23 avril 2024

Vue d’ensemble du GP de Bahreïn

La saison 2024 de Formule 1 va débuter avec le Grand Prix de Bahreïn, qui aura lieu du 29 février au 2 mars sur le circuit de Sakhir.

Après une pause d’un peu plus de trois mois, le championnat du monde de Formule 1 reprend ses droits ce week-end avec le coup d’envoi de la saison F1 2024, longue de 24 Grands Prix au total cette année – un record !

Analyses par les Teams et pilotes :

Pirelli

La saison la plus longue de l’histoire de la Formule 1 commence à Bahreïn

Une semaine seulement après la fin des essais de pré-saison, la Formule 1 revient à Bahreïn pour la première manche de la saison 2024, du jeudi 29 février au samedi 2 mars. Le calendrier habituel du week-end des Grands Prix a été avancé d’une journée – comme ce sera le cas le week-end suivant en Arabie saoudite également – avec deux séances d’essais libres le jeudi, les EL3 et les qualifications le vendredi, puis le Grand Prix lui-même le samedi. Cette décision a été prise par la Formule 1 pour accueillir le début du Ramadan le deuxième dimanche de mars.

Les équipes arrivent à Sakhir avec de nombreuses informations sur le fonctionnement de la voiture et des pneus sur cette piste particulièrement abrasive, où la traction et la stabilité au freinage sont essentielles à la performance, aussi bien sur un tour lancé que sur des relais plus longs.

L’évolution de la piste est quelque peu limitée, la température étant la plus grande influence : deux des trois séances d’essais libres se déroulent dans la chaleur de la journée, ce qui rend plus difficile l’obtention d’une lecture représentative des données de course. Un autre facteur qui affecte souvent les voitures est le vent, car il peut souffler du sable sur la piste et rendre l’équilibre imprévisible. La dégradation thermique sera importante et peut avoir un impact décisif sur les performances de course, tandis que l’usure est généralement limitée.

Le Grand Prix de Bahreïn est traditionnellement l’une des courses les plus spectaculaires de l’année car il offre un certain nombre d’opportunités de dépassement différentes, en particulier dans les virages 1, 4 et 11. La dégradation des pneus, avec toutes les différentes stratégies de course qui en résultent, crée également des différentiels de performance intéressants.

L’an dernier, la C1 et la C3 étaient la stratégie privilégiée, la C2 n’étant utilisée que par une seule équipe (McLaren).

La course de ce week-end marquera le 20e Grand Prix de Bahreïn, bien que le nombre total de courses qui se soient déroulées sur la piste soit de 21 : en 2020, le Grand Prix de Sakhir a également été couru, remporté par le pilote Mercedes Valtteri Bottas.

Le pilote qui a triomphé le plus souvent est Lewis Hamilton avec cinq victoires, suivi de Sebastian Vettel avec quatre victoires et Fernando Alonso avec trois. L’Espagnol est le seul pilote ce week-end à avoir également participé à la toute première course à Sakhir, en 2004. L’année dernière, Max Verstappen a remporté sa première victoire au Grand Prix de Bahreïn, mettant fin à une disette de victoires pour Red Bull à Bahreïn qui durait depuis 10 ans. Ferrari est l’équipe la plus titrée avec sept victoires au Grand Prix de Bahreïn. Cependant, Mercedes a égalé ce score sur le site grâce à la victoire de Bottas au Grand Prix de Sakhir 2020.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

J’ai hâte de commencer la saison et de recommencer à courir.

J’attends avec impatience le week-end à Bahreïn. Nous avons eu quelques bonnes journées d’essais et nous avons beaucoup appris de la voiture. Bien sûr, nous ne voulons pas nous précipiter et nous devons toujours nous assurer que nous faisons tout ce qu’il faut pour avoir un bon premier week-end. Tout le monde a fait beaucoup de tours ici à Bahreïn, donc j’espère ne pas avoir trop de surprises en termes de direction des réglages pour la semaine à venir. Dans l’ensemble, je suis excité de commencer la saison et de recommencer à courir.

Sergio Pérez, #11 :

Nous avons eu une bonne semaine d’essais, nous avons maximisé tout ce que nous pouvions et la voiture se comportait vraiment bien.

Il est enfin temps de courir et j’ai vraiment hâte d’être à ce week-end. Nous avons eu une bonne semaine d’essais, nous avons maximisé tout ce que nous pouvions et la voiture se comportait vraiment bien, j’en étais content et nous pensons que la fiabilité est là. C’est toujours intéressant de voir comment les choses changent le premier week-end, avant les qualifications et le jour de la course, avec beaucoup de nouveaux concepts sur la grille, beaucoup d’autres équipes ont l’air fortes, mais c’est tellement difficile à dire à partir des essais. Nous avons pris une nouvelle direction avec la RB20 et je suis impatient de monter dans la voiture dans un environnement compétitif et de voir comment nous nous comportons. Je ne regarde pas trop loin devant, je veux être à l’aise avec la voiture et prendre les choses course par course, je m’attends à ce que 2024 soit une bataille serrée entre les équipes, ce qui pourrait rendre les choses amusantes !

  • La victoire de Max au Grand Prix de Bahreïn 2023 était la première fois qu’il remportait la course d’ouverture d’une saison de Formule 1.
  • La deuxième place de Checo au championnat des pilotes 2023 n’était pas seulement son meilleur résultat de la saison, mais aussi la première fois que les pilotes de l’équipe terminaient 1-2 au classement final du championnat.
  • L’année dernière, Max est devenu le troisième pilote de l’histoire de la F1 à boucler tous les tours de course d’une saison, après Michael Schumacher (2002) et Lewis Hamilton (2019).
  • Max et Checo se sont qualifiés et ont terminé la course 1-2 à Bahreïn la saison dernière et ont un bon palmarès sur le circuit. Les deux ont remporté des victoires sur ce site et ont le même nombre de podiums en carrière ici (trois).
  • La saison 2024 marque le début de la 20e saison d’Oracle Red Bull Racing en F1. Depuis ses débuts au GP d’Australie 2005, l’équipe a accumulé 113 victoires, et la prochaine victoire égalera Williams à la quatrième place de la liste de tous les temps. L’équipe a également remporté 31 des 33 derniers GP. Ce total à lui seul serait le neuvième plus élevé pour un constructeur dans l’histoire de la F1.

Mercedes

L’équipe entame sa 15e saison en F1 sous sa forme actuelle avec Lewis Hamilton et George Russell au volant de la Mercedes-AMG F1 W15 E PERFORMANCE.

Toto parle de Bahreïn :

Une nouvelle saison apporte de nouvelles opportunités et c’est excitant de se diriger vers une nouvelle campagne avec tout le drame qu’elle apportera inévitablement.

Chacune des deux dernières saisons, nous nous sommes dirigés vers la première course de l’année sur le pied arrière. Il y avait une bonté inhérente dans les W13 et W14, mais elle s’avérait souvent trop difficile à débloquer. C’étaient des machines incohérentes. Notre objectif principal à l’approche de 2024 était donc clair : créer une plateforme cohérente et stable. Une voiture qui réagirait comme nous l’attendions. Celui que les pilotes pouvaient constamment pousser. Et que nous pouvons développer tout au long de l’année, en sachant que nous apportons des performances réelles sur la piste.

