23 avril 2024

Vue d’ensemble du GP de Monaco

Analyse des Teams et Pilotes

Pirelli

MARIO ISOLA – DIRECTEUR DU SPORT AUTOMOBILE   :

« Une course qui a marqué l’histoire »

« Nous nous dirigeons vers un Grand Prix de Monaco quelque peu différent de ce à quoi nous nous attendions. Il aurait dû être la deuxième course d’un triple programme européen, mais ce sera la première en raison de l’annulation du Grand Prix d’Imola. Ces images de dévastation sont encore dans toutes les mémoires et nous voulons exprimer une fois de plus notre solidarité avec les familles des victimes, ainsi qu’avec tous ceux qui ont subi de si lourdes pertes.

Monaco a écrit son propre chapitre dans l’histoire de la Formule 1. Les caractéristiques de ce circuit unique, pratiquement inchangé depuis plus de 60 ans, en font un véritable cas unique qui a souvent réservé des surprises. Aucun autre circuit ne permet à un pilote de compenser de la même manière les lacunes techniques de sa voiture, et un seul incident peut tout chambouler. La difficulté des dépassements peut parfois nuire au spectacle de la course, mais les qualifications du samedi n’en sont que plus passionnantes, car la position sur la grille revêt une importance particulière pour le résultat final du dimanche. Comme c’est souvent le cas sur les circuits de rue, Pirelli a choisi les pneus les plus tendres de la gamme. L’une des particularités de Monaco est que la piste est ouverte à la circulation normale tous les soirs, ce qui signifie qu’il est très difficile pour la gomme de s’accumuler sur la ligne de course, rendant la surface encore plus glissante. Avec Imola qui a été nettoyé, Monaco pourrait maintenant devenir le début de la nouvelle Cinturato Blue full wet without tyre blankets, évidemment en fonction des conditions météorologiques : un autre facteur aléatoire potentiel ce week-end ».

LES PNEUS EN PISTE

  • Les trois composés les plus tendres de la gamme Pirelli Formula 1 prendront la piste à Monaco : C3 comme P Zero White hard, C4 comme P Zero Yellow medium et C5 comme P Zero Red soft.
  • La longueur totale de ce circuit historique n’est que de 3,337 kilomètres. 68 courses y ont eu lieu et le pilote le plus titré (en termes de victoires) est Ayrton Senna. Le légendaire Brésilien a été le premier à franchir le drapeau à damier à chaque fois entre 1987 et 1993, à la seule exception de 1988, où il a abandonné au 66e tour alors qu’il était en tête.
  • Monaco a la vitesse moyenne au tour la plus basse de tout le championnat, avec environ 150 km/h. L’adhérence est très faible et le nombre de tours limités.
  • L’adhérence est très faible et l’usure limitée. Les composés les plus tendres offrent un bon niveau d’adhérence en ce qui concerne la traction, mais l’adhérence mécanique est limitée. Cela n’empêche pas un certain glissement : un facteur déterminant dans le grainage de la surface.
  • Tous les types de pneus apportés à Monaco ont été utilisés dans les conditions météorologiques variables du Grand Prix de l’année dernière : Cinturato Blue full wet, Cinturato Green intermediate, et les trois composés slick. Sur une piste sèche, la course se termine presque toujours par un arrêt pour tout le monde, mais l’année dernière, la plupart des pilotes se sont arrêtés trois fois.
  • Les nouveaux pneus Cinturato Blue full wet, qui n’ont pas besoin de couvertures, auraient dû faire leurs débuts à Imola, mais pourraient maintenant être utilisés à Monaco, ainsi que pendant le reste de la saison.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

Je suis impatient de reprendre la course cette semaine. Ne pas courir à Imola était la bonne décision et je sais qu’elle n’a pas été prise à la légère, mais certaines choses sont évidemment plus importantes que la course et c’était l’une de ces occasions. En ce qui concerne Monaco, les qualifications sont très importantes et nous devons nous assurer d’être aussi forts que possible lors de cette séance. Le circuit de Monaco est très serré, encore plus que les autres circuits de rue. Il est donc extrêmement difficile de réussir un tour de qualification ici, mais c’est aussi très excitant. La course dépend généralement beaucoup de la stratégie, car les dépassements sont quasiment impossibles. Et bien sûr, j’habite à Monaco, alors c’est agréable de rentrer à la maison tous les soirs pendant le week-end du Grand Prix.

Sergio Pérez, #11 :

Mes pensées vont à tous ceux qui ont été touchés par les inondations en Italie. Parfois, la course n’est pas importante et la sécurité de tous devient la priorité. Nous avons eu un week-end de repos, ce qui signifie que je me sens très bien reposé avant la semaine de Monaco. C’est la course que tous les pilotes veulent gagner en grandissant et j’ai eu la chance d’y parvenir la saison dernière. Cela n’a fait que renforcer mon envie de monter à nouveau sur la plus haute marche. Les conditions météorologiques pourraient à nouveau être délicates ici, ce qui signifie que nous devons tirer le meilleur parti de chaque instant passé dans la voiture. Il est important que nous ayons les bons réglages et que les qualifications se passent bien pour avoir une chance de gagner dimanche. J’ai vraiment hâte de retourner sur ce circuit, c’est un vrai plaisir de conduire !

TALKING BULL EST DE RETOUR !

Dans l’épisode 2 de Talking Bull, le podcast officiel d’Oracle Red Bull Racing, le directeur technique Adrian Newey rejoint l’animateur Nicola Hume pour discuter de la RB19, de la façon dont nos pilotes ont exploité son incroyable vitesse et de la façon dont Christian Horner l’a persuadé de rejoindre l’équipe en 2006.

Aston Martin

Fernando Alonso, #14 :

« C’est un peu une course à domicile pour moi à Monaco, donc le trajet jusqu’au circuit est court ! Il est bon de reprendre la course après l’annulation du Grand Prix le week-end dernier, mais nous espérons que tout le monde est en sécurité en Italie et, en fin de compte, c’était la bonne décision de ne pas courir ce week-end.

