13 août 2022

Vue d’ensemble du GP de France (Video)

Pirelli

LES PNEUS EN PISTE

 

Le P Zero White dur est le composé C2, le P Zero Yellow moyen le C3, le P Zero Red tendre le C4 : ce sont les trois pneus nominés pour le Grand Prix de France ce week-end au Paul Ricard.

Le site du Grand Prix de France de Formule 1 est un circuit assez bien équilibré, où il y a un peu de tout : des virages rapides et des lignes droites à plat, ainsi que des sections plus lentes et plus techniques. Tout cela impose aux pneus des charges énergétiques de gravité moyenne, ce qui en fait une bonne piste d’essai. Avec ses 12 mètres de large, les options ne manquent pas en matière de trajectoires et de dépassements, ce qui constitue un défi intéressant pour les pilotes.

La ligne droite du Mistral – nommée d’après le célèbre vent français, qui peut également perturber l’équilibre aérodynamique des voitures – a également le potentiel de refroidir les pneus avant. Cela peut avoir une incidence sur le virage de Signes qui suit immédiatement : le virage le plus exigeant de tout le circuit, pris à plat.

Il faut absolument éviter de sortir de la piste : les marques tricolores rouges, blanches et bleues contiennent un matériau à haute friction conçu pour ralentir rapidement les voitures, avec un risque élevé de crevaison des pneus.

La stratégie gagnante de l’année dernière était un double arrêt de Max Verstappen. C’était un pari car il était le seul pilote de tête à s’arrêter deux fois, ceux derrière lui ne s’arrêtant qu’une fois, mais cela a payé puisque le pilote Red Bull a repris la tête un tour avant le drapeau à damier.

 « Le Paul Ricard est un circuit qui comprend un peu de tout, un défi intéressant pour les pilotes ».

« Cette année, le Grand Prix de France a lieu près d’un mois plus tard que l’année dernière, où il avait plu le dimanche matin, il est donc juste de s’attendre à des températures plus chaudes. La génération de pneus et de composés de cette année est différente et plus résistante à la surchauffe que les versions de 13 pouces utilisées l’an dernier, nous devrons donc voir comment cela affecte la stratégie ». Un peu d’histoire : Le Paul Ricard est en fait l’endroit où nos pneus de 18 pouces de l’ère actuelle ont fait leurs débuts, lors d’un test avec Renault et Sergey Sirotkin en 2019. »

Ferrari

GP de France – Course dans un chaudron au Castellet

La dernière paire de courses consécutives avant la pause estivale débute ce week-end avec le Grand Prix de France, avant de se poursuivre en Hongrie le 31 juillet. La Scuderia Ferrari et les autres équipes ont installé leur camp au Castellet, dans le Var, dans l’arrière-pays entre Toulon et Marseille. Le circuit Paul Ricard porte le nom de l’un des premiers propriétaires du site et de l’inventeur de la boisson anisée éponyme, qui est une sorte d’institution en France. Le week-end de course devrait être le plus chaud de la saison jusqu’à présent, avec des températures atteignant 40 degrés centigrades, ce qui rendra la vie difficile aux pilotes et aux équipes.

pht. Scuderia Ferrari

Des normes de sécurité élevées. Le Paul Ricard a été construit en 1970, en moins d’un an, et aujourd’hui, il est à la pointe en matière de sécurité des circuits. Pendant plusieurs années, il a été utilisé uniquement comme piste d’essai, un choix populaire en raison du grand nombre de configurations possibles. Plusieurs mesures de sécurité qui y ont été évaluées pour la première fois ont ensuite été adoptées par la majorité des pistes, avec de grandes zones de sortie de piste, certaines goudronnées et d’autres en gravier traditionnel.

Chicane sur le Mistral. Le Grand Prix de France est revenu au calendrier en 2018, après une pause de dix ans, et il utilise une version de 5,842 kilomètres de la piste, comportant 15 virages. Le premier secteur est le plus rapide, offrant les meilleures opportunités de dépassement, notamment au freinage dans le virage 1 et à l’entrée du virage 3. La deuxième section est consacrée à l’unité de puissance, avec la ligne droite du Mistral qui est interrompue par une chicane pour réduire la vitesse d’entrée à Signes, l’un des virages les plus rapides du calendrier. L’aérodynamique prend une plus grande importance dans le troisième secteur, avec une variété de virages à vitesse moyenne entre le 11 et le 15. Il y a deux zones DRS : une sur la ligne droite principale, l’autre sur la première partie de la ligne droite du Mistral.

pht. Scuderia Ferrari

Programme. Les voitures prennent la piste pour la première fois le vendredi avec les deux séances habituelles d’une heure, à 14 et 17 CEST. Les qualifications auront lieu samedi à 16 heures, précédées des derniers essais libres à 13 heures. Le 62e Grand Prix de France comptant pour le Championnat du monde débutera dimanche à 15 heures. Il se court sur 53 tours, soit 309,69 kilomètres.

Trois questions à… DIEGO TONDI, RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT AÉRODYNAMIQUE

  1. Pouvez-vous nous parler de votre métier, de la façon dont vous êtes venu travailler chez Ferrari et des raisons pour lesquelles vous aimez le sport automobile ?

« J’ai rejoint Ferrari en 2007, puis la Scuderia en 2008. Au sein du département aérodynamique, j’ai assumé diverses tâches, des essais en soufflerie au développement CFD, et aujourd’hui je suis responsable du développement aérodynamique. Ma passion pour le sport automobile remonte à plus de 35 ans, lorsque j’étais enfant et que je regardais les Grands Prix à la télévision avec mon père. Mon intérêt s’est accru et, à l’université, j’ai compris que le développement aérodynamique était l’un des principaux facteurs contribuant aux performances d’une voiture de Formule 1, j’ai donc décidé d’étudier ce sujet en détail. La relation de longue date entre le département de l’université de Pise et Ferrari s’est avérée être le chemin qui m’a conduit à Maranello ».

