F1, vue d’ensemble du GP de Hollande (video)

Posted by

Par Pirelli

POURQUOI NOUS AVONS CHOISI CES PNEUS

Les trois composés les plus durs de la gamme P Zero ont été choisis pour la quatrième fois cette saison, alors que Zandvoort et le Grand Prix des Pays-Bas reviennent au calendrier de la Formule 1 après 36 ans. Le C1 est le P Zero White dur, le C2 est le P Zero Yellow medium et le C3 est le P Zero Red soft.

Le retour du Grand Prix des Pays-Bas était initialement prévu pour 2020 mais reporté à cette année en raison de la pandémie de Covid-19 . Avec certains virages à haute énergie et aucune donnée précédente pertinente sur laquelle se reposer, les pneus les plus durs sont le choix le plus approprié.

CARACTÉRISTIQUES DE LA PISTE

Le circuit de Zandvoort est quelque peu différent de la piste qui a accueilli la Formule 1 pour la dernière fois en 1985. En particulier, les virages 3 et 14 (nommés respectivement d’après l’ancien directeur du circuit John Hugenholtz et le pilote néerlandais Arie Luyendyk) sont maintenant inclinés à environ 19 degrés. C’est à peu près le double de l’inclinaison à Indianapolis, qui est d’environ neuf degrés – ce qui signifie que les voitures seront capables de prendre ces virages beaucoup plus rapidement que par le passé, avec plus d’énergie passant par les pneus.

Le virage 14 est pris à fond, générant des forces supérieures à 4 g, tandis qu’il y a deux virages avec un freinage important d’environ 5 g : les entrées dans le virage 1 et le virage 11. Le virage 7 est un autre virage qui génère des forces latérales d’environ 5 g, prises à plus de 260 km/h. Cela mène immédiatement aux virages 8 et 9, complétant une séquence de trois virages consécutifs avec des forces g élevées.

Comme prévu d’un circuit qui a été inauguré à l’origine en 1948, Zandvoort a une sensation nettement old-school, avec des virages rapides et étroits, ainsi qu’un certain nombre de changements d’altitude.

L’un des virages les plus connus est l’épingle de Tarzan : le premier virage du tour, qui est désormais plus proche de la ligne départ-arrivée qu’auparavant. Le virage de Hans Ernst vers la fin du tour a également une sortie plus large qu’auparavant, permettant aux pilotes de prendre de la puissance plus tôt.

Zandvoort est situé dans une zone de dunes de sable près de la plage, le vent soufflant parfois du sable sur la piste et affectant l’adhérence ; un problème normalement associé à des endroits comme Bahreïn.

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE

« Le Grand Prix des Pays-Bas est évidemment un nouveau défi, mais grâce aux données fournies par la Formule 1 et les équipes, nous avons pu proposer une nomination et des prescriptions de pneus qui correspondent étroitement à ce que nous pouvons attendre de ce nouveau site passionnant. S’agissant d’une nouvelle piste, les séances d’essais libres seront également essentielles pour recueillir des données réelles et formuler la stratégie pneumatique pour la course. comme en témoignent les simulations informatiques que nous avons déjà réalisées. Nous avons déjà couru à Zandvoort dans le GT World Challenge cette année, et cela aussi nous a fourni des informations utiles.

AUTRES ACTUALITÉS PIRELLI

Vendredi ne sera pas exactement la première fois que des pneus Pirelli circuleront à Zandvoort à l’ère moderne sur une voiture de Formule 1 : l’année dernière, Max Verstappen a effectué un tour de démonstration dans une Red Bull RB8 aux spécifications 2012.

Par AlphaTauri

Pht. Mark Thompson/Getty Images

Pierre Gasly :

Pierre Gasly. Pht. Lars Baron/Getty Images

« Peu importe que la Formule 1 soit le sport le plus high-tech au monde, personne ne peut contrôler la météo. C’était vraiment dommage que nous n’ayons pas pu courir, surtout pour tous les fans qui ont attendu patiemment. Et pour nous, c’était aussi décevant parce que nous avons eu un week-end solide jusqu’à ce point, avec une autre sixième place sur la grille. J’étais convaincu que j’avais une chance de faire quelque chose de vraiment bien en course.

Au moins, nous n’avons pas longtemps à attendre pour reprendre la course, donc je vais tirer les points positifs de notre performance à Spa et les transférer maintenant à Zandvoort. J’y ai couru en 2012 en Formula Renault 2.0, il y a donc assez longtemps ! Le tracé de la piste a beaucoup changé depuis et je l’ai expérimenté sur le simulateur. Je pense que tout le week-end devrait être une expérience incroyable, étant le premier Grand Prix des Pays-Bas depuis que Max est en Formule 1. Ce sera un week-end intéressant, une rediffusion de Monaco à certains égards, car les lignes droites sont très courtes et la piste lui-même est très étroit, donc les dépassements seront particulièrement compliqués. Cela signifie que les qualifications seront particulièrement importantes et, comme nous semblons très bien performer à cet égard, cela pourrait s’avérer être une bonne chose pour nous. Un autre facteur est qu’étant au bord de la mer, nous pouvons nous attendre à trouver une surface de piste poussiéreuse vendredi, avec du sable soufflé sur l’asphalte, donc les conditions vont évoluer au cours du week-end.

Yuki Tsunoda :

Yuki Tsunoda. Pht. Kenzo Tribouillard – Pool/Getty Images

« En courant au Japon, on s’habitue à conduire sous la pluie, mais la visibilité dimanche à Spa était tout simplement trop mauvaise pour courir. J’attendais avec impatience ma première course en Formule 1 sur ce circuit, dans le cadre de mon expérience d’apprentissage de ma première année, mais en fin de compte, la sécurité est le facteur le plus important. D’après ce que nous avons pu dire lors des essais libres en Belgique, notre équipe a toujours l’air compétitive au milieu de terrain, alors maintenant nous pouvons retourner aux Pays-Bas et voir ce que nous pouvons faire.

Je n’ai jamais roulé à Zandvoort, dans aucune catégorie. Puisqu’ils ont modifié le tracé de la piste, cela devrait être une nouvelle expérience pour tous les pilotes, pas seulement les recrues comme moi. Cela semble inhabituel du simulateur, avec beaucoup d’inclinaison, ce qui est assez raide et qui nécessitera de bonnes compétences pour maximiser en termes de vitesse de transport dans la prochaine partie de la piste. Je pense que je suis assez bon pour m’adapter assez rapidement à une piste que je n’ai jamais vue auparavant. Mais je dois m’assurer de ne pas perdre de temps en piste à cause d’erreurs, car il sera important d’apprendre le plus possible en essais libres. De plus, à Zandvoort, la marche sur piste sera encore plus utile que d’habitude, car le simulateur ne peut pas vous donner une image complète de ce à quoi ressemble un nouveau circuit. Le simulateur aide mais la marche vous donne une image complète.

Par Red Bull

MAX VERSTAPPEN – QUESTIONS/REPONSES

Comment vous sentez-vous après avoir remporté la course la plus courte de l’histoire de la Formule 1 ?

Ce n’est pas comme ça qu’on s’attend à gagner une course ni comme on voulait que le week-end se déroule, mais une victoire est une victoire et les points sont toujours importants pour les deux championnats et nous devons maximiser chaque opportunité. Bien sûr, en tant que pilotes, nous voulions tous courir et offrir un spectacle aux fans, mais ce n’était clairement pas une décision facile et le manque de visibilité signifiait que ce n’était tout simplement pas sûr à la fin, nous devons donc respecter cela.

Le GP des Pays-Bas sera votre deuxième course à domicile consécutive, qu’est-ce que cela vous fait de vous rendre aux Pays-Bas pour courir en Formule 1 pour la première fois de votre carrière en F1 ?

J’attends avec impatience la course à Zandvoort. Ce sera spécial d’avoir une course aux Pays-Bas devant mon public mais aussi en tant que pilote, c’est un bon défi d’aller sur un nouveau circuit et de trouver la limite dans une F1. C’était incroyable de voir autant de fans nous soutenir en Autriche et en Belgique et j’espère que nous pourrons offrir un bon spectacle à tout le monde dans les tribunes ce week-end. En ce qui concerne la piste, il sera peut-être un peu difficile de dépasser, mais pour les performances sur un seul tour, je pense que ce sera gratifiant. Les tours de qualification y seront très rapides donc toute erreur sera très coûteuse. Après l’annulation de la course l’année dernière, cette année sera encore plus spéciale et bien sûr, ce serait incroyable de gagner sur un autre circuit à domicile devant l’Orange Army.

Vous avez remporté la course des Masters de Formule 3 2014 à Zandvoort. Comment la piste a-t-elle changé depuis ?

Je n’ai fait qu’une seule course à Zandvoort et c’était dans une Formule 3. À l’époque, j’étais connu comme « le fils de », mais ce sera l’inverse maintenant [rires]. La piste a bien sûr changé depuis, avec quelques virages ajustés. Déjà dans la F3, les virages étaient vraiment agréables et ils étaient assez rapides, donc je suis ravi de courir à nouveau dans la F1 avec encore plus d’adhérence. J’y suis également allé plusieurs fois avec Red Bull pour des démonstrations dans une vieille voiture de F1, j’ai donc fait quelques tours sur la piste mise à jour dans une voiture de F1, ce qui pourrait être utile lors des premiers tours.

SERGIO PEREZ – QUESTIONS/REPONSES

À quel point le travail de réparation de l’équipe sur votre voiture a-t-il été impressionnant lors du GP de Belgique du week-end dernier ?

Mon équipe a fait un travail de réparation incroyable à Spa alors maintenant je veux juste les récompenser avec un résultat ce week-end. Ce qu’ils ont fait était tellement impressionnant, cela montre à quel point tout le monde a faim chez Red Bull Racing Honda. Le travail d’équipe et la façon dont tout le monde a sauté sur la voiture sans renoncer à une chance de la réparer à temps m’a rendu extrêmement fier et c’était incroyable de le voir dans le garage.

Comment vous préparez-vous mentalement et physiquement à un éventuel redémarrage lorsque la course est signalée par un drapeau rouge et que votre voiture peut ou non être réparée à temps ?

