23 juin 2024

Verstappen vainqueur sous la pluie à Monaco, devant Alonso et Ocon

Max Verstappen a maintenu intact le record de victoires de Red Bull en 2023 en surmontant une averse – et le chaos qui s’en est suivi – dans les derniers instants du Grand Prix de Monaco, devançant son rival de l’Aston Martin Fernando Alonso et l’Alpine d’Esteban Ocon.

Verstappen a fait une échappée nette lorsque la course a commencé pour maintenir son avantage sur Alonso dans le premier virage, avec la Red Bull optant pour des pneus médium au départ et l’Aston Martin optant pour des pneus durs.

Mais alors que la course se développait et que leur seul et unique arrêt approchait, une averse s’est abattue sur la piste pour bouleverser la rencontre, provoquant une avalanche de sorties de piste, de frôlements de barrières et d’activités dans la voie des stands.

Alonso est passé au stand alors que seule une partie de la piste était humide et a d’abord chaussé des mediums, mais l’intensification de la pluie l’a contraint à repasser aux intermédiaires, que le reste du peloton n’a pas tardé à emprunter à son tour.

Verstappen est passé directement des mediums aux intermédiaires, survivant au contact avec le mur avant de s’arrêter, retrouvant son rythme dans les conditions mixtes et contrôlant les débats jusqu’au drapeau à damier.

#1, Max Verstappen, Red Bull, P1. pht. Red Bull

Malgré son arrêt supplémentaire, Alonso avait suffisamment d’atouts en main pour conserver la deuxième place et obtenir le meilleur résultat d’Aston Martin depuis le début de la saison, tandis qu’Ocon a profité du changement de temps et de l’empressement dans la voie des stands pour monter sur la dernière marche du podium.

Les nouvelles W14 de Mercedes ont marqué de nombreux points, Lewis Hamilton et George Russell prenant respectivement la quatrième et la cinquième place. La pénalité de cinq secondes infligée à ce dernier pour s’être heurté à Sergio Perez lorsqu’il a rejoint la piste après une sortie de piste dans des conditions glissantes n’a pas eu d’incidence sur sa position finale.

#14, Fernando Alonso, Aston Martin, P2.

Charles Leclerc, le favori local, a franchi la ligne d’arrivée à son point de départ en sixième position, après avoir reçu une pénalité de trois places sur la grille pour avoir gêné Lando Norris lors des qualifications, suivi de l’autre Alpine de Pierre Gasly et de son coéquipier chez Ferrari Carlos Sainz.

Lando Norris et Oscar Piastri ont permis à McLaren de marquer deux points en terminant neuvième et dixième, en réalisant des mouvements tardifs sur le rival de l’AlphaTauri, Yuki Tsunoda, qui a ensuite dégringolé jusqu’à la quinzième place à la suite d’un blocage et de problèmes de freins.

#31, Esteban Ocon, Alpine, P3. pht. Pirelli

Alfa Romeo a terminé 11e et 13e, Valtteri Bottas et Zhou Guanyu prenant en sandwich l’autre AlphaTauri de Nyck de Vries, suivie d’Alex Albon de Williams, du susmentionné Tsunoda et de Sergio Perez, qui n’a pu faire mieux que 16e après sa chute en qualifications.

Nico Hulkenberg, de Haas, a connu une course désordonnée en route vers la 17e place, après avoir reçu une pénalité de cinq secondes des commissaires – pour avoir heurté Logan Sargeant au 1er tour – qui n’a pas été purgée correctement, ce qui a entraîné une sanction supplémentaire de 10 secondes.

Race Start

Sargeant a été le dernier à terminer la course, Kevin Magnussen ayant abandonné sa Haas dans les derniers tours après avoir bravé les conditions humides et avoir été le dernier pilote à abandonner les pneus slicks, et Lance Stroll d’Aston Martin ayant été l’autre à abandonner après une série d’incidents.

CE QUI S’EST PASSÉ

Alors que la poussière retombait sur une heure de qualification frénétique dans les rues étroites et sinueuses de Monaco, les commissaires ont abandonné une communication qui verrait Leclerc passer de la troisième à la sixième place sur la grille de départ de sa course nationale, après avoir gêné Norris lors de la phase Q3.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P4. pht. Mercedes

C’est un nouveau revers pour le Monégasque, dont les problèmes à domicile au fil des ans ont amené les fans à se demander s’il était « maudit », mais Ocon, son coéquipier Sainz et Hamilton ont tous accepté avec joie une place gagnée sur la grille dans un endroit où la position sur la piste est vitale.

Mais tous les regards étaient tournés vers la première ligne de la grille et vers Verstappen ou Alonso qui prendrait le meilleur départ et remporterait la course vers Sainte Dévote, le pilote Aston Martin ayant déclaré après les qualifications que les départs de son rival Red Bull depuis le début de la saison étaient « inconsistants ».

Verstappen, Ocon, Hamilton, Tsunoda et Norris sont les 10 premiers à avoir opté pour le composé médium, tandis qu’Alonso, Sainz, Leclerc, Gasly et Russell ont choisi le composé dur.

Les autres pilotes étaient répartis entre les médiums et les durs, Zhou étant le seul à opter pour les softs afin de rattraper son retard par rapport à la 19e place sur la grille, complétée par Perez, qui n’était pas en position après avoir chuté lors des qualifications.

#63, George Russell, Mercedes, P5. pht. Pirelli

À l’extinction des feux, Verstappen, auteur de la pole position, a fait bon usage de ses pneus tendres en s’élançant depuis sa place sur la grille et en maintenant son avantage sur Alonso dans le premier virage, Ocon conservant la troisième place devant Sainz, Hamilton, Leclerc, Gasly, Russell, Tsunoda et Norris.

Plus loin derrière, il y a eu toutes sortes de drames : Hulkenberg a bloqué au freinage de Mirabeau et a dépassé Sargeant, avant que Stroll ne soit pris entre Albon et la barrière de droite à l’épingle à cheveux, perdant de la fibre de carbone au passage.

Après un nouveau contact dans le goulot d’étranglement, Hulkenberg et Zhou sont passés aux stands à la fin du tour pour chausser les pneus durs, tandis que Perez est également venu pour un train de gommes blanches, tous trois semblant vouloir courir jusqu’au drapeau à damier.

Les commissaires ont agi rapidement pour donner à Hulkenberg une pénalité de cinq secondes pour son geste trop ambitieux sur Sargeant, tandis que le panel a également noté une position de départ potentiellement incorrecte pour Russell, mais a finalement décidé de ne pas prendre d’autres mesures.

#16, Charles Leclerc, Ferrari, P6. pht. Pirelli

En tête, Verstappen a pris son rythme et a distancé Alonso, portant son avance juste au-dessus de la barre des deux secondes à l’approche du 10e tour sur 78, avec Ocon à une dizaine de secondes, suivi de Sainz, Hamilton et Leclerc – tous circulant nez à nez.

Un nouvel incident survient lorsque Sainz accroche l’arrière de la voiture d’Ocon à la sortie du tunnel, laissant ce dernier avec une plaque d’extrémité avant gauche mal fixée qui se détache au tour suivant et est ensuite écrasée par Hamilton et Leclerc, mais sans causer de crevaison.

Quelques instants plus tard, Alonso a exprimé ses propres inquiétudes concernant une crevaison alors qu’il perdait cinq secondes sur le leader Verstappen, mais le muret des stands de l’Aston Martin l’a rassuré en lui disant que tout semblait bien dans les données et qu’il n’y avait pas besoin de s’arrêter pour un nouveau train de pneus.

Bien que les mécaniciens de Ferrari aient émergé dans la voie des stands avec un nouvel aileron avant, Sainz est resté en piste entre Ocon et Hamilton et a retrouvé son calme, les commissaires lui montrant un drapeau noir et blanc – un avertissement officiel – pour l’accrochage susmentionné.

