3 décembre 2022

Vue d’ensemble du GP d’Abu Dhabi

Analyse des Teams et pilotes :

Pirelli

Mario Isola – Directeur du sport automobile :

« Une saison spectaculaire s’achève à Yas Marina avec un test de pneus 2023 »

 » À Abu Dhabi, une saison véritablement passionnante prend fin. Les modifications apportées l’an dernier à certaines lignes droites et virages du circuit de Yas Marina ont rendu le circuit plus rapide, en équilibrant les exigences longitudinales et latérales des pneus – alors qu’auparavant, il s’agissait plutôt de traction et de freinage. Malgré ces modifications du tracé, les pneus arrière feront l’objet d’une attention particulière afin de garantir la meilleure traction sur les longs relais. Le mardi suivant le Grand Prix d’Abu Dhabi, les pneus slick 2023 seront testés lors d’une journée complète d’essais, où les équipes pourront décider de leurs plans de course ainsi que des pilotes à utiliser : pilotes de course ou jeunes pilotes… » 

LES PNEUS EN PISTE

Pirelli a désigné les trois gommes les plus tendres de sa gamme pour le Grand Prix d’Abu Dhabi : C3 comme P Zero White dur, C4 comme P Zero Yellow moyen et C5 comme P Zero Red tendre.

Les caractéristiques du circuit ne sont pas particulièrement exigeantes pour les pneus. L’asphalte n’est pas particulièrement abrasif, ce qui permet d’utiliser les composés les plus tendres. Il sera important de tenir compte de la chute des températures de la piste pendant la course de dimanche, car le drapeau à damier tombera tard dans la soirée.

Yas Marina est composé de 16 virages ainsi que de quelques sections rapides. L’aérodynamique est un aspect important pour garantir une bonne performance et une gestion optimale des pneus.

Les équipes ont utilisé un certain nombre de stratégies différentes lors du Grand Prix d’Abu Dhabi de l’année dernière. Max Verstappen de Red Bull a remporté son premier titre mondial après s’être arrêté trois fois, en mettant le pneu tendre pendant une période de voiture de sécurité à cinq tours de la fin.

Il s’agit de la dernière course de la saison 2022 de Formule 1, mais les équipes resteront ensuite pour un test d’une journée des composés slick 2023, qui ont été affinés lors des essais des week-ends des Grands Prix des États-Unis et du Mexique.

Ferrari

Yas Marina pour le dernier hourra

16 novembre 2022 – Les membres de l’équipe Scuderia Ferrari ont quitté le Brésil sur un vol direct à destination d’Abu Dhabi pour la dernière course de la saison. L’équipe est prête pour un dernier effort, absolument déterminée à terminer en beauté une année positive, après avoir renoué avec la victoire cette saison avec quatre victoires, après avoir été aux avant-postes dans presque toutes les courses.

Objectifs. Parmi les objectifs de ce week-end, il y a celui d’assurer la deuxième place dans les deux championnats. Chez les constructeurs, la Scuderia devance Mercedes de 19 points, tandis que chez les pilotes, Charles Leclerc arrive aux Émirats arabes unis à égalité de points avec Sergio Perez, mais devance le Mexicain en raison de son plus grand nombre de victoires. Comme d’habitude, la 14e édition de cette course se déroule sur le circuit de Yas Marina, qui a subi quelques modifications l’an dernier pour améliorer le spectacle.

Trois pilotes à nouveau. Trois pilotes seront en service à Yas Marina pour la Scuderia. Conformément au règlement de cette année, Robert Shwartzman sera de retour et effectuera sa deuxième sortie de la saison en remplaçant Carlos Sainz au volant de la F1-75 lors de la première séance d’essais libres. Il remplacera Carlos Sainz au volant de la F1-75 lors de la première séance d’essais libres. Cela permettra au pilote d’essai de l’équipe de prendre de l’avance pour mardi prochain, lorsqu’il aura la voiture pour lui tout seul toute la journée dans le cadre du test des jeunes pilotes. Au cours de cette séance, Charles et Carlos conduiront tous deux l’autre voiture, dans le cadre d’un test Pirelli des pneus 2023.

Programme. Comme toujours, le départ de la course est donné à la tombée de la nuit, la plupart des autres séances ayant lieu en fin de journée. Les essais libres débutent le vendredi à 14 heures locales (11 heures HEC), tandis que la deuxième session commence à 17 heures (14 heures HEC). Samedi, la dernière heure pour régler les voitures est prévue à 14h30 (11h30 CET) avant les qualifications à 18 (15 CET). Le 14e Grand Prix d’Abu Dhabi débutera à 17 heures locales (14 CET).

Trois questions à… Riccardo Adami, ingénieur de course voiture #55, Nationalité : Italie, Né le 27/11/1973 à Brescia (Italie) :

  1. Pouvez-vous nous parler de votre passion pour le sport automobile et du chemin qui vous a conduit à la Scuderia Ferrari ?

« Tout a commencé pendant mes études à l’université, j’ai réalisé que j’étais vraiment passionné par les aspects techniques du sport automobile. J’ai découvert que j’aimais apprendre sur tous les aspects de ce monde fantastique. Il a ensuite été facile pour moi de décider de progresser à partir de là, en partie par chance, vers la F1 et enfin vers Ferrari, en prenant beaucoup de plaisir à faire ce que je fais ».

  1. Ce week-end, nous courons à Abu Dhabi. Quel type de circuit est Yas Marina ? Qu’est-ce que cela implique pour vous, les deux pilotes ingénieurs, en commençant par Robert et en passant ensuite à Carlos ?

« La piste a été radicalement modifiée l’année dernière, la rendant plus rapide et offrant plus de possibilités de dépassement. Il est maintenant encore plus difficile de comprendre le comportement des pneus et le choix des niveaux d’ailes. Avoir Robert en FP1 sera intéressant, car il est toujours agréable de voir l’enthousiasme et l’approche d’un jeune pilote en F1. Nous allons lui donner la meilleure opportunité d’apprendre, de comprendre et de tester quelques éléments importants qui seront utiles à Carlos et Charles pour le reste du week-end et pour le développement de la voiture de l’année prochaine ».

