3 décembre 2022

Vue d’ensemble du GP de Hollande (video)

Pirelli

« Le nouveau package voiture-pneu devrait faciliter les dépassements cette année »

« Zandvoort s’est avéré être un ajout spectaculaire au calendrier l’année dernière, et les parties les plus difficiles pour les pneumatiques sont les virages inclinés 3 et 14, qui sont pris à grande vitesse et exercent des forces combinées soutenues sur la voiture : force descendante ainsi que des demandes latérales. Avec les autres exigences générales du tracé du circuit, c’est pourquoi nous avons désigné les trois composés les plus durs de la gamme pour la quatrième fois seulement en 2022, après Bahreïn, l’Espagne et la Grande-Bretagne. Le nouvel ensemble voiture-pneu de cette saison devrait faciliter les dépassements sur un circuit où il était difficile de doubler l’an dernier : la majorité des pilotes ne se sont arrêtés qu’une seule fois pour maintenir leur position en piste, mais cette fois, on pourrait se concentrer davantage sur les gommes plus tendres – ce qui pourrait conduire à plus de deux arrêts et à des pilotes poussants encore plus fort. »

LES PNEUS EN PISTE

Les trois gommes les plus dures ont été choisies pour Zandvoort : C1 comme P Zero White dur, C2 comme P Zero Yellow moyen, et C3 comme P Zero Red tendre.

Cette année, l’écart entre les gommes C1 et C2 est plus important que précédemment : une autre raison pour laquelle les équipes pourraient se concentrer davantage sur les deux gommes les plus tendres ce week-end.

L’inclinaison des virages 3 et 14 est d’environ 18 degrés : à titre de comparaison, l’inclinaison historique de l’ancien circuit de Monza (le prochain du calendrier) est d’environ 30 degrés en moyenne. Parmi les autres circuits modernes, Indianapolis présente une inclinaison de 9 degrés et Jeddah de 12 degrés.

Zandvoort génère d’importantes forces g tout au long des 4,2 kilomètres de la piste : le freinage dans les virages 1 et 11 représente une décélération d’environ 5g, tandis que le virage 7 fournit également des forces latérales d’environ 5g.

Comme son nom l’indique, Zandvoort peut être affecté par le sable soufflant sur la surface : la situation côtière peut également entraîner de fréquents changements de direction du vent.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

« Après le week-end réussi que nous avons passé à Spa, j’attends avec impatience le GP des Pays-Bas. Il y a beaucoup plus d’appui sur le circuit de Zandvoort, il sera donc plus difficile pour nous d’être dominants, je m’attends à ce que Ferrari soit forte là-bas. Je veux bien sûr un bon résultat mais il est important de toujours marquer des points, espérons que nous pourrons faire du bon travail. Ce sera génial d’avoir ma famille là-bas pour me soutenir, je vais juste profiter du week-end avec tous les fans, ça va être assez fou. »

Sergio Pérez, #11 :

« C’est génial d’être de retour à Zandvoort, c’est un endroit génial. Les fans néerlandais sont incroyables pour l’équipe et leur soutien pour Max est fou, c’est génial. C’est une bonne piste ici, c’est très stimulant et nous espérons garder l’élan que nous avions en Belgique. Nous allons analyser tout ce qui s’est passé en Belgique en tant qu’équipe pour voir où nous pouvons nous rapprocher de Max, je veux m’assurer que nous pouvons revenir plus forts. J’ai du travail à faire et je veux continuer à pousser, je pense que ce circuit va nous rapprocher les uns des autres, donc ça va être un week-end excitant. »

Daf Punks – Max et Yuki passent la marche arrière à Zandvoort

Max Verstappen et Yuki Tsunoda se retrouvent face à face et dos à dos avant le Grand Prix des Pays-Bas. Déjà en compétition au plus haut niveau, il n’y a pas grand-chose dans le monde du sport automobile que les pilotes de Formule 1, Max et Yuki, n’aient pas vu ou fait. Entrez dans le monde sauvage et farfelu de la course en marche arrière.

Statistiques et faits

  • La série actuelle de podiums d’Oracle Red Bull Racing sur 13 courses consécutives est la plus longue série de l’équipe depuis l’ère hybride.
  • Checo a enregistré sa sixième deuxième place de la saison et son septième podium à Spa. Le GP de Belgique a vu Checo battre son record de points marqués en une seule saison. Il a désormais un point d’avance sur son total de 190 points de 2021, à huit manches de la saison 2022.
  • Max a remporté les deux derniers Grands Prix depuis la 10e et la 14e place sur la grille de départ. Il est le deuxième pilote de l’histoire à remporter des courses consécutives en partant de moins de 10e sur la grille, après Bruce McLaren lors de la dernière course de 1959 et de la première course de la saison 1960.
  • Oracle Red Bull Racing a remporté dix victoires jusqu’à présent en 2022. À huit manches de la fin de la saison 2022, l’équipe peut battre son meilleur total de 13 victoires en une seule saison, établi en 2013.
  • Checo s’est élancé de la première ligne pour la quatrième fois de sa carrière en F1 à Spa, battant ainsi le record national mexicain précédemment détenu par Pedro Rodriguez. Par conséquent, Checo est désormais le pilote mexicain de Formule 1 le plus titré en termes de victoires (3), de poles (1), de premières lignes (4), de podiums (22), de tours rapides (8) et de points (1 087).
  • Oracle Red Bull Racing a réalisé un quatrième doublé de la saison avec Max et Checo au Grand Prix de Belgique. Ce résultat égale le meilleur total jamais atteint par l’équipe dans une saison de Grand Prix, à égalité avec 2009, 2010 et 2013.pht. Red Bull

