25 juin 2022

Sergio Pérez remporte un Grand Prix de Monaco chaotique, Charles Leclerc piégé par la stratégie

Sergio Perez, de Red Bull, a remporté sa première course en 2022 avec 1’’1 seconde d’avance, après une fin de Grand Prix de Monaco captivante. Carlos Sainz et Max Verstappen n’ont pas réussi à dépasser le Mexicain, et Charles Leclerc a perdu sa place après être passé de la pole à la P4.

#11, Sergio Perrez, Red Bull, P1. pht. Pirelli

La pluie a retardé le départ et, à 15 h 18, heure locale, les pilotes ont effectué un tour, puis sont retournés aux stands alors qu’un drapeau rouge était déployé. Les chapiteaux sont déployés et les équipes attendent jusqu’à 16h05 pour un départ de course derrière la voiture de sécurité en pneus pluie. La voiture de sécurité s’est retirée pour le troisième tour sur 77 et Leclerc a pris la tête de la course avec Sainz, Perez et Verstappen à sa suite.

Les meneurs sont passés aux intermédiaires, avec Perez en tête au 17e tour, Leclerc et Verstappen deux tours plus tard, tandis que Sainz est passé directement aux durs au 21e  tour, Leclerc suivant pour une double. Red Bull a suivi un tour plus tard et a réalisé un overcut avec son propre double-stack – l’ordre était maintenant Perez, Sainz, Verstappen et un Leclerc furieux en P4.

#55, Carlos Sainz, Ferrari, P2. pht. Pirelli

Mick Schumacher a fait un tête-à-queue et c’est crashé de façon spectaculaire à la piscine au 27e tour, ce qui a entraîné un autre drapeau rouge au 30e tour. La boîte de vitesse et la suspension arrière s’étant détachées de sa Haas, coupée en deux, heureusement sans conséquences pour le pilote. La reprise s’est faite avec un départ lancé au 33e tour, Ferrari en pneus durs tandis que Red Bull a opté pour des pneus moyens.

Perez a maintenu son avance et les mediums ont tenu bon au redémarrage, mais ont commencé à baisser de rythme après le 55e tour, avec environ 10 minutes restantes. C’est maintenant que Sainz, Verstappen et Leclerc se sont rapprochés. Le Mexicain a failli perdre dans les derniers instants de la course, Sainz ayant failli passer devant à l’épingle à cheveux, mais la victoire serait la sienne – une énorme déclaration après un Grand Prix d’Espagne décevant.

#1, Max Verstappen, Red Bull, P3. pht. Red Bull

Avec le chronomètre de la course indiquant zéro au 64e tour, la marge de victoire de Perez n’était que de 1’’154s sur Sainz, Verstappen à seulement 0’’337s derrière l’Espagnol, et Leclerc choqué de terminer à 2’’9s en P4.

George Russell, qui n’a pas fait d’arrêt pour les intermédiaires – passant directement des pneus pluie aux pneus slicks – complète le top 5 pour Mercedes devant Lando Norris de McLaren.

Fernando Alonso, de l’écurie Alpine, est parti septième et a terminé à cette place, malgré le fait que Lewis Hamilton l’ait talonné pendant une bonne partie de la phase finale.

Hamilton a très légèrement endommagé sa monoplace lors d’un accrochage avec Esteban Ocon d’Alpine, le Français ayant reçu une pénalité de cinq secondes. Malgré sa neuvième place, il a donc été rétrogradé au 12e rang, donnant à Valtteri Bottas P9 pour Alfa Romeo et à Sebastian Vettel le dernier point pour Aston Martin.

La charge initiale de Pierre Gasly sur les intermédiaires a été interrompue en P12 lorsque la piste a séché et il a terminé 12e , promu 11e grâce à la pénalité d’Ocon.

Race Start. pht. Pirelli

Daniel Ricciardo est passé à côté en P13 devant Lance Stroll d’Aston Martin, le dernier pilote du tour de tête.

Des erreurs tardives ont permis à Yuki Tsunoda de finir dernier et 17e derrière Zhou Guanyu d’Alfa Romeo, et Nicholas Latifi, pilote Williams 15e .

Il y a eu trois abandons, avec Kevin Magnussen qui s’est retiré avant la sortie de Schumacher, et Alex Albon.

COMME CELA S’EST PASSÉ

Bien avant l’extinction des feux, des bouffées de nuages gris entouraient le Circuit de Monaco, Charles Leclerc de Ferrari cherchant à terminer sa première course à domicile – et à la gagner – depuis la pole position. Son coéquipier Carlos Sainz le suivait sur la première ligne, tandis que Sergio Perez et Max Verstappen occupaient la deuxième ligne pour Red Bull.

#16, Charles Leclerc, Ferrari, P4. pht. Pirelli

Après leur crash en qualification, Sainz et Perez arboraient de nouvelles boîtes de vitesses et une suite de nouvelles pièces dans ce qui était sûrement une longue nuit pour leurs équipes respectives. Barrières et nuages à l’horizon, les tours de la grille se sont déroulés sans encombre… puis les parapluies se sont déployés. La FIA a déclaré que les tours de formation et le départ seraient retardés, le peloton devant commencer en pneus pluie.

À 15 h 18, les pilotes ont commencé leurs tours de reconnaissance en pneus pluie derrière la voiture de sécurité, les queues de coqs s’envolant derrière leurs voitures – et un drapeau rouge a été rapidement appelé, ce qui a entraîné le déploiement de tentes sur la Pit-lane. Le long retard a été arrêté à 16h05 pour un départ de la course derrière la voiture de sécurité.

#63, George Russel, Mercedes, P5. pht. Pirelli

Lance Stroll et Nicholas Latifi ont heurté les barrières lors du tour de formation, le pilote de l’Aston Martin s’est arrêté pour une crevaison à l’arrière droit avant le départ lancé du troisième tour. Plus d’une heure après l’heure prévue, le Grand Prix de Monaco 2022 a commencé pour de bon, avec Leclerc s’échappant de la pole, son coéquipier Sainz, Perez et Verstappen à sa poursuite.

