22 avril 2024

Verstappen surmonte le chaos de la pluie pour réaliser un triplé de victoires au GP des Pays-Bas et égaler le record de victoires de Vettel

Max Verstappen a converti la pole position en victoire au Grand Prix des Pays-Bas pour la troisième année consécutive, naviguant dans une rencontre pleine d’action et de pluie pour prendre le drapeau à damier devant Fernando Alonso et Pierre Gasly et égaler Sebastian Vettel avec neuf victoires consécutives en F1.

Tout a commencé avec des gouttes de pluie avant le départ de la course qui se sont transformées en averse dès le premier tour, ce qui a entraîné des stratégies divergentes en amont et en aval, Verstappen étant à la tête d’un groupe de pilotes qui sont d’abord restés sur les slicks, tandis que son coéquipier Perez a conduit un groupe aux stands pour prendre des intermédiaires.

Il s’en est suivi une phase d’ouverture frénétique où ceux qui sont passés tôt aux intermédiaires ont pris l’avantage, tandis que ceux qui sont restés plus longtemps en slicks ont perdu une multitude de positions, avant que la pluie ne s’atténue et que la piste ne sèche progressivement.

Les Red Bull ayant adopté les stratégies alternatives susmentionnées, c’est Perez qui a pris la tête de la course, tandis que Verstappen avait rétrogradé à la quatrième place – derrière Zhou Guanyu et Gasly – et avait du pain sur la planche pour récupérer la P1.

Après avoir réussi à le faire avec un rythme nettement supérieur, Verstappen semblait bien parti pour se diriger vers le drapeau à damier et la victoire sur une piste sèche, mais de nouvelles pluies ont fait leur apparition sur le radar et ont frappé la piste avec force dans les derniers instants de la course.

Cela a conduit à une nouvelle vague d’activité dans la voie des stands et à un drapeau rouge après la sortie de Zhou, entraînant une course de sept tours jusqu’au drapeau lorsque l’action a repris et servant de dernier test à surmonter pour le double champion du monde en titre Verstappen.

#1, Max Verstappen, Red Bull, P1. pht. Getty images

Verstappen l’a surmonté en gardant son sang-froid lors du redémarrage glissant et en gérant l’écart avec Alonso et Perez avec aplomb, confirmant son triomphe à l’arraché et égalant le record de victoires de Vettel qui tient depuis la saison 2013.

La deuxième place d’Alonso constitue son premier podium depuis le Canada il y a plus de deux mois, tandis que Perez a franchi la ligne d’arrivée en troisième position, mais a reçu une pénalité de cinq secondes pour excès de vitesse dans la voie des stands, ce qui a permis à Gasly, ravi, de monter sur le podium.

#14, Fernando Alonso, Aston Martin, P2. pht. LAT images

Perez a dû se contenter de la quatrième place après sa sanction, suivi par la Ferrari de Carlos Sainz et la Mercedes de Lewis Hamilton, qui ont été impliqués dans un accrochage en fin de course, tandis que Lando Norris, Alex Albon, Oscar Piastri et Esteban Ocon complétaient les points.

Lance Stroll a manqué de peu une place dans le top 10 au volant de l’autre Aston Martin, suivi de Nico Hulkenberg, du nouveau venu en F1 Liam Lawson et de Kevin Magnussen – le pilote AlphaTauri ayant reçu une pénalité de 10 secondes pour avoir gêné le Danois dans la voie des stands.

Ce moment mis à part, il s’agit d’une excellente première performance pour le Néo-Zélandais de 21 ans, qui a su éviter les pièges et garder sa voiture sur la piste, terminant trois places devant son coéquipier Yuki Tsunoda, qui a écopé d’une pénalité de cinq secondes pour avoir provoqué un accrochage avec George Russell.

Start Race. pht. Getty images

Valtteri Bottas a été la seule Alfa Romeo à terminer après l’accident de Zhou, prenant la 15e place devant Tsunoda et Russell, ce dernier perdant ce qui aurait pu être une place dans les points après un contact avec Norris lors de la dernière ligne droite vers le drapeau.

Charles Leclerc a rejoint Zhou sur la touche en raison d’une avarie survenue au premier tour et qui s’est avérée trop difficile à gérer, et Logan Sargeant, qui a enchaîné son accident de qualification avec une autre sortie de route importante.

CE QUI S’EST PASSÉ

Après une dernière séance d’essais et des qualifications affectées par la pluie, tous les regards étaient tournés vers le ciel lorsque le paddock de la F1 est revenu à Zandvoort pour la course. Les premières averses se sont dissipées pour laisser une piste sèche avant le départ – bien que des nuages sombres persistent au-dessus du site néerlandais.

#10, Pierre Gasly, Alpine, P3.

Quelques changements dans l’ordre de départ ont vu Tsunoda rétrogradé de la 14e à la 17e place – favorisant Hulkenberg, Zhou et Ocon – pour avoir gêné Hamilton en qualifications, et Magnussen est passé de la 18e à la voie des stands grâce à une série de changements d’unité de puissance et de boîte de vitesses.

Cela signifiait une place gagnée pour Lawson, qui débutait en F1, lancé dans le grand bain à la place de Daniel Ricciardo blessé à AlphaTauri et qualifié en dernière position – le Néo-Zélandais de 21 ans s’est fait attacher pour 72 tours exigeants avec peu de roulage sur piste mouillée à son actif.

Peu avant l’extinction des feux, et alors que la pluie s’annonçait, il a été révélé que 18 des 20 pilotes prendraient le départ de la course en pneus tendres – Hamilton et Hulkenberg ayant opté pour les gommes moyennes, à l’inverse de la tendance.

#11, Sergio Perez, Red Bull, p4. pht. Getty images

Lorsque l’action a commencé, Verstappen, détenteur de la pole position, a fait une échappée nette pour conserver son avantage dans le virage 1, se plaçant devant Norris, Albon, Russell et Alonso, avant que ce dernier ne réalise un double mouvement brillant sur les deux pilotes britanniques sur la ligne basse dans le virage 3 incliné.

Mais les gouttes de pluie se sont soudainement transformées en une véritable averse, et Perez, Leclerc, Gasly, Zhou, Tsunoda, Lawson et Magnussen sont immédiatement passés au stand pour échanger leurs pneus slicks contre des intermédiaires – Ferrari a été prise au dépourvu alors qu’elle se démenait pour préparer ses pneus.

« Si vous pouvez vivre avec ça, restez à l’extérieur », a été le message à Verstappen, avant qu’on lui dise de se préparer à rentrer au stand quelques secondes plus tard, alors que le favori local rampait devant Alonso, qui avait également pris l’avantage sur Norris, Russell conservant la quatrième place devant Albon et Sainz.

Alors que la majorité des pilotes sont passés au stand pour changer de pneus, Russell, Norris, Albon, Piastri, Stroll, Bottas, Hulkenberg, Hamilton et Sargeant sont restés en slicks pour un tour supplémentaire, les pilotes intermédiaires se frayant un chemin dans le peloton et Perez prenant rapidement la tête de la course.

#55, Carlos Sainz, Ferrari, P5. pht. Scuderia Ferrari

Au 3e tour, seuls Russell, Albon, Piastri, Stroll, Bottas, Hulkenberg et Sargeant roulaient encore en slicks, dégringolant au passage dans le classement, laissant Perez avec une avance de 12 secondes sur Zhou, Gasly et Verstappen, auteur de la pole position.

Verstappen était cependant en pleine charge, éliminant Gasly et Zhou les uns après les autres pour remonter en P2 et jeter son dévolu sur son coéquipier Perez, qui avait une dizaine de secondes d’avance après avoir fait un appel aux stands en début de course.

Une fois la poussière retombée, c’est désormais un duo Red Bull en tête, avec Verstappen qui se rapproche rapidement de Perez, alors que Zhou est troisième devant Gasly, Alonso et Sainz, l’Espagnol parvenant à se défaire de son coéquipier Leclerc qui lutte avec des dommages à l’aileron avant causés par un contact avec Piastri dans le premier tour.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P6. pht. Mercedes

Tsunoda s’est maintenu à la huitième place malgré un lent arrêt aux stands, tandis que Magnussen a montré à quel point il était possible de gagner du terrain dans des conditions délicates en sortant de la voie des stands pour terminer neuvième, Norris occupant la dernière place qui lui permet de marquer des points.