  1. Comment est le circuit Paul Ricard d’un point de vue aérodynamique ?

« D’un point de vue aéro, le Paul Ricard présente une grande variété de types de virages, certains très lents comme le virage 15 et d’autres très rapides comme les virages 7 et 10. Malgré cela, c’est l’un des circuits où l’appui aérodynamique est un facteur important en termes de temps au tour. Notre travail de simulation montre que le compromis optimal est un réglage à force descendante moyenne, principalement en raison des très longues lignes droites. Cette saison en particulier, avec ces nouvelles voitures, nous devrons nous pencher sur les petits détails pour trouver le réglage optimal qui nous permettra ensuite de tirer le meilleur parti de la voiture ».

  1. Nous nous attendons à des conditions très chaudes. Quelles contre-mesures peuvent être mises en place pour aider la voiture dans cette situation extrême ?

« Les températures élevées prévues pour le Grand Prix de France ce week-end signifient que s’assurer que l’unité de puissance et les pneus fonctionnent au mieux est un véritable défi et c’est à ceux qui travaillent sur l’aérodynamique de prendre les contre-mesures appropriées. Nous utiliserons un niveau moyen-haut de refroidissement de la carrosserie, en utilisant les ouvertures des ouïes de refroidissement sur la partie supérieure de la carrosserie et nous travaillerons sur les gaines de frein pour maximiser le refroidissement de la jante, dans le but d’éloigner la chaleur des pneus. Les caractéristiques de la piste signifient que nous aurions fait cela de toute façon pour contribuer autant que possible à la gestion des pneus, mais les conditions chaudes rendront cette tâche encore plus exigeante. En ce qui concerne les freins, il n’y a pas de points de freinage particulièrement lourds, donc en termes de refroidissement pour ces composants, la course au Paul Ricard n’est pas une préoccupation ».

Statistiques Ferrari :

  • GP inscrits : 1041
  • Saisons en F1 : 73
  • Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (23,25%)
  • Pole positions 237 (22,79%)
  • Tours de course les plus rapides 258 (24,78%)
  • Total des podiums 789 (25,26%)

Statistiques Ferrari GP de France :

  • GP inscrits 60
  • Début 1950 (P. Whitehead 3ème)
  • Victoires 17 (28,33%)
  • Pole positions 17 (28,33%)
  • Tours de course les plus rapides 15 (25%)
  • Total des podiums 50 (27,78%)

GP de France : faits et chiffres

  1. C’est le nombre de fois où Michael Schumacher s’est arrêté sur la route de la victoire lors du Grand Prix de France 2004. Lors des qualifications, le pilote Ferrari est battu en pole position par la Renault de Fernando Alonso. Au départ, l’Espagnol a gardé la tête, Schumacher étant incapable de le dépasser malgré un rythme plus soutenu, car la F2004 de l’Allemand a perdu de l’appui lorsqu’il s’est rapproché d’Alonso. C’était à l’époque des ravitaillements de mi-course et sur le mur des stands, la décision a donc été prise de passer à une nouvelle stratégie, passant de trois arrêts à quatre arrêts plus courts car moins de carburant serait mis à chaque fois. Michael a réussi à trouver une piste dégagée devant lui et, après avoir reçu l’ordre de rouler à fond, il a tourné à un rythme incroyable, remportant la victoire, qui serait une étape clé sur la voie de la conquête du titre moins de deux mois plus tard en Belgique.

 

  1. C’est le nombre de centilitres que contient une coupe de champagne de taille standard, la boisson symbole de la France dans le monde. Habituellement, la bouteille de 75 centilitres est répartie entre six verres. La légende veut que la première apparition du vin mousseux dans un scénario de course automobile soit une rencontre fortuite lorsque, à la fin du Grand Prix de France 1923 à Tours, Henry Segrave, le vainqueur assoiffé mais abstinent, n’a pu mettre la main que sur une coupe de champagne. Les bulles font partie de la tradition de la Formule 1 depuis 1950, lorsque Juan Manuel Fangio s’est vu offrir un Jéroboam, deux fois plus grand qu’un Magnum, après avoir remporté le Grand Prix de France. La pulvérisation de champagne sur le podium est également un heureux hasard. A l’issue des 24 Heures du Mans 1966, Jo Siffert se voit offrir une bouteille de champagne restée trop longtemps au soleil. Dès que la cage métallique a été retirée, le bouchon a jailli, aspergeant les pilotes et les fans sur le podium. À la fin de la classique d’endurance de l’année suivante, Dan Gurney, qui s’était manifestement inspiré de la course précédente, a délibérément aspergé ceux qui se trouvaient avec lui sur le podium. En ce qui concerne la Formule 1, Jackie Stewart affirme avoir initié le rituel de pulvérisation du champagne en 1967. Depuis 2021, le champagne a été remplacé sur le podium de la Formule 1 par le vin mousseux italien Trento Doc.

 

  1. C’est le nombre de circuits qui ont accueilli le GP de France depuis 1906. Le premier s’est déroulé au Mans, qui est devenu le temple de l’endurance et n’a accueilli le championnat du monde de Formule 1 qu’une seule fois, en 1967. L’actuel circuit Paul Ricard du Castellet accueillera cette année la course pour la 18e fois, la première remontant à 1971. Il partage donc le record du plus grand nombre de courses avec Magny-Cours qui a organisé la course de 1991 à 2008. En troisième position, avec 15 courses – dont 11 comptant pour le championnat du monde de Formule 1 – se trouve Reims, suivie de Montlhéry, le premier circuit permanent du pays, avec neuf éditions.

