3 décembre 2022

NTT IndyCar : Alex Palou s’impose à Laguna Seca, Will Power remporte le titre du NTT INDYCAR SERIES 2022 (video)

Ce ne fut pas facile, pour des raisons différentes, mais Will Power et Alex Palou ont tous deux remporté le Grand Prix Firestone de Monterey, qui clôturait la saison, sur le WeatherTech Raceway Laguna Seca.

#10, Alex Palou, P1

Power a survécu aux différentes stratégies de pneus et aux défis de ses rivaux pour terminer troisième dans la Chevrolet n°12 de l’équipe Verizon Penske et remporter son deuxième championnat NTT INDYCAR SERIES, en plus de son titre de 2014. Le championnat est arrivé juste un jour après que Power ait établi le record de la carrière INDYCAR SERIES avec sa 68e pole, brisant l’égalité avec la légende Mario Andretti.

« Mec, j’ai dû conduire la chose aujourd’hui », a déclaré Power. « C’était sur le bord, très lâche. Mec, quel soulagement. Quel soulagement de l’avoir fait. »

Start Race

Power, 41 ans, originaire d’Australie, n’a remporté qu’une seule course cette saison, mais il s’agissait de son 12e top 5 en 17 courses, soit trois de plus que tout autre pilote. Power et Scott Dixon sont également les seuls pilotes à avoir terminé tous les tours cette saison.

Cette constance s’inscrit dans le cadre d’un changement mental opéré cette saison par Power, qui a décidé de profiter de ce que la voiture lui offrait à chaque course sans commettre d’erreurs. Cette nouvelle concentration zen s’est avérée cruciale.

« Depuis le début (de la saison), il s’agissait de jouer le jeu à long terme, sans nécessairement rechercher les grandes victoires et tout le reste », a déclaré Power.

#2, Josef Newgarden, P2

Il s’agit du 17e championnat INDYCAR SERIES par un pilote de l’équipe Penske, ce qui étend le record de l’équipe. Power a devancé son coéquipier Josef Newgarden de seulement 16 points.

#12, Will Power, P3 et Champion 2022

Palou a mis fin à son règne de champion de la série en remportant sa première victoire de la saison au volant de la Honda NTT DATA Chip Ganassi Racing n°10, en dominant la course et en battant Newgarden jusqu’au drapeau à damier par 30’’3812, la plus grande marge de victoire de la saison par plus de 24 secondes. Palou a remporté une victoire après un été difficile marqué par un conflit contractuel toujours non résolu entre Chip Ganassi Racing et McLaren Racing pour ses services de pilote la saison prochaine.

#7, Felix Rosenqvist, P4

La victoire est intervenue malgré une pénalité de six places sur la grille de départ pour un changement de moteur non approuvé après les qualifications samedi, faisant passer Palou de la cinquième à la onzième place sur la grille de départ.

« Nous avons eu un peu de mal (à) certaines courses, surtout les deux dernières courses », a déclaré Palou. « Mais aujourd’hui, c’était génial. La stratégie était au point. C’est bon de terminer une saison avec une victoire. Nous avions de la puissance là-bas et un bon kilométrage de carburant. »

Palou a pris la tête au 16e tour et a prouvé qu’il était le pilote dominant presque immédiatement. Il a mené 67 des 95 tours d’une course ralentie par seulement trois neutralisations.

#30, Christian Lundgaard, P5

L’écart de l’Espagnol Palou sur Power, deuxième, était de 8’’6287 au 50e tour, mais Palou s’est envolé pendant la deuxième moitié de la course, alors que ses rivaux géraient différentes stratégies de pneus et de ravitaillement. Palou n’a utilisé les pneus Firestone alternatifs que du 20e au 38e tour, puis a fait exploser le reste de la course avec les pneus Firestone primaires sur la surface lisse et très abrasive du circuit de 2,238 milles (3,601 km) à 11 virages.

#3, Scott McLaughlin, P6

Au 62e tour, l’écart entre Palou et Power était de 20 secondes. C’était le moment de passer à la caisse.