Magnussen, Hamilton et Stroll ont dû s’arrêter une deuxième fois au 11e tour pour repasser des intermédiaires aux pneus slicks, alors que Russell avait été prévenu qu’une nouvelle averse allait s’abattre sur la piste dans quelques minutes.

Avec Piastri – l’un des pilotes à rester sur son set de softs de départ – illuminant les écrans de chronométrage alors que la piste s’asséchait progressivement, il n’a pas fallu attendre longtemps pour que le reste du peloton échange ses intermédiaires en surchauffe contre des slicks.

#4, Lando Norris, McLaren, P7. pht. LAT images

Fait crucial, Verstappen est passé au stand un tour plus tôt que Perez au 12e tour pour dépasser son coéquipier dans la voie des stands, ce qui a suscité quelques questions du Mexicain à la radio alors qu’il s’installait à la deuxième place, à quelque trois secondes de retard.

Alors que la course se calme, malgré de nouvelles averses, Sargeant perd le contrôle de sa Williams à la sortie du virage 8 et percute les barrières, provoquant une voiture de sécurité virtuelle, puis une voiture de sécurité complète, alors que l’Américain, ébranlé, fait part par radio de sa confusion quant à ce qui s’est passé.

Lorsque le peloton est arrivé à l’arrière de l’Aston Martin de Bernd Maylander, l’ordre du top 10 était le suivant : Verstappen, Perez, Alonso, Gasly, Sainz, Zhou, Magnussen, Albon (le seul pilote à ne pas être encore passé par les stands), Ocon et Tsunoda – Gasly a dépassé Sainz dans la ligne droite de départ/arrivée après son arrêt, mais a ensuite reçu une pénalité de cinq secondes pour excès de vitesse dans les stands.

#23, Alex Albon, Williams, P8. pht. Zack Mauger

Norris se retrouve 11e après avoir débuté sur la première ligne, suivi par Leclerc, Hamilton et Piastri, Russell n’étant que 18e et se lamentant « comment avons-nous fait pour tout gâcher » à la radio – ce qui entraîne un nouvel arrêt aux stands et une tentative d’atteindre le drapeau à damier sans autre arrêt, si la météo le permet.

Avec 21 des 72 tours prévus, la voiture de sécurité est entrée en action et la course a repris, Verstappen réussissant le redémarrage pour conserver son avance, tandis que Perez se défendait hardiment contre Alonso et que Gasly faisait juste ce qu’il fallait pour garder Sainz derrière lui.

Piastri s’est retrouvé derrière Bottas et a rétrogradé en 15e position, tandis qu’Albon a réussi à dépasser Magnussen pour se hisser en 7e position après un moment de frayeur sur la ligne droite de départ et d’arrivée où le pilote Williams n’a pas apprécié le changement de direction de la Haas pour conserver sa position, ce qui a conduit le Danois à recevoir un drapeau noir et blanc.

L’action s’est poursuivie rapidement au cours des tours suivants, Ocon prenant le dessus sur Magnussen, Tsunoda et Zhou, tandis que Piastri a rattrapé son erreur pour reprendre la P14 à Bottas dans le virage 1, avant que l’Australien et Hamilton n’éliminent tous les deux Leclerc.

#81, Oscar Piastri, McLaren, P9. pht. Zack Mauger

Au 27e tour, l’avance de Verstappen sur son coéquipier Perez atteignait trois secondes, Alonso étant toujours troisième devant Gasly, Sainz et Albon, qui voyait Ocon se rapprocher rapidement de lui, tandis que Zhou, Tsunoda (un autre à recevoir un drapeau noir et blanc) et Norris – grâce à une manœuvre sur Magnussen – complétaient les points.

« Des nuages plus sombres arrivent », a rapporté Verstappen, alors que la course se rapprochait de la mi-course, avant qu’un message similaire ne parvienne à Leclerc, confirmant que d’autres points de pluie et une autre averse se dirigeaient vers la piste.

Quelques changements supplémentaires sont intervenus dans le top 10 lorsque Norris et Hamilton ont tous deux trouvé le moyen de dépasser Zhou, tandis que Magnussen a continué à perdre du terrain en rétrogradant à la 13e place, devant son coéquipier Hulkenberg – Haas luttant à nouveau pour le rythme de la course.

#31, Esteban Ocon, Alpine, P10

Alors que la course atteignait les 40 tours, Verstappen menait Perez de près de sept secondes, Alonso quatre secondes plus loin en troisième position, tandis que Gasly poursuivait sa route en quatrième position – avec sa pénalité de temps qui lui pendait au nez – devant Sainz et Albon.

Plus loin, Leclerc et le débutant Lawson se livrent à un brillant chassé-croisé, échangeant leurs positions à plusieurs reprises, avant que Ferrari ne rappelle le Monégasque aux stands pour qu’il abandonne peu après en raison d’un dommage au plancher.

Norris et Sainz ont lancé la séquence suivante d’arrêts aux stands aux tours 43 et 44 respectivement, avant qu’Albon n’abandonne finalement son train de softs de départ au tour 45, l’attention se portant alors sur le moment où Verstappen et le reste des pilotes de tête entreraient en piste.

Alors que Perez a boxé au 46e tour, le leader Verstappen a prolongé son relais pour quatre tours supplémentaires, sans drame pour les deux pilotes Red Bull, mais on ne peut pas en dire autant d’Alonso, qui a perdu face à Sainz en raison d’un pneu avant gauche collant.

Après ces arrêts, Verstappen menait toujours confortablement devant Perez, Sainz occupant désormais la dernière place du podium devant un Alonso en convalescence, Gasly, Tsunoda et Russell, qui a gagné beaucoup de places après son passage précoce aux pneus durs. Albon est toujours dans les points en P8, tout comme Ocon et Norris.

Il ne faut pas longtemps à Alonso pour récupérer la 3e place, en dépassant Sainz dans la ligne droite de départ/arrivée, Russell faisant de même avec Tsunoda quelques instants plus tard pour remonter en 6e position et tenter de rattraper Gasly, 5e.

Tsunoda n’allait pas tarder à perdre des points, se retrouvant derrière Ocon et Norris, le pilote japonais ayant signalé des dégâts à la radio et les commissaires ayant confirmé qu’ils enquêtaient sur un incident l’impliquant avec Russell.

Avec environ 15 tours restants, Verstappen a été informé que plus de pluie pourrait arriver dans les 10 dernières minutes, dont certaines pourraient être fortes, tandis que Hamilton a progressé dans l’autre Mercedes pour passer Norris et Ocon pour la P8.

Hamilton est rapidement arrivé sur les talons de son coéquipier Russell, le jeune Britannique s’écartant après avoir évité une énorme glissade dans les balayages à grande vitesse, alors que Gasly a pris le dessus sur Sainz à l’extérieur du virage 1 pour se hisser à la quatrième place.

Au 61e tour, la pluie annoncée est soudainement arrivée, incitant la majorité du peloton à plonger immédiatement dans les stands et à échanger leurs pneus slicks pour des intermédiaires – Verstappen, Alonso, Albon et Ocon étant les premiers à rester plus longtemps à l’extérieur.

Après les arrêts, Ocon étant le seul pilote à chausser des pneus pluie, Verstappen est resté en P1 devant Perez, mais son coéquipier s’est trop enfoncé au virage 1, a subi un demi-tour et a légèrement touché la barrière, ce qui a permis à Alonso de passer devant.

Avec la pluie, Zhou a glissé hors de la piste à l’approche du virage 1 et a fait sortir la voiture de sécurité virtuelle, incitant les deux Red Bull à passer aux stands pour chausser des pneus pluie – Perez frôlant le mur des stands dans le processus – juste avant que la VSC ne se transforme en drapeau rouge au 65e tour.

Cela semblait devoir coûter cher à Perez, qui se trouvait dans la voie des stands lorsque le drapeau rouge a été déployé et qui a rétrogradé à la sixième place sur les écrans de chronométrage, derrière Gasly, Sainz et Hamilton, qui a également eu un moment au virage 1 lorsqu’il a glissé dans les graviers.