 

  1. C’est le nombre moyen de dépassements lors du Grand Prix de France. La course de l’année dernière peut revendiquer le plus grand nombre, avec 52 au Castellet lorsque Max Verstappen était le vainqueur. La course française la moins excitante a en fait eu lieu lors de l’un des plus grands jours de l’histoire de la Scuderia Ferrari en Formule 1, lorsque Michael Schumacher a décroché le titre en 2002. Il n’y a eu que deux dépassements, dont celui du champion allemand, qui a profité d’une erreur de Kimi Räikkönen, qui avait dérapé sur l’huile de la Toyota d’Olivier Panis, pour prendre la tête et conclure la lutte pour le titre dès juillet.

 

  1. Le nombre de baguettes de pain mangées chaque seconde en France. Le pays compte environ 35 000 boulangeries, qui produisent également des croissants et des pains au chocolat, dont 50 % de la population consomme au moins quatre fois par semaine.
pht. Scuderia Ferrari

Chez Ferrari il y a 75 ans

Juillet est un mois très chargé pour la Scuderia. Après avoir gagné à Forli, l’équipe court à nouveau le dimanche 13 juillet 1947 au Circuito di Parma. Elle engage deux voitures, la 125 S Competizione avec garde-boue et système électronique pour Tazio Nuvolari et une 125 S pour Franco Cortese. Nuvolari est bloqué sur la ligne de départ avec un problème de moteur. L’as italien n’abandonne pas et une fois le problème résolu, il se lance à la poursuite du peloton. Il ferme la marche tour après tour et finit par s’imposer, avec Cortese qui assure un doublé, le premier de l’histoire de la Scuderia. Nuvolari est épuisé et doit être aidé par ses mécaniciens pour sortir de la voiture. Une semaine plus tard, l’équipe est de retour en action sur le circuit de Cascine à Florence. Le dimanche 18 juillet, une foule de près de cent mille spectateurs se presse sur la piste, située dans un jardin public. Nuvolari n’est pas là, n’ayant pas encore récupéré de ses efforts à Parme, c’est donc à Cortese que l’on confie sa voiture. La 125 S est confiée à Ferdinando Righetti, qui termine troisième, tandis que son coéquipier doit abandonner en raison de problèmes d’allumage. La course est remportée par Felice Bonetto sur une Delage, devant Vincenzo Auricchio sur une Stanguellini.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

« Nous avons obtenu un bon résultat l’année dernière en France en tant qu’équipe. Le circuit comporte beaucoup de virages techniques et à grande vitesse vers la fin, il sera donc important de prendre soin des pneus, surtout si l’on considère que le week-end sera très chaud. J’attends avec impatience une autre semaine de course où nous pourrons, je l’espère, améliorer notre performance d’Autriche et apprendre de notre résultat de la dernière fois. »

Sergio Pérez , #11 :

« Après un week-end difficile en Autriche, c’est génial d’être de retour en course et d’avoir une chance de rectifier les choses. Nous avons eu deux DNF lors des trois dernières courses et nous ne pouvons pas nous permettre cela dans les Championnats, donc je vise à changer cela ce week-end en France. Je suis toujours en lice pour le championnat des pilotes, donc personnellement, il est aussi important de ne pas perdre de points. L’année dernière, j’ai obtenu mon deuxième podium avec l’équipe en France et je suis impatient d’essayer de répéter cela. Le Paul Ricard est un circuit difficile car il y a différentes lignes de course que vous pouvez prendre dans les virages et il n’est pas facile de savoir laquelle est la meilleure. Les températures élevées seront également un facteur à prendre en compte ce week-end. Physiquement, il semble que ce sera une course très exigeante et nous devrons voir comment se passe la dégradation des pneus à cause de la chaleur. »

Stats et faits

  • L’équipe Oracle Red Bull Racing a obtenu trois victoires et deux défaites au cours de la première moitié de 2022. Il reste 11 courses à l’équipe pour égaler son précédent record de quatre arrivées 1-2, établi en 2009, 2010 et 2013.
  • Max a remporté la course de l’année dernière alors qu’il était le seul pilote à marquer des points à effectuer deux arrêts aux stands. Il a rattrapé et dépassé Lewis Hamilton pour la victoire avec un peu plus d’un tour à faire.
  • Checo est monté plus souvent sur le podium cette année (six) que lors de n’importe quelle autre saison de sa carrière. À 11 courses de la fin, il a également mené plus de tours (83) que lors de ses sept dernières saisons combinées (72).
  • Ce week-end, Max participera à son 130e Grand Prix pour l’équipe, dépassant Mark Webber pour le plus grand nombre de participations dans l’histoire de l’équipe. Seuls neuf pilotes dans l’histoire ont bénéficié d’une relation plus longue avec une équipe que Max et Oracle Red Bull Racing, Max n’a encore que 24 ans.

Mercedes

La Formule 1 se rend au Circuit Paul Ricard pour la 12e manche de la saison 2022 de Formule 1 – le Grand Prix de France.

Toto parle de la France :

Les troisième et quatrième place en Autriche ont été un résultat satisfaisant pour toute l’équipe, surtout compte tenu de la position dans laquelle nous nous trouvions le vendredi soir. L’équipe a fait des miracles pour avoir deux voitures de course complètes et prêtes pour le Sprint et le Grand Prix. Les 27 points marqués dimanche sont une bonne récompense pour cet effort.

Nous avons obtenu trois podiums lors des sept premières courses, et nous en avons maintenant obtenu quatre lors des quatre dernières. Je suis heureux de la dynamique que nous construisons, et cela reflète les efforts considérables de l’équipe. Notre compréhension de la W13 progresse à chaque tour et il est encourageant de voir que cela se reflète dans notre développement et nos résultats.

Bien que nous ayons été plus rapides en Autriche, nous n’étions toujours pas assez rapides pour nous battre en tête. Nous devons continuer à chasser ces derniers dixièmes et à apporter de nouveaux développements aux voitures, y compris ce week-end en France.