« Monaco est une course que nous attendons toujours avec impatience en tant que pilotes de Formule 1. C’est une telle émotion de courir dans ces rues, il n’y a rien de comparable. Nous sommes curieux de voir comment la voiture se comporte sur un circuit à faible vitesse comme celui-ci. Il sera important de s’assurer que les réglages de la voiture sont parfaits et de prendre le rythme dès le début. Les dépassements étant très difficiles à Monaco, la position sur la grille de départ sera également déterminante pour le résultat du dimanche. Si nous parvenons à faire un bon samedi, nous serons bien placés pour obtenir un autre bon résultat ce week-end.

Lance Strol, #18 :

 

« Bien que nous soyons impatients de reprendre la course, je sais que les pensées de l’équipe continuent d’aller vers les personnes touchées dans la région de l’Émilie-Romagne. Imola est un circuit que nous adorons, mais la sécurité de toutes les personnes impliquées doit toujours passer en premier et nous reconnaissons que la bonne décision a été prise d’annuler la course.

« Le Grand Prix de Monaco est vraiment spécial, un Grand Prix comme aucun autre. Il exige une concentration et un engagement sans faille, vous poussant plus loin sur un tour que sur n’importe quel autre circuit du calendrier. Il n’y a pas de longues lignes droites – seulement des rues étroites et sinueuses – donc on n’a pas vraiment le temps de réfléchir. Vous devez simplement faire confiance à votre intuition. On l’a déjà dit, mais c’est un vrai privilège de courir sur un circuit avec autant d’histoire et j’ai beaucoup de bons souvenirs de Grands Prix épiques ici ».

La perspicacité et la rapidité avec Cognizant

  • Interruptions de course : La voiture de sécurité a été utilisée lors de trois des cinq dernières courses, avec une seule apparition de la voiture de sécurité virtuelle au cours de cette période. Malgré l’étroitesse du circuit et la proximité des murs, cette course peut se dérouler sans incident. La course de l’année dernière, qui s’est déroulée sur piste mouillée, a été interrompue par un drapeau rouge en raison de dommages causés aux barrières.
  • Dépassement : Il s’agit du circuit le plus difficile à doubler du calendrier. Si un dépassement doit être tenté, la Nouvelle Chicane au bout du tunnel est le meilleur endroit pour le faire, tandis que Sainte Devote et Mirabeau offrent également des opportunités relativement décentes. Tout dépassement sur la piste est bien mérité ici.
  • Stratégie : Monaco est traditionnellement une course à un seul arrêt, utilisant les deux composés les plus tendres de la gamme Pirelli. Aucun changement n’ayant été apporté aux composés, on peut s’attendre à une situation similaire cette année. La position sur la piste est essentielle ici, et la configuration de la voiture privilégiera probablement le rythme d’un tour plutôt que celui de la course. La perte de temps au stand est inférieure à la moyenne de la saison.
Sectors ans Turns
DRS

Mercedes

Après l’annulation du Grand Prix d’Emilie-Romagne, nous entamons la traditionnelle étape européenne de la saison dans les rues de la principauté.

Toto parle de Monaco :

Après l’annulation de la course d’Imola, nos pensées vont toujours aux habitants de la région d’Émilie-Romagne qui ont été touchés par les terribles inondations. Nous avons été attristés par les images, mais inspirés par le travail de sauvetage des services d’urgence et la résilience dont ont fait preuve les communautés. Nous avons hâte de revenir à Imola dans des circonstances plus heureuses l’année prochaine.

Le calendrier révisé signifie que Monaco est désormais le point de départ de la partie européenne de la saison. Il s’agit d’un événement unique qui nous permettra de découvrir les améliorations apportées à la W14, mais nous devons également veiller à ne pas tirer trop de conclusions de ce seul événement. Nous introduisons la première étape d’une nouvelle direction de développement.

Ce ne sera pas une solution miracle ; d’après mon expérience, cela n’existe pas dans notre sport. Nous espérons que cela donnera aux pilotes une plate-forme plus stable et plus prévisible. Nous pourrons alors construire sur cette base dans les semaines et les mois à venir.

La F1 est une compétition acharnée et une méritocratie. Nous ne sommes pas là où nous voudrions être, mais il n’y a pas de sentiment d’avoir droit à quelque chose. Il s’agit simplement de travailler dur pour nous hisser aux avant-postes.

Fiche d’information : Grand Prix de Monaco

  • Avec ses 3,337 km de long, le circuit de Monaco est le plus court du calendrier actuel de la F1. Le deuxième circuit le plus court que nous visitons est Zandvoort, qui fait presque un kilomètre de plus (4,259 km).
  • La course compte le plus grand nombre de tours de tous les événements, avec 78 tours du circuit formant le Grand Prix de Monaco. C’est la seule course qui ne respecte pas la distance minimale de 305 km imposée par la FIA, puisqu’elle mesure 260,286 km.
  • C’est aussi la course la plus courte entre la pole position et la zone de freinage du premier virage, avec seulement 114 mètres.
  • Seulement 34 % du tour est effectué à plein régime. C’est nettement moins que les 43 % du tour de l’Autodromo Hermanos Rodriguez au Mexique qui sont passés à plein régime, le deuxième total le plus bas du calendrier.
  • Pris à seulement 45 km/h, l’épingle du virage 6 est le virage le plus lent négocié par les voitures de F1 tout au long de la saison. Comme il s’agit du virage à 180° le plus serré du calendrier, des crémaillères spéciales sont utilisées pour augmenter l’angle de braquage.
  • Avec trois victoires dans les rues de la principauté, Lewis est le pilote le plus titré de la grille actuelle du Grand Prix de Monaco. Fernando Alonso a remporté deux victoires, tandis que Max Verstappen et Sergio Perez en ont remporté une chacun.
  • Des sept courses de la saison inaugurale de 1950 de la F1, seules quatre restent au calendrier en 2023 : les Grands Prix de Grande-Bretagne, de Monaco, de Belgique et d’Italie. Ces quatre courses se déroulent sur les mêmes circuits qu’en 1950 : Silverstone, Circuit de Monaco, Spa-Francorchamps et Monza.
  • Le tout premier Grand Prix de Monaco a été organisé en 1929 par Antony Noghès. Le dernier virage du circuit est nommé en son honneur.

