25 juin 2022

NTT IndyCar : Ericsson remporte les 106e Indy 500, d’une course folle jusqu’à l’arrivée

Marcus Ericsson a remporté la 106e édition de l’Indianapolis 500 présentée par Gainbridge lors d’une course folle après un drapeau rouge en fin de course, dimanche sur le circuit Motor Speedway d’Indianapolis, remportant ainsi sa première victoire en carrière dans le « plus grand spectacle mondial de la course ».

#8, Marcus Ericsson, P1

Ericsson, originaire de Kumla, en Suède, s’est imposé sous le drapeau rouge au volant de la Honda n°8 de Huski Chocolate Chip Ganassi Racing après que Sage Karam se soit crashé dans le virage 2 au dernier tour. Avant l’incident qui a mis fin à la course, Ericsson et Pato O’Ward se sont livrés à un fantastique duel pour la tête de la course après la reprise de la course à deux tours de l’arrivée après le drapeau rouge, serpentant autour de l’ovale de 2,5 miles dans l’une des finales les plus époustouflantes de l’histoire centenaire de la course.

Race Start

O’Ward a terminé deuxième sur la Chevrolet Arrow McLaren SP n°5, sa meilleure place aux « 500 » en trois départs.

« Je savais que la voiture Huski Chocolate était assez rapide, mais c’était quand même difficile », a déclaré Ericsson. « J’ai dû tout faire là-bas à la fin pour le garder derrière. Je n’arrive pas à y croire. Je suis tellement heureux. »

L’ancien pilote de Formule 1 Ericsson est devenu le deuxième Suédois à triompher dans les « 500 », rejoignant le vainqueur de 1999 Kenny Brack. Ericsson et Brack ont parlé par vidéoconférence lors de la conférence de presse des vainqueurs, dimanche après-midi. Le meilleur résultat d’Ericsson en trois participations à l’Indy 500 était une 11e place l’an dernier.

C’est la première victoire dans « Le plus grand spectacle de la course » pour le propriétaire de l’équipe Chip Ganassi depuis 2012, sa cinquième en tant que propriétaire solo et sa sixième au total.

#5, Pato O’Ward, P2

Ericsson a pris la tête du classement NTT INDYCAR SERIES avec sa troisième victoire en carrière, dopé par le doublement des points attribués dans cette épreuve. Dans une tournure fatidique, ses trois victoires ont été marquées par des drapeaux rouges, puisque ses victoires en 2021 à Détroit et Nashville ont également été marquées par des arrêts de course.

#1, Tony Kanaan, P3

Tony Kanaan, vainqueur de l’Indy 500 en 2013, a terminé troisième sur la Honda n° 1 The American Legion Chip Ganassi Racing. L’équipe Ganassi a terminé un mois de mai dominant en plaçant deux voitures dans le top 3. Kanaan a enregistré le cinquième top 3 de son illustre carrière aux « 500 ». Felix Rosenqvist s’est classé quatrième sur la Vuse Arrow McLaren SP n°7, Arrow McLaren SP ayant placé deux voitures dans le top 4.

#7, Felix Rosenqvist, P4

Alexander Rossi, vainqueur de la 100e édition des 500 miles d’Indianapolis en 2016, a complété le top 5 au volant de la Honda NAPA AUTO PARTS/AutoNation n°27 après être parti 20e

Le vainqueur de 2021, Helio Castroneves, a terminé septième après être parti 27e sur la Honda n°06 AutoNation/SiriusXM, gagnant le plus de positions du début à la fin de la course.

#27, Alexander Rossi, P5

Ericsson, parti en cinquième position, a pris la tête pour de bon au 190e tour, lorsque Jimmie Johnson, la recrue des « 500 », a effectué son dernier arrêt au stand en dehors de la séquence des leaders. Ericsson devance O’Ward de 3’’2869 secondes et semble être en bonne voie pour décrocher une place pour le Trophée Borg-Warner avec l’un des plus grands écarts par un leader durant la course de 200 tours.

#20, Conor Daly, P6

O’Ward se détache au cours des quatre tours suivants, revenant à 2’’7 secondes. Mais il semblait toujours qu’Ericsson n’avait qu’à garder sa voiture dans le sillon de la course pour gagner.

