14 avril 2024

NTT IndyCar, Newgarden remporte sa première victoire aux 500 miles d’Indianapolis à l’issue d’une course folle

L’attente interminable et les questions lancinantes sont enfin terminées pour Josef Newgarden.

Le double champion de la NTT INDYCAR SERIES Newgarden a dépassé le vainqueur en titre des 500 miles d’Indianapolis par Gainbridge, Marcus Ericsson, dans le dernier tour, pour remporter la première victoire de sa carrière dans « The Greatest Spectacle in Racing » (Le plus grand spectacle de la course automobile), dimanche, sur un Indianapolis Motor Speedway plein à craquer. Newgarden, originaire de Nashville, dans le Tennessee, a gagné sa place sur le trophée Borg-Warner et est entré dans l’immortalité de la course lors de son 12e départ en carrière dans la « 500 », étendant le record de l’équipe Penske à 19 victoires dans cette course.

#2, Josef Newgarden, P1

Newgarden, parti 17e a dépassé Ericsson sur la ligne droite arrière avec une manœuvre extérieure juste avant le virage 3 et a serpenté sur la ligne droite avant de remporter la victoire au volant de la Chevrolet Shell Powering Progress Team Penske n°2. Ericsson, au volant de la Honda Huski Ice Spritz n°8 de Chip Ganassi Racing, n’a manqué que 0,0974 seconde pour devenir le premier double vainqueur depuis Helio Castroneves en 2002. Il s’agit de la quatrième arrivée la plus serrée de l’histoire des 500 miles d’Indianapolis.

« Tout le monde me demandait pourquoi je n’avais pas gagné cette course », a déclaré Newgarden. « Ils me regardaient comme si j’étais un raté si je ne la gagnais pas. Je voulais tellement la gagner. Je savais que nous pouvions le faire. Je savais que nous en étions capables. C’est un énorme effort d’équipe, comme tout le monde le sait. Je suis très heureux d’être ici. »

#8, Marcus Ericsson, P2

Après son tour de chauffe, Newgarden s’est rendu dans les tribunes avant bondées pour célébrer avec les fans. Il a disparu dans une foule joyeuse avant de réapparaître pour recevoir les félicitations de sa famille et de l’équipe Team Penske à la ligne de départ et d’arrivée de Yard of Bricks.

Santino Ferrucci a terminé troisième dans la Chevrolet n°14 de Homes For Our Troops. Il s’agit de la meilleure arrivée en 500 pour AJ Foyt Racing depuis qu’Eliseo Salazar a également terminé troisième en 2000.

Race Start

Alex Palou, qui a signé la pole position, s’est repris après avoir été coincé contre le mur des stands par Rinus VeeKay au début de la course et s’être enfoncé dans le peloton des 33 voitures pour terminer quatrième au volant de la Honda The American Legion n°10 du Chip Ganassi Racing. Palou a conservé la tête du championnat NTT INDYCAR SERIES, avec 219-199 d’avance sur Ericsson.

#14, Santino Ferrucci, P3

Alexander Rossi, vainqueur des « 500 » en 2016, a complété le top 5 au volant de la Chevrolet Arrow McLaren n°7. Son coéquipier et vainqueur des « 500 » en 2013, Tony Kanaan, a terminé 16e pour son 22e et dernier départ à l’Indy 500 au volant de la Arrow McLaren Chevrolet n° 66, qui était également le dernier départ de la série INDYCAR pour le populaire Brésilien.

Benjamin Pedersen a été le meilleur finisseur parmi les quatre rookies de l’Indy 500, 21e au volant de la Chevrolet AJ Foyt Racing/Sexton Properties n°55, après avoir été éliminé de la course dans un accident impliquant plusieurs voitures en fin de course. Cet incident a déclenché le dernier des trois drapeaux rouges liés à la compétition, tous dans les 15 derniers tours de la course.

L’arrivée scintillante s’est déroulée lors d’une lutte pour la victoire sur un tour après le troisième drapeau rouge. Pedersen, la Chevrolet Bitnile.com n°33 d’Ed Carpenter et la Chevrolet DRR Cusick CareKeepers n°24 de Graham Rahal ont été victimes d’une collision en chaîne au 196e tour, après le deuxième drapeau rouge.

#10, Alex Palou, P4

Après le nettoyage de cet incident, les voitures encore en course reviennent sur la piste depuis la voie des stands au 199e tour, derrière la Chevrolet Corvette Z06 Pace Car à toit rigide, qui sort de la piste à la fin de ce tour pour créer la course à la gloire dans le dernier tour.

Ericsson a pris une avance considérable à la reprise, alors que les drapeaux vert et blanc flottaient au sommet de la tribune des drapeaux, et a pris la tête dans les virages 1 et 2 de l’ovale de 2,5 miles. Mais Newgarden a gagné du terrain dans le virage 2 et s’est élancé à l’extérieur sur la ligne droite arrière, sous les yeux ravis des 300 000 spectateurs.