Au cours de ces deux premières courses, nous aurons une bien meilleure compréhension du travail que nous avons fait. Après les essais de pré-saison, nous pouvons tirer quelques premières conclusions. Les pilotes sont beaucoup plus satisfaits de l’équilibre général. La plate-forme de base fonctionne comme prévu. La corrélation avec nos simulations semble être exacte. Tout cela est encourageant. C’est une bonne base sur laquelle nous pouvons nous appuyer.

Lors des essais, nous nous sommes concentrés sur l’apprentissage de la voiture que nous avons. Notre attention peut maintenant se tourner vers les performances de réglage pour le week-end de course de Bahreïn. Red Bull, comme on pouvait s’y attendre, semble être en tête du peloton. Le peloton de chasse semble serré. Nous aurons bientôt une idée de notre position à cet égard. Et la tâche qui nous attend est de réduire l’écart avec l’avant.

Mais peu importe où nous allons marquer, toute l’équipe savoure le défi qui l’attend. Il y a un sentiment palpable d’énergie qui traverse les usines et les pistes. L’année qui s’annonce est longue. Il y aura beaucoup de hauts, ainsi que les inévitables bas. Mais c’est pour cela que nous aimons la course. Et maintenant, nous avons hâte de commencer.

Fiche d’information : Grand Prix de Bahreïn

  • Situé au milieu du désert, dans ce qui était autrefois une ferme de chameaux, le circuit international de Bahreïn compte 1 120 palmiers.
  • Étant situé dans un désert, vous pouvez vous attendre à ce que le sable soit un problème. Cependant, le désert environnant est pulvérisé avec une substance adhésive collante pour minimiser la quantité de sable soufflé sur la piste.
  • Entre le premier coup de pioche pour la construction du circuit international de Bahreïn et son achèvement, il n’a fallu que 496 jours.
  • La longueur des barrières de pneus est de 4100 mètres et un total de 82 000 pneus sont utilisés pour ce faire.
  • La surface totale de ruissellement est de 140 000 mètres carrés.
  • Le circuit international de Bahreïn dispose de cinq tracés certifiés par la FIA.
  • Pour les réglages de la voiture, l’accent est mis sur l’optimisation des performances dans les virages à basse et moyenne vitesse. L’adhérence mécanique est cruciale dans les virages les plus lents, tandis que les sections à grande vitesse sont faciles à franchir.
  • La surface de la piste est fabriquée à partir d’un agrégat spécial qui a été expédié d’une carrière en Angleterre.
  • En raison de l’abrasivité de la piste, qui est l’une des plus difficiles de la saison, la dégradation des pneus a tendance à être parmi les plus élevées observées lors de toutes les courses du calendrier.
  • L’un des virages les plus difficiles de la piste est le virage 10. Il s’agit d’une longue entrée de coin combinée qui se resserre avant de s’abaisser à l’apex. Les pilotes doivent appliquer les freins lorsqu’ils effectuent le grand arc de virage du virage 9 ; Cela rend le pneu avant gauche léger et augmente le risque de blocage.
  • Le tracé de 5,412 km comprend sept épreuves de freinage, dont deux classées comme « lourdes ».
  • Cette année marque le 20e anniversaire du premier Grand Prix de Bahreïn et sera la 21e manche du championnat de F1 sur le circuit de Sakhir. La course a été annulée en 2011 en raison de troubles civils, tandis que la piste a accueilli deux courses en 2020.
  • Ce sera la sixième fois que le Grand Prix de Bahreïn servira de manche d’ouverture d’une saison de F1 (2006, 2010, 2021, 2022, 2023).
  • Quatre pilotes ont remporté plusieurs victoires lors de l’événement. Lewis Hamilton en a le plus avec cinq.
  • George Russell a fait son premier départ pour Mercedes à Sakhir en 2020, remplaçant Lewis.
  • Pour la première fois de son histoire, la course aura lieu un samedi.
  • Au moins une voiture à moteur Mercedes a terminé dans les points lors de chacun des 300 derniers Grands Prix, depuis le Grand Prix de Chine 2008.

Ferrari

GRAND PRIX DE BAHREÏN – LA SAISON DE 24 COURSES DÉMARRE AVEC UN CLASSIQUE MODERNE

95 jours après la dernière course de 2023, la Formule 1 reprend l’action ce week-end à Bahreïn, au début d’une saison qui compte le plus grand nombre de courses jamais organisées, avec le retour du Grand Prix de Chine et de la course d’Imola qui avait dû être annulée l’an dernier en raison des inondations dans les environs. Charles Leclerc, Carlos Sainz et toute l’équipe sont prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes après les résultats encourageants obtenus la semaine dernière par la SF-24 lors des trois jours de l’unique test de pré-saison, sur le même circuit de Sakhir.

Un classique moderne. Le circuit international de Bahreïn est un élément permanent du calendrier de la Formule 1 et, au cours des trois dernières saisons, il a accueilli la manche d’ouverture. Ses 15 virages sont un mélange de vitesse faible, moyenne et élevée, avec trois longues lignes droites, dont deux sont désignées comme zones DRS. Le virage 1 est généralement la meilleure opportunité de dépassement. Les voitures y freinent fort à plus de 300 km/h avant de plonger dans un virage serré à droite, puis de passer sur le côté gauche de la piste pour une section avec un mélange intéressant de virages. Le virage 4 est un autre point de dépassement, avant les deuxième et troisième secteurs plus serrés, avec la prochaine ligne droite DRS menant au virage 11.

Plus tôt d’un jour. Pour la première fois, le Grand Prix de Bahreïn aura lieu un samedi, le 2 mars. Ceci afin de maintenir un écart d’une semaine et de faciliter la logistique avant la deuxième manche sur le circuit de Jeddah Corniche, le Grand Prix d’Arabie Saoudite, le samedi 9 mars, afin d’éviter un conflit avec le début du mois de Ramadan, qui commence le 10 mars. Les deux premières séances d’essais libres auront lieu le jeudi à 14h30 et 18h00 locales (12h30 et 16h00 CET). Les derniers essais libres et les qualifications se dérouleront le vendredi à 15h30 et 19h00 respectivement (13h30 et 17h00 CET), tandis que le Grand Prix lui-même débutera à 18h00 locales (16h00 CET) le samedi. Comme d’habitude, les qualifications et la course commencent au coucher du soleil, lorsque les températures dans le désert sont moins oppressantes.

Fred Vasseur – Team Principal :

Après le SF-24 qui a parcouru plus de sept distances de course pendant les essais, où toutes les équipes ont suivi leur propre programme, le moment est enfin venu pour tout le monde de se montrer. Dès les essais libres de jeudi, nous commencerons à nous faire une idée de la hiérarchie et à voir les résultats du travail que nous et les autres équipes avons effectué.

Charles et Carlos se sont sentis à l’aise au volant de la SF-24, ce qui correspond exactement à l’objectif que nous nous étions fixé lors de sa conception. Nous sommes confrontés à des adversaires toujours aussi coriaces et je souhaite que nous adoptions la même approche que celle que nous avons eue en fin de saison dernière. Nous ne devons pas avoir peur d’oser si nous pensons qu’une décision audacieuse peut faire la différence au niveau de nos performances. La voiture semble compétitive, Charles et Carlos sont en pleine forme et l’ambiance dans l’équipe est super concentrée et nous sommes déterminés à obtenir un bon résultat.

