23 juillet 2024

Présentation du GP de Grande Bretagne

Après la victoire de George Russell au Grand Prix d’Autriche, le championnat du monde de Formule 1 se poursuit ce week-end avec le Grand Prix de Grande-Bretagne. Il s’agit de la 12ème manche de la saison F1 2024, longue de 24 épreuves au total cette année.

Le circuit de Silverstone, long de 5,891 km, est l’un des plus rapides et des plus techniques du calendrier de Formule 1. Sa ligne droite principale, est le théâtre de dépassements spectaculaires, tandis que ses courbes rapides mettent à l’épreuve la stabilité des monoplaces.

Les virages légendaires comme Maggotts, Becketts et Chapel sont mondialement reconnus pour leur complexité et représentent des épreuves majeures pour les pilotes. La gestion des pneus est également un élément crucial sur ce circuit, car la dégradation peut être importante

Lors du dernier Grand Prix en Autriche, la course a été marquée par un accrochage entre Lando Norris et Max Verstappen. Le Néerlandais a pu finir en cinquième position malgré une pénalité mais le pilote McLaren a dû abandonner alors qu’il était dans une position idéale pour remporter la course. Le Britannique aura sûrement à cœur de prendre sa revanche à domicile.

Le Grand Prix de Grande-Bretagne s’annonce donc comme un week-end d’intérêt majeur. Les enjeux sportifs élevés et les rivalités accentuées promettent des moments captivants sur la piste. Un nouvel épisode déterminant de la saison 2024 de Formule 1 est sur le point de se dérouler à Silverstone.

Pirelli

Les composés les plus durs pour le berceau de la Formule 1

Le Grand Prix de Grande-Bretagne marque la mi-parcours du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2024 et la manche 12 sur 24 se déroule là où tout a commencé il y a 74 ans. En 1942, un aérodrome de la Royal Air Force a été établi à Silverstone, dans le Northamptonshire, et le 13 mai 1950, il a accueilli la première des 1112 manches qui ont eu lieu à ce jour. Le vainqueur de l’époque était Nino Farina, au volant d’une Alfa Romeo équipée de pneus Pirelli. Long de 5,861 kilomètres, le circuit est le cinquième plus long du calendrier après Spa-Francorchamps (7,004 km), Jeddah (6,175 km), Las Vegas (6,120 km) et Baku (6,003 km). Elle comporte 18 virages et est l’une des plus passionnantes, mais aussi l’une des plus exigeantes pour l’ensemble voiture-pneu. Certaines combinaisons de virages, comme celles de 10 à 14 – Maggotts, Becketts et Chapel – sont prises à grande vitesse et génèrent des forces latérales sur les pneus et les pilotes de plus de 5g : le chiffre moyen à Silverstone est similaire à celui observé à Spa et Suzuka. Ceci, ainsi que d’autres aspects techniques, signifie que, comme c’est toujours le cas ici, les composés choisis pour cette manche sont les plus durs de la gamme, le C1 en tant que P Zero hard, le C2 en tant que P Zero medium et le C3 en tant que P Zero soft. L’essieu avant est le plus sollicité et la prédominance des virages à droite fait que l’avant gauche est le pneu qui s’use le plus.

Le temps en Angleterre en été peut toujours être très changeant, un facteur supplémentaire à prendre en considération, d’autant plus que les conditions peuvent changer très rapidement. L’année dernière, la course s’est entièrement déroulée sur le sec, le Soft étant un protagoniste quelque peu surprenant, puisque seules deux équipes ne l’ont pas utilisé. Cependant, le composé le plus utilisé a été le Medium, qui a servi à parcourir la moitié du kilométrage total. La grande majorité des pilotes ont opté pour une stratégie à un seul arrêt, même si par le passé, le choix de deux arrêts avait été populaire. Lors de cette course l’année dernière, Pirelli a introduit une nouvelle construction de pneu pour faire face à l’augmentation des charges observées lors des premières courses de la saison, car ces forces dépassaient les chiffres moyens observés dans les simulations fournies par les équipes au cours de l’hiver précédent. Sans modifier en quoi que ce soit les performances des pneus, la construction a fait ses preuves et sera utilisée jusqu’à la fin de la saison 2024, même si les charges générées par les voitures de cette année ont augmenté d’environ 10 % par rapport aux chiffres observés à la fin de la saison dernière. Seuls deux Grands Prix ont été inscrits de manière permanente au calendrier de la Formule 1, celui-ci et le Grand Prix d’Italie. Silverstone accueille donc ce week-end le 75e Grand Prix de Grande-Bretagne, le 58e à se dérouler sur ce circuit. La course a également été disputée douze fois à Brands Hatch et cinq fois à Aintree. En 2020, Silverstone accueillera une manche supplémentaire, à l’occasion du 70e anniversaire du championnat.

Bien que la majorité des équipes de Formule 1, passées et présentes, aient eu ou aient leur siège en Angleterre, l’équipe la plus victorieuse lors de ce Grand Prix est la Scuderia Ferrari, avec 18 victoires à son actif. Viennent ensuite McLaren (14) et Williams (10). Avec 16 pole positions, Ferrari est également en tête de ce classement, tout comme pour les meilleurs tours en course (20) et les podiums (59). Le pilote le plus titré au Royaume-Uni est Sir Lewis Hamilton, qui a remporté huit de ses Grands Prix à domicile, suivi de Jim Clark et Alain Prost, avec cinq victoires chacun. Le pilote Mercedes, sept fois champion du monde, est également celui qui a décroché le plus grand nombre de poles (7) et de podiums (13), tandis que son compatriote Nigel Mansell est en tête de la liste des tours les plus rapides dans cette épreuve, avec sept tours.

Red Bull

Max Verstappen, # :

Silverstone sera une course spéciale, avec une nouvelle livrée personnalisée sur la voiture.

Il s’agit d’une autre course à domicile pour l’équipe, alors nous voulons que tout le monde à l’usine soit fier ce week-end. L’Autriche n’a pas été le résultat que nous espérions et il y a beaucoup de choses à retenir de la course que moi-même et l’équipe pouvons vraiment analyser et améliorer. Nous avons commis quelques erreurs qui nous ont coûté cher, mais il faut aussi voir les bons moments que nous avons eus tout au long du week-end, notamment la victoire du Sprint et les deux pole positions. Nous analysons ce que nous avons fait de bien et ce qui n’a pas marché. C’est la dernière course d’un triple championnat très chargé, alors nous voulons revenir en force à Silverstone. Ce sera une course spéciale, avec une nouvelle livrée personnalisée sur la voiture. Nous voulons revenir plus forts et nous sommes prêts pour le week-end à Silverstone, d’autant plus que c’est la 20e année de l’équipe, ce qui marque une célébration pour nous.

Sergio Perez, # :

Pour la 20e année de l’équipe dans le sport, le GP de Grande-Bretagne sera une course spéciale pour nous tous, nous sommes si proches de l’usine et des maisons de tous ceux qui travaillent et contribuent à Oracle Red Bull Racing.

