NTT IndyCar, Victoire improbable d’Ericsson et doublé Ganassi à Wild Nashville (video)

Posted by

Cinq tours après le début du Grand Prix Big Machine Music City, la voiture de Marcus Ericsson s’est envolée sur la voiture de Sébastien Bourdais et a rejoint les stands avec un aileron avant cassé.

Marcus Ericsson remporte une victoire inespérée

Soixante-quinze tours plus tard, il a conduit la Honda Bryant #8 à la victoire en tant que vainqueur de la course inaugurale de la NTT INDYCAR SERIES dans les rues de Nashville, Tennessee, dans l’un des résultats les plus improbables de la mémoire récente.

#8, Marcus Ericsson a détruit son aileron av. sur la voiture de Sébastien Bourdais, P1.

Ericsson a battu Scott Dixon, son coéquipier de l’écurie Chip Ganassi Racing, de 1’’5596 seconde à l’arrivée dans une confrontation de deux tours après un drapeau rouge, pour remporter sa deuxième victoire de la saison. Ericsson a réussi à prendre la tête de la course après avoir percuté l’arrière de la Chevrolet ROKiT/AJ Foyt Racing n°14 de Sébastien Bourdais lors d’une reprise au cinquième tour, délogeant l’aile avant de sa voiture et écopant d’une pénalité pour contact évitable.

Le drapeau rouge est apparu lorsque Colton Herta, lauréat du prix NTT P1, a lourdement chuté dans le virage 9 à cinq tours de l’arrivée, alors qu’il était deuxième et qu’il poursuivait Ericsson pour la tête.

« C’est incroyable », a déclaré Ericsson. « Cela montre simplement qu’en INDYCAR, tout peut arriver. Vous ne pouvez jamais abandonner. Et si vous avez une bonne équipe et une bonne voiture, vous pouvez toujours atteindre la voie de la victoire.

« Je n’arrive pas à y croire ; je n’arrive pas à y croire. »

#9, Scott Dixon, P2.

James Hinchcliffe a terminé troisième sur la Honda #ShiftToGreen #29 pour son meilleur résultat de la saison pour Andretti Steinbrenner Autosport. Son précédent meilleur résultat en 2021 était la 14e place en juin à Belle Isle-2. Ryan Hunter-Reay a terminé quatrième sur la Honda DHL n°28 et Andretti Autosport a placé deux voitures dans le top 5 pour la première fois de la saison.

#29, James Hinchcliffe, P3.

Si Hinchcliffe et Hunter-Reay n’ont pas connu un début de course aussi dramatique qu’Ericsson, ils ont tous deux été contraints de s’arrêter sur la piste lorsque celle-ci a été bloquée par un incident entre plusieurs voitures au 20e tour, ce qui a entraîné le premier des deux drapeaux rouges de la course de 80 tours. Pourtant, ils se sont également repris pour entrer dans le top 4.

#28, Ryan Hunter-Reay, P4.

Graham Rahal, qui a été le plus rapide lors du warm-up de la course aujourd’hui, complète le top cinq sur la Honda United Rentals #15. Comme Hinchcliffe, Ed Jones a réalisé sa meilleure course de la saison, terminant sixième après être parti 26e des 27 voitures au volant de la Honda SealMaster #18. Le meilleur résultat de Jones en 2021 était une neuvième place en juin à Belle Isle-1.

#15, Graham Rahal, P5.

Alex Palou a augmenté son avance au championnat en terminant septième sur la Honda NTT DATA #10. Il compte 42 points d’avance sur Dixon, son coéquipier de Chip Ganassi Racing et sextuple champion du championnat. Dixon a devancé Pato O’Ward, qui a obtenu son meilleur résultat sur la Honda n°9 de PNC Bank Grow Up Great depuis sa victoire au Texas-1 début mai.

#18, Ed Jones, P6.

O’Ward a terminé 13e sur la Chevrolet Arrow McLaren SP #5 – son plus mauvais résultat depuis la course sur circuit routier d’Indianapolis début mai – et est retombé à la troisième place au classement général, 48 points derrière Palou.

Ericsson, dont la dernière victoire remonte à juin à Belle Isle-1, est cinquième dans les points, 79 derrière Palou. Il n’est qu’à quatre points de Josef Newgarden, quatrième, qui a terminé 10e aujourd’hui dans sa ville natale au volant de la Chevrolet #2 du Hitachi Team Penske.

#10, Alex Palou, P7.

La course s’est transformée en un duel entre Ericsson et Herta au cours des 20 derniers tours, après un début de course chaotique qui a comporté sept avertissements.

La course de Sébastien Bourdais a été ruinée au 5è tour par Marcus Ericsson, abandon pour le français

Ericsson a effectué son dernier arrêt au stand au 46e tour et a été contraint d’économiser du carburant et d’utiliser les pneus Firestone alternatifs « rouges », initialement plus adhérants mais moins durables, dans les derniers tours. Herta a effectué son dernier arrêt au 53e tour pour utiliser les pneus Firestone primaires « noirs », plus durables, et n’a donc pas eu à se soucier du carburant jusqu’à l’arrivée.