Bien sûr, il est difficile de rester concentré pendant la période du drapeau rouge, surtout lorsque votre voiture est en un million de morceaux. C’est assez difficile, et puis il n’est pas certain que la course se produise donc c’est vraiment important de rester dans la zone. Il faut juste être prêt à tout moment car on ne sait jamais ce qui peut arriver, c’est la clé. Max a fait du très bon travail lors des qualifications le samedi et c’était formidable qu’il ait pu marquer de précieux points et réduire l’écart avec Mercedes.

Cela fait plus d’un mois que vous avez réellement « couru », alors que pensez-vous de Zandvoort ce week-end ?

Ouais ça fait un moment que je n’ai pas participé à une course [rires] donc j’attends avec impatience quand les lumières s’éteindront ce dimanche, c’est sûr. J’espère vraiment que Zandvoort est la course qui nous ramènera sur le podium et nous mettons tout en œuvre en tant qu’équipe pour nous assurer que cela se produise.

Avez-vous déjà roulé sur le circuit en catégorie junior ou sur simulateur et si oui qu’en pensez-vous ?

J’ai seulement conduit la piste sur le simulateur mais mes premières pensées sont positives et j’ai donc vraiment hâte de vivre la vraie chose maintenant. Je pense que ce type de tracé dans une voiture de Formule 1 sera un très bon défi et j’espère juste que nous pourrons tous faire une belle course et offrir un spectacle aux fans.

 

 

  • Red Bull Racing a remporté plus de courses cette saison que les deux dernières années combinées. De plus, il s’agit du plus grand nombre de victoires en une saison pour Honda depuis 1991.
  • Si Checo gagne ce week-end, il deviendra le pilote mexicain le plus titré de l’histoire du championnat du monde, rompant l’égalité avec Pedro Rodriguez.
  • Selon les Nations Unies, les Pays-Bas se classent actuellement au cinquième rang de tous les pays de l’indice mondial du bonheur 2021, et il pourrait aller encore plus haut si Max devenait le premier Néerlandais à remporter son Grand Prix à domicile ce week-end.
  • Après s’être imposé dans son pays de naissance au Grand Prix de Belgique, Max a désormais la chance de réaliser un doublé unique en s’imposant également dans le pays qu’il représente aux Pays-Bas ce week-end.
  • Il s’agit d’un trajet de 302 kilomètres entre le circuit de Spa-Francorchamps et le circuit de Zandvoort, à peu près la même distance par laquelle le Grand Prix de Belgique a été raccourci dimanche. Conduire aux limites de vitesse, cela prendrait environ 3 heures 22 minutes, ce qui était la durée approximative des retards du drapeau rouge.
  • Red Bull a été vendu pour la première fois aux Pays-Bas en 1995, la même année où Red Bull est apparu pour la première fois en Formule 1 en tant que sponsor titre, en partenariat avec l’équipe Sauber.
Pht. Lars Baron/Getty Images

Par Alfa Romeo

Le nouveau classique

L’historique Zandvoort est de retour. Une longue absence, commencée en 1985 et prolongée en 2020, lorsque Covid a vu la course annulée, est enfin terminée avec le retour de la Formule 1 aux Pays-Bas. Alfa Romeo Racing ORLEN aborde la deuxième étape de ce triplé européen prêt à l’action, après la déception du Grand Prix de Belgique délavé.

Pht. Antonin Vincent/DPPI

Zandvoort est un lieu chargé d’histoire : un lieu traditionnel du Tour Européen des courses, un lieu où se sont écrites des pages prestigieuses des livres de notre sport. La piste d’origine a peut-être disparu, mais l’héritage perdure dans le nouveau tracé, qui intègre de nombreux virages d’origine, y compris le fantastiquement nommé Tarzanbocht, un virage incliné qui offre l’un des points de dépassement les plus spectaculaires du tour.

L’équipe espère un meilleur week-end que le précédent : avoir déjà une course serait un pas en avant. Une nouvelle piste offre des opportunités et Alfa Romeo Racing ORLEN devra être prête à en tirer le meilleur parti. Du premier instant en piste, vendredi, au drapeau à damier dimanche, chaque seconde sera cruciale pour la réussite du week-end.

Le Grand Prix des Pays-Bas est de retour : il est maintenant temps pour l’équipe de saisir l’occasion.

Comme ils l’ont dit

Frédéric Vasseur, Team Principal d’Alfa Romeo Racing ORLEN :

VASSEUR Frederic (fra), Team Principal of Alfa Romeo Racing ORLEN. Pht. Antonin Vincent/DPPI

« J’attends avec impatience la prochaine manche du championnat : nous devons tous aux fans d’offrir un grand spectacle et une nouvelle piste, sous la forme de Zandvoort, vient de ce dont nous avons besoin pour une course spectaculaire. Même s’il ne s’agit pas d’un tout nouveau circuit pour la Formule 1, c’est le cas pour les voitures modernes et cela pourrait créer une certaine imprévisibilité. Quoi qu’il arrive ce week-end, nous devons être prêts et tirer le meilleur parti de toute opportunité. »

Kimi Räikkönen (Voiture n°7) :

RAIKKONEN Kimi (fin). Pht. Florent Gooden/DPPI

« C’est toujours intéressant de rouler sur un nouveau circuit, surtout celui qui est basé sur une piste à l’ancienne comme Zandvoort. Il est trop tôt pour dire comment se déroulera la course ou à quoi ressemblera la piste, mais cela signifie que nous devrons tirer le meilleur parti des séances du vendredi pour nous assurer d’arriver aux qualifications dans un état aussi prêt que possible. Hormis l’apprentissage de la piste, le week-end est à peu près comme les autres donc je ne m’attends pas à de grosses surprises.

Antonio Giovinazzi (Car #99) :

GIOVINAZZI Antonio (ita). Pht. Florent Gooden/DPPI

« Zandvoort est un endroit avec de très bons souvenirs de moi : j’y ai passé un très bon week-end en 2015, quand j’étais en F3 – j’ai gagné la première course et terminé deuxième dans les deux autres – et plus tard dans l’année, j’y ai remporté le Masters de F3. C’était la dernière fois que j’ai couru aux Pays-Bas et c’est vraiment un bon résultat à regarder en arrière. Ce week-end sera une tout autre histoire, c’est un week-end normal avec le défi supplémentaire d’avoir à apprendre le circuit dans cette voiture. Nous devons être prêts et optimiser ce que nous avons pour essayer d’obtenir un bon résultat. Ce serait un grand coup de pouce avant Monza.

Par Alpine F1 Team

APERÇU DU GRAND PRIX DE FORMULE 1 HEINEKEN DUTCH 2021

Alpine F1 Team présente en avant-première le treizième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2021, le Grand Prix des Pays-Bas.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur exécutif Marcin Budkowski partagent leurs réflexions sur Zandvoort.

 

Esteban Ocon :

 

« Zandvoort est un circuit vraiment cool et j’ai aimé courir auparavant. J’y ai couru en DTM en 2016 et c’est une super piste avec une très bonne fluidité. Les virages arrivent assez rapidement et c’est un tour chargé au volant. Les deux virages relevés sont très amusants, donc les aborder dans une Formule 1 est quelque chose que j’attends avec impatience. Dépasser peut être difficile, mais qui sait jusqu’à ce que nous ayons essayé. Notre objectif reste le idem. Nous voulons maintenir notre série de points afin de consolider la cinquième place du championnat. »

Fernando Alonso :

 

« Zandvoort sera intéressant pour tout le monde avec très peu d’entre nous ayant déjà couru sur le circuit. Ce sera un défi unique et je suis sûr que l’ambiance sera bonne. Nous ne savons pas comment nous allons nous en sortir. week-end, mais courir sur un nouveau circuit n’est pas quelque chose d’extraordinaire en Formule 1, surtout ces derniers temps. Nous avons examiné beaucoup de données de simulation et j’étais de retour à Enstone cette semaine, donc je me sens aussi préparé que possible . »

Marcin Budkowski :

« C’est agréable de visiter un circuit historique comme Zandvoort, où la Formule 1 n’a pas couru depuis plusieurs années. S’attaquer à un nouveau circuit est toujours un défi, surtout celui qui a des virages relevés avec des trajectoires inhabituelles, et Fernando et Esteban ont effectué une préparation approfondie dans le simulateur avec leurs ingénieurs avant ce week-end. La proximité de la piste avec le bord de mer signifie qu’il y a du vent et des rafales, ce qui sera un défi supplémentaire pour les pilotes. J’espère que ce week-end, nous pourrons offrir un bon spectacle pour les fans ! »

Par Aston Martin

Aperçu de la course du Grand Prix des Pays-Bas 2021

Présenté par Cognizant

Aston Martin AMR21

Lance :

Lance Stroll, Aston Martin

« Je suis ravi de retourner à Zandvoort car c’est un lieu de bons souvenirs de mes jours de Formule 3 européenne. Le circuit a évolué ces dernières années, ce qui ne fait qu’amplifier mon excitation et mon attente de revenir.

Sebastian :

Sebastian Vettel, Aston Martin

« Comme tout le monde, nous nous sommes préparés autant que possible pour le nouveau circuit de Zandvoort grâce à la simulation, nous sommes donc prêts à prendre la piste et à en faire l’expérience. La nouvelle section bancaire au dernier virage devrait être excitante pour les pilotes et, espérons-le, facilitera les dépassements car elle semble très étroite par endroits. Zandvoort a une histoire incroyable en Formule 1 et les fans sont très passionnés, donc je suis heureux de le voir avoir une place dans le calendrier.

Les clés de la course de Cognizant

Le comportement des pneus jouera un rôle clé à la fois dans les dépassements et dans la stratégie globale. Les niveaux d’usure et de dégradation des pneus déterminent l’opportunité qu’il y a d’obtenir un avantage en piquant des pneus plus frais. L’allocation des pneus pour Zandvoort sera la même qu’à Silverstone, Barcelone et Portimão, avec les C1, C2 et C3.

Une voiture de sécurité est apparue dans neuf des 12 dernières courses avec seulement Monaco, la France et la première course autrichienne se déroulant sans interruption. Il y a également eu cinq drapeaux rouges cette année, plus qu’au cours des 20 dernières saisons. Avec une expérience limitée de la piste et sur un circuit étroit jonché de nombreux ruissellements de gravier, les pilotes sont susceptibles de faire des erreurs. Attendez-vous donc à une voiture de sécurité ou à une voiture de sécurité virtuelle pendant la course. Les entraînements sont également susceptibles d’être interrompus lorsque les pilotes entrent dans le rythme sur le nouveau site.