STATISTIQUES FERRARI :

GP disputés : 1074

Saisons en F1 : 75

Débuts : (A. Ascari 2e ; R. Sommer 4e ; L. Villoresi ret.)

Victoires : 243 (22.62%)

Pole positions : 248 (23,09%)

Fastest laps: 259 (24.11%)

Podiums : 807 (25,05 %)

STATS FERRARI GRAND PRIX DE BAHREÏN GP :

Disputés : 19

Débuts : 2004 (M. Schumacher 1er ; R. Barrichello 2e)

Victoires : 7 (36.84%)

Pole positions : 6 (31,58%)

Fastest laps: 6 (31.58%)

Podiums : 16 (28,07 %)

Trois questions à Matteo Togninalli, responsable de l’ingénierie :

Nationalité : Italienne, Né le 25/9/1977 à Berbenno, Italie

  1. Pouvez-vous résumer les trois jours d’essais de la semaine dernière d’un point de vue technique ?

Nous nous sommes concentrés sur la cartographie et la compréhension de la voiture, avec un accent particulier sur la maniabilité et le rythme de course. Les spécifications des pneus sont les mêmes que l’année dernière, donc l’accent a été moins mis sur l’analyse de cet aspect et plus de temps passé à se concentrer sur la voiture elle-même. Malgré la perte de temps de piste jusqu’aux problèmes de couvercle de drain, nous avons acquis toutes les données que nous voulions et avons complété notre kilométrage prévu, très important lorsqu’il s’agit de consolider les aspects liés à la fiabilité. Bien sûr, trois jours d’essais ne suffisent clairement pas pour comprendre et optimiser une nouvelle voiture, mais nous avons eu une première impression générale. La corrélation avec les simulations et le simulateur, ainsi qu’avec la soufflerie était plutôt bonne et c’est clairement un point positif. En piste, la voiture s’est comportée comme elle l’avait fait lors des séances de simulation que nous avons faites avec les deux pilotes, à la fois en termes absolus et par rapport à 2023 et nous avons également pu vérifier comment la voiture réagissait aux différents changements. C’est très important pour utiliser les différents outils qui nous aident à optimiser le package et pour le développement futur. Les pilotes ont déclaré que la voiture se comportait bien et était constante dans diverses conditions, ce qui était l’un des objectifs que nous nous étions fixés, car cela peut être une aide en termes de rythme de course et de gestion des pneus.

  1. D’après ce que nous avons vu lors des essais, que pouvons-nous attendre de la première course de la saison ?

Il est très compliqué d’avoir une idée claire de la situation, car chaque équipe avait son propre programme en termes de charge de carburant, d’utilisation des pneus et de manière générale de la façon dont elle travaillait sur la piste. De plus, la piste de Bahreïn est sujette à des changements majeurs dans l’état de la piste en termes de température et de vent au cours de la journée, ce qui a un impact assez significatif sur le temps au tour, de sorte que vous ne pouvez pas comparer les temps au tour établis à différents moments de la journée. Dans l’ensemble, je m’attends à ce que la situation ne soit pas très différente de ce que nous avons vu à la fin de 2023, les champions en titre et nos autres rivaux proches montrant tous un bon potentiel. Vous ne pouvez pas vraiment définir un ordre hiérarchique à ce stade, mais les écarts entre les équipes seront probablement de quelques dixièmes.

  1. Y a-t-il un facteur qui pourrait être plus important qu’un autre pour décider de l’issue de la course de samedi ?

En début de saison, le plus important est de comprendre la voiture et la fiabilité. À ce stade, l’équipe qui a le mieux compris la meilleure façon de faire fonctionner la voiture et qui a une idée claire de la façon d’en tirer le meilleur parti peut avoir un avantage. Au fur et à mesure que la saison avance, plus cet aspect tend à se stabiliser et plus les différences se font au niveau du potentiel pur des voitures. Les aspects liés à la fiabilité sont également mieux compris et améliorés au fur et à mesure que les voitures ont plus de kilomètres à leur actif. Cela signifie qu’en début de saison, tout le monde est plus exposé. Les conditions météorologiques changeantes sont également un facteur à Bahreïn, en particulier les températures de piste et le vent qui peuvent avoir un effet considérable sur les performances et l’équilibre de la voiture, donc la capacité d’une équipe à s’adapter à ces changements est fondamentale. Nous pouvons nous attendre à une dégradation assez élevée des pneus en course elle-même, par rapport à la moyenne saisonnière, donc la gestion de cela sera également une clé pour le rythme de course.

GRAND PRIX DE BAHREÏN : FAITS ET CHIFFRES

  1. Le nombre de rookies sur la grille de départ de la première course de cette saison de Formule 1. Cela ne s’est produit que deux fois auparavant, en 1951 et en 1969. En fait, 19 des 20 pilotes qui courent cette année étaient sur la grille de départ du Grand Prix de Bahreïn 2023. La seule exception est Daniel Ricciardo, qui a remplacé le Néerlandais Nyck de Vries au milieu de l’année dernière. Il y a deux équipes dont les statistiques partent de zéro, les renommées Kick Sauber et Racing Bulls.

 

  1. Le classement de la Scuderia Ferrari basé sur le nombre de tours et de kilométrages effectués lors des trois jours d’essais de pré-saison, qui se sont déroulés de mercredi à vendredi sur le circuit international de Bahreïn. La SF-24 a bouclé 423 tours, soit 2 289 kilomètres. La seule voiture à faire mieux est la Haas VF-24 à moteur Ferrari, qui a accumulé 441 tours, soit 2 386 km. Carlos a terminé deuxième sur la liste des pilotes, avec 227 tours (1 196 km), deuxième derrière Kevin Magnussen de Haas (239 tours, 1 293 km). Charles est sixième sur cette liste avec 196 tours ou 1 061 km.

 

  1. Le nombre de courses du Championnat du monde de Formule 1 disputées un samedi, comme ce sera encore le cas ce week-end. Ce n’est donc pas si inhabituel, même si avant l’événement de l’année dernière à Las Vegas, la dernière fois que la course a eu lieu un samedi, c’était il y a 38 ans, le GP d’Afrique du Sud 1985. La toute première manche du championnat du monde s’est déroulée le samedi 13 mai à Silverstone. Depuis la création du championnat, au moins une course a eu lieu tous les jours de la semaine. Cela est principalement dû au fait que jusqu’en 1970, les 500 miles d’Indianapolis ont toujours eu lieu le 30 mai, connu sous le nom de Memorial Day, commémorant la mort des membres des forces armées américaines dans toutes les guerres. Et de 1950 à 1960, l’Indy 500 était une manche du championnat du monde de Formule 1.

 

  1. Le nombre de tours, le plus grand nombre de tours effectués par Sebastian Vettel en tête du Grand Prix de Bahreïn. L’Allemand s’est imposé à quatre reprises sur le circuit de Sakhir, en 2012 et 2013 avec Red Bull et en 2017 et 2018 avec Ferrari. Parmi les pilotes sur la grille de départ ce samedi, seul Lewis Hamilton a une chance mathématique de dépasser le total de Vettel, qui en mène actuellement 214. Trop loin derrière, à égalité avec 96, se trouvent Charles et Fernando Alonso, et Max Verstappen avec 84. Valtteri Bottas a mené pendant 16 minutes, tandis que Sergio Perez en est à 3 et Carlos à 2.