Ferrari

Chez Charles

Après l’annulation du Grand Prix d’Imola le week-end dernier, le championnat du monde reprend avec ce qui est désormais la sixième manche, ainsi que la course à domicile de Charles Leclerc, dans les rues étroites de Monte-Carlo.

Frédéric Vasseur, Directeur de l’équipe :

Nous reprenons la course, cette fois-ci sur le terrain de Charles à Monte-Carlo. Ce sera donc un week-end spécial et particulièrement excitant pour lui et pour nous tous.

Avec Charles et Carlos, nous avons préparé ce week-end dans les moindres détails afin d’exploiter au mieux toutes les possibilités offertes par ce circuit délicat. Nos deux pilotes l’adorent – Charles a fait la pole position ces deux dernières années et Carlos a toujours terminé sur le podium à Monaco depuis qu’il a rejoint la Scuderia – et nous donnerons tout pour offrir un bon résultat à nos tifosi.

Statistiques Ferrari :

  • GP disputés 1057
  • Saisons en F1 74
  • Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2e ; R. Sommer 4e ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (22,89%)
  • Pole positions 243 (22.99%)
  • Tours les plus rapides 259 (24,50%)
  • Total des podiums 799 (25.20%)

Statistiques Ferrari GP de Monaco :

  • GP disputé 67
  • Débuts 1950 (A. Ascari 2e ; R. Sommer 4e ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 9 (13,43%)
  • Pole positions 12 (17.91%)
  • Tours les plus rapides 17 (25,37%)
  • Total des podiums 55 (27,36%)

Trois questions à… Charles Leclerc, #16, né le : 16/10/97 à Monte Carlo (Monaco)  :

  1. Comment résumeriez-vous le circuit de Monaco en un mot ?

L’adrénaline : c’est l’essence même de ce circuit. Il est étroit et bosselé et pour être rapide, il faut faire confiance à ses sensations. Au volant d’une Formule 1, on n’a pratiquement pas le temps de souffler et, en qualifications, quand on pousse à fond, c’est, comme je l’ai dit, une véritable poussée d’adrénaline. Je ne pense pas que l’on puisse ressentir la même chose sur un autre circuit, et je sais que c’est le cas de tous ceux qui courent ici. Et c’est d’autant plus spécial pour moi que nous courons dans la ville où j’ai grandi.

  1. Quels sont vos endroits préférés à Monte-Carlo ?

Il y en a beaucoup : J’ai grandi à Fontvielle, mais cette ville regorge d’endroits uniques. Quoi que l’on veuille faire, il y a un endroit parfait pour le faire : sport, mode ou simplement se détendre. Personnellement, j’aime la plage du Larvotto et je pense que c’est mon endroit préféré lorsque je suis à Monaco.

  1. Quels sont les moments les plus mémorables liés au Grand Prix de Monaco ?

Je l’ai déjà dit à maintes reprises : Je dois ma passion pour la course automobile à mon père et au fait que je suis né et que j’ai grandi à Monaco. Très jeune, j’ai vu les Formule 1 traverser Sainte-Dévote depuis le balcon de l’appartement d’un ami et je reproduisais la même scène avec mes Formule 1 jouets. Ensuite, grâce à mon père, j’ai découvert le légendaire Ayrton Senna et j’ai pu voir ce qu’il pouvait faire ici à Monaco et j’ai commencé à rêver qu’un jour, peut-être, je pourrais le faire aussi. Pouvoir courir aujourd’hui sur le circuit qui a contribué à la légende qui l’entoure est quelque chose de très spécial pour moi.

Grand Prix de Monaco : faits et chiffres

  1. C’est le nombre de pilotes qui ont réalisé la pole position deux années de suite à Monaco : Alain Prost (1983-84) ; Mika Häkkinen (1998-99) ; Fernando Alonso (2006-07) ; Nico Rosberg (2013-14) et Charles Leclerc (2021-22). Mieux encore, Ayrton Senna y est parvenu à quatre reprises (1988-91), tandis que Juan Manuel Fangio (1955-57), Stirling Moss (1959-61), Jim Clark (1962-64), Jackie Stewart (1969-71) et Niki Lauda (1974-76) ont décroché trois pole positions consécutives.

 

  1. Les différentes catégories de voitures qui ont couru à Monaco en dehors de la Formule 1. Sur l’ensemble de ces catégories, 149 pilotes ont gagné dans les rues de la Principauté et, confirmant sa difficulté, un tiers d’entre eux ont couru en Formule 1. Douze pilotes ont gagné en Formule 1 et dans une autre catégorie. Dans l’ordre chronologique, il s’agit de Stirling Moss, Jackie Stewart, Jean-Pierre Beltoise, Ronnie Peterson, Niki Lauda (avec deux victoires en F1 sur une Ferrari), Patrick Depailler, Alain Prost, Mika Häkkinen, Lewis Hamilton, Mark Webber, Daniel Ricciardo et Sergio Perez. Il y a eu 68 GP de Monaco comptant pour le championnat du monde, avec un total de 36 vainqueurs différents.