Pierre Gasly était également passé aux intermédiaires, Mick Schumacher est arrivé au cinquième tour pour Haas. Après que Sebastian Vettel ait chuté en P10 avec Esteban Ocon, le quadruple champion s’est arrêté au 7e tour, Yuki Tsunoda le rejoignant dans la course aux points. Les conditions s’assèchent et donnent à Leclerc et ses chasseurs un choix à faire.

Au 10e tour, Leclerc avait plus de 4’’5 secondes d’avance sur Sainz et les Red Bull suivaient l’Espagnol. Perez a rapidement demandé des inters – mais est resté sur les composés humides avec une ligne sèche clairement formée.

Au douzième tour, Gasly est sur les talons de Zhou Guanyu pour la P13, le rookie passe la Nouvelle Chicane et perd à l’intérieur de Mirabeau, libérant Gasly pour se battre avec Daniel Ricciardo pour la P12. Deux tours plus tard, Gasly a dépassé la McLaren dans la Piscine – ce qui prouve peut-être amplement que la piste réclame des intermédiaires.

« Nous allons passer directement aux pneus secs », a affirmé Carlos Sainz, qui avait maintenant cinq secondes de retard sur son coéquipier au 15e tour.

#4, Lando Norris, McLaren, P6. pht. Pirelli

Lewis Hamilton n’était pas d’accord avec ce plan, battaillant au début du 16e tour depuis la P8 pour passer aux intermédiaires, et émergeant en P9 après avoir creusé un sacré écart avec le train derrière. Perez a été le suivant, le 17e tour l’a vu passer aux pneus verts et sortir quatrième derrière Norris, pour libérer Verstappen à la poursuite de Sainz, qui a choisi de ne pas réagir.

Norris a réagi à Hamilton et a pris des pneus intermédiaires, entrant en cinquième position et sortant des stands en P7. Pendant ce temps, Hamilton a tenté un dépassement sur Esteban Ocon pour la P8 mais a tapé l’intérieur-droit de l’Alpine et a également subi des dommages à l’aileron avant. Ocon recevra plus tard une pénalité de cinq secondes pour cette collision.

Aux avant-postes, Leclerc et Verstappen ont choisi de ravitailler au 18e tour pour des intermédiaires, sortant l’un après l’autre – Mick Schumacher entre eux – laissant Sainz, en tête devant Perez.

#14, Fernando Alonso, Alpine, P7

Schumacher, notamment, avait changé pour des pneus durs au 17e tour – un dommage à l’aile avant lors d’une sortie précédente ayant été le catalyseur de sa décision. Alex Albon, Ricciardo, Zhou et Latifi ont suivi peu après.

La bataille Hamilton-Ocon fait rage tandis qu’un éclair rouge dans les stands voit Leclerc et Sainz doubler leurs pneus durs, laissant les Red Bull en tête. Sainz est sorti troisième, Leclerc quatrième – le Monégasque furieux d’avoir été retenu dans les stands et d’avoir perdu encore plus de temps avec un tour de sortie difficile, un appel à rester sur la piste étant arrivé trop tard pour le héros local.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P8. pht. Mercedes

Red Bull a suivi Ferrari un tour plus tard, au 22e sur 77, pour un double changement de pneus durs.

L’ordre résultant était : Perez, Sainz, Verstappen, puis Leclerc.

#77, Valtteri Bottas, Alfa Romeo, P9. pht. Xavi Bonilla, Alfa Romeo

Sainz, fan du Real Madrid, a réalisé un sauvetage digne de la Ligue des champions au 24e tour, lorsqu’il s’est retrouvé sous l’aileron arrière de Perez sur la ligne droite principale : il a été forcé de suivre la ligne humide, puis d’attraper un coup de survirage qui aurait sûrement mis fin à sa course.

Schumacher (Haas) n’a pas pu se sauver au 27e tour, après avoir fait un tête-à-queue dans la piscine et avoir heurté les barrières, la boîte de vitesse et l’arrière de sa voiture s’envolant.

Une voiture de sécurité virtuelle, puis une voiture de sécurité, ont suivi. Kevin Magnussen, qui a abandonné quelques instants auparavant en raison d’un problème de fiabilité, est l’un des nombreux à s’inquiéter de l’état de Schumacher.

Le drapeau rouge est déployé au 30e tour alors que des réparations de barrières sont effectuées. Les commissaires, eux, avaient noté Perez et Verstappen pour avoir franchi la ligne de sortie des stands après leurs arrêts.

Pendant l’arrêt, Mercedes a choisi de changer l’aileron avant d’Hamilton après son accrochage avec Ocon. Les changements de pneus se sont succédé à un rythme effréné : Red Bull, Mercedes, Alpine, Williams, ainsi que Tsunoda et Zhou ont opté pour les pneus mediums, tandis que les autres, dont Ferrari, ont choisi les pneus durs.

La course a redémarré au 33e tour et Perez a survécu aux premiers virages avant de se bloquer à Mirabeau, mais il a continué à prendre de l’avance au-delà de la portée du DRS, lorsqu’il a été activé au 39e tour. Le temps presse – il ne reste que 30 minutes avant le drapeau à damier.

Au départ du 33e tour, Hamilton poursuit Alonso pour la 7e place, mais il est bientôt rattrapé par Ocon, le coéquipier de l’Espagnol. Alonso est à la tête d’un train de voitures qui s’étend jusqu’à la P18, et avec le peloton de tête qui s’approche.

Mais avant que Perez ne commence à voir les drapeaux bleus voler, il est devenu clair que les pneus medium des Red Bull se dégradaient. Sainz était à un peu moins d’une seconde du Mexicain à 10 minutes de la fin, au 54e tour, avec Leclerc qui gagnait sur Verstappen.

Sainz était à quelques millimètres de Perez à travers le Portier, le tunnel et la Nouvelle Chicane avec le temps qui s’écoulait, l’Espagnol a jeté un coup d’œil au tour 57 – mais rien à faire. Il lui restait six minutes et le tour suivant a vu Sainz presque emboutir la Red Bull dans l’épingle. Les quatre premiers sont maintenant séparés par deux secondes.

#5, Sebastian Vettel, Aston Martin, P10.

Il y a eu d’autres moments, à la Nouvelle Chicane, à la Rascasse et à l’épingle une fois de plus, qui auraient pu faire perdre Perez – mais il a gardé la tête froide sur des pneus mediums en difficulté et a gagné avec seulement 1’’154s d’avance sur Sainz.