L’Autriche a été très décevante ; la performance a été affectée dès le début en raison de dommages importants et cela a compromis ma course, ce n’était pas un week-end idéal. Nous avions réalisé de bonnes améliorations entre le samedi et le dimanche, il était donc frustrant de ne pas pouvoir le constater sur la piste. Nous avons travaillé pour analyser les choses, afin de nous assurer que nous avons le rythme à Silverstone, tout au long du week-end. Pour la 20e année de l’équipe dans le sport, le GP de Grande-Bretagne sera une course spéciale pour nous tous, car nous sommes si proches de l’usine et des maisons de tous ceux qui travaillent et contribuent à Oracle Red Bull Racing et à notre incroyable succès. Nous avons une livrée spéciale pour cette course, la voiture a l’air très spéciale et je veux m’assurer que je l’honore avec un meilleur résultat, en revenant à la forme que nous devrions avoir.

  • La victoire de Max au Grand Prix de Grande-Bretagne 2023 a été la 11e victoire consécutive d’Oracle Red Bull Racing au championnat la saison dernière, égalant le record détenu par McLaren en 1988. L’équipe a ensuite porté ce record à 15 victoires consécutives.
  • Max a porté son avance au championnat à 81 points sur le Red Bull Ring, un record pour la saison, et a désormais mené 443 tours en GP cette saison. Aucun autre pilote n’a mené plus de 82 tours en 2024.
  • La pole position de Max en Autriche a été obtenue avec une marge de 0,404 seconde, la plus grande observée en Formule 1 cette saison.
  • L’arrivée de Checo en Autriche a permis à Oracle Red Bull Racing d’accroître son avance au championnat des constructeurs pour la troisième course consécutive.
  • La pole position de Max au GP de Grande-Bretagne 2023 a été la première fois qu’une Red Bull a mené une séance de Q3 à Silverstone depuis Mark Webber en 2011. Max était déjà parti de la pole position lors du GP de Grande-Bretagne 2021 en remportant le tout premier sprint de F1, ce qui a permis d’établir la grille de départ du GP.

Ferrari

SILVERSTONE ROUNDS OFF SUMMER TRIPLE-HEADER

Le triple programme de cet été se termine par un grand classique, puisque Silverstone accueille le Grand Prix de Grande-Bretagne, l’une des « Grandes Epreuves » de la Formule 1. Silverstone est un circuit de pilotage par excellence, avec plusieurs virages à grande vitesse qui font monter l’adrénaline, tandis que l’atmosphère du circuit est vraiment unique et électrisante, en raison des foules énormes qui remplissent les tribunes et toutes les zones générales entre les deux. Le circuit. Créé sur les routes d’un ancien aérodrome de la Royal Air Force, Silverstone est l’un des quatre seuls circuits du calendrier actuel à avoir été utilisés lors de la toute première saison de Formule 1 en 1950, les autres étant Spa-Francorchamps, Monaco et Monza. Au cours des 74 années qui se sont écoulées depuis, le circuit a évolué pour devenir une installation moderne de sport automobile, très appréciée des pilotes et des fans. Dans sa forme actuelle, le circuit fait 5,891 kilomètres de long, avec 18 virages et deux zones DRS pour contrer le fait que les dépassements sont loin d’être évidents ici. Si un pilote peut rattraper la voiture qui le précède à l’entrée des virages 3, 4 et 5, il peut alors bénéficier du DRS à l’entrée du virage 6. Quant à Copse, qui était le virage 1 avant le déplacement des stands et qui est maintenant pris à plus de 290 km/h, les dépassements sont pratiquement impossibles, bien qu’ils soient possibles à la fin de la ligne droite du hangar, qui vient après le complexe à grande vitesse de Maggotts et Becketts, l’un des tronçons de tarmac les plus célèbres de toutes les courses automobiles.

Le temps. Du soleil radieux à la pluie torrentielle, en passant par la chaleur torride, la bruine et même des conditions hivernales, le Grand Prix de Grande-Bretagne a tout connu au fil des ans, si bien que les fans et le personnel des équipes savent que l’on ne se rend jamais à Silverstone sans une veste de pluie, juste au cas où… Programme. Le Grand Prix de Grande-Bretagne se déroule selon le format standard d’un week-end de course, en commençant par deux séances d’essais libres le vendredi à 12h30 heure locale (13h30 CEST) et à 16h00 heure locale (17h00 CEST). La dernière heure de préparation commence le samedi à 11h30 (12h30 CEST), la grille de départ étant définie lors de la séance de qualification qui débute à 15h00 (16h00 CEST). Le Grand Prix de 52 tours débutera dimanche à 15h00 (16h00 CEST).

Fred Vasseur Team Principal Scuderia Ferrari HP :

Avec le Grand Prix d’Italie, l’épreuve britannique figure au calendrier depuis plus longtemps que toutes les autres. Silverstone comporte des virages à grande vitesse qui mettent en évidence les forces et les faiblesses de la voiture et où les meilleurs pilotes peuvent faire la différence. Je pense que les mises à jour développées pour la SF-24 par nos ingénieurs à Maranello sont bonnes, car elles apportent une amélioration de l’appui aérodynamique. Nous revenons au format standard ce week-end, ce qui signifie que nous avons trois heures d’essais libres pour trouver une configuration qui nous permette d’exploiter les avantages que les nouvelles pièces devraient nous apporter. Comme je l’ai déjà dit, savoir comment régler au mieux la voiture peut en fait avoir un effet plus important sur le temps au tour que les avantages spécifiques des nouveaux composants. Nous devons faire un meilleur travail pour que Charles et Carlos puissent se qualifier plus haut sur la grille et se battre aux avant-postes en course.

STATISTIQUES FERRARI :

GP disputés 1085

Saisons en F1 75

Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)

Victoires 245 (22.58%)

Pole positions 250 (23.04%)

Tours les plus rapides 261 (24.06%)

Podiums 817 (25.07%)

FERRARI STATS BRITISH GRAND PRIX :

GP disputé 71

Débuts 1964 (J.F. González 1er ; L. Villoresi 3ème ; A. Ascari ret. ; P. Whitehead 9ème)

Victoires 18 (25.35%)

Pole positions 16 (22.53%)

Tours les plus rapides 21 (29.58%)

Podiums 59 (27.70%)

TROIS QUESTIONS A… OLIVER BEARMAN SCUDERIA FERRARI HP RESERVE DRIVER 1, Né le 08/05/2005 À : Chelmsford (Royaume-Uni) :

En tant qu’Anglais, que représente Silverstone pour vous et qu’est-ce qui rend ce circuit si spécial ?