#7, Alexander Rossi, P5

Newgarden a dépassé Ericsson et a réussi à se défaire de son rival juste avant d’entrer dans le virage 3. Ericsson semble vouloir lui rendre la pareille dans la première ligne droite, mais Newgarden utilise la même manœuvre de conduite en serpentin pour retenir Ericsson que le Suédois avait utilisée l’année dernière pour contrer Pato O’Ward et remporter sa première victoire aux 500 miles. Aujourd’hui, c’était seulement la troisième fois dans l’histoire de l’Indy 500 qu’un pilote utilisait un dépassement dans le dernier tour pour gagner.

« J’essayais juste de rester dans le coup », a déclaré Newgarden. « J’ai été ému pendant les 10 derniers tours parce que je savais que nous étions en position de nous battre pour la victoire à la fin. Je savais que ce ne serait pas facile. Je savais que ça allait se jouer dans les derniers tours, comme c’est toujours le cas ici, ce qui est excitant mais stressant pour nous ».

#9, Scott Dixon, P6

Newgarden n’a mené que cinq tours, prenant la tête pour la première fois pendant un tour lors d’un cycle d’arrêts aux stands au 157e tour. Il a pris la tête pour la deuxième fois, alors que tous les arrêts aux stands étaient terminés, au 193e tour lorsqu’un accident entre la Chevrolet Arrow McLaren n°5 d’O’Ward, la Honda AutoNation/SiriusXM n°60 de Simon Pagenaud, vainqueur de la « 500 » 2019, et la Chevrolet Juncos Hollinger Racing n°78 du débutant Augustin Canapino a déclenché le deuxième drapeau rouge.

#11, Takuma Sato, P7

Ericsson a pris la tête à Newgarden lors d’une époustouflante relance à trois voies, impliquant également Ferrucci au tour 196, qui a été rapidement interrompue par l’incident impliquant Carpenter, Pedersen et Rahal, préparant ainsi l’affrontement final.

#20, Conor Daly, P8

Le pilote suédois Ericsson s’est dit consterné par le drapeau rouge tardif et l’épreuve de force d’un tour, espérant plutôt que la course se termine sous le drapeau jaune avec lui en tête.

« Je pense que nous avons fait tout ce qu’il fallait aujourd’hui », a déclaré Ericsson. « Je suis fier de l’équipe n°8 et de tout le monde chez Chip Ganassi Racing. Je pense que j’ai fait tout ce qu’il fallait derrière le volant. J’ai fait un excellent dernier restart. Je pense que j’ai pris Josef complètement au dépourvu, j’ai creusé l’écart et j’ai gardé la tête dans le virage 1.

« Je n’ai pas pu tenir le coup à l’arrière. J’étais à plat. Je n’ai pas pu tenir ».

#26, Colton Herta, P9

O’Ward a mené 39 tours, un des 14 pilotes différents à mener la course aujourd’hui. Il y a eu 52 changements de tête, le troisième plus grand total dans l’histoire des 500 miles d’Indianapolis.

#21, Rinus Veekay, P10

Newgarden partagera 20 000 dollars avec l’équipe Penske et les associations caritatives qu’il a choisies, SeriousFun Children’s Network et Wags and Walks Nashville, pour sa victoire dans le cadre du PeopleReady Force For Good Challenge.

Les 500 Miles ici

#28, Romain Grosjean, victime d’un crash

La prochaine course de la NTT INDYCAR SERIES sera le Chevrolet Grand Prix of Detroit présenté par Lear le dimanche 4 juin sur un nouveau circuit dans les rues de Detroit. La couverture en direct commencera à 15 heures sur NBC, Peacock et le réseau radio INDYCAR.

Les Championnats ici

Josef Newgarden

 

Next Race

Notes d’après-course de la 107e édition des 500 miles d’Indianapolis

Notes historiques et événementielles de la 107e édition des 500 miles d’Indianapolis présentée par Gainbridge à Indianapolis Motor Speedway :