L’Espagnol, quant à lui, n’avait que 0’’3s d’avance sur Verstappen, troisième, au drapeau à damier, qui est tombé au 63e tour sur 77.

 » Pas de mots, pas de mots… La saison est longue mais nous ne pouvons pas faire ça. Nous ne pouvons pas faire ça », a déclaré Leclerc, quatrième, dépité.

A la poursuite de Norris, George Russell est allé tout droit à la Nouvelle Chicane au neuvième tour, mais l’a dépassé pour la cinquième place peu après, après avoir renoncé à un arrêt pour les intermédiaires. Norris de McLaren a terminé sixième après avoir couvert l’arrêt d’Hamilton, tandis qu’Alonso a terminé septième pour Alpine avec un embouteillage derrière lui.

Hamilton a été endommagé lors de son accrochage avec Ocon et a terminé huitième, alors que le Français a reçu une pénalité de cinq secondes pour cette collision et a été rétrogradé à la 12e.

La pénalité d’Ocon a promu Valtteri Bottas à la neuvième place, le Finlandais ayant également sauté un arrêt pour les intermédiaires pour P9 depuis P12 sur la grille, tandis que Sebastian Vettel a pris le dernier point pour Aston Martin.

Pour AlphaTauri, Gasly a pris la 11e place grâce à la pénalité d’Ocon, les premiers pas du Français en pneus intermédiaires ayant été interrompus par le drapeau rouge qui a suivi.

Daniel Ricciardo n’a pas fait d’arrêt pour les intermédiaires mais a terminé 13e pour McLaren, depuis la 14e place sur la grille, tandis que Stroll a pris la 14e place, après avoir touché les barrières derrière la voiture de sécurité au 2e tour.

Zhou a chuté à la 16e place pour Alfa Romeo, après avoir réalisé un superbe sauvetage à la Nouvelle Chicane au 39e tour, tandis que Tsunoda a commis deux erreurs – au virage 1 au 56e tour et une autre à Sainte Devote trois tours plus tard – pour finir 17e et dernier. Ces excursions ont promu Nicholas Latifi – qui a failli chuter à Sainte Devote au 10e tour et derrière la voiture de sécurité du 2e tour – à la 15e place pour Williams.

Podium avec la famille princière de Monaco. #55, Carlos Sainz, P2 – #11, Sergio Perrez, P1 – #1, Max Verstappen, P3. pht. Red Bull

Alex Albon a été le troisième retrait après l’abandon des pilotes Haas, le pilote thaïlandais rentrant aux stands en fin de course depuis la P18. Ce DNF a rendu inutile une pénalité de cinq secondes pour être sorti de la piste et avoir pris l’avantage.

La première victoire de Perez de la saison est survenue dans des circonstances improbables, le Mexicain ayant les larmes aux yeux alors qu’il était sur le podium aux côtés de Sainz et Verstappen, qui avaient un visage de pierre. Mais aucun n’a été aussi choqué que Leclerc, qui a non seulement perdu une chance de mener le championnat, mais aussi une autre chance de gagner sa course à domicile dimanche.

Classement GP ici

Pit-stop ici

Citation clé :

« C’est un rêve devenu réalité », a déclaré le pilote du jour de Red Bull, Sergio Perez. « En tant que pilote, vous rêvez de gagner ici. Après votre course à domicile, je pense qu’il n’y a pas d’autre course plus spéciale à gagner. Pour le faire et de la façon dont nous l’avons fait, nous avons rendu les choses un peu plus difficiles pour nous à la fin…. Avec le grainage que j’avais, pour ne pas faire d’erreurs, le ramener à la maison – garder Carlos derrière n’était pas facile.

« Je suis certainement très, très heureux. Je courais aujourd’hui avec un casque de Pedro Rodriguez, je suis sûr que là-haut il est super fier de ce que nous avons accompli ensemble dans ce sport. »

Et ensuite ?

Verstappen a une avance de neuf points sur Leclerc alors que la Formule 1 se dirige vers un autre circuit de rue pour le Grand Prix d’Azerbaïdjan 2022, du 10 au 12 juin – c’est sur ce circuit que Perez a remporté sa première victoire pour Red Bull.

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Pirelli

L’HISTOIRE DES PNEUS DE COURSE

Monaco a donné lieu à l’une de ces courses hétéroclites qui font parfois la réputation de la principauté, avec l’utilisation de tous les pneus mouillés, intermédiaires et slick – à un moment donné, les trois types de pneus étaient en piste en même temps. La course a été remportée par Sergio Perez (Red Bull) depuis la troisième place sur la grille de départ, avec trois changements de pneus, la stratégie étant au cœur du résultat dans des conditions extrêmement variables. La course a été déclarée après 64 tours, dans la limite du temps imparti en raison de retards antérieurs.

La course a également connu une voiture de sécurité suivie d’une période de drapeau rouge, ajoutant à la complication stratégique causée par une piste sèche. Tous les pilotes ont commencé la course retardée sur le mouillé, conformément aux règles de départ derrière la voiture de sécurité, mais lorsque la piste s’est asséchée, beaucoup sont passés à l’intermédiaire, le timing de ce premier arrêt devenant très important pour le résultat final.

Une forte averse imprévue avant le départ a fait que la course a débuté par une température ambiante de 21 degrés centigrades et une température de piste de 31 degrés : considérablement plus fraîche que les jours précédents. En conséquence, les pilotes et les équipes ont dû réagir aux changements de conditions au fur et à mesure qu’ils les rencontraient – en essayant de laisser leurs options ouvertes quant au passage à l’intermédiaire ou au slick après le premier relais complet sur le mouillé.

Un drapeau rouge a fait que la seconde moitié de la course s’est transformée en un sprint jusqu’à l’arrivée, les pilotes étant autorisés à changer de pneus dans les stands. Le choix des pneus a été influencé non seulement par les conditions mais aussi par les pneus que chaque pilote avait à sa disposition dans sa dotation.

