3 décembre 2022

Vue d’ensemble du GP de Singapour

Analyse des Teams et pilotes

Pirelli

MARIO ISOLA – DIRECTEUR DU SPORT AUTOMOBILE :

« Avec des pneus complètement différents de ceux de la dernière fois à Singapour, c’est presque comme une toute nouvelle course ».

« Nous avons manqué l’action nocturne spectaculaire des rues de Singapour ! Avec des pneus de 18 pouces qui ont un composé et une structure complètement différents de ceux utilisés il y a trois ans – ainsi qu’un nouvel asphalte cette année – c’est presque comme une course totalement nouvelle. À Singapour, tout est question de virages lents – les 23 – et de maximisation de la traction. Nous avons les trois gommes les plus tendres pour un maximum de vitesse et d’adhérence, mais il sera essentiel de prendre soin des pneus arrière afin d’assurer la motricité nécessaire. Avec la tendance des dernières voitures à sous-virer, il sera encore plus important de trouver le bon équilibre de réglage pour assurer un avant fort sans compromettre l’accélération à l’arrière. »

LES PNEUS EN PISTE

Les trois gommes les plus tendres ont été choisies pour Singapour (pour la première fois depuis l’Autriche) : le P Zero White dur est le C3, le P Zero Yellow moyen est le C4, et le P Zero Red tendre est le C5. Ces composés ont été choisis pour correspondre aux caractéristiques typiques des circuits de rue de la piste de Marina Bay, garantissant des niveaux élevés d’adhérence mécanique.

Il y a un nouvel asphalte pour Singapour cette année, posé par la société italienne Dromo. Il n’est pas aussi lisse que l’asphalte que l’on voit habituellement sur les circuits de rue, car il a été posé en vue du Grand Prix. Cependant, en tant que circuit urbain, le circuit de Marina Bay est utilisé par le trafic routier normal la plupart du temps – et la surface contient du mobilier urbain tel que des lignes blanches et des plaques d’égout. On s’attend à un degré élevé d’évolution de la piste, également parce qu’il n’y a pas beaucoup de courses de soutien prévues, qui aident à poser la gomme.

La course débutant à 20 heures, heure locale (GMT +8), et se poursuivant pendant environ deux heures, les températures de la piste sont généralement stables pendant la majeure partie de la course, tandis que les niveaux élevés d’humidité constituent un grand défi physique pour les pilotes, les voitures et aussi pour les pneus, avec la dégradation thermique.

RED BULL

Max Verstappen, #1 :

« Nous ne sommes pas allés à Singapour depuis un certain temps, il sera donc intéressant de voir comment la piste a évolué. C’est certainement l’une des meilleures courses de l’année et c’est un endroit magnifique. Il est important d’avoir un bon tour de qualification ici, donc nous allons nous concentrer là-dessus. Pendant la course, nous devons être prêts à tout, car il y a généralement beaucoup de voitures de sécurité. En général, c’est un circuit difficile, l’humidité est dure pour le corps et il est très difficile de faire un tour parfait à cause des virages serrés et de la proximité des murs. Je ne pense pas vraiment au Championnat, je veux juste avoir un week-end positif sur la piste et prendre les choses course par course, il n’y a pas de précipitation. »

Sergio Pérez, #11 :

« C’est génial d’être de retour à Singapour, le circuit est très exigeant à la fois mentalement et physiquement. Nous avons fait un petit break, ce qui était bien après le triple tour de piste et maintenant nous sommes massivement impatients de commencer le reste de la saison. Il sera très important de tout mettre en place pour les six dernières courses de la saison et d’obtenir le plus de points possibles. C’était le bon moment pour analyser ce qui s’est passé lors des dernières courses et nous avons une assez bonne idée de ce qu’il faut faire pour se remettre sur la bonne voie. »

  • Oracle Red Bull Racing compte plus de podiums que toute autre équipe à Singapour (13). Et si Max et Checo montent tous deux sur le podium ce week-end, cela signifiera que l’équipe aura plus de podiums à Marina Bay que sur n’importe quel autre circuit dans son histoire de la F1. Le record actuel de l’équipe, 14, est détenu conjointement par le Monte-Carlo et Spa.
  • Checo Perez tente d’ajouter une victoire dans les rues de Singapour à son succès du début de l’année dans les rues de Monaco. Malgré la similitude de leur vitesse lente et de leur nature temporaire, aucun pilote n’a remporté les deux courses dans la même saison depuis Sebastian Vettel qui a conduit sa Red Bull à la victoire en 2011.
  • L’équipe n’a pas eu de pole position à Singapour depuis 2013, mais être en pole ne semble pas déranger Max qui a gagné depuis sept positions différentes sur la grille en 2022, un record en une saison de F1. Jusqu’à présent en 2022, il a été victorieux depuis la pole position, la 2ème, la 3ème, la 4ème, la 7ème, la 10ème et la 14ème.
  • Checo a bénéficié des quatre arrêts aux stands les plus rapides de tous les pilotes en 2022. Après avoir été arrêté en 2.09s au GP des Pays-Bas et en 2.19s en Hongrie, l’équipe lui a donné les DEUX arrêts aux stands les plus rapides du GP d’Italie, en 2.10s et 2.17s.  Il est le seul pilote cette saison à avoir bénéficié d’un arrêt au stand en moins de 2.20s – les Bulls ne sont pas seulement rapides sur la piste !
  • Monza est traditionnellement la course la plus rapide de la saison en termes de temps total pris du départ à l’arrivée, mais elle est suivie dans le calendrier par Singapour, presque toujours la course la plus longue de l’année. Ici, aucune course n’a duré moins d’une heure et 51 minutes, et à quatre reprises, la course a dépassé le temps limite de deux heures.