  • Josef Newgarden a remporté sa première victoire à l’Indianapolis 500 lors de son 12e départ en carrière. Son meilleur résultat précédent était une troisième place en 2016 pour Ed Carpenter Racing. Newgarden a rejoint l’équipe Penske en 2017. Newgarden a égalé Sam Hanks, vainqueur en 1957, et Tony Kanaan, vainqueur en 2013, pour le plus grand nombre de départs avant la victoire dans l’histoire de l’épreuve.
  • Josef Newgarden est devenu le premier natif du Tennessee à remporter les 500 miles d’Indianapolis. Il est originaire de Nashville.
  • L’équipe Penske a remporté sa 19e victoire aux 500 miles d’Indianapolis, prolongeant ainsi son record de victoires.
  • Josef Newgarden est parti 17e, la position de départ la plus basse pour un vainqueur des 500 miles d’Indianapolis depuis que Ryan Hunter-Reay a triomphé depuis la 19e place sur la grille de départ en 2014.
  • C’est la troisième fois qu’un pilote remporte les 500 miles d’Indianapolis depuis la 17e position de départ. Les autres : Eddie Cheever en 1998 et Floyd Davis et Mauri Rose en 1941.
  • Josef Newgarden a mené cinq tours. Les seuls vainqueurs à avoir mené moins de tours sont Joe Dawson, qui en a mené deux en 1912, et Dan Wheldon, qui a mené un tour en 2011.
  • Josef Newgarden est le premier pilote américain à remporter les 500 miles d’Indianapolis depuis Alexander Rossi en 2016.
  • Josef Newgarden a réalisé l’avancée la plus significative dans le peloton aujourd’hui, 16 positions, pour remporter sa victoire aux 500 miles d’Indianapolis.
  • Josef Newgarden est le neuvième pilote à remporter les 500 miles d’Indianapolis à l’âge de 32 ans. Le dernier était Dan Wheldon en 2011.
  • Il s’agit de la 10e victoire aux 500 miles d’Indianapolis pour la voiture n°2. La dernière remonte à 2015, avec la victoire de Juan Pablo Montoya pour l’équipe Penske.
  • C’est la première victoire de Chevrolet à l’Indianapolis 500 depuis Simon Pagenaud en 2019, la dernière victoire de l’équipe Penske à l’Indianapolis 500 avant aujourd’hui.
  • Quatorze pilotes différents ont mené au moins un tour aujourd’hui, à égalité avec 2013 pour le deuxième total le plus élevé de l’histoire de l’Indianapolis 500. Le record est de 15 pilotes en 2017 et 2018.
  • Il y a eu 52 changements de meneurs, le troisième plus grand total de l’histoire des « 500 ». Le record est de 68 en 2013, suivi de 54 en 2016.
  • La marge de victoire était de 0,0974 seconde, la quatrième plus étroite de l’histoire de l’Indianapolis 500. Les trois premiers : 1992 – 0,043 seconde pour Al Unser Jr. sur Scott Goodyear ; 2014 – 0,0600 seconde pour Ryan Hunter-Reay sur Helio Castroneves ; 2006 – 0,0635 seconde pour Sam Hornish Jr. sur Marco Andretti.
  • C’est seulement la troisième fois que les 500 miles d’Indianapolis sont décidés par un dépassement dans le dernier tour. Les deux autres fois : 2006 : Sam Hornish (Team Penske) a dépassé Marco Andretti dans la première ligne droite ; 2011 : Dan Wheldon a dépassé JR Hildebrand dans la première ligne droite.
  • C’est la neuvième fois que le vainqueur en titre des 500 miles d’Indianapolis termine deuxième l’année suivante, avec Marcus Ericsson, vainqueur en 2022, qui a terminé deuxième aujourd’hui. Le dernier vainqueur à avoir terminé deuxième l’année suivant sa victoire est Helio Castroneves en 2003.
  • Santino Ferrucci a terminé troisième, son meilleur résultat en carrière à l’Indianapolis 500. Son meilleur résultat précédent était la quatrième place en 2020. Ferrucci a terminé dans le top 10 lors de ses cinq départs aux 500 miles en carrière.
  • La troisième place de Santino Ferrucci est le meilleur résultat de l’AJ Foyt Racing aux 500 miles d’Indianapolis depuis qu’Eliseo Salazar a également terminé troisième en 2000.
  • C’est la première fois que les 500 miles d’Indianapolis comptent trois drapeaux rouges liés à la compétition et non à la météo.
  • Benjamin Pedersen a été le meilleur rookie aujourd’hui, à la 21e
  • Helio Castroneves s’est hissé à la deuxième place du classement des miles parcourus en carrière aux 500 miles d’Indianapolis, avec 10 995 miles, derrière A.J. Foyt, qui a parcouru 12 272,5 miles en carrière.
  • Helio Castroneves a parcouru la totalité des 500 miles pour la 17e fois de sa carrière aux 500 miles d’Indianapolis, augmentant ainsi son record de course. Il a participé à la fin de la course lors de 21 de ses 23 départs en carrière.
  • Un record de six anciens vainqueurs a mené l’Indianapolis 500 2023, dépassant le record précédent de cinq établi en 1980, 1981 et 1993. Les six anciens vainqueurs qui ont pris la tête de la course aujourd’hui : Marcus Ericsson, Ryan Hunter-Reay, Alexander Rossi, Takuma Sato, Will Power et Helio Castroneves.
  • Onze leaders de tour ont terminé dans le tour principal, battant le record de neuf établi en 2011.

Communiqué NTT IndyCar

Crédits photos NTT IndyCar