Pour nous, Anglais, Silverstone est le circuit par excellence, en raison de l’atmosphère et des fans qui soutiennent évidemment les pilotes britanniques, mais aussi en raison des spectateurs en général, dont la plupart sont de véritables experts qui apprécient le sport automobile et les compétences de ceux qui sont derrière le volant, quelle que soit leur nationalité. Cela dit, en mettant de côté tout chauvinisme, Silverstone est un circuit extraordinaire dont certains tronçons font vraiment partie de l’histoire du sport automobile. Traverser Copse, Maggots et Becketts en monoplace procure une sensation difficile à exprimer. Demandez à n’importe quel pilote, de la Formule 1 à la Formule 3, et vous ne trouverez personne qui n’aime pas Silverstone.

  1. Vous êtes pilote de réserve pour la Scuderia Ferrari HP et membre de la Scuderia Ferrari Driver Academy. Comment l’Académie vous a-t-elle aidé dans votre carrière ?

L’Académie des pilotes de la Scuderia Ferrari m’a aidé à progresser en termes de compréhension technique et à améliorer ma condition physique. En participant à ce programme, j’ai appris des choses que je n’aurais jamais pu apprendre seul. L’année dernière, j’ai eu l’occasion de participer pour la première fois à une séance d’essais officielle d’un Grand Prix et je n’oublierai jamais ma première expérience au volant de la voiture 2021 à Fiorano. Cette année, je suis désormais pilote de réserve de l’équipe, ce qui m’a permis de travailler avec les membres de l’équipe et de passer de nombreuses heures dans le simulateur.

  1. Quand avez-vous réalisé que vous vouliez devenir pilote de course ?

À la maison, nous avons toujours vécu et respiré la course automobile parce que mon grand-père a couru et mon père aussi, bien qu’au niveau du club. Cela signifie qu’à l’âge de trois ou quatre ans, je connaissais déjà le nom de toutes les voitures, qu’elles soient de course ou de route. C’est d’ailleurs mon grand-père qui m’a emmené pour la première fois sur une piste de karting, en louant un kart pour que je puisse faire mon premier essai. J’ai tellement aimé que mes parents m’ont acheté un kart pour Noël. Depuis, je n’ai jamais cessé de conduire et je pense toujours que c’est l’une des meilleures sensations au monde.

GRAND PRIX BRITANNIQUE : FAITS ET CHIFFRES

2. Les comtés dans lesquels Silverstone est situé. La section allant de Becketts à Abbey, y compris le complexe des stands et la ligne de départ et d’arrivée, se trouve dans le Buckinghamshire, tandis que le reste, de Farm corner à Maggotts, se trouve dans le Northamptonshire.

51. C’est le nombre de championnats de véhicules à moteur organisés au Royaume-Uni. 12 d’entre eux sont internationaux, 39 sont nationaux, soit plus que dans n’importe quel autre pays du monde.

500. C’est le montant en livres sterling du prix remis au vainqueur de la toute première course du championnat du monde de Formule 1, qui s’est déroulée à Silverstone le 13 mai 1950. C’est le pilote d’Alfa Romeo, Giuseppe Farina, qui a reçu l’argent. Aujourd’hui, cela équivaudrait à environ 22 000 livres sterling. À l’heure actuelle, le prix à gagner pour remporter un Grand Prix est de… zéro ! Aujourd’hui, les équipes reçoivent une part du prix total en fonction de leur position dans le championnat à la fin de la saison, mais les vainqueurs individuels du Grand Prix ne reçoivent qu’un trophée.

645,78. C’est le nombre de points marqués par la Scuderia Ferrari lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, plus que toute autre équipe. Elle est suivie par Mercedes (429,14) et McLaren (418)

1899. C’est l’année de la première course-poursuite en voiture de police au Royaume-Uni, qui s’est déroulée dans le Northamptonshire. Un jour d’avril, Frederick John Phillips va de boutique en boutique dans les quartiers de Far Cotton et de St James, expliquant aux commerçants qu’il fait partie du célèbre cirque Barnum et Bailey et qu’il organise la publicité à l’avance. Il leur proposait des billets gratuits pour le spectacle s’ils acceptaient d’afficher une affiche dans leur vitrine. S’ils acceptaient, il reviendrait plus tard avec les affiches mais, pour garder ses comptes en ordre, il leur demandait un acompte qui leur serait remboursé lorsqu’ils se présenteraient au guichet. Bien sûr, il s’agit d’une escroquerie ! Mais une commerçante, Jane Botterill, n’a rien compris. Elle a couru jusqu’au poste de police de St James End où elle a alerté le sergent Hector McLeod. Il lui demande dans quelle direction se dirigeait le suspect. Le sergent McLeod fait signe au tailleur local, William Herbert Harrison, connu localement sous le nom de Jack, qui n’est que la troisième personne de Northampton à posséder une voiture et qui, atteignant une vitesse de 24 km/h, conduit le sergent McLeod hors de Northampton en direction de Daventry pour finalement rattraper le voyou et l’arrêter. Ce fut un moment historique pour la police britannique !

McLaren

« Notre Grand Prix à Silverstone est toujours spécial pour nous.

Peu de choses en Formule 1 peuvent prétendre être plus vieilles que nous, mais Silverstone est l’une d’entre elles, puisqu’elle figure au calendrier depuis la toute première saison de la discipline en 1950. De la victoire historique d’Ayrton Senna en 1993 à celle de Lewis Hamilton en 2008, en passant par le combat palpitant de Lando contre Max Verstappen et Lewis Hamilton sur le chemin du podium en 2023, Silverstone a accueilli tant de grands moments McLaren au fil des ans, et nous avons hâte de découvrir ce qu’il nous réserve cette saison.

En plus de notre héros Lando, nous avons demandé l’aide d’Oscar et du directeur de l’équipe Andrea Stella pour nous aider à préparer le Grand Prix de Grande-Bretagne de cette année. Nous vous présenterons également ce que nous aimons sur le circuit, nous vous expliquerons un autre terme typique de la F1 et nous vous indiquerons comment vous habiller.

Lando Norris, #4 :

« Je suis très enthousiaste à l’idée de participer au Grand Prix de Grande-Bretagne. J’adore Silverstone. C’est un circuit amusant et, bien sûr, c’est ma course à domicile et celle de l’équipe. Le soutien des fans locaux rend cette course encore plus spéciale. »Nous savons que nous avons une voiture rapide qui peut se battre pour des victoires sur tous les types de circuits, ce qui nous rend enthousiastes pour le reste de la saison. Monter sur le podium l’année dernière à Silverstone était extraordinaire, mais je sais que gagner à domicile serait un niveau supérieur. Allons-y ! »

Oscar Piastri, #81 :

« Remporter un titre en Autriche est une bonne motivation avant la dernière course de ce triple championnat. Silverstone est l’un de mes circuits préférés, et c’est un circuit important pour l’équipe, puisque c’est le Grand Prix de McLaren. »Je suis sûr que nous verrons beaucoup de fans de papayes dans les tribunes. J’ai vécu des moments très forts l’année dernière, et je suis sûr que ce sera un autre week-end passionnant. Le plus important, c’est que nous espérons continuer à ajouter des points à la banque.