 

  1. Les pays de la zone euro qui utilisent l’euro comme monnaie, à ne pas confondre avec les États membres de l’Union européenne, qui sont au nombre de 27. Parmi eux, le Danemark bénéficie d’une exemption et utilise la couronne, tandis que la Suède, la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie et la Roumanie adopteront l’euro à l’avenir. D’autre part, l’euro est utilisé dans certains États qui ne font pas partie de l’UE : La Cité du Vatican, Saint-Marin, Andorre, le Monténégro, le Kosovo et la Principauté de Monaco. Cette monnaie est également valable dans les bases britanniques d’Akrotiri et de Dhekelia à Chypre, ce qui en fait les seuls endroits sous souveraineté britannique à utiliser l’euro….

 

  1. C’est le pourcentage d’alphabétisation des citoyens de la Principauté de Monaco, un record mondial qu’elle détient conjointement avec un autre micro-État, la Cité du Vatican.
  2. C’est le nombre de nationalités différentes parmi les résidents de la Principauté de Monaco. Il s’agit d’un record mondial incontesté, puisque c’est la seule nation dont le chiffre est supérieur à 100.

McLaren

« Cette année, les célébrations de la Triple Couronne rendent le week-end encore plus spécial »

  • Si vous avez eu la chance de vous promener dans le port étincelant de Monte-Carlo, bordé de yachts, vous aurez ressenti des émotions inexplicables. Avant même qu’un moteur ne tourne, vous pouvez entendre l’histoire du Grand Prix de Monaco.
  • Regardez n’importe quelle section du circuit et vous pourrez imaginer Alain Prost ou Ayrton Senna s’approchant à un centimètre des barrières. Levez les yeux et vous entendrez les cris de la foule. Fermez les yeux et vous pourrez écouter la voix emblématique de Murray Walker qui commente tout cela. Il y a plus d’histoire dans un seul coin du circuit de Monaco que ce que beaucoup de circuits pourraient espérer écouler en une vie de courses.
  • Pour la saison de notre 60e anniversaire, la course revêt une importance encore plus grande. Nous arborerons une livrée spéciale pour le Grand Prix de Monaco de cette année, afin de célébrer la place de la course dans la Triple Couronne de McLaren. Pour vous en parler, nous avons recueilli les impressions de Lando, Oscar et Andrea Stella, le directeur de l’équipe.

Lando Norris, #4 :

« Tout d’abord, j’aimerais adresser mes meilleurs vœux à toutes les personnes touchées par les inondations dans la région d’Émilie-Romagne. Nous aimons tous courir à Imola, mais la sécurité passe avant tout, et je soutiens la décision d’annuler le Grand Prix de la semaine dernière. Nous reviendrons et j’espère que tout le monde sera en sécurité en ces temps difficiles.

« Le circuit de Monaco est un circuit historique qui a laissé de grands souvenirs à l’équipe et à moi-même. Mon podium de 2021 est un moment dont je suis extrêmement fier. Cette année, alors que McLaren célèbre son 60e anniversaire, nous participerons à la course avec une livrée spéciale Triple Couronne sur la MCL60, ce qui m’enthousiasme beaucoup.

« Bien que les résultats n’aient pas été à la hauteur de nos espérances depuis le début de l’année, tout le monde sur le circuit et à l’usine est déterminé à aller de l’avant et à marquer des points lors de la double confrontation. Nous allons travailler dur et nous concentrer sur le développement course par course. »

Oscar Piastri, #81 :

« Les événements survenus dans la région d’Émilie-Romagne ont touché de nombreuses personnes et mes pensées vont à tous en ces temps difficiles. J’espère que tout le monde pourra rester en sécurité et continuer à recevoir le soutien dont il a besoin. La sécurité de chacun est la principale priorité, et je suis impatient de courir à Imola pour la première fois à l’avenir.

« Je suis impatient de participer à la course de ce week-end, car je retourne à Monaco pour la première fois depuis mon double podium lors du championnat de F2 2021. Ce sera un défi intéressant et agréable d’aborder le circuit de Monte-Carlo au volant d’une F1, et pouvoir le faire avec McLaren dans la livrée Triple Couronne de la MCL60 est un moment très spécial.

« La préparation pour la course s’est bien déroulée avec beaucoup de travail en simulateur et j’apprends de plus en plus à chaque session derrière le volant. En tant qu’équipe, nous sommes entièrement concentrés sur les étapes à franchir pour améliorer les performances de la voiture et la double course de mai-juin est une excellente occasion de le faire ».

Le joyau de la couronne de la Formule 1

Qu’il s’agisse des circuits, des voitures ou des règles et règlements, la Formule 1 est en constante évolution, mais Monaco est l’exception à la règle. S’il était introduit à l’époque moderne, le circuit ne serait jamais autorisé, et pourtant un tour du Circuit de Monaco reste pratiquement identique à ce qu’il était en 1929.

Et pour cause. Lorsqu’elles frôlent les barrières, on sent les tribunes trembler, projetant poussière et débris dans l’air. On se croirait dans un film.

Mais à l’intérieur de la voiture, c’est bien réel. Naviguer à grande vitesse dans les rues étroites et sinueuses est incroyablement difficile et exige un engagement total, faute de quoi vous vous retrouverez dans le mur et hors de la session.

Les dépassements sont rares, mais c’est un circuit où le pilote peut vraiment faire la différence. Si vous parvenez à trouver le juste milieu entre repousser les limites et les dépasser à Monaco, vous pourrez alors surpasser ceux qui ont des machines plus rapides, mais un style plus prudent.

Et bien qu’il ne s’agisse pas du tour le plus rapide du calendrier, l’absence de largeur, combinée à la superbe toile de fond, semble ajouter plusieurs milliers de kilomètres par heure.

La dernière fois :

Le Grand Prix d’Emilie-Romagne a été annulé en raison des graves inondations qui ont touché la région.

Avant cela, nous avions connu une course délicate à Miami, où Lando et Oscar n’avaient pas pu rattraper leur retard à la suite d’une séance de qualification difficile. Lando a été percuté par Nyck de Vries au premier tour et Oscar a souffert de problèmes mécaniques.

