuit de Montréal devrait jouer un peu plus sur les points forts de la FW45 que Monaco et Barcelone. De plus, nous disposons de plusieurs composants améliorés cette semaine, qui ne fonctionneront que sur la voiture d’Alex. Nous espérons être plus compétitifs, mais nous prendrons notre temps vendredi pour comprendre si le nouveau package donne les résultats escomptés.

Parallèlement au travail de compréhension des améliorations, nous nous pencherons sur le travail habituel sur les pneus vendredi, ainsi que sur l’évolution de la surface de la piste au cours des 12 derniers mois. Les dépassements sont plus faciles à Montréal que lors des deux dernières courses, ce qui pourrait ouvrir des options stratégiques supplémentaires pendant le Grand Prix, si la dégradation des pneus peut être gérée.

C’est la première fois que Logan se rend à Montréal, et c’est un circuit plus technique qu’il n’y paraît à première vue. Sa préparation dans le simulateur sera essentielle pour qu’il prenne de la vitesse et qu’il comprenne rapidement les nuances du circuit. La gestion des pneus et des freins tout en négociant les murs et les bordures est délicate, mais il y a un peu de temps sur les lignes droites pour reprendre son souffle avant le début de la séquence suivante.

Alex Albon, #23 :

Le Canada est toujours un circuit un peu délicat, mais comme il a plus d’appuis moyens, il devrait nous convenir un peu plus que les deux derniers circuits. Je suis impatient de me rendre à Montréal, car l’atmosphère de la ville est vraiment agréable. Nous disposons d’une mise à jour pour ce week-end, il sera donc intéressant de voir comment elle se comporte. Tout le monde à l’usine a fait un travail énorme pour que cette mise à jour soit prête pour le week-end, alors j’espère que nous aurons un bon résultat.

Logan Sargeant, #2 :

Je suis ravi de me rendre au Canada pour la première fois. C’est un circuit que je veux piloter depuis que je suis tout jeune. C’est un circuit difficile avec des murs très proches à la sortie des chicanes à grande vitesse. J’espère qu’il conviendra mieux à notre voiture que Barcelone et que nous aurons un bon week-end.

Table Time