#10, Pierre Gasly, Alpine, P7

Alors que les 10 premières positions se sont stabilisées, c’est le milieu de peloton qui se charge de l’action. Magnussen dépasse Sargeant dans Mirabeau, Stroll plonge à l’intérieur de La Rascasse et Perez, qui se rétablit, prend également de l’avance à la sortie de la piste.

En effet, Williams a été le grand perdant de cette phase de la course, Sargeant perdant de nouvelles places au profit de Hulkenberg et Zhou, tandis qu’Albon se laisse distancer par Bottas – l’équipe Grove a fait rentrer les deux pilotes pour des pneus neufs, mais a dû boxer Sargeant une nouvelle fois lorsqu’il a crevé.

Alors que les arrêts aux stands approchent, Norris est prévenu qu’une pluie de « classe 1 » pourrait arriver au 35e tour, alors que les nuages commencent à remplacer le ciel bleu qui couvrait initialement le port de Monaco, ajoutant un nouvel élément d’intrigue à la course.

Pendant que l’on attendait de voir qui clignoterait le premier, Verstappen a contacté Red Bull par radio pour signaler que son avant-gauche « n’est vraiment pas beau » et s’est inquiété d’un peloton de retardataires qu’il avait approché rapidement – son coéquipier Perez étant le premier sur la liste.

#55, Carlos Sainz, Ferrari, P8. pht. Scuderia Ferrari

Hamilton a plongé dans les stands au 32e tour, échangeant ses mediums contre un jeu de hards, Ocon faisant de même un tour plus tard, alors que Stroll et Perez se sont heurtés à la Nouvelle Chicane en se disputant la position après avoir cédé la place à Verstappen.

Sainz a été le prochain à s’arrêter, passant des hards aux mediums, mais après s’être replacé entre Ocon et Hamilton, il a allumé les ondes au milieu de la frustration sur la stratégie de Ferrari, en disant que le résultat était « exactement ce dont j’ai parlé ».

Alors que Verstappen, chaussé de pneus intermédiaires, était aux prises avec davantage de trafic et de problèmes de pneus, il a exhorté Red Bull à considérer ses options stratégiques, mais la réponse a été claire. « Si nous ravitaillons maintenant, nous tombons derrière Fernando », a déclaré son ingénieur, Alonso roulant en gomme dure.

La tentative de Perez d’atteindre la fin de la course après son arrêt au stand du 1er tour a été compromise par son incident avec Stroll, la #11 faisant une nouvelle visite au box Red Bull pour un nouvel aileron avant, Stroll ayant la chance de ne pas le suivre après avoir touché Magnussen à Anthony Noghes.

#4, Lando Norris, McLaren, P9. pht. Pirelli

Malgré ses soucis de circulation et de pneumatiques, l’avance de Verstappen sur Alonso atteignait près de 10 secondes au 40e tour, Leclerc, Gasly et Russell allongeant eux aussi leur premier relais alors que de nouveaux messages radio indiquaient l’approche de la pluie.

Mais quelques tours plus tard, le double champion du monde en titre a ajouté « Je ne vois pas combien de temps je peux continuer comme ça », rapidement suivi par Leclerc et Gasly qui ont décidé que c’en était assez et ont échangé leurs pneus durs de départ pour des pneus médiums – laissant Verstappen, Alonso et Russell comme les seuls pilotes de tête à ne pas avoir encore ravitaillé.

Le message suivant de Red Bull à Verstappen était « Peut-être des gouttes de pluie dans les virages 6 à 8 », puis Russell a signalé qu’il y avait effectivement « des crachats dans le virage 3 » avant qu’il ne « pleuve de plus en plus » – les pieds s’agitent et le rythme cardiaque augmente dans la voie des stands.

Avec les drapeaux rouge et jaune agités, et le secteur central du tour particulièrement glissant, Bottas et Stroll ont décidé qu’il était temps de passer aux intermédiaires, mais les 18 voitures restantes sont restées à l’extérieur pour l’instant et ont lutté contre les conditions sur les slicks.

#81, Oscar Piastri, McLaren, P10. pht. Pirelli

Au 54e tour, Alonso rentre aux stands et, au lieu de passer aux intermédiaires, il passe des pneus durs aux pneus médiums, une décision qui semble devoir lui faire perdre un grand nombre de places lorsque la pluie s’intensifie et s’étend à l’ensemble du circuit, obligeant à un nouvel arrêt.

Verstappen a heurté le mur à Portier en route vers son arrêt aux stands, mais a réussi à faire le tour et à sortir avec une avance intacte.

Après les arrêts, Verstappen menait Alonso de plus de 15 secondes, Ocon conservant la troisième place devant les deux Mercedes Hamilton et Russell, Leclerc en sixième, Gasly en septième, Sainz en huitième, Tsunoda en neuvième et Norris complétant les 10 premières positions.

Magnussen a été le seul pilote à rester en slicks, mais cette mission courageuse s’est terminée par une sortie de route à La Rascasse, suivie d’une autre sortie de piste à Sainte Devote, malgré le fait qu’il soit passé au stand pour chausser les gommes humides, que Hulkenberg et Perez ont également changées.

Au milieu de tous ces changements de pneus, Russell a reçu une pénalité de cinq secondes pour avoir rejoint la piste d’une manière dangereuse – les images télévisées le montrent en train de prendre la sortie de piste à Mirabeau, de reculer et de se cogner les roues avec Perez alors qu’il reprenait la course.

La course de Stroll a été encore plus dramatique lorsqu’il a perdu son aileron avant à la sortie de l’épingle à cheveux, avant de se garer et d’abandonner, tandis que Perez, qui venait d’être percuté par Russell, a fait une glissade sauvage dans la chicane de la Piscine et a heurté le mur à la sortie.

Les choses ont également empiré pour Hulkenberg, qui a écopé d’une pénalité de 10 secondes parce que sa sanction initiale de cinq secondes n’a pas été purgée correctement, ce qui s’est produit plus tôt cette saison avec Ocon à Bahreïn et Alonso en Arabie Saoudite.

Alors que les conditions se stabilisaient, Verstappen a continué à distancer Alonso, balayant une question de son ingénieur sur le fait que les conditions étaient « autre chose qu’inter » et augmentant sa marge à près de 30 secondes avant le drapeau à damier.

Il s’agit d’une victoire de prestige pour le leader du championnat, qui compte désormais 39 points d’avance sur Perez au classement des pilotes, son coéquipier n’ayant pu remonter plus haut que la 16e place après être parti de l’arrière à la suite de sa coûteuse sortie de route en qualifications.

Ocon a gagné du terrain dans des conditions difficiles pour prendre une superbe troisième place pour Alpine, en s’appuyant sur une performance de qualification déjà excellente, suivi par les deux Mercedes Hamilton et Russell, ce dernier ayant suffisamment d’avance sur Leclerc malgré sa pénalité.

Gasly a séparé les Ferrari en septième position, avec Sainz, Norris et Piastri complétant les points, dépassant Tsunoda dans les derniers tours avant que l’homme d’AlphaTauri ne sorte de la route à Mirabeau et ne jure à la radio de l’état de ses freins.

Bottas a été le premier des Alfa Romeo à franchir la ligne d’arrivée en 11e position, suivi par De Vries, qui a obtenu son meilleur résultat avec AlphaTauri jusqu’à présent, son coéquipier Zhou, Albon et Tsunoda, tandis que Perez, 16e, a dû regretter ce qui aurait pu arriver après avoir perdu du terrain sur Verstappen dans la course au titre.