pht. Red Bull

Ferrari

À Zandvoort : mer, vent et virages relevés

La Scuderia Ferrari reprend la piste quelques jours après la course de Spa-Francorchamps pour le Grand Prix des Pays-Bas sur le circuit de Zandvoort, réapparu au calendrier l’an dernier après 36 ans d’absence.

Deux virages relevés. Le circuit, long de 4,259 kilomètres, est construit le long de la côte, ce qui explique que le vent du large soit assez fort pour perturber le comportement des voitures et recouvrir la piste de sable. Le site est célèbre pour ses importants dénivelés et plusieurs de ses virages sont particulièrement appréciés des spectateurs. Dans cette catégorie se trouve Tarzan, anciennement connu sous le nom de Tarzanbocht, un virage serré à droite au bout de la ligne droite de départ et d’arrivée, qui présente une légère inclinaison. Ensuite, il y a le Rob Slotemakerbocht et le Scheivlak, une droite rapide et aveugle. Pour son retour au calendrier l’année dernière, les virages 3 et 14 ont été reconstruits avec une inclinaison de 19 degrés, ce qui permet aux pilotes de les aborder à une vitesse beaucoup plus élevée qu’auparavant, tandis que le virage 3 a également deux lignes différentes. Le circuit est étroit et sinueux, les dépassements ne sont donc pas simples et les voitures ont généralement un niveau d’appui moyen. Cela signifie qu’il est très important de bien se qualifier. Il y a deux zones DRS, entre les virages 10 et 11 et sur la ligne droite principale. Lors des essais libres, l’aile arrière peut également être ouverte dans le dernier virage, l’Arie Luyendykbocht.

Programme. Les voitures prennent la piste pour la première heure d’essais libres à 12h30, heure locale, vendredi, et la seconde à 16h. Samedi à midi, la dernière heure d’essais libres débutera, avant les qualifications à 15 heures. Le 32e Grand Prix des Pays-Bas, comptant pour le championnat du monde de Formule 1, débutera dimanche à 15 heures.

Trois questions à… Marco Adurno, responsable des performances des véhicules :

  1. D’où vient votre passion pour le sport automobile et comment avez-vous été amené à rejoindre Ferrari ?

« Ma passion remonte à mon enfance, lorsque je regardais la Formule 1 dans les bras de mon père et que je rêvais de faire un jour partie de ce monde. C’est resté un rêve jusqu’en 2007, lorsque j’ai eu l’opportunité de rejoindre une équipe anglaise, ce qui m’a mis sur la voie de la réalisation de mon désir de rejoindre la Scuderia Ferrari, ce que j’ai fait en 2019″.

  1. Que pouvez-vous nous dire sur les caractéristiques de la piste de Zandvoort ?

« Le circuit présente aujourd’hui un tracé complètement différent de celui utilisé dans les années 80, lorsque le Grand Prix était un incontournable du calendrier (jusqu’en 1985). Il présente maintenant une longue séquence de virages à moyenne et haute vitesse qui sont très exigeants pour la voiture et le pilote. L’inclinaison prononcée de certains virages est une caractéristique unique, les virages T3 et T14 étant inclinés à pas moins de 16 degrés.

  1. Ce circuit est très difficile pour les pneus. Comment gérez-vous cette situation ?

« Les caractéristiques de la piste signifient qu’elle est très dure pour les pneus, en particulier ceux de l’avant. La clé pour les qualifications est de rouler avec des niveaux élevés d’équilibre aérodynamique dans les virages à moyenne et haute vitesse, sans compromettre la stabilité de la voiture. Pour la course, il s’agit de trouver le bon équilibre entre des réglages qui ménagent les pneus, mais qui permettent au pilote de les utiliser comme il le souhaite.

Statistiques Ferrari :

  • GP inscrits : 1044
  • Saisons en F1 73
  • Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 242 (23,18%)
  • Pole positions 239 (22,89%)
  • Tours de course les plus rapides 259 (24,81%)
  • Total des podiums 790 (25,22%)

Statistiques Ferrari GP des Pays-Bas :

  • GP inscrits 30
  • Début 1952 (A. Ascari 1er ; G. Farina 2ème ; L. Villoresi 3ème ; C. De Tornaco ret.)
  • Victoires 8 (27,67%)
  • Pole positions 7 (23,33%)
  • Tours de course les plus rapides 10 (33,33%)
  • Total des podiums 24 (26,67%)

GP des Pays-Bas : faits et chiffres :

 

  1. Les pilotes néerlandais qui ont couru en Formule 1 au volant d’un moteur Ferrari. Le premier est Robert Doornbos qui a participé à trois courses au volant d’une Red Bull, terminant 12e en Chine et au Brésil et 13e au Japon. L’année suivante, Christijan Albers a couru neuf fois pour Spyker, ses meilleurs résultats étant une 14e place à Bahreïn et en Espagne. Le plus récent est Max Verstappen qui a couru quatre fois en 2016 avec la Scuderia Toro Rosso. Le champion du monde en titre est le seul pilote de la liste à marquer des points, avec une sixième place à Bahreïn et une huitième en Chine. La Scuderia n’a jamais fait courir un pilote originaire des Pays-Bas en Formule 1.