Nous sommes actuellement cinquièmes au classement avec 14 points grâce à deux top 10 obtenus lors des cinq premières manches. Lando s’inspirera du Grand Prix de Monaco 2021, où le pilote britannique a décroché un podium historique il y a deux ans. Oscar a également connu le succès à Monte-Carlo, l’Australien ayant décroché deux podiums en une manche lors de la saison 2021 de Formule 2.

Préparer le terrain :

Même avec l’ajout de plusieurs courses très médiatisées au calendrier de la Formule 1, le Grand Prix de Monaco reste l’événement le plus glamour de la saison. Situé sur la rivière française, c’est le cadre le plus luxueux qui soit, avec le Palais Princier, les grands hôtels et les casinos, les yachts somptueux et la beauté naturelle spectaculaire, le tout agrémenté de fêtes extravagantes et d’apparitions de célébrités.

En tant que fan, il n’y a guère de meilleures occasions d’assister de près à un Grand Prix de Formule 1 qu’à Monte-Carlo. La petite taille du circuit le rend accessible et praticable, en particulier le soir, lorsque la piste s’ouvre à nouveau. Le dernier secteur, qui comprend de nombreux bars et restaurants, est même fermé à la circulation, ce qui en fait l’endroit idéal pour la nuit.

Si vous avez la chance d’y assister en personne, vous aurez envie de goûter à la cuisine traditionnelle monégasque. L’offre est abondante, mais parmi les plus extravagantes figurent les fleurs de courgettes farcies, la tourte à la truffe et au foie gras et un ragoût à base de fruits de mer appelé Bouillabaisse.

Andrea Stella :

« Je tiens tout d’abord à adresser mes plus sincères pensées et ma sympathie aux habitants de l’Émilie-Romagne en ces temps difficiles et éprouvants. Il était impératif de donner la priorité à la sécurité des résidents, de notre équipe, de nos fans et de nos collègues de la F1, et de ne pas perturber davantage les autorités locales et les services d’urgence.

« Alors que nous reprenons la compétition cette semaine à l’occasion du Grand Prix de Monaco, nous garderons à l’esprit toutes les personnes touchées par les événements de la semaine dernière.

« Notre travail à l’usine a continué à bien se développer alors que nous nous concentrons sur la préparation de la prochaine étape des améliorations, qui seront introduites dans les courses à venir avec l’ambition de rendre la MCL60 plus compétitive.

« Cependant, la prochaine étape est Monaco, un événement unique et un circuit difficile pour l’équipe et les pilotes, avec peu de marge d’erreur. Le cadre historique de Monte-Carlo constitue une toile de fond idéale pour les courses et nous aimons y assister. Cette année, les célébrations de la Triple Couronne rendent le week-end encore plus spécial, et nous sommes impatients d’y participer.

Un ensemble de statistiques

  • Le premier Grand Prix de Monaco a eu lieu en 1929.
  • Le circuit de Monaco fait 2,074 miles de long, ce qui en fait la piste la plus courte de la F1.
  • Nous sommes l’équipe la plus titrée au Grand Prix de Monaco, avec 15 victoires.
  • Senna est le pilote qui a remporté le plus de victoires à Monaco, avec six victoires.
  • Nous avons mené plus de tours du Grand Prix de Monaco que n’importe quelle autre équipe, avec 916 tours en première place.
  • Seuls 14 des 34 champions du monde de F1 ont gagné à Monaco.
  • Notre fondateur, Bruce McLaren, a remporté le Grand Prix de Monaco avec Cooper en 1962.
  • Prost a remporté notre premier Grand Prix de Monaco
  • Mika Häkkinen, David Coulthard, Kimi Räikkönen, Fernando Alonso et Lewis Hamilton ont également remporté le Grand Prix de Monaco pour McLaren.
  • Lando est monté sur le podium lors du Grand Prix de Monaco 2021, en terminant troisième.
  • Oscar est monté deux fois sur le podium à Monaco lors de la saison 2021 de F2, en terminant deuxième de la Feature Race et de la Sprint Race 2.

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente en avant-première la sixième course du Championnat du Monde de Formule 1 FIA 2023, le Grand Prix de Monaco dans les célèbres rues de Monte Carlo.

Les pilotes Esteban Ocon et Pierre Gasly donnent leur avis sur le Grand Prix de Monaco tandis que les pilotes de l’Alpine Academy en Formule 2 et Formule 3 de la FIA présentent leur week-end de course sur l’undercard de la Formule 1.

Esteban Ocon, #31 :

« Bien que nos pensées restent tournées vers l’Émilie-Romagne, notre concentration sur la course se tourne vers Monaco. Comme Miami, nous devons nous assurer que nous passons un week-end fluide et que nous ramenons des points mérités. Nous avons eu quelques week-ends de course décevants cette année, donc l’équipe se concentre sur l’exécution de meilleures courses à tous les niveaux. Nous sommes impatients de revenir et de montrer notre rythme et de montrer que nous pouvons rivaliser avec certaines des meilleures équipes. Monaco est toujours un week-end passionnant, l’un des moments forts de la saison, et nous chercherons à offrir un bon spectacle aux fans. »

Pierre Gasly, #10 :

« J’ai vraiment hâte de courir à Monaco car c’est l’un des défis les plus grands et les plus gratifiants de la saison pour nous pilotes. Sans Grand Prix de France au calendrier, cette course est aussi proche de la France que possible au cours de l’année et le soutien des fans à Monaco est très spécial. Le Grand Prix de Monaco est mondialement connu car c’est l’une des courses les plus prestigieuses du monde du sport automobile et une course à laquelle chaque pilote veut réussir au cours de sa carrière.En tant que équipe, nous visons à continuer à nous améliorer et à tirer parti de nos performances prometteuses la dernière fois et visons à repartir de Monaco avec le meilleur résultat possible, qui doit être des points forts des deux voitures. »

Saviez-vous ?