Ferrari

À SINGAPOUR APRÈS UNE PAUSE DE 2 ANS

Après deux ans d’absence, le Grand Prix de Singapour est de retour, couru comme d’habitude sur le circuit de Marina Bay, long de 5,063 kilomètres. Comme toujours depuis sa création en 2008, la course de 61 tours de dimanche, équivalente à 308,706 kilomètres, se déroulera entièrement de nuit. Singapour a été la toute première course de Formule 1 à se dérouler du début à la fin sous des projecteurs, avec plus de 1700 d’entre eux autour du circuit. Même si le soleil s’est couché, c’est l’une des courses les plus difficiles de la saison pour les pilotes, les ingénieurs et les mécaniciens en raison de la chaleur et de l’humidité élevée, tandis que la menace toujours présente de la pluie peut rendre la piste imprévisible.

Caractéristiques. Le circuit de rue est très lent et sinueux, avec des murs impitoyables tout contre le côté de la piste. Une force aérodynamique descendante élevée est à l’ordre du jour, mais malgré cela, les vitesses de pointe dépassent 310 km/h, grâce notamment au système DRS qui peut être utilisé en trois points : sur la ligne droite principale, entre les virages 5 et 7 et entre les virages 13 et 14.

Les points critiques. Le circuit est très éprouvant pour le système de freinage, puisque les pilotes appuient sur la pédale de frein pendant environ 22 secondes par tour. En revanche, la puissance du moteur est moins importante, les pilotes ne passant que 44 % du tour à plein régime, mais le moteur à combustion interne est tout de même soumis à un stress important en raison de la chaleur et du taux d’humidité élevé. Un autre élément clé est la consommation de carburant. Il est souvent conseillé aux pilotes de « lever le pied », c’est-à-dire de relâcher l’accélérateur tôt, plutôt que de freiner brusquement, pour éviter de tomber en panne sèche dans les derniers instants.

 

Trois questions à… Andrea Ferrari, l’entraîneur de Charles Leclerc :

  1. Quels défis physiques un pilote doit-il relever sur le circuit de Singapour ?

« Sur le calendrier actuel de la Formule 1, Singapour est le circuit le plus exigeant. C’est un circuit routier traditionnel dont les murs punissent le moindre manque de concentration. De plus, il n’y a pas de longues lignes droites, ce qui fait que le pilote ne peut jamais souffler, car ce n’est que dans une ligne droite que le rythme cardiaque peut ralentir un peu pour donner une pause à l’athlète. Le climat de Singapour, avec ses températures et son taux d’humidité très élevés, rend la situation encore plus difficile. Cela compromet la thermorégulation, c’est-à-dire la capacité du corps à dissiper la chaleur. Les pilotes transpirent beaucoup et perdent ainsi des sels minéraux et du calcium, essentiels à la fonction musculaire, ce qui affecte les performances physiques sur la piste ».

  1. Il est bien connu que l’humidité et la chaleur sont étouffantes à Singapour. Alors comment un pilote de Formule 1 peut-il se préparer à affronter de tels extrêmes ?

« Sur la distance de la course du Grand Prix de Singapour, un pilote peut perdre jusqu’à trois kilos de poids, ce qui peut entraîner une baisse significative de ses performances. Pour surmonter cela, l’athlète doit s’hydrater en permanence tout au long de la course. Pour l’aider à passer le week-end dans la meilleure forme possible, l’objectif est d’arriver à Singapour le plus tôt possible pour s’adapter au climat et effectuer quelques séances d’entraînement dans ces conditions extrêmes, en ayant commencé ce programme les semaines précédentes, à l’aide de saunas pour simuler la chaleur et l’humidité de la ville ».

  1. Dans le cadre du spectacle, le Grand Prix de Singapour se déroule selon un horaire unique, tout commençant très tard dans la journée. Comment aborde-t-on un week-end aussi différent ?

« C’est l’aspect du week-end le plus facile à gérer : les horaires des pilotes font qu’ils restent à l’heure européenne, arrivant sur le circuit en fin d’après-midi et repartant aux premières heures du matin. Physiquement et psychologiquement, cette course est beaucoup plus simple que celle du week-end suivant au Japon, où les pilotes devront se remettre à l’heure locale ».

Statistiques Ferrari :

  • GP inscrits 1046
  • Saisons en F1 73
  • Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (23,13%)
  • Pole positions 240 (22,94%)
  • Tours de course les plus rapides 259 (24,76%)
  • Total des podiums 792 (25,24%)

Statistiques Ferrari GP de Singapour :

  • GP inscrits 12
  • Début 2008 (F. Massa 13ème ; K. Räikkönen 15ème)
  • Victoires 3 (25%)
  • Pole positions 5 (41,67%)
  • Tours de course les plus rapides 2 (16,67%)
  • Total des podiums 8 (22,22%)

GP de Singapour : faits et chiffres

  1. L’arrière de la grille le plus éloigné d’où a été remporté le Grand Prix de Singapour. Fernando Alonso était le pilote en question, ayant profité d’une voiture de sécurité, déclenchée par son coéquipier Nelsinho Piquet, qui a mis le reste du peloton sur la touche. Huit vainqueurs sont partis de la pole position, deux de la troisième place sur la grille et un de la cinquième place.