Zandvoort propose deux zones DRS, mais les lignes droites sur ce circuit sont courtes. Les virages plus serrés à la fin des zones DRS (virages un et 11) peuvent offrir certaines des meilleures opportunités de dépassement, tandis que les virages inclinés des virages trois et 14 peuvent donner aux conducteurs la possibilité de prendre différentes lignes pour aider à mettre en place un dépassement.

Par Williams

Le triple header se poursuit ce week-end, l’équipe se rendant au nord des Pays-Bas pour la 13e manche du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2021 : le Grand Prix des Pays-Bas. Le Circuit Zandvoort revient au calendrier de la Formule 1 après une interruption de 36 ans ayant subi un développement spectaculaire, y compris le remodelage des virages 3 et 14, désormais tous deux inclinés à environ 18 degrés. Située sur la côte de la mer du Nord, la piste plonge à travers les dunes de sable, offrant des virages rapides et des épingles à cheveux serrées pour les pilotes.

 

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Dave Robson (GBR) Williams Racing

Le contraste entre Zandvoort et Spa ne pourrait pas être plus grand : après le long tour fluide en Belgique, nous courons maintenant sur une courte piste sinueuse ici aux Pays-Bas. Heureusement, il semble probable que le temps sera également en contraste frappant avec le week-end dernier avec des conditions sèches attendues pour la majeure partie du week-end.

Le carrossage de la piste et la rugosité de l’asphalte dicteront le niveau d’appui et nous pouvons nous attendre à voir des équipes expérimenter vendredi. Plusieurs virages sont très rapides mais à l’exception du T13, ils débouchent immédiatement sur les zones de freinage du virage suivant. Il y a deux zones DRS indépendantes, ce qui devrait aider la course, mais la zone à T10 est courte mais peut aider la voiture suivante à rester dans la plage de déclenchement du DRS à T13, prête pour un dépassement dans la ligne droite de départ/arrivée.

Après avoir connu une journée réussie samedi le week-end dernier, nous sommes impatients de nous tester sur ce nouveau circuit. Le FW43B n’est probablement pas bien adapté aux exigences de Zandvoort, cependant, comme le circuit est nouveau pour tout le monde, nous espérons que cela uniformisera quelque peu les règles du jeu, donnant aux deux pilotes la chance d’utiliser leurs compétences de conduite pour faire la différence.

Pirelli propose sa gamme de composés de pneus la plus dure, une combinaison que nous avons vue pour la dernière fois à Silverstone et à Barcelone. Si la piste reste froide, il peut être difficile de faire fonctionner correctement ces composés, mais cela ne peut que servir à égaliser davantage les règles du jeu.

George Russell :

George Russell (GBR) Williams Racing

Je suis vraiment excité pour Zandvoort. J’y ai déjà couru plusieurs fois et c’est un circuit fantastique. C’est vraiment vallonné, rapide et fluide et nécessite un engagement énorme. Vivre cela dans une voiture de Formule 1 sera très spécial. De toute évidence, après le week-end dernier à Spa, tout le monde veut juste reprendre la course et faire un spectacle pour tous les supporters du circuit et pour ceux qui regardent le monde entier à la télévision.

Nicolas Latifi :

Nicholas Latifi (CDN) Williams Racing

J’ai hâte de poursuivre sur cette lancée de Spa à Zandvoort. Même si je n’y suis pas allé depuis 2013, je pense que la piste sera une course assez intense dans une voiture de Formule 1. C’est très rapide et très étroit, donc un super circuit à l’ancienne qui devrait faire une séance de qualification particulièrement excitante. Ce sera intéressant de découvrir les changements qu’ils ont apportés à la piste, et en particulier comment se sent le virage dans la voiture. J’espère que nous pourrons avoir un autre week-end fort en équipe.

Par Mercedes

La 13e manche de la saison 2021 de Formule 1 se déroule à Zandvoort pour le Grand Prix des Pays-Bas.

 

Toto parle de Zandvoort :

Il y a toujours un sentiment de frustration de ne pas avoir pu courir en Belgique le week-end dernier. Nous n’avons jamais vu une telle situation, et les conditions étaient incroyablement difficiles là-bas, donc ce n’était tout simplement pas sûr de courir.

Si le temps s’était calmé, je pense que nous aurions eu une course incroyable pour tous les fans passionnés et dévoués qui attendaient sous la pluie. Ce n’est donc pas une sensation satisfaisante de quitter la Belgique avec seulement une poignée de tours derrière la Safety Car, mais c’est ce que c’est. Nous devons clore ce chapitre et nous concentrer rapidement sur le suivant.

Nous avons perdu des points dans les deux championnats le week-end dernier, mais heureusement, nous n’avons pas longtemps à attendre une opportunité de creuser ces écarts, et c’est une perspective passionnante.

La F1 revient à Zandvoort ce week-end pour la première fois depuis plusieurs décennies. C’est une piste excitante pour les pilotes car elle est rapide et fluide. Cela ressemble à une piste à l’ancienne, alors je suis sûr qu’ils ont hâte de relever ce défi.

En tant qu’équipe, nous savourons le défi de nous attaquer à une nouvelle piste, car elle est nouvelle pour tout le monde et cela signifie de nouvelles opportunités de trouver un avantage. Nous chercherons donc à démarrer dès vendredi et à nous battre contre nos concurrents. Ce sera excitant de voir qui sortira vainqueur.

Données analytiques de la piste par Mercedes

Comment se prépare-t-on pour une course ?

Avant même que les voitures ne sortent du garage vendredi pour les essais, une énorme quantité de travail a déjà été accomplie dans le monde virtuel, pour s’assurer que nous sommes bien placés au moment où les voitures entrent en piste. Cela est vrai pour les pistes familières et inconnues.

L’un des domaines les plus importants du processus de préparation implique des simulations informatiques, où le modèle de la voiture est couplé à un « pilote virtuel » pour effectuer des milliers de tours informatiques du fichier de ligne de course d’un circuit (qui est généré dans l’état de la -installations de simulateur d’art).

Cette forme de préparation produit quelques téraoctets de données, car les tours peuvent être accélérés et exécutés en parallèle avec d’autres simulations, en échantillonnant une vaste gamme d’options de configuration, pour trouver la direction optimale pour la voiture.

Le département stratégie utilise également des simulations informatiques pour déterminer les options stratégiques pour les qualifications et la course. Les modèles présentent tous les pilotes et équipes, des hypothèses pour les scénarios d’arrêt au stand, les pertes d’arrêt au stand, la dégradation des pneus et la compétitivité de la voiture. Ceux-ci sont ajoutés aux simulations informatiques pour exécuter une grande variété de scénarios, déterminant quels pneus utiliser, quel tour au stand et bien plus encore.

Les données de sortie de toutes ces différentes simulations sont comparées et superposées avec d’autres données de simulation, pour décider des options les plus rapides. Nos partenaires techniques jouent un rôle important dans cette étape du processus, de HPE fournissant l’infrastructure et le matériel du centre de données, aux solutions de stockage de Pure Storage et aux outils de visualisation et de reporting de TIBCO.

Pendant que les outils de simulation fonctionnent sur l’ordinateur, le simulateur Driver-in-Loop (DiL) est également en action, utilisant un environnement virtuel, des modèles sophistiqués de la voiture et de la piste, mais avec une différence importante : le conducteur virtuel est remplacé pour sont seules. Ils effectueront des centaines de tours dans le simulateur, testant différentes configurations pour essayer d’avoir une meilleure idée de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas autour de cette piste.

Tout ce travail est conçu pour nous préparer au mieux pour prendre la piste vendredi. L’objectif est toujours d’arriver avec une direction de réglage dans laquelle nous sommes confiants et sur laquelle nous pouvons nous appuyer, au fur et à mesure que nous travaillons sur nos plans de course, plutôt que d’avoir à faire des changements importants pendant les entraînements.

Et en quoi cette préparation diffère-t-elle pour une piste nouvelle ou inconnue ?

Pour la plupart, les étapes de préparation se déroulent comme d’habitude, se déroulant au rythme et au rythme habituels du travail avant un week-end de course. Mais certaines différences doivent être prises en compte, ce qui signifie que les délais de préparation sont plus longs.

Les outils DiL et de simulation utilisés en F1 nécessitent un modèle extrêmement complexe et impressionnant du circuit, comprenant des bosses, des formes de bordure et des gradients de coin. Plus il y a de détails, mieux c’est ! Comme nous pouvons en tirer des informations plus précises.

Pour les nouvelles pistes, nous n’avons naturellement pas ces environnements de piste détaillés à utiliser dans nos simulations, nous devons donc les commencer à partir de zéro. La FIA fournit des dessins CAO et couplés à des données lidar de haute technologie (issues du balayage laser de la piste), ceux-ci conduisent à la création de la carte 3D du circuit en cours de création.

Évidemment, pour les pistes sur lesquelles nous avons couru auparavant, nous avons déjà ces environnements de circuit 3D, et ceux-ci continueront à être peaufinés et modifiés chaque année. Mais devoir créer une nouvelle carte est un travail beaucoup plus important, qui doit être complété avec des détails incroyables.

Pour un nouveau circuit, les informations et les données que nous pouvons obtenir dans le monde virtuel sont extrêmement importantes, car nous avons très peu de données historiques. Les équipes sont donc beaucoup plus dépendantes de ces outils de simulation, ce qui conduit à un programme plus étendu.

Pour une course à laquelle nous avons participé auparavant, nous effectuons généralement un programme de deux jours avant un événement, en parcourant environ huit distances de course dans le processus. Mais lorsqu’il s’agit d’une nouvelle course ou d’un nouveau site, deux jours supplémentaires sont ajoutés au programme, plus un jour supplémentaire pour que les pilotes de course se familiarisent avec le tracé.

Quelles sont les principales caractéristiques de Zandvoort ?

Le tracé de la piste de Zandvoort se distingue comme l’un des circuits les plus inhabituels du calendrier F1 2021, avec une sensation rapide, fluide et old-school.

Il existe un véritable mélange de vitesses dans les virages, ce qui mettra de nombreux aspects des performances de la voiture à l’épreuve et offrira aux pilotes un circuit difficile à maîtriser ! C’est aussi une piste ondulante, montant et descendant entre les dunes de sable, avec une ambiance semblable à celle de Portimão.