COMMENT LES COMPOSÉS ONT FAIT LA DIFFÉRENCE

 

HARD : C’était un pneu crucial pour la course, qui a bien fonctionné même dans des conditions croisées. Avec la piste qui séchait, sept des arrivants sont passés directement du pneu mouillé au pneu dur après environ 20 tours : ils espéraient probablement aller jusqu’au bout.

MEDIUM : Ce pneu n’a été utilisé que pour le dernier relais (le pilote Williams Alexander Albon l’ayant adopté plus tôt). Plusieurs autres pilotes l’ont choisi afin d’avoir un pneu neuf pour la fin, même s’il était susceptible de souffrir d’un certain graining.

SOFT : Utilisé uniquement par Yuki Tsunoda (AlphaTauri) en course, car il n’était pas parfaitement adapté aux circonstances particulières de la journée. Tsunoda a été le seul pilote de la course à utiliser tous les pneus disponibles : dur, moyen, tendre, intermédiaire et humide.

INTERMEDIAIRE : C’est en quelque sorte la clé de la course. Les premiers chronos de Pierre Gasly (AlphaTauri), qui a utilisé les intermédiaires très tôt, ont convaincu de nombreuses équipes de les utiliser dès que la piste était prête. Perez est passé aux inters au 16e tour et a roulé plus longtemps que ses adversaires directs, ce qui lui a permis de prendre la tête.

WET : Utilisé par tous les pilotes au départ, dans des conditions de forte pluie. La lecture du point de passage du mouillé à l’intermédiaire (ainsi que de l’intermédiaire au slick) était essentielle aujourd’hui, la ligne de course séchant rapidement.

« C’était l’une de ces courses imprévisibles de Monaco où la stratégie était dictée par ceux qui réagissaient le mieux aux circonstances changeantes, ceux qui prenaient des risques étant parfois récompensés. Le changement de temps après deux jours de soleil a ajouté un certain nombre de complications à ce qui aurait dû être une stratégie de course raisonnablement simple, avec la décision de savoir quand quitter le pneu mouillé et quel pneu mettre ensuite étant absolument critique, sur un asphalte très glissant qui a clairement affecté le point de passage, plutôt que les températures. A cela s’ajoute un certain nombre de facteurs imprévisibles tels que la voiture de sécurité et le drapeau rouge, qui ont nécessité des décisions encore plus immédiates – influencées aussi bien sûr par les pneus que les pilotes avaient à leur disposition. La décision de Perez d’utiliser le medium pour le dernier relais lui a permis de s’assurer la victoire en course, devant Carlos Sainz sur le hard, bien que Perez ait également dû gérer ses pneus dans les derniers instants. Tous les pneus de notre gamme de Formule 1 ont été utilisés pendant cette course, et tous se sont bien comportés malgré des conditions et des points de passage totalement inconnus sur la piste la plus étroite et la plus impitoyable de la saison. »

Ils ont dit :

SERGIO PEREZ, #11, P1 :

pht. Red Bull

« C’était vraiment difficile pour moi de penser directement après la course, j’étais plein d’adrénaline et de beaucoup d’énergie pendant la course. Une fois que j’ai entendu mon hymne national sur le podium ici, ça m’a frappé, c’est un rêve devenu réalité pour n’importe quel pilote dans le monde de cocher cette case à Monaco et je ne peux qu’être extrêmement heureux. Nous avons été rapides tout le week-end, nous avons gardé la tête basse et nous savions qu’aujourd’hui, avec la bonne stratégie, nous pouvions faire bouger les choses. Cette victoire est pour ma mère et toute ma famille, elle était très malade la semaine dernière, alors j’étais très motivé pour lui offrir une victoire dans cette course. C’était une journée incroyable, je suis super heureux pour toute l’équipe et j’espère que mon pays est fier aussi. On ne gagne pas souvent Monaco dans sa vie, alors la première fois est très spéciale. »

MAX VERSTAPPEN, #1, P3 :

pht. Red Bull

« Tout d’abord, félicitations à Checo, il a fait un travail incroyable aujourd’hui. En tant qu’équipe, nous avons fait un très bon travail, nous avons géré une bonne stratégie. Bien sûr, finir troisième n’est pas idéal pour moi, mais je n’ai pas été en mesure d’améliorer mon temps au tour hier, c’est comme ça. Dans le feu de l’action et avec un départ mouvementé, nous sommes restés calmes en tant qu’équipe, nous avons pris de bonnes décisions. La stratégie a payé avec la victoire de Checo, c’est le plus gros point positif de la journée. Je suis vraiment fier de l’effort de l’équipe ce week-end et d’avoir mis deux voitures sur le podium. »

CHRISTIAN HORNER, Directeur de l’équipe Red Bull :

pht. Red Bull

« Cela a été une journée incroyable pour nous et une journée incroyable pour Checo, il a été dessus tout le week-end, c’est donc une victoire bien méritée. Le travail d’équipe et la possibilité pour nos deux pilotes de battre une Ferrari ont été fantastiques. Checo fait du bon travail cette année, à Jeddah il a fait une superbe pole et l’écart de temps entre lui et Max est beaucoup plus serré cette année. Gagner cette course est une victoire méritée. Max n’a pas vraiment eu la voiture qu’il voulait ce week-end, mais il est satisfait de ce résultat, il a battu Charles et conservé son avance au championnat, ce qui était l’objectif. Grâce à un excellent travail d’équipe des pilotes, sur le mur des stands, dans le garage et de retour à Milton Keynes, nous avons optimisé nos performances ce week-end, donc nous sommes très heureux. »

Ferrari

Grand Prix de Monaco – Pas le résultat escompté

Dans un Grand Prix de Monaco affecté par la pluie, la Scuderia Ferrari n’a pas été en mesure de transformer la première ligne de qualification d’hier en résultat qu’elle espérait et a dû se contenter de 30 points, grâce à une deuxième place pour Carlos Sainz et une quatrième pour Charles Leclerc dans ce qui a été une course particulièrement frustrante pour le pilote monégasque.