Cependant, un message du contrôle de course indiquait que Perez serait troisième dans l’ordre de redémarrage, derrière Verstappen et Alonso, Gasly devant filtrer en quatrième position devant Sainz, Hamilton, Norris, Russell, Albon et Piastri.

Des bulletins séparés ont confirmé une pénalité de cinq secondes pour Tsunoda pour avoir causé un incident avec Russell et une sanction de 10 secondes pour Lawson, coéquipier de l’équipe AlphaTauri, pour avoir « gêné inutilement » Magnussen dans la voie des stands.

Après un retard de 40 minutes, les 17 pilotes restants sont repartis en pneus intermédiaires obligatoires pour un départ lancé, et deux tours derrière la voiture de sécurité, après quoi Verstappen a contrôlé les débats pour conserver la tête devant Alonso et Perez.

Les commissaires lui ont infligé une pénalité de cinq secondes pour excès de vitesse dans la voie des stands, tandis que Russell a brièvement réussi à devancer Norris et à se classer P7, avant que les deux hommes ne se heurtent et que le pilote Mercedes ne subisse des dommages terminaux.

À trois tours de l’arrivée, Verstappen menait Alonso de 1,2 seconde, Perez une seconde plus loin en troisième position, mais Gasly semblait prêt à profiter de la pénalité susmentionnée en quatrième position, devant Sainz, Hamilton, Norris, Albon, Piastri et Ocon.

Malgré tout ce qui lui a été proposé, et la pression du public qui a envahi la piste tout au long du week-end, rien ne pouvait arrêter Verstappen, qui a remporté sa neuvième victoire consécutive et sa 11e en 13 courses depuis le début de la saison, un record.

Alonso s’est accroché à la deuxième place, remportant au passage le titre de pilote du jour, tandis que la pénalité de Perez a permis à Gasly de monter sur la troisième marche du podium, sa première de la saison, après avoir terminé troisième de la course Sprint à Spa-Francorchamps la dernière fois.

Sainz a battu Hamilton pour la cinquième place après une lutte serrée dans les derniers tours, tandis que le duo McLaren Norris et Piastri a pris en sandwich les Williams d’Albon et d’Ocon pour compléter les points, donnant à Alpine un double pointage bienvenu après ses récents changements de direction.

Stroll n’a pas réussi à imiter son coéquipier Alonso, double champion du monde, en terminant 11e, suivi par Hulkenberg, Lawson et Magnussen – le nouveau pilote de F1 accumulant une expérience utile avant ce qui pourrait être une autre sortie à Monza.

Après le drapeau à damier, une autre note du contrôle de course a confirmé que Magnussen faisait l’objet d’une enquête sur une infraction potentielle au redémarrage, ce qui signifie que le pilote Haas pourrait bien être rétrogradé dans l’ordre plus tard dans la soirée.

Bottas a connu une course tranquille en route vers la 15e place, avec Tsunoda et Russell – le pilote Mercedes a regretté son contact avec Norris alors qu’ils se battaient pour la septième place lors du dernier restart – les derniers pilotes à terminer respectivement en 16e et 17e position.

Zhou, Leclerc et Sargeant étaient les trois pilotes sur la touche à la fin de la course, en raison des accidents susmentionnés pour l’Alfa Romeo et la Williams, et des dommages au plancher pour la Ferrari.

Citation clé :

« C’est incroyable », a déclaré Verstappen, vainqueur de la course. « Aujourd’hui aussi, ils ne nous ont pas facilité la tâche avec la météo, pour prendre tout le temps les bonnes décisions. Je suis incroyablement fier. J’avais déjà la chair de poule quand ils ont joué l’hymne national avant le départ. Même avec le mauvais temps, la pluie, les fans étaient toujours aussi enthousiastes, c’était une atmosphère incroyable.

GP des Pays-Bas ici

Les meilleurs tours ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Prochaine étape

La prochaine étape du calendrier 2023 de la F1 sera Monza pour le Grand Prix d’Italie, qui se déroulera du 1er au 3 septembre.

Analyse par les Teams et pilotes

Pirelli

UN RECORD DE NEUF POUR VERSTAPPEN À ZANDVOORT

Max Verstappen a remporté sa troisième victoire consécutive au Grand Prix des Pays-Bas, égalant par la même occasion le record de neuf victoires consécutives sur une saison, précédemment établi par Sebastian Vettel en 2013, également au volant d’une Red Bull. Il s’agit de la 46e victoire de Verstappen en carrière, ce qui porte son nombre total de podiums à 90.

MARIO ISOLA – DIRECTEUR PIRELLI MOTORSPORT   :

« Ce fut une course très spectaculaire, avec plusieurs changements de météo qui ont rendu la vie difficile aux équipes lorsqu’il s’agissait de décider quel pneu utiliser et quand rentrer aux stands. D’un point de vue purement technique, outre le spectacle littéralement coloré de l’utilisation des cinq couleurs de nos pneus, deux aspects méritent d’être soulignés. Comme prévu au cours du week-end, les températures plus fraîches ont favorisé l’utilisation des Softs, clairement le meilleur pneu sur le sec, et qui se comporte même bien sur le mouillé, comme l’ont démontré les pilotes qui ont choisi de ne pas s’arrêter dans les premiers tours lorsqu’il a commencé à pleuvoir. Le composé le plus touché a été le Hard, mais le long relais de Russell, qui aurait probablement couru jusqu’au drapeau à damier si la pluie n’était pas revenue, a démontré que ce pneu n’était pas totalement inadapté aux conditions. Le deuxième point à souligner concerne les Intermédiaires, qui se sont une fois de plus montrés compétitifs avec un peu ou beaucoup d’eau sur la piste.

Enfin, il y a plusieurs personnes que je souhaite féliciter : Max Verstappen pour sa neuvième victoire consécutive, les spectateurs de Zandvoort qui ont une nouvelle fois offert un spectacle incroyable dans les tribunes, leur enthousiasme si contagieux malgré le mauvais temps, Fernando Alonso de retour sur le podium, comme il l’avait fait régulièrement en début de saison, envisageant même à un moment de disputer la victoire et à Pierre Gasly qui a réalisé un très beau résultat. »

LA JOURNÉE SUR LA PISTE

La pluie a été le principal facteur qui a influencé l’issue de la course. Tout le monde est parti en pneus secs, Hamilton en Medium et tous les autres en Soft. Mais dès le premier tour, la pluie a fait son apparition, obligeant la quasi-totalité du peloton à s’arrêter pour chausser des intermédiaires. Cependant, quelques pilotes courageux – le duo Williams, Hulkenberg, Bottas et Piastri – ont choisi de rester à l’extérieur, misant sur le fait que la pluie ne durerait pas longtemps. En effet, après une dizaine de tours, la piste était à nouveau propice aux slicks, si bien qu’en l’espace de 12 tours, tout le monde était de retour en pneus secs. Dans ces conditions très fraîches, le Soft est clairement le meilleur composé et est utilisé le plus longtemps possible, comme en témoigne le fait que Tsunoda a fait 50 tours avec un seul train de pneus et Albon 44. Un seul pilote, Russell, a opté pour le pneu dur, se retrouvant en queue de peloton après l’intervention de la voiture de sécurité suite à la sortie de piste de Sargeant. Le pilote Mercedes aurait probablement terminé la course sur ce train de C1 si la pluie n’avait pas décidé de secouer à nouveau les choses, tombant encore plus fort qu’au début de la course. Une fois de plus, tous les pilotes ont commencé à rentrer au stand et avec la pluie qui tombait vraiment, certains ont même choisi de chausser les pneus mouillés à l’extrême, Ocon étant le premier à le faire, suivi par les deux pilotes Red Bull. La course a été interrompue par un drapeau rouge après la sortie de route de Zhou, et la question de savoir comment ces pneus se seraient comportés dans ces conditions est restée sans réponse. En fin de course, après le nouveau départ, le pneu intermédiaire a prouvé qu’il était un choix valable, même avec beaucoup d’eau sur une piste dont la température n’était que de 20° C.

PROCHAINE ÉTAPE POUR NOS PNEUS F1

Le week-end prochain, Monza accueille le Grand Prix Pirelli d’Italie 2023 de Formule 1. Les pneus pour la manche italienne, du 1er au 3 septembre, seront les composés C3, C4 et C5 et pour la deuxième fois après avoir été essayés en Hongrie, l’Allocation Alternative de Pneus sera appliquée. Pirelli est le sponsor titre du Grand Prix d’Italie, sa course nationale, puisque son siège se trouve à quelques kilomètres du circuit, dans le quartier de Bicocca, à Milan.