L’un des éléments les plus frappants de Zandvoort est les virages 13 et 14 très rapides et fortement inclinés. L’inclinaison à 18 degrés ajoutera une charge importante aux pneus dans cette section, ce qui aura un impact sur la durabilité et la durée de vie des composés du pneu.

En ce qui concerne le climat, la météo à Zandvoort peut être assez difficile et changeante, ce qui pourrait déclencher des problèmes de pneus potentiels, tels que le grainage ou la formation de cloques. Mais étant donné le virage final relevé, les virages à grande vitesse et les ondulations, il n’est pas surprenant que Pirelli ait choisi les pneus les plus durs de sa gamme.

Selon nous, quelles sections de piste seront les plus difficiles ?

Les deux derniers virages inclinés, qui présentent un angle d’inclinaison deux fois plus raide que l’Indianapolis Motor Speedway, seront certainement difficiles pour les voitures et les pneus, en mettant beaucoup de force à travers eux. Mais ils devraient être assez simples à aborder pour les conducteurs.

Obtenir cette section de piste est crucial pour la course sur la ligne droite principale, ce qui conduit à l’une des rares opportunités de dépassement : le virage 1. Le virage à 180 degrés a un profil similaire au premier virage du Hungaroring, il devrait donc fournir une bonne occasion de faire un pas et d’essayer des lignes alternatives.

Le virage 3 incliné sera également un défi et vous préparera pour le balayage long et rapide dans les prochains virages. La traction ici sera un domaine particulièrement crucial pour trouver le temps dans ces virages à fond.

Ailleurs, les virages serrés et sinueux 11 et 12 seront un autre point de dépassement potentiel et une bonne sortie ici permettra soit de mettre en place une solide course dans les derniers virages relevés, soit de vous rapprocher suffisamment pour suivre la voiture devant dans ces deux derniers virages. et essayez un mouvement dans la ligne droite principale.

Indépendamment des virages spécifiques, Zandvoort est une piste rapide et offrira aux pilotes un défi amusant, en particulier lors des qualifications lorsqu’ils poussent pour trouver la limite.

LAT Images

Par Ferrari

GRAND PRIX DES PAYS-BAS – DE RETOUR À ZANDVOORT, 36 ANS PLUS TARD

Pht. Scuderia Ferrari

Le championnat du monde de Formule 1 se poursuit avec le deuxième triplé de la saison en se déplaçant vers le nord à environ 300 km des pluies de Spa-Francorchamps jusqu’à Zandvoort, la piste surplombant la mer du Nord, aux Pays-Bas, ce qui amène le Grand Prix des Pays-Bas revient au calendrier 36 ans après la dernière édition (1985). Malgré ce long passage en Formule 1, la plupart des pilotes de la grille 2021 ont déjà couru sur le circuit (l’un des plus traditionnels du monde du sport automobile) lorsqu’ils étaient engagés dans les catégories mineures.

Courbes célèbres. Construit pratiquement sur la plage, Zandvoort mesure 4 259 mètres de long et a en plus l’écueil du vent, qui soulève souvent beaucoup de sable. La piste se caractérise par des dénivelés marqués et comporte plusieurs tronçons bien connus des passionnés. La courbe de Tarzan (Tarzanbocht dans la langue locale) est certainement à retenir, un virage serré à droite au bout de la ligne droite de départ caractérisé par un léger dénivelé et rendu célèbre par un extraordinaire dépassement à l’extérieur inscrit par Gilles Villeneuve contre Alan Jones dans la course de 1979. Les autres virages classiques sont le Rob Slotemakerbocht et le droitier rapide et aveugle appelé Scheivlak.

Pour le retour au calendrier, le circuit a été modifié et rendu plus spectaculaire en deux points : les virages 3 et 14, le dernier, désormais tous deux surélevés jusqu’à 19 degrés d’inclinaison, une caractéristique qui devrait permettre aux coureurs de les aborder à un vitesse beaucoup plus élevée. Néanmoins, la voie étroite et la conception sinueuse ne facilitent pas les dépassements et nécessitent un appui moyen. La qualification sera donc fondamentale. Pour le retour de Zandvoort au calendrier, un asphalte à haute adhérence a également été développé par Shell – Innovation Partner de la Scuderia Ferrari – qui pour ses excellentes performances a été immédiatement surnommé « Flying Dutchman », comme il est utilisé dans ces pièces pour appeler chaque pilote particulièrement brillant . Il y a deux zones DRS, entre les virages 10 et 11 et sur la ligne droite principale.

Programme . Les voitures prendront la piste vendredi à 11h30 heure locale pour la première heure d’essais libres, et à 15h pour la seconde. La dernière séance d’essais libres est prévue samedi à 12h00 en vue des qualifications à 15h00.Le 31e Grand Prix des Pays-Bas valable pour le championnat du monde de Formule 1 débutera dimanche à la même heure.

Analyse de la piste par Ferrari (crédit vidéo – Ferrari)

Statistiques Ferrari :

GPs disputés 1020

saisons en F1 72

Monaco 1950 débuts (A. Ascari 2e ; R. Sommer 4e ; L. Villoresi ret.)

Victoires 238 (23,33 %)

Pole position 230 (22,55%)

Meilleurs tours 254 (24,90 %)

Podiums totaux 776 (25,36 %)

Stats Ferrari GP des Pays-Bas :

GPs disputés 29

Début 1952 (A. Ascari 1er ; G. Farina 2ème ; L. Villoresi 3ème ; C. De Tornaco rit.)

Victoires 8 (27,59 %)

Pole position 7 (24,14 %) Plus de

tours rapides 10 (34,48 %)

Total podiums 24 (27,59%)

Pht. Scuderia Ferrari

Grand Prix des Pays-Bas : chiffres et curiosités

2 . Circuits aux Pays-Bas : Zandvoort et Assen. Zandvoort a une vocation principalement automobile, elle a été pendant des années le théâtre du Master F3, l’une des courses les plus importantes de la catégorie, à égalité avec le Grand Prix de Monaco et deuxième en prestige seulement au Grand Prix de Macao. Assen, en revanche, est un temple de la moto, qui accueille depuis 1949 le Dutch TT, l’étape néerlandaise du Championnat du Monde.

10 . La position la plus en arrière sur la grille de départ à partir de laquelle il a remporté le GP des Pays-Bas. L’exploit a réussi deux pilotes. Le premier fut René Arnoux, vainqueur en 1983 avec la Ferrari 126 C3 numéro 28. Pour le Français, c’était la septième et dernière victoire en Formule 1, la troisième avec la Scuderia. Deux ans plus tard, Niki Lauda avec McLaren est passé de la dixième à la première place. Dans le cas de l’Autrichien également, ce fut le succès final de son extraordinaire carrière, le vingt-cinquième. Quant à la meilleure remontée sur le podium, la primauté revient à Jean-Pierre Beltoise, qui en 1968 termine deuxième avec Matra, derrière son coéquipier Jackie Stewart, après être parti seizième.

18 et 19. L’angle d’inclinaison des courbes 3 et 14 du circuit de Zandvoort. Ce sont de loin les deux paraboles les plus prononcées du Championnat du Monde. Qu’il suffise de dire que la célèbre Parabolique de Monza, qui le week-end du Grand Prix d’Italie sera dédiée à Michele Alboreto, a une inclinaison de seulement quatre degrés.

26 . Le pourcentage du territoire des Pays-Bas qui est en dessous du niveau de la mer. Une chaîne de dunes et de barrages le long des côtes et des rives des grands fleuves empêche l’inondation de ces zones, tandis que de nombreuses stations de pompage éliminent l’excès d’eau de pluie.

  1. Les ponts d’Amsterdam, la capitale des Pays-Bas. La ville est organisée sur un réseau de plus de quatre-vingt-dix petites îles reliées les unes aux autres par un système de canaux de plus de cent kilomètres de long.

Cette semaine dans notre histoire

1/9 . En 1994, Carlos Sainz est né à Madrid, l’un des deux propriétaires de la Scuderia Ferrari. L’Espagnol a rejoint l’équipe après avoir couru 118 Grands Prix pour trois autres équipes : Scuderia Toro Rosso, Renault et McLaren. En Formule 1, il compte quatre podiums, deux avec McLaren et deux avec Ferrari, la deuxième place à Monaco et la troisième en Hongrie cette saison avec la SF21. Félicitations Carlos !

2/9 . En 2001, la Scuderia Ferrari a dominé le Grand Prix de Belgique avec Michael Schumacher et la F2001. Derrière l’Allemand, la course est pleine de bagarres et suite à un contact dans le duel avec Eddie Irvine, l’ancien pilote d’essai de la Scuderia, Luciano Burti, est victime d’un terrible accident au volant de la Prost. Pour le Brésilien, qui a ensuite eu une longue carrière avec des roues couvertes à domicile, il s’agit de la dernière apparition en Formule 1. Schumacher remporte la 52e victoire qui lui permet de battre le record établi par Alain Prost en 1993 et ​​de devenir le pilote le plus titré. dans l’histoire. C’est la victoire numéro 143 de la Scuderia.

3/9 . En 1960, la Scuderia Ferrari obtient un triplé sur la piste de Monza au Grand Prix d’Italie. Les matchs du championnat du monde étant désormais décidés, et soucieux de la fiabilité de leurs voitures très légères sur l’anneau à grande vitesse de l’Autodromo Nazionale, les équipes britanniques ont décidé de ne pas se présenter à l’événement. Cela créa une situation qui n’avait été vue qu’à l’occasion du premier Grand Prix de l’histoire, en 1950 : aucun des pilotes au départ n’avait jamais gagné de course. L’Américain Phil Hill a triomphé devant son compatriote Dan Gurney et le Belge Willy Mairesse. Les trois pilotes étaient au volant de la 246 F1, la dernière Ferrari de Formule 1 à moteur avant.

4/9. En 2019, Ferrari célèbre le 90e anniversaire de la fondation de la Scuderia avec les fans à Milan, sur une Piazza Duomo bondée, ainsi que la 90e édition du Grand Prix d’Italie. Des pilotes de toutes époques alternent sur scène, des vétérans aux jeunes de la Ferrari Driver Academy. L’arrivée des propriétaires Charles Leclerc et Sebastian Vettel accompagnés du Team Principal, Mattia Binotto, a ravi le public. Charles rendrait ensuite cette semaine parfaite dimanche, menant la course du premier au dernier tour et remportant sa deuxième victoire en Formule 1 avec la SF90.