#51, Romain Grosjean, P16.

Mais Herta n’a jamais eu l’occasion de défier le vétéran de la Formule 1 Ericsson pour la tête après avoir bloqué ses pneus en ralentissant pour le virage 9 à la sortie du Korean War Veterans Memorial Bridge au 75e tour, heurtant durement la barrière de pneus. Herta a été le plus rapide dans toutes les séances d’avant course du week-end sur le circuit de 11 tours et de 2,17 miles, à l’exception du warm-up du matin.

« Colton était très rapide, comme nous l’avons vu tout le week-end, alors le garder derrière moi avec beaucoup d’économie de carburant a été l’une des meilleures performances de ma carrière », a déclaré Ericsson. « Je suis désolé qu’il ait fini dans la clôture là-bas. Il devrait être sur ce podium avec nous ».

Start of Race

Huit périodes d’avertissement au cours des 60 premiers tours ont brouillé les stratégies et gardé les ingénieurs et les stratèges sur le mur des stands presque aussi occupés que les pilotes sur le circuit bosselé qui comprend deux traversées de la rivière Cumberland à chaque tour.

Simon Pagenaud a aussi eu sa course ruinée

Ericsson est entré dans les stands sept fois pendant la course, soit trois fois de plus que ses collègues Dixon et Hinchcliffe, en raison des dommages causés par son incident avec Bourdais et pour purger la pénalité qu’il a reçue pour contact évitable lors de cette collision. Ericsson a percuté l’arrière de la voiture de Bourdais, lançant son avant dans les airs, lors d’un redémarrage au cinquième tour.

« Je veux m’excuser auprès de Seb au départ », a déclaré Ericsson. « C’était un accident. Je pensais que c’était vert, et j’y suis allé, et je ne pouvais pas voir qu’il s’était arrêté, donc je suis vraiment désolé pour ça. »

Mais l’équipe Chip Ganassi Racing d’Ericsson – dirigée par le stratège Mike O’Gara – a fait tous les bons choix lors des arrêts aux stands, et il a d’abord pris la tête au 33e tour, puis de nouveau pour de bon au 56e tour lorsque Romain Grosjean s’est arrêté dans la Honda Nurtec ODT n°51. Ericsson a mené 37 tours pour la journée, deux de moins que Herta.

Course folle au GP Big Machine Music City à Nashville

Herta a également profité de son premier arrêt aux stands au 33e tour, pendant une période d’avertissement déclenchée par un contact avec une barrière de pneus dans le virage 1 par la Chevrolet Sonax/Autogeek #21 de Rinus VeeKay. Il semblait que Herta allait revenir au milieu du peloton pour le redémarrage suivant, car une poignée de voitures avaient fait des arrêts aux stands pendant les nombreux avertissements plus tôt dans la course.

Mais la Chevrolet Corvette Pace Car a dû ralentir à l’approche de la zone de l’accident de VeeKay, car il n’y avait qu’une seule voie ouverte sur la piste puisque l’équipe de sécurité AMR INDYCAR était toujours en train de dégager la voiture de VeeKay de la piste. Cela a permis à Herta de reprendre la piste en quatrième position derrière le leader Ericsson, Hunter-Reay et Hinchcliffe.

 

#29, James Hinchcliffe, P3, #8, Marcus Ericsson P1, #9, Scott Dixon P2

Classement course ici

Championnat ici

 

La prochaine course du NTT INDYCAR SERIES sera le Grand Prix Big Machine Spiked Coolers le samedi 14 août sur le circuit routier de l’Indianapolis Motor Speedway. Les essais et les qualifications sont prévus le vendredi 13 août sur le circuit à 14 virages et 2,439 miles.

Communiqué NTT IndyCar

Pht. video : NTT IndyCar

English Information

Ericsson Drives to Improbable Win in Ganassi 1-2 at Wild Nashville

Five laps into the Big Machine Music City Grand Prix, Marcus Ericsson’s car launched airborne and limped to the pits with a broken front wing.

Seventy-five laps later, he drove the No. 8 Bryant Honda into victory lane Sunday as the winner of the inaugural NTT INDYCAR SERIES race on the streets of Nashville, Tennessee, in one of the most improbable results in recent memory.

Ericsson beat Chip Ganassi Racing teammate Scott Dixon to the finish by 1.5596 seconds in a two-lap showdown after a red flag to earn his second victory this season. Ericsson’s amazing drive to the front came after he hit the rear of Sebastien Bourdais’ No. 14 ROKiT/AJ Foyt Racing Chevrolet on a restart on Lap 5, dislodging the front wing of his car and incurring a stop-and-go penalty for avoidable contact.

The late red flag came when NTT P1 Award winner Colton Herta crashed heavily in Turn 9 with five laps to go while running second and chasing Ericsson for the lead.