Red Bull

Max Verstappen, #1, P1 :

Le fait d’être à mon Grand Prix national, avec tous les fans, rend cette victoire encore plus spéciale.

« Je suis extrêmement fier de remporter à nouveau le Grand Prix des Pays-Bas et d’en gagner neuf d’affilée, c’est un véritable exploit, je n’aurais jamais cru que ce serait possible. C’est toujours extraordinaire d’être ici et l’hymne national avant le Grand Prix m’a vraiment donné la chair de poule. Bien sûr, il y a eu beaucoup de moments agités aujourd’hui avec l’arrivée de la pluie, mais la course a consisté à essayer de rester calme et de prendre les bonnes décisions au bon moment, et c’est exactement ce que nous avons fait. Il y avait une atmosphère fantastique ici tout le week-end et le fait d’être à mon Grand Prix national avec tous les fans rend cette victoire encore plus spéciale. Je pense que tout le monde était complètement trempé après cette averse et pourtant ils écoutaient et dansaient au son de la musique et passaient un bon moment. »

Sergio Perez, #11, P4 :

Nous avions un bon rythme et nous méritions vraiment un podium aujourd’hui, c’est dommage que nous n’y soyons pas parvenus.

« Nous avons réussi le premier, puis lorsque nous avons boxé pour les inters, les choses n’étaient pas prêtes parce que j’ai dû faire un appel tardif à cause de la pluie qui est tombée soudainement. Quand je suis entré dans la pitlane pour boxer pour les inters, c’était complètement inondé, j’ai perdu de l’adhérence dans la voiture et j’ai fini par accrocher le mur et glisser un peu, ce qui m’a fait dépasser la limite de vitesse. On en sait beaucoup plus après la course, mais dans l’ensemble, c’est un bon résultat compte tenu du chaos de l’après-midi. L’équipe a toujours une vue d’ensemble lorsqu’elle prend des décisions en course et je n’ai pas toutes les informations dans la voiture, c’est pourquoi nous avons des stratèges et chacun prend les décisions dans l’intérêt de l’équipe. Nous avions un bon rythme et nous méritions vraiment un podium aujourd’hui, c’est donc dommage que nous n’y soyons pas parvenus.

Christian Horner :

L’équipe a connu une très bonne journée et Max a égalé le record de Seb Vettel de neuf victoires consécutives, ce qui est incroyable.

« La pluie a été intermittente pendant toute la course, mais Max a fait un travail incroyable dans ces conditions difficiles. Il a eu une conduite incroyable en revenant dans le peloton après son premier arrêt au stand, alors que certains pilotes restaient sur le pneu slick et que d’autres s’arrêtaient pour les inters. Une fois que tout s’est calmé, il a pu prendre de l’avance et tout contrôler. Nous savions que les fortes pluies de la fin arriveraient et quand vous êtes en première place, vous avez tout à perdre, mais Max a fait un excellent redémarrage et s’est assuré la première place grâce à un excellent pilotage.

Checo a fait d’énormes progrès en partant de la septième place sur la grille de départ et a pris la décision de passer aux inters vers le départ, l’équipe a réagi très rapidement et il a pris la tête de la course. Lors du cycle suivant d’arrêts aux stands, alors que la piste commençait à sécher, nous avons dû faire rentrer Max pour éviter qu’il ne soit sous-calé. Parfois, il faut prendre des décisions importantes pour l’équipe et c’était l’un de ces moments. Il est dommage que Checo n’ait pas pu monter sur le podium après sa pénalité, car il méritait d’y être, mais avec une course aussi dramatique et dangereuse, il y a toujours des choses sur lesquelles on peut réfléchir.

Dans l’ensemble, l’équipe a connu une très bonne journée et le fait que Max ait égalé le record de Seb Vettel de neuf victoires consécutives est incroyable. Le fait que nous y soyons parvenus deux fois en tant qu’équipe est quelque chose de très spécial pour nous.

Aston Martin

Fernando Alonso, #14, P2 :

« C’est un sentiment agréable d’être de retour sur le podium après une course très intense et des émotions intenses. Je pense que P2 et le tour le plus rapide étaient le maximum que nous pouvions atteindre aujourd’hui avec les fortes pluies et le drapeau rouge. C’était une course très bien exécutée par notre équipe et cela signifie beaucoup devant les fans passionnés ici à Zandvoort. L’AMR23 a bien répondu à tout aujourd’hui et j’étais en phase avec elle, c’était un bon sentiment. Je suis probablement plus heureux aujourd’hui que je ne l’étais au début de l’année, car après avoir lutté pour les podiums en juillet, revenir en force est une sensation incroyable. Je ne peux pas mentir, j’ai pensé à dépasser Max [Verstappen] et si j’étais côte à côte avec lui, je n’aurais pas levé le pied, mais je n’ai pas eu toutes les chances. Il faut parfois avoir de l’intuition en course et il y avait un peu de pluie, alors j’ai attaqué de manière très agressive. Maintenant, j’ai hâte d’être à Monza.

Lance Stroll, #18, P11 :

« La course n’a pas été celle que nous espérions aujourd’hui. Les conditions météorologiques changeantes ont rendu très difficile le choix de la bonne stratégie et nous n’avons tout simplement pas pris les bonnes décisions concernant les pneus dans les premiers tours. Nous espérions survivre à la première averse avec les pneus slicks, mais la pluie a été plus forte que prévu et nous sommes passés au composé intermédiaire un peu trop tard. Une fois le classement stabilisé, je me suis retrouvé coincé dans le trafic et j’ai eu du mal à progresser. C’est décevant car la voiture se comportait bien et je pense qu’il était possible d’aller plus loin, mais c’est parfois la course. Nous allons apprendre de nos erreurs d’aujourd’hui et redoubler d’efforts à Monza.

Mike Krack, Directeur de l’équipe :

« Quelle course ! Une fantastique deuxième place pour Fernando et l’équipe. Fernando a fait une course bien dosée, a survécu aux conditions délicates et a montré un rythme soutenu sur le sec comme sur le mouillé. Ce résultat aura une signification énorme pour toute l’équipe sur la piste et au Campus, et montre que notre travail acharné porte ses fruits. Il signifie que nous avons franchi la barre des 200 points pour la première fois et nous donne un véritable élan pour les dernières courses de l’année. Il est dommage que nous n’ayons pas optimisé la course pour Lance et que la décision de rester en pneus secs en début de course lui ait coûté une chance de marquer des points.

Alpine

Podium pour Pierre et dixième pour Esteban pour assurer le double des points à Zandvoort

BWT Alpine F1 Team a décroché son deuxième podium de la saison 2023 du Championnat du Monde de Formule 1 de la FIA, alors que Pierre Gasly a réalisé une performance impressionnante depuis la douzième place sur la grille dans des conditions mitigées pour terminer troisième à Zandvoort lors du Grand Prix des Pays-Bas. Esteban Ocon s’est battu à travers le peloton jusqu’à la dixième place pour assurer un double score à l’équipe.

Au cours d’une course marquée par la pluie, avec plusieurs arrêts aux stands et un drapeau rouge retardé à six tours de la fin, Pierre a gardé son sang-froid tout au long pour remporter son premier podium pour l’équipe et le quatrième de sa carrière en Formule 1.

Quatrième au redémarrage, Pierre s’est accroché au dos de Sergio Perez de Red Bull Racing jusqu’au drapeau à damier, le promouvant à la troisième place, Perez ayant écopé d’une pénalité de cinq secondes pour excès de vitesse dans la voie des stands. Esteban a réalisé une solide performance dans des conditions difficiles, remontant du seizième sur la grille pour décrocher le dernier point à la dixième place, clôturant une journée positive pour l’équipe.