 

  1. Le nombre moyen de dépassements lors des 12 Grands Prix de Singapour organisés à ce jour. Le plus grand nombre de changements de position s’est produit en 2012, où il y en a eu 49 dans une course remportée par Sebastian Vettel, alors qu’en 2009, il n’y a eu que trois dépassements, avec Lewis Hamilton comme vainqueur.

 

  1. C’est le nombre d’îles qui composent Singapour. La principale est connue sous le nom de « l’île en expansion », car les travaux de construction gagnent continuellement du terrain sur la mer. Elle est située entre la Malaisie au nord et l’Indonésie au sud. Un pont la relie à la ville malaisienne de Johor Bahru. Le pays comprend 64 autres îles satellites plus petites, dont les plus grandes sont : Jurong Island, Pulau Tekong, Pulau Ubin, Sentosa, Brani, Bukom, Hantu, Jong, Kusu, Palawan, Pawai, Pedra Branca, Sakijang Bendera, Sekudu, Semakau, Senanga, Serangoon, Subar Darat, Subar Laut et Sudong.

 

  1. La hauteur maximale autorisée en mètres pour les gratte-ciels à Singapour. Les bâtiments sont donc relativement bas pour des raisons de sécurité, l’aéroport de Changi étant situé à une courte distance du centre-ville. Quatre bâtiments atteignent cette hauteur maximale, il s’agit de United Overseas Bank Plaza One, One Raffles Place, Republic Plaza et CapitaSpring. En 2006, la tour Guoco a bénéficié d’une dérogation spéciale pour atteindre une hauteur de 290 mètres.

 

  1. L’amende de base à Singapour en euros, ce qui, au fil des ans, a valu à l’État insulaire le surnom de « Fine City » dans ces contrées. Vous serez condamné à une amende pour avoir importé du chewing-gum, qui est interdit pour économiser les coûts de nettoyage des rues et des trottoirs. Vous ne pouvez traverser la route qu’aux passages à niveau prévus à cet effet, et vous êtes passible d’une amende de 300 euros pour avoir jeté des détritus. Il est également interdit de se promener nu dans sa propre propriété, sauf si les rideaux sont tirés, et il est strictement interdit de fumer en dehors de quelques zones désignées.

 

Chez Ferrari, il y a 75 ans :

Fin septembre 1947, la Scuderia Ferrari est prête pour une course à domicile à Modène. Elle engage une paire de Tipo 159, l’une pour Franco Cortese et l’autre pour Tazio Nuvolari, qui malheureusement tombe malade et est remplacé par Fernando Righetti. Mais ce dernier chute lors d’une course à Stella di Ligorzano et part donc à Modène au volant d’une 125 S Integrale, tandis que Franco Cortese dispose d’une 159 en forme de cigare, le modèle Competizione. Au départ, les Maserati prennent la tête, mais Cortese les dépasse rapidement, avant que des problèmes de voiture ne l’obligent à rentrer aux stands. Essayant de rattraper le temps perdu, Cortese arrive dans la voie des stands et s’arrête très soudainement, forçant Giovanni Bracco dans une Delage à faire une manœuvre d’évitement. Mais il fait une embardée dans la foule car il n’y a pas de barrières. La course est arrêtée après 24 tours et Alberto Ascari est déclaré vainqueur pour Maserati, suivi de son coéquipier Luigi Villoresi. Righetti est cinquième, tandis que Cortese est au centre d’une enquête judiciaire sur l’accident qui a fait plusieurs morts et blessés parmi les spectateurs. Les organisateurs décident donc qu’il est temps de déplacer la course sur un circuit permanent et c’est ainsi que naît l’idée de l’Aerautodromo di Modena, inauguré officiellement en 1950.

pht. Scuderia Ferrari

Mercedes

La F1 revient à Singapour et sur le circuit de Marina Bay Street pour la première fois depuis 2019.

 

Toto parle de Singapour :

Alors que nous avons eu une pause plus longue que d’habitude dans l’action de la course, les usines ont été occupées à préparer la dernière ligne droite de cette saison. Voyons où ce travail acharné nous mène.

Depuis le début de l’année, nous avons fait de bons progrès et l’équipe s’est bien reprise. Nous devons continuer sur cette lancée, continuer à apprendre et tirer le maximum de chaque opportunité.

C’est génial d’être de retour à Singapour pour la première fois depuis 2019. L’ensemble du week-end est tellement unique ; rester sur le calendrier européen, le climat et le tracé de la piste. Certains aspects du circuit devraient mieux convenir à notre voiture que certains des circuits récents – mais d’autres aspects, comme la surface bosselée, pourraient s’avérer difficiles. Nous en aurons le cœur net lorsque nous prendrons la piste vendredi.

Avant de nous rendre à Singapour, nous avons rendu visite à notre partenaire titre PETRONAS pour annoncer l’extension de notre partenariat à partir de 2026. Notre engagement en faveur de projets durables, tant sur la piste qu’en dehors, dans les années à venir, est un moment historique pour nous et renforce notre collaboration déjà étroite.