  1. C’est la dernière course de Sebastian Vettel. Vous avez travaillé avec lui à la Scuderia Toro Rosso et encore pendant les six années qu’il a passées chez Ferrari. Quels sont vos meilleurs souvenirs sur la piste avec lui, et quel est l’héritage qu’il a laissé et que vous pouvez voir aujourd’hui dans les processus de l’équipe ?

« Il y a un très grand nombre de grands souvenirs avec Seb, tant sur la piste qu’en dehors. Il est difficile d’en choisir quelques-uns ! Je me souviens certainement de sa première victoire épique à Monza en 2008 (avec un moteur Ferrari). La première victoire inattendue avec la Scuderia Ferrari en Malaisie 2015 lors de sa deuxième course avec l’équipe. Les nombreuses victoires et podiums en 2017 et 2018 où, avec une voiture plus lente, nous avons pu défier l’équipe dominante (Mercedes) pour le titre jusqu’à la toute fin de ces saisons. Seb a apporté pas mal de choses à l’équipe en termes de méthodologies, d’attention aux détails, il poussait à des améliorations à tous les niveaux. Nous avons mis beaucoup d’efforts dans le développement du simulateur et c’est maintenant un bien meilleur outil qu’à l’époque ».

Statistiques de Ferrari :

GP disputés 1051

Saisons en F1 73

Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)

Victoires 242 (23,02%)

Pole positions 242 (23,02%)

Tours les plus rapides 259 (24,64%)

Total des podiums 797 (25,28%)

Statistiques Ferrari Grand Prix d’Abu Dhabi :

GP disputés 13

Début 2009 GP du Brésil (K. Räikkönen 12e ; G. Fisichella 16e)

Victoires 0

Pole positions 0

Tours les plus rapides 3 (23,08%)

Total des podiums 8 (20,51%)

Grand Prix d’Abu Dhabi : faits et chiffres :

13″180. C’est la différence en secondes entre le record du tour de l’ancien circuit de 5,554 km (1’39″283) et celui du circuit de 5,281 km utilisé pour la première fois l’année dernière (1’26″103). Le nouveau tracé plus fluide a également permis une nette augmentation de la vitesse moyenne au tour, qui est passée de 201,387 à 220,800 km/h.

 

  1. Le nombre de districts à Abu Dhabi. Sa population d’un peu plus de 1,5 million d’habitants ne cesse de croître et a largement dépassé la limite des 600 000 habitants prévue à l’origine par ses administrateurs. C’est pourquoi, au lieu d’empiéter sur le désert, elle s’étend sur la mer par la construction d’îles artificielles.

 

  1. Le pourcentage d’augmentation de la population d’Abu Dhabi en quinze ans, de 1965 à 1970. Le nombre est passé de 46 400 à 127 763, principalement en raison du boom de l’activité pétrolière.

 

  1. La différence de longueur en mètres entre l’ancien circuit et le nouveau tracé introduit l’année dernière, qui est plus court qu’auparavant. Cela a entraîné une augmentation du nombre de tours de course de 57 à 58…

 

5.627. La taille en mètres carrés du tapis de la Grande Mosquée Sheikh Zayed. Situé dans la salle de prière principale, il s’agit du plus grand tapis du monde, conçu par l’artiste iranien Ali Khaliqui. Il est composé d’environ 2 268 milliards de nœuds et a été réalisé en deux ans par une équipe de 1 200 artisans. La laine provient d’Iran et de Nouvelle-Zélande et il pèse 35 tonnes.

pht. Scuderia Ferrari

Mercedes

La finale de la Formule 1 2022 se déroule au circuit Yas Marina à Abu Dhabi.

Toto parle d’Abu Dhabi :

Obtenir un doublé au Brésil était un résultat incroyable pour l’équipe, mais il a été rendu encore plus spécial par les défis auxquels nous avons été confrontés cette saison et la façon dont nous les avons surmontés.

Obtenir notre première victoire de la saison est le résultat de beaucoup de travail, de dévouement et de détermination de la part de toutes les personnes impliquées. Notre équipe n’a jamais cessé de croire et de se dépasser. Je ne pourrais pas être plus fier d’eux, et cela montre à quel point nos valeurs sont fortes.

George a été sur le coup tout le week-end. Sans faille le dimanche, il ne pouvait pas mériter davantage sa première victoire en F1 et nous sommes très heureux pour lui. C’est un moment très spécial dans sa carrière en F1 et une course dont nous nous souviendrons tous pendant de nombreuses années.

Lewis a fait un brillant travail de récupération. Son rythme de course était impressionnant, et il a effectué des dépassements incroyables, pour revenir dans le peloton et assurer le doublé pour l’équipe.

Nous ne nous attendons pas à être aussi compétitifs à Abu Dhabi en raison des caractéristiques du circuit, mais étant donné les surprises que nous avons eues cette année avec W13, nous devrons attendre et voir. Nous avons toujours une chance de nous classer deuxième au championnat – et l’écart de points avec Ferrari est le plus faible de toute l’année. Espérons que nous continuerons sur cette lancée pour terminer l’année en beauté.

Fiche d’information : Grand Prix d’Abu Dhabi

Abu Dhabi a fait ses débuts en F1 en 2009 en tant que première course au crépuscule, le départ ayant lieu au coucher du soleil. Environ 4 700 luminaires sont utilisés pour éclairer la piste.

Le Grand Prix d’Abu Dhabi 2021 a marqué la première course depuis que plusieurs modifications ont été apportées au tracé de la piste, faisant passer la longueur du tour de 5,554 km à 5,281 km. Les principaux changements ont consisté à supprimer l’ancienne chicane au début du deuxième secteur et à élargir l’épingle suivante. Les chicanes sinueuses au début du dernier secteur sont remplacées par un long virage incliné.