Course

Esteban a débuté en Nouveaux Tendres (arrêt au stand L2 pour les Intermédiaires, arrêt au stand L11 pour les Nouveaux Tendres, arrêt au stand L43 pour les Nouveaux Tendres, Tour 63 pour les Full Wet, changement L66 en Intermédiaires sous drapeau rouge) ; Tour le plus rapide : 1:14.441

Pierre a débuté en Nouveaux Tendres (arrêt au stand L1 pour les Intermédiaires, arrêt au stand L12 pour les Nouveaux Tendres, arrêt au stand L46 pour les Nouveaux Tendres, L60 pour les Intermédiaires, changement de L66 en Intermédiaires sous drapeau rouge) ; Tour le plus rapide : 1:14.570

Esteban Ocon, #31, P10 :

« Tout d’abord, félicitations à Pierre et à toute l’équipe pour le superbe résultat d’aujourd’hui. Dans l’ensemble, nous pouvons être satisfaits de notre course en équipe, repartant de Zandvoort avec le double de points et le podium. De mon côté, ce fut une solide remontée depuis le point de départ, me frayant un chemin loin dans les points. Il faudra certainement revoir certaines choses car il y a eu des occasions manquées qui nous ont coûté des positions et des points. De manière générale, il y aura de nombreux enseignements de ces derniers jours que j’espère que nous pourrons mettre à profit à Monza la semaine prochaine pour continuer à nous améliorer en tant qu’équipe.

Pierre Gasly, #10, P3 :

« Quelle course ! Cela fait vraiment du bien d’être sur le podium ici à Zandvoort et toute l’équipe le mérite. Après la saison que nous avons connue jusqu’à présent, avec tant de hauts et de bas, je pense que nous méritons ce résultat. C’était une course folle, tellement d’action, tellement de décisions difficiles à prendre mais tout s’est bien passé, de la prise de décision à la stratégie en passant par les arrêts aux stands, tout a été très bien exécuté. Nous avons eu la malheureuse pénalité de cinq secondes pour excès de vitesse dans la voie des stands, mais au final cela n’a pas d’importance car nous avions encore assez de rythme pour nous mettre en lice pour un bon résultat. Les derniers tours ont été difficiles avec les conditions, mais nous avons très bien géré. Merci à toute l’équipe pour son podium et continuons à travailler dur en vue de la course du week-end prochain à Monza ; où j’ai de bons souvenirs !

Bruno Famin, Team Principal par intérim :

« Avec les conditions météo aujourd’hui, il était important pour l’équipe de rester calme et de prendre les bonnes décisions. Cela a permis aux pilotes de progresser dans l’ordre depuis leurs positions de qualification et de rapporter de précieux points à l’équipe. Il s’agissait d’avoir les bons pneus au bon moment, ainsi que de garder la voiture sur la bonne voie et les pilotes ont mené une course très mature. Sur le plan opérationnel, nous avons extrêmement bien exécuté la course et le podium de Pierre récompense les efforts de l’équipe. Avec la dixième place d’Esteban, c’est bien que les deux voitures finissent dans les points. Nous avons encore beaucoup de travail devant nous et nous chercherons à capitaliser sur ce résultat avant la prochaine course à Monza.

Ferrari

CARLOS CINQUIÈME IN A THRILLER

Le Grand Prix des Pays-Bas s’est avéré être une course compliquée pour la Scuderia Ferrari, l’équipe quittant Zandvoort avec une cinquième place grâce à Carlos Sainz, qui a réalisé une performance solide et courageuse dans des conditions de piste extrêmement difficiles.

Malheureusement, Charles Leclerc a dû abandonner à la suite d’une collision avec Oscar Piastri au premier tour.

La course. Les conditions météorologiques ont rendu la vie difficile, le tour de formation étant sec avant que la pluie ne s’abatte vraiment sur Zandvoort à l’extinction des feux. Charles passe au stand à la fin du premier tour pour passer des pneus tendres aux intermédiaires, tandis que Carlos rentre au stand dans la foulée. Après que tout le monde, à l’exception d’Alex Albon, soit passé au stand, les Ferrari se sont retrouvées aux cinquièmes et septièmes places. Cependant, il est immédiatement clair que la SF-23 de Leclerc a été endommagée lors de la collision avec Piastri. L’aileron avant a été changé, mais le plancher est également endommagé. Charles continue néanmoins à rouler à un rythme beaucoup plus lent, à une seconde de son coéquipier, mais comme le problème s’aggrave progressivement, la décision est prise d’abandonner la voiture.

Les relais intermédiaires. La course de Sainz se poursuit sans grand changement et lorsque la piste s’assèche, il passe deux fois au stand pour les Softs. Il ne commet pas d’erreur et effectue des relais solides, se hissant jusqu’à la troisième place, en partie grâce à un arrêt lent de Fernando Alonso, qui repasse ensuite devant Carlos. Finalement, il rétrograde à la cinquième place après avoir été dépassé par Pierre Gasly. A neuf tours de la fin, la pluie commence à tomber très fort et deux tours plus tard, la course est interrompue par un drapeau rouge suite à l’accident de Guanyu Zhou. La course reprend 35 minutes plus tard avec sept tours restants. Les conditions étaient très délicates pour les pneus intermédiaires sur une piste très glissante, mais aucun des pilotes de tête n’a commis d’erreur et, bien que Carlos roule maintenant avec de très vieux pneus, il a pu franchir le drapeau à damier à la cinquième place.

Retour à la maison. Le championnat du monde reprend dans quelques jours avec la course la plus spéciale pour la Scuderia, le Grand Prix d’Italie à Monza, où l’équipe peut s’attendre à un accueil chaleureux de la part de ses « tifosi ».

Carlos Sainz, #55, P5 :

Nous avons eu une bonne exécution de la course dans l’ensemble, sans aucune erreur dans ces conditions difficiles. Pour le dernier relais, nous avons dû monter un jeu de pneus intermédiaires très usagés d’hier et il s’agissait avant tout de défendre. J’ai tout donné du premier au dernier tour, mais malheureusement la P5 était le maximum que nous pouvions atteindre ce week-end.

Ce sont de bons points et nous avons gagné du terrain sur Mercedes et McLaren, lors d’un week-end difficile pour l’équipe. Nous voulons évidemment plus et nous continuerons à pousser. Maintenant, j’attends avec impatience notre course à domicile à Monza le week-end prochain.

Charles Leclerc, #16, DNF (abandon) :

La course a été délicate de mon côté. Lorsque je suis arrivé dans le dernier virage du premier tour, j’ai vu qu’il pleuvait beaucoup et j’ai décidé de faire un arrêt au stand. Je savais que c’était tard, mais en même temps, je savais aussi que cela en valait la peine à la fin, parce que nous avions plus à gagner qu’à perdre.

Malheureusement, après qu’Oscar (Piastri) et moi nous soyons touchés, j’ai eu des dommages sur mon plancher et le problème s’est aggravé au cours de la course, ce qui nous a finalement conduits à l’abandon. Dans l’ensemble, ce n’est pas le week-end que nous souhaitions, mais je me réjouis déjà de notre course à domicile à Monza la semaine prochaine.

Frédéric Vasseur, Directeur de l’équipe :

Ce fut un week-end chargé, dans des conditions très difficiles. Carlos a fait une très belle course, parvenant à suivre le rythme de ceux qui le précédaient jusqu’à ce que la pluie revienne. A ce moment-là, il a dû composer avec le handicap de courir avec des Intermédiaires qui avaient fait plus de tours que les pilotes autour de lui et il a bien fait de garder deux concurrents forts, Lewis Hamilton et Lando Norris, derrière lui, ramenant ainsi le meilleur résultat possible dans ces circonstances.

La course de Charles a été compromise dès le premier tour, lors de la collision avec Oscar Piastri, qui a endommagé sa SF-23. Nous pensions qu’il suffirait de changer l’aileron avant, mais malheureusement, le plancher a également été endommagé et la situation s’est aggravée au fil des tours, au point que nous avons décidé de l’abandonner.

Maintenant, nous nous concentrons sur Monza, notre course à domicile, où nous voulons exécuter le week-end parfaitement à tous les points de vue afin que les pilotes puissent tirer tout ce qu’il y a à tirer de notre package.

Mercedes

Au cours d’un après-midi spectaculaire à Zandvoort, l’équipe s’est retrouvée en queue de peloton, s’est hissée dans le top 10, puis a terminé dans les points avec une seule voiture à l’issue d’un sprint chaotique sur le mouillé jusqu’au drapeau.