 

  1. Le nombre de millions de sabots en bois produits chaque année aux Pays-Bas. Ces chaussures typiques, appelées « klompen », sont les souvenirs les plus populaires. Apparus vers 1200, ces sabots étaient les chaussures de prédilection des ouvriers agricoles car ils offraient une bonne adhérence et ne s’enfonçaient pas dans le sol boueux. Ils offraient également une certaine isolation contre le froid et l’humidité tout au long de la journée, même au cœur de l’hiver où ils étaient doublés de paille et de papier pour plus de chaleur. À partir de là, l’humble sabot a évolué, des sabots spéciaux étant produits pour les mariages, voire même équipés de lames d’acier pour le patinage ou de pointes pour marcher sur la glace. Le bois le plus couramment utilisé est le peuplier, le saule étant une autre option.

 

  1. Les différentes versions du tracé de la piste de Zandvoort depuis 1939, année de sa première utilisation. Jusqu’en 1971, la piste avait une longueur de 4,193 kilomètres, étendue à 4,226 l’année suivante et à 4,252 en 1980. Puis en 1990, un nouveau tracé de 2,526 kilomètres a été privilégié, à une époque où il était utilisé presque exclusivement pour la Formule 3. Ensuite, le plus long tracé jamais utilisé a été de 4,307 avant que le tracé actuel ne soit finalisé à 4,259 kilomètres en 2020.

 

  1. C’est le nombre de fois où le Grand Prix des Pays-Bas a été organisé, toutes à Zandvoort. Parmi les courses organisées sur un seul site, cela place le circuit néerlandais en troisième position sur la liste, derrière Monte-Carlo avec 68 Grands Prix et le Hungaroring, qui accueille le GP de Hongrie, à 37 reprises.

 

  1. C’est le nombre moyen de dépassements lors des cinq derniers Grands Prix des Pays-Bas. En 1983, il y a eu pas moins de 65 dépassements, dont dix de René Arnoux qui a remporté la course sur une Ferrari 126 C3. L’année dernière, 23 changements de position ont eu lieu. La course a été remportée par Max Verstappen, tandis que Charles Leclerc et Carlos Sainz ont terminé respectivement cinquième et septième.

 

Chez Ferrari il y a 75 ans :

Au début du mois de septembre 1947, la Scuderia Ferrari se prépare pour sa course nationale du 28 du mois, en participant à la catégorie Sport sur le Circuito di Modena. A Maranello, on prépare la 159 S, qui succède à la 125 S sur le point d’être mise à la retraite. Sur les collines de Modène, les pilotes Ferrari testaient souvent les voitures, partant à gauche de la place et attaquant les virages et les épingles à cheveux sur la route de San Venanzio, avant de se diriger vers Poggio, Montagnana, Montardone, Ligorzano, Stella et Selva, allant parfois jusqu’à Serramazzoni. Aujourd’hui encore, vous verrez des Ferrari emprunter ces routes qui ont joué un rôle dans l’histoire de l’entreprise.

pht. Scuderia Ferrari

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente le quinzième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2022, le Grand Prix des Pays-Bas.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur de l’équipe Otmar Szafnauer partagent leurs réflexions sur la quinzième course de la saison à Zandvoort.

Otmar Szafnauer :

« L’année dernière, le Grand Prix des Pays-Bas a été un moment fort de la saison, car il a apporté quelque chose d’un peu différent au calendrier. Avant tout, c’est une course formidable pour les fans, qui créent une atmosphère fantastique, ce qui rend la course encore plus agréable. Il sera intéressant de voir comment l’événement s’est amélioré depuis l’année dernière. Les courses sur piste étaient excellentes la saison dernière, avec des dépassements possibles tout au long du tour. Notre objectif est d’être à nouveau dans la course aux points et d’obtenir un résultat similaire, voire meilleur, que celui du week-end dernier en Belgique, afin d’accroître notre avance sur la quatrième place du championnat des constructeurs. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir dans la saison, mais être constamment fort est en haut de notre liste de priorités. »

Esteban Ocon, #31 :

 » C’est génial de revenir sur un circuit aussi historique que Zandvoort. Bien sûr, le sport a fait son retour aux Pays-Bas l’année dernière et j’y ai également couru en DTM en 2016, donc je connais le circuit et j’aime le conduire à coup sûr. Le contraste entre Zandvoort et Spa est énorme. On passe de longs tours fluides à un circuit beaucoup plus court et très sinueux. C’est un circuit cool, très vallonné, rapide et fluide, qui demande beaucoup de concentration et d’engagement. Le cadre est également assez spectaculaire, puisqu’il se trouve juste sur la plage, et il est également très proche d’Amsterdam qui est toujours une ville cool et dynamique à visiter. Et les fans offrent vraiment un grand spectacle, l’atmosphère est électrique tout le week-end. »