Comme pour les autres courses crépusculaires et nocturnes du calendrier, les FP1 et FP3 se déroulent de jour, tandis que les FP2, les qualifications et la course ont lieu de nuit ou au crépuscule. Le comportement des pneus et de la voiture est différent dans des températures diurnes plus chaudes, il faut donc toujours en tenir compte dans les plans de réglages et d’essais.

La voie des stands est la seule en F1 à comporter un tunnel. Les pilotes passent sous la piste à la sortie de la voie des stands et la rejoignent sur le côté gauche du virage 2. C’est un endroit délicat pour ramener les voitures sur la ligne de course car elles reviennent sur le circuit au milieu du virage et peuvent parfois ne pas être visibles.

La course de ce week-end sera la 200e de Lewis avec l’équipe Mercedes-AMG PETRONAS F1 Team, faisant de lui le premier pilote à atteindre 200 courses avec le même constructeur.

Les équipes restent à Abu Dhabi pour le test d’après-saison mardi. Lewis et George se partageront la course dans une voiture, se concentrant sur les essais de pneus pour 2023, tandis que la seconde voiture verra Frederik Vesti, pilote de F2 et junior Mercedes-AMG F1, faire ses débuts en F1, en testant la W13 et en remplissant notre exigence de jeune pilote.

Reportage vidéo : Combien de données une voiture de F1 génère-t-elle ?

Le domaine des données et de l’électronique a énormément évolué ces dernières années. Dans notre dernière vidéo, Evan Short (chef d’équipe des systèmes électroniques de piste), Chris Nelson (ingénieur des systèmes de contrôle de piste), Christine Steven (ingénieur en chef du développement électronique) et Daniel Boddy (responsable du support technique de piste) examinent plus en détail ce domaine technique impressionnant de la F1.

 

Article : Les données et l’électronique en F1, expliquées !

Dans un monde où le temps de piste est limité et où la technologie continue d’évoluer, les données sont de plus en plus utilisées en Formule 1. Mais combien de données une équipe de F1 génère-t-elle et analyse-t-elle au cours d’un week-end de course, et pourquoi sont-elles si importantes ?

D’où proviennent les données de la F1 ?

Diverses sources sont utilisées pour générer des données à partir de nos voitures et outils de Formule 1, principalement des capteurs sur les voitures elles-mêmes. Ceux-ci peuvent mesurer n’importe quoi, depuis des quantités physiques comme les températures et les pressions, jusqu’à des choses comme le fonctionnement de systèmes tels que la boîte de vitesses ou les unités ERS.

Ces capteurs sont physiquement connectés soit par un système analogique à l’unité de contrôle électronique (ECU) qui gère l’ensemble de la voiture, soit par une série de bus CAN autour de la voiture qui ramènent les informations à l’unité centrale. CAN est l’abréviation de Controller Area Network (réseau de contrôleurs) et constitue une norme automobile pour les bus de réseau qui relient plusieurs dispositifs. Dans sa configuration typique, une voiture compte 17 bus CAN distincts, chacun communiquant avec de nombreux dispositifs différents. Par exemple, un capteur de pression peut diffuser des informations sur le bus et tous les calculateurs intéressés peuvent écouter et utiliser ces informations.

Pendant un week-end de course, il peut y avoir plus de 250 capteurs sur la voiture. Nous les divisons en trois catégories : contrôle, instrumentation et surveillance. Ils fournissent tous des données de pression, de température, d’inertie et de déplacement et sont intégrés à tous les systèmes de la voiture.

Leur taille varie en fonction de leur fonction et de leur type, mais la plupart d’entre eux sont très petits et légers pour ne pas avoir d’impact sur le poids et les performances de la voiture. Beaucoup ne sont pas visibles de l’extérieur, mais quelques-uns le sont, si vous regardez de près, comme les petits capteurs d’imagerie thermique sur les ailes avant.

Combien de données les voitures de F1 génèrent-elles ?

La réponse courte est : beaucoup ! Au cours d’un week-end de course, la quantité totale de données générées par voiture, y compris les vidéos et les informations auxiliaires, dépasse 1 téraoctet, et ce chiffre augmente considérablement (de deux à trois fois) lorsque l’on effectue le post-traitement nécessaire de certaines données pendant ou après l’événement.

Si l’on parle des données passionnantes générées en direct par la voiture pendant qu’elle roule, le chiffre est plutôt de 30 mégaoctets par tour, mais il peut être deux ou trois fois plus élevé une fois que la voiture est rentrée dans les stands et que les données sont déchargées à l’aide de la connexion physique « ombilicale ».

Mais ce n’est pas tout : de retour à l’usine, une énorme quantité de données est également générée, que ce soit sur certains de nos outils et équipements de pointe tels que le banc d’essai, le simulateur, la soufflerie. Mais aussi des secteurs plus petits ou des individus qui post-traitent leurs propres informations dans leurs domaines spécifiques.

Bien sûr, certaines des données générées sur le circuit doivent être renvoyées aux usines, ce qui n’est pas une mince affaire, surtout avec les grandes quantités de données générées sur le circuit. Les données en direct, telles que la télémétrie des voitures, sont importantes pour l’équipe de la salle d’assistance aux courses de Brackley, qui doit les analyser et les examiner.

Lors des courses européennes, les données peuvent être reçues en 10 millisecondes, c’est-à-dire presque instantanément. Mais pour les courses aériennes comme en Australie (à plus de 10 000 miles) ou au Japon (à environ 6 000 miles), l’envoi des données prend environ 300 millisecondes. C’est toujours incroyablement rapide, mais cela représente un léger retard par rapport aux courses plus proches de chez soi.