Le Paul Ricard est un circuit et un défi très différents. Il a un tarmac lisse et un large éventail de types de virages, ainsi que de longues lignes droites. L’objectif sera de continuer à creuser l’écart avec la tête de la course et, si possible, de remonter sur le podium.

Nyck remplace Lewis lors de la première séance d’essais ce week-end, dans le cadre des séances allouées aux jeunes pilotes cette année. Nous sommes donc impatients de voir comment il s’en sort.

Fiche d’information : Grand Prix de France

 

  • Nyck de Vries conduira à la place de Lewis Hamilton lors de la FP1. Au cours de la saison, chaque pilote doit céder une de ses premières séances d’essais à un jeune pilote. Lewis a choisi la FP1 en France pour sa session, et celle de George aura lieu plus tard dans la saison.
  • Le Grand Prix de France est revenu au calendrier de la F1 en 2018 sur le Circuit Paul Ricard, un circuit qui présente 247 configurations de piste possibles – allant de 0,8 km à 5,86 km – et comprend son propre système d’arrosage, permettant de simuler une conduite par temps de pluie sur 64 des différents tracés. Cette variété de configurations rend le Paul Ricard intéressant en tant que piste d’essai, car il est possible d’en faire quelque chose de semblable à Monza ou Monaco ou une combinaison des deux circuits.
  • La F1 se déroulera sur le circuit Paul Ricard pour la 18e fois cette saison. Trois variantes différentes du circuit ont été utilisées pour accueillir les courses de F1 au fil des ans, notamment le tracé de 5,810 km (1971-1985), de 3,813 km (1986-1990) et de 5,842 km (depuis 2018). Cette année, le circuit se retrouvera à égalité avec Magny-Cours en tant que site ayant accueilli le plus de Grands Prix français.
  • Le Circuit Paul Ricard a été régulièrement refait avec du tarmac frais et offre un niveau d’adhérence élevé, comparé aux autres circuits de F1. De plus, le tarmac est de couleur très foncée, ce qui explique pourquoi il devient si chaud au soleil et peut atteindre des températures proches de 55°C, l’un des chiffres les plus élevés de l’année.
  • Le Circuit Paul Ricard a un asphalte extrêmement lisse. Cependant, un asphalte lisse signifie également que si les pneus ne s’usent pas aussi rapidement, ils sont beaucoup plus difficiles à réchauffer – bien que les températures normalement élevées enregistrées sur le circuit devraient aider à faire pénétrer la chaleur dans les pneus.
  • Bien que la piste soit généralement très lisse, il y a une grosse bosse. Le virage 5 a été remodelé pour la saison 2021 avec l’intention d’en faire une entrée légèrement inclinée vers l’apex, similaire au virage 4 en Autriche, mais au final, il y a maintenant une bosse où la piste s’éloigne de la voiture entre le virage 4 et le virage 5.
  • Sur les 15 virages, 6 sont à gauche et 9 sont à droite. La plupart des virages à droite sont des virages longs et sinueux, ce qui met les pneus avant gauche à rude épreuve. Dans l’ensemble, le Circuit Paul Ricard présente un bon mélange de virages rapides, moyens et lents.
  • L’une des particularités du circuit réside dans ses zones de sortie de piste aux couleurs vives qui offrent beaucoup d’adhérence et remplacent les pièges à gravier plus habituels. La zone bleue n’est pas particulièrement abrasive et n’a qu’un léger effet négatif sur les voitures qui sortent de la piste, tandis que la zone rouge près des barrières a une texture beaucoup plus grossière et ralentit les voitures. Ces deux zones distinctives utilisent du tarmac combiné à du tungstène pour créer une surface abrasive qui aide à réduire la vitesse des voitures lorsqu’elles dépassent les limites de la piste.
  • Avec une longueur de 424 mètres, la voie des stands est la troisième plus longue du calendrier actuel de la Formule 1 – seules Imola et Silverstone sont plus longues.
  • Dans le long et large virage 11, les pilotes sont soumis à des forces latérales maximales d’environ 4,6g.
  • Le refroidissement des freins au Paul Ricard n’est pas aussi critique que sur certains autres circuits, car il y a suffisamment de piste entre les zones de freinage pour permettre aux plaquettes et aux disques de refroidir suffisamment, de sorte que la surchauffe n’est pas un problème particulier.
pht. Mercedes

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente le douzième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2022, le Grand Prix de France.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur de l’équipe Otmar Szafnauer partagent leurs réflexions sur la douzième course de la saison au Circuit Paul Ricard.

Otmar Szafnauer :

« C’est toujours excitant lorsqu’il s’agit d’un Grand Prix à domicile, et nous sommes impatients de faire flotter le drapeau français sur notre sol au Circuit Paul Ricard ce week-end. Courir à n’importe quel Grand Prix est spécial, mais quand c’est devant un public local, cela rend l’expérience encore plus agréable et humble. Tout le personnel d’Alpine est très fier de faire partie d’une équipe de Formule 1 et nous avons l’intention de rendre tout le monde fier sur la piste ce week-end. Encore une fois, nous avons démontré que nous sommes compétitifs, même si ce n’était pas un week-end parfait. Nous travaillons dur pour trouver non seulement des solutions à court terme mais aussi des solutions à long terme pour éviter que les problèmes que nous avons rencontrés en Autriche ne se reproduisent. Notre dernière performance en Autriche le week-end dernier a été un bon point de référence pour les améliorations que nous avons apportées cette saison. Nous sommes à égalité de points pour la quatrième place du championnat et la prochaine étape est de consolider cette place, et cela signifie réaliser des week-ends propres avec des points réguliers des deux voitures. Nous avons deux Grands Prix consécutifs à venir et il est important que nous nous en sortions avec des résultats solides pour resserrer notre emprise avant la pause estivale et c’est notre point de concentration collectif en ce moment. »