Fernando Alonso, #14 :

« Zandvoort est un endroit amusant à visiter. Nous n’y sommes allés qu’une seule fois auparavant, mais c’est maintenant évidemment beaucoup plus grand grâce en partie à l’ascension de Max [Verstappen]. Toute l’atmosphère et le buzz des fans néerlandais me rappellent un peu le début des années 2000, lorsque les fans espagnols sont vraiment tombés amoureux de ce sport. L’atmosphère est vraiment géniale et je suis sûr que nous allons vivre la même chose ce week-end. C’est une double confrontation mais nous sommes excités de retourner dans la voiture, surtout après la performance de l’équipe à Spa, avec le pit stop le plus rapide. » 

Fiche d’information du Grand Prix des Pays-Bas 2022 :

La grille de départ du Grand Prix de Belgique 2022 était la meilleure de l’Espagne dans l’histoire de la Formule 1, avec Fernando Alonso partant troisième et Carlos Sainz premier.

– Fernando a terminé neuf fois de suite dans le top 10, sa meilleure place étant la cinquième à Silverstone et à Spa-Francorchamps. C’est une série que seul le leader du championnat Max Verstappen peut égaler.

– Esteban Ocon a également couru à Zandvoort en DTM en 2016. Peu de temps après, il a rejoint Manor en Formule 1 pour le reste de la saison.

– L’équipe a terminé avec le double de points lors de quatre courses consécutives, une série qui remonte au Grand Prix d’Autriche.

– Les deux pilotes alpins ont marqué l’année dernière au Grand Prix des Pays-Bas, Fernando terminant sixième et Esteban neuvième.

– Le tout premier Grand Prix des Pays-Bas a eu lieu en 1952.

– Les voitures à moteur Renault ont remporté une victoire, quatre podiums, quatre poles, un meilleur tour et 39 points aux Pays-Bas.

Mercedes

Le deuxième week-end de course de cette triple confrontation européenne se déroule sur le circuit de Zandvoort aux Pays-Bas.

Toto parle des Pays-Bas :

La Belgique a été un week-end difficile pour nous en tant qu’équipe, mais ce sont ces week-ends-là qui vous stimulent et vous poussent à creuser davantage.

Il y a eu de tels extrêmes tout au long du week-end, des différences de rythme le samedi et le dimanche, au premier tour difficile pour Lewis et à la charge tardive de George pour un podium.

Nous avons travaillé dur pour comprendre nos difficultés à Spa et heureusement nous n’avons pas longtemps à attendre avant de pouvoir utiliser et maximiser ces apprentissages. Ce qui fera la différence pour le reste de la saison, c’est la rapidité et l’efficacité avec lesquelles nous pourrons continuer à apprendre, afin de fournir nos meilleures performances cette année et l’année prochaine.

Le Grand Prix des Pays-Bas est le prochain, et il y avait une véritable ambiance de fête l’année dernière. C’est un circuit intéressant, à l’ancienne, avec des virages serrés, des virages relevés et beaucoup de caractère. Nous sommes donc impatients d’y retourner et de relever les défis du circuit avec la voiture de cette année.