Le déchargement des données de la voiture et des fichiers plus volumineux prend beaucoup de temps, mais c’est une priorité pour notre équipe informatique de les renvoyer à l’usine aussi vite que possible, ce qui est généralement prévu avant que la voiture ne sorte pour sa prochaine course. Au cours d’un récent week-end de course comme celui du Mexique, environ 11 téraoctets de données réelles ont été transférés entre les usines de Brackley et Brixworth et l’équipe sur la piste.

Que deviennent les données une fois qu’elles ont été générées ?

Étant donné le manque de temps d’essai en F1, vous ne pouvez pas retourner sur la piste et répéter un essai, donc la pression est forte pour réussir du premier coup et la même chose s’applique aux données – nous voulons obtenir les bonnes données dans le peu d’occasions que nous avons, afin d’en tirer le maximum d’enseignements.

Une fois que les données sont collectées dans la voiture, elles sont synchronisées afin que nous sachions ce qui se passe au moment précis de chacun des capteurs. Elles sont ensuite cryptées et transmises au garage par notre système de télémétrie, qui est un système commun à toutes les équipes.

De nombreuses personnes sur la piste utilisent un logiciel appelé ATLAS – de McLaren Applied – pour analyser et revoir les données, soit en direct pendant un week-end de course sur la piste et à l’usine, soit rétrospectivement. Les pilotes sont toujours désireux d’en savoir plus sur leurs performances, ils passeront donc du temps après chaque séance et à la fin de chaque journée à examiner les données, à comparer leur performance à celle de leur coéquipier, à examiner les données de freinage et les vitesses de virage.

Les groupes d’ingénierie de chaque pilote seront également occupés à examiner et à fouiller dans les données, pour voir quelles pépites peuvent être trouvées, pour rendre le pilote et la voiture encore plus rapides la prochaine fois. Parfois, les vastes quantités de données peuvent être écrasantes, mais c’est aussi un incroyable défi d’ingénierie : hiérarchiser les informations à analyser et examiner les bonnes données, pour apprendre aussi vite que possible.

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente le dernier week-end de course du championnat du monde de Formule 1 de 2022, le Grand Prix d’Abu Dhabi.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur d’équipe Otmar Szafnauer partagent leurs réflexions sur la vingt-deuxième course de la saison à Yas Marina.

Esteban Ocon, #31 :

 » Nous espérons poursuivre sur la lancée de dimanche dernier ce week-end. Notre package est compétitif, et la voiture devrait être performante là-bas. Les préparatifs d’avant course resteront les mêmes et nous sommes convaincus que nous pouvons faire une bonne semaine à Abu Dhabi et finir la saison en beauté. Ce fut une année intense avec des hauts et des bas, et tout le monde a travaillé incroyablement dur, mais ce n’est certainement pas le moment de se détendre. Un dernier effort en équipe et je suis sûr que nous atteindrons notre objectif. Faisons en sorte qu’il soit inoubliable ! »

Fernando Alonso, #14 :

« J’ai aimé courir pour Alpine et être de retour à Enstone et à Viry. J’ai de très bons souvenirs de mon passé avec Renault et maintenant Alpine dans les deux usines et l’équipe aura toujours une place spéciale dans mon cœur. Lorsque je suis revenu en Formule 1 pour le début de la saison 2021, l’équipe m’a accueilli et m’a mis immédiatement à l’aise. Depuis, nous avons enchaîné les bons résultats. Le podium au Qatar a été un point culminant personnel pour moi et quelque chose que nous avons réalisé au mérite ce week-end-là. Nous avons tous été confrontés à un ensemble de règlements totalement nouveaux pour 2022 et l’équipe a bien travaillé pour maîtriser ces changements et il y a eu des progrès par rapport à l’année dernière. »

Otmar Szafnauer, Team Principal :

« Nous avons encore du pain sur la planche ce week-end avec l’objectif de terminer la saison avec les deux voitures marquant des points. Le championnat est encore très serré et, bien que la course du week-end dernier nous ait mis en position de force, ce n’est pas fini jusqu’à ce que ce soit fini ! Nous allons donc rester concentrés sur notre tâche, c’est-à-dire bien nous préparer le vendredi, atteindre la Q3 le samedi et faire une bonne course avec les deux voitures le dimanche. Nous avons également Jack Doohan dans la voiture lors de la FP1 et nous comptons sur son apport pour améliorer les performances de l’équipe ce week-end. La saison a été longue et je sais que tout le monde dans l’équipe attend avec impatience une pause bien méritée. C’est la dernière ligne droite à Abu Dhabi et j’ai hâte de voir comment se déroulera le week-end de course. »

Fiche d’information du Grand Prix d’Abu Dhabi 2022 :

  • BWT Alpine F1 Team a terminé le Grand Prix d’Abu Dhabi 2021 avec Fernando Alonso en huitième position et Esteban Ocon en neuvième position à Yas Marina.
  • Fernando a égalé son meilleur résultat de la saison au Brésil, en terminant la course pour la troisième fois de l’année en cinquième position (avec la Grande-Bretagne et la Belgique).
  • Le meilleur résultat de Fernando à Abu Dhabi est la deuxième position (en 2011 et 2012).
  • Le meilleur résultat d’Esteban Ocon à Yas Marina est une huitième place (2017).
  • Esteban est à un point d’égaler son meilleur total de points dans une saison de Formule 1 (87 points en 2017).
  • Fernando a exactement le même nombre de points avant ce week-end qu’à la fin de sa campagne 2021 (81 points).
  • Ce sera la 355ème participation de Fernando à un Grand Prix.
  • Ce sera la deuxième apparition de Jack Doohan dans une séance officielle de Formule 1.
  • Jack est actuellement quatrième au classement des pilotes de Formule 2 de la FIA, la dernière manche se déroulant en même temps que la Formule 1 ce week-end. Il est à neuf points de la troisième place.
  • Les voitures à moteur Renault ont remporté quatre victoires, huit podiums, trois poles et 340 points à Abu Dhabi.