Fiche d’information : Grand Prix de Singapour

  • La course de nuit à Singapour est rendue possible grâce aux 1 600 projecteurs qui illuminent la piste.
  • Comme il s’agit d’un circuit routier, l’évolution de la piste est incroyablement élevée à Singapour. La surface peut gagner jusqu’à trois secondes entre la première séance d’essais du vendredi après-midi et les qualifications du samedi soir.
  • Les 12 précédents Grands Prix de Singapour ont tous connu au moins un déploiement de la voiture de sécurité.
  • Le béton utilisé pour le pont de l’Esplanade est soutenu par des poutres en acier magnétisées. Les champs magnétiques impliqués sont suffisamment puissants pour interférer avec certains capteurs des voitures, obligeant les équipes à remplacer un certain nombre de capteurs par des versions spéciales, moins sensibles aux interférences. L’installation de boucliers magnétiques sur les valves de changement de vitesse est devenue un élément normal de la préparation de Singapour, mais elle a déjà provoqué l’arrêt des voitures sur la piste, notamment au cours des premières années de course à Singapour.
  • Le GP de Singapour est l’une des courses les plus exigeantes de la saison sur le plan physique et mental, avec une humidité intense et des températures chaudes, en plus d’être une piste de type stop/start. Les pilotes peuvent donc perdre environ 3 kg de poids pendant la course, rien qu’en transpirant.
  • La perte de fluides est également un facteur pour les membres de l’équipe. Il est donc essentiel de rester hydraté pour garantir des performances optimales tout au long du week-end. Lors d’une journée chaude, la consommation quotidienne de liquide recommandée est de trois à cinq litres.
  • La piste est très bosselée, ce qui ajoute au stress que subissent les pilotes et les voitures – encore plus cette année, avec la nouvelle génération de voitures et les hauteurs de caisse généralement plus basses.
  • Marina Bay ne comporte que quelques grandes zones de freinage, mais avec 23 virages, les freins sont toujours mis à rude épreuve. L’absence de longues lignes droites et de pauses entre les virages fait qu’il y a moins d’air dans les freins pour le refroidissement, nous devons donc faire fonctionner le refroidissement le plus ouvert possible.
  • La nature stop/start de la piste a également un impact sur les pneus car les températures de surface ne peuvent jamais se refroidir correctement. Le tarmac est également agressif pour les pneus, ce qui augmente leur usure et leur dégradation.
  • La F1 fonctionne à l’heure européenne à Singapour et les horaires sont donc très inhabituels : le petit-déjeuner est généralement servi à midi, le déjeuner vers 18 heures et le dîner à partir d’une heure du matin, en fonction de la journée et de la charge de travail. En raison de cet horaire inhabituel, les équipes veillent à ce que les logements soient équipés de rideaux ou de stores occultants.
  • Singapour a le troisième temps de tour le plus long de l’année et c’est la course la plus longue de la saison, en termes de temps total de course. C’est aussi la deuxième plus faible vitesse moyenne, après Monaco, en raison du nombre élevé de virages à faible vitesse et du manque de longues lignes droites.
  • C’est la course où l’effet du carburant est le plus important de l’année, c’est-à-dire le temps perdu à chaque tour pour chaque kilo de carburant supplémentaire dans la voiture. Cela est dû à la nature stop-start de la piste, car vous devez constamment réaccélérer cette masse et la ralentir.
  • Le circuit présente également la plus forte consommation de carburant de l’année, en plus d’être l’un des plus difficiles pour le rejet de chaleur (risque de surchauffe de la voiture, du moteur, des freins et du pilote).
  • Un tour du circuit de Marina Bay nécessite 91 changements de vitesse, le plus grand nombre de tous les circuits de F1.

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente le dix-septième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2022, le Grand Prix de Singapour.

 

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur technique Pat Fry, partagent leurs réflexions sur la dix-septième course de la saison à Singapour.

Pat Fry :

 » C’est formidable que nous retournions à Singapour pour la première fois depuis 2019. Depuis son introduction dans le calendrier, cela a toujours été un bon événement avec les caractéristiques de la piste apportant de l’excitation à la fois aux qualifications et à la course. Nous apportons un tout nouveau plancher aux deux voitures ce week-end, qui sera également reporté au Japon pour la prochaine course. Visuellement, en surface, ce n’est pas très différent de la version précédente car la plupart des développements se font en dessous. Elle devrait cependant apporter une amélioration raisonnable des performances. Lors des dernières courses, nous avons réussi à apporter un ensemble de développements importants à la voiture, et ils ont tous fonctionné comme prévu. Nous avons encore quelques améliorations à apporter cette saison avant de commencer à réduire nos activités à Austin à la fin du mois d’octobre. Tout le monde à Enstone a travaillé exceptionnellement bien pour atteindre les objectifs de développement, donc crédit à tous ceux qui sont impliqués pour leur travail acharné. »

Esteban Ocon, #31 :

 » Tout d’abord, c’est génial de retourner à Singapour, toujours un moment fort de notre saison. En termes de course, le Marina Bay Street Circuit est l’un des plus exigeants physiquement, c’est pourquoi une bonne préparation est importante. Le circuit lui-même est serré et sinueux, et si vous ajoutez la chaleur et l’humidité, cela devient un test sévère pour la voiture et le pilote. Je dirais que les réglages généraux se situent un peu entre Monaco et la Hongrie, où une bonne force d’appui est essentielle. La ville a une grande atmosphère et les courses de nuit sont toujours spéciales. Ce sera bien d’y courir à nouveau et j’espère que nous pourrons être performants en tant qu’équipe et donner un bon spectacle aux fans. »

Fernando Alonso, #14 :

« Ces quelques semaines sur la route en Europe ont été intenses et nous avons été heureux de pouvoir faire une pause avant les dernières courses de la saison. Nous sommes revenus de la triple confrontation avec 18 points, marqués à Spa et à Zandvoort. Nous avons fait deux bonnes courses là-bas et la voiture était très performante. Malheureusement, nous avons dû abandonner la voiture en Italie, où nous espérions décrocher un onzième point d’affilée. La voiture ne se sentait pas aussi forte à Monza que lors des deux week-ends précédents, nous avons donc étudié la question pour essayer de comprendre pourquoi. Nous espérons retrouver notre niveau de compétitivité habituel à Singapour. Toute l’équipe a travaillé dur sur un nouveau package de mise à niveau pour cette course, donc je suis impatient de voir ce que cela donnera. »