La journée misérable de Hulkenberg s’est terminée en P17 lorsque sa deuxième pénalité de temps a pris effet, avec son coéquipier Magnussen qui est passé au stand en fin de journée pour abandonner après ses paris ratés sur les pneus pluie et Stroll qui a soutenu l’arrière en tant que deuxième DNF de la journée à la suite de diverses collisions et de voyages aux barrières.

CITATION PRINCIPALE

« La course a été assez difficile parce que nous étions sur le pneu médium au départ et Fernando était sur le pneu dur », a déclaré Verstappen, le vainqueur de la course. « Nous ne voulions pas aller aussi loin, mais nous devions le faire. La pluie arrivait et nous ne savions pas vraiment ce qui se passait.

« Les pneus se grainaient et il a fallu quelques tours pour sortir de cette phase de grainage et le rythme s’est un peu accéléré, mais c’était toujours très délicat à conduire. Puis il a commencé à pleuvoir tour après tour, et nous avons dû prendre la décision de passer aux inters.

« C’était incroyablement glissant. Quand vous êtes si loin en tête, vous ne voulez pas pousser trop fort, mais vous ne voulez pas perdre trop de temps, donc c’est assez difficile dans ce scénario. J’ai accroché les murs plusieurs fois, c’était très difficile, mais c’est Monaco !

Communiqué La F1

La course ici

Les Pit Stop ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

QUELLE EST LA PROCHAINE ÉTAPE ?

Après avoir posé ses valises à Monaco, le paddock de la F1 se rendra sur le circuit de Barcelone-Catalunya pour le Grand Prix d’Espagne, qui se déroulera du 2 au 4 juin.

Analyse par Teams et Pilotes :

Pirelli

MARIO ISOLA – DIRECTEUR DU SPORT AUTOMOBILE    :

« Le week-end monégasque a été riche en émotions, tant pour les personnes qui ont assisté à la course en personne que pour celles qui l’ont suivie à la maison, à la télévision et en ligne. Comme il y a un an, les cinq types de pneus apportés à Monaco ont été utilisés, avec la nouvelle spécification du pneu pluie – qui ne nécessite pas de couvertures – qui a fait ses débuts. Les premières impressions sur ses performances semblent correspondre aux attentes, même s’il n’est évidemment pas possible de comparer Monaco avec d’autres endroits. Sur le sec, la course a été une partie d’échecs entre ceux qui sont partis avec les mediums et ceux qui ont opté pour les hards : en fait, un plus grand nombre de pilotes que ce que nous avions anticipé avant la course. Une seule personne, Guanyu Zhou, a opté pour les softs au départ. Comme c’est souvent le cas à Monaco, il s’agissait d’abord de voir qui tirerait le meilleur parti du trafic pour trouver le bon moment pour faire le geste décisif et s’arrêter. Et puis il y a eu la météo incertaine, avec cette pluie que tout le monde savait venir mais que personne n’attendait aussi forte. Tout cela a donné une course extrêmement difficile à gérer sans commettre d’erreurs. Le premier relais sur le médium a été beaucoup plus long que prévu : non seulement Verstappen a effectué 55 tours sur ce composé, mais les deux pilotes AlphaTauri ont fait 53 tours, tandis que Lando Norris en a fait 50. Sur ce circuit en particulier, la gestion des pneus, même avec le grainage, devait être effectuée en fonction du trafic et des conditions météorologiques – comme ce fut certainement le cas aujourd’hui. »

LA COURSE DU POINT DE VUE DES PNEUS

Max Verstappen de Red Bull a remporté le Grand Prix de Monaco avec le pilote d’Aston Martin Fernando Alonso en deuxième position. Esteban Ocon a terminé troisième pour Alpine. Tous les pilotes sur le podium ont pris le drapeau à damier sur l’intermédiaire Cinturato Green. Comme l’année dernière, tous les composés ont été utilisés : trois types de slick et deux wets, dont le nouveau Cinturato Blue full wet.

Comme d’habitude à Monaco, les qualifications ont été décisives pour le résultat de la course, les trois premiers de la grille terminant dans le même ordre. Charles Leclerc s’était initialement qualifié en troisième position, devant Ocon, mais a reçu une pénalité de trois places sur la grille.

Verstappen et Ocon ont pris le départ sur des P Zero Yellow mediums avec l’intention de passer aux P Zero White hard pour l’arrivée. Mais après l’arrivée de la pluie, Verstappen a pu passer directement aux intermédiaires. Alonso a également commencé sur le composé dur, mais a fait le plein pour les médiums qu’il a utilisés pendant seulement un tour avant de passer aux intermédiaires.

La moitié des équipes ont divisé leurs stratégies pour le départ : Mercedes, Alpine, McLaren, Alfa Romeo et Haas ont toutes équipé leurs deux voitures de composés différents. Le seul pilote à prendre le départ avec les P Zero Red soft est Guanyu Zhou (Alfa Romeo), qui s’arrête après un tour pour chausser les pneus durs, tout comme Nico Hulkenberg (Haas) et Sergio Perez (Red Bull).

La pluie a commencé à tomber environ 25 tours avant la fin de la course, d’abord entre les virages 4 et 8. Valtteri Bottas (Alfa Romeo) a été le premier à chausser les intermédiaires et Kevin Magnussen (Haas) a été le dernier à passer par les stands pour chausser les pneus pluie, troquant les durs contre les pleins humides.

Le nouveau pneu Cinturato Blue Full Wet, qui devait faire ses débuts au Grand Prix d’Emilie-Romagne, a été utilisé par les deux pilotes Haas et Perez. Il s’agit du premier pneu Pirelli de Formule 1 qui ne nécessite pas l’utilisation de chauffe-pneus.

Bottas a réalisé le meilleur temps sur les intermédiaires, en 1m24.637s au 76e tour. Hulkenberg a réalisé le meilleur temps avec les pneus pluie en 1m32.994s au tour 72. Lewis Hamilton (Mercedes) a réalisé le tour le plus rapide de la course (1m15.650s) au 33e tour avec les pneus durs, tandis que la meilleure performance avec les intermédiaires a été réalisée par Leclerc (1m15.773s) au 46e tour. Magnussen a eu le relais le plus long, utilisant les durs pendant 56 tours.

La pluie a fait chuter la température de l’asphalte de 41°C à 27°C tandis que la température ambiante a oscillé entre 28 et 23°C.

Que se passera-t-il ensuite ?

La semaine prochaine, la Formule 1 se rendra au Circuit de Barcelona-Catalunya pour le Grand Prix d’Espagne (2-4 juin). Le P Zero White hard sera le pneu C1, le P Zero Yellow medium le C2, et le P Zero Red soft le C3. Le circuit a été modifié cette année avec la suppression de la dernière chicane, ce qui le rend plus rapide et plus fluide.

Red Bull

Max Verstappen, #1, P1 :

Nous avons réussi à rester calmes et à ramener la voiture à la maison, ce qui a permis à l’équipe de marquer de nombreux points.

« C’est super agréable de gagner à nouveau ici à Monaco ! C’était une course assez difficile, nous étions sur les mediums pour commencer et Fernando sur les durs, donc nous ne voulions pas que le premier relais soit si long mais nous devions rester dehors. La pluie a également compliqué les choses. Nous avons opté pour des pneus intermédiaires, mais les premiers tours ont été incroyablement glissants. J’ai encore accroché les murs à plusieurs reprises, mais c’est Monaco ! Quand vous êtes si loin en tête, vous ne voulez pas pousser trop fort, mais vous ne voulez pas non plus perdre trop de temps. Nous avons réussi à rester calmes et à rentrer à la maison, et nous avons marqué un bon nombre de points pour l’équipe. Je vais bien sûr fêter cela ce soir avec mes amis et ma famille, mais demain nous nous concentrerons sur l’Espagne.