Les résultats de l’équipe ont été déterminés par les 15 premiers tours, lorsque des arrêts aux stands mal synchronisés ont fait chuter les pilotes à l’arrière du peloton et ont laissé l’équipe en mode de récupération.

Lewis est passé de P13 au départ à P6 à l’arrivée, en passant par P20 dans les premiers tours, ce qui correspond aux prévisions pour une course normale sur le sec.

Il a utilisé les pneus Medium, Inter, Soft, Soft, Inter pendant la course.

George est resté à l’extérieur jusqu’au quatrième tour sous la pluie, chutant en P19 après s’être arrêté pour des intermédiaires. Il a ensuite roulé en pneus tendres, en pneus durs pour essayer de récupérer, puis en pneus intermédiaires après le drapeau rouge.

En P7 après le nouveau départ, il est entré en contact avec Norris, ce qui a provoqué une crevaison de l’arrière gauche et l’a fait rétrograder en P17 à l’arrivée.

Les huit points marqués aujourd’hui constituent la plus faible performance de l’équipe depuis le début de la saison, ce qui signifie que l’écart avec la troisième place du championnat des constructeurs est désormais de 40 points.

Lewis Hamilton, #44, P6 :

Je ne savais pas vraiment comment la journée allait se dérouler – hier soir, je me suis creusé les méninges pour savoir où nous nous étions trompés en qualifications et comment nous avions fini P13, et comment remonter. Je voulais commencer la course avec un composé de pneus décalé, mais il s’est avéré que j’étais le seul dans le peloton à utiliser un pneu différent, et la pluie est arrivée. En tant qu’équipe, nous avons pris la mauvaise décision et nous en avons payé le prix en terminant derniers. Après cela, j’ai simplement baissé la tête et je me suis mis en chasse ; c’était un bon exemple que lorsque vous tombez ou trébuchez, il suffit de se relever et de continuer à essayer. À chaque fois que je suis passé au stand, je suis ressorti derrière, et j’ai continué à poursuivre, encore et encore. J’étais vraiment heureux – j’ai dépassé la McLaren, par exemple, ce qui n’est pas facile sur ce circuit. Et puis à la fin, j’ai juste eu besoin du DRS pour dépasser Sainz, parce que j’étais plus rapide mais je n’avais pas la vitesse sur la ligne droite pour le faire. Mais dans l’ensemble, c’est un sentiment de ce qui aurait pu être : si nous avions fait des choix différents, nous avions le rythme pour défier les deux premiers. Nous n’étions pas loin sur le sec – et il aurait été bon d’être dans cette lutte.

George Russell, #63, P17 :

C’était une course difficile aujourd’hui – j’ai commencé la course en pensant me battre pour un podium et j’ai fini P17. Nous nous attendions à ce que la pluie ne dure que quelques minutes, et elle a finalement duré près de dix minutes. La voiture était prête pour les inters, mais j’ai pensé que je pourrais tenir un ou deux tours de plus si la pluie n’était que de courte durée, mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Nous préférons avoir une voiture rapide et une mauvaise journée plutôt que l’inverse, mais c’était une occasion manquée aujourd’hui. A la fin, j’étais côte à côte avec Lando dans la chicane à la fin du tour, puis nous avons eu un contact. Cela nous a coûté quelques points et c’est dommage parce que nous avions une voiture si rapide aujourd’hui, puis nos décisions concernant la météo nous ont été défavorables. Mais il y a quand même des points positifs à retenir du rythme de base que nous avons montré. Nous savions que ce circuit pouvait être fort pour nous – et en regardant Monza, c’est une bête totalement différente. Nous allons faire le vide dans nos têtes, partir avec de nouvelles idées et les enseignements de ce week-end, et voir ce que nous pouvons faire.

Toto Wolff, directeur de l’équipe et PDG :

Ce fut une journée difficile pour nous. Dans les 15 premiers tours, nous avons fait à peu près tout ce que nous pouvions faire de mal – et cela nous a coûté toute chance de nous battre pour le podium. Pendant les 50 tours suivants, jusqu’au drapeau rouge, tout s’est passé comme d’habitude : la voiture était rapide sur tous les types de pneus, nous avons pris les bonnes décisions et les pilotes ont fait une belle remontée jusqu’à la P6 et la P8. Dans les derniers tours, George a eu la malchance de tomber à l’arrière après un contact, tandis que Lewis a essayé tout ce qu’il pouvait sur Sainz, mais il n’y avait pas moyen de passer. En fin de compte, je préfère que nous ayons une voiture rapide et un mauvais résultat, plutôt que l’inverse. C’était une course divertissante pour la Formule 1 – et le genre de journée où nous aurions dû faire partie de l’action à l’avant. Mais si, mais et peut-être ne comptent pas dans ce sport. Maintenant, nous devons nous ressaisir, comprendre pourquoi nous, en tant qu’équipe, nous sommes trompés aujourd’hui, et recommencer à Monza le week-end prochain.

Andrew Shovlin, directeur de l’ingénierie de piste :

Ce n’est pas une bonne journée pour nous. Nous n’avons pas anticipé l’intensité de l’averse qui s’est abattue sur la voiture en début de course, ce qui a eu pour conséquence de faire reculer les deux voitures dès les premiers tours de roue. Les décisions que nous avons prises par la suite ont été bonnes et nous avons réussi à remettre les deux voitures dans une position raisonnable lorsque la course a été signalée par un drapeau rouge. Malheureusement, Lewis n’a pas réussi à dépasser Sainz dans le court relais intermédiaire de la fin et George a crevé en se battant avec Norris, ce qui fait que nous repartons avec seulement huit points, notre pire score de la saison. Cependant, nous pouvons être encouragés par le fait que la voiture a été bonne ce week-end. Bien que nous ayons eu des difficultés dans certaines conditions, le rythme de la course était bon et nous allons dans la bonne direction.  Nous sommes très heureux de pouvoir reprendre la piste dans cinq jours, car nous voudrons mettre ce résultat derrière nous.

McLaren

« NOUS EXAMINERONS LES POINTS QUE NOUS AURIONS PU AMÉLIORER ET NOUS NOUS RENDRONS À NOUVEAU EN ITALIE.

Ce qui s’est passé

– La course commence et Lando conserve sa position P2, tandis qu’Oscar recule d’une place et se retrouve en P9.

– La pluie commence à tomber au 1er tour. Les deux pilotes gardent les pneus tendres mais commencent à perdre des places. Lando est P12 et Oscar P16.

– La pluie devenant de plus en plus forte, Lando s’arrête pour passer les pneus Inters.

– La pluie s’atténue et la piste commence à sécher, Lando repart donc en Softs.

– Après la phase de ravitaillement, Lando et Oscar effectuent une série de dépassements et atteignent les places P9 et P11.

– La série suivante d’arrêts aux stands commence. Lando passe aux Softs et Oscar aux Mediums.

– La pluie s’intensifie et les deux pilotes optent pour des pneus Inters.

– La pluie est traîtresse et la course est signalée par un drapeau rouge. Lando est P7 et Oscar P10.

– Une fois la pluie dissipée, la course reprend derrière la voiture de sécurité pour un départ lancé.

– Russell abandonne à cause d’une crevaison, ce qui permet à Oscar d’être en P9.

– Les deux pilotes conservent leur position pendant les derniers tours et terminent P7 pour Lando et P9 pour Oscar.

Lando Norris, #4, P7 :

« Si je commence par regarder les positions finales, nous avons obtenu quelques points, ce qui est une bonne chose, mais pas autant que ce que nous aurions dû obtenir aujourd’hui. Nous avons pris de mauvaises décisions et dans une journée comme aujourd’hui, cela peut vous faire gagner ou perdre beaucoup de temps. Nous avons été perdants. Nous allons revoir la situation et nous assurer que nous ferons mieux la prochaine fois. Je pense qu’il est impossible d’être parfait dans ce domaine, il s’agit juste de limiter les erreurs. Nous avons encore du travail à faire, mais nous y arrivons.