McLaren

« Nous nous concentrons maintenant pour essayer de finir cette saison le plus haut possible »

C’est ça ? C’est vraiment possible ? Nous ne le croyons pas… Non, nous ne parlons pas d’une apparition précoce du Père Noël, nous parlons de la fin de la saison 2022 de Formule 1.

Il y a quelques instants à peine, nous déballions la MCL36 pour la première fois lors des essais en Espagne, mais neuf mois et 22 courses se sont écoulés depuis. La plus récente de ces courses n’a certainement pas été notre préférée, puisque nous avons subi notre premier double DNF depuis Monaco en 2017, mais quelle meilleure façon de tourner la page que de se remettre en selle et de la mettre dans le rétroviseur avec un autre week-end de course ?

La dernière course de la saison est toujours chargée d’émotion, car nous regardons en arrière et réfléchissons à une autre année au cours de laquelle nous avons appris, aimé, ri et pleuré. Le Grand Prix d’Abu Dhabi sera également la dernière course de Daniel pour l’équipe, ce qui garantit qu’il n’y aura pas un seul œil sec dans la maison.

Nous avons recueilli quelques mots de l’homme lui-même avant sa dernière course, ainsi que de Lando Norris et du directeur d’équipe Andreas Seidl. Nous avons également compilé une liste de ce qu’il faut surveiller, les statistiques clés et nous avons quelques détails sur nos ventes du vendredi noir. Sans oublier une compétition particulièrement excitante.

Ce qu’ils disent

Lando Norris, #4 :

« C’est le dernier week-end de course de l’année ! Nous devons rebondir après le week-end dernier, mais je suis impatient de reprendre la piste et de me battre une dernière fois cette saison. La voiture est aussi très cool pour ce week-end, avec une livrée spéciale de notre partenaire Vuse, donc je suis impatient de la voir sur la piste. Faisons en sorte que cette dernière course soit positive. »

Daniel Ricciardo, #3 :

« C’est parti, une dernière fois en papaye. J’ai hâte d’y aller et de tout donner pour ces derniers jours de la saison. Je pense qu’il pourrait y avoir des batailles amusantes et un potentiel de dépassement dans ces nouvelles voitures, donc ce sera génial de mettre la MCL36 dans une dernière danse. Mon objectif est maintenant d’essayer de terminer cette saison du mieux possible. »

Andreas Seidl :

« L’équipe est excitée pour Abu Dhabi. La saison a été longue et tout le monde a travaillé extrêmement dur, nous avons donc un dernier gros effort à faire. L’équipe dira également au revoir à Daniel à la fin du week-end, mais jusqu’à dimanche soir, nous continuons à nous battre ensemble.

« Il sera intéressant de voir comment la voiture de cette année fonctionne sur le nouveau tracé que nous avons présenté l’an dernier, car nous espérons qu’il permettra de bonnes opportunités de dépassement. Vuse a également repris la livrée pour ce week-end de course dans le cadre de son initiative Driven by Change, ce qui est une belle façon de célébrer la fin de la saison.

« Alors que l’écart avec la P4 du Championnat des Constructeurs est plus important qu’espéré, cette saison a montré que tout est possible, donc nous gardons la tête basse et continuons à nous battre aussi fort que nous le pouvons pour ces derniers jours. Allez l’équipe. »

Ce que disent les statistiques :

Après n’avoir marqué aucun point lors du premier Grand Prix d’Abou Dhabi en 2009, Lewis Hamilton et Jenson Button ont réalisé un double podium en 2010, avec respectivement les places P2 et P3. Ils ont réitéré l’exploit l’année suivante, mais ont fait encore mieux, Button prenant la P3 et Hamilton la victoire. Nous avons obtenu la pole à deux reprises à Yas Marina, en 2009 et 2012. Les deux poles ont été remportées par Lewis Hamilton, mais les deux se sont malheureusement terminées par un abandon.

C’est lors d’un Grand Prix d’Abu Dhabi tendu en 2019 que nous avons obtenu la troisième place du championnat des constructeurs, notre meilleur résultat depuis 2012.

« Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix d’Abu Dhabi 2011 »

Avec 27 points d’avance sur Esteban Ocon, Lando est désormais mathématiquement assuré de la septième place au championnat des pilotes. Avec 113 points, la star britannique est déjà son deuxième meilleur classement en F1. Au classement des constructeurs, la course à la quatrième place n’est pas encore terminée, mais avec un retard de 19 points à combler sur Alpine, ce ne sera pas une tâche facile.

Lando n’a jamais terminé hors des points à Abu Dhabi, prenant la septième place la saison dernière, la cinquième en 2020 et la huitième en 2019. Daniel a terminé six fois dans le top 10 à Yas Marina et tentera d’en faire sept lors de sa dernière course pour McLaren.

Ce qu’il faut surveiller :

Ou plutôt, qui faut-il surveiller ? La réponse est Pato O’Ward ! Le pilote Arrow McLaren SP IndyCar, âgé de 23 ans, fera ses débuts en Formule 1 vendredi lors des essais libres, en reprenant la voiture de Lando. Les débuts de Pato font suite à deux récents essais privés de la MCL35M pour l’équipe, et constituent la deuxième de nos deux sorties obligatoires pour les jeunes pilotes.

Nous présenterons également un nouveau look élégant à Yas Marina, en nous associant à la marque Vuse, partenaire officiel de BAT, pour créer une livrée spéciale unique dans le cadre du programme Driven By Change. Conçue par Anna Tangles, cette initiative vise à offrir une plateforme mondiale aux artistes émergents et sous-représentés.

« Le MCL36 arborera une livrée unique à Abu Dhabi, conçue par Anna Tangles dans le cadre de l’initiative Driven By Change de Vuse ».

La livrée unique « Tangles » sera irisée sur le circuit de Yas Marina. La course se déroulant au coucher du soleil et le circuit faisant le tour de la marina, l’événement est visuellement magnifique, la lumière du soleil diminuant tout au long de la course et les projecteurs prenant sa place. Cela fait chuter la température et modifie l’équilibre de la voiture, ce qui constitue un défi unique pour les ingénieurs.