Sergio Perez, #11, P16 :

Je savais que la journée d’hier serait extrêmement coûteuse et, en fin de compte, elle s’est soldée par 25 points.

« Tout est allé de travers et aujourd’hui nous avons payé le prix d’une mauvaise erreur de ma part en qualification. Je suis vraiment triste de ma performance, pas seulement aujourd’hui mais tout au long du week-end. Je savais que la journée d’hier serait extrêmement coûteuse et, en fin de compte, elle s’est soldée par une perte de 25 points. Les conditions étaient délicates et il y avait un peu d’espoir que lorsqu’il a commencé à pleuvoir, nous pourrions faire les choses correctement, mais nous ne l’avons pas fait, c’est dommage. Je ne pense pas que nous aurions pu faire grand-chose différemment ; tout le mal était fait hier. Je veux seulement tourner la page sur cette course, car ce fut un week-end terrible. J’ai encore de l’espoir au championnat, mais je sais que je ne peux pas me permettre un autre zéro en course, alors j’espère vraiment retrouver mon niveau normal à Barcelone. Je dois être parfait dans les prochaines courses, je dois obtenir des victoires et les obtenir rapidement. Je suis heureux que nous soyons en course dans quelques jours.

Christian Horner :

La victoire d’aujourd’hui est représentative de la performance et du dévouement de l’équipe dans son ensemble et à plus grande échelle. C’est une victoire brillante, riche d’enseignements, que nous allons certainement savourer.

« Gagner ici est spécial, cela signifie toujours un peu plus, chaque pilote veut l’inscrire sur son CV. Et pour nous, c’est notre troisième victoire consécutive pour l’équipe et notre septième au total ici à Monaco. Nous savions avant ce week-end que ce serait notre plus grand défi de la saison jusqu’à présent et Monaco a tout donné à Max aujourd’hui. Il a bien géré le pneu médium et les conditions changeantes, il est passé au pneu intermédiaire et il est rentré à la maison. Encore un pilotage fantastique. Malheureusement, le week-end a été difficile pour Checo. Malgré tous ses efforts, il n’a pas pu faire grand-chose après les qualifications d’hier. Connaissant Checo, il apprendra de ses erreurs et réagira rapidement en Espagne. Ce que nous voyons ici sur le circuit n’est que la vitrine de tout ce qui se passe quotidiennement à l’usine. La victoire d’aujourd’hui est représentative de la performance et du dévouement de l’équipe dans son ensemble et à plus grande échelle. C’est une victoire brillante, riche d’enseignements, que nous ne manquerons pas de savourer ».

Aston Martin

« C’est un résultat extraordinaire pour toute l’équipe et un signe important du chemin que nous avons parcouru ensemble. »

Fernando Alonso, #14, P2 :

« Je suis très heureux de ce résultat. La course n’a pas été facile – et la pluie a rendu les choses difficiles pour tout le monde, et très risquées d’un point de vue stratégique. Je ne pense pas que l’arrêt supplémentaire [d’abord les mediums, puis les intermédiaires] ait affecté le résultat. Il est toujours difficile de lire la course depuis le cockpit, mais lors du tour où je me suis arrêté, la piste était complètement sèche à l’exception des virages sept et huit – alors pourquoi chausser des Inters, surtout quand on avait l’impression qu’il s’agissait d’une petite averse et que nous avions beaucoup de marge derrière nous ? C’était donc la bonne décision, et une sécurité supplémentaire : mais une minute et demie plus tard, la situation était complètement différente ! Il n’y avait aucune chance de gagner aujourd’hui, que ce soit sur le sec ou sur le mouillé, mais nous avons fait une course agressive et nous avons essayé de gagner. Nous espérions que Max [Verstappen] souffrirait d’une plus grande dégradation sur les mediums, mais il a fait 50 tours à un rythme incroyable. Mais nous nous rapprochons – ne l’oublions pas. Maintenant, direction l’Espagne ! »

Lance Stroll, #18, abandon (DNF) :

« En toute honnêteté, ce n’était pas une course dont on se souvient. Le premier tour a été assez mouvementé – beaucoup d’accrochages, beaucoup de fibres de carbone qui volent partout ! Ces accrochages ont laissé la voiture avec pas mal de dégâts, mais j’ai quand même pu m’attaquer à certaines des voitures qui me précédaient. Et j’ai réussi à faire quelques dépassements, ce qui était amusant. Mais j’ai eu un peu de mal à ralentir la voiture avant même la pluie, et lorsqu’elle a commencé à tomber, les problèmes de freinage m’ont empêché d’arrêter la voiture. Je pense que j’ai heurté le mur environ cinq fois, mais ce n’était pas mon jour. Félicitations à Fernando pour cet excellent résultat – je viserai une place dans les points à Barcelone le week-end prochain. J’ai déjà hâte d’être en Espagne.

Mike Krack, Directeur de l’équipe :

« Partir de la première ligne et terminer deuxième avec Fernando au Grand Prix de Monaco est un résultat extraordinaire pour toute l’équipe – et un marqueur significatif du chemin parcouru ensemble. La course a été difficile à gérer : nous avons équipé Fernando du mélange dur, en espérant utiliser cette stratégie pour dépasser Max plus tard dans la course. Puis la pluie est arrivée ! Au début, l’averse n’était pas trop forte, et nous avons monté des Mediums parce qu’un vieux pneu dur usé est incroyablement difficile à gérer sur une piste mouillée. La pluie s’est immédiatement intensifiée et le passage aux Intermédiaires s’est imposé comme un choix logique juste un tour plus tard. Cela n’a rien changé au résultat – nous n’aurions pas pu rattraper Max de toute façon. Fernando a conduit magnifiquement dans des conditions difficiles pour égaler le meilleur résultat de l’équipe AMF1 – bravo. Lance a dû faire face à des dégâts après avoir été percuté au premier tour, mais il a conduit avec beaucoup de verve, a dépassé plusieurs voitures et s’est battu avec acharnement. Cela faisait plaisir à voir. Il a bien jugé le passage en Inters mais a géré les freins sur le mouillé et a perdu son aileron avant après un accrochage avec les barrières. Parti en 14e position, la course s’annonçait délicate pour Lance, mais il a gardé la tête haute tout au long de la course. Nous allons maintenant en Espagne, avec l’objectif de ramener les deux voitures dans les points.

Alpine

Un podium mémorable à Monaco pour Esteban et une belle septième place pour Pierre, qui marque des points importants pour l’équipe.

BWT Alpine F1 Team a décroché son premier podium de la saison 2023 du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA. Esteban Ocon a donné une leçon de conduite sur piste sèche ou mouillée et a gardé son sang-froid pour terminer à une impressionnante troisième place à Monte-Carlo lors du Grand Prix de Monaco. Pierre Gasly a couronné un dimanche fantastique pour l’équipe en terminant à la septième place.

Pour le 50e départ d’Alpine en Formule 1, Esteban a fait de cet événement un moment mémorable en décrochant son troisième podium dans la discipline et s’est assuré de monter sur le podium pour la première fois depuis sa victoire au Grand Prix de Hongrie en 2021.

Esteban a dû garder son calme sous la pression soutenue de Carlos Sainz (Ferrari) et Lewis Hamilton (Mercedes) tout au long des 78 tours de la course. Et lorsque la pluie a frappé la piste dans le dernier tiers de la course, les deux pilotes sont passés aux pneus intermédiaires et sont restés calmes dans ces conditions délicates pour obtenir un fantastique résultat d’équipe avec 21 points marqués.

L’équipe se hisse à la cinquième place du championnat des constructeurs, Esteban à la neuvième place et Pierre à la dixième place du classement des pilotes.