Andrea Stella :

« Nous arrivons au dernier tour de cette triple confrontation plus motivés et plus résistants que nous ne l’avons été au début. Bien que nous ayons rencontré des difficultés, il y a aussi beaucoup de points positifs à retenir. Notre Grand Prix à Silverstone est toujours spécial pour nous, non seulement parce que les fans sont extraordinaires, mais aussi parce que de nombreux membres de notre équipe y assistent avec leurs amis et leur famille. « Même si c’est formidable d’être de retour sur le devant de la grille, nous devons reconnaître que chaque week-end sera difficile, car nos concurrents sont très forts. Cependant, lorsque je regarde nos deux pilotes et les membres de notre équipe sur le circuit et à Woking, je sais que nous avons une équipe capable de fournir des résultats réguliers. »

Aperçu du circuit

Ayant fait ses débuts dans le calendrier de la F1 en 1950, Silverstone est, comme on peut s’y attendre, un circuit de la vieille école, de la meilleure des façons. Le circuit est large et fluide, avec de nombreuses opportunités pour les pilotes d’appuyer sur le champignon, et présente plusieurs changements de direction abrupts qui font travailler le cou. Rien de tel que la célèbre séquence Maggots, Becketts et Chapel, qui emmène le pilote rapidement à gauche, rapidement à droite et brusquement à gauche, en naviguant sur environ 2 G latéraux, avant de le voir dévaler la ligne droite du hangar à environ 200 km/h. Si un pilote parvient à trouver les bonnes trajectoires dans cette section du circuit et à résister à l’envie de freiner, il peut alors prendre de l’élan et s’aligner sur Stowe, qui suit immédiatement la ligne droite du hangar. Une autre opportunité de dépassement peut également être trouvée à Abbey. Elle est prise à plat en suivant la ligne droite principale du circuit, qui est un peu plus lente que celle de Hangar, mais pas de beaucoup.

La saison en cours

Lando et Oscar ont commencé le week-end en force en terminant deuxième et troisième du Sprint, devançant ainsi toutes les autres équipes. Ils ont ensuite poursuivi sur cette lancée lors des qualifications, Lando terminant deuxième et Oscar septième – ce qui lui aurait valu la troisième place s’il n’avait pas vu son tour effacé. Lando se battait avec Verstappen pour la tête de la course le dimanche lorsque les deux sont entrés en collision et qu’il a été contraint d’abandonner aux stands. Oscar a toutefois réussi à tirer profit de cette situation. L’Australien a été promu à la troisième place après l’accident, après avoir dépassé Perez et Hamilton plus tôt dans la course. Il a rapidement repris la deuxième place à Sainz dans les derniers tours et l’a conservée au drapeau à damier pour son deuxième podium de la saison. Nous sommes troisièmes du championnat des constructeurs, à 23 points de la deuxième place et à 72 points de la troisième.

Traductions de la F1 : survirage et sous-virage

La F1 est pleine d’argot spécialisé et de jargon compliqué qui peut déconcerter même les fans les plus avides. C’est pourquoi nous expliquerons la terminologie courante de la F1 avant chaque grand prix de la saison. Cette semaine, il s’agit du survirage et du sous-virage… En termes simples, le survirage est le fait qu’une voiture tourne plus que le pilote ne le souhaite. Le survirage se produit lorsque les pneus arrière perdent de l’adhérence, mais pas les pneus avant, ce qui signifie que lorsqu’un conducteur tente de tourner, les roues avant tournent pour lui, mais les roues arrière restent droites, ce qui provoque une secousse du volant dans la direction opposée et le glissement de la voiture vers l’extérieur. Pour garder le contrôle, le conducteur tournera le volant dans la direction opposée et entrera dans le dérapage. Le sous-virage est l’inverse et se produit lorsque les pneus avant perdent de l’adhérence, mais pas les pneus arrière. Il s’agit essentiellement d’une voiture qui ne tourne pas autant que le conducteur le souhaiterait et qui, au contraire, continue à aller tout droit. Le survirage et le sous-virage sont principalement causés par un manque d’adhérence à une extrémité de la voiture. La configuration générale de la voiture peut également avoir un impact. Si une moitié de la voiture est plus lourde ou si la suspension est plus rigide d’un côté que de l’autre, cela peut également entraîner un survirage ou un sous-virage.

Toutes les voitures de F1 présentent une forme de sous-virage ou de survirage, mais les équipes peuvent compenser ce phénomène en essayant de trouver un équilibre entre les deux. Le sous-virage est plus facile à contrôler mais plus lent, car la voiture s’écarte de la ligne de course, ce qui l’empêche d’aborder un virage à grande vitesse. Le survirage est plus difficile à contrôler mais plus rapide, car il permet un changement de direction plus rapide.

Brise-glace F1

Vous ne savez pas quoi dire à vos amis passionnés de F1 ? Lancez la discussion avec notre brise-glace F1… Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne 2008 pour McLaren avec un écart énorme de 68 secondes.

Mercedes

La dernière étape de ce triple header se déroule juste à côté de l’usine de l’équipe, à Silverstone.

Toto parle de la Grande-Bretagne :

Nous nous rendons à Silverstone encouragés par notre week-end en Autriche. Nous avons profité des opportunités qui se sont présentées pour remporter la victoire. Nous étions honnêtement troisièmes en piste, pas trop loin du duo de tête. Lorsqu’ils se sont accrochés, nous étions là pour prendre l’avantage. Cela est dû au travail acharné de tout le monde à Brackley et Brixworth au cours des derniers mois. Nos progrès progressifs nous ont rapprochés de la tête et nous ont permis de monter régulièrement sur le podium. Tout le monde se concentre sur le maintien de cette trajectoire positive et sur la lutte pour les victoires sur une base régulière. Nous sommes optimistes et pensons pouvoir y parvenir. L’équipe fait preuve d’une grande énergie et d’un bel élan, et le résultat du week-end dernier ne fait qu’ajouter à cela.Pour ce qui est de ce week-end, Silverstone est en quelque sorte une course à domicile pour notre équipe, puisqu’elle est proche de nos deux centres techniques de Brackley et Brixworth. C’est toujours fantastique de voir les membres de notre équipe d’usine dans les tribunes. Je suis sûr que les fans britanniques seront également nombreux à encourager l’équipe, ainsi que Lewis et George ; l’ambiance est exceptionnelle chaque année. Sur la piste, la bataille en tête est serrée. Nous devrons donner le meilleur de nous-mêmes pour nous battre à nouveau pour le podium. C’est notre objectif et nous sommes impatients de relever le défi.