5/9. Gian-Claudio Giuseppe, plus simplement connu sous le nom de « Clay », Regazzoni, est né à Lugano en 1939, le pilote suisse le plus fort de l’histoire de la Formule 1. Pour lui 132 courses, dont 73 avec la Scuderia Ferrari. Regazzoni avec Ferrari remporte quatre Grands Prix : Italie 1970, Allemagne 1974, Italie 1975 et USA Est 1976. Sa meilleure saison est celle de 1974 où il termine deuxième du Championnat du Monde derrière le Brésilien Emerson Fittipaldi. Clay a perdu la vie dans un accident de voiture le 15 décembre 2006 sur l’autoroute A1, près de Parme.

Par Haas

Uralkali Haas F1 Team se dirige vers le bord de mer.

Pht. Steven Tee/LAT Images

Le Circuit Zandvoort est prêt à mettre fin à 36 ans d’absence pour le Grand Prix de Formule 1 des Pays-Bas.

L’histoire du circuit de Zandvoort remonte à la fin des années 1930, lorsque les dunes de sable côtières au nord de la municipalité ont été choisies comme piste de course, bien que sa construction ait été retardée jusqu’au milieu des années 1940 en raison de la Deuxième Guerre mondiale. Le circuit fluide et vallonné est devenu un pilier du calendrier de la Formule 1, mais il a été abandonné après 1985 et a été raccourci pour permettre la construction de logements à proximité. L’activité du circuit a été considérablement réduite.

Mais ces dernières années, la popularité du circuit est remontée et, avec l’émergence de Max Verstappen, il a retrouvé sa place. En 2019, il a été confirmé que le Grand Prix des Pays-Bas serait de retour dans le championnat en mai 2020. Le circuit de 4,259 km de la vieille école de Zandvoort a fait l’objet d’un reprofilage complet, y compris une révision de ses installations, avec un important dévers de 18 degrés ajouté à l’Arie Luyendijk élargi Bocht qui mène les pilotes sur la ligne droite des stands.

La pandémie a reporté le retour de l’événement de 16 mois, mais après la plus longue période entre deux grands prix nationaux successifs de l’histoire, 36 ans se sont écoulés.

La Formule 1 est prête à revenir au Circuit Zandvoort.

Haas F1 Team est impatient de mettre la VF-21 à l’épreuve.

Nikita Mazepin et Mick Schumacher ont tous deux testé le circuit, avant qu’il ne soit modifié, en Formule 3.

Mazepin a terminé dans le top 10 tandis que Schumacher a remporté un trophée en route vers la couronne 2018.

Questions à Guenther Steiner :

Guenther Steiner, Team Principal, Haas F1. Pht. Andy Hone/LAT Images

Que pensez-vous de la trajectoire prévue jusqu’à la fin de la saison à Abu Dhabi le 12 décembre et de la contribution des équipes pour assurer un bon déroulement de la saison ?

« Je pense que passer de 23 à 22 événements reste une grande réussite dans les conditions de cette pandémie. Personne ne s’attendait à ce que cela dure aussi longtemps. Je pense qu’il y a un bon plan en place pour la saison avec les événements en place.

Si l’on modifie un peu le calendrier, pour nous, il y a encore du temps à faire. Évidemment,

c’est plus de travail à court terme mais on s’y est habitué l’année dernière, donc pas de problème pour l’équipe, avoir un événement en moins, ils ne se plaindront pas. »

Le Grand Prix des Pays-Bas est une addition bienvenue au calendrier de la Formule 1. Êtes-vous heureux de voir un retour à des circuits plus historiques, avec un héritage de la F1, parallèlement à la poussée de la Formule 1 vers de nouveaux sites tels que Jeddah et Miami, etc.

« Je pense qu’aller à Zandvoort est un endroit cool. Je dis toujours que le fait d’échanger les événements un peu partout rend les choses intéressantes. Maintenant, pendant quelques années, nous retournons à Zandvoort et peut-être que l’un des autres événements historiques revient parce qu’ils ont fait des mises à jour sur la piste. Apporter de nouveaux événements comme Jeddah est également fantastique parce que vous voyez quelque chose de nouveau – vous pouvez découvrir de nouveaux pays et de nouveaux circuits. »

Nous avons assisté à une mer d’orange sur des circuits tels que le Red Bull Ring et Spa-Francorchamps à partir des fans de Max Verstappen. Maintenant, il y a un Grand Prix des Pays-Bas. À quel genre d’atmosphère peut-on s’attendre à Zandvoort grâce au « facteur Max », et quel plaisir de voir une telle passion pour les pilotes dans ce sport ?

« Je pense que c’est tout ce qu’un pilote de course peut souhaiter – avoir une base de fans comme celle de Max, c’est fantastique. Maintenant qu’une course est organisée dans son pays, c’est très agréable, même si les fans se rendent en masse en Autriche et à Spa ! I

Je pense que même sans le Grand Prix des Pays-Bas, il a beaucoup de fans, mais il y aura une mer d’orange à Zandvoort.

D’après ce que vous savez du circuit de Zandvoort et de la génération actuelle de voitures de Formule 1 que nous pouvons nous attendre à voir en termes d’action sur la piste lorsque le Grand Prix des Pays-Bas débutera ?

« Je ne suis pas allé à Zandvoort depuis un certain temps. Je sais qu’ils ont changé les grands virages et qu’ils ont mis des banques dessus. C’est un circuit assez court. Je n’ai pas d’attentes, mais je suis sûr que tout ira bien. Ils ont fait beaucoup de travail – un an de plus que prévu à cause de la pandémie – donc je suis sûr que ce sera un bon événement. »

Nikita Mazepin :

Nikita Mazepin, Haas F1. Pht. Andy Hone/LAT Images

Il s’agit de la deuxième course du deuxième programme triple de la saison. Pendant une saison avec un nombre record de courses prévues, et dans votre année de débutant, quels sont les avantages d’un programme triple selon vous ?

« Les avantages sont évidemment de conduire et d’acquérir de l’expérience. Cela peut être très répétitif et frustrant parfois. Mais quand vous allez sur des circuits comme Spa, Zandvoort et Monza, qui sont tous différents – certains que je connais très bien et d’autres non, il y a beaucoup d’expérience que vous pouvez acquérir. Je n’ai jamais conduit une voiture de Formule 1 sur ces circuits, donc il y a de grandes opportunités pour s’améliorer en tant que pilote. »

Il s’agira du premier Grand Prix des Pays-Bas depuis 36 ans, mais vous avez déjà couru à Zandvoort lors du Championnat d’Europe de Formule 3 de la FIA en 2016 et 2017.

Comment les spécifications actuelles des voitures de Formule 1 aborderont-elles les virages inclinés emblématiques de Zandvoort ?

« J’aime piloter ce circuit fou car il ne ressemble à aucun autre du calendrier. C’est très spécial, impossible à doubler – ou presque – et je suis impatient d’y aller parce qu’ils ont modifié le circuit et ajouté beaucoup de cambrure dans certains virages. J’ai hâte de voir comment ça va se passer dans une voiture de Formule 1 très rapide. »

C’est une course avec beaucoup d’anticipation et d’excitation pour le paddock et les fans. Une partie de cette excitation sera sans doute due au fait que Max Verstappen courra devant ses fans, à domicile sur son propre sol, pour la première fois. Votre course à domicile à Sotchi n’est que dans quelques semaines. Quelle attente ou motivation supplémentaire cela donne-t-il à un pilote ?

« Une course à domicile est très spéciale. Tous les pilotes de Formule 1 n’ont pas une course à domicile. Lorsque vous courez devant les gens qui vous soutiennent, cela vous donne beaucoup plus de motivation pour surmonter les séances difficiles, mais en même temps, cela ajoute de la pression pour que vous fassiez le meilleur travail possible, et parfois, les choses ne se passent pas comme vous le voulez pendant un week-end de course ».

Mick Schumacher :

Mick Schumacher, Haas F1. Pht. Andy Hone/LAT Images

C’est la deuxième course de la deuxième série de trois courses de la saison. Vous avez dit lors du premier triplet qu’il était bénéfique de passer autant de temps avec l’équipe, non seulement pour travailler ensemble sur la piste mais aussi de passer du temps ensemble en dehors de la piste. Quels sont, à votre avis, les avantages d’une triple confrontation ?

« Je pense que les avantages d’une triple confrontation sont, comme je l’ai dit, de pouvoir passer du temps avec l’équipe à la fois sur la piste et en dehors, mais aussi de devoir s’adapter en très peu de temps à des situations différentes. Les choses qui ont pu être difficiles pour nous la semaine dernière ne seront pas nécessairement difficiles pour nous cette semaine. Nous devons en quelque sorte toujours nous réadapter à ce qui est et commencer à partir d’une feuille propre, et cela nous forme pour l’avenir quand nous apprenons à nous adapter aux situations. Par exemple, si nous commençons un week-end avec une voiture difficile, en peu de temps – peut-être à la FP2 ou FP3 – nous aurons une voiture qui sera là où nous voulons qu’elle soit. »

Ce sera le premier Grand Prix des Pays-Bas depuis 36 ans, mais vous avez déjà couru à Zandvoort en catégorie junior, notamment en terminant à la troisième place lors du Championnat d’Europe 2018 de Formule 3 de la FIA. Comment les spécifications actuelles des voitures de Formule 1 aborderont-elles les virages relevés emblématiques de Zandvoort ?

 » Pour être honnête, je n’ai aucune idée de comment ça va se passer ! Vous pouvez conduire sur le simulateur, vous pouvez faire tout un tas de préparatifs, mais la vérité est que rien ne résiste à l’expérience, et que rien ne ressemblera à la vérité de ce qui se passera là-bas dans une vraie voiture. Il va être très important ce week-end d’aborder les choses avec un esprit ouvert pour voir comment la voiture se comportera dans certains endroits. Je connais le circuit grâce à la Formule 3. La piste a changé à différents endroits – plus particulièrement le virage incliné dans la dernière partie de la piste qui devrait nous permettre d’ouvrir le DRS plus tôt et ensuite nous avons le virage 3 qui est aussi très incliné, maintenant. Nous devrons certainement voir et essayer quelques trucs pour être en mesure de régler la voiture comme nous le voulons. »

C’est une course avec beaucoup d’anticipation et d’excitation pour le paddock et les fans. Une partie de cette excitation sera sans doute due au fait que Max Verstappen courra pour la première fois devant ses fans, à domicile. Actuellement, il n’y a pas de course en Allemagne sur le calendrier. Quelle attente ou motivation supplémentaire cela donne-t-il à un pilote et à quel point aimeriez-vous courir sur le sol allemand dans une voiture de Formule 1 pour la première fois ?