Course

Esteban a pris le départ sur les Nouveaux Mediums (L32 pit-stop pour les Nouveaux Hards, L54 pit-stop pour les Intermédiaires) ; Tour le plus rapide : 1:16.528

Pierre est parti en pneus neufs (L47 pit-stop pour les pneus neufs, L54 pit-stop pour les pneus intermédiaires) ; Tour le plus rapide : 1:15.831 1:15.831

Esteban Ocon, #31, P3 :

« Quelle sensation ! Je suis tellement heureux pour l’équipe d’avoir réussi à terminer troisième sur ce fantastique circuit et cet événement légendaire qu’est Monaco. Merci à toute l’équipe, tant à Viry qu’à Enstone et ici sur le circuit, pour ce que nous avons accompli ensemble. Tout le monde a travaillé très dur et ce résultat est pour eux. Cela doit nous motiver à continuer à progresser en tant qu’équipe et à faire évoluer la voiture tout au long de la saison. Nous avons une autre course le week-end prochain à Barcelone et nous devons continuer à nous concentrer sur ce point pour obtenir un autre bon résultat. Pour l’instant, c’est un grand sentiment et l’équipe et moi allons profiter des célébrations ! »

Pierre Gasly, #10, P7 :

« Félicitations à toute l’équipe et à Esteban pour le podium d’aujourd’hui, c’est une journée très forte pour l’équipe et une belle récompense pour le travail acharné de tout le monde. De mon côté, c’est bien sûr une bonne chose de marquer des points importants, mais nous savons que cela aurait pu être plus si les choses s’étaient déroulées comme nous le souhaitions. Nous allons tout revoir pour voir ce qui peut être fait de mieux la prochaine fois. Pour l’instant, nous nous concentrons sur les points positifs, à savoir que la voiture a été très bonne tout au long du week-end, que nos améliorations fonctionnent et que nous avons hâte d’être à Barcelone le week-end prochain, où nous devrons essayer de confirmer notre performance d’ici à Monaco, sur un circuit plus conventionnel.

Otmar Szafnauer, directeur de l’équipe :

« Quelle brillante journée pour l’équipe ici à Monaco. Félicitations à tout le monde aujourd’hui, depuis les pilotes jusqu’à notre personnel à Enstone et Viry pour leur travail acharné afin de livrer une voiture qui a prouvé sa capacité à se battre pour le podium. Aujourd’hui, il s’agissait de rester calme sous la pression – notamment pour notre équipe des stands, nos ingénieurs et nos stratèges – en faisant face à des circonstances difficiles avec des stratégies de pneus variées et une météo imprévisible. C’est aussi grâce à deux pilotes de classe mondiale, Esteban et Pierre, que l’équipe a pu obtenir un tel résultat. Bravo à tous et ce résultat doit servir de motivation pour obtenir d’autres résultats de ce genre au cours de la saison.

Mercedes

Un doublé pour l’équipe lors d’un après-midi dramatique en Principauté

  • Lewis Hamilton a terminé quatrième et George Russell cinquième du Grand Prix de Monaco 2023.
  • Respectivement cinquième et huitième, il semblait qu’il y aurait peu d’action ou de changement de position jusqu’à ce que la pluie tombe juste après la moitié de la course.
  • Les deux pilotes ont opté pour le pneu intermédiaire au 55e tour, le moment stratégiquement optimal pour faire le changement, gagnant ainsi des positions. À ce moment-là, Lewis avait déjà effectué un arrêt au stand, tandis que George avait effectué un long premier relais en pneus durs et ne s’était pas encore arrêté
  • Dans ces conditions difficiles, George a emprunté une sortie de route lors de son tour de piste et a rétrogradé en P5. Lorsqu’il est revenu, un contact a eu lieu avec Perez et le Britannique a reçu une pénalité de cinq secondes, bien que l’écart qu’il a creusé avec Leclerc derrière lui ait rendu cette pénalité académique.
  • Lewis a couru des arrêts jusqu’au drapeau en P4, suivant de près l’Alpine d’Ocon. Il a également remporté le point du meilleur tour.
  • Avec une solide récolte de points, l’équipe a réduit à un seul point l’écart avec Aston Martin, deuxième du championnat des constructeurs.

Lewis Hamilton, #44, P4 :

Je suis très heureux du résultat d’aujourd’hui. Nous avons progressé en course, ce qui n’est pas facile ici à Monaco. Au début du week-end, je ne savais pas où nous nous situerions. Le fait de terminer quatrième et cinquième est un excellent résultat pour l’équipe. Je tiens à remercier chaleureusement tous ceux qui, dans les usines, ont poussé et apporté ces améliorations. Cela a demandé beaucoup de travail pour les amener jusqu’ici. Nous avons réussi à les garder en un seul morceau aujourd’hui et à les ramener à la maison.

Il était difficile de savoir ici, à Monaco, comment les améliorations se comportaient. Il y a beaucoup de bosses et la voiture est très rigide, c’est donc délicat. Barcelone, cependant, est probablement le meilleur circuit d’essai que nous puissions demander pour en savoir plus sur notre package. Je suis impatient de voir comment la voiture réagit.

George Russell, #63, P5 :

Je suis très déçu. Après l’arrêt au stand, j’étais devant Lewis et Esteban (Ocon) et j’ai fait une erreur, complètement seul. Le pire, c’est que je ne poussais même pas. J’ai touché le frein et j’ai bloqué, ce qui a coûté un podium à l’équipe. Un tiers de la piste était extrêmement humide, une autre partie était assez sèche. Si vous touchez la ligne blanche quand elle est mouillée, c’est comme de la glace. Mais en fin de compte, les conditions sont les mêmes pour tout le monde. Nous ne pouvons pas juger des améliorations sur ce circuit. Barcelone sera le premier véritable examen et il sera passionnant de voir comment nous nous comporterons. Quoi qu’il arrive en Espagne, il sera intéressant d’apprendre et de progresser à partir de là.

Toto Wolff, directeur de l’équipe et PDG :

C’est un résultat solide et de bons points pour l’équipe après une course où il aurait été facile de faire des erreurs ou de reculer dans le peloton. Les stratèges ont vu juste aujourd’hui en passant aux pneus intermédiaires, et c’est ce qui nous a permis de devancer Ferrari et d’obtenir les places 4 et 5. Lewis est resté cool tout au long de la course – même lorsque ses pneus médiums ont lâché dans le premier relais, nous avons été en mesure de protéger notre position et de profiter de la pluie. George ne doit pas être trop dur avec lui-même non plus – il a fait un bon premier relais pour avoir l’opportunité de profiter de la pluie et ensuite les conditions étaient si délicates à conduire qu’une petite erreur lui a coûté cher. Mais c’était un après-midi où l’équipe a bien travaillé, et nos pilotes ont aussi montré leur qualité, et cela se voit dans les points marqués. Nous avons apporté un gros paquet pour cette course, et il a bien fonctionné. Nous avons vu quelques points positifs à Monaco, qui, nous le savons, n’est pas un circuit représentatif, et ce n’est que la semaine prochaine, à Barcelone, que nous aurons une idée plus précise de la compétitivité. Nous ne voulons pas nous avancer, et je pense que nous sommes tous impatients d’en savoir plus sur la voiture, et de voir si nous avons fait un pas en avant en termes de performance par rapport à nos concurrents immédiats.