Esteban Ocon est l’un des sept pilotes à ne pas avoir été éliminé en Q1 cette année, les autres étant Max Verstappen, Fernando Alonso, Charles Leclerc, Carlos Sainz, George Russell et Lewis Hamilton.

Haas

Le défi du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2023 de MoneyGram Haas F1 Team se poursuit avec la 7e manche, le Grand Prix de Monaco.

Suite à la décision de la Formule 1 et de la FIA de ne pas organiser le Grand Prix d’Émilie-Romagne, en raison de conditions météorologiques défavorables dans la région, MoneyGram Haas F1 Team marquera l’occasion de son 150e Grand Prix à Monaco. MoneyGram Haas F1 Team aborde l’événement en septième position du championnat des constructeurs, après avoir marqué des points à trois reprises jusqu’à présent en 2023.

Les pilotes de l’équipe MoneyGram Haas F1 Team, Kevin Magnussen et Nico Hulkenberg, connaissent tous deux les limites étroites et sinueuses du circuit de Monaco. Magnussen a parcouru les routes de la Principauté à six reprises au cours de sa carrière en Formule 1, tandis que Hulkenberg a participé au Grand Prix de Monaco à neuf reprises, obtenant un cinquième meilleur résultat au classement général.

Le Grand Prix de Monaco est l’un des événements les plus emblématiques du paysage sportif. Il a été organisé pour la première fois en 1929 et, en 1950, il a fait partie de la saison inaugurale du championnat du monde de Formule 1. Depuis, il fait partie intégrante du sport et n’a été absent qu’à quatre reprises, la dernière fois en 2020 en raison de la pandémie.

Le circuit de Monaco s’étend sur seulement 3,3 km dans la petite Principauté et, bien qu’il s’agisse du circuit le plus court de la Formule 1, il contient beaucoup de choses dans son tracé. Avec ses 19 virages, les pilotes ont rarement l’occasion de reprendre leur souffle. Le défi est d’autant plus grand que les barrières sont proches et que plusieurs virages sont sans visibilité. Les pilotes doivent prendre de la vitesse au cours des trois séances d’essais, au fur et à mesure que la confiance et les conditions de piste augmentent.

Étant donné que les dépassements sont quasiment impossibles, la séance de qualification du samedi et le moment de l’arrêt obligatoire aux stands lors de la course du dimanche revêtent une importance accrue par rapport à la plupart des grands prix. Les équipes et les pilotes doivent également être attentifs à la probabilité de périodes de voiture de sécurité, voire de drapeaux rouges, qui peuvent bouleverser la situation à tout moment.

Guenther Steiner – Directeur de l’équipe :

MoneyGram Haas F1 Team a pleinement soutenu la décision prise par la Formule 1 de ne pas organiser le Grand Prix d’Émilie-Romagne en raison des inondations dans la région et de leur impact sur la communauté locale. En tant qu’équipe ayant de nombreux liens avec l’Italie, il a dû être difficile d’observer la dévastation causée aux personnes vivant dans les zones touchées.

« Tout d’abord, le plus important est que le plus grand nombre possible de personnes soient en sécurité. Nous avons beaucoup d’employés dans cette région et Dieu merci, nos employés sont sains et saufs, mais ils doivent maintenant faire face à leurs difficultés. Nous avons pleinement soutenu ce qui a été fait par la Formule 1, ainsi que nos employés qui étaient sur place pour préparer la course.

« Nous les avons ramenés par avion au Royaume-Uni pour nous assurer que tout le monde était en sécurité le plus rapidement possible, mais certains ont dû rester et démonter le garage pour se rendre à Monaco, mais tout est en sécurité et nous continuons à courir. Pour l’instant, Imola et ses habitants sont plus importants que la Formule 1. »

La septième manche du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2023 amènera MoneyGram Haas F1 Team dans la Principauté pour le Grand Prix de Monaco. Dans un calendrier rempli d’événements marquants, que représente Monaco pour vous ?

« Pour nous tous, Monaco est un mélange de glamour et de course. C’est un événement qui existe depuis longtemps, beaucoup de gens y vont et beaucoup de gens rêvent d’y aller un jour parce que c’est un endroit exceptionnel et important pour la Formule 1. Nous nous y rendons toujours en étant préparés à de nombreuses activités pour montrer ce qu’est le sport.

Les qualifications sont un facteur crucial pour la réussite d’un week-end de course à Monaco, les possibilités de dépassement étant minimes en course. Du point de vue d’un directeur d’équipe, en quoi cela modifie-t-il la préparation de l’équipe avant le week-end et votre rôle dans la communication avec l’équipe change-t-il au cours d’une telle séance ?

« À Monaco, nous consacrons tous beaucoup d’efforts aux séances d’essais libres et aux qualifications, car il est important de bien se qualifier. Dépasser n’est pas impossible, mais c’est très, très difficile. Vous y consacrez le plus d’efforts et les pilotes se concentrent sur ce point.

« La communication, c’est comme toujours – essayer de communiquer avec les pilotes quand il y a du trafic parce que si vous êtes dans un tour rapide et que vous trouvez du trafic, vous êtes dans le pétrin. Il est très important de garder le contrôle et de faire en sorte que les pilotes restent aussi calmes que possible. Le stress est déjà suffisant à Monaco, car il s’agit d’une course à grande vitesse avec de nombreux virages serrés.

« Ensuite, s’il faut gérer le trafic, le pilote est parfois pris à contre-pied et ne peut plus se concentrer sur sa conduite. C’est la seule chose que vous pouvez faire et parfois vous y arrivez, mais parfois vous vous trompez – c’est donc sur cela que nous nous concentrons tout au long des séances.

Alfa Romeo

L’Alfa Romeo F1 Team Stake reprend l’action dans les rues étroites de Monte-Carlo pour l’un des événements les plus célèbres, les plus prestigieux et les plus fascinants du calendrier de la Formule 1, le Grand Prix de Monaco.