 

300 000. La population approximative de Manama, la capitale du Bahreïn, près de laquelle se trouve le circuit international de Bahreïn à Sakhir. En arabe, le nom de la ville signifie « lieu de repos » ou « lieu de rêve », car elle était à l’origine située dans un quartier particulièrement calme.

McLaren

« Nous avons terminé la saison dernière sur une bonne note, alors j’espère que nous continuerons sur cette lancée »

L’hiver a été long avec des lancements de livrées, des lancements de voitures, des renouvellements de contrats et des vacances, mais après 95 jours – nous savons que cela semble beaucoup plus long – et un programme complet de construction de voitures, la Formule 1 reviendra enfin à la compétition sur la piste du désert de Sakhir ce jeudi pour les essais libres 1, avant le Grand Prix de Bahreïn tant attendu.

Sous l’œil attentif du PDG Zak Brown et de la directrice de l’équipe Andrea Stella, Lando, Oscar et l’équipe ont testé la MCL38 de manière approfondie sur la piste et dans le simulateur, réalisant de nombreux tours physiques et virtuels avant une saison record de 24 courses, mais rien ne se compare à la réalité.

L’équipe est tout sourire depuis qu’elle a atterri à Sakhir il y a plus d’une semaine, mais il est maintenant temps de se mettre au travail et de se mettre au travail. Pour vous préparer à la première manche de la saison, nous avons compilé un aperçu avec toutes les informations clés, y compris les pensées de l’équipe, un guide du circuit et quelques conseils sur ce qu’il faut porter.

Lando Norris, #4 :

« Elle est enfin là, notre première course de la saison ! J’ai hâte de commencer ma sixième saison en Formule 1 et avec l’équipe. Nous avons terminé la saison dernière sur une bonne note, alors j’espère que nous continuerons sur cette lancée.

« C’était génial d’être de retour au volant d’une F1 la semaine dernière. Les essais de la MCL38 se sont bien déroulés, ce qui est une bonne façon d’aborder le week-end de course. Nous avons beaucoup appris, mais il y a toujours plus à s’habituer dans une nouvelle voiture. Un grand merci à l’équipe pour son travail acharné dans la mise en piste de la MCL38. Allons-y !

Oscar Piastri, #81 :

« Je suis excité à l’idée de commencer ma deuxième saison en Formule 1. C’est génial d’être de retour dans la voiture, et la MCL38 se sent bien.

« C’était génial d’avoir beaucoup de temps dans la voiture la semaine dernière lors des essais. Nous avons beaucoup appris sur la voiture, mais c’est à ce moment-là que nous découvrons vraiment comment nous nous situons par rapport à la concurrence. L’équipe a fait un travail fantastique pendant l’hiver, et nous sommes tous très heureux d’être de retour en course. Ça devrait être une saison amusante à venir.

Andrea Stella :

« L’équipe a hâte de reprendre la compétition. La semaine dernière, nous avons eu trois jours d’essais productifs au cours desquels nous avons pu travailler avec la MCL38 pour optimiser les performances et laisser les problèmes de fiabilité émerger avant le week-end de course. Nous avons recueilli beaucoup de données avant le début de la saison ici à Bahreïn.

« Toute l’équipe a travaillé sans relâche pendant l’intersaison pour construire la MCL38 et nous préparer pour la première course ici à Bahreïn. Nous avons une longue saison de 24 courses devant nous, et notre objectif est de continuer sur la trajectoire ascendante que nous avons établie la saison dernière. Lando et Oscar ont travaillé en étroite collaboration avec leurs équipes d’ingénieurs au cours des derniers mois, et ils abordent cette saison préparés et prêts à tout donner.

« Comme toujours, nous sommes reconnaissants du soutien que nous recevons de nos fans et de nos partenaires commerciaux. Cela ne passe jamais inaperçu, merci encore une fois pour votre soutien.

« Nous ne sommes pas en mesure de faire des prédictions sur notre compétitivité car les tests sont difficiles à lire, mais nous sommes déterminés à fournir nos meilleures performances dans tous les aspects de nos opérations et nous sommes ravis de reprendre la course. »

Suivre les insights

Bahreïn est toujours un bon début de saison en raison de sa propension aux dépassements. Le circuit est conçu pour des courses serrées, mais les mouvements ont tendance à venir après de longs duels à l’un des deux endroits suivants : la zone de freinage à la fin de la ligne droite principale et le virage à droite au virage 4, quelques virages plus tard.

Les 11 virages suivants visent à permettre aux voitures de se rapprocher les unes des autres en prévision d’un mouvement, le 10e virage particulièrement difficile et serré et hors carrossage surprenant surprend souvent les pilotes, ce qui permet à ceux qui sont derrière la chance de rattraper et à ceux qui sont devant de s’élancer au loin pendant la zone DRS suivante menant au virage 11.

Les conditions météorologiques ajoutent une autre couche d’intérêt et posent des questions intéressantes à nos pilotes et à notre équipe d’ingénieurs. La direction du vent peut changer de 180 degrés pendant la journée, ce qui entraîne le souffle du sable du désert sur la piste, ce qui affecte les niveaux d’adhérence. La température et les niveaux de lumière peuvent également fluctuer, la course commençant au crépuscule et se terminant dans l’obscurité sous les projecteurs.

La saison jusqu’à présent

Eh bien, ce n’est pas encore tout à fait le début ! Nous venons de terminer les essais de pré-saison à Bahreïn, avec une distance de 1 775 km en piste malgré quelques interruptions sous drapeau rouge. Vous pouvez entendre comment l’équipe se sentait après la dernière journée d’essais ici.

Traductions F1 : Dégradation

La F1 regorge d’argot spécialisé et de jargon compliqué qui peuvent déconcerter même les fans les plus avides, c’est pourquoi nous expliquerons la terminologie courante de la F1 avant chaque Grand Prix cette saison, en commençant par la dégradation…

On parle de dégradation lorsque les pneus perdent de leurs performances, ce qui leur donne moins d’adhérence et les rend plus difficiles à manier. Les conditions chaudes et fluctuantes du Grand Prix de Bahreïn en font un sujet particulièrement intéressant ce week-end.

La dégradation peut être causée par un certain nombre de facteurs, notamment la température. Les pneus se dégraderont plus rapidement s’ils sont trop chauds ou trop froids, c’est pourquoi vous entendrez les conducteurs se faire demander de mettre leurs pneus dans la « fenêtre », en référence à la température optimale pour les performances. La dégradation peut également être causée par la surface du circuit, les pistes rugueuses entraînant une dégradation accrue des pneus, et les pistes plus lisses (comme un circuit urbain) entraînant moins d’usure.

Les conducteurs eux-mêmes peuvent également influer sur la dégradation. Un pilote agressif qui freine lourdement et accélère rapidement peut gagner du temps en piste, mais il usera davantage les pneus. En revanche, un pilote plus souple pourrait ne pas prendre les virages aussi rapidement, mais gagnera du temps au tour en faisant fonctionner ses pneus plus longtemps.