Andrew Shovlin, directeur technique de Trackside :

Compte tenu de notre rythme ce week-end, les quatrième et cinquième places ne sont pas un mauvais résultat. En fin de compte, nous n’avons pas été assez rapides et nous avons du travail à faire si nous voulons voir nos pilotes sur le podium. La course elle-même a été bien gérée par l’équipe. À certains moments, nos options étaient limitées. Nous n’avions pas le rythme nécessaire pour prendre le dessus sur Ocon ou Sainz avec Lewis, si bien qu’ils sont tous sortis du premier arrêt dans l’ordre de la position. Avec George, qui était dans une course similaire avec une Ferrari et une Alpine, nous avons décidé de ne pas attaquer et d’attendre la pluie, une voiture de sécurité ou un drapeau rouge. Cela s’est produit, mais la transition a été délicate. Seule la moitié de la piste était mouillée, mais là où elle l’était, c’était vraiment humide. Nous avons semblé faire la transition au bon moment, mais George s’est fait surprendre par un blocage pendant la phase de réchauffement. Heureusement, il a continué, mais nos chances de podium se sont évaporées. Il a fait du bon travail en creusant un écart suffisant avec la Ferrari de Leclerc pour que sa pénalité n’affecte pas sa position lorsqu’elle a été ajoutée après la course.

Nous nous concentrons maintenant sur Barcelone. Nous sommes impatients de voir comment la voiture fonctionne sur une piste plus normale ; nous nous attendons à avoir plus de travail à faire, mais il sera utile de comprendre où nous devons concentrer nos efforts. Nous sommes dans une bonne lutte pour la deuxième place du championnat des constructeurs et, même si ce n’est pas notre objectif, il semble que nous allons pouvoir nous amuser en course avec Ferrari et Aston Martin pendant que nous nous efforçons de réduire l’écart avec Red Bull.

Ferrari

UN RÉSULTAT ÉDULCORÉ

La Scuderia Ferrari quitte Monaco avec une poignée de points, la pluie qui s’est invitée dans le dernier quart de la course n’ayant pas fait de cadeaux à Charles Leclerc et Carlos Sainz, qui ont franchi le drapeau à damier respectivement en sixième et huitième position.

Un long train de voitures. Au départ, Carlos et Charles ont couru à leur place sur la grille – quatrième et sixième – coincés dans un train pas très rapide derrière Esteban Ocon qui décrochait des leaders, Max Verstappen et Fernando Alonso. Carlos a tenté d’attaquer le pilote alpin mais il n’a pas réussi à le devancer, ne parvenant même pas à le dépasser lors des arrêts aux stands, étant resté un tour de plus qu’Ocon. Tenter la surcoupe n’a pas été facile car Sainz a également dû se défendre contre Lewis Hamilton. Charles a essayé d’aller plus loin, restant en piste jusqu’au 44e tour, lorsque la dégradation du pneu arrière a atteint un point tel qu’il a dû rentrer au stand pour passer de la version dure à la version moyenne. Huit tours plus tard, la pluie s’est abattue sur la piste monégasque, alors que Sainz était cinquième, Russell devant lui et Leclerc septième. Au début, seule une partie de la piste était mouillée, les pilotes ont donc essayé de continuer à rouler en slicks, mais les conditions se sont finalement aggravées et tout le monde est passé en pneus intermédiaires. Carlos sort alors de la piste dans le secteur 2, perdant des positions face à Hamilton, Leclerc et Pierre Gasly. En passant directement aux intermédiaires, Russell a pu rester devant les Ferrari. A la fin du 55ème tour, les dix premiers avaient tous changé de pneus, Charles et Carlos étant respectivement sixième et huitième jusqu’à l’arrivée.

C’est maintenant au tour de Sainz de disputer sa propre course. Le championnat reprend immédiatement avec la septième course, le Grand Prix d’Espagne, qui aura lieu le week-end prochain. Carlos pourra naturellement compter sur le soutien de ses fans, qui regarderont le Madrilène en action depuis leur propre tribune Grada55.

Charles Leclerc #16, P6 :

Nous étions sur la défensive dès le moment où nous avons reçu la pénalité hier. Quand il a commencé à pleuvoir, nous aurions pu prendre les Inters plus tôt, mais nous avons décidé de ne pas le faire car il y avait encore beaucoup de voitures en slicks et nous avons donc décidé d’attendre dans l’espoir d’une voiture de sécurité, ce qui est le cas dans 90% des cas ici dans ces conditions.

Bien sûr, avec le recul, on peut prendre une décision différente, mais à ce moment-là, cela semblait être une bonne opportunité de gagner beaucoup de places. Je ne regrette pas les décisions que nous avons prises concernant notre stratégie. C’est ce que c’est, mais c’est vraiment la pénalité de grille qui a joué en notre défaveur.

Dans le deuxième relais, il s’agissait de garder la voiture sur la piste et de l’amener jusqu’à l’arrivée. Il reste encore beaucoup de courses cette saison et nous avons plusieurs mises à jour à venir qui, je l’espère, nous permettront de nous rapprocher des Red Bull.

Carlos Sainz #55, P8 :

La course de Monaco a été mouvementée aujourd’hui. Le résultat final n’est pas ce que j’espérais car j’avais un bon rythme avec chaque composé et la P8 est frustrante. Les arrêts aux stands étaient essentiels aujourd’hui, mais ils ont tous été difficiles à gérer, en particulier le passage aux pneus Inter, car la pluie s’est intensifiée très rapidement et le tête-à-queue avec les pneus slicks m’a fait perdre des places.

Je quitte Monaco avec un goût amer, mais la prochaine course se déroulera chez moi et nous devons rester concentrés.

Frédéric Vasseur Directeur d’équipe :

Dans le premier relais de notre course, le rythme était correct : Carlos a essayé de pousser quelques fois pour devancer Ocon qui était lent devant lui, permettant à Verstappen et Alonso de s’échapper à l’avant. Puis quand la pluie est arrivée, nous étions P5 et P7 et nous avons décidé de prendre un risque et d’essayer d’être P3. Les conditions étaient très difficiles à gérer parce que la pluie s’est avérée pire que prévu, donc on ne peut pas vraiment blâmer Carlos pour son erreur, mais nous devons regarder pourquoi notre rythme n’était pas si fort sur le mouillé.

Si l’on considère le week-end dans son ensemble, notre rythme de qualification était bon et nous devons nous efforcer de répéter cela la semaine prochaine à Barcelone. Le peloton est si serré qu’il faut tout mettre en œuvre et la moindre erreur coûte cher. Nous aurons des mises à jour sur la voiture qui devraient être un pas en avant en termes de performance, alors attendons de voir ce que nous pourrons faire en Espagne.

McLaren

« DEUX VOITURES DANS LES POINTS AU TERME D’UN GRAND PRIX DE MONACO SPECTACULAIRE »

Ce qui s’est passé

– Lando et Oscar s’élancent en pneus Medium et conservent leur position sur la grille de départ après l’extinction des feux.

– A mi-parcours, les pilotes sont toujours en P10 et P11.

– Lando boxe et passe en pneus durs.

– La pluie commence à tomber. Les pilotes s’empilent dans la voie des stands et passent tous les deux en pneus intermédiaires.

– Oscar sort en P10, Lando en P11. Les voitures s’échangent les positions

– Lando dépasse Tsuonda au 68ème tour, et Oscar fait de même au tour suivant.

– Le drapeau à damier flotte, Lando marque 2 points en P9, et Oscar 1 point en P10.

Lando Norris, #4, p9 :

« C’était une très bonne course ! Peut-être pas parfaite, nous nous sommes arrêtés juste avant la pluie, ce qui nous a fait perdre environ 20s de temps de course en devant repasser par les stands pour les Inters parce que la pluie était plus forte que prévu, mais malheureusement le relais n’était pas assez long pour tirer le meilleur parti du bon rythme que nous avions alors. C’était très difficile aujourd’hui, délicat dans ces conditions. Notre rythme était bon, l’un des meilleurs en piste. Nous allons voir ce que nous pouvons apprendre, essayer de continuer à nous améliorer et faire un meilleur travail si nous le pouvons à Barcelone le week-end prochain.