Puis le scénario s’est inversé au 194e tour lorsque Johnson a heurté la barrière SAFER dans le virage 2, déclenchant la cinquième des six périodes de neutralisation de la course. Les officiels INDYCAR ont décidé d’utiliser le drapeau rouge pour tenter de terminer la course dans le vert, et toutes les voitures sont restées dans les stands pendant près de huit minutes, le temps de dégager les débris de l’accident de Johnson.

« Je ne pouvais pas le croire », a déclaré Ericsson au sujet du drapeau rouge. « Vous ne pouvez jamais rien prendre pour acquis, et évidemment il y avait encore des tours à faire, et je priais si fort qu’il n’y ait pas un autre jaune, mais je savais qu’il y en aurait probablement un. C’était difficile de se reconcentrer, mais je savais que la voiture était incroyable. »

#60, Simon Pagenaud, P8

La course sous drapeau vert a repris au 199e tour, Ericsson serpentant de gauche à droite sur la ligne droite avant et arrière pour tenter de briser la remorque aérodynamique d’O’Ward. A l’approche du drapeau blanc, Ericsson a plongé vers l’entrée des stands, puis est revenu au centre du circuit pour tenter de se détacher d’O’Ward.

L’écart entre les deux était de 0’’0445 seconde avec un tour à faire, avec O’Ward faisant une course vers l’extérieur du virage 1 au 200e tour. Il a pris une légère avance sur Ericsson à l’entrée du virage, mais ce dernier a maintenu la ligne basse et a forcé O’Ward à lever les gaz.

« Il allait me mettre dans le mur si j’avais voulu le faire », a déclaré O’Ward. « Nous étions l’un à côté de l’autre. C’est frustrant. C’est doux-amer. Je suis tellement fier, mais ça craint vraiment. »

Ericsson : « Je n’allais pas le mettre dans le mur, mais il a dû travailler dur pour me contourner. Je savais que je pouvais tenir ma ligne. J’allais partir à plat. Il allait devoir faire deux largeurs dans le premier virage pour y arriver. Je savais que si je prenais l’intérieur du premier virage, je pourrais garder mon pied à fond. J’espérais pouvoir garder mon pied à fond. C’était mon plan. Ça a marché. »

Ericsson commençait à s’échapper sur la ligne droite arrière après avoir repoussé O’Ward, en se dirigeant vers le virage 3, lorsque Karam a touché dans le virage 2 avec sa Chevrolet AES Indiana DRR n°24. Le cinquième incident de la journée dans le virage 2, le virage de la calamité de la course, a déclenché la période d’avertissement qui a mis fin à un événement comportant 38 changements de tête entre neuf pilotes.

#10, Alex Palou, P9

Le vainqueur du NTT P1 Award et sextuple champion de la NTT INDYCAR SERIES, Scott Dixon, semblait être le pilote à battre, puisqu’il a mené 95 tours et est devenu le leader de l’histoire de l’Indianapolis 500 avec 665 tours, dépassant le record de 644 tours du légendaire Al Unser, quatre fois vainqueur. Mais Dixon s’est vu infliger une pénalité pour excès de vitesse en entrant dans la voie des stands alors qu’il s’était arrêté en tête au 175e tour sur la Honda PNC Bank Chip Ganassi Racing n°9.

#23, Santino Ferrucci, P10

La pénalité pour excès de vitesse qui s’en est suivie a fait chuter Dixon, vainqueur de l’Indy 500 2008, dans le peloton, et il a terminé à la 21e place.

« C’est un crève-cœur, pour être honnête », a déclaré Dixon. « Je suis entré dans les stands et j’ai dû bloquer les arrières et j’ai en quelque sorte bloqué les quatre. Je savais que ça allait être serré, je pense que c’était un mile par heure de plus ou quelque chose comme ça. C’est frustrant. J’ai tout gâché. »

#28, Romain Grosjean, abandon

Les 500 miles ici

Championnat ici

#8, Marcus Ericsson, Winner

La prochaine course du NTT INDYCAR SERIES sera le Grand Prix Chevrolet de Détroit présenté par Lear, le dimanche 5 juin au Raceway de Belle Isle Park à Détroit. La course sera diffusée en direct sur USA Network et sur le réseau radio INDYCAR à partir de 15 heures (ET).

Next Race

 

Haut du site