“It’s unbelievable,” Ericsson said. “It just shows in INDYCAR anything can happen. You can never give up. And if you have a good team and a good car, you can still get to victory lane.

“I can’t believe it; I just can’t believe it.”

James Hinchcliffe finished third in the No. 29 #ShiftToGreen Honda for his best result of the season for Andretti Steinbrenner Autosport. His previous best in 2021 was 14th in June at Belle Isle-2. Ryan Hunter-Reay finished fourth in the No. 28 DHL Honda as Andretti Autosport put two cars in the top five for the first time this season.

While Hinchcliffe and Hunter-Reay didn’t have quite the dramatic early laps of the race as Ericsson, both were forced to stop on track when the track was blocked by a multicar incident on Lap 20 that forced the first of two red flags in the 80-lap race. Yet they also rallied to drive into the top four.

Graham Rahal, who was quickest in the race warmup today, rounded out the top five in the No. 15 United Rentals Honda. Like Hinchcliffe, Ed Jones produced his best drive of the season, finishing sixth after starting 26th in the 27-car field in the No. 18 SealMaster Honda. Jones’ previous best result in 2021 was ninth in June at Belle Isle-1.

Alex Palou expanded his championship lead by finishing seventh in the No. 10 NTT DATA Honda. He leads Chip Ganassi Racing teammate and six-time and reigning series champion Dixon by 42 points, as Dixon leap-frogged Pato O’Ward into second with his best result in the No. 9 PNC Bank Grow Up Great Honda since winning Texas-1 in early May.

O’Ward finished 13th in the No. 5 Arrow McLaren SP Chevrolet – his worst result since the Indianapolis road course race in early May – and fell to third in points, 48 behind Palou.

Ericsson, whose previous win came in June at Belle Isle-1, is fifth in the points, 79 behind Palou. He is just four points behind fourth-place Josef Newgarden, who finished 10th today at his hometown race in the No. 2 Hitachi Team Penske Chevrolet.

The race unfolded into a head-to-head duel between Ericsson and Herta over the closing 20 laps after a chaotic opening 60 laps that included seven caution periods.

Ericsson made his final pit stop on Lap 46 and was forced to save fuel and nurse the initially grippier but less durable Firestone alternate “red” tires over the closing laps. Herta made his final stop on Lap 53 for the more durable Firestone primary “black” tires, so he had no fuel concerns to the finish.

But Herta never got a chance to challenge Formula One veteran Ericsson for the lead after he locked up his tires while slowing for Turn 9 after exiting the Korean War Veterans Memorial Bridge on Lap 75, hitting the tire barrier hard. Herta was quickest in every pre-race session this weekend on the 11-turn, 2.17-mile street course except for the morning warmup.

“Colton was so fast, as we saw all weekend, so to keep him behind with a lot of fuel save was one of the best performances of my career,” Ericsson said. “I’m sorry he ended up in the fence there. He should be on this podium with us.”

Eight caution periods in the first 60 laps jumbled strategies and kept engineers and strategists on the pit wall almost as busy as drivers on the bumpy circuit that includes two trips across the Cumberland River each lap.

Ericsson was in the pits seven times during the race, three more than fellow podium finishers Dixon and Hinchcliffe, due to damage from his early incident with Bourdais and to serve the stop-and-go penalty he was assessed for avoidable contact in that collision. Ericsson drove up the back of Bourdais’ car, launching his front end into the air, on a restart on Lap 5.

“I want to apologize to Seb there at the start,” Ericsson said. “It was an accident. I thought it was green, and I went, and I couldn’t see that he stopped, so I’m really sorry for that.”

But Ericsson’s Chip Ganassi Racing team – led by strategist Mike O’Gara – made all the right calls on pit stops, and he first took the lead on Lap 33 and then again for good on Lap 56 when Romain Grosjean pitted in the No. 51 Nurtec ODT Honda. Ericsson led 37 laps for the day, two fewer than Herta.

Herta also caught a timely break during his first pit stop on Lap 33, during a caution period triggered by tire barrier contact in Turn 1 by the No. 21 Sonax/Autogeek Chevrolet of Rinus VeeKay. It appeared Herta would return to about the middle of the field for the ensuing restart, as a handful of cars had made pit stops during the numerous cautions earlier in the race.

But the Chevrolet Corvette Pace Car had to slow approaching the VeeKay accident area, as there was only one lane open on track since the AMR INDYCAR Safety Team was still clearing VeeKay’s car from the track. That allowed Herta to re-enter the track in fourth place behind leader Ericsson, Hunter-Reay and Hinchcliffe.

The next NTT INDYCAR SERIES race is the Big Machine Spiked Coolers Grand Prix on Saturday, Aug. 14 on the Indianapolis Motor Speedway road course. Practice and qualifying are scheduled for Friday, Aug. 13 on the 14-turn, 2.439-mile road course.