Brise glace F1

Vous êtes coincé pour discuter avec vos amis passionnés de F1 ? Suscitez une discussion avec notre brise-glace F1…

Bahreïn est devenu le premier pays du Moyen-Orient à accueillir un Grand Prix de Formule 1 en 2004, avec un total de trois configurations de circuit – sur cinq possibles – utilisées au cours des 20 années qui ont suivi.

Aston Martin

Pedro de la Rosa, ambassadeur de l’équipe :

Comment évaluez-vous nos tests de pré-saison, Pedro ?

« Nous avons suivi notre programme et réalisé ce que nous voulions. L’AMR24 a fonctionné de manière fiable et nous avons réalisé de longs relais avec Lance et Fernando. C’était la priorité pour nous car nous voulions en apprendre le plus possible sur la voiture en configuration course. »

« Étant donné que la pré-saison est si courte, nous avons dû être très disciplinés dans la façon dont nous avons mené notre programme et nous n’avons jamais modifié le plan en nous adaptant à ce que faisaient les autres. Nous nous sommes concentrés uniquement sur nous-mêmes.

« Il est important de noter que les données que nous avons obtenues sur la piste correspondaient à ce que les ingénieurs attendaient sur la base de la soufflerie et du simulateur. C’est extrêmement positif car cela signifie que nous avons une bonne base sur laquelle bâtir pour les 24 Grands Prix à venir. »

« Nous devons nous assurer que nous maintenons notre programme de développement en bonne forme et à un bon rythme tout au long de l’année, et les tests de pré-saison nous ont bien préparés pour y parvenir. »

Une nouvelle saison de F1 est sur le point de commencer, quelles sont les émotions et les sentiments des pilotes et de l’équipe avant une nouvelle campagne ?

« Peu importe combien de fois j’ai été dans cette situation, en tant que pilote ou non, je suis toujours excité à l’idée d’une nouvelle saison. Le fait que nous ayons eu une période de pré-saison si courte ne fait qu’ajouter à cet enthousiasme, parce que ces trois jours sont très critiques.

« Les essais ne sont pas un Grand Prix mais cela ressemble à un Grand Prix en termes d’intensité maintenant parce que vous savez que dans quelques jours vous courrez. Il n’y a pas beaucoup de temps pour développer, changer, analyser les données. C’est une période intense mais un très excitant. »

1m31.447s. Vous détenez toujours le record du tour du Grand Prix de Bahreïn, établi en 2005. Qu’est-ce que cela vous fait et voyez-vous ce record être battu ce week-end ?

« Les records sont là pour être battus. J’ai eu beaucoup de chance de détenir encore le record du tour, mais je sais qu’il finira par être battu et ce sera peut-être cette année. Je suis juste surpris qu’il ait réussi à durer aussi longtemps, mais il finira par être battu et, espérons-le, par l’une de nos voitures. »

Quelle est la clé d’un tour rapide sur le circuit international de Bahreïn ?

« Ce dont vous avez besoin à Bahreïn c’est d’une grande stabilité de freinage, car il existe de nombreuses zones de freinage où vous êtes sur le point d’atteindre 5G.

« Vous avez également besoin d’une bonne traction. Le premier secteur est entièrement axé sur la traction, tout comme le virage 10. L’arrière est la clé à Bahreïn, et vous devez donc garder les pneus arrière en vie. Les pneus avant ne souffrent pas, car ils sont principalement un freinage et une accélération longitudinaux, vous avez donc besoin de beaucoup de stabilité arrière et de traction arrière.

« Pour protéger les pneus arrière en course, vous devez être très prudent lorsque vous appuyez sur l’accélérateur en sortant des virages à vitesse lente. Tout patinage indésirable des roues ne fait qu’ajouter du stress et de la température aux pneus arrière et vous en subirez les conséquences, il est très important d’être très prudent lors de l’accélération en sortie de virage et vous devez vous assurer que vous conduisez toujours un peu en dessous de la limite de glissement des pneus arrière.

« Les virages à grande vitesse de Bahreïn ajoutent également du stress aux pneus en raison de la surface abrasive. Il faut faire attention à la dégradation thermique et à la surchauffe – les pilotes peuvent vraiment faire la différence en gérant efficacement les pneus arrière.

« Le vent est également un facteur. Je n’ai jamais roulé à Bahreïn dans des conditions parfaites car il y a toujours du vent. Vous devez connaître l’intensité du vent et sa direction car cela peut affecter des choses comme les points de freinage. Cela en ajoute un autre à C’est un défi de piloter un tour de circuit, mais Lance et Fernando sont tous deux des pilotes expérimentés et seront bien préparés pour ce qui les attend ce week-end.

Alpine

La saison 2024 du Championnat du Monde de Formule 1 de la FIA débute ce week-end à Bahreïn sur le circuit international de Bahreïn.

La semaine dernière, l’équipe a parcouru 334 tours / 1 807 km au cours des trois jours d’essais de pré-saison à Bahreïn, tout en continuant à se familiariser avec sa toute nouvelle A524.

– Bruno Famin gère les attentes et présente les principaux enseignements de l’essai.

– Esteban Ocon et Pierre Gasly se préparent pour le calendrier record de 24 courses de la Formule 1.

Bruno Famin, Directeur de l’équipe :

Nous attendons avec impatience le début de la saison de Formule 1 à Bahreïn ce weekend. Nous avons eu un test productif de trois jours ici la semaine dernière où nous continuons à apprendre et progresser sur l’A524. Nous savions que le début de la saison n’allait pas être facile. Accepter ces défis fait partie de la course en Formule 1 et c’est le cas important que nous mettions tous les efforts pour développer l’A524 dans les semaines à venir.

La voiture a une bonne base, que nous pouvons développer et que nous allons développer tout au long de la saison. J’étais très heureux de voir l’unité au sein de l’équipe au cours des dernières semaines et des derniers mois. Diverses étapes importantes, qui ont culminé avec la mise en piste de la voiture la semaine dernière. Et c’est ce travail acharné qui se poursuivra pour que nous puissions continuer à progresser.

Je sais qu’Esteban et Pierre ont faim et sont motivés pour jouer leur rôle sur la piste. Et nous nous réjouissons de pouvoir compter sur leur professionnalisme et leur expérience.

Esteban Ocon, #31 :

Après trois jours d’essais intensifs de pré-saison et un long hiver d’entraînement Je suis prêt pour la nouvelle saison, j’ai hâte de reprendre le volant et de courir sérieux lors d’un week-end de Grand Prix. Même s’il ne s’agissait que de tests, j’ai participé à roue contre roue à la fin de l’une des séances d’essais, qui a vu plusieurs voitures dans une course de dragsters jusqu’au virage 1. C’était amusant et m’a ouvert l’appétit pour plus de chose ce week-end à Bahreïn.

La séance d’essais à Bahreïn a été extrêmement précieuse et nous avons beaucoup appris sur la nouvelle voiture et ses caractéristiques. La voiture s’est améliorée du premier au dernier jour, nous espérons donc voir des améliorations similaires au cours de la course ce week-end. Nous savons sur quoi nous travaillons à l’approche de la course d’ouverture de la saison, et nous devons extraire le maximum de notre forfait pour nous donner la meilleure chance possible de repartir avec quelque chose du week-end.