Après la décision prise la semaine dernière de ne pas courir à Imola, en raison des inondations qui ont touché la région de l’Émilie-Romagne, l’équipe est impatiente de reprendre la piste et de poursuivre sa progression sur un circuit qui ne ressemble à aucun autre, un défi unique pour les pilotes et leurs machines.

Tout simplement différent

Chaque année, à cette période du printemps, la Formule 1 se rend sur la Côte d’Azur pour le joyau du calendrier, le Grand Prix de Monaco. Dites Monte-Carlo et une série d’images vous vient à l’esprit : des yachts, des voitures de sport, les paillettes et le glamour de l’un des endroits les plus exclusifs du monde. Monaco est le cliché de la Formule 1, c’est l’enfant-vedette de la discipline, imbibé de champagne, qui vit et est renforcé par ses stéréotypes.

Pour les équipes qui y courent, bien sûr, Monaco est différent. Monaco est un test de force, de volonté et de résistance pour les pilotes et les équipes : dans le cockpit, c’est un défi mental incessant, chaque virage exigeant une précision millimétrique pour éviter un rendez-vous avec les barrières qui mettrait fin à la course ; c’est une performance pure, l’un des endroits où les compétences de ceux qui sont derrière le volant se révèlent le plus. Dans le garage – les garages exigus, sur trois niveaux, avec des arbres qui traversent le sol et le plafond – les mécaniciens doivent faire face à des conditions qu’ils ne connaissent nulle part ailleurs dans le monde, mais ils ne peuvent pas faire de compromis sur la précision. Conduire Monaco, c’est peut-être comme « faire du vélo dans son salon », mais travailler dans ces garages s’apparente davantage à un entraînement de crossfit dans un placard à balais.

Monaco est unique à tous points de vue : c’est un circuit d’une autre époque, sur lequel les qualifications ont autant d’importance que la course, un circuit sur lequel les F1 d’aujourd’hui, plus larges et plus grandes, empruntent les mêmes rues que les machines élancées de Jackie Stewart et de Graham Hill. Le paddock, à l’écart des garages du Quai Antoine 1er, est un monde à part, avec des yachts qui flottent tranquillement sur la mer devant des hôpitaux très fréquentés ; les fans, omniprésents, se pressent sur la colline au-dessus de la Rascasse et dans tous les autres espaces ouverts – ils sont les plus proches de la Formule 1 ici. Ils font autant partie de l’histoire que les voitures sur la piste.

Malgré tous les défis, Monaco reste Monaco.  Chaque espace restreint, chaque bizarrerie rend cette course unique : pour chaque fan, pour chaque pilote, pour chaque membre d’équipe, faire Monaco est un insigne d’honneur. Car une chose est vraie pour tous ceux qui l’ont vécue : rien ne ressemble jamais à Monaco.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« L’annulation du Grand Prix d’Imola était finalement la bonne décision à prendre, compte tenu de la situation difficile qu’a connue la région d’Émilie-Romagne. Nos pensées vont à ceux qui ont été touchés et qui font face aux conséquences des inondations : nous sommes prêts à nous joindre à la Formule 1 pour contribuer à l’effort de secours. Nous étions bien sûr impatients de courir à Imola, et cela ne fait que renforcer notre motivation pour la course de ce week-end à Monaco. La semaine supplémentaire que nous avons passée à Hinwil a été mise à profit pour continuer à travailler dur sur l’amélioration de notre voiture et de ses performances en vue de la course de Monaco. Ce qui est effectivement devenu la première course européenne de la saison sera l’occasion d’apporter les améliorations prévues à l’origine pour Imola. Avec ses virages et ses paysages emblématiques, le Grand Prix de Monaco est sans conteste la course de Formule 1 la plus célèbre – et celle où tout le monde veut bien faire. Plus encore que d’habitude, les rues de la Principauté sont un lieu qui récompense l’attention portée aux détails et à la précision : nous devons nous appuyer sur les améliorations montrées à Miami au début du mois et continuer dans cette direction à partir de vendredi. »

Valtteri Bottas, #77 :

« Même si nous étions tous très enthousiastes à l’idée de courir, nous avons pris la bonne décision en renonçant au Grand Prix d’Émilie-Romagne. J’adresse toute ma sympathie et mon soutien aux populations touchées, et je me réjouis d’être de retour à Imola à l’avenir. Monaco est une course qui n’a pas besoin d’être présentée : elle est tout simplement spéciale, et c’est aussi une course à la maison, alors j’ai hâte de pouvoir dormir dans mon lit ! Je suis très motivé à l’idée de faire un bon résultat ici, où il faut tout donner et pousser ses performances à la limite. Le rythme sur un tour que nous avons montré à Miami était une amélioration par rapport aux courses précédentes, et cela pourrait être crucial sur un circuit où la performance en qualification est si importante. Il y a encore du travail à faire – et l’équipe a pris le temps, depuis Miami, de continuer à travailler sur le développement de notre voiture. Nous allons continuer à aller de l’avant, dans le but d’améliorer encore nos performances et d’ajouter des points à notre palmarès ».

Zhou Guanyu, #24 :

« Les conditions pour poursuivre la course à Imola n’étaient tout simplement pas réunies, et l’engagement pour la sécurité doit toujours passer en premier. Je souhaite le meilleur à tous ceux qui ont été touchés par les inondations – j’ai passé beaucoup de temps en Italie il y a quelques années, et j’en garde un très bon souvenir. J’attends avec impatience la course de Monaco, c’est le seul Grand Prix où tout le monde veut bien faire et où chaque petit détail peut faire la différence. Nous avons fait des progrès à Miami, et nous devons continuer sur notre lancée car il y a encore des améliorations à apporter. Nous devions apporter des améliorations à la C43 à Imola, et nous les aurons à Monaco ce week-end. J’espère qu’elles nous aideront à faire un changement positif et à revenir dans les points. »

AlphaTauri

Nyck de Vries, #21 :

« Monaco est l’un des temps forts de la saison, une sorte de course à domicile pour moi puisque j’y habite, et c’est également très spécial en termes de piste elle-même et d’atmosphère pendant le week-end. J’ai hâte d’y être, mais naturellement, pour tous les membres de l’équipe de course, nous aurons toujours une pensée pour nos collègues de l’usine et pour tous ceux qui, dans la région, ont été touchés par les terribles inondations. La résilience semble être très forte dans la région et j’ai vu tout le monde travailler très dur, alors j’espère que la situation s’améliorera aussi vite que possible.