Même après les modifications apportées au tracé pour 2021, la ligne droite de 1,2 km entre les virages 5 et 6 est restée l’élément phare du circuit, la majorité de l’action se déroulant entre ces deux virages.

Créateurs de McLaren

Chaque semaine, nos canaux sociaux et la salle des postes du MTC regorgent d’œuvres d’art étonnantes que nos fans ont créées et nous ont envoyées. Les parcourir nous réchauffe toujours le cœur, et nous voulions donc partager cet amour.

Que vous soyez un dessinateur chevronné, un artiste en herbe en papier mâché ou que vous préfériez peindre par numéros, notre nouveau segment McLaren Creators mettra en lumière les œuvres préférées de nos fans inspirés.

Cette semaine, nous vous présentons

Mehmet Azad ÇALMAN de Turquie.

« Je suis un graphiste turc. J’ai été inspiré par l’énergie de l’équipe McLaren et en particulier par Daniel Ricciardo pour concevoir cet art. C’est un grand personnage et il sait comment s’amuser (même dans la chaleur du désert). J’adore cette équipe. Les couleurs et les énergies sont très réconfortantes. J’aime toujours utiliser des couleurs saturées, et celle de McLaren en fait partie. »

Alfa Romeo

Alfa Romeo F1 Team ORLEN se prépare à clôturer la saison 2022 avec la dernière course du championnat du monde de Formule 1, le Grand Prix d’Abu Dhabi. L’équipe se rend sur le circuit de Yas Marina à la sixième place du championnat des constructeurs, avec cinq points d’avance sur ses plus proches rivaux et déterminée à conclure l’affaire et à ramener ce résultat important.

Le rideau est prêt à tomber sur cette année. Abou Dhabi est prêt, une fois de plus, à être le cadre pittoresque d’une finale de saison, sa marina étant parée de lumières scintillantes : et bien que les championnats puissent être déjà décidés, cette course est tout sauf un match nul. La lutte ne se fait pas pour les couronnes, mais pour des résultats importants en soi : dans le cas de l’équipe, il s’agit de décrocher la sixième place du championnat, un résultat qui marquerait un énorme progrès par rapport aux années précédentes.

Après 22 courses, la ligne d’arrivée est en vue. La saison a été longue, elle a commencé dans la fraîcheur des matins d’hiver de Barcelone, les jours où notre monde semblait s’écrouler alors que la C42 était hors service de la pire des façons ; un sentiment qui s’est transformé en exaltation en quelques semaines, lorsque nous avons ouvert notre compteur avec un double point à Bahreïn, la première course de la saison. Ce fut une saison de hauts et de bas, étourdissant les premiers, démoralisant les seconds : à son crédit, l’équipe, même dans les pires moments, n’a jamais perdu de vue ses objectifs, n’a jamais relâché sa motivation, n’a jamais perdu la foi en ses capacités. Cette saison nous a conduits aux joies d’Imola, aux frissons de Montréal et à l’excitation d’Interlagos, mais nous a fait subir les déchirements de Bakou, le sentiment d’occasions perdues à Austin et le premier tour de piste à Silverstone.

L’équipe aborde la dernière course avec un sens clair et une compréhension de ce qui a été, de ce qui doit être fait et de ce que cela signifie pour l’avenir. Des esprits clairs dans des corps un peu fatigués. Ce fut une longue saison, une saison qui nous a soumis à la chaleur, au froid, au soleil et à la pluie, une saison qui nous a conduits du désert aux paysages urbains animés, aux nouveaux sites et aux circuits classiques, aux décors somptueux ou dépouillés pour nos courses. Notre équipe a fait face à tout cela dans la bonne humeur, en comptant les uns sur les autres comme la famille sur la route que nous sommes : nous avons gagné de nouveaux amis, perdu certains qui sont partis, et nous nous sommes appuyés sur notre sens de l’expérience commune et partagée pour surmonter ce défi et aller plus loin. C’est une saison qui a tout demandé au personnel de Hinwil, qui travaille jour et nuit pour soutenir ceux qui donnent tout dans le monde. C’est une saison où il faut être reconnaissant pour le soutien que nous avons reçu de nos collègues, de nos amis, de nos familles et de nos fans, qui nous ont rendus fiers comme jamais auparavant.

Ce fut une longue saison à la maison et sur la route, avec des repas à emporter dans la salle des opérations à la base, des sushis dans les centres commerciaux tard dans la nuit, des ragoûts fumants de Bakou et des barbecues texans sans fin ; une saison alimentée par d’innombrables tasses de café et notre incroyable personnel de restauration – les gars et les filles qui nous ont permis de continuer.

Ce fut une saison amusante, une saison difficile, une saison d’apprentissage : et maintenant elle touche à sa fin. Dans le lieu où le plus grand prix a été disputé de manière si controversée l’année dernière, nous nous alignons maintenant pour nous battre non pas pour un prix moindre, mais pour un prix qui signifie tout pour nous. La ligne d’arrivée est en vue : l’objectif d’une saison est devant nous – étincelant, brillant, à portée de main, mais nécessitant encore un dernier effort pour le saisir.

La saison a été longue, c’était une sacrée saison. Finissons-la comme elle mérite d’être finie.