Fiche technique du Grand Prix de Singapour

  • Dimanche, Fernando Alonso devrait battre le record de Kimi Räikkönen pour le plus grand nombre de départs en Grand Prix dans l’histoire de la Formule 1 (350).
  • Lors de ses neuf courses précédentes à Singapour, Fernando n’a jamais perdu une position par rapport à son point de départ et a gagné des positions dans toutes les courses, sauf celle de 2010, où il était parti en pole.
  • Le Grand Prix d’Italie a vu la fin de la série de points de Fernando, qui avait obtenu dix points d’affilée.
  • Esteban Ocon a couru à Singapour en Formule 1 à trois reprises. Son meilleur résultat là-bas est une dixième position enregistrée en 2017
  • Le Français a gagné au moins trois positions par rapport à son point de départ lors de ses deux arrivées au Grand Prix de Singapour.
  • Fernando est l’un des quatre pilotes à avoir gagné sur ce circuit, seuls les champions du monde s’y étant imposés.
  • Chaque course du Grand Prix de Singapour a été marquée par une voiture de sécurité.
  • On estime à 4800 le nombre de changements de vitesse effectués par les pilotes au cours du Grand Prix.
  • Les voitures à moteur Renault ont remporté quatre victoires, 15 podiums, deux poles et ont marqué 364 points.
  • Les voitures Renault ont pris 64 départs au Grand Prix de Singapour.

McLaren

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR POUR LE GRAND PRIX DE SINGAPOUR – PRÉSENTÉ PAR OKX

« L’atmosphère devrait être électrique avec le retour des courses de nuit en Asie ».

Tout comme la mascotte emblématique du pays, le Grand Prix de Singapour s’est senti quelque peu mythique ces derniers temps, n’étant plus apparu au calendrier depuis 2019.

Après trois longues années, nous allons enfin retourner sur le circuit de rue préféré des fans pour une dose bien nécessaire de courses de nuit. Pour nos fans de longue date, le circuit de rue de Singapour n’aura pas besoin d’être présenté, mais pour tous ceux qui nous ont rejoints récemment, laissez-nous vous présenter l’un des événements les plus spectaculaires de l’année – il y a quelque chose de vraiment spécial à faire un tour du Marina Bay Street Circuit sous les projecteurs.

De plus, grâce à nos amis d’OKX, la MCL36 arborera une livrée spéciale pour notre retour à Singapour et au Japon, avec des illustrations de moteur sur le thème du cyberpunk et des embellissements rose néon vibrants qui s’inspirent des paysages urbains des deux pays.

Pour nous aider à expliquer pourquoi nous aimons tant le Grand Prix de Singapour, nous avons demandé l’aide de Lando Norris, Daniel Ricciardo et du directeur de l’équipe Andreas Seidl.

Ce qu’ils disent :

Lando Norris, #4 :

« Je suis très heureux de retourner à Singapour cette année, c’est une autre course qui revient au calendrier, et ce sera seulement ma deuxième course là-bas ! Je suis impatient de remonter dans la voiture, surtout avec la nouvelle livrée OKX que nous avons pour l’Asie. Marina Bay est un autre circuit de rue unique, et j’étais dans les points là-bas en 2019, alors j’espère que nous pourrons continuer sur cette lancée et ramener plus de points pour l’équipe cette fois-ci.

« Monza a été un bon résultat au final, et nous avons eu le temps de regarder les données des deux dernières semaines avant d’aborder la course de ce week-end. Nous avons une excellente équipe qui travaille sur le circuit et à l’usine pour nous faire avancer, alors continuons sur notre lancée pour le reste de la saison ! »

Daniel Ricciardo, # :

« Singapour, c’est bon d’être de retour ! L’ambiance devrait être électrique avec le retour des courses de nuit en Asie. Nous célébrons ce retour avec une livrée OKX sur mesure, qui aura fière allure sous les lumières ! J’ai fait de bons week-ends à Singapour, avec des podiums par le passé, et j’ai hâte de relever le défi que représente le circuit de Marina Bay Street, tant physiquement que mentalement. C’est un week-end intense et il faut être à fond, mais cela fait partie du plaisir.

« J’ai eu un dimanche frustrant à Monza avec des problèmes sur la voiture, mais l’équipe a travaillé dur pour y remédier et nous sommes maintenant prêts à rebondir avec un résultat positif après une pause de deux semaines dans le calendrier. Nous allons continuer à pousser fort en tant qu’équipe afin de récolter plus de points lors des dernières courses, allons-y ! ».

Andreas Seild :

« Nous sommes impatients de reprendre la piste dans l’environnement unique qu’offre Singapour ! Je suis sûr qu’il y aura une atmosphère vibrante créée par les fans à Marina Bay alors que nous revenons pour la première fois en trois ans. C’est également la troisième course de nuit du calendrier de cette année et les pilotes devront négocier de nombreux virages. La logistique du travail à l’heure européenne peut également constituer un défi intéressant, mais nous sommes prêts à attaquer le week-end et à terminer en bonne position.