Fiche d’information : Grand Prix des Pays-Bas

  • En général, Zandvoort a un côté old-school, avec des virages rapides et fluides, un mélange de vitesses de virage, d’ondulations, de pièges à gravier et de virages relevés. C’est un défi unique pour les pilotes, qui met à l’épreuve de nombreux aspects d’une voiture de F1.
  • Zandvoort est également unique par son emplacement, niché dans les dunes de sable ondulées et à côté de la plage sur la côte ouest des Pays-Bas. La ligne droite principale est la partie la plus proche de la côte et la partie arrière serpente à travers les dunes.
  • Zandvoort ne comporte pas beaucoup de longues lignes droites et une grande partie du tour est consacrée aux virages. De ce fait, c’est un circuit où la sensibilité à la puissance et la sollicitation du moteur sont faibles, de sorte que le groupe motopropulseur de la F1 a plus de facilité aux Pays-Bas que sur d’autres circuits, où il est plus sollicité.
  • En raison des nombreux changements de direction à grande vitesse, où la masse de la voiture peut jouer contre vous, Zandvoort a la plus grande sensibilité de masse de l’année – ce qui signifie que transporter plus de carburant sera plus pénalisant.
  • Zandvoort est en dessous de la moyenne pour ce qui est de l’usure des pneus, car la plupart des vitesses et des charges des virages se situent au milieu de la route – il y a peu de virages à forte charge générant de grandes forces pour les pneus. De nombreuses séquences sont également très fluides plutôt que des arrêts/démarrages, ce qui sollicite la traction du pneu.
  • Les dépassements sont difficiles à Zandvoort en raison de la séquence presque constante de virages, à l’exception de la ligne droite principale (qui mène à une zone de freinage pas particulièrement grande) et de la ligne droite arrière (qui n’est pas très longue). Cela signifie que la performance et le rythme des qualifications sont vitaux et en font l’une des séances de qualification les plus importantes de l’année.
  • Zandvoort est le troisième meilleur chrono de la saison, derrière le Red Bull Ring et Interlagos. Le tour le plus rapide du week-end de course de l’année dernière était de 1m08.885.
  • C’est le troisième circuit le plus sensible aux forces descendantes, c’est-à-dire un circuit où les forces descendantes doivent être maximales ou très élevées. Les deux seuls circuits qui sont plus sensibles que Zandvoort sont Budapest et Monaco.
  • Nous avons deux tarmacs très différents à Zandvoort, ce qui signifie que les pneus se comportent différemment sur l’un et sur l’autre. Un nouveau tarmac, plus lisse, a été posé en 2020, tandis que le reste du circuit présente une surface plus ancienne et plus agressive. Il est donc délicat de rééquilibrer la voiture pour tous les virages, car les surfaces peuvent être différentes d’un virage à l’autre.
  • Les virages 13 et 14 constituent la dernière section de la piste et les virages sont inclinés à 18 degrés – environ deux fois plus raides que ceux de l’Indianapolis Motor Speedway. Les voitures et les pneus sont soumis à des forces différentes : ils subissent des charges verticales plutôt que latérales. Les pilotes subissent également ces charges verticales, ce qui signifie qu’ils sont poussés dans leur siège plutôt que d’un côté à l’autre avec les charges latérales.
  • La sortie du virage 3 est importante, en raison de la longue séquence de virages à plat qui suit. Ainsi, la traction et la vitesse dans ce virage sont essentielles pour trouver du temps et de l’élan dans la section qui suit. Les pilotes prendront souvent une ligne plus haute dans ce virage incliné pour y parvenir.
  • La voie des stands ne fait que 235 mètres à Zandvoort, la plus courte de toute la saison. Cependant, de ce fait, la voie des stands est incroyablement étroite, et la limite de vitesse est abaissée de 80 km/h à 60 km/h, comme d’habitude.
  • Les pilotes subissent 5,2 g dans le long virage 7 de Zandvoort, l’une des forces g latérales les plus élevées de toute la saison.

pht. Mercedes

McLaren

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LE GRAND PRIX DES PAYS-BAS

« Les ondulations et les virages donnent l’impression de faire des montagnes russes, alors je suis impatient d’y aller ».

Les vacances d’été ont peut-être pris fin depuis plus d’une semaine, mais nous nous rendons à la plage ce week-end pour le Grand Prix des Pays-Bas dans la ville côtière de Zandvoort.

Alors ne rangez pas trop vite vos affaires de plage, car vous aurez besoin d’une bonne paire de sandales et d’un short de bain. La pelle et le seau pourraient également vous être utiles. Nous avons utilisé les nôtres pour consulter les statistiques clés de l’époque où Zandvoort était inscrit au calendrier, il y a plus de trois décennies et demie, et où un ancien pilote légendaire de McLaren a remporté sa dernière victoire en Formule 1.

En tant que circuit classique pour les pilotes, avec une sensation de montagnes russes sur la piste et une atmosphère de fête en dehors, nous étions ravis d’entendre les opinions de Lando, Daniel et Andreas Seidl. Nous avons également noté quelques conseils sur ce qu’il faut surveiller et ce qu’il faut porter.

Lando Norris, #4 :

« Zandvoort, c’est parti ! J’aime vraiment piloter sur ce circuit et j’y ai obtenu quelques bons résultats en passant par les catégories juniors. Les ondulations et les virages donnent l’impression de faire des montagnes russes, alors je suis impatient d’y aller et de donner tout ce que nous avons. Il y a toujours une atmosphère incroyable et j’aime à penser que la majorité de l’orange est là pour soutenir McLaren…

« Le week-end dernier a montré clairement que nous avons encore beaucoup de travail à faire pour rester dans la lutte avec les Alpines. J’ai une confiance totale dans l’équipe et je sais que nous ferons tout ce que nous pouvons pour aller jusqu’au bout et être aussi bien préparés que possible pour continuer à nous battre. Les deux prochaines courses sont essentielles, alors restons concentrés et continuons à travailler dur. »

Daniel Ricciardo, #3 :

« J’ai hâte d’être à Zandvoort. C’est un circuit génial et il a une atmosphère si amusante, presque comme un festival, ce qui est excellent pour votre humeur avant le week-end. C’est plutôt un circuit à l’ancienne avec des caractéristiques intéressantes comme Tarzan et la possibilité de dépasser, donc je suis impatient d’être en piste et de voir à quel point c’est différent de l’année dernière avec les nouvelles voitures.