Fiche d’information : Grand Prix de Grande-Bretagne

  • Avec ses 5,891 km, le circuit de Silverstone est le cinquième plus long du calendrier de la F1. Seuls Spa-Francorchamps (7,004 km), Bakou (6,003 km), Las Vegas (6,201 km) et Jeddah (6,174 km) sont plus longs.
  • Maggotts, Becketts, Chapel – Silverstone possède certains des noms de virages les plus emblématiques de tout le sport automobile, et c’est l’un des trois seuls circuits de F1 où les ingénieurs donnent des noms aux virages et non des numéros, les deux autres étant Spa-Francorchamps et Monaco.
  • Les pilotes effectuent près de 80 % d’un tour à plein régime à Silverstone, soit le troisième pourcentage le plus élevé depuis le début de la saison, après l’Australie et l’Arabie saoudite.
  • Les pilotes subissent à Silverstone certaines des forces g latérales les plus élevées de la saison, avec un maximum de 5,2 g à Stowe (virage 15). Pour vous donner une idée de ce que cela signifie, le poids moyen d’une tête humaine avec un casque est de 7 kg, de sorte que le cou du pilote est tiré d’un côté à l’autre avec une force de 35 kg à ce stade.
  • Silverstone est en quelque sorte une course à domicile pour l’équipe. L’usine de Brackley n’est qu’à huit kilomètres et le siège de Mercedes AMG High Performance Powertrains à Brixworth se trouve à un peu plus de 30 kilomètres du circuit.
  • L’équipe a remporté huit victoires à Silverstone depuis son retour dans le sport en 2010 et est montée sur le podium lors de chacune des 11 dernières saisons.
  • Entre 2013 et 2020, l’équipe a décroché huit pole positions consécutives au Grand Prix de Grande-Bretagne avec Lewis Hamilton, Nico Rosberg et Valtteri Bottas.
  • C’est la troisième saison consécutive que l’équipe alignera des pilotes entièrement britanniques au Grand Prix de Grande-Bretagne.
  • Avec près de 650 m, la descente jusqu’au premier point de freinage est la deuxième plus longue du calendrier de la F1 2024. Seul le Mexique (767,5 m) est plus long.

Aston Martin

Mike Krack, directeur de l’équipe :

Le Grand Prix de Grande-Bretagne marque la moitié de la campagne de F1 2024 et la conclusion du premier triple de la saison. Le directeur de l’équipe, Mike Krack, revient sur sa dernière sortie en Autriche et se tourne vers notre course à domicile sur le légendaire circuit de Silverstone.

Que pensez-vous d’un week-end difficile pour l’équipe en Autriche ?

« Nous savions que l’Autriche serait un défi et qu’elle ne conviendrait probablement pas à l’AMR24 – et c’est exactement comme cela que cela s’est passé. Nous n’avons jamais été en mesure de marquer des points, ni en sprint ni en course. »

« C’est difficile, mais en fin de compte, nous devons être honnêtes avec nous-mêmes et dire que nous n’avons pas fait un assez bon travail de développement de la voiture ; les améliorations n’ont pas fourni les performances qu’elles étaient censées fournir, en particulier après Imola. »

« L’Autriche a été un week-end difficile, mais nous continuons à apprendre beaucoup sur l’AMR24, ce qui ne fera que nous aider à avancer. Nous travaillons 24 heures sur 24 au campus technologique AMR pour développer la voiture et améliorer ses performances. »

Quelles sont vos attentes pour le Grand Prix de Grande-Bretagne ?

 » Silverstone sera un autre défi pour l’équipe – avec ses virages longs et rapides, il est également peu probable qu’elle exploite les atouts de l’AMR24 – mais cela ne veut pas dire que ce soit un défi sans opportunité pour nous.

« Nous restons hyper concentrés et prêts à profiter de toutes les opportunités qui se présentent à nous. Nous devons être prêts à capitaliser ; les derniers tours du Grand Prix d’Autriche nous rappellent que tout peut arriver.

« Sur le plan opérationnel, nous avons très bien exécuté cette saison. Une fois de plus, nos arrêts aux stands ont été très bons en Autriche. Nous sommes sur la bonne voie. Du côté des performances, nous devons faire mieux, mais nous connaissons les mesures que nous devons prendre.

« En attendant, nous ferons tout ce que nous pouvons ce week-end pour donner à nos fans de quoi se réjouir lors de notre course à domicile. »

À quel point êtes-vous enthousiasmé par notre course à domicile et par tout le soutien auquel l’équipe peut s’attendre ce week-end ?

« Ça va être un événement énorme. Près d’un demi-million de personnes y assisteront pendant les trois jours. C’est fantastique de voir ce genre d’amour pour le sport et l’équipe – et je suis vraiment reconnaissant d’en faire partie.

« En fin de compte, nous sommes tous fans de F1, c’est pourquoi nous faisons cela. L’amour pour ce sport nous relie tous, que vous le regardiez ou que vous y travailliez, c’est essentiellement la même chose, et le L’atmosphère créée par le public local tout le week-end est la meilleure de l’année.

« Le temps s’annonce sec samedi et dimanche, ce qui est une excellente nouvelle pour ceux qui sont dans les tribunes. Ils vont se régaler car voir les voitures de F1 poussées à leurs limites absolues autour du circuit de Silverstone est quelque chose de très spécial. »

« Ce week-end, nous avons tous les ingrédients pour offrir un spectacle fantastique aux fans. Comme eux, j’ai hâte ! »

Le circuit de Silverstone se trouve à deux pas du campus technologique AMR. Comment avance le développement de notre nouvelle maison ?

« L’ampleur de ce que nous construisons est remarquable. Il s’agit d’une installation de classe mondiale pour une équipe de classe mondiale.

« Nous avons emménagé dans le bâtiment 1 quelques mois avant le Grand Prix de Grande-Bretagne de l’année dernière et cela a changé la donne pour nous. Tout le monde est à portée de main, la communication est plus facile, les installations sont meilleures, il y a beaucoup de lumière naturelle et c’est tout simplement un meilleur manière de travailler.

« Ceux qui reviennent à Silverstone ce week-end pour la première fois depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne de l’année dernière seront stupéfaits par les progrès qui ont été réalisés. Les bâtiments deux et trois sont en voie d’achèvement et la soufflerie sera bientôt opérationnelle.

« C’est une période passionnante pour l’équipe et je suis vraiment fier de faire partie de ce que nous construisons ici. »

 

DRS
Turns & Sector

V Racing Bulls

   Daniel Ricciardo ,#3 :

« C’est toujours amusant d’avoir trois courses en trois semaines, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, cela vous donne rapidement une nouvelle chance ! Bien que difficile, nous avons appris pas mal de choses en Autriche et nous espérons construire sur ces progrès. Nous avons la tête baissée et nous avons l’intention de nous battre pour les points dimanche à Silverstone. Le circuit lui-même est tellement amusant, à grande vitesse, avec beaucoup d’engagement et une atmosphère toujours très animée. J’espère que l’été anglais nous permettra de profiter du soleil. Allez, on y va !