Moment clé. Juste avant le départ, il s’est mis à pleuvoir abondamment, et le départ de la course a été retardé de plus d’une heure, après que les voitures aient effectué deux tours derrière la voiture de sécurité sur une piste très humide. Une fois la course lancée, la piste a rapidement commencé à sécher et donc, au 16e tour, Sergio Perez a été le premier des pilotes de tête à passer des pneus pluie aux pneus intermédiaires. Leclerc a fait le même changement deux tours plus tard, tout comme Max Verstappen. Sainz, cependant, est resté dehors jusqu’au 22e tour, passant directement aux slicks et il a été décidé de faire la même chose avec Charles, l’appelant en même temps pour un double arrêt. Cela a joué en faveur de Red Bull puisque Sergio Perez a réussi à devancer Carlos et Verstappen a fait de même avec Charles. La course était plus ou moins terminée à ce moment-là, même si elle a été arrêtée une fois de plus après que Mick Schumacher ait eu un énorme accident à la piscine, dont il est heureusement sorti indemne. La F1-75 est plus rapide que ses rivales mais les positions restent inchangées.

Prochain arrêt : Bakou. Le résultat de Monaco n’est pas à la hauteur de ce qu’il aurait pu être. La course d’aujourd’hui sera analysée en détail à Maranello, alors que le travail de préparation pour la prochaine manche, le Grand Prix d’Azerbaïdjan, qui aura lieu à Bakou le 12 juin, commencera.

Carlos Sainz #55, P2 :

pht. Scuderia Ferrari

C’était une course difficile, mais dans l’ensemble, je ne peux pas être trop déçu. Nous avons pris la bonne décision en passant des pneus pluie aux pneus slicks, mais malheureusement une voiture doublée dans mon tour de sortie m’a fait perdre trop de temps et nous avons manqué l’opportunité de prendre la tête. Après mon arrêt au stand, je me suis retrouvé juste derrière Perez et c’est tout. Les dépassements sont extrêmement difficiles ici et avec des zones humides sur la ligne de course, c’était encore plus difficile aujourd’hui. C’est difficile à digérer, car la victoire était à portée de main, mais j’ai tout donné et nous reviendrons plus forts en tant qu’équipe pour le prochain double tour.

Charles Leclerc #16, P4 :

pht. Scuderia Ferrari

Je suis déçu d’avoir perdu cette victoire et elle est difficile à prendre, surtout à domicile. Il sera important de comprendre exactement ce qui s’est passé pour s’assurer que cela ne se reproduise pas.

Lors du premier arrêt au stand, nous sommes passés de pneus extrêmes à des pneus intermédiaires et nous avons été attaqués par Perez. Trois tours plus tard, je me suis arrêté à nouveau, derrière Carlos, et j’ai perdu deux autres positions. Il est tout simplement impossible de doubler à Monaco sans prendre d’énormes risques, alors je suis resté sur place pour ramener le plus de points possible et je pense que la quatrième place est le meilleur résultat que nous pouvions obtenir dans ces circonstances. Les erreurs arrivent, malheureusement aujourd’hui nous en avons fait trop.

J’aime mon équipe et je suis sûr que nous reviendrons plus forts.

Mattia Binotto Directeur de l’équipe et Directeur Général Ferrari :

pht. Scuderia Ferrari

Lorsque vous partez avec vos deux voitures en première ligne et que vous ne gagnez pas, cela signifie que quelque chose a mal tourné de notre côté. Je pense que nous avons pris quelques mauvaises décisions et nous en avons payé le prix. Je suis désolé pour Charles, car c’est sa course à domicile, donc c’était particulièrement important pour lui, comme pour nous tous d’ailleurs.

D’autres éléments ont influencé le résultat d’aujourd’hui, comme le trafic que nos deux pilotes ont rencontré lorsqu’ils ont rejoint la piste après leurs arrêts aux stands, un facteur qui a probablement coûté la victoire à Carlos. Les erreurs peuvent arriver, mais il est important d’en tirer des leçons et d’en faire une opportunité pour s’améliorer. Au cours des prochains jours, nous analyserons cette course en détail, dans le cadre de notre préparation pour les prochaines courses consécutives en Azerbaïdjan et au Canada.

Alpine

Alonso reste dans les points après un Grand Prix de Monaco affecté par la pluie et le drapeau rouge

Fernando Alonso, de BWT Alpine F1 Team, a terminé deux fois de suite dans les points en prenant la septième place d’un Grand Prix de Monaco affecté par la pluie et deux drapeaux rouges. Esteban Ocon a franchi la ligne d’arrivée en neuvième position, mais une pénalité de cinq secondes pour avoir provoqué une collision a empêché le Français de marquer des points en terminant à la douzième place.

Les fortes pluies qui se sont abattues sur la région quelques minutes avant le début de la course à 15h00 ont retardé le départ à deux reprises avant que les tours sous la voiture de sécurité ne soient interrompus par le premier des deux drapeaux rouges. Une fois la course reprise, les deux pilotes ont roulé en pneus Wet pour un premier relais difficile, alors que d’autres équipes se sont arrêtées plus tôt pour des pneus Intermédiaires. Les deux pilotes sont restés en Wets avant de faire un double arrêt pour les pneus Hard au 21ème tour, avec l’objectif de conduire jusqu’à la fin de la course de 78 tours.

Le deuxième drapeau rouge pour la chute de Mick Schumacher après la chicane de la piscine au 30ème tour, a retardé l’après-midi. Fernando et Esteban sont passés en pneus mediums dans l’intervalle, cherchant à économiser et à aller jusqu’au bout de la course, qui était maintenant contre la montre. Fernando a géré ses pneus et son rythme pour franchir la ligne d’arrivée à une confortable septième place avec Esteban derrière en neuvième position. Cependant, une pénalité de cinq secondes appliquée après la course pour un incident avec Lewis Hamilton a permis à Esteban de terminer à la douzième place et hors des points.

Esteban Ocon, #31, P 12 :

 » Le résultat d’aujourd’hui est difficile à avaler, et je suis frustré de quitter Monaco sans marquer de points. Dans la voiture, j’ai eu l’impression de vivre un incident de course avec Lewis [Hamilton], surtout sur un circuit comme Monaco où toute tentative de dépassement est susceptible d’entraîner un contact. L’équipe a travaillé si dur tout le week-end, surtout pour trouver les gains entre vendredi et samedi, et nous partons maintenant sans marquer les doubles points mérités. Nous devrons aller de l’avant et je compte bien rectifier le tir à Bakou où nous courrons la prochaine fois ».