Il est difficile d’évaluer l’ordre hiérarchique après un calendrier de tests aussi court, avec des équipes exécutant différents programmes et charges de carburant. Nous nous sommes concentrés sur nous-mêmes et recueilli autant de données que possible. Il en va de même pour ce week-end à Bahreïn. Nous savons que nous entamons cette saison un peu en retard avec le nouveau concept de voiture et l’équipe travaille d’arrache-pied pour apporter plus de performance à la voiture dans les courses à venir.

Esteban Stats – Grand Prix de Bahreïn

Départs à Bahreïn : 6

Points à Bahreïn : 10

Points moyens : 1.6

Meilleure position sur la grille : 7 ème (2020)

Meilleur résultat* : 7 e (2022)

Meilleur temps au tour en qualification : 1min 28.419secs (2020)

Tour le plus rapide : 1min 34.354s (2020)

*Esteban a terminé en 2 e place au Grand Prix de Sakhir 2020 sur le Bahreïn extérieur

Tracé du circuit international après départ de 11 e sur la grille.

Le saviez-vous ?

Ce week-end devrait voir Esteban Ocon prendre le départ de son 134e Grand Prix en carrière, le retrouvera à égalité avec son compatriote Jean-Pierre Jarier (1971-83). En supposant qu’il démarre le deux Grands Prix d’ouverture de la saison, Esteban se hissera dans le top 50 des pilotes expérimentés dans l’histoire de la F1.

Pierre Gasly, #10 :

Nouvelle saison, même excitation C’est toujours un sentiment unique à l’aube d’une saison de Formule 1. Je suis toujours comme ça J’ai hâte d’y être, car c’est à ce moment-là que toutes les discussions et l’anticipation s’arrêtent et que nous nous entendons Piste et course une fois de plus. Je suis en grande forme physique et mentale. J’ai eu une intersaison fantastique et je me sens prêt à relever le défi de la saison de 24 courses lors de ma deuxième saison chez Alpine.

Nous avons eu trois jours d’essais très chargés la semaine dernière. Nous nous sommes concentrés sur nous-mêmes, nous avons fait notre propre programme sans trop de stress et nous avons effectué autant de tests pour apprendre. De plus en plus d’informations sur notre ensemble de voitures. Je m’attends à ce que cela nous prenne un certain temps pour débloquer les performances que nous attendons de la voiture, mais ce n’est pas surprenant étant donné qu’il s’agit d’un nouveau concept. Je reste réaliste. Je sais que ce ne sera pas un début facile pour nous, mais ce qui est le plus important, c’est de continuer à identifier les domaines clés de travail et d’apprendre pour progresser.

Bahreïn est une excellente piste pour la course. Je pense que nous avons même eu un rappel de cela lors du test la semaine dernière ! Il y a plusieurs endroits pour les dépassements, c’est donc généralement un endroit excitant pour les pilotes. L’an dernier, j’avais marqué des points après une très bonne performance dimanche dans ma première course pour Alpine. Évidemment, c’est toujours l’objectif naturel et nous verrons comment le week-end de course se déroule cette fois-ci. Je suis certainement excité à l’idée de m’aligner sur la grille une fois de plus.

Pierre Stats – Grand Prix de Bahreïn

Départs à Bahreïn : 6

Points à Bahreïn : 26

Points moyens : 4.3

Meilleure position sur la grille : 5 e (2018 et 2021)

Meilleur résultat : 4 ème (2018)

Meilleur temps au tour en qualifications : 1min 28.448secs (2020)

Tour le plus rapide : 1min 34.090secs (2021)

Le saviez-vous ?

Pierre Gasly, qui est passé de la dernière à la neuvième place lors du GP de Bahreïn 2023, a notamment le relais de 10 tours le plus rapide de tous les pilotes pendant toute la course, une course qui était en moyenne 0.424s par tour plus rapide que le vainqueur de la course, Max Verstappen.

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Après avoir eu trois jours pour travailler sur la FW46 la semaine dernière, nous retournons maintenant à Bahreïn pour la course d’ouverture de la saison. Nous n’avons pas eu les essais de pré-saison les plus fluides, mais nous avons pu résoudre les problèmes que nous avons découverts et le dernier jour, la voiture fonctionnait bien. Malgré un kilométrage limité le premier jour, nous avons tout de même pu collecter beaucoup de données et nous avons passé les derniers jours à analyser ces données, à comprendre la corrélation avec les simulations et à faire évoluer la construction et les réglages de la voiture pour maximiser ses performances.

Les deux pilotes ont profité d’un bon roulage pendant les essais et ont été en mesure de compléter leurs performances et de courir en course. Tous deux ont considérablement développé leur compréhension de la FW46 et, bien qu’il y ait encore beaucoup à venir, ils sont en bonne position pour affiner leurs réglages et tirer le meilleur parti de la voiture.

Les EL1 seront relativement chauds et peu représentatifs des conditions de qualification et de course. Par conséquent, nous chercherons à effectuer des tests légèrement différents en EL1 et à revenir à la configuration que nous avons utilisée lors du test pour les conditions FP2 plus froides.

Les pneus pour cet événement sont les plus durs que Pirelli propose, et ils seront bien adaptés à la surface abrasive de la piste de Sakhir. Comme toujours, la gestion des pneus sera essentielle en course, et c’est quelque chose que nous allons peaufiner pendant le week-end.

Alex Albon, #23 :

Nous n’avons pas eu le test le plus facile, mais nous avons progressé tout au long du processus. Il y a encore du travail à faire pour maximiser la voiture que nous avons, ces quelques jours entre les essais et la course ont été consacrés à comprendre le package et surtout les domaines sur lesquels nous devons travailler. Nous aborderons les EL1 avec de nouvelles idées et nous essaierons de maximiser le week-end autant que possible.

Logan Sargeant, #2 :

Depuis les essais, j’ai hâte de remonter dans la FW46 et de courir enfin pour la première fois de la saison. Bien sûr, tout le monde aurait aimé plus de jours d’essais, mais en tant qu’équipe, nous avons maximisé les trois jours du mieux que nous pouvions, ce qui nous a permis de progresser dans la bonne direction. Nous chercherons à nous appuyer sur ce que nous avons appris pendant les essais et à placer la voiture dans une bonne fenêtre avant les qualifications. J’espère que nous pourrons commencer la saison avec un week-end positif pour l’équipe.

RB

Daniel Ricciardo, #3 :

« Enfin, il est temps de reprendre la course. J’ai hâte d’être honnête. Contrairement à l’année dernière, cette fois-ci, il a été bon d’avoir une bonne pré-saison. Après 2022, j’avais besoin de ce temps libre, donc c’était génial de sauter à la mi-saison, mais pour ce qui est d’être pleinement préparé, cette année a été une meilleure façon de se préparer.

« J’ai l’impression que c’est comme le début de la deuxième partie de ma carrière. Avoir un peu de temps libre vous donne une nouvelle perspective. Je me concentre beaucoup sur ce qui est une deuxième opportunité pour moi, mais en même temps, je ne me mets pas de pression. J’ai faim et je suis motivée sans aucun poids négatif sur mes épaules ni stress qui y est attaché, pour interférer avec ma vie.