« J’ai passé les deux derniers jours à Amsterdam à faire le point, à manger des stroopwafels et à chercher comment nous pouvons nous améliorer pour le week-end à venir. Le week-end dernier n’a pas été ce que nous voulions, mais nous avons déjà rebondi auparavant et nous pouvons certainement faire de même cette fois-ci. Nous avons tiré de bons enseignements de Spa, que nous pouvons utiliser pour ce week-end. Nous espérons donc en sortir un peu mieux et pouvoir nous battre correctement avec les Alpines. »

Andreas Seidl :

« Zandvoort est un circuit incroyablement rapide et a connu quelques moments mémorables au fil des ans. Avec la F1 qui teste le DRS dans le dernier virage incliné pour la FP1, il devrait être intéressant de voir comment la nouvelle itération de voitures se comporte et quel impact cela a sur notre capacité à dépasser, d’autant plus que les voitures peuvent y rouler côte à côte. Les sections ondulées et sinueuses sont également une bonne caractéristique du circuit et constituent un beau défi pour les pilotes.

« Nous avons passé les derniers jours à analyser le week-end dernier et à nous assurer que nous en tirions le maximum d’enseignements. Le résultat à Spa n’était pas ce que nous espérions, mais nous pouvons prendre ces leçons et les utiliser pour maximiser notre package. Nous devons rester concentrés sur chaque petit gain et pousser la voiture pour en tirer le maximum. Gardons la tête basse et remettons-nous au travail. »

Ce que disent les statistiques

La course de l’année dernière a marqué la 31e édition du Grand Prix des Pays-Bas. Nous en avons remporté trois, dont la dernière édition de la course avant son interruption en 1985.

La victoire de 1985 est également remarquable en tant que dernière victoire de Niki Lauda en F1, l’Autrichien ayant mené un doublé devant son coéquipier Alain Prost. Prost avait remporté la course à l’inverse de ce résultat l’année précédente, en menant Lauda depuis la pole pour un doublé McLaren. James Hunt a été notre premier vainqueur du Grand Prix des Pays-Bas, s’imposant depuis la deuxième place le jour de son 29e anniversaire en 1976.

La dernière victoire de Niki Lauda en F1 a eu lieu au Grand Prix des Pays-Bas 1985, en terminant devant Alain Prost pour un doublé McLaren

La piste n’a peut-être pas été utilisée au cours du 21ème siècle jusqu’à la saison dernière, mais la grande majorité de la grille est familière, en tant que favorite des séries juniors. Lando a obtenu trois podiums en trois courses sur le circuit lors de ses journées de Formule 3 européenne, avec deux victoires et une P3. Daniel n’a pas vraiment couru sur le circuit avant ses débuts en F1, mais a effectué quelques essais de démonstration à Zandvoort pour Red Bull.

Lando et Daniel ont terminé l’un derrière l’autre en 10e et 11e position, respectivement, au Grand Prix des Pays-Bas de l’année dernière, le premier gagnant trois places après une séance de qualification frustrante.

Ce qu’il faut surveiller

  • Ce n’est peut-être que la deuxième saison de Zandvoort sur le calendrier de la Formule 1 ce siècle, mais le circuit néerlandais est positivement de la vieille école. Inauguré en 1948, le circuit est devenu un élément incontournable du calendrier de la F1 en 1952 avant de disparaître en 1985.
  • De retour la saison dernière après une absence de 36 ans, le circuit n’était pas tout à fait comme nous l’avions laissé, ayant subi une modernisation frappante. Le circuit conserve ses racines en tant que test ultime pour le pilote, avec des virages rapides et serrés, mais il est plus incliné dans plusieurs virages.
  • À 18 degrés, le dernier virage est désormais deux fois plus incliné que celui de l’Indianapolis Motor Speedway sur lequel concourent nos amis d’INDYCAR. Le virage 14 est un autre qui a subi une transformation, avec une inclinaison accrue conçue pour lancer les voitures dans la ligne droite des stands.
Les fans néerlandais ont créé une atmosphère de fête au Grand Prix des Pays-Bas 2021
  • Malgré cela, la nature étroite de la piste rendra toujours les qualifications clés et les dépassements délicats, donc partir plus haut sur la grille sera important, tout comme gagner une place ou deux dans les stands.
  • En dehors de la piste, l’atmosphère de fête créée par l’énergique public néerlandais sera à surveiller, le grand prix orange de l’an dernier ayant été l’un des événements de l’année. Et avons-nous mentionné que c’était sur la côte ?

Aston Martin

Lance Strol, #18 :

« Je suis impatient de retourner à Zandvoort. Le circuit est spectaculaire, et l’ensemble de l’événement est vraiment cool. Nous savons que ce sera un défi ce week-end, en raison de la tendance de notre voiture à courir mieux qu’elle ne se qualifie et de la nature sinueuse de ce circuit, qui rend les dépassements difficiles. Mais nous pourrions avoir la chance d’essayer quelque chose de stratégiquement différent de nos principaux rivaux. »

Sebastian Vettel, #5 :

« La nature old-school de Zandvoort est si grande, et c’est un défi de conduite si fantastique, en particulier la première moitié de la piste. Je suis curieux de voir comment notre voiture va se comporter ici – sur le papier, cela pourrait être un week-end difficile pour nous, mais nous avons pu bien courir en Hongrie juste avant la pause estivale, et les circuits sont assez similaires. Les voitures de 2022 peuvent être mieux pilotées que celles de l’année dernière, donc nous verrons si nous pouvons faire quelques mouvements en course. »