Oscar Piastri, #81, P10 :

« Je suis assez content de la P10 et d’un point aujourd’hui. Il n’y a pas grand-chose à faire à Monaco dimanche, mais je pense que nous avons fait un bon choix stratégique en partant avec le pneu dur. Quand la pluie a commencé à tomber, la communication a été très bonne et nous avons décidé si et quand nous devions passer sur le pneu intermédiaire. Bien sûr, nous allons voir si nous aurions pu faire mieux aujourd’hui, mais j’ai l’impression que nous avons fait du bon travail et je suis très heureux que nous ayons tous les deux terminé la course dans les points.

Andrea Stella :

« Deux voitures dans les points à la fin d’un Grand Prix de Monaco dramatique est un résultat très positif. Nous avons bien exécuté la course ; nos pilotes ont fait des courses intelligentes, en évitant les ennuis dans des conditions difficiles, et notre rythme a semblé très fort dans le dernier tiers de la course avec les pneus intermédiaires. Il est dommage que cette partie de la course n’ait pas été un peu plus longue pour nous permettre de capitaliser sur le rythme dont Lando et Oscar ont fait preuve.

« J’aimerais saluer en particulier le travail de notre équipe de garage ce week-end. Hier, les mécaniciens ont fait un travail phénoménal pour permettre à Lando de sortir en Q3, et aujourd’hui ils ont exécuté des arrêts au stand propres, y compris un double changement difficile dans des conditions délicates. Nous sommes extrêmement fiers de l’étendue de leur talent et nous continuerons à le développer à l’avenir.

Alfa Romeo

L’Alfa Romeo F1 Team Stake s’est battu dans les rues de Monaco, rendues dangereuses par les éléments, alors que Valtteri Bottas et Zhou Guanyu ont manqué de peu de marquer des points. Partis des dernières lignes de la grille de départ, les deux pilotes ont grimpé dans le classement, Valtteri terminant à la 11e place et Zhou à la 13e. Les dix positions gagnées au total constituent la plus grande amélioration réalisée par une équipe au cours d’une course qui a été profondément affectée par une averse juste après la mi-parcours.

L’équipe va maintenant se rendre à Barcelone pour la prochaine manche du championnat, une autre étape importante alors que l’équipe continue d’évaluer le nouveau package aérodynamique introduit à Monte Carlo.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« L’équipe a fait une bonne course pour regagner le plus de terrain possible, et finalement aucune autre équipe n’a gagné autant de places que nous. Nous savions que nous avions un gros travail à faire après les qualifications d’hier, et nous avons donc choisi d’être agressifs dans nos appels : nous avons fait passer Zhou au stand dès le premier tour, pour le faire rouler en pneus durs et essayer une stratégie qui lui permettrait d’avancer. Lorsque la pluie est arrivée, nous avons été les premiers à passer aux pneus intermédiaires, avec Valtteri, et au final nous avons pu gagner pas mal de places. Malheureusement, cela n’a pas été suffisant pour entrer dans le top 10, mais nous ne pouvons pas nous reprocher le travail que nous avons fait aujourd’hui, surtout sur une piste où les dépassements sont si difficiles. Nous pouvons nous réjouir de la performance d’aujourd’hui et de la façon dont nous avons rebondi après les difficultés d’hier : nous devons maintenant nous concentrer sur Barcelone, où nous devons faire un pas en avant en continuant à extraire de la performance de nos améliorations. »

Valtteri Bottas, #77, P11 :

« Nous avons fait une course solide et nous avons probablement tiré le maximum de la journée. Quand vous gagnez quatre places à Monaco, ce n’est pas un mauvais résultat et c’est seulement dommage que nous n’ayons pas pu marquer de points grâce à nos efforts. La pluie nous a un peu aidés en mélangeant la course, mais nous devions prendre des décisions importantes et nous avons fait les bons choix. Ce n’était pas facile, même en inters, car la piste était très humide à certains endroits et plus sèche à d’autres, mais nous avons choisi de jouer cette carte avant les autres et nous avons ainsi gagné du terrain. La voiture se sentait mieux avec les améliorations que nous avons apportées, et nous espérons qu’elle sera plus performante à Barcelone, un circuit plus rapide où notre package devrait fonctionner un peu mieux. J’ai hâte d’y être.

Zhou Guanyu, #24, P13 :

« Nous avons fait une bonne course dans des conditions très difficiles et, compte tenu de notre point de départ, nous pouvons être satisfaits des progrès que nous avons réalisés. Nous avons décidé de rentrer au stand au premier tour, un choix agressif qui nous aurait permis de terminer la course avec un seul train de pneus durs. Le rythme que nous avions avec ces pneus était assez bon et j’ai gagné quelques places, en tenant tête à des voitures chaussées de pneus plus frais avant que la pluie ne commence à tomber. La pluie a tout remis à zéro, nous avons dû faire un nouvel arrêt et faire face à des conditions vraiment difficiles : la piste était vraiment délicate, chaque virage pouvait vous surprendre et je devais être très prudent. Au final, nous avons gagné six places et nous nous sommes bien amusés. Plus important encore, notre rythme de course était bon et c’est une bonne indication pour l’avenir sur d’autres circuits et dans d’autres conditions.

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Une course délicate avec un peu de grainage sur les pneus slicks au début de la course pour les deux voitures. C’était pire que ce à quoi nous nous attendions et nous devons en comprendre la raison.

Logan a été victime d’une crevaison peu après avoir monté son seul train de pneus durs et la journée a donc été difficile pour lui, mais il a acquis une expérience très précieuse, notamment en conduisant sur le mouillé à Monaco.

Une fois que la pluie a commencé, il a été difficile de générer de la température dans les pneus et les freins, mais une fois que nous avons pu pousser un peu plus fort, l’adhérence s’est améliorée assez rapidement. Notre rythme n’était pas trop mauvais, mais les dépassements étant difficiles, nous n’avons pas pu gagner de nouvelles positions.

L’attention se tourne maintenant vers Barcelone et le nouveau tracé de la piste.

Alex Albon, #23, P14 :

C’était une course ennuyeuse mais difficile ; la pluie était amusante et a créé quelque chose, mais elle n’a pas vraiment changé notre résultat ou bousculé les choses autant que je l’aurais pensé. Beaucoup de pilotes sont partis avec les pneus durs, ce qui a créé une sorte de train, mais le pneu dur était tellement meilleur que le pneu moyen. C’était une course où l’on voulait être sur les pneus durs le plus tôt possible. Nous avons essayé de nous y accrocher un peu et nous avons grainé massivement sur les médiums. Le rythme était bon pendant un court moment, mais une fois que les pneus ont surchauffé, il était difficile de faire quelque chose de plus.

Logan Sargeant, #2, P18 :

C’est vraiment une course difficile. Tout a bien commencé avec les dix premiers tours, puis j’ai eu beaucoup de dégradation sur le pneu Medium. Une fois que nous sommes montés sur le pneu dur, nous avons eu une crevaison après quelques tours et nous avons dû passer par la boîte pour le pneu Quali, ce qui était loin d’être idéal. Une fois la pluie arrivée, il s’agissait d’apprendre à connaître le pneu Inter. J’ai eu quelques petits blocages sur le mouillé qu’il faut que je corrige, donc, dans l’ensemble, ce n’est pas un grand jour, mais nous allons en tirer ce que nous pouvons et aller de l’avant. Il y a des points positifs : j’ai piloté la voiture sur le mouillé maintenant, donc je sais ce que c’est, et je ne pense pas que ce soit trop mauvais par moments, j’ai juste souffert avec beaucoup de déglaçage. Il aurait été intéressant de voir comment s’est passé ce relais difficile, donc c’est malheureux d’avoir eu cette crevaison. Je suis sur le simulateur mardi, donc nous réinitialiserons et nous irons à Barcelone. C’est un circuit que je connais bien et nous allons essayer d’améliorer les choses.