Fernando Alonso, #14, P7 :

« C’était une course très difficile aujourd’hui avec les conditions, donc nous pouvons être satisfaits d’une septième place et de plus de points ajoutés au championnat. C’était une course délicate à gérer, avec des choix stratégiques parfois difficiles, mais nous avons tout fait en équipe et tout a été bien géré. Au volant, ce n’était pas facile, et j’ai dû faire attention à ne pas faire d’erreur pour être sûr de ramener la voiture dans les points. Sur les relais secs, en raison de ce que nous avons appris vendredi, nous avons dû être prudents avec les pneus, surtout pour moi après le deuxième drapeau rouge. Nous nous sommes maintenus confortablement à la septième place, donc je suis assez satisfait du travail d’aujourd’hui. »

Laurent Rossi, PDG d’Alpine :

« Le Grand Prix de Monaco d’aujourd’hui a été très mouvementé et c’est toujours bon quand on sort de ces courses avec des points forts en poche. En tant qu’équipe, nous nous attendions à ce que ce soit un week-end difficile sur un circuit avec tant de virages à vitesse lente, ce qui ne convient pas à notre voiture. Nous avons dû creuser tout le week-end pour apporter des améliorations entre vendredi et samedi, ce qui nous a non seulement aidé ce week-end, mais est également de bon augure pour l’avenir où nous pourrons mettre à profit ces connaissances pour adapter notre voiture à tous les types de circuits. Les deux pilotes ont fait de bonnes courses aujourd’hui pour franchir la ligne d’arrivée respectivement en septième et neuvième position, ce qui est probablement là où nous méritions d’être dans la course d’aujourd’hui. La pénalité en temps d’Esteban est difficile car elle était probablement de 50-50, donc nous n’allons pas trop nous y attarder et nous allons garder la tête basse et regarder vers la prochaine. Je voudrais remercier tout le monde dans l’équipe pour leur travail acharné après deux semaines très chargées en Espagne et à Monaco. Nous allons prendre un peu de repos cette semaine avant de nous recentrer pour l’Azerbaïdjan et le Canada la prochaine fois où nous avons faim d’ajouter deux lots de doubles points. »

Mercedes

Un double point à l’arrivée pour le Mercedes-AMG Petronas F1 Team à Monaco avec George en P5 et Lewis en P8 après une course marquée par de multiples retards et interruptions.

George a pu gagner une position pendant la course, dépassant NOR après le passage aux pneus secs pour s’emparer de la P5. Il a eu des difficultés avec le grainage de l’avant droit dans les derniers tours.

Lewis a passé une grande partie de sa course coincé derrière les deux voitures Alpine – d’abord OCO, dont la défense robuste lui a valu une pénalité de cinq secondes pour un incident et a cassé l’aileron avant de Lewis dans un second incident qui n’a pas été filmé à la télévision – puis ALO, dont le rythme lent après la période de drapeau rouge a condamné Lewis à une P8.

L’équipe a consolidé la P3 du championnat des constructeurs et compte désormais 134 points.

George Russell, #63, P5 :

pht. Mercedes

C’était un après-midi difficile, très physique avec la conduite irrégulière de la voiture, et un long après-midi dans différentes conditions. C’était délicat sur le mouillé, en gardant les pneus mouillés aussi longtemps que possible, puis j’ai eu une belle partie avec Lando après les arrêts – et un bon rythme sur le pneu dur. C’était difficile sur le medium dans la deuxième partie de la course, avec beaucoup de graining vers la fin, mais P5 est toujours un bon résultat. Nous avons rencontré certaines des limites de notre voiture sur ce circuit, mais nous avons beaucoup appris et nous pourrons mettre cela à profit dans les semaines à venir pour faire un nouveau pas en avant. Dans l’ensemble, c’est un bon résultat et je suis sûr que nous avons des jours plus forts devant nous.

Lewis Hamilton, #44, P 8 :

pht.Mercedes

C’était l’un de ces jours à Monaco – coincé derrière d’autres voitures pendant la majeure partie de la course et, à la fin, juste à la vitesse de croisière mais sans pouvoir dépasser. J’étais content quand la pluie est arrivée parce que ça crée généralement des opportunités, malheureusement ça ne s’est pas passé comme ça et nous n’avons pas pu dépasser Ocon quand je courais sur les intermédiaires. C’était un week-end difficile et j’ai eu quelques situations malchanceuses, comme le drapeau rouge en qualification, donc je suis impatient de tourner la page et de me rendre à Bakou. C’est un autre type de circuit, même s’il y a quelques similitudes avec les virages lents ici à Monaco, mais j’espère que nous pourrons progresser et montrer un meilleur niveau de performance comme nous l’avons vu à Barcelone.

Toto Wolff Mercedes :

C’était la course chaotique habituelle à Monaco – et une fois de plus, une leçon que nous devons examiner le tracé de ce circuit, afin que les gens ne puissent pas rouler en procession à cinq secondes du rythme. C’est un lieu et un spectacle fantastiques, mais ce serait formidable si les courses pouvaient être du même niveau. Avec la longueur de la course, les retards et les interruptions, cela ressemblait plus à un match de NFL qu’à un Grand Prix – mais je ne suis pas sûr qu’on aurait pu faire beaucoup mieux. Il faut reconnaître aux directeurs de course le mérite d’avoir su gérer une situation difficile ; la pluie était torrentielle au début, puis il y a eu un problème de connectivité pour la retransmission télévisée qui nous a empêchés de démarrer. Quand nous l’avons finalement fait, ce fut un après-midi fort pour George – et un après-midi vraiment frustrant pour Lewis. Il y a eu les tours coincés avec Esteban, qui a été pénalisé pour la collision, puis le rythme lent d’Alonso, sans lequel Lewis aurait pu faire la course avec Lando et George. C’était un autre rappel que la position sur la piste est tout ici – et que nous sommes la troisième équipe sur la route. Nous avons appris des leçons importantes sur la voiture ce week-end, et cet apprentissage sera la base de la reconstruction de notre performance pour nous battre à nouveau en tête du peloton.