Yuki Tsunoda, #22 :

« J’adore courir à Silverstone, même si c’est très exigeant pour les pilotes et les ingénieurs de trouver les meilleurs réglages, avec la météo qui rend les choses encore plus compliquées. Après l’Autriche, je me sens plus confiant car nous avons progressé avec la voiture et au moins ce week-end, nous avons trois heures d’essais libres pour mieux la comprendre. Le public est incroyable, les fans sont très gentils, ils n’encouragent pas seulement les pilotes britanniques et ils sont passionnés par le sport automobile. En ce qui concerne le circuit lui-même, j’ai hâte d’y rouler ; c’est historique, c’est une course à grande vitesse et aussi, je ne peux pas vraiment dire que c’est un circuit à domicile, mais nous avons une installation pas très loin, ce qui en fait une course importante à bien des égards, donc j’aimerais y obtenir un bon résultat. Il y a de superbes sections à piloter, comme Maggotts-Becketts, et j’aime aussi le long virage à droite à grande vitesse de Stowe.    

Jody Egginton (Directeur technique) :

« En tant que dernière étape d’un triple programme, Silverstone arrive très peu de temps après un week-end de GP d’Autriche très intense pour VCARB, mais nous avons beaucoup appris sur nos récentes mises à jour aérodynamiques en Autriche et, à partir de là, nous avons pu converger vers un ensemble aérodynamique unique et optimisé pour Silverstone. Il est également bon de voir les résultats de ces expériences alimenter directement notre processus de développement aérodynamique, ce qui, j’en suis convaincu, apportera un avantage tangible aux prochaines mises à jour aérodynamiques planifiées. Le circuit de Silverstone peut être considéré comme un circuit de puissance, avec un pourcentage d’accélération à pleine puissance bien supérieur à la moyenne de la saison. Avec des virages rapides et fluides combinés à des changements de direction à grande vitesse, la performance et l’efficacité aérodynamiques sont des paramètres clés. La nature rapide du circuit, y compris les virages de Copse, Stow, Maggots et Becketts, se traduit par une énergie élevée pour les pneus, de sorte que le contrôle de la glisse pour maintenir les pneus satisfaits sur le plan thermique est une autre exigence clé.

Haas

C’est à Silverstone que tout a commencé pour le Championnat du monde de Formule 1 de la FIA et c’est là que se déroulera la 12e manche, le Grand Prix de Grande-Bretagne, alors que la saison 2024 arrive à mi-parcours.

Le Grand Prix de Grande-Bretagne, organisé pour la première fois en 1926, a fait partie de chaque saison du Championnat du monde de Formule 1, Brooklands, Aintree et Brands Hatch ayant tous accueilli des compétitions de Grand Prix. Mais le point d’ancrage de la Formule 1 et de la Grande-Bretagne a été Silverstone, l’aérodrome reconverti de la Seconde Guerre mondiale ayant accueilli la première épreuve du championnat du monde de Formule 1 en 1950, et chaque Grand Prix britannique depuis 1987. Silverstone est niché au cœur de la Motorsport Valley du Royaume-Uni, sept des dix équipes de Formule 1 étant basées dans les environs du site, dont MoneyGram Haas F1 Team, qui possède une usine à Banbury.

Le circuit de 5,8 km est réputé pour ses sections à grande vitesse et son ambiance de festival frénétique, avec 480 000 spectateurs présents le week-end de 2023. Les fans se pressent autour du vaste site pour voir les voitures de Formule 1 dévaler les virages d’Abbey, de Copse et du complexe Maggotts/Becketts, où une confiance totale dans les prouesses aérodynamiques d’une voiture est requise. Les équipes et les pilotes doivent également être conscients de la pression exercée sur les pneus, la majorité des courbes à grande vitesse de Silverstone ayant également des rayons longs et torturants. Il faut toujours garder un œil sur le ciel en raison de la météo capricieuse – même en plein été – alors que la nature expansive de Silverstone signifie qu’il est susceptible d’avoir des conditions de rafales variables, ce qui peut avoir un impact sur le comportement de la voiture.

Les pilotes de MoneyGram Haas F1 Team Nico Hulkenberg et Kevin Magnussen ont une riche expérience à Silverstone, qui remonte à leurs débuts dans les catégories juniors. Hulkenberg a obtenu un meilleur résultat de sixième au Grand Prix de Grande-Bretagne, en 2017 et 2018, tandis que Magnussen a terminé à la septième place en 2014.

Le pilote de réserve de MoneyGram Haas F1 Team Oliver Bearman participera à la FP1 à domicile, sa troisième des six sorties prévues en 2024. Bearman, membre de la Ferrari Driver Academy, prendra la place de Magnussen pour la première séance de 60 minutes le vendredi après-midi, avant que le Danois ne revienne à partir de la FP2.

Oliver Bearman, #38 :

« Lorsque j’ai appris que je participerais à six séances de FP1 avec MoneyGram Haas F1 Team et que j’ai vu que l’une d’entre elles se déroulait à Silverstone, j’ai compté les jours qui me séparaient de cette séance ! C’est un circuit extraordinaire et ce sera un sentiment spécial de quitter la voie des stands devant tous les fans britanniques. »

Nico Hulkenberg, #27 :

« Le Grand Prix de Grande-Bretagne est l’un des événements du calendrier que tout le monde attend avec impatience. C’est un classique, qui comprend certains de mes virages préférés en F1, et c’est un circuit super rapide, beaucoup de pilotes adorent courir à Silverstone. Il faut aussi saluer les fans britanniques qui, qu’il pleuve ou qu’il vente, sont présents dans les tribunes pour encourager tout le monde.

Kevin Magnussen, #20 :

« Silverstone est une course géniale avec un circuit vraiment cool et les fans sont des fans classiques de Formule 1, de vrais fans de Formule 1. C’est toujours une course passionnante et, comme nous le savons tous, il pleut souvent, mais j’ai toujours hâte d’y être. Le circuit n’est pas très technique, mais avec des virages comme Maggotts et Becketts, il est très rapide. La piste est la partie la plus excitante de la semaine, mais la nourriture est également bonne. Je mange toujours du curry – c’est presque devenu le plat national du Royaume-Uni – alors je suis content. C’est une course à domicile pour de nombreux membres de l’équipe, ce qui rend la semaine différente.

Alpine

BWT Alpine F1 Team se rend à Silverstone pour le Grand Prix de Grande-Bretagne, douzième épreuve de la saison 2024 du Championnat du Monde FIA de Formule 1.

Esteban Ocon et Pierre Gasly présentent la manche à domicile de l’écurie et la dernière étape d’une série intense de trois courses consécutives en Europe ;

– Jack Doohan prendra le volant vendredi en Essais Libres 1

Esteban Ocon, #31 :

Chaque détail compte

Pour revenir sur l’Autriche, c’était dans l’ensemble un week-end positif et nous avons à nouveau affiché un bon rythme en amenant la voiture en Q3, tant pour le Sprint que pour le Grand Prix. Cette vitesse ne s’est toutefois pas reflétée en course et nous n’avons pas totalement optimisé la stratégie, d’où l’arrivée en dehors des points au final. La semaine passée a encore mis en évidence à quel point la grille est serrée, en particulier sur un tour aussi court que l’Autriche. Chaque détail compte et fait donc une différence. Voilà pourquoi nous devons tout étudier pour comprendre ce que nous aurions pu mieux faire afin d’être dans une meilleure position pour exploiter les opportunités qui se présentent, comme nous l’avons vu lors des dernières boucles à Spielberg. Nous devons analyser où nous pouvons progresser pour revenir plus forts à Silverstone.