Citations de l’équipe

Frédéric Vasseur, Team Principal :

« Une longue et intense saison de course s’achève ce week-end à Abu Dhabi : ce fut une année de changements fondamentaux pour notre équipe, avec à la fois de nouvelles réglementations et une nouvelle équipe de pilotes. Il semble que c’était hier que nous commencions notre campagne 2022 en force avec un double pointage à Bahreïn, et maintenant nous retournons au Moyen-Orient pour le dernier chapitre de la saison. Au cours des 22 courses, il y a eu plusieurs hauts et quelques bas, et je peux m’estimer satisfait du travail accompli. Tous les membres de l’équipe ont dû fournir de gros efforts, tant sur la piste qu’à la base, mais la ligne d’arrivée est désormais en vue. Les performances que nous avons montrées au cours des dernières courses nous ont donné une grande confiance, et les points que nous avons ramenés ont été une récompense vitale dans notre quête pour décrocher la sixième place du championnat. Notre travail n’est pas encore terminé : si nous continuons sur notre lancée et sur le bon rythme que nous avions au Brésil, nous pouvons à nouveau nous mêler au milieu du peloton et assurer la position que nous voulons au classement. »

Valtteri Bottas, #77 :

  » La saison 2022 s’achève à Abu Dhabi : l’année a été bien remplie, et je suis heureux de pouvoir bientôt prendre des congés bien mérités avec ma famille et mes amis. Ma première année avec l’équipe a été vraiment bonne, avec un début fort et une deuxième partie de saison un peu plus difficile, mais globalement au-dessus des attentes. Je suis heureux d’avoir commencé ce voyage avec l’équipe et je suis confiant pour l’avenir. Les points que nous avons marqués lors des dernières courses nous ont donné un avantage supplémentaire sur nos plus proches rivaux au championnat, mais nous avons encore du travail à finir : nous avons montré un bon rythme la semaine dernière au Brésil, ce qui nous permet d’aller à Abu Dhabi avec confiance. J’aime beaucoup ce circuit, où je suis monté deux fois sur le podium ces dernières années et où j’ai gagné en 2017. Nous avons encore une chance de bien faire ce week-end, à la fois pour nous et pour l’équipe à Hinwil, et nous ferons de notre mieux pour y parvenir et finir la saison en beauté. Poursuivre sur cette lancée pendant l’hiver serait la meilleure façon d’aborder la pause. »

Zhou Guanyu, #24 :

« Ma saison de rookie touche à sa fin cette semaine, et d’une certaine manière, j’ai l’impression que les 12 mois entiers sont passés à toute vitesse. Quelle année ce fut ! Je peux dire sans me tromper que j’ai beaucoup grandi au cours de l’année, à la fois en tant que pilote et en tant que personne, et j’ai hâte de voir ce que nous pourrons réaliser avec l’équipe l’année prochaine. L’équipe m’a mis à l’aise dès le début et tout le monde, à commencer par Fred, l’équipe d’ingénieurs et Valtteri, mais aussi tout le monde sur la piste et à Hinwil, a joué un grand rôle pour me faire progresser course après course. J’ai apprécié ce voyage jusqu’à présent et j’ai envie de faire un dernier bon résultat cette année pour remercier l’équipe de cette première saison ensemble. J’ai beaucoup apprécié de courir à Abu Dhabi par le passé, étant également monté sur le podium à quelques reprises en Formule 2. Notre rythme au Brésil était fort, et c’est un peu dommage de ne pas avoir réussi à en profiter pleinement, mais j’aborde le dernier week-end de course de l’année avec la motivation de tout donner et d’aider l’équipe à conclure l’affaire sur la sixième place du championnat. »

pht. Alfa Romeo

Aston Martin

Sebastian Vettel, #5 :

« Ce sera évidemment un week-end très émouvant alors que ma carrière en Grand Prix touche à sa fin. Je suis sûr que cette course me rappellera de nombreux souvenirs heureux de ces 15 dernières années, et je veux profiter de ma dernière course avec l’équipe et avec tous ceux que j’ai rencontrés au cours de ma carrière dans ce sport. Ces deux années avec Aston Martin F1 ont été fantastiques, avec de nombreux moments de plaisir et de grands souvenirs. Je veux partir sur une bonne note, donc nous allons nous battre et obtenir un bon résultat sur le circuit où j’ai obtenu mon premier titre mondial, il y a 12 ans. »

Lance Strol, #18 :

« Les modifications apportées à la piste ont rendu les dépassements un peu plus faciles, et nous avons également des voitures qui favorisent une course plus serrée. Avec le nouveau tracé, j’espère que nous pourrons être performants et terminer cette année avec un autre résultat positif. Je tiens également à rendre hommage à Sebastian avant son dernier Grand Prix. Il a été un coéquipier fantastique au cours des deux dernières années, une personne avec laquelle il est agréable de travailler, un homme dont j’ai beaucoup appris sur la course et la vie. Je lui souhaite le meilleur avenir possible, à lui et à sa famille. »

DRS

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

  • Dépassement : Les virages reprofilés ont changé la dynamique de la course en termes de dépassement, et les voitures à effet de sol sont prêtes à franchir une nouvelle étape cette année. Quatre-vingt pour cent de tous les dépassements ont lieu à la fin des deux longues zones DRS – les descentes vers les virages six et neuf.
  • La stratégie : Pirelli apporte les trois composés les plus tendres pour la finale. Malgré la souplesse des pneus et les caractéristiques du circuit, l’usure des pneus n’a traditionnellement pas été particulièrement élevée ici. Cependant, l’usure a augmenté en 2022, et les dépassements plus faciles pourraient favoriser des arrêts aux stands supplémentaires en course.
  • Voitures de sécurité : Les premières années, il n’y avait pas beaucoup de voitures de sécurité à Abu Dhabi, mais la fréquence s’est quelque peu améliorée au fil du temps. Au cours des quatre dernières courses, il y a eu trois voitures de sécurité et trois VSC, ce qui augmente le risque qu’une interruption modifie l’issue de la course.

AlphaTauri

Pierre Gasly, #10 :

« Le Brésil est un autre week-end où tout n’a pas fonctionné pour nous en course. Même si j’ai poussé aussi fort que possible, c’était encore une fois un après-midi frustrant sans aucun point. Nous arrivons maintenant à la dernière manche, qui sera importante car c’est notre dernière chance de prendre la huitième place au classement des constructeurs.