« Je sais ce que cela fait de piloter à domicile et personnellement, j’adorerais piloter en Allemagne devant mon public. Je pense que cela vous donne un petit coup de pouce supplémentaire, mais aussi une pression supplémentaire. Ça va être bien pour Max – vous allez voir beaucoup de t-shirts orange. »

English Information

By Pirelli

WHY WE’VE CHOSEN THE TYRES

The three hardest compounds in the P Zero range have been chosen for the fourth time this season, as Zandvoort and the Dutch Grand Prix return to the Formula 1 calendar after 36 years. The C1 is the P Zero White hard, the C2 is the P Zero Yellow medium, and the C3 is the P Zero Red soft.

The return of the Dutch Grand Prix was initially scheduled for 2020 but postponed to this year as a result of the Covid-19 pandemic. With some high-energy corners and no relevant previous data to fall back on, the hardest tyres are the most suitable choice.

TRACK CHARACTERISTICS

The Zandvoort circuit looks somewhat different to the track that last hosted Formula 1 in 1985. In particular, turns 3 and 14 (named after former circuit director John Hugenholtz and Dutch driver Arie Luyendyk respectively) are now banked at around 19 degrees. That’s roughly double the banking at Indianapolis, which is about nine degrees – meaning that the cars will be able to take these corners much faster than they did in the past, with more energy going through the tyres.

Turn 14 is taken flat-out, generating forces in excess of 4g, while there are two corners with heavy braking of around 5g: the entries into Turn 1 and Turn 11. Turn 7 is another corner that generates lateral forces of about 5g, taken at over 260kph. This leads immediately into Turns 8 and 9, completing a sequence of three consecutive corners with high g forces.

As expected from a circuit that was originally inaugurated back in 1948, Zandvoort has a distinctly old-school feel to it, with fast and narrow turns, along with a number of elevation changes.

One of the most famous corners is the Tarzan hairpin: the first corner of the lap, which is now closer to the start-finish line than it was previously. The Hans Ernst bend towards the end of the lap also has a wider exit than it did before, enabling drivers to get on the power sooner.

Zandvoort is located in an area of sand dunes near the beach, with the wind sometimes blowing sand onto the track and affecting grip; an issue normally associated with places like Bahrain.

MARIO ISOLA – HEAD OF F1 AND CAR RACING

« The Dutch Grand Prix is obviously a new challenge but thanks to the data provided by Formula 1 and the teams, we have been able to come up with a tyre nomination and prescriptions that are closely aligned to what we can expect from this exciting new venue. Being a new track, the free practice sessions will also be essential when it comes to gathering real data and formulating the tyre strategy for the race. What’s for sure is that the circuit layout is going to place heavy demands on the tyres, as can be seen from the computer simulations that we have already carried out. We’ve already raced at Zandvoort in the GT World Challenge this year, and this too has provided us with some useful information. »

OTHER PIRELLI NEWS

Friday won’t be exactly the first time that Pirelli tyres have circulated at Zandvoort in the modern era on a Formula 1 car: last year, Max Verstappen completed a demonstration lap in a 2012-specification Red Bull RB8.

The GT World Challenge Sprint Cup resumes during the same weekend as the Dutch Grand Prix, at Brands Hatch – which last hosted the British Grand Prix in 1986.

Pirelli has revealed new bespoke track-only P Zero tyres for the new Dallara Stradale EXP, which recently lapped Mugello in 1m45s, using Formula 1-derived tyre technology.

By AlphaTauri

Pierre Gasly

“It doesn’t matter that Formula 1 is the most high-tech sport in the world, no one can control the weather. It was a real shame that we couldn’t race, especially so for all the fans who turned out and waited patiently. And for us it was also disappointing because we had a strong weekend up to that point, with another sixth place on the grid. I was convinced I had a chance of doing something really good in the race.

At least we don’t have long to wait to race again, so I will take the positives from our Spa performance and transfer them now to Zandvoort. I raced there in 2012 in Formula Renault 2.0, so quite a long time ago! The track layout has changed a lot since then and I’ve experienced it on the simulator. I think the whole weekend should be an amazing experience, being the first Dutch Grand Prix since Max has been in Formula 1. It’s going to be an interesting weekend, a replay of Monaco in some respects, as the straights are very short and the track itself is very narrow, so overtaking will be particularly complicated. That means Qualifying will be especially important and, as we seem to perform quite well in that respect, it could turn out to be a good thing for us. Another factor is that being by the sea, we can expect to find a dusty track surface on Friday, with sand blowing onto the asphalt, so conditions will evolve over the weekend.”

Yuki Tsunoda

“Racing in Japan, you get used to driving in the rain, but the visibility on Sunday in Spa was just too poor to race. I was looking forward so much to my first race in a Formula 1 car on that circuit, as part of my learning experience in my rookie year, but ultimately safety is the most important factor. From what we could tell in free practice in Belgium, our team still looks competitive in the midfield, so now we get to go again in the Netherlands and see what we can do.

I have never driven at Zandvoort, in any category. Since they have modified the track layout, it should be a new experience for all the drivers, not just the rookies like me. It looks unusual from the simulator, with a lot of banking, which is quite steep and that will need good skills to maximise in terms of carrying speed into the next part of the track. I think I am quite good at adapting reasonably quickly to a track I have never seen before. But I must make sure I don’t lose any track time through mistakes, because it will be important to learn as much as possible in free practice. Also, in Zandvoort, the track walk will be even more useful than usual, because the simulator cannot give you a complete picture of what a new circuit is like. The simulator helps but the walk gives you a full picture.”

By Red Bull Racing

MAX VERSTAPPEN Q&A

How are you feeling after winning the shortest race in Formula One history?

It’s not how you expect to win a race and not the way we wanted the weekend to go but a win is a win and the points are still important for both championships and we have to maximise every opportunity. Of course as drivers we all wanted to race and put on a show for the fans but it was clearly not an easy decision and the lack of visibility meant it just wasn’t safe in the end so we have to respect that.

The Dutch GP will be your second home race in a row, how does it feel to be heading to the Netherlands to race in Formula One for the first time in your F1 career?

I’m really looking forward to the race at Zandvoort. It will be special to have a race in the Netherlands in front of my home crowd but also as a driver it’s a good challenge to go to a new circuit and find the limit in an F1 car. It was amazing to see so many fans supporting us in Austria and Belgium and I hope we can put on a good show for everyone in the grandstands this weekend. As for the track, it might be a little hard to overtake on but for single lap performance I think it’s going to be rewarding. The qualifying laps will be very quick there so any mistakes will be really costly. After the race was cancelled last year this year will be even more special and of course it would be amazing to win on another home circuit in front of the Orange Army.

You won the 2014 Formula 3 Masters race at Zandvoort. How has the track changed since then?

I’ve only done one race at Zandvoort and it was in a Formula 3 car. At that time I was known as ‘the son of’ but it’s going to be the other way around now [laughs]. The track has of course changed since then, with a few corners adjusted. Already in the F3 car, the corners were really enjoyable and they were pretty fast so I’m excited to race again in the F1 car with even more grip. I’ve also been there a few times with Red Bull for show runs in an old f1 car, so I have driven a few laps on the updated track in an F1 car which could be useful on the first few laps.

SERGIO PEREZ Q&A

Just how impressive was the Team’s repair job on your car in last weekend’s Belgian GP?

My Team did an incredible repair job in Spa so now I just want to repay them with a result this weekend. What they did was so impressive, it just shows how hungry everyone is at Red Bull Racing Honda. The teamwork and the way everyone jumped on the car without giving up on a chance of repairing it in time made me extremely proud and it was amazing to witness it in the garage.

How do you prepare mentally and physically for a possible re-start when the race is red flagged and your car may or may not get repaired in time?

For sure it’s tough to stay focused during the red flag period, especially when your car is in a million pieces. It is quite challenging, and then it’s not certain if the race will even happen so it’s really important to stay in the zone. You just have to be prepared at all times because you never know what can happen, this is the key. Max did a really good job in qualifying on the Saturday and it was great that he was able to score some valuable points and close the deficit to Mercedes.

It’s been over a month since you actually ‘raced’ so what are your thoughts going into Zandvoort this weekend?

Yeah it’s been a while since I took part in a race [laughs] so I am looking forward to when the lights go out this Sunday, that’s for sure. I really hope that Zandvoort is the race that brings us back to the podium and we are pushing hard as a Team to make sure that happens.

Have you driven the circuit before in junior categories or on the simulator and if so what do you make of it?

I’ve only driven the track on the simulator but my initial thoughts are positive and so I’m really looking forward to experiencing the real thing now. I think this kind of track layout in a Formula One car is going to be a pretty good challenge and I just hope we can all have a great race and put on a show for the fans.

Red Bull Racing have won more races this season than the last two years combined. In addition, this is the most wins in a season for Honda since 1991.

Should Checo win this weekend, he will become the most successful Mexican driver in world championship history, breaking a tie with Pedro Rodriguez.

According to the United Nations, the Netherlands currently ranks fifth among all countries in the 2021 World Happiness Index, and it may go even higher should Max become the first Dutchman to win his home Grand Prix this weekend.

Having won in the country of his birth at the Belgian Grand Prix, Max now has the chance to take a unique double by also winning in the country that he represents in the Netherlands this weekend.

It is a 302-kilometre drive from the Circuit Spa-Francorchamps to the Circuit Zandvoort, approximately the same distance by which the Belgian Grand Prix was shortened on Sunday.  Driving at the speed limits it would take approximately 3 hours 22 minutes, which was the approximate length of the red flag delays.

Red Bull was first sold in the Netherlands in 1995, the same year in which Red Bull first appeared in Formula 1 as a title sponsor, in partnership with the Sauber team.

By ALFA ROMEO

The new classic

Historical Zandvoort is back. A long absence, started in 1985 and extended in 2020, when Covid saw the race cancelled, is finally over as Formula One returns to the Netherlands. Alfa Romeo Racing ORLEN approaches the second stage of this European triple-header ready for action, after the disappointment of the washed-out Belgian Grand Prix.