« Nous avons eu un peu de mal pendant tout le week-end, et je ne sais pas ce qui s’est passé aujourd’hui », a déclaré Palou, qui a remporté trois courses l’année dernière en route vers le titre. « Mais tout a fonctionné. Je suis super content de gagner une course cette année. »

#28, Romain Grosjean, P7

Newgarden a commencé la journée en deuxième position au classement, 21 points derrière Power, qui a gagné un point de bonus pour le prix NTT P1 samedi. Il avait peu de chances de remporter son troisième championnat car il était parti 25e sur 26 voitures après avoir fait un tête-à-queue au volant de la Chevrolet n°2 du Hitachi Team Penske lors de la première manche de qualification.

#5, Pato O’Ward, P8

Mais Newgarden ne s’est jamais découragé dans sa tentative tenace de dépasser son coéquipier Power. Il a pris le départ de la course avec des pneus primaires Firestone – l’approche opposée à celle de ses rivaux Power, Dixon et Marcus Ericsson – et a également fait un arrêt au stand de plus que Power pour tenter d’utiliser des pneus plus frais et un mélange de carburant complet pour gagner de la place.

#8, Marcus Ericsson, P9

Le stratagème a failli fonctionner. Newgarden est sorti des stands au 36e tour avec des pneus primaires Firestone neufs et a commencé à inhaler ses rivaux, surtout avec une vitesse de rapprochement effrayante à l’entrée du redoutable complexe de virages « Corkscrew ».

Newgarden a dépassé la Chevrolet Arrow McLaren SP n°5 de Pato O’Ward pour la quatrième place au 43e tour dans le Corkscrew, puis a répété cette manœuvre un tour plus tard pour la troisième place, en dépassant la Chevrolet Arrow McLaren SP n°7 de Felix Rosenqvist.

La puissance était la prochaine sur la liste des cibles. Newgarden a dépassé son coéquipier au 46e tour en haut du Corkscrew pour la deuxième place. Mais Power n’a pas paniqué, se concentrant à nouveau sur la vue à long terme tout en faisant de l’arithmétique de titre dans son cerveau à 175 mph (282 km/h)..

« Je savais juste que je devais absolument tirer le maximum de ces relais et ne pas perdre d’autres positions », a déclaré Power.

#27, Alexander Rossi, P10

Newgarden n’avait aucune chance de rattraper Palou, qui était déjà dans une autre stratosphère, avec sept secondes d’avance, quatre tours seulement après un nouveau départ au 41e tour. Les trois premières voitures sont restées en place pour le reste de la course, scellant le titre pour Power.

« Même hier, avec le chagrin d’amour, nous sommes revenus, nous nous sommes battus, et nous avons presque réussi », a déclaré Newgarden. « Je suis fier de cet effort. Nous allons revenir plus forts l’année prochaine.

« Mais je suis fier de cette équipe. Un grand bravo à Will et à toute l’équipe. »

Dixon, le sextuple champion de la série, a pris la troisième place du classement, 39 points derrière Power, après sa 12e place sur la Honda PNC Bank Chip Ganassi Racing n°9. Scott McLaughlin a terminé quatrième dans les points pour sa deuxième saison de course sur roues ouvertes après sa sixième place sur la Chevrolet XPEL Team Penske n°3.

Ericsson, vainqueur de l’Indianapolis 500 présenté par Gainbridge en 2021, a terminé sa meilleure saison de la NTT INDYCAR SERIES en cinquième position après avoir terminé neuvième sur la Honda n°8 de Huski Chocolate Chip Ganassi Racing.

Romain Grosjean (Andretti) a visé le podium mais son ultime relais en pneus tendres fut trop long pour garder un rythme adéquat, il termine 7e.

GP de Monterey ici

Podium, #12, Will Power, P3 – #2, Josef Newgarde, P2 – #10, Alex Palou, P1

Championnat ici

Christian Lundgaard a remporté le titre de Rookie of the Year grâce à sa cinquième place sur la Honda PeopleReady n°30. Lundgaard a terminé avec un écart de 18 points sur David Malukas, qui a terminé 13e aujourd’hui sur la Honda HMD no 18.

Will Power, Champion NTT IndyCar 2022

Palou partagera 10 000 $ avec son équipe Chip Ganassi Racing et l’organisme de bienfaisance de son choix pour sa victoire dans le cadre du défi Force For Good de PeopleReady.

Communiqué NTT IndyCar

Crédits photos NTT IndyCar

 

Haut du site