Andrew Shovlin :

C’est un week-end frustrant pour l’équipe et les pilotes, nous n’étions pas assez rapides sur un tour mais même en course nous n’avions pas assez de rythme.  George a fait un bon travail pour prendre la P5 de Lando sur la transition sèche et aussi pour le retenir à la fin de la course ; heureusement, il n’était là que pour un tour. Lewis a eu un moment difficile, coincé entre les Alpines pendant la majeure partie de la course – nous n’avons pas pu trouver un moyen de le mettre en air libre sans qu’il ait besoin de dépasser, ce qui est presque impossible. Il semble également que les conditions froides aient rendu la vie difficile aux pneus et nos deux voitures ont chuté vers la fin de la course. Nous avons clairement du travail à faire avant Bakou car il y a beaucoup de similitudes entre les sections de virage et ce circuit a mis en évidence nos faiblesses.

Alfa Romeo

Alfa Romeo F1 Team ORLEN a ramené deux points d’un Grand Prix de Monaco chaotique et perturbé par la pluie. Valtteri Bottas, neuvième au drapeau à damier, et Zhou Guanyu, 16ème, ont tous deux réussi à gagner des places par rapport à leur position de départ, poursuivant ainsi la série de points de l’équipe lors d’un week-end difficile pour Alfa Romeo F1 Team ORLEN.

Frédéric Vasseur, Team Principal Alfa Romeo :

pht. Xavi Bonilla/Alfa Romeo

« Les conditions sur le terrain étaient traîtres et ramener deux voitures à la maison était l’objectif principal, et nous l’avons atteint. Nous savions qu’après un samedi difficile, il aurait fallu une très bonne course pour marquer des points et nous l’avons fait. Nous avons choisi une stratégie agressive qui nous permettrait de rattraper quelques positions, et nous avons pu gagner du terrain avec les deux voitures. Les deux points marqués par Valtteri nous permettent de conserver la cinquième place au championnat des constructeurs et ils constituent un bon retour pour le week-end. »

Valtteri Bottas, #77, P9 :

pht. Xavi Bonilla/Alfa Romeo

« La course a été assez longue, mais nous pouvons être heureux d’avoir su saisir nos chances en tant qu’équipe. Il était vraiment facile de faire des erreurs et je suis heureux que nous ne l’ayons pas fait : gagner des positions à Monaco n’est jamais facile, donc finir dans les points depuis la P12 sur la grille signifie que ce n’était pas une mauvaise journée. Nous avons fait les bons choix stratégiques, ce qui était un défi car il n’était pas facile de choisir les pneus à utiliser à tout moment. Nous avons pris quelques risques calculés et ils ont été payants. »

Zhou Guanyu, #24, P16 :

pht. Xavi Bonilla/Alfa Romeo

« C’était un dimanche difficile, mais je pense que nous avons réalisé le maximum que nous pouvions obtenir. Une partie de la course consistait simplement à survivre, à se défendre durement sur le mouillé – surtout lorsque nous devions continuer à utiliser les pneus pluie sur une piste qui séchait pour que notre stratégie fonctionne. C’était une bonne expérience de courir ici dans ces conditions, ma seule frayeur a été lorsque j’ai eu un accrochage avec Tsunoda, mais je l’ai sauvé. L’expérience monégasque dans son ensemble a été difficile, mais je n’ai pas fait d’erreur et j’étais dans le rythme des voitures du milieu de peloton, donc je peux être satisfait de cela. »

AlphaTauri

Pierre Gasly, #10, P 11 :

pht. Red Bull

« Nous sommes partis 17e et avons terminé 11e donc compte tenu de Monaco et de la configuration du circuit, je pense que nous pouvons être satisfaits de cette journée. Quand j’ai vu la pluie sur la grille, j’avais un énorme sourire sur le visage, car je savais que c’était notre opportunité d’essayer quelque chose de différent et d’espérer aller de l’avant. Nous avons pris quelques risques aujourd’hui, j’ai appelé les Inters au premier tour car nous n’avions rien à perdre. Nous avons réussi à dépasser quelques voitures, car le rythme était là, et je dois dire que de l’intérieur du cockpit, c’était vraiment excitant. C’était évidemment délicat, de glisser partout, mais c’était vraiment amusant, vous conduisiez à la limite et c’est ce qui fait la Formule 1 ! Nous étions rapides dans toutes les séances d’essais, et même dans la course aujourd’hui, donc c’est une honte de finir juste en dehors des points, car je pense que nous aurions mérité d’être là ce week-end. »

Yuki Tsunoda, #22, P17 :

pht. Red Bull

« Ça a été une journée frustrante, je n’ai pas eu un bon départ et j’étais P16 avant le drapeau rouge, je dois partir et regarder ce qui s’est passé là-bas. Le rythme de la voiture était correct en course, nous avons parié un peu sur le pneu Medium pour le redémarrage et malheureusement cette stratégie n’a pas payé aujourd’hui. »

Jody Egginton (Directeur Technique) :

« Ce fut une course mouvementée aujourd’hui. L’averse au début de la course a évidemment été une grosse perturbation, mais c’était aussi une bonne opportunité pour nous avec Pierre de le faire avancer. Nous avons eu une stratégie agressive et l’avons mis sur les Inters dès le début, ce qui a bien fonctionné, alors que beaucoup d’autres coureurs sont restés sur les full wets et voulaient que cela fonctionne jusqu’à ce qu’ils puissent passer sur un composé sec. En regardant le rythme de Pierre, nous avons pris une décision similaire pour Yuki et l’avons mis sur les Inters aussi, bien qu’il ait eu un peu de mal à le faire fonctionner aussi. Nous avons ensuite mis les deux pilotes sur les durs, en théorie cela nous aurait amené à la fin de la course, s’il n’y avait pas eu de drapeau rouge. Après cela, nous avons essentiellement maintenu notre position jusqu’à la fin de la course. Après la pénalité d’Ocon, nous sommes sortis juste en dehors des points, nous avons perdu du temps par rapport à Vettel pendant l’arrêt au stand, donc malheureusement cela nous a coûté. Nous avons eu une bonne course de récupération aujourd’hui avec Pierre, mais la principale leçon pour ce week-end est que nous devons avoir un samedi plus propre afin de tirer le meilleur parti des opportunités que nous avons le dimanche. »