Zandvoort is a place rich of history: a traditional venue for the European tour of races, a place where prestigious pages in our sport’s books were written. The original track may be gone, but the legacy lives on in the new layout, which incorporates many of the original corners – including the fantastically named Tarzanbocht, a banked turn that provides one of the most spectacular overtaking spots in the lap.

The team will hope for a better weekend than last: already having a race would be a step forward. A new track provides opportunities and Alfa Romeo Racing ORLEN will need to be ready to make the most of them. From the first moment on track, on Friday, to the chequered flag on Sunday, every second will be crucial for the success of the weekend.

The Dutch Grand Prix is back: now it’s time for the team to seize the moment.

As they said it

Frédéric Vasseur, Team Principal of Alfa Romeo Racing ORLEN: “I am looking forward to the next round of the championship: we all owe it to the fans to put up a great show and a new track, in the shape of Zandvoort, is just what we may need for a spectacular race. Even though it’s not a complete new circuit for Formula One, it is so for modern cars and this could create some unpredictability. Whatever happens this weekend, we need to be ready and make the most of any opportunity.”

Kimi Räikkönen (Car #7): “It’s always interesting to drive on a new circuit, especially one that is based on an old-school track like Zandvoort. It’s too early to say how the racing will be or what the track will feel like, but that means we will need to make the most of the Friday sessions to make sure we arrive to qualifying in as ready a state as possible. Except for learning the track, the weekend is pretty much like any other so I am not expecting any big surprises.”

Antonio Giovinazzi (Car #99): “Zandvoort is a place with some really good memories from me: I had a really strong weekend there in 2015, when I was in F3 – I won the first race and finished second in the other two – and later in the year I won the Masters of F3 there. That was the last time I raced in the Netherlands and it’s definitely a nice result to look back to. This weekend will be a whole different story, it’s a regular weekend with the added challenge of having to learn the circuit in this car. We need to be ready and optimise what we have to try and get a good result. It would be a great boost ahead of Monza.”

BY ALPINE F1 TEAM

Alpine F1 Team previews the thirteenth race weekend of the 2021 FIA Formula 1 World Championship, the Dutch Grand Prix.

Drivers Esteban Ocon and Fernando Alonso and Executive Director Marcin Budkowski share their thoughts on Zandvoort.

Esteban Ocon : « Zandvoort is a really cool circuit and one I’ve enjoyed racing at before. I’ve raced there in DTM in 2016 and it’s a great track with a really nice flow to it. The corners come quite quickly and it’s a busy lap at the wheel. The two banked corners are very fun, so tackling them in a Formula 1 car is something I look forward to. Overtaking might be challenging, but who knows until we’ve given it a go. Our target remains the same. We want to maintain our points run in order to consolidate fifth in the championship. »

Fernando Alonso : « Zandvoort will be interesting for everyone with very few of us having raced on the circuit before. It’ll be a unique challenge and I’m sure the atmosphere will be good. We’re not sure how we will fare this weekend but racing on a new circuit is not something out of the ordinary in Formula 1, especially in these recent times. We’ve looked at a lot of simulation data and I was back at Enstone this week, so I feel as prepared as possible. »

Marcin Budkowski : « It’s nice to visit a historical circuit like Zandvoort, where Formula 1 hasn’t raced for a number of years. Taking on a new circuit is always a challenge, especially one that has some banked corners with unusual trajectories, and Fernando and Esteban have done extensive preparation in the simulator with their engineers ahead of this weekend. The track proximity to the seaside means it’s windy and gusty, which will be an additional challenge for the drivers. Hopefully this weekend we can put on a good show for the fans! »

BY ASTON MARTIN

Presented by Cognizant

Talking Points

Lance :

“I’m excited to return to Zandvoort because it’s a place of fond memories from my European Formula Three days. The circuit has evolved in recent years, which only amplifies my excitement and anticipation to return.”

Sebastian :

“Like everyone, we have prepared as much as we can for the new Zandvoort circuit through simulation, so we’re ready to hit the track and experience it. The new banking section at the final corner should be exciting for drivers and will hopefully help overtaking because it looks very narrow in places. Zandvoort has an incredible history in Formula One, and the fans are very passionate, so I’m happy to see it have a place on the calendar.”

Cognizant’s Keys to the Race

Tyre behaviour will play a key role in both overtaking and overall strategy. Tyre wear and degradation levels determine how much opportunity there is for gaining an advantage by pitting for fresher tyres. The tyre allocation for Zandvoort will be the same as at Silverstone, Barcelona and Portimão, with the C1, C2 and C3s.

A Safety Car has appeared in nine of the last 12 races with only Monaco, France and the opening Austrian race running without interruptions. There have also been five red flags this year, more than in any of the last 20 seasons. With limited track experience, and on a narrow circuit littered with plenty of gravel run-off, drivers are likely to make mistakes – so expect a Safety Car or Virtual Safety Car during the race. Practice is also likely to see interruption as drivers get into the groove at the new venue.

Zandvoort offers two DRS zones, however the straights on this circuit are short. The tighter corners at the end of DRS zones (Turns One and 11) may offer some of the best opportunities to pass, while the banked corners of Turns Three and 14 may give drivers the opportunity to take different lines to help set up an overtake.

BY WILLIAMS RACING

ROUND 13

The triple header continues this weekend, with the team travelling north to The Netherlands for Round 13 of the 2021 FIA Formula One World Championship: The Dutch Grand Prix. Circuit Zandvoort returns to the Formula One calendar after a 36-year hiatus having undergone dramatic development, including the remodelling of Turns 3 and 14, now both banked at roughly 18 degrees. Sitting on the North Sea coastline, the track swoops through sand dunes, offering sweeping corners and tight hairpins for the drivers to contend with.

Dave Robson, Head of Vehicle Performance: The contrast between Zandvoort and Spa couldn’t be much greater: following the long flowing lap in Belgium we now race on a short twisty track here in the Netherlands. Fortunately, it looks likely that the weather will also be in stark contrast to last weekend with dry conditions expected for most of the weekend.

The track’s camber and asphalt roughness will dictate the downforce level and we can expect to see teams experimenting on Friday. Several of the corners are very fast but with the exception of T13, they lead immediately into the braking zones of the following corner. There are two independent DRS zones, which should help the racing, but the zone at T10 is short but may help the following car stay in the DRS trigger range at T13 ready for a pass on the start/finish straight.

Having enjoyed a successful day on Saturday last weekend, we are looking forward to testing ourselves at this new circuit. The FW43B is probably not well suited to the demands of Zandvoort, however, as the circuit is new for everyone, we hope that this will level the playing field somewhat, giving both drivers the chance to use their driving skills to make the difference.

Pirelli bring their hardest range of tyre compounds, a combination that we last saw in Silverstone and Barcelona. If the track remains cool then it may be a challenge to get these compounds working properly, but this may only serve to level the playing field further.

George Russell: I’m really excited for Zandvoort. I’ve raced there a few times before and it’s a fantastic circuit. It’s really undulating, fast and flowing and requires a huge amount of commitment. To experience that in a Formula One car will be very special. Obviously off the back of last weekend in Spa, everyone just wants to get racing again and put on a show for all of the supporters at the circuit and for those watching around the world on TV.

Nicholas Latifi: I’m looking forward to carrying the momentum from Spa on to Zandvoort. Although I haven’t been there since 2013, I think the track will be quite an intense ride in a Formula One car. It’s very high speed and very narrow, so a great old-school circuit which should make for an especially exciting qualifying session. It’ll be interesting to experience the changes they’ve made to the track, and in particular how the banking feels in the car. Hopefully we can have another strong weekend as a team.

BY MERCEDES

Round 13 of the 2021 Formula One season takes place at Zandvoort for the Dutch Grand Prix.

Toto Talks Zandvoort

There’s still a feeling of frustration that we couldn’t race in Belgium last weekend. We’ve never seen a situation like this, and the conditions were incredibly difficult out there, so it was just not safe to race.

If the weather had eased up, I think we would have been in for an incredible race for all the passionate and dedicated fans who were waiting in the rain. So, it isn’t a satisfying feeling to leave Belgium with just a handful of laps behind the Safety Car, but it is what it is. We need to close that chapter and quickly move our focus to the next one.

We lost points in both Championships last weekend but thankfully, we don’t have long to wait for an opportunity to extend those gaps, and that is an exciting prospect.

F1 returns to Zandvoort this weekend for the first time in several decades. It’s an exciting track for the drivers because it is fast and flowing. It feels like a proper old-school track, so I am sure they are looking forward to taking on that challenge.

As a team, we’re relishing the challenge of tackling a new track, because it is new for everyone and that means fresh opportunities to find advantage. So we’ll be looking to hit the ground running on Friday and take the fight to our competitors. It will be exciting to see who comes out on top.

Featured : What Can We Expect from Zandvoort ?

How do we prepare for a race ?

Before the cars have even emerged from the garage on Friday for practice, a huge amount of work has already happened in the virtual world, to ensure we are in a good place by the time the cars hit the track. This is true for both familiar and unfamiliar tracks.

One of the most important areas of the preparation process involves computer simulations, where the model of the car is coupled with a “virtual driver” to complete thousands of computer laps of a circuit’s racing line file (which is generated in state-of-the-art simulator facilities).

This form of preparation produces a few terabytes of data, as laps can be sped up and run in parallel with other simulations, sampling a massive range of set-up options, to find the optimum direction for the car.

The strategy department also use computer simulations to determine strategy options for Qualifying and the race. The models feature all drivers and teams, assumptions for pit stop scenarios, pit stop losses, tyre degradation and car competitiveness. These are thrown into the computer simulations to run a wide variety of scenarios, determining which tyres to use, what lap to pit and much more.

The data output from all these different simulations are compared and overlaid with other simulation data, to decide the fastest options. Our technical partners play a big role in this stage of the process, from HPE providing data centre infrastructure and hardware, to Pure Storage’s storage solutions and TIBCO’s visualisation and reporting tools.

While the simulation tools are running on the computer, the Driver-in-Loop (DiL) simulator is also in action, utilising a virtual environment, sophisticated models of the car and track, but with one important difference: the virtual driver is replaced for a real one. They’ll complete hundreds of laps in the simulator, trialling different set-ups to try and get a better feeling for what works and what doesn’t around that track.