Oscar Piastri, #81, P9 :

« P9, ce n’est pas l’après-midi le plus simple. Je pense que nous aurions pu saisir plus d’opportunités, mais dans l’ensemble, ce n’est pas un après-midi terrible et il y a certainement des choses à apprendre. À un moment donné, la situation était bien pire, alors nous avons fait une belle remontée dans la deuxième moitié de la course. Nous allons certainement apprendre ce que nous aurions pu faire différemment avant de nous rendre à Monza avec l’objectif de marquer plus de points.

Andrea Stella :

« Après une course mouvementée, avec des conditions météorologiques changeantes, nous terminons P7 et P9, marquant quelques points importants. Mais la réalité est que nous aurions pu obtenir plus aujourd’hui, car nous avons manqué quelques opportunités. 

« Avec Lando, nous avons trop hésité en début de course avant de passer en pneus intermédiaires. Du côté d’Oscar, nous avons choisi de rester sous la pluie avec des pneus secs, et il a fait un excellent travail. A partir de là, sa course s’est bien déroulée, mais malheureusement il a bloqué les pneus avant, a dû rentrer au stand et nous avons perdu l’avantage acquis.

« Nous n’abandonnons pas. La bonne nouvelle, c’est que la voiture était, une fois de plus, assez compétitive. Nous allons donc revoir ce que nous aurions pu améliorer et repartir en Italie. »

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Dans l’ensemble, c’est un très bon résultat pour l’équipe aujourd’hui ; terminer 8e à Zandvoort avec nos principaux rivaux hors des points est un excellent résultat, cependant, après avoir remonté jusqu’à la 6e place avec Alex, le moment de la dernière interruption de la pluie a été frustrant.

La voiture a bien fonctionné ce week-end et même si nous aurions pu faire mieux aujourd’hui, nous pouvons être satisfaits du résultat. Nous allons analyser la course et comprendre comment nous aurions pu faire mieux dans les conditions changeantes et nous serons plus forts la prochaine fois.

L’équipe a fait un excellent travail pour réparer la voiture de Logan pendant la nuit et il est dommage qu’il n’ait pas pu terminer la course. Nous enquêtons toujours sur la cause de sa défaite, mais il a souffert d’une perte de système hydraulique.

Nous attendons maintenant avec impatience Monza, qui est la deuxième épreuve ATA de la saison et un défi assez différent de celui de ce week-end à Zandvoort.

Alex Albon, #23, P8 :

On peut dire que nous aurions dû passer au stand plus tôt au début de la course, mais nous avons tenu bon et cela a fonctionné pour nous avec la gestion des pneus, en réussissant à faire 40 tours sur les Softs, et vous ne pouvez faire cela qu’avec une voiture qui est bonne et qui s’est sentie forte tout au long du week-end. C’était très facile de contrôler la dégradation de l’avant et de l’arrière, juste avec des outils et en conduisant, toujours en mesure de déplacer l’équilibre là où j’en avais besoin. Ensuite, nous sommes passés aux stands pour les mediums et nous avons commencé à remonter vers les places P5 et P4, et je pensais que c’était parfait, jusqu’à ce que j’apprenne qu’il allait pleuvoir.

Nous devons revoir le deuxième arrêt au stand ; c’est très délicat parce que je n’ai pas ravitaillé et pendant la première moitié du tour, j’ai pensé que j’avais dépassé les deux voitures devant moi, mais en 30 secondes, le pneu est passé de tendre à mouillé et nous avons perdu la possibilité de passer en dessous de la ligne. Cela arrive ; on a l’impression de finir aujourd’hui un peu déçus de ne pas avoir terminé 6e, mais la 8e place reste un résultat incroyable pour nous, surtout si l’on considère que nous sommes ici pour le mérite ce week-end. C’est notre meilleur week-end à ce jour et le meilleur que j’ai ressenti dans la voiture depuis que je suis chez Williams, il y a donc beaucoup de points positifs à retenir.

Logan Sargeant, #2, DNF (abandon) :

Le début de la course a été délicat avec la pluie. Il semble que les Inters étaient peut-être la meilleure option, mais nous avons essayé de survivre sur les slicks et, après hier, j’ai essayé d’être extrêmement prudent et de bien monter en puissance, mais j’ai perdu un peu trop de température de pneu dans ces conditions humides. Malheureusement, la course ne s’est pas terminée comme nous le souhaitions. J’ai touché le trottoir et il semble qu’à cause de l’impact, nous ayons eu un problème avec l’hydraulique et la direction assistée. Une fois que j’ai perdu cette assistance, il n’y avait vraiment rien à faire. Je dois encore regarder la course, mais nous devons chercher à comprendre ce qui s’est passé. Je tiens à remercier chaleureusement l’équipe qui a réussi à remettre la voiture en état pour aujourd’hui.

Haas

Les pilotes de MoneyGram Haas F1 Team Nico Hulkenberg et Kevin Magnussen ont terminé respectivement 12e et 14e du Grand Prix des Pays-Bas, 14e manche du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2023.

Les deux pilotes ont pris le départ en pneus tendres Pirelli P Zero Red, Hulkenberg depuis la 14e place et Magnussen depuis la voie des stands après avoir effectué des changements d’unité de puissance et de boîte de vitesses avant la course, ce qui a entraîné une pénalité sur la grille.

La pluie a commencé à tomber à la moitié du premier tour et l’équipe a changé de stratégie, Magnussen passant en pneus intermédiaires Cinturato Green et Hulkenberg restant en pneus slicks. Magnussen se hisse à la septième place, avant de rentrer au neuvième tour pour chausser des pneus tendres une fois la piste séchée, tandis que Hulkenberg reste à l’extérieur malgré l’évolution de la météo.

La voiture de sécurité est déployée au 15e tour, après la sortie de route de Logan Sargeant. Magnussen repart de la 7e place et Hulkenberg de la 16e, après être passé en pneus jaunes médiums. Magnussen a mené une action d’arrière-garde mais n’a pas pu empêcher ses rivaux plus rapides de le dépasser avant de rentrer au 36e tour pour des pneus mediums, tandis que Hulkenberg s’est arrêté pour des softs au 48e tour.

Les prévisions de pluie ont détrempé Zandvoort au 61e tour et les deux pilotes sont rentrés au stand pour prendre un autre jeu de pneus intermédiaires avant que la course ne soit signalée par un drapeau rouge en raison de l’aggravation des conditions.

Après un retard de 43 minutes, la course a repris, avec les deux pilotes sur des intermédiaires, et ils ont fait des gains au cours des cinq derniers tours, permettant à Hulkenberg de prendre la 12e place, et Magnussen la 14e au drapeau à damier.

En tête, Max Verstappen de Red Bull Racing a remporté sa neuvième victoire consécutive, et la 11e de la saison 2023, Fernando Alonso d’Aston Martin étant deuxième, et Pierre Gasly d’Alpine troisième.

Kevin Magnussen, #20, P16 :

« Je pense que nous avons fait du bon travail en début de course avec les conditions et que nous les avons bien gérées. Nous sommes montés jusqu’à la 7e place, je crois, puis ça s’est asséché et il y a eu une voiture de sécurité, ce qui ne nous a pas aidés car nous avons perdu tout l’avantage que nous nous étions donné en prenant les bonnes décisions. Nous sommes passés de P7 à l’extérieur des points et c’est dommage. C’est très frustrant de se frayer un chemin dans le top 10 et de ne pas avoir le rythme nécessaire pour y rester. Nous allons continuer à travailler et aujourd’hui nous avons montré que nous faisions de notre mieux et que nous allions de l’avant quand l’occasion se présentait, mais nous avons besoin de plus de rythme.

Nico Hulkenberg, #27, P12 :

« C’était une course très dynamique et les cinq derniers tours étaient en mode survie. Je pense que nous n’étions que deux – Valtteri (Bottas) et moi-même – à avoir décidé de rester en slicks lorsque la pluie a commencé, ce qui n’était pas la bonne décision avec le recul. J’ai perdu pas mal de temps de course dans ces quelques tours, donc nous avons raté une opportunité. Après cela, vous faites votre course, mais il était difficile d’évaluer où vous étiez, alors j’ai fait ma propre course. D’après ce que j’ai pu voir, le rythme était correct en milieu de peloton, mais évidemment pas assez pour faire quoi que ce soit à l’avant. Nous avons recueilli beaucoup de données avec le nouvel aileron avant que nous devons maintenant étudier et comprendre davantage et nous espérons que nous pourrons l’optimiser.