« En réfléchissant à Monza, nous sommes revenus avec des sentiments mitigés. Il y a eu des points positifs dans le rythme que nous avons eu tout au long du week-end, mais l’abandon de Daniel nous a fait perdre des points précieux dans le championnat des constructeurs. Cependant, l’équipe a travaillé dur au cours des deux dernières semaines après l’intense triple confrontation pour nous mettre en bonne position pour la dernière partie de la saison. Nous sommes pleinement concentrés pour terminer la campagne en beauté en marquant autant de points que possible lors des six dernières courses. »

Ce que disent les statistiques :

En tant que l’un des circuits les plus récents du calendrier, il n’y a pas le même catalogue d’histoire à parcourir que des circuits comme l’Italie, les Pays-Bas et la Belgique, mais nous avons une victoire à mentionner, avec Lewis Hamilton qui a remporté la deuxième course de l’histoire du circuit depuis la pole en 2009.

Bien qu’il n’ait jamais fait partie du calendrier officiel du championnat du monde de Formule 1, le Grand Prix de Singapour remonte techniquement aux années 1960, le circuit Upper Thomson Road ayant accueilli une course hors championnat de 1966 à 1973. 40 ans avant la victoire de Hamilton, le Néo-Zélandais Graeme Lawrence a remporté l’édition 1969 pour McLaren dans une voiture M4A F2.

« Le Grand Prix de Singapour était la première course de nuit de la F1. »

N’ayant pas été visité depuis 2019, l’histoire récente est également plus difficile à trouver. La seule course de Lando sur le circuit de rue a eu lieu en 2019, où il a terminé à une impressionnante septième place, son deuxième meilleur résultat conjoint de la saison. La star britannique a également été un adepte de la septième place cette saison, y terminant six fois jusqu’à présent, dont cinq fois lors des six dernières courses.

Daniel a navigué sur le circuit à neuf reprises dans des machines de F1, ce qui inclut une série impressionnante de quatre podiums successifs à Singapour entre 2014 et 2017. Il n’a échoué à terminer dans les points que lors de trois de ces neuf courses.

Ce qu’il faut surveiller

Singapour nous a cruellement manqué. Il s’agit d’un circuit de rue visuellement magnifique situé dans le centre-ville de Singapour, qui a marqué la première incursion de la F1 dans les courses de nuit et a fixé la barre pour celles qui ont suivi.

Son port bordé de yachts scintille sous les projecteurs, et les pilotes passent devant des gratte-ciel, le pont Anderson et le Singapore Flyer au fil des 23 virages. Les 18e et 19e virages sont uniques car ce sont les seuls virages du calendrier à passer sous une tribune.

L’emplacement du circuit sur le port peut ressembler à Monaco, mais il s’agit d’un tout autre type de circuit de rue, avec de nombreuses possibilités de dépassement. Le virage 7, également connu sous le nom de Memorial Corner, est le plus important d’entre eux, après la plus longue ligne droite du circuit.

« Lando Norris lors du dernier Grand Prix de Singapour en 2019. »

Une autre caractéristique unique du Grand Prix de Singapour est son horaire. La course se déroulant de nuit, l’équipe restera effectivement à l’heure européenne, prenant le petit-déjeuner l’après-midi et le dîner le matin.

Enfin (nous disons « enfin » parce que nous pourrions continuer cette liste encore longtemps, mais il faut bien la terminer quelque part), la chaleur et l’humidité jouent un rôle important dans une course qui est connue pour être la plus difficile physiquement en F1, les pilotes étant connus pour perdre plusieurs kilos de leur poids en sueur. Dans les cas les plus extrêmes, la température à l’intérieur du cockpit a atteint une température stupéfiante de 60 degrés Celsius avec 80 % d’humidité.

Alfa Romeo

Éclairer la nuit

Alfa Romeo F1 Team ORLEN est prêt à courir dans la nuit alors que l’équipe se rend à Singapour pour la première course à Marina Bay depuis 2019. Le Grand Prix de Singapour, 17e course de la saison 2022, ouvre le back-to-back asiatique qui verra également l’équipe concourir au Japon avant les dernières incursions en Amérique et la finale de la saison à Abu Dhabi.

Singapour occupe une place particulière dans l’imaginaire des fans de Formule 1 : c’est là que s’est déroulée la première course de nuit, la première fois que les voitures de F1 ont été éblouies sous les projecteurs, nous régalant de photos des machines rutilantes passant devant Raffles Boulevard et de photos aériennes à couper le souffle de la ville illuminée. Il s’agissait de l’une des premières courses de destination authentiques, où la ville fait autant partie du spectacle que l’action sur la piste : le petit point rouge, avec ses allures inspirantes, sa fière histoire et sa vision de l’avenir, est la toile de fond parfaite pour la course et une métaphore de la F1 elle-même. En peu de temps – la première course s’est déroulée ici en 2008 – Singapour s’est imposée comme un classique de la Formule 1, gagnant sa place dans le calendrier après l’historique Monza, mais avec le durian malodorant remplaçant l’ananas (sur la pizza) comme croque-mitaine de l’événement.

Singapour est aussi une course spéciale pour le monde de la Formule 1. C’est une course particulière, où il faut jongler avec les horaires européens sur le sol de l’Asie du Sud-Est ; une course où les réveils sont tardifs, les couchers encore plus tardifs, la chaleur et l’humidité. Mais loin d’être déplaisants, tous ces éléments font de Singapour une course à nulle autre pareille : vous n’avez pas vraiment fait le tour de ce sport si vous n’avez pas une histoire amusante de Singapour à partager.

L’enjeu de cette course est important, sur et en dehors de la piste : l’équipe l’aborde avec sérénité et détermination, dans le prolongement d’une solide performance à Monza qui a vu les points revenir à Hinwil ; et à l’annonce de l’achèvement de notre line-up pour 2023, une déclaration de continuité et de croyance en notre projet et ses principaux acteurs.