This work is all designed to prepare us the best we can to hit the track running on Friday. The aim is always to arrive with a set-up direction we are confident in and can build on, as we work through our run plans, rather than having to make significant changes during practice.

And how does this preparation differ for a new or unfamiliar track ?

For the most part, the preparation stages are business as usual, running through the usual rhythm and drumbeat of work ahead of a race weekend. But there are some differences that need to be taken into account, which do mean preparation timeframes are longer.

The DiL and simulation tools that are used in F1 require a hugely complex and impressive model of the circuit, including bumps, kerb shapes and corner gradients. The more detail, the better! As we can get more accurate information from it.

For nw tracks, we understandably don’t have these detailed track environments to use in our simulations, so we need to start these from scratch. The FIA provides CAD drawings and coupled with high-tech lidar data (from laser-scanning the track), these lead to the 3D map of the circuit being created.

Obviously, for tracks that we have raced on before, we already have these 3D circuit environments, and these will continue to be tweaked and changed each year. But having to create a new map is a much bigger piece of work, which must be completed in incredible detail.

For a new circuit, the information and data we can get in the virtual world is hugely important, because we have very little historical data. So teams are much more dependent on these simulation tools, which leads to a more extensive programme.

For a race we have been to before, we’d typically complete a two-day programme in the build-up to an event, completing roughly eight race distances in the process. But when it is a new race or venue, a further two days are added to the programme, plus a further day for the race drivers to familiarise themselves with the layout.

What are the main characteristics of Zandvoort?

The Zandvoort track layout stands out as one of the more unusual circuits on the 2021 F1 calendar, with a fast, flowing and old-school feel.

There is a real mix of corners speeds, which will put many aspects of car performance to the test and provide the drivers with a challenging circuit to master! It’s also an undulating track, rising and falling between the sand dunes, with a rollercoaster-like vibe similar to Portimão.

One of the most striking elements of Zandvoort is the super-fast, steeply banked Turns 13 and 14. The 18-degree banking will add significant load to the tyres through this section, which will impact the durability and life of the tyre compounds.

Climate wise, the weather in Zandvoort can be quite challenging and changeable, which could trigger some potential tyre issues, such as graining or blistering. But given the banked final corner, high-speed turns and undulations, it’s not surprising that Pirelli have picked the hardest tyres in their range.

Which sections of track do we expect to be the most challenging?

The banked final two corners, which feature a banking angle twice as steep as the Indianapolis Motor Speedway, will definitely be challenging for the cars and the tyres, putting a lot of forces through them. But they should be fairly simple for the drivers to tackle.

Getting this section of track right is crucial for the run onto the main straight, which leads to one of the few overtaking opportunities: Turn 1. The 180-degree corner is similar in profile to the first corner at the Hungaroring, so it should provide a good chance to make a move and try alternative lines.

The banked Turn 3 will also be a challenge and sets you up for the long, fast sweep through the next few corners. Traction here will be a particularly crucial area to find time through those flat-out turns.

Elsewhere, the tight and twisty Turns 11 and 12 will be another potential overtaking spot and a good exit here will either set up a strong run through the final banked corners, or bring you close enough to follow the car in front through those last two turns and try a move down the main straight.

Regardless of specific corners, Zandvoort is a fast track and will provide drivers with a fun challenge, particularly in Qualifying when pushing to find the limit.

BY FERRARI

DUTCH GRAND PRIX – BACK TO ZANDVOORT AFTER 36 YEARS

Maranello, 1 September 2021 – The second triple-header of the Formula 1 World Championship now heads 300 kilometres north from Spa-Francorchamps to the Zandvoort circuit on the shores of the North Sea in the Netherlands. It returns to the calendar 36 years on from its last visit back in 1985. Despite this long gap, almost all the current drivers have raced here in junior formulae.

Famous corners. The circuit measures 4.259 kilometres and the fact that it is almost on the beach brings with it the difficulty of wind generally blowing quite a bit of sand across its surface. The track climbs and drops significantly and several sections are crowd favourites. Definitely worth a mention is Tarzan corner, or Tarzanbocht in the local language, a sharp right hairpin at the end of the start-finish straight, which is slightly banked. It is famous for an amazing overtaking move when Gilles Villeneuve went round the outside of Alan Jones in the 1979 race. Other classic turns include the Rob Slotemakerbocht and the fast and blind right-hander, Scheivlak.

Banking. For its return to the calendar, the circuit has been modified and made more spectacular at a couple of points in particular: turn 3 and the last one, turn 14, now boast a 19 degree banking, which should allow the drivers to go through them at much higher speeds. The narrowness of the track and its twisty nature means that overtaking is far from easy and a medium to high downforce set up is required. Qualifying will be very important. For Zandvoort’s return to the calendar a special high grip surface has been produced by Shell, an Innovation Partner of Scuderia Ferrari. Its excellent characteristics have led to it instantly being referred to as “Flying Dutchman,” a nickname applied to every particularly brilliant driver from these parts. There are two DRS zones, between turns 10 and 11 and on the main straight.

Programme. The cars take to the track at 11.30 local time for the first hour of free practice, with the second one taking place at 15.00. On Saturday, the final free practice session start at noon, with qualifying getting underway at 15.00. The 31st Dutch Grand Prix to count towards the Formula 1 World Championship will start on Sunday at the same time.

Ferrari Stats

GP entered 1020

Seasons in F1 72

Debut Monaco 1950 (A. Ascari 2nd; R. Sommer 4th; L. Villoresi ret.)

Wins 238 (23.33%)

Pole positions 230 (22.55%)

Fastest laps 254 (24.90%)

Total podiums 776 (25.36%)

Ferrari Stats Dutch GP

GP entered 29

Debut 1952 (A. Ascari 1st; G. Farina 2nd; L. Villoresi 3rd; C. De Tornaco ret.)

Wins 8 (27.59%)

Pole positions 7 (24.14%)

Fastest laps 10 (34.48%)

Total podiums 24 (27,59%)

Dutch Grand Prix: facts & figures

  1. The number of circuits in the Netherlands: Zandvoort and Assen. Zandvoort is used predominantly for car racing and for many years was the venue for the F3 Masters, one of the most important races in the category, on a par with the Monaco Grand Prix and second only in terms of prestige to the Macau Grand Prix. Meanwhile, Assen is an iconic motorcycle racing venue, which has hosted the Dutch TT, a round of the Motorcycle World Championship, since 1949.
  2. The lowest place on the grid from which the Dutch GP has been won. Two drivers havedone this. The first was Rene Arnoux, who won the 1983 edition in the number 28 Ferrari 126 C3. It was the Frenchman’s seventh and final Formula 1 win, his third with the Scuderia. Two years later, Niki Lauda went from tenth to first in a McLaren. For the Austrian too, it was to be the last victory of his amazing career, his 25th win. The longest climb up the order to finish on the podium falls to Jean-Pierre Beltoise, who finished second in a Matra in 1968, behind team-mate Jackie Stewart, having started 16th.

 

18 & 19. The gradient of the banking at turns 3 and 14 at Zandvoort. By a long way, these two parabolic turns are the steepest on the F1 calendar. As a comparison, the famous Monza Parabolica, which is to be named in honour of Michele Alboreto as from the Italian Grand Prix weekend, is banked to just four degrees.

 

  1. The percentage of the Netherlands’ surface area that is below sea level. A network of dunes and dams along the coast and the banks of major rivers ensures these areas do not flood, with several pumping stations on hand to deal with excessive rain.

 

  1. The number of bridges in Amsterdam, the Dutch capital. The city is laid out over a network of more than 90 small islands linked by a canal system that is over a hundred kilometres in length.

This week in our history

 

1/9. In 1994 Carlos Sainz, one of the current Scuderia Ferrari driver pairing, was born in Madrid. The Spaniard joined the team this year having started 118 Grands Prix for three other teams, Scuderia Toro Rosso, Renault and McLaren. He has four F1 podiums to his name, two with McLaren and two with the Scuderia, the latter being a second place at Monaco and a third in Hungary this season on the SF21. Happy Birthday Carlos!

 

2/9. In 2001 Scuderia Ferrari won the Belgian Grand Prix courtesy of Michael Schumacher in an F2001. Behind the German a hard fought race took place and that included a terrifying crash for former Scuderia test driver Luciano Burti, at the time at the wheel of a Prost, following a coming-together with Eddie Irvine. It was the Brazilian’s last Formula 1 race before he went on to have a long career in touring cars in his homeland. For Schumacher it was win number 52, which meant he beat the then record set by Alain Prost back in 1993 to become the most successful driver in the history of the sport. It was the Scuderia’s 143rd win.

 

3/9. In 1960, Scuderia Ferrari made a clean sweep of the podium places at Monza in the Italian Grand Prix. With the championship title decided and worried about reliability of their extremely lightweight cars on the high speed oval at the Monza track, the British teams did not take part in the event. It meant that for only the second and last time, just like the very first world championship Grand Prix, held back in 1950, none of those who lined up at the start had ever won a race. The Americans Phil Hill and Dan Gurney were first and second, with Belgium’s Willy Mairesse coming home third. They were all behind the wheel of a 246 F1, the last front-engined Ferrari Formula 1 car.

 

4/9. In 2019, Ferrari celebrated the 90th anniversary of the founding of the Scuderia and the 90th running of the Italian Grand Prix in Milan’s Piazza Duomo, which was packed with fans. A procession of drivers from every era came up on stage, from veterans to the youngsters from the Ferrari Driver Academy. The crowd went wild when the driver line-up at the time, Charles Leclerc and Sebastian Vettel, along with Team Principal Mattia Binotto came on stage. The weekend ended in perfect fashion as Charles Leclerc led from lights out to chequered flag on Sunday to take his second Formula 1 win with the SF90.

 

5/9. Gian Claudio Giuseppe, known to everyone as “Clay,” Regazzoni, was born in Lugano in 1939. He was the most successful Swiss Formula 1 driver, taking part in 132 races, 73 of them with Scuderia Ferrari, for whom he won four times: Italy 1970, Germany 1974, Italy 1975 and USA East 1976. His best season was 1974, when he finished second in the Championship behind Brazil’s Emerson Fittipaldi. Clay lost his life in a road car accident on 15 December 2006 on the A1 autostrada, near Parma.