Esteban Ocon, #31 :

 » Il n’y a pas de sentiment aussi fort que de courir dans son propre pays et de voir la passion des fans locaux en arrivant sur le circuit, ou, dans les tribunes en passant devant. J’aurai également ma propre tribune ce week-end, ce qui est une première pour moi et un rêve devenu réalité. Je sais que l’atmosphère sera incroyable dans la « tribune Esteban Ocon » et sur tout le terrain, pour un week-end de course à guichets fermés. C’est toujours spécial de revenir au Castellet, un circuit que nous connaissons tous bien. C’est un circuit célèbre pour son mélange de lignes droites à grande vitesse et de séquences exigeantes de virages à basse et moyenne vitesse. La section à basse vitesse qui se dirige vers la ligne droite du Mistral est serrée et exige des réglages souples de la voiture. Ensuite, vous avez la section plus rapide et plus technique de Signes jusqu’au dernier virage qui est assez exigeant pour les pneus. Les qualifications sont importantes ici et il est essentiel d’avoir les bons réglages pour samedi après-midi. J’ai apprécié les jours de repos après l’Autriche, mais je suis prêt à remonter dans la A522 et à commencer mon week-end de Grand Prix à domicile. »

Fernando Alonso, #14 :

« C’est toujours amusant de courir devant les fans français. La moitié de l’équipe est basée en France et c’est donc bien d’avoir une course à domicile au Circuit Paul Ricard. C’est un circuit amusant et, bien que j’aie couru sur plusieurs circuits français, je n’ai participé à cette course que deux fois en Formule 1. C’est un circuit difficile pour obtenir les bons réglages de la voiture, avec plusieurs sections à grande vitesse suivies de plusieurs virages à basse et moyenne vitesse. Nous avons semblé assez compétitifs sur différents circuits cette année, alors j’espère que nous pourrons continuer sur cette lancée au Paul Ricard. Je sens que je conduis physiquement mieux que jamais ! La chance a été notre plus gros problème. Elle nous a souvent échappé à des moments cruciaux cette saison. Si nous pouvons renverser la situation et obtenir la chance que nous méritons en tant qu’équipe, alors je suis sûr que nous pouvons marquer de gros points et commencer à remonter dans les classements des pilotes et des constructeurs. »

Fiche technique du Grand Prix de France 2022 :

Faits sur les pilotes et les équipes :

  • Alpine a obtenu sept points d’affilée cette saison, ce qui n’est dépassé que par Mercedes [27] et Red Bull [10].
  • Fernando Alonso a terminé dans les points lors des six dernières courses consécutives. Cette série n’est actuellement dépassée que par Max Verstappen [8] et Lewis Hamilton [7].
  • Fernando Alonso dépassera Kimi Räikkönen en tant que pilote ayant effectué le plus grand nombre de tours de Grands Prix dans l’histoire de la Formule 1 s’il effectue les trois premiers tours du Grand Prix de France. Fernando a bouclé 18 619 tours jusqu’à présent dans sa carrière.
  • Ce sera la troisième fois qu’Esteban Ocon et Fernando courent au Paul Ricard dans leur carrière de Formule 1.
  • La dernière fois, en Autriche, Esteban a obtenu son meilleur résultat de la saison en terminant en cinquième position.
  • Ce sera le 90e Grand Prix de France, et la dix-huitième visite de la Formule 1 au Castellet.
  • Alain Prost a remporté le plus grand nombre de victoires sur le circuit – un total de 4.
  • Les voitures à moteur Renault ont remporté deux victoires, six podiums et trois poles au Paul Ricard.

Alfa Romeo

L’été sur la Riviera

Alfa Romeo F1 Team ORLEN reprend la compétition ce week-end à l’occasion du Grand Prix de France. L’équipe courra sur le Circuit Paul Ricard au Castellet, avec l’objectif de revenir dans les points, tout en poursuivant sa lutte dans le milieu du classement, à deux courses de la pause estivale.

Les courses consécutives en France et en Hongrie représentent un défi de haute intensité pour clôturer la première partie de la saison. Deux circuits complètement différents et un temps similaire et brûlant signifient que les équipes et les voitures devront faire face à des conditions difficiles dans leur quête de points. Malgré le défi, les deux événements offrent à Alfa Romeo F1 Team ORLEN l’opportunité de retrouver le chemin des points, et une excellente façon d’aborder la deuxième partie de la saison avec un certain élan.

Le circuit Paul Ricard, qui porte le nom de l’homme d’affaires local dont la détermination et l’amour du sport automobile ont rendu ce circuit possible, est un lieu qui a offert une bonne part d’action ces dernières années – même avant que la nouvelle génération de voitures faciles à dépasser ne fasse son apparition. Avec les machines 2022 qui font leurs débuts sur le circuit français rapide et technique, les espoirs sont grands pour un événement spectaculaire : une course pleine d’action dans laquelle Valtteri Bottas et Zhou Guanyu peuvent briller et se battre pour obtenir un bon résultat.

L’été sur la Côte d’Azur évoque des images de cafés au bord du port, de plages baignées de soleil et de calanques bordées de pins : la course automobile dans ce qu’elle a de plus spectaculaire est un bel ajout à ce tableau.