Guenther Steiner, Directeur de l’équipe :

« Je pense que nous avons fait ce que nous pouvions, nous avons évité les erreurs involontaires dans des conditions délicates. Notre rythme sur le sec n’est pas assez bon pour le moment, mais je pense que nous avons tiré le maximum de la course – c’est là où nous en sommes pour le moment. »

AlphaTauri

Liam Lawson, #40, P13 :

« L’objectif était de faire les 72 tours aujourd’hui. Quand je suis arrivé sur la grille et qu’il a commencé à pleuvoir, ce n’était pas la meilleure sensation. Après cela, nous n’avions pas d’autre choix que de faire un arrêt au stand, mais malheureusement, nous avons eu une pénalité et nous avons perdu beaucoup de temps pendant cet arrêt. Je pense qu’une fois que nous avons eu de l’air propre pendant la deuxième moitié de la course et que nous avons roulé avec les pneus intermédiaires à la fin, mon rythme n’était pas si mauvais. Il y a encore du travail à faire, mais je suis heureux d’avoir traversé la course, d’avoir expérimenté différentes conditions et différents scénarios, et de pouvoir en tirer des enseignements pour l’avenir. »

Yuki Tsunoda, #22, P16 :

« J’ai fait preuve d’une bonne vitesse et j’ai connu des moments passionnants pendant la première partie de la course, en me défendant contre plusieurs voitures, donc je suis content. Avant la course, l’équipe et moi nous étions mis d’accord sur notre stratégie de rester sur le pneu tendre usagé, et je pensais que nous pourrions tenir jusqu’à la fin. L’adhérence n’était pas trop mauvaise, mais le nouveau pneu était plus avantageux que nous le pensions, et cela n’a pas payé à la fin. Quand il a commencé à pleuvoir, j’ai pensé qu’il valait mieux rentrer, et j’ai apprécié que l’équipe ait écouté et respecté mon appel. En fin de compte, je n’avais pas assez d’adhérence dans les derniers tours avec le pneu intermédiaire et j’ai eu du mal à le faire chauffer et à le maintenir en température. Nous devons nous pencher sur la question car c’est un peu inhabituel. C’est dommage que nous n’ayons pas montré notre rythme pendant les qualifications hier, mais je suis heureux que nous ayons essayé très fort aujourd’hui et que nous ayons pu montrer un peu plus de performance pendant la course.

Guillaume Dezoteux (Responsable de la performance des véhicules) :

« La météo a joué un rôle important aujourd’hui, et cela a été un grand défi pour nous tous de faire face aux changements constants. Les deux pilotes ont pris le départ en pneus tendres, mais ont été immédiatement appelés à passer en pneus intermédiaires lorsque la première averse a frappé la piste. C’était la bonne décision et cela nous a permis de dépasser quelques voitures. Lorsque la piste a commencé à s’améliorer, nous sommes revenus aux pneus tendres, et Yuki a pu maintenir sa position par rapport aux voitures qui arrivaient rapidement et qui étaient restées en pneus secs pendant cette première période humide. Après la voiture de sécurité, il était en bonne position, alors nous avons pris le risque de le laisser sortir. Ce n’était pas la bonne décision car il a commencé à perdre du temps et des positions à cause des vieux pneus. Yuki a finalement réussi à tenir jusqu’à la prochaine pluie, qui a provoqué un drapeau rouge car la piste était beaucoup trop mouillée pour continuer. Les derniers tours en pneus intermédiaires ont été difficiles, en raison d’un mauvais échauffement et d’un manque d’adhérence. Yuki a terminé P16, après avoir purgé une pénalité de 5 secondes suite à une collision avec Russell.

« Quant à Liam, il a fait du très bon travail aujourd’hui, en apprenant à connaître la voiture et en s’adaptant aux conditions qui évoluaient constamment. Il n’a pas commis d’erreur et a pu augmenter son rythme en pneus secs, qu’il utilisait pour la première fois dans notre voiture. Dans l’ensemble, ce fut un week-end difficile. Nous allons revoir les différentes décisions prises et analyser les données pour améliorer les voitures et le processus de prise de décision dans de telles circonstances. Il est maintenant temps de se préparer pour la course de la semaine prochaine à Monza, qui, espérons-le, se déroulera sur le sec !

Alfa Romeo

Alfa Romeo F1 Team Stake a quitté Zandvoort sans avoir obtenu de récompense après un week-end difficile aux Pays-Bas. Dans une course fortement affectée par la météo, avec des averses soudaines rendant la piste presque impraticable, Zhou Guanyu et Valtteri Bottas ont tous deux roulés dans les points à certains moments : finalement, l’équipe n’a pas pu capitaliser sur cette position, Valtteri terminant 14ème et Zhou sortant indemne d’un accident provoqué par la pluie dans le premier virage.

L’équipe va se ressaisir et se concentrer sur le prochain événement, la dernière course européenne de la saison et un moment clé de notre année – le Grand Prix d’Italie.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« Cette course marque la fin d’un week-end difficile pour l’équipe. Nous n’avons été compétitifs ni en qualification ni en course, et c’est l’élément clé sur lequel nous devrons nous concentrer. L’équipe a tout essayé : nous avons pris de bonnes décisions stratégiques dans des conditions changeantes et nous nous sommes mis en bonne position avec Zhou. Nous avons essayé la stratégie inverse avec Valtteri, en le laissant sur des pneus secs, afin de couvrir tous les scénarios. Nos mécaniciens ont fait du bon travail, gérant tous les arrêts au stand dans des conditions difficiles. Malheureusement, à la fin, le rythme de la voiture n’était pas suffisant et lorsque les conditions sont revenues à la normale, nous n’avons pas été en mesure de rester dans les points. L’accident de Zhou a eu un impact important, mais heureusement il a pu s’en sortir sans blessure. Nous ne nous laissons pas abattre : nous allons continuer à travailler dur pour améliorer nos performances et aller de l’avant, en commençant le week-end prochain à Monza ».

Valtteri Bottas, #77, P14 :

« Tout d’abord, je suis vraiment heureux de voir que Zhou va bien après sa chute. Chaque course chaotique est une opportunité, et je pense que nous n’avons pas été en mesure d’en tirer le meilleur parti aujourd’hui. Nous avons pris un très bon départ, gagnant de nombreuses positions, et, lorsque la pluie est arrivée, nous avons gardé le cap, ce qui n’était pas facile dans des conditions aussi difficiles. L’adhérence était très faible et la visibilité limitée, ce qui, sur un circuit aussi technique, rend la conduite encore plus difficile. En fin de compte, nous n’avions tout simplement pas le rythme nécessaire pour entrer dans les points, surtout dans des circonstances normales. Nous devons comprendre ce qui s’est passé et nous améliorer, je sais que tout le monde travaille dur pour cela. La prochaine étape est Monza : c’est une course importante pour nous, sur un circuit complètement différent, et nous pouvons certainement faire mieux que cela. Il y aura beaucoup de gens de notre usine dans les stands, et nous attendons avec impatience tout ce soutien. »

Zhou Guanyu, #24, DNF (abandon) :

« Terminer la course dans la barrière n’est jamais agréable : Je ne suis pas blessé, ce qui est le plus important, mais je suis déçu car nous faisions une course correcte jusque-là. L’averse a été très soudaine et c’était un moment délicat pour moi : J’étais l’un des premiers sur place au premier virage, je ne poussais pas vu les conditions, mais dès que j’ai touché les freins, la voiture a fait de l’aquaplaning. Je n’ai rien pu faire, je n’ai pas pu prendre de vitesse et je suis allé directement dans les barrières. Avant cela, la course avait été bien remplie et nous avions passé beaucoup de temps dans de bonnes positions. Nous étions assez forts sur le mouillé, mais dès que le temps est devenu sec, nous n’avons pas eu le rythme nécessaire pour rester dans les dix premiers. La Safety Car ne nous a pas aidés non plus : nous étions en pneus mediums, espérant faire une longue course, mais dès que la course a été neutralisée, nous nous sommes retrouvés parmi les pilotes en pneus tendres, et il n’a pas été possible de les garder derrière nous. Nous nous dirigeons maintenant vers Monza, une course importante pour nous : espérons que nous pourrons obtenir de meilleurs résultats.