AlphaTauri

Nyck de Vries, #21, P12 :

« C’était une course extrêmement difficile dans des circonstances très délicates. Nous aurions pu mieux gérer le premier relais parce que j’ai eu une grosse baisse de rythme et j’ai soudainement récupéré beaucoup de vitesse dans les sept derniers tours sur les mediums, avant qu’il ne commence à pleuvoir. Nous aurions peut-être pu moins forcer sur Oscar (Piastri) au début, mais la course a été solide. Les intermédiaires n’avaient pas de température ni d’adhérence au début, mais nous avons gardé notre nez propre. Dans l’ensemble, je suis satisfait de mon week-end, je n’ai pas commis de grosses erreurs dans des conditions délicates. C’était encourageant de voir que nous étions si proches du top 10, et nous avons bien travaillé en tant qu’équipe tout au long du week-end pour placer les voitures là où elles étaient sur la grille, donc nous allons prendre ces points positifs à Barcelone. »

Yuki Tsunoda, #22, P15 :

« C’est un résultat difficile parce que nous avons montré un bon rythme et que nous avions le contrôle, surtout sur le sec. Avec le début de la pluie, le timing de notre pitstop des médiums aux intermédiaires était parfait, donc l’équipe a fait du bon travail. Le problème de freins que j’ai connu tout au long du week-end s’est amplifié sous la pluie, et il était difficile de contrôler et de gérer la situation. J’ai eu l’impression d’être un passager jusqu’à la fin de la course. Bien sûr, je suis frustré, et l’équipe aussi, parce que des points étaient possibles aujourd’hui. C’est difficile à accepter, il y a encore des choses à améliorer, mais il y a certainement des points positifs à tirer de ce week-end. Nous allons maintenant nous remettre à zéro et nous concentrer sur Barcelone.

Jody Egginton (Directeur Technique) :

« La fin de la course a été très frustrante. Tout se passait comme prévu pour Yuki, son rythme était bon et il a pu gérer le grainage des pneus. Nyck était dans une situation similaire et, bien qu’il ait lutté un peu plus longtemps avec le graining, son rythme était également bon et il a pu s’éloigner du peloton de derrière une fois que les pneus sont revenus. Dans la partie sèche de la course, les deux voitures étaient raisonnablement bien placées, qu’il pleuve ou non. La pluie est arrivée et nous avons mis les deux voitures en boîte dans le même tour pour les Inters, ce qui était la bonne décision. Cependant, Yuki a immédiatement eu des difficultés avec ses freins, malgré de multiples ajustements pour essayer de les faire rentrer. Ils sont restés incohérents, ce qui signifie qu’il ne pouvait pas pousser les phases de freinage, ce qui a affecté ses temps au tour, les deux McLaren l’ont dépassé et il est sorti de la piste. Nyck a été moins affecté par ce problème et a pu réaliser une bonne progression au tour avec le pneu Inter, mais même avec la pluie, il n’a pas été possible de le faire entrer dans les points aujourd’hui – ce n’est jamais facile à Monaco. Dans l’ensemble, la voiture a montré un bon rythme en qualifications et pendant la partie sèche de la course ici, ce qui est prometteur, mais ne pas être capable de finir le travail et de marquer les points qui étaient là pour être pris est très décevant, surtout un jour où nous avions une voiture d’avance sur tous nos concurrents les plus proches. Nous devons maintenant comprendre les problèmes de freinage, il y a encore beaucoup à apprendre sur la mise à jour de l’aérodynamique, et nous sommes impatients de passer à l’étape suivante avec la voiture à Barcelone ».

Haas

Les pilotes MoneyGram Haas F1 Team Nico Hulkenberg et Kevin Magnussen ont terminé respectivement 17e et 19e du Grand Prix de Monaco, 7e manche du Championnat du monde FIA de Formule 1 2023, qui s’est déroulé dimanche sur le Circuit de Monaco, à Monte-Carlo.

Hulkenberg s’est élancé depuis la P18 avec les pneus Pirelli P Zero Yellow Medium et est rentré comme prévu à la fin du premier tour pour chausser les pneus durs White. Hulkenberg s’est vu infliger une pénalité de cinq secondes pour avoir provoqué un accrochage, pénalité qu’il a purgée lorsqu’il est passé au stand au 56e tour, chaussant des pneus intermédiaires Cinturato Green, alors que la pluie s’installait sur la Principauté.

Il s’est ensuite arrêté une nouvelle fois, au 60e tour, pour chausser des pneus pluie bleus alors que les conditions se détérioraient. Les commissaires ont estimé que la pénalité initiale n’avait pas été purgée correctement et ont donc infligé une nouvelle pénalité de 10 secondes, ce qui signifie que Hulkenberg a terminé P17.

Magnussen a pris le départ depuis la P17 en pneus durs et a gagné une place très tôt, avant de dépasser la Williams de Logan Sargeant à Mirabeau Haute. Magnussen a prolongé son relais en pneus slicks pendant que la pluie tombait avant de rentrer aux stands au 57e tour, après avoir glissé au large de la Rascasse. Cela a nécessité un changement d’aileron avant et Magnussen est ressorti à l’arrière du peloton, avant de rentrer aux stands dans les derniers instants de la course. Magnussen est toujours classé à la 19e place théorique.

Devant, Max Verstappen de Red Bull Racing a converti la pole position en victoire, devant Fernando Alonso d’Aston Martin et Esteban Ocon d’Alpine.

MoneyGram Haas F1 Team conserve la septième place du championnat des constructeurs avec huit points.

Kevin Magnussen, #20, abandon (DNF) :

« Nous avons tout essayé. Nous avons essayé de faire le contraire de tout le monde, et ça n’a pas marché. Au début, sur le sec, c’était intéressant, mais quand la pluie est arrivée, je suis resté dehors en espérant une voiture de sécurité ou un drapeau rouge, mais ça n’a pas été le cas bien sûr. Nous nous sommes retrouvés derniers, nous avons mis les pneus pluie mais nous n’avons pas pu les faire démarrer, donc la course était terminée. Il y a beaucoup d’incitations à prendre des risques lorsque vous êtes en dehors du top 10 et c’est ce que nous avons fait aujourd’hui, mais cela n’a pas fonctionné. La semaine prochaine sera une autre semaine de course.

Nico Hulkenberg, #27, P17 :

« Le week-end n’a pas été très bon, mais la course a été amusante en passant par toutes les étapes avec des pneus et des conditions différents. Je suis content d’avoir réussi à m’en sortir et de m’en être bien sorti. Je pense que le rythme était en fait assez décent lorsque j’avais une piste libre, mais pendant la majeure partie de la course, j’étais coincé dans le trafic, comme à Monaco. Dans une certaine mesure, je pense que les problèmes que nous avons eus étaient spécifiques à Monaco, donc j’espère qu’à Barcelone nous serons dans une meilleure position, donc j’ai hâte d’y être ».

Guenther Steiner, directeur de l’équipe :

« Nous avons fait tout notre possible aujourd’hui pour entrer dans les points. Cela ne sert à rien de finir douzième, treizième ou quatorzième, alors nous avons décidé de prendre un pari à la fin en restant à l’extérieur et en passant au stand pour les pneus pluie, car on ne sait jamais ce qui peut arriver, mais cela n’a pas fonctionné. La course a été perdue hier lors des qualifications, et nous savions que si quelque chose de spécial ne se produisait pas, nous ne pourrions pas entrer dans les points. Nous avons essayé, tout le monde a travaillé dur pour y arriver. Nous avons reçu une pénalité – nous ne savons pas pourquoi – au premier tour. Encore une fois, la FIA a fait preuve d’incohérence, mais il semble que ce soit maintenant normal.