Témoignages de l’équipe

Frédéric Vasseur, Team Principal :

« Nous arrivons en France avec la motivation de nous remettre à notre place après deux courses consécutives plutôt difficiles à Silverstone et Spielberg. Nous n’avons pas réussi à marquer de points lors de ces sorties, mais l’équipe a travaillé dur pour comprendre les causes de notre performance et nous sommes confiants dans notre capacité à retrouver le niveau qui est le nôtre depuis le début de la saison. Le milieu de terrain est de plus en plus serré, course après course, ce qui donne lieu à des batailles très divertissantes, mais notre objectif est de terminer en tête de cette lutte. Nous avons terminé juste en dehors du top 10 en Autriche, et améliorer ce résultat devrait être notre point de départ pour ce week-end. En 2021, le Paul Ricard a vu beaucoup de dépassements en piste, ce qui devrait être une bonne indication pour les voitures de cette année. Comme toujours, nous devons donner le meilleur de nous-mêmes et être prêts à relever tous les défis, afin de maintenir les bonnes performances que nous avons montrées jusqu’à présent et pouvoir ajouter des points à notre compteur à la fin du week-end. »

Valtteri Bottas, #77 :

« Le Paul Ricard est un circuit que j’ai plutôt apprécié ces dernières années, ayant également récolté un podium ici en 2019. Ce n’est pas très loin de chez moi, donc cela a presque un peu le sentiment d’une course à domicile pour moi. Nous savons que nous devons garder notre confiance : notre objectif ce week-end, comme tous les autres, est de ramener un bon résultat. J’ai été déçu de terminer juste en dehors des points à Spielberg, mais le point positif a été une bonne récupération après un départ dans la pitlane et quelques bonnes batailles. La lutte au milieu du peloton sera une fois de plus très serrée et, comme l’année dernière, où nous avons eu de très bons dépassements, la course devrait être divertissante. Nous devons nous concentrer pour faire de notre mieux sur la piste et revenir à notre place : dans les points. »

Zhou Guanyu, #24 :

 » J’ai couru sur ce circuit en 2016, en F3, et en 2019, en F2, mais la F1 sera complètement différente sur un tel circuit : une fois de plus, ce week-end, tout sera principalement tout nouveau pour moi, et je suis impatient de commencer. Il y a un peu un sentiment d’inachevé après le dernier back-to-back, et je pense que nous n’avons définitivement pas eu ce que nous méritions lors des deux dernières courses. Je pense que nous avons une chance de bien faire ici, et de revenir au niveau de performance que nous avons montré au Canada, en marquant les points qui nous manquent depuis quelques courses maintenant. La compétition, comme d’habitude, sera élevée, mais nous sommes prêts à entrer en piste et à donner le meilleur de nous-mêmes. »

pht. Alfa Romeo

Alfa Romeo

« Il est important que nous continuions à construire sur nos résultats cette saison alors que le milieu de terrain se resserre ».

C’est officiellement officiel, nous sommes à la moitié de la saison.

Onze courses ont eu lieu, et un total de 1 281 tours de Grand Prix ont été effectués. Nous ne savons pas comment nous sommes arrivés si vite, mais croyez-nous, nous avons fait le calcul. Bien que vous puissiez choisir de voir le verre à moitié vide, et être triste qu’il ne nous reste que la moitié de la saison, nous préférons regarder cela avec un verre à moitié plein de champagne français, et être heureux qu’il nous reste encore une demi-saison à parcourir. Cela représente 11 autres grands prix et une possibilité de 662 tours chacun, à commencer par ce week-end en France.

Nous serions choqués si ce chiffre ne vous faisait pas sourire, mais si ce n’est pas le cas, alors peut-être que notre aperçu le fera. Nous avons passé au crible les livres d’histoire et les données et avons sélectionné le meilleur des meilleurs de nos précédentes visites en France et ce à quoi vous devez faire attention cette fois-ci. Nous avons également reçu quelques mots de sagesse de Lando Norris, Daniel Ricciardo et Andreas Seidl, le directeur de l’équipe McLaren F1.

Lando Norris, #4 :

« Avec la pause estivale qui approche à grands pas, il est important que nous continuions à nous appuyer sur nos résultats de cette saison alors que le milieu de terrain se resserre. Terminer P7 et P9 en Autriche était positif après un début de week-end difficile et c’est génial de rester dans cette bataille pour la quatrième place du classement des constructeurs.

« Le retour à un format standard de week-end de course en France devrait nous donner l’opportunité d’améliorer les séances d’essais libres, ce que nous n’avions pas à notre disposition lors du Sprint en Autriche. Il y a encore beaucoup de travail à faire, mais nous allons continuer à pousser fort sur la piste et à obtenir plus de points comme nous l’avons fait en tant qu’équipe au Paul Ricard l’année dernière. »

Daniel Ricciardo, #3 :

« Enchanté ! Je suis impatient de participer au Grand Prix de France au Castellet ce week-end. C’est un circuit ouvert avec de longues lignes droites et quelques virages intéressants comme le virage 11, qui peut être un défi physique.

« Les petites marges font une grande différence et à ce stade de la saison, il est important que nous restions constants avec des résultats positifs. Je suis heureux d’être de retour dans les points en Autriche et nous allons continuer à travailler dur pour construire une dynamique avec plus de points en France avant de se rendre en Hongrie dans le cadre de la double confrontation. »

Andreas Seidl :

« Nous avons maintenant passé la moitié de la saison et après un résultat agréable en Autriche avec les deux pilotes marquant des points, tout le monde dans l’équipe travaille dur pour nous donner la meilleure chance de continuer à obtenir des résultats positifs lors de la double confrontation à venir en France et en Hongrie.

« Le Grand Prix de France au Circuit Paul Ricard offre de nombreuses opportunités de course et les résultats de l’année dernière ont été bons pour l’équipe, Lando et Daniel terminant respectivement P5 et P6.

« Le circuit est connu pour sa longue ligne droite Mistral, mais il y a aussi des virages difficiles autour du circuit, notamment les virages huit et neuf, qui nécessitent une sortie forte avant de se diriger vers les virages 10 et 11. Comme toujours, l’équipe à l’usine et sur le circuit est déterminée à tirer le meilleur parti de ce week-end, avant la dernière course avant la fermeture en Hongrie. »

Ce que disent les statistiques

La France, qui a accueilli la première course à porter le titre de Grand Prix il y a plus de 100 ans, est le plus ancien Grand Prix, même si l’événement avait alors un aspect bien différent. Remportée par le Hongrois Ferenc Szisz, la course se déroulait sur deux jours et durait 12 heures, sur un circuit de 65 miles à l’extérieur du Mans.