« J’ai déjà couru à Monaco, en fait ma première victoire en Formule 2 a eu lieu lors de la course Sprint là-bas en 2017 et en 2019, j’ai remporté la Feature race depuis la pole position. C’est très spécial, mais maintenant faire partie de l’événement principal à Monte-Carlo va être très cool. Lorsque je roule normalement à Monaco, je me rappelle que pendant une semaine, c’est un circuit de course, en particulier la partie des virages 5, 6, 7 et 8, c’est-à-dire Mirabeau Haute, l’épingle à cheveux et Mirabeau Bas, juste avant l’entrée du tunnel, car je tourne à gauche pour me rendre à mon appartement. Cela me permet même de dormir à la maison. Une année, j’ai pensé que cela m’aiderait à mieux ressentir l’environnement de la course si je restais à l’hôtel de l’équipe, mais cela n’a pas vraiment fonctionné car je n’ai alors apporté que ma trousse de toilette sur le scooter qui faisait la navette entre mon domicile et l’hôtel !

Yuki Tsunoda, #22 :

« Nous avons vécu une situation très difficile à Faenza et dans ses environs, et il était impressionnant de voir comment tous les membres de la communauté se sont mobilisés pour aider les personnes très touchées et pour nettoyer la ville. Mais maintenant, mon travail consiste à me concentrer sur la course de ce week-end et à faire de mon mieux.

« Je n’avais jamais couru à Monaco avant ma première année en Formule 1 en 2021, et l’année dernière je me suis qualifié 11e. Il y a une atmosphère très spéciale pendant les quatre jours. Je pense que c’est un circuit agréable et unique à piloter, en particulier lors des qualifications. Tout est une question de confiance, de proximité avec les barrières et de vitesse dans les virages, ce qui rend le samedi très excitant dans le cockpit. C’est le jour le plus important, car il est très difficile de dépasser en course. Alors, pendant que je me prépare, j’essaie de trouver une configuration plus adaptée aux qualifications qu’à une longue course.

« Il faut avoir beaucoup de respect pour la piste, augmenter progressivement la vitesse et passer le plus de temps possible sur le circuit, tout en tenant compte du fait que l’évolution de la piste est assez importante et que les temps au tour s’améliorent généralement de manière significative au cours de chaque séance. Dans l’ensemble, je pense que l’expérience compte beaucoup à Monaco et ce sera ma troisième course ici, donc je sais comment l’aborder et je suis définitivement plus préparé que la première fois. »

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Il est décevant de ne pas pouvoir courir à Imola, qui est l’un de nos circuits préférés sur le calendrier actuel de la Formule 1. Cependant, il était évident que la course ne pouvait pas avoir lieu en raison des fortes pluies et des inondations qui ont touché la région d’Émilie-Romagne la semaine dernière. Nos pensées vont aux habitants d’Imola et des environs ; nous leur souhaitons un bon rétablissement et nous nous réjouissons de les retrouver dès que possible pour profiter du spectacle de la course d’Imola.

Ce week-end, nous nous attaquons à l’énorme défi que représente le circuit de Monaco. Bien que le tracé du circuit soit très familier, il ne manque jamais d’offrir un nouveau défi. Les prévisions météorologiques actuelles annoncent un temps frais mais sec, mais il y aura inévitablement des nuages sur les montagnes, qui pourraient se déplacer sur le circuit. Même si le temps reste clément, les séances seront interrompues car les pilotes repousseront les limites de leurs voitures.

Les composés des pneus sont les plus tendres que Pirelli propose et sont les mêmes que ceux que nous avons utilisés à Bakou et que ceux que nous aurions utilisés pour l’événement Alternative Tyre Allocation à Imola. Ils devraient fonctionner raisonnablement bien à Monaco d’ici samedi après-midi, mais ils pourraient être un peu plus délicats lors des essais libres de vendredi.

Les dépassements resteront très difficiles et les pilotes seront poussés à leurs limites pendant les 78 tours du Grand Prix.

Monaco reste un défi unique pour les pilotes et les ingénieurs, mais offre en retour une récompense potentielle à ceux qui sauront le mieux le relever. Nous attendons toujours Monaco avec impatience et cette année ne fait pas exception.

Alex Albon, #23 :

Avant Monaco, c’est un peu comme une course à domicile. J’aime vraiment conduire ici ; c’est évidemment un week-end où l’on se concentre un peu plus sur le samedi que sur le dimanche, ce qui est rare. C’est un autre circuit de rue et nous en avons déjà fait un certain nombre cette année, mais cette fois-ci, il s’agit davantage d’acquérir de la confiance tout au long du week-end. Comme il n’y a pas de sortie de piste, on ne peut pas l’attaquer de la même manière que les autres circuits que nous avons empruntés. En termes de compétitivité, ce sera intéressant, mais j’espère que la météo créera quelques surprises et rendra la course un peu plus imprévisible.

Logan Sargeant, #2 :

Je suis très excité à l’idée de retourner à Monaco ce week-end. C’était un sentiment très spécial de courir là-bas l’année dernière et je m’en réjouirai toujours. Un autre circuit sera un énorme défi, mais je me sens motivé pour remonter dans la voiture et être meilleur que jamais.