Aston Martin

Sebastian Vettel, #5, P10 :

 » Aujourd’hui, c’était une course dans laquelle tout pouvait arriver, mais en fait, c’était une course assez propre et simple pour moi. Nous avons réussi à prendre un point, ce qui est un bon effort car il est toujours difficile de progresser à Monaco, surtout avec une seule ligne sèche. Compte tenu de la façon dont la course s’est déroulée, je ne pense pas que nous aurions pu terminer plus haut. C’était une vraie lutte avec les pneus Wet dans les premiers tours, c’est pourquoi nous sommes passés aux intermédiaires dès que nous avons pu. Nous avons également appris davantage sur la voiture, en optimisant les réglages avec les nouvelles pièces que nous avons introduites récemment. Toutes ces étapes nous mènent dans une bonne direction pour les courses à venir. »

Lance Stroll, #18, P14 :

« Je savais qu’il serait difficile de marquer des points en partant si loin derrière et la course allait toujours être délicate sur le temps humide, mais il y a des points positifs à prendre. Nous avons pris la bonne décision en passant aux pneus intermédiaires dès le début de la course, car c’était clairement la meilleure gomme. Les dépassements sont difficiles à Monaco, donc dépasser [Yuki] Tsunoda à la Rascasse était un geste agréable et a montré que la voiture devient plus compétitive – surtout si l’on considère les virages plus lents ici. Dans l’ensemble, la course nous a donné de nombreuses occasions de continuer à apprendre sur les récents développements de la voiture. Je suis convaincu que nous serons en mesure de développer la voiture pour les circuits plus lents et plus rapides dans un avenir proche. »

Mike Krack – Directeur de l’équipe Aston Martin :

« Sur le papier, on pourrait décrire notre performance au Grand Prix de Monaco 2022 comme suit : Sebastian a perdu une place par rapport à sa position de qualification P9 pour terminer 10e de la course, et Lance a gagné quatre places par rapport à sa position de qualification P18 pour terminer 14e de la course. La vérité était beaucoup plus complexe, car la pluie a bouleversé les plans de chacun et le résultat a été une course limitée dans le temps et pleine d’incidents, dans laquelle la météo a été la clé jusqu’au redémarrage sur piste sèche après le drapeau rouge du 30ème tour. Par la suite, Sebastian a bien conduit pour gérer l’usure des pneus, et a été en mesure de rester bien en deçà de 5.0sec de [Esteban] Ocon, convertissant ainsi sa position d’arrivée P11 sur la piste en P10 après que la pénalité de 5.0sec d’Ocon ait été appliquée : un point de championnat du monde durement gagné pour nous. Lance a également fait de son mieux dans des circonstances difficiles, mais les dépassements sont pratiquement impossibles ici, donc les points étaient toujours hors de portée pour lui aujourd’hui ».

Williams

Nicholas Latifi a terminé 15e du Grand Prix de Monaco tandis qu’Alex Albon a abandonné la course.

Après un départ retardé en raison de fortes pluies avant l’extinction des feux, les deux pilotes ont quitté la voie des stands derrière la voiture de sécurité avec le pneu Pirelli mouillé.

Nicholas s’est arrêté au deuxième tour pour passer au pneu intermédiaire, tandis qu’Alex s’est arrêté au 18e tour pour passer au pneu dur. Une crevaison a forcé un autre changement quatre tours plus tard, cette fois le pilote thaïlandais a pris le pneu moyen.

Une lourde chute de Mick Schumacher a fait sortir le drapeau rouge au 30ème tour et lorsque la course a repris, Alex a malheureusement été contraint d’abandonner au 50ème tour.

Dave Robson, Williams :

La course a été longue aujourd’hui avec un départ retardé et une interruption sous drapeau rouge. Avec Alex, nous avons choisi de jouer le long jeu avec les pneus Full Wet et de les utiliser jusqu’à ce que la piste soit prête pour les slicks. Nous avons bien chronométré la transition et il a trouvé un bon rythme sur le Prime jusqu’à ce qu’il aille tout droit au T1 et qu’il perfore son pneu. Son rythme sur l’option après le drapeau rouge était encore fort, mais comme il était maintenant hors position, il ne pouvait pas faire de place. Nous avons abandonné la voiture quand Alex a signalé un rebondissement inattendu sur les lignes droites. Nicholas a endommagé son aileron avant tôt dans la course, ce qui l’a forcé à passer en Intermédiaire et a fait reculer sa course. Bien qu’il ait fait quelques progrès plus tard dans la course et qu’il se soit bien battu avec Zhou et Tsunoda, P15 est le meilleur résultat que nous ayons pu obtenir aujourd’hui.

C’était une course difficile, mais nous avons appris beaucoup de choses sur la FW44 ce week-end, dont certaines seront utiles pour la prochaine course à Bakou.

 

Nicholas Latifi, #6, P15 :

Les conditions humides sont toujours délicates et encore plus sur un circuit routier comme Monaco ! C’était une course très difficile et après avoir effectué un ravitaillement tôt dans la course, nous étions détachés de la queue du peloton, mais nous avions un bon rythme avec le pneu intermédiaire pour rattraper le peloton. Le dernier relais sur le pneu moyen s’est avéré assez délicat car je ne me sentais pas complètement à l’aise avec l’équilibre. Cependant, nous avons réussi à la ramener à la maison, ce qui n’est pas facile dans ces conditions, et nous avons aussi gagné deux places sur les gars que nous contournions, ce qui est positif.

Alex Albon, #23, abandon :

C’était une journée délicate et une performance un peu brouillonne de mon côté aussi. Les conditions ont fait que mettre les freins dans la bonne fenêtre était vraiment un défi, surtout avec toutes les variations qu’une piste qui sèche apporte et les drapeaux rouges. La voiture se sentait bien dès que nous avions de l’air pur et je me sentais compétitif à certains moments, il y a donc des points positifs à retenir de cette journée.

Malheureusement, vers la fin de la course, j’ai eu un problème avec la voiture qui m’a obligé à abandonner. Je pense que c’est probablement un week-end à oublier pour nous, mais c’est comme ça que ça se passe parfois.

Communiqué la F1

Crédits photos – Pirelli, Teams

 

Haut du site