L’édition de ce week-end devrait être plus courte d’une dizaine d’heures et se déroulera sur le circuit de 5,842 km du Castellet, sur la Côte d’Azur, le 16e site de Grand Prix différent du pays.

Nous l’avons remporté cinq fois dans notre histoire, le Français Alain Prost s’étant notamment imposé sur son sol deux années de suite, en 1988 et 1989. Le Français détient le record de la plus grande marge de victoire au Castellet, terminant la course en 89 avec un avantage de 44.017s. James Hunt (1976), Niki Lauda (1984) et David Coulthard (2000) se partagent les trois autres victoires entre eux.

Alain Prost a gagné le Grand Prix 1989 avec 44.017s

Après une absence de 10 ans, le Grand Prix de France est revenu au calendrier en 2018, ce qui signifie que Lando et Daniel partagent en fait un niveau similaire d’expérience de la F1 sur la piste. Lando n’a toujours pas terminé en dehors du top 10 en France, se classant neuvième lors de ses débuts en F1 là-bas en 2019, puis cinquième lors de sa deuxième apparition en 2021.

Daniel n’a qu’un départ de plus que Lando en F1 sur le sol français, manquant de peu un podium en 2018, avec une quatrième place. Il a ensuite terminé 11e en 2019 et sixième lors de sa première saison avec McLaren en 2021.

Ce qu’il faut surveiller

  • Les statues de gorilles mises à part, il y a beaucoup de choses à aimer sur le circuit basé au Castellet.
  • Ce n’est pas parce qu’il est connu pour être un lieu d’essais que les dépassements ne sont pas possibles. Comme c’est l’un des circuits les plus larges du calendrier, il y a suffisamment d’espace pour que les voitures puissent rouler à trois, quatre ou même cinq.
  • En plus d’offrir une grande largeur, la ligne droite Mistal, longue d’un kilomètre et demi, qui permet le slipstreaming et le DRS, donne au pilote beaucoup de temps pour poursuivre un adversaire, avec des vitesses dépassant les 300 km/h enregistrées précédemment.
Lando et Daniel ont terminé cinquième et sixième, respectivement, au Grand Prix de France 2021

 

  • Son étiquette de test a également plusieurs avantages, avec un mélange de virages à haute, moyenne et basse vitesse présentant une variété de défis.
  • Après avoir connu des dénivelés de 63,3 mètres du point le plus bas au point le plus haut au Red Bull Ring lors de la dernière manche, les pilotes seront confrontés à un parcours beaucoup plus plat au Paul Ricard, avec un dénivelé de seulement 30 mètres en raison de sa construction sur un plateau.

Aston Martin

Lance, #18 :

« Le Paul Ricard est un circuit assez difficile, avec une variété de virages et quelques longues sections sinueuses vers la fin du tour. Les voitures à effet de sol que nous avons cette année semblent produire une meilleure course, donc j’espère que nous pourrons offrir un bon spectacle aux fans ici. C’est un événement spécial pour l’équipe avec les célébrations du 100e anniversaire d’Aston Martin, donc j’espère que nous serons en mesure de repartir avec un bon résultat ce week-end. »

Sebastian, #5 :

« Les virages à grande vitesse du Paul Ricard devraient prendre une dimension supplémentaire avec ces voitures à effet de sol, et les virages à plus faible vitesse constitueront un défi pour tout le monde. Les week-ends précédents n’ont pas toujours été tendres avec nous pour une raison ou une autre, donc ce serait bien de reprendre du poil de la bête avant la pause estivale. Enfin, je suis passionné par l’histoire de ce sport, donc ce sera vraiment spécial de conduire l’une des voitures originales du Grand Prix d’Aston Martin de 1922 ce week-end. »

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

  • Dépassements : Attendez-vous à voir un bon nombre de dépassements pendant la course : Le Paul Ricard compte (en moyenne) 46 dépassements en dehors du premier tour. C’est plus que la moyenne de la saison. Il y a deux zones DRS, devant le premier virage et le huitième virage. Attendez-vous à ce que la plupart des dépassements se fassent dans ces deux virages.
  • Voitures de sécurité : Ils sont rares. Il n’y a eu qu’une seule voiture de sécurité ici dans le passé – la fin du premier tour en 2018. Les VSC ont également été utilisés ces dernières années pour les débris et les voitures arrêtées malgré les vastes zones de sortie de piste, ce qui peut atténuer une partie de la perte dans le temps relativement long qu’il faut pour effectuer un arrêt au stand s’il est bien positionné.
  • Pneus : Les composés C2, C3 et C4 seront utilisés ensemble pour la première fois depuis le Grand Prix de Miami en mai. La sélection est un peu plus dure que les composés utilisés en Autriche. En général, c’est une course à un seul arrêt, mais les températures chaudes attendues pourraient changer légèrement les choses.
Turns and sectors

 

DRS

AlphaTauri

Pierre Gasly, #10 :

« L’Autriche s’est avérée être un week-end à oublier, je suis donc particulièrement impatient de reprendre la compétition au Ricard. Les qualifications au Red Bull Ring se sont bien passées, nous étions juste en dehors du top 10 sur un circuit que nous savions compliqué pour nous. Mais après cela, les courses de sprint ne se sont malheureusement jamais bien passées pour nous. Dimanche, j’ai eu un incident et nous n’avions pas le niveau de performance nécessaire pour nous battre, tandis que les deux pénalités n’ont pas aidé bien sûr.