Ce sera un week-end très émotionnel, bien sûr. C’est mon dernier avec l’équipe après cinq ans passés ensemble. Cela signifie que notre relation a été bien plus qu’un simple partenariat de travail. Je connais personnellement tous les ingénieurs, les mécaniciens et les gens de l’usine, car nous avons passé du temps ensemble, même dans notre vie privée. C’est la dernière course d’une longue histoire, car je ne pense pas que beaucoup de pilotes aient passé cinq ans avec une équipe. Il y a eu tellement de grands moments que nous avons partagés ensemble et ce qui est certain, c’est que quoi qu’il arrive ce week-end, je ferai de mon mieux dans l’espoir que nous puissions terminer avec une bonne course et un bon résultat. Mais à part cela, je veux juste profiter du week-end dans son ensemble et penser à tous les bons moments que nous avons passés ensemble ces dernières années.

Pour ce qui est de la course elle-même, l’année dernière j’ai terminé cinquième, mais cette année je n’ai pas d’attentes aussi élevées, car nos performances ont été difficiles à prévoir d’une course à l’autre. Cette année, il a été généralement difficile pour nous de nous battre pour les places dans les points, mais cela reste notre objectif et personnellement, j’aimerais bien terminer cette histoire avec la Scuderia AlphaTauri en terminant dans le top 10 ensemble une dernière fois. »

Yuki Tsunoda, #22 :

« Sao Paulo s’est avéré être un moment difficile pour moi dès le début, car je n’ai tout simplement pas pu trouver l’adhérence. Changer complètement les réglages de la voiture avant la course m’a un peu aidé, même si j’ai dû partir de la pitlane. Cependant, je n’étais toujours pas complètement satisfait de la voiture. J’espère que nous pourrons trouver une solution pour nous sentir mieux dans la voiture pour cette dernière course.

L’année dernière à Abu Dhabi a été un week-end fantastique pour moi, tout simplement génial. J’ai de très bons souvenirs de la façon dont la saison s’est terminée là-bas. J’ai bien terminé ma première année en Formule 1, en me qualifiant huitième et en terminant quatrième, juste une place devant Pierre, ce qui a été un résultat fantastique pour l’équipe aussi. J’ai senti que j’étais capable de montrer ce que je pouvais faire et de démontrer à mon équipe la confiance supplémentaire que j’avais acquise à la fin de l’année. Ce serait bien de pouvoir répéter cela cette fois, mais je n’en attends pas trop, car la voiture de l’année dernière était meilleure que celle de cette année. Quoi qu’il en soit, je vais aborder le week-end de la manière habituelle et voir comment ça se passe. Le circuit de Yas Marina peut être assez difficile, et la dégradation des pneus dans le dernier secteur peut être un problème, donc vos réglages doivent se situer entre les deux. Vous ne pouvez pas avoir un set-up parfait qui convient à chaque partie de la piste.

Je serai triste de voir Pierre partir. Il a été un très bon coéquipier, tant sur la piste qu’en dehors. Nous sommes devenus de vrais amis en dehors de la piste et nous avions également une excellente relation professionnelle. J’ai beaucoup appris de lui à chaque course, surtout l’année dernière. Je n’aurais pas fait autant de progrès sans lui. Je vais donc lui dire un grand merci et j’espère que nous pourrons profiter de ce dernier week-end de course ensemble. »

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Le dernier événement de la saison a lieu à Abu Dhabi et nous chercherons à terminer 2022 en beauté et à commencer nos préparatifs pour 2023.

Logan pilotera à nouveau la FW44, cette fois dans la voiture de Nicholas pour la FP1. Il pilotera ensuite l’une des voitures pendant une journée complète lors du test d’après-saison, mardi. Son objectif principal ce week-end est la fin de sa campagne de F2, mais son temps dans la F1 sera précieux pour préparer son avenir. Alex conduira l’autre voiture lors du test d’après-saison et les deux voitures rouleront avec les pneus Pirelli 2023 et acquerront une expérience vitale qui nous aidera à préparer le test de pré-saison 2023 à Bahreïn.

Abu Dhabi devrait mieux convenir à la FW44 qu’à Interlagos et nous sommes désireux de terminer la saison en beauté. Pirelli a fourni les composés les plus tendres de sa gamme pour cette course et une fois que la piste aura été nettoyée et que nous aurons entamé les séances du soir, ces composés devraient bien fonctionner.

Alex Albon, #23 :

C’est la dernière course de la saison, donc nous verrons comment nous nous en sortons cette semaine, en voulant évidemment terminer sur une bonne note et donner un peu de motivation à tout le monde pendant la saison d’hiver. Cette piste devrait nous convenir davantage que les deux dernières courses et comme c’est la dernière course de Nicky avec l’équipe, j’espère que nous pourrons tous faire une bonne course pour lui.

Nicholas Latifi, #6 :

J’aborde mon dernier week-end de course avec l’équipe et en Formule 1, alors j’essaie d’en profiter au maximum. Je ne participerai pas à la FP1 ce week-end mais comme nous nous qualifions et courons de nuit, cela ne fera pas trop de différence. C’est triste d’assister à la dernière course, mais ce fut trois années formidables chez Williams, avec beaucoup de hauts et de bas. J’espère pouvoir terminer la saison sur une note aussi positive que possible.

Logan Sargeant, #45 :

J’attends avec impatience ma dernière séance d’essais libres de l’année, suivie du test des jeunes pilotes avec Williams. C’est une opportunité fantastique de pouvoir passer autant de temps au volant de la FW44 sur quatre week-ends de course. Au fil des séances, j’ai pu apprendre beaucoup de choses sur la nouvelle génération de voitures par rapport à ce que j’ai piloté lors du Test Jeunes Pilotes l’année dernière. En plus de la FP1 ce week-end, je me concentre sur la dernière course de ma saison de Formule 2, que j’espère terminer aussi bien que possible.

 

Haut du site