« Comme tout le monde, je n’ai eu que quelques heures d’essais dans la voiture de cette année. Il est naturel qu’une nouvelle voiture soit une amélioration par rapport à la précédente, mais ce qui compte, c’est où nous nous situons par rapport aux autres. Se sommes-nous améliorés plus qu’eux ou se sont-ils améliorés plus que nous ? C’est une sensation de mieux, mais vous n’êtes bon que dans la mesure où vos concurrents vous permettent de l’être. Je suis resté à Bahreïn depuis les essais, et avec les ingénieurs, nous avons passé beaucoup d’heures à étudier toutes les données des trois jours en piste, donc nous savons ce que nous voulons faire dès que nous prenons la piste pour les essais libres.

« J’aime Bahreïn, c’est une belle piste et un bon endroit pour commencer la saison. C’est assez difficile, surtout avec les pneus arrière car la piste est très accidentée. J’ai eu de bons moments là-bas, jamais sur le podium, mais j’ai marqué beaucoup de points. Bien sûr, il y a quelque chose de spécial dans la première course de la saison. Quand on n’a pas couru depuis quelques mois, c’est un peu plus intense. Vous pouvez passer du temps dans le simulateur à piloter la piste, mais vous ne pouvez pas vous entraîner à courir intensément, roue contre roue avec 19 des meilleurs gars du monde, et cela donne un sentiment assez excitant lors de la première course de l’année.

Yuki Tsunoda, #22 :

« Nous sommes sur le point de reprendre la course après trois jours d’essais solides pour nous, même si, avec toutes les équipes qui ont des programmes différents, nous ne pouvons pas dire où nous en sommes en termes de performance. Nous avons passé du temps à nous concentrer sur nous-mêmes, à travailler sur la compréhension de la voiture. Le travail que nous avons fait était de grande qualité, nous avons effectué beaucoup de tours de manière fiable et nous avons atteint nos objectifs sans problème majeur, donc c’est positif. C’était très productif et nous avons obtenu des réponses dans de nombreux domaines où nous avions des points d’interrogation.

« Je pense qu’il est très important de passer du temps avec tous les gars avant le début de la saison, et comme je suis resté à Bahreïn après le test, j’ai organisé un match de football avec l’équipe, ce qui était vraiment amusant. Nous avons joué en fin d’après-midi quand la température a un peu baissé et, en fait, il faisait un peu froid ! Un soir, j’ai dîné avec mes ingénieurs et mon côté du garage, et un autre jour, j’ai joué au golf avec mon entraîneur et l’un des gars du marketing de l’équipe.

« Je ne dirais pas que nous avons fait un grand pas en avant par rapport à la dernière course et au dernier test de 2023 à Abu Dhabi, mais c’est en partie parce que nous y avons apporté des mises à jour qui étaient déjà destinées à 2024. La semaine dernière, nous avons vu une fois de plus qu’ils travaillent bien et que l’équipe a adopté la bonne philosophie avec la voiture, qui semble bien se comporter sans extrêmes de survirage ou de sous-virage. Il a fait un pas en avant sur le plan mécanique, donc je dirais que nous avons un bon point de départ pour cette saison, avec plus de développement à venir à l’avenir.

« Il y a eu beaucoup de nouvelles personnes qui ont rejoint l’équipe au cours de l’hiver et vous avez pu le sentir lors des essais. Il y a un sentiment certain de changement. Laurent est similaire à Franz en ce sens qu’il s’intéresse à chaque membre de l’équipe. Je me sentais dis-le différent, dans le bon sens du terme. Nous avons toujours eu faim, mais cette fois-ci, nous avons l’impression d’avoir faim d’une manière différente.

« Après trois jours d’essais ici, nous avons une bonne base de référence pour le début des essais libres, et je suis satisfait de mes temps au tour. Nous nous sommes beaucoup concentrés sur l’ingénierie pour comprendre comment la voiture réagit et nous avons commencé à affiner les éléments de test que nous devions examiner et les domaines sur lesquels nous concentrer pour la course réelle. Nous avons effectué beaucoup de tests différents, et cette semaine, il est temps de tout mettre en place et de se concentrer davantage sur les qualifications. Il y a beaucoup de domaines que nous pouvons explorer avec cette voiture et notre objectif principal à partir de jeudi sera d’en extraire autant de performance que possible. La première course de la saison est toujours un peu différente car on ne sait pas à quoi s’attendre et quelles équipes seront rapides. Il y a vraiment du mystère et de l’excitation !

Kick Sauber

Stake F1 Team KICK Sauber entame sa campagne 2024 sous les projectors de Sakhir.

Hinwil, le 26 février 2024 – Le moment est venu pour Stake F1 Team KICK Sauber de relever le défi de la saison 2024. Les C44 de l’équipe, Valtteri Bottas et Zhou Guanyu, s’aligneront sur le circuit international de Bahreïn à Sakhir, sous les projecteurs, pour la première des 24 manches intenses du championnat du monde de Formule 1 2024.

  Alessandro Alunni Bravi, Représentant de l’équipe :

« Le début d’une nouvelle saison est toujours un moment important, plein d’attentes : c’est l’aboutissement de mois d’efforts collectifs de la part de tous les membres de l’équipe et la première fois que nous avons une confrontation significative avec nos rivaux. Nous sommes satisfaits du travail que nous avons accompli pendant l’hiver et lors des essais : nous avons atteint tous nos objectifs pendant les trois jours de piste, sans problème majeur, et nous nous sentons prêts pour le premier week-end de course. Je pense que ce que nous avons fait témoigne du travail de tout le monde à Hinwil et avec nos partenaires chez Ferrari, et nous leur sommes reconnaissants pour l’effort incessant depuis la fin de la saison dernière. Nous avons maintenant une base solide, et tout dépendra de ce que nous construirons dessus. Nous devons continuer à progresser, apporter des mises à jour qui nous permettent d’aller de l’avant et de maximiser tout ce que nous pouvons de chaque session. Nous devons également être conscients de la longue saison qui nous attend : nous avons vu l’année dernière que les fortunes peuvent fluctuer, que le développement jouera un grand rôle dans le classement final et que chaque séance, chaque week-end de course peut être celui qui offre la meilleure opportunité de bien marquer.  

Valtteri Bottas, #77 :

« J’ai vraiment hâte de reprendre la course : il n’y a pas de sensation comme ça, et aucune quantité d’essais ne se rapprochera jamais de ce que vous vivez dans les batailles roue contre roue. Je suis vraiment curieux de voir où tout le monde se situe une fois les qualifications arrivées : nous nous attendons à ce que le peloton autour de nous soit, une fois de plus, très serré et nous sommes conscients que nous devrons tirer le meilleur parti de tout – le pilotage, les réglages, les conditions – pour être en tête de notre groupe. Nous sommes confiants d’avoir fait du bon travail lors des essais, maintenant nous devons continuer à nous améliorer pour cette course et toutes celles qui suivront.

Zhou Guanyu, #24 :

« Il est enfin temps de courir à nouveau, et je peux à peine contenir mon excitation. C’est ce qu’est le sport automobile, et il y a quelque chose d’encore plus spécial dans la première course de la saison, sur une superbe piste sous les projecteurs. J’ai de très bons souvenirs de Bahreïn, de ma toute première course en F1, et ça me donne toujours le sourire de revenir sur la grille ici. Nous sommes satisfaits de ce que nous avons accompli lors des essais, même si nous savons que ce n’est que le début d’un long chemin. Nous devons continuer à nous améliorer, pas seulement ici ce week-end, mais dans toutes les courses qui nous attendent : si nous le faisons, nous pouvons prendre beaucoup de plaisir dans la bataille avec nos concurrents. Chaque séance est une opportunité et nous devons en tirer le meilleur parti.