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

  • Stratégie : Pour la première fois depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne de juillet, les composés de pneus les plus durs – les C1, C2 et C3 – seront utilisés. Les équipes ont adopté un mélange de stratégies à un et deux arrêts l’année dernière, et il pourrait en être de même en 2022, surtout avec la dégradation accrue observée sur le terrain cette saison.
  • Perturbations de la course : Alors que la course de l’année dernière n’a connu aucune interruption, la nature du circuit et ses quelques zones de sortie de piste signifient qu’il y a certainement de la place pour une voiture de sécurité ou une voiture de sécurité virtuelle, qui ont toutes deux étés utilisées plus que d’habitude en 2022. Les courses de soutien ont connu de fréquentes interruptions l’année dernière.
  • Dépassements : Ce n’est pas un circuit facile à doubler, et les deux courtes zones DRS sont l’endroit préféré pour les dépassements. L’année dernière, 71% des dépassements ont été effectués dans l’épingle du premier virage, et seulement 21 dépassements ont été effectués au total après le premier tour. Même avec des pneus plus frais, il sera difficile de réussir un dépassement, mais il sera bien mérité.

Alfa Romeo

Un cœur rouge dans une mer d’orange

Alfa Romeo F1 Team ORLEN se rend à la deuxième course de la triple confrontation de la fin de l’été, le Grand Prix des Pays-Bas. Zandvoort a accueilli une course mémorable l’année dernière et l’équipe est sûre de pouvoir tirer le meilleur parti de ses performances sur les virages sinueux et inclinés situés dans le pittoresque paysage de dunes de Noord-Holland.

Le mot Hollande est censé venir du vieux néerlandais « holtlant », une terre boisée : il n’y a peut-être pas beaucoup de forêts dans les environs de Zandvoort, mais l’équipe cherchera à sortir métaphoriquement des bois là-bas, car nous visons un retour dans les points juste avant notre course à domicile en Italie. Les performances récentes ont été prometteuses, mais gâchées par la malchance ou des circonstances défavorables, mais la chance va tourner et le faire devant l’une des foules les plus passionnées du calendrier serait un timing parfait.

Les Néerlandais savent vraiment comment rendre un événement sportif coloré : la plupart des supporters seront peut-être là pour soutenir leur héros local, et les tribunes devraient présenter une mer d’orange. Mais dans cette vague mandarine, il y a un cœur rouge qui bat : celui de notre équipe qui a hâte de se donner à 100% à la recherche de points.

Témoignages de l’équipe

Frédéric Vasseur, Team Principal :

« Le chapitre de Spa clos, il est temps de reprendre la piste cette semaine à Zandvoort pour la deuxième partie de ce triple rendez-vous. L’année dernière, le Grand Prix des Pays-Bas a été l’un des meilleurs événements que j’ai vus, les organisateurs ont mis en place un spectacle incroyable et je suis impatient de retrouver les mêmes sensations cette année. Nous savions que la Belgique serait un week-end difficile lorsque nous avons choisi de prendre ces pénalités pour le groupe motopropulseur et la boîte de vitesses, et pourtant nous avons cherché à ramener des points de façon réaliste : le rythme que nous avons montré sur la piste est certainement un point positif sur lequel nous devons construire. Les qualifications deviennent de plus en plus une session déterminante pour tout le week-end dans ce milieu serré : si nous partons en bonne position, nous avons la vitesse pour y rester. Nous devons nous assurer que nous sommes au sommet de nos performances, pour tirer le meilleur parti du week-end et nous replacer là où nous devons être : dans le top 10 au drapeau à damier. »

Valtteri Bottas, #77 :

« Une nouvelle semaine de course nous donne l’opportunité de nous remettre directement d’un week-end malheureux à Spa. J’ai apprécié de courir à Zandvoort l’année dernière, où j’ai également terminé sur le podium. C’est décevant de terminer la course du week-end dernier après seulement deux tours, car le rythme que nous avons montré avec Zhou était bon et j’étais sûr que nous aurions pu bien faire : avec ce rythme comme point de départ, nous avons l’opportunité de construire une solide performance pour le week-end à venir, en revenant avec quelques points. Les fans ici sont bien sûr très passionnés, nous ferons donc en sorte de leur offrir un bon spectacle. »

Zhou Guanyu, #24 :

« Nous voulions clairement obtenir plus de ce week-end à Spa, mais nous étions conscients que le fait de prendre des pénalités et de partir de l’arrière signifiait qu’il serait difficile de terminer dans les points. Malgré cela, notre rythme en piste était prometteur, alors espérons que nous pourrons le maintenir à Zandvoort. Le circuit est relativement nouveau pour moi : J’ai déjà couru ici en F3 il y a quelques années, il sera donc important de s’y adapter en Formule 1 aussi vite que possible, de se qualifier à une bonne place sur la grille et de se mettre dans le coup pendant la course pour marquer quelques points. Nous savons que nous pouvons le faire, mais il s’agira de bien exécuter notre week-end du début à la fin. »

pht. Alpha Romeo, DPPI

AlphaTauri

Pierre Gasly, #10 :

« Marquer des points est bon pour le moral de l’équipe, mais j’ai dû travailler dur pour les obtenir après qu’un problème de dernière minute m’ait fait prendre le départ de mon 100e Grand Prix depuis la pitlane. Il y a encore de la performance à tirer de notre voiture et bien sûr nous allons travailler là-dessus vendredi et espérer des sessions propres.