À domicile

Le Grand Prix de Grande-Bretagne est l’un des meilleurs week-ends de l’année pour un pilote de Formule 1. L’ambiance est électrique, les fans sont de véritables connaisseurs et de vrais passionnés, sans oublier le circuit, où il est extrêmement agréable de piloter ! C’est un classique, avec des virages fluides et rapides mettant vraiment à l’épreuve les limites des machines et des organismes. C’est également une course à domicile pour l’équipe, donc un endroit où nous voulons toujours briller pour donner au personnel d’Enstone de quoi se réjouir. Les caractéristiques de la piste ressemblent davantage à l’Espagne qu’à l’Autriche. Enfin, la météo joue aussi un rôle à Silverstone, donc attendons de voir ce que l’été britannique nous réserve cette fois !

En chiffres : Esteban au Grand Prix de Grande-Bretagne

Départs en Grande-Bretagne : 6

Points en Grande-Bretagne : 20

Moyenne de points : 3,3

Meilleure position sur la grille : 7e (2017)

Meilleure arrivée : 6e (2020)

Meilleur tour en qualifications : 1’26’’209 (2020)

Meilleur tour en course : 1’29’’491 (2020)

Pierre Gasly, #10 :

400

Malgré notre quatrième entrée consécutive dans les points, nous avons connu un week-end mitigé en Autriche. Nous avons attaqué très fort et nous avons finalement dû nous contenter de la dixième place. Je pense que nous pouvions faire mieux et nous continuerons à viser l’excellence dans tous les domaines pour nous assurer que ce soit le cas les prochaines fois. La course était toutefois amusante, avec de jolies batailles et des duels roue contre roue. J’ai fait de bons dépassements, mais je n’ai pas réussi à passer Daniel [Ricciardo] et le résultat final était le point de la dixième position, mon 400e en Formule 1. C’est un beau jalon, mais j’espère qu’il y en aura beaucoup plus à venir et à inscrire dès cette semaine.

La vitesse de Silverstone

Du point de vue d’un pilote, Silverstone est l’un des meilleurs circuits du calendrier sur le plan des sensations pures. C’est extrêmement rapide, la voiture est repoussée dans ses limites dans certains virages et c’est tellement amusant au volant. Les courses y sont généralement passionnantes comme il y a plusieurs endroits où les dépassements sont possibles. Mon week-end commencera aux Essais Libres 2 comme nous confions la première séance à Jack Doohan. Nous changeons des éléments du groupe propulseur sur ma monoplace, ce qui entraînera une pénalité pour le Grand Prix. C’est donc une solution logique pour garantir à Jack l’une de ses apparitionsobligatoires en tant que jeune pilote. Malgré cela, j’ai hâte d’avoir ses retours après les Essais Libres 1 avant de me lancer dans le bain. J’espère que nous pourrons réaliser à nouveau une bonne performance en dépit de la pénalité.

En chiffres : Pierre au Grand Prix de Grande-Bretagne

Départs en Grande-Bretagne : 6

Points en Grande-Bretagne : 18

Moyenne de points : 3

Meilleure position sur la grille : 5e (2019)

Meilleure arrivée : 4e (2019)

Meilleur tour en qualifications : 1’25’’590 (2019)

Meilleur tour en course : 1’29’’544 (2019)

Williams

WILLIAMS RACING RENDRA HOMMAGE AU PERSONNEL DE LA VOITURE EN TANT QUE VEDETTE DES ÉVÉNEMENTS SPÉCIAUX DU GP BRITANNIQUE

  • La livrée unique de l’Union Jack représentant les 1 005 membres de l’équipe constitue la pièce maîtresse des célébrations de la course à domicile.
  • Le chef étoilé Tom Kerridge préparera le meilleur menu britannique pour les invités de l’équipe.
  • Jenson Button pilotera sa toute première voiture de course – la Williams FW22 – à Silverstone
  • La fan zone de Piccadilly Circus amènera la F1 au cœur du centre de Londres, et bien d’autres choses encore

Williams Racing affichera les noms des 1 005 membres de l’équipe dans une spectaculaire livrée Union Jack pour le Grand Prix de Grande-Bretagne ce week-end, dans le cadre d’une série d’événements de célébration de la course à domicile.

La FW46 pilotée par Alex Albon et Logan Sargeant à Silverstone sera transformée pour arborer le drapeau en guise de remerciement et de reconnaissance à tous ceux qui, au siège de l’équipe à Grove, dans les bases de New York et de Londres et lors des courses, travaillent sans relâche à notre mission de ramener l’équipe sur le devant de la grille. Leurs noms ont été minutieusement tissés dans le design du capot moteur rouge, blanc et bleu, qui couronne une semaine d’événements et d’activités spéciales pour la course à domicile de Williams. L’équipe a fait preuve à plusieurs reprises d’un travail d’équipe exceptionnel et d’une grande résistance à la pression cette saison, et la livrée rend hommage à l’énorme effort humain nécessaire pour courir en Formule 1. Par ailleurs, THG, partenaire de l’équipe basé à Manchester, verra sa marque Myprotein figurer sur l’aileron arrière dans le cadre d’une opération spéciale unique pour le GP de Grande-Bretagne.

Le chef étoilé Tom Kerridge se joindra à l’équipe pour préparer un festin pour les invités de Williams à Silverstone, et il préparera un menu dans le camping-car de l’équipe tout au long du week-end en mettant en valeur les meilleurs produits britanniques. Le célèbre cuisinier préparera un menu dans le camping-car de l’équipe tout au long du week-end, mettant en valeur les meilleurs produits britanniques. Sur la piste, les efforts de Williams en course à domicile seront menés par le Londonien Alex Albon en Formule 1 et par les Britanniques Zak O’Sullivan en Formule 2 et Luke Browning en Formule 3. Franco Colapinto, pilote de la Williams Racing Driver Academy en F2, pilotera la FW46 de Logan en FP1 après un excellent début de saison en F2. Les fans pourront également découvrir une star de la collection de Williams, puisque Jenson Button retrouvera sa toute première F1, la Williams FW22 de 2000, pour une série de démonstrations.