Alfa Romeo F1 Team ORLEN aborde Singapour avec confiance et espoir : dans un endroit qui ne ressemble à aucun autre, dans une course qui ne ressemble à aucune autre, nous sommes prêts à briller sous les lumières.

Citations de l’équipe :

Frédéric Vasseur, Team Principal :

« Après quelques semaines loin de la piste, pendant lesquelles nous nous sommes concentrés sur l’analyse de nos performances lors des trois courses de la fin de l’été et sur la finalisation des améliorations que nous apporterons bientôt à la piste, nous retournons à l’étranger pour les six dernières courses de la saison. Singapour a toujours été un circuit très exigeant, avec les températures chaudes et les différents horaires qui s’ajoutent aux défis d’un circuit routier, mais je suis sûr que notre équipe est prête pour la tâche qui l’attend. Le rythme que nous avons montré à Monza était prometteur, et un point de départ pour le back-to-back à venir en Asie ; nous avons la chance de bien faire ici, donc nous devons être au top de notre jeu afin de nous qualifier en bonne position et ramener plus de points. »

Valtteri Bottas, #77 :

 » C’est agréable d’être de retour en piste après quelques semaines d’absence ; j’ai passé du temps à l’usine, à travailler sur le simulateur pour préparer la double confrontation à venir, et je suis impatient de retourner à Singapour. Cela fait trois ans que nous n’avons pas couru ici, j’ai apprécié de courir sur ce circuit dans le passé – je suis monté sur le podium en 2017 – et les défis qu’il apporte avec la chaleur et l’humidité. C’est dommage de ne pas avoir pu tirer le maximum de la voiture à Monza, car notre rythme avait été bon tout le week-end. Étant un circuit routier, Singapour laisse très peu de marge pour les erreurs, mais si nous faisons tout ce qu’il faut et mettons les voitures en bonne position samedi, je suis positif, nous serons en mesure de nous battre pour les points pendant la course. »

Zhou Guanyu, « 24 :

« Ce fut une très bonne semaine jusqu’à présent, avec la nouvelle de ma prolongation de contrat hier, et maintenant je suis vraiment impatient de concourir à Singapour : c’est la course la plus proche d’une course à domicile pour moi cette saison, et j’aurai ma famille et mes amis qui me soutiendront ici. En plus de cela, la piste sera toute nouvelle à découvrir pour moi ; ce sera difficile, car il s’agit d’une course de rue de nuit et dans des conditions météorologiques très particulières, mais je me sens confiant et prêt. Le fait de marquer à nouveau des points à Monza m’a fait remonter le moral, et avec le rythme compétitif que nous avions, cela doit être la base sur laquelle nous allons construire notre week-end. Le milieu de terrain sera probablement très serré une fois de plus, mais en faisant bien notre travail et en étant au sommet de nos performances, nous pourrons nous mêler à la course et essayer de commencer une nouvelle série de points. »

AlphaTauri

Pierre Gasly, #10 :

Nous sommes à un point de la septième place au classement des constructeurs, donc notre objectif pour les six dernières courses de l’année doit être de remonter le plus possible, et ça s’annonce très serré. Il n’est pas impossible pour nous de rattraper Alfa Romeo pour la sixième place, mais cela pourrait être compliqué et dépendre d’une très bonne fin de saison. Nous devons chercher à marquer des points avec les deux voitures aussi souvent que possible, même si ce n’est pas facile.

Cela ne change pas notre approche de chaque week-end de course, qui est d’essayer de tirer le maximum de la voiture et de faire tout aussi bien que possible en tant qu’équipe. Nous arrivons à une partie de la saison, la dernière, tout en dehors de l’Europe, avec des types de circuits très différents que nous ne connaissons pas aussi bien que ceux plus proches de chez nous, à commencer par Singapour et le Japon où nous n’avons pas couru depuis quelques années. Par conséquent, tout peut arriver. Lors du dernier triplé, nous avons marqué des points dans deux des trois courses, et nous devons poursuivre cette tendance plus positive qui a débuté à Spa.

Nous commençons cette dernière partie de l’année à Singapour, qui est l’un de mes circuits préférés. J’ai terminé dans les points la dernière fois que nous y avons couru en 2019. C’est un circuit très technique, avec beaucoup de virages, beaucoup de rythme et très sinueux. C’est un circuit de rue compliqué qui signifie que vous ne pouvez pas du tout faire d’erreurs, donc c’est un défi en termes de niveau de concentration requis. Nous devrions également avoir une mise à jour de l’aéro pour cette course, donc nous verrons ce que cela apporte en termes de performance.

Yuki Tsunoda, #22 :

Je suis très heureux que mon contrat ait été prolongé pour une nouvelle saison. Cela m’a été confirmé il y a peu de temps, quelques jours avant l’annonce de la semaine dernière. J’étais assez confiant que je resterais, mais il y avait un peu de stress jusqu’à ce que ce soit confirmé, évidemment cela ne vous dérange pas quand vous êtes dans la voiture, mais en dehors de la piste vous y pensez un peu. Donc, je peux me rendre à Singapour et au Japon sans aucun de ces soucis, ce qui me permet de me concentrer uniquement sur le week-end de course et mes préparatifs – je suis excité !