Mais je préfère toujours regarder vers l’avenir et j’espère que les choses iront beaucoup mieux avec les mises à jour que nous aurons sur la voiture ce week-end. Elles concernent principalement l’aérodynamique et devraient permettre une réelle amélioration des performances. Je suis donc impatient de les essayer au Ricard, dans l’espoir qu’elles nous permettent de nous remettre dans la course aux points.

C’est un week-end spécial car c’est ma course à domicile, surtout cette année car il y a une certaine incertitude quant à l’avenir du Grand Prix de France. Nous ne savons pas s’il restera ou non au calendrier l’année prochaine, alors je veux profiter de ce moment et le partager avec tous mes fans, mes supporters et les amateurs français de F1. En fait, nous avons organisé une tribune spéciale Gasly à la chicane de la ligne droite arrière pour mes fans. C’est agréable de pouvoir faire quelque chose d’un peu plus personnel et d’entrer en contact avec eux un peu plus que d’habitude. Il va y avoir une bonne ambiance et j’espère que nous pourrons être suffisamment performants pour obtenir un bon résultat devant le public français. »

Yuki Tsunoda, #22 :

« L’Autriche a été l’un des week-ends de course les plus difficiles de la saison jusqu’à présent et probablement le format Sprint l’a rendu encore pire. Je sais que c’est la même chose pour tout le monde, mais cela signifie que nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour un travail de longue haleine avant la course. Notre niveau de performance en Quali était correct, mais nous n’avions pas de rythme dans le Sprint. Du côté positif, j’ai été satisfait de mon approche de la course et de mon niveau de concentration, en évitant toute erreur liée aux limites de la piste, donc c’est une bonne étape pour moi.

J’ai couru plusieurs fois au Paul Ricard, en Euro-Formula et en Formule 3, et le Grand Prix de l’année dernière a été assez difficile pour moi, car j’ai dû partir de la voie des stands après avoir commis une erreur en qualification. C’est un circuit où vous avez besoin d’un réglage qui fonctionne bien dans les virages à moyenne vitesse et cela peut être assez délicat parce que vous avez la ligne droite à grande vitesse et le virage Signes, mais aussi des virages à basse et moyenne vitesse à la fin des secteurs 1 et 3. Normalement, cela mettrait en évidence certains points faibles de notre voiture, mais nous aurons des mises à jour en France et nous espérons que ce ne sera plus le cas. Il est vraiment temps que nous retournions en Q3 pour faciliter le marquage des points dimanche. Nous avons opté pour une mise à jour majeure plutôt qu’une multitude de petites mises à jour. La nouvelle mise à niveau est axée sur l’ajout de plus de charge à la voiture, car nous étions assez faibles dans les virages à moyenne et haute vitesse. J’espère qu’elle nous apportera plus de régularité et nous permettra de nous battre à nouveau en tête du peloton. »

pht. Red Bull

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Après avoir introduit de nouvelles pièces dans la voiture d’Alex au cours des deux dernières courses, nous sommes maintenant en mesure de faire rouler les deux voitures avec ces améliorations. Bien que la météo à Silverstone et le format Sprint en Autriche n’aient pas été idéaux pour les essais, nous avons eu suffisamment de retours encourageants pour être sûrs d’avoir fait un pas en avant. Avec un temps qui devrait être chaud, sec et stable ce week-end, nous allons profiter de la course de vendredi pour permettre à Nicky de se familiariser avec les nouvelles pièces et aussi pour continuer à comprendre comment exploiter au mieux les performances du nouveau package.

Pour cet événement, Pirelli a apporté le milieu de sa gamme de composés, une combinaison que nous avons utilisée fréquemment au début de la saison, plus récemment à Miami. Les deux prochaines courses utiliseront également ces composés et il est donc important que nous nous réhabituions rapidement à cette combinaison.

Le circuit a été re-surfacé avant l’événement de l’année dernière et, dans des conditions humides, a conduit à un certain grainage des pneus. Nous devrons voir exactement comment la surface a vieilli au cours des 12 derniers mois, mais ce processus et les meilleures prévisions météorologiques pour cette année devraient signifier que le grainage est beaucoup moins un problème. En revanche, les températures élevées de la piste et l’énergie importante du circuit sont susceptibles d’entraîner une surchauffe des pneus, qu’il faudra gérer pendant la course.

Ce moment de la saison – la deuxième paire de courses consécutives – est une période de l’année très chargée pour tout le monde. L’introduction d’une mise à niveau majeure a mis toute l’équipe au défi, mais ce défi a été relevé avec enthousiasme et professionnalisme et, par conséquent, nous abordons les dernières courses avant la fermeture estivale en bonne position et prêts à poursuivre la seconde moitié de la saison.

Alex Albon, #23 :

Je suis impatient d’aller en France maintenant que nous avons l’Autriche à notre actif et que nous disposons de plus d’informations et de données à analyser pour l’équipe. J’espère que nous pourrons continuer à pousser et travailler sur la voiture, exploiter ses performances et obtenir un bon résultat en France. La piste est un circuit assez mixte avec des virages à vitesse moyenne à élevée, ce sera donc une bonne occasion pour nous de voir

Nicholas Latifi, #6 :

Je suis super excité d’aller en France parce que c’est la première course où je vais avoir le pack d’amélioration. Nous avons vu des signes positifs sur la voiture d’Alex jusqu’à présent, alors je suis impatient d’y goûter pour la première fois. J’espère qu’il nous apportera ce petit supplément de rythme relatif qui nous a manqué et qu’il nous permettra de nous battre davantage. La France a un tracé unique avec beaucoup de zones de sortie de piste, donc les limites de la piste pourraient être un peu un problème comme en Autriche. Plus que tout, je suis impatient de poursuivre le développement de la voiture et j’espère que nous pourrons obtenir de bonnes données pour l’avenir.

pht. Williams Racing

 

Haut du site