En dehors de la piste, l’engagement de Williams à fournir un accès inégalé et des expériences pour les fans battra son plein. Notre Fan Zone de Londres, présentée par Kraken, sera située sur l’emblématique Piccadilly Circus, en plein cœur de la capitale, et accueillera Alex Albon, Logan Sargeant, le directeur de l’équipe James Vowles, Jenson Button et le pilote de la Williams Academy F2, Zak O’Sullivan. Une expérience innovante de réalité augmentée, « Where is Williams », emmènera les fans dans une chasse au trésor virtuelle autour des monuments de Londres à la recherche de souvenirs de Williams, le grand gagnant remportant une expérience de course britannique pour deux personnes. Des casquettes et des t-shirts spéciaux de Silverstone célébrant l’héritage de Williams seront disponibles à la vente, et le vendredi verra la première sortie d’un whisky en édition limitée issu de notre partenariat de licence avec Coachbuilt Whisky – cofondé par Jenson Button – qui commémorera la FW18 victorieuse du championnat des constructeurs en 1996, qui a également permis à Damon Hill de remporter le titre des pilotes. Les fans qui assisteront à la course à Silverstone pourront tester leurs compétences de conduite dans nos simulateurs Williams Racing, situés à côté de l’UTC de Silverstone, à l’extérieur de la piste, en face des stands du circuit national.

Nous poursuivrons également notre engagement de longue date à ouvrir l’accès à la Formule 1 et à inspirer la prochaine génération à envisager une carrière dans le sport automobile en apportant une série d’expositions sur la F1 à une journée familiale de la F1 dans le village de Silverstone le jeudi. Les familles pourront s’approcher des combinaisons de course, des pneus, des casques et de la fibre de carbone, et poser pour des photos sur le podium des vainqueurs de Williams.Les célébrations se poursuivront une fois la course terminée, car Williams se rendra au prestigieux Festival de la vitesse de Goodwood, l’un des événements phares de la saison estivale britannique. Les pilotes de F1 Alex Albon et Logan Sargeant, le directeur de l’équipe James Vowles et la starlette de la F1 Academy Lia Block prendront tous le volant de la FW08, qui a remporté le championnat des pilotes en 1982, à l’occasion de la célébration annuelle du sport automobile.

James Vowles, directeur de l’équipe :

 « Silverstone est toujours l’un des moments forts de l’année et je suis ravi que nous remercions notre personnel comme pièce maîtresse des célébrations de notre course à domicile. Williams est en train de se transformer de fond en comble afin de pouvoir se battre pour revenir au premier plan, et notre personnel et notre culture seront la clé de ce succès. Il faut des efforts extraordinaires de la part de chaque personne à l’usine et sur le circuit pour courir en Formule 1, et je suis particulièrement fier de la résilience sous pression dont nous avons fait preuve depuis le début de l’année »,

 Alex Albon, #23 :

« Je suis impatient d’être de retour au Royaume-Uni pour la course locale de l’équipe, non seulement à cause des fans, mais aussi parce que Silverstone représente pour moi la véritable signification de la course et l’endroit où je suis tombé amoureux de ce sport pour la première fois. C’est l’une des meilleures courses du calendrier, qui attire des fans passionnés venus de partout pour assister à un Grand Prix si particulier, et c’est l’endroit idéal pour célébrer l’énorme effort d’équipe qui est déployé dans les courses à travers le monde. La Fan Zone se trouve cette année dans un lieu emblématique, pour partager ce qui rend Williams si spécial avec ceux qui ne peuvent pas se rendre à Silverstone.

Logan Sargeant, #2 :

« J’ai toujours aimé courir à Silverstone. Le circuit a tout pour plaire à un pilote, avec sa rapidité et sa fluidité. J’ai de bons souvenirs de cet endroit tout au long de ma carrière, et j’y ai toujours réalisé de bonnes performances. Courir avec les noms de tous les membres de l’équipe sur la voiture est le moyen parfait de souligner le travail acharné de chacun et une course à domicile pour Williams. Les fans sont ce qui rend Silverstone si spécial car ils sont parmi les plus passionnés au monde et vous pouvez vraiment sentir qu’ils soutiennent l’équipe. Pouvoir amener Williams au cœur de Londres grâce à notre Fan Zone est un moyen formidable de nouer des liens avec les anciens et les nouveaux fans.

Kick Sauber

Stake F1 Team KICK Sauber se rend au berceau de la Formule 1, Silverstone, pour la dernière étape du triple programme européen.

L’équipe de F1 KICK Sauber va entrer dans l’histoire du sport automobile en se rendant à l’une des courses les plus légendaires du calendrier : le Grand Prix de Grande-Bretagne à Silverstone. Lieu de la première course du championnat du monde de Formule 1 en 1950, Silverstone est l’endroit idéal pour terminer un triple programme européen chargé. L’équipe, cependant, ne se concentrera pas sur l’histoire, mais sur le présent, alors que Valtteri Bottas et Zhou Guanyu visent un bon résultat pour nous faire entrer dans la dernière ligne droite de la première moitié de la saison.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« La dernière course du triptyque européen est l’occasion de rebondir et d’essayer de faire un pas en avant à un moment crucial de la saison. Une telle succession de courses a des avantages : courir chaque semaine permet de rester dans la zone et de reporter les enseignements d’un événement à l’autre. Nous avons recueilli beaucoup de données entre Barcelone et Spielberg : Silverstone offrira un tracé complètement différent, mais il y aura des éléments pour lesquels l’expérience des deux dernières courses s’avérera utile. Nous devrons maximiser notre temps sur la piste, en tirant le maximum de chaque séance, puis tout exécuter parfaitement lors des qualifications et de la course. Nous sommes plus que jamais déterminés à faire un pas en avant ce week-end et à revenir dans la lutte que nous avons menée plus tôt cette saison.

Valtteri Bottas, #77 :

« Silverstone est toujours une occasion spéciale : c’est un circuit classique et, même dans son tracé actuel, il conserve tous les éléments qui l’ont rendu spécial au fil des ans. Il est rapide, technique et c’est toujours un circuit où le pilote peut faire la différence ; il offre également des opportunités de dépassement, donc il y a beaucoup de plaisir à prendre. Bien sûr, nous voulons faire un pas en avant et réduire l’écart avec ceux qui nous précèdent : si nous tirons le meilleur parti des séances d’essais et que nous plaçons la voiture dans la bonne fenêtre de réglages, nous pouvons être dans le coup et avoir des batailles significatives avec les voitures qui nous précèdent ».

Zhou Guanyu, #24 :

« C’est l’un de ces circuits, comme Spa ou Suzuka, qui semble conçu pour repousser les limites de ce que nos voitures peuvent réaliser. Certains virages, comme Copse ou la combinaison Maggotts-Becketts, sont tout simplement irréels du point de vue du cockpit, en particulier lors des qualifications ; c’est également un bon endroit pour la course en général, avec de nombreux virages qui peuvent offrir des opportunités de batailles serrées. À l’approche de ce week-end, nous savons sur quoi nous devons travailler pour gagner en performance : il sera crucial de placer la voiture dans des conditions parfaites dès le début, afin de pouvoir affiner les réglages lors des séances suivantes et d’en extraire la moindre parcelle de performance. Les marges sont encore très faibles et, si nous atteignons 100 % de notre potentiel, nous pouvons être dans le coup.