A part Bakou l’année dernière, Zandvoort a été mon meilleur week-end, en me qualifiant quatrième et en terminant quatrième de la course, devant les deux Ferrari. C’était un super Grand Prix sur un tracé qui est très compliqué, donc j’étais vraiment content du résultat. J’aime ce circuit, il est difficile à conduire et il présente de nombreux défis. C’est un peu la vieille école avec les virages relevés et c’est un endroit où vous ne pouvez pas faire d’erreurs – pas tout à fait comme Monaco mais dans le même style. Il n’y a pas de zones de sortie de piste sur l’asphalte et si vous vous trompez, vous vous retrouvez directement dans les graviers ou dans un mur, tandis que les virages sont inhabituels.  Les voitures sont très différentes cette année, mais j’espère qu’avec tout ce que nous avons appris de la course là-bas la saison dernière, nous pouvons obtenir un autre bon résultat, pour marquer plus de points et aborder la fin de la triple confrontation à Monza sur une note positive. »

Yuki Tsunoda, #24 :

« C’était bon de reprendre la course après la pause. C’était un week-end un peu désordonné et j’ai dû partir de la pitlane, mais du côté positif, j’étais généralement satisfait de la façon dont j’ai conduit pendant les trois jours et nous avions un bon rythme avec la voiture.

Maintenant, nous nous dirigeons vers les Pays-Bas, pour la course intermédiaire dans la triple confrontation européenne. J’ai visité le circuit depuis la dernière course ici, car j’ai fait un peu de tournage avec Max, dans un autre défi Red Bull. J’ai eu beaucoup de plaisir à conduire de vieilles voitures DAF en marche arrière et cela m’a donné un avant-goût de ce qui nous attend cette semaine avec l’atmosphère des Pays-Bas.

J’ai dû me retirer de la course de l’année dernière à Zandvoort. J’ai apprécié le week-end jusqu’à ce moment-là, car j’aime vraiment le circuit et l’énorme dévers au virage 4 par exemple. C’est très agréable et amusant à conduire, donc je suis intéressé de voir comment les nouvelles voitures de cette année, qui sont beaucoup plus rigides et avec leurs pneus de 18 pouces, se comporteront ici dans les virages inclinés et sur les bosses. Si nous pouvons faire un bon temps à Zandvoort, je pense que nous pouvons viser les points car nous avons maintenant une meilleure compréhension de notre voiture et de la façon d’en tirer le meilleur parti. »

pht. Red Bull

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Zandvoort représente un défi assez différent de celui du week-end dernier à Spa, la configuration du circuit étant considérablement différente et les gommes des pneus étant un peu plus dures. Le composé C1 dur a déjà été utilisé à Bahreïn, Barcelone et Silverstone et pourrait être un composé délicat ce week-end. En revanche, les gommes Medium et Soft devraient bien fonctionner.

Les changements d’inclinaison et d’élévation de ce circuit ont été plus faciles à accommoder que nous le craignions l’année dernière, et lors des qualifications nous avions la voiture dans une fenêtre décente. Cette expérience devrait nous permettre d’aborder la journée de vendredi en bonne position et nous donner l’occasion d’explorer en profondeur le comportement des pneus et de permettre à Alex de se familiariser avec le circuit.

Nous avons passé un bon week-end à Spa. Cependant, alors que la performance de la voiture était bonne à un niveau d’appui bas et qu’Alex a pu conduire une course défensive très forte, nous savons que nous avons également bénéficié de beaucoup de pénalités de grille pour nos concurrents. Ce week-end devrait être plus difficile, mais nous avons pris de l’élan et de la confiance à Spa, ce qui sera inestimable lorsque nous nous battrons contre le milieu de peloton sur un circuit moins naturellement adapté à la FW44.

Alex Albon, #23 :

Après un week-end réussi, nous savons que Zandvoort est un circuit très différent de Spa et nous devrons nous adapter aux différentes exigences, avec un downforce beaucoup plus élevé et sur une piste difficile pour les dépassements. Samedi sera une journée importante pour nous et, même si nous aimerions répéter le résultat de Spa, ce sera évidemment un peu difficile. Je n’ai pas couru sur ce circuit depuis 2015, donc je vais travailler pour tirer parti du vendredi et du samedi pour apprendre la piste et voir ce que nous pouvons jouer pour le week-end.

Nicholas Latifi, #6 :

Je suis excité à l’idée de me lancer à Zandvoort pour la deuxième manche de cette triple confrontation. Retourner à Zandvoort l’année dernière a été très agréable. C’est un circuit de la vieille école et probablement l’un des plus amusants du calendrier. Il y a des virages à grande vitesse, des virages inclinés et il est très étroit avec peu de place pour l’erreur, ce qui en fait un circuit avec beaucoup de caractéristiques uniques. L’atmosphère des fans en a fait quelque chose de spécial l’année dernière et je suis sûr que ce sera encore le cas.

 

Haut du site