Je ne pense pas que Singapour sera une épreuve facile pour moi car ce sera ma première fois sur ce circuit, mais je vais juste essayer de progresser tour par tour pendant les essais avec mon processus habituel pour un nouveau circuit. Ce sera difficile, mais si nous pouvons obtenir plus de performance de la voiture, notre objectif doit être de marquer des points. J’ai conduit le circuit de Singapour sur le simulateur, et c’est certainement une piste très fréquentée, où vous êtes constamment en train de bouger le volant sans aucun endroit pour vous reposer sur le tour. Ce sera physiquement exigeant en raison du temps humide et chaud, mais nous avons des conditions similaires au Japon à certains moments de l’année, donc j’ai une idée de ce à quoi m’attendre. J’ai suivi un entraînement spécifique pour me préparer et m’adapter à ces conditions depuis un certain temps déjà, et je pense aussi que m’habituer à travailler à l’heure européenne ne devrait pas poser trop de problèmes.

Aston Martin

Sebastian Vettel, #5 :

« J’ai de nombreux souvenirs fantastiques de mes courses à Singapour – j’ai toujours aimé le défi que représente ce circuit. C’est un vrai circuit de rue – totalement impitoyable, avec des virages après virages, et des sections incroyablement rapides. Relever ce défi est incroyablement satisfaisant, surtout en qualifications. Nous devrions être plus performants ici ce week-end grâce aux points forts de notre voiture dans les virages à faible vitesse. »

Lance Strol, #18 :

« Singapour a toujours été l’une des courses les plus difficiles du calendrier – mais c’est un défi que j’apprécie, et je suis impatient d’y retourner après deux ans d’absence. Après un week-end difficile en Italie, nous abordons cette double confrontation en étant plus optimistes quant à notre compétitivité. Cette nouvelle génération de voitures sera très excitante sur le circuit de Marina Bay et j’espère que nous retrouverons nos habitudes de marquer des points ».

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

  • Perturbations de la course : Chaque course ici a comporté au moins une voiture de sécurité, dont 10 au cours des cinq dernières courses – elles sont certainement un élément clé lorsqu’il s’agit de déterminer la stratégie. Le temps élevé de perte au stand – en partie dû à la limite de vitesse de 60km/h dans la pitlane – peut rendre le passage au stand sous Safety Car ou VSC très bénéfique.
  • Dépassements : Bien qu’il y ait trois zones DRS, ce circuit reste l’un des plus difficiles pour les dépassements – seulement 44 % des dépassements sont effectués avec le système. Les dépassements ont tendance à être effectués au départ ou lors des relances de la voiture de sécurité, le virage sept étant l’endroit optimal pour effectuer une manœuvre. Les virages un et cinq sont également des endroits clés.
  • Stratégie : La nature bosselée et poussiéreuse du circuit, associée à ses nombreux virages, signifie que la dégradation des pneus est très élevée. Malgré cela, il s’agit généralement d’une course à un seul arrêt en raison de la difficulté à dépasser et du temps élevé de perte aux stands. Parfois, cette course atteint même la limite des deux heures avant que le compteur de tours ne s’écoule.

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Contrairement à Monza, le circuit de Marina Bay à Singapour est un circuit lent et sinueux avec 23 virages que les pilotes doivent négocier. Cela fait quelques années que nous n’avons pas couru à Singapour et bien que le tracé soit en grande partie inchangé, la surface de la piste sera probablement très différente et évoluera rapidement au cours du week-end. Bien que l’horaire tardif des séances contribue à réduire le risque de pluie, il ajoute aux conditions variables de la piste qui passe de l’après-midi à la soirée. Tout cela ajoute au défi de la préparation du Grand Prix de Singapour et contribue à en faire un événement unique et spécial.

En tant qu’équipe, nous avons apprécié la fin de la saison européenne, avec la FW44 qui a bien fonctionné à Spa et Monza, et Nyck de Vries qui s’est avéré être un remplaçant tardif très compétent pour Alex. Nous nous concentrons maintenant sur Singapour, et nous nous attendons à un week-end plus difficile, mais nous savons aussi qu’un circuit routier comme Singapour peut offrir des opportunités de réussite et nous chercherons à maximiser ces chances.

Pirelli fournit ses gommes les plus tendres pour cet événement, une combinaison que nous avons utilisée pour la dernière fois au Canada. Le tracé du circuit signifie que la traction est la plus grande exigence imposée aux pneus et la façon dont chaque gomme s’en acquitte dépendra fortement des conditions de piste du jour. Nous devrons évaluer les trois composés vendredi avant de décider de la stratégie de course à adopter.

Alex Albon, #23 :

Tout d’abord, je voudrais juste remercier tout le monde pour tous les messages et le soutien qu’ils m’ont apporté pendant le week-end du Grand Prix d’Italie. Ma préparation pour Singapour a été un peu différente de la normale mais je me sens bien et j’ai fait tout mon possible pour être prêt pour l’une des courses les plus physiques du calendrier. Je ne sous-estime pas l’ampleur du défi, mais j’ai hâte d’entrer en piste vendredi et de reprendre le volant. C’est un grand circuit de rue et la course la plus proche de chez moi en Thaïlande, donc je suis vraiment excité d’être ici et de voir les fans qui sont venus.

Nicholas Latifi, #6 :

Singapour est l’un des Grands Prix du calendrier que j’attendais le plus. C’est l’un des deux seuls où je n’ai pas couru, avec le Japon. C’est la première fois que je viens à Singapour et j’ai entendu beaucoup de choses positives sur cette course. Le circuit lui-même est une course de nuit, dont je suis un fan. C’est un circuit exigeant physiquement avec la chaleur et très technique avec de nombreux virages. Je suis impatient de voir ce que le week-end nous réserve, car il pourrait être assez humide, ce qui pourrait rendre la course intéressante et nous permettre d’en tirer profit.

 

Haut du site