Haas

La campagne 2024 de MoneyGram Haas F1 Team en Championnat du Monde FIA de Formule 1 débutera par la première manche, le Grand Prix de Bahreïn, sur le circuit international de Bahreïn.

L’année à venir sera la neuvième de MoneyGram Haas F1 Team dans le Championnat du Monde de Formule 1 de la FIA, et l’équipe entame la saison 2024 avec une équipe de pilotes inchangée composée des vétérans Nico Hülkenberg (36 ans) et Kevin Magnussen (31 ans).

Hülkenberg a disputé 203 Grands Prix et entame sa deuxième saison avec MoneyGram Haas F1 Team, après avoir marqué 530 points en carrière et obtenu comme meilleur résultat une quatrième place, obtenue à trois reprises. Magnussen a pris le départ de 163 Grands Prix, dont 123 avec MoneyGram Haas F1 Team, marquant 186 points, avec un meilleur résultat en carrière de deuxième place.

Leur expérience a aidé MoneyGram Haas F1 Team lors des essais de pré-saison, car de précieuses informations ont été acquises sur la VF-24. Hülkenberg et Magnussen ont bouclé 441 tours (2 386,70 kilomètres, 1483,03 miles) en trois jours de course à Bahreïn, le plus grand nombre de toutes les équipes.

Bahreïn ouvrira la nouvelle saison de Formule 1 pour la quatrième année consécutive, et la sixième fois dans l’histoire de la Formule 1, et cela marquera le début d’un calendrier record de 24 épreuves. Selon 2023, MoneyGram Haas F1 Team effectuera trois visites aux États-Unis, à Miami (5 mai), Austin (20 octobre) et Las Vegas (23 novembre).

La Formule 1 accueillera à nouveau l’Émilie-Romagne, à Imola, après son absence en 2023 en raison de conditions météorologiques extrêmes, et la Chine, sur le circuit international de Shanghai, qui a figuré pour la dernière fois en 2019. Il y aura six épreuves F1 Sprint, qui débuteront en Chine en avril, Miami et Austin devant également utiliser ce format.

L’événement de ce week-end marque le 20e anniversaire du circuit international de Bahreïn, qui a accueilli la Formule 1 en 2004, devenant ainsi le premier Grand Prix dans la région du Golfe. Le circuit de 5,4 km est un test complet des capacités d’une voiture, caractérisé par de longues lignes droites, des zones de freinage importantes et plusieurs zones de traction qui pénalisent les pneus arrière. Le circuit international de Bahreïn a également donné lieu à des résultats exceptionnels pour MoneyGram Haas F1 Team, Romain Grosjean ayant terminé cinquième en 2016, tandis que Magnussen a réitéré ce résultat en 2022.

Différent du format habituel du week-end de Grand Prix, la course d’ouverture de la saison aura lieu un samedi. Cela signifie que les deux premières séances d’essais seront déplacées au jeudi, la dernière séance d’essais et les qualifications ayant lieu le vendredi.

Ayao Komatsu – Directeur de l’équipe :

« D’abord et avant tout, l’objectif global des essais de pré-saison était d’améliorer nos performances en course et la gestion de la dégradation des pneus de course, ce qui était la principale faiblesse de l’année dernière, donc nous nous sommes totalement concentrés là-dessus. Le premier jour, nous avons réussi à faire de bons progrès, à la fois en termes de réglages de la voiture et de pilotage.

« Le deuxième jour, nous nous sommes toujours concentrés sur la gestion des pneus, mais nous nous sommes également concentrés sur la direction de l’équipe aérodynamique pour le développement futur, ce que nous devons vraiment bien faire cette année. Nous l’avons bien fait, donc à l’approche de la troisième journée – ce n’était pas toujours dans notre plan de faire une simulation de qualification – nous avons fait suffisamment de progrès pour que j’aie la confiance nécessaire pour dire que nous pouvions également examiner nos performances à faible consommation de carburant. En même temps, en termes de fiabilité et de simulation de course, c’est ce sur quoi nous nous sommes concentrés.

« Dans l’ensemble, je pense que nous avons atteint notre objectif initial de comprendre les performances des pneus, de donner une direction à l’équipe aérodynamique pour le futur plan de développement, puis d’approuver les performances et la fiabilité des qualifications. Je pense que la façon dont nous avons travaillé pendant les essais, en nous concentrant d’abord sur la performance en course, puis en travaillant sur les qualifications, c’est comme ça que nous allons continuer.

« Donc, en EL1, EL2 et EL3, nous n’allons pas jeter à la poubelle ce que nous avons appris ici, nous avons les bases fondamentales ici, donc la semaine prochaine sera plus consacrée à la mise au point et peut-être à un meilleur compromis entre les qualifications et la course. L’année dernière, nous pouvions nous qualifier 8e, mais nous savions que nous ne courrions pas là-bas, donc nous pouvons régler cela.

« Pour moi, c’est plutôt bien de faire des essais à Bahreïn car c’est très dur pour les pneus, ce qui signifie que la dégradation est très élevée. Vous passez également par différentes températures parce que vous courez du matin au soir et encore une fois, cela donne de très bonnes données.

« Pour moi, c’est bien sur un circuit aussi accidenté, un circuit limité à l’arrière, parce que si nous regardons l’année dernière, c’était notre faiblesse sur la VF-23, donc je préfère l’exposer ici si nous avons un problème, puis m’ajuster au fur et à mesure que nous allons sur d’autres circuits. »

Kevin Magnussen, #20 :

« Nous pouvons être satisfaits des tests. L’objectif était de travailler sur de longs relais avec des choses liées à la course et à haute consommation de carburant, en abordant notre principal problème de l’année dernière, et je pense que nous avons fait des progrès. Je ne veux pas élever les attentes – je pense que nous avons encore beaucoup de travail à faire – mais nous sommes arrivés quelque part avec le travail que nous avons fait pendant l’hiver et ces jours-ci lors des essais.

« C’est un circuit délicat, surtout pour les pneus arrière et la dégradation des pneus est généralement assez élevée, donc si vous pouvez gérer vos pneus ici, alors c’est bon signe. La gestion des pneus n’est pas facile, c’est donc un bon endroit pour faire des tests compte tenu des problèmes que nous essayons de résoudre. J’ai hâte de voir où nous en serons en course, c’est toujours le test final pour voir si nous avons progressé ou non. Tout le monde est de bonne humeur, il y a une très bonne ambiance dans l’équipe et une ambiance que je n’ai pas ressentie depuis un moment.

Nico Hülkenberg, #27 :

« Dans l’ensemble, c’est bien, et c’est aussi un peu positif. C’est toujours difficile, je ne veux pas être trop excité ou trop enthousiaste, mais nous avons certainement fait une amélioration dans certains domaines où nous avions du mal l’année dernière. C’est bon à voir et à ressentir, mais c’était vraiment nécessaire.

« Il est trop tôt pour dire où nous en sommes sur le terrain, mais ces quelques jours ont été amusants et ont été couronnés de succès du point de vue de l’exécution des tests et de la fiabilité. J’ai hâte de commencer la saison, je suis curieux de voir comment tout cela va se dérouler.

Crédits photos Teams