3 décembre 2022

MotoGP : Bastianini bat Bagnaia dans le dernier tour, Quartararo éliminé en Aragon

Les Ducati se sont bien entendues lors d’un GP d’Aragon qui a commencé par un chaos et s’est transformé en classique.

Enea Bastianini (Gresini Racing MotoGP) a battu Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team) pour une victoire de seulement 0’’042 secondes au Gran Premio Animoca Brands de Aragon.

#23, Enea Bastianini, Ducati, P1. pht. Michelin

Marc Marquez (Repsol Honda Team) faisait son retour en compétition au MotorLand d’Aragon et l’octuple Champion du Monde a involontairement déclenché ce qui pourrait s’avérer être un moment décisif de la saison lorsque Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha MotoGP) a lourdement chuté au premier tour.

Seulement 0 »042 séparent Bastianini de Bagnaia. pht. Michelin

L’actuel leader du Championnat du Monde a échappé à toute blessure grave mais repart d’Aragon avec un zéro. Petite consolation pour lui, Bagnaia n’a pas pu pleinement capitaliser à cause des exploits de son futur coéquipier. Les deux Italiens se sont échangés les tours chauds avant que Bastianini ne passe à l’action dans le 23e et dernier tour et remporte sa quatrième victoire de 2022. Bagnaia se rapproche à 10 points de Quartararo en tête du classement – mais cela aurait pu être seulement cinq à cinq courses de la fin. Malgré tout, Ducati a marqué 25 points supplémentaires pour le championnat des constructeurs – et a maintenant déjà remporté le titre pour cette année.

Start Race. pht. Michelin

Le chaos au MotorLand

Bagnaia a pris la tête du peloton au virage 1 après un départ de rêve depuis la pole position, mais ce fut un cauchemar pour plusieurs pilotes derrière lui. De la 13e place sur la grille, Marquez était déjà en sixième position quand il a eu un moment à la sortie du virage 3 et a fermé l’accélérateur, laissant Quartararo avec nulle part où aller. Le Français a percuté l’arrière de la RC213V et a été éjecté de sa propre YZR-M1 de manière déplaisante.

#63, Francesco Bagnaia, Ducati, P2. pht. Michelin

Le contact a laissé la Honda de Marquez blessée et l’incident s’est répété quelques virages plus tard lorsqu’il a été percuté par Takaaki Nakagami (LCR Honda Idemitsu). La chute du pilote japonais a envoyé les pilotes suivants se disperser dans tous les sens, mais heureusement, une fois de plus, tout le monde a manqué l’homme qui était bloqué sur la piste de course. Alors que Quartararo et Nakagami sont sortis sur le champ, Marquez n’est pas allé beaucoup plus loin, se rangeant à la fin du tour pour conclure prématurément sa remontée.

#41, Aleix Espargaro, Aprilia, P3. pht. Michelin

D’où vient Brad Binder ?

Au milieu de tout cela, Brad Binder (Red Bull KTM Factory Racing) est passé de la 10e à la 5e place dès le départ, puis s’est frayé un chemin pour dépasser trois autres motos et prendre une incroyable deuxième place au milieu du premier tour, devant Jack Miller (Ducati Lenovo Team), Bastianini et Aleix Espargaro (Aprilia Racing). Miller a ensuite dépassé le Sud-Africain au troisième tour dans le premier virage et Bastianini a fait de même exactement un tour plus tard, ramenant la KTM à la quatrième place.

#33, Brad Binder, KTM, P4. pht. Michelin

« La Bestia » a poursuivi sa progression en doublant Miller pour la seconde place au 6e tour dans le virage 15, avant que Binder n’effectue un dépassement impressionnant sur l’Australien dans le virage 4 au 7e tour. En un clin d’œil, Miller était de retour à la cinquième place quand Espargaro est également passé, au virage 7.

#43, Jack Miller, Ducati, P5

Une autre bataille de classe Bagnaia contre Bastianini

Mauvaise nouvelle pour un pilote Ducati, mais le futur duo d’usine de la marque de Bologne est sur le point de se battre pour la première position, comme ils l’avaient fait deux semaines plus tôt à Misano. Bastianini a réussi à prendre l’avantage dans le virage 1 au neuvième tour et le pilote Gresini semblait pouvoir s’échapper, étant donné l’avantage de vitesse qu’il semblait avoir sur Pecco. Au lieu de cela, il a fait un excès de vitesse un demi-tour plus tard dans le virage 12 et est allé très loin, remettant la tête à Bagnaia et tenant à peine Binder dans le complexe de l’arrêt de bus.

#89, Jorge Martin, Ducati, P6. pht. Michelin

A partir de là, cependant, Bagnaia et Bastianini se sont détachés, leur marge sur Binder est passée à une seconde au 12e tour, deux secondes au 18e tour, et trois secondes après seulement un tour de plus. Les deux pilotes de Bologne s’échangent des tours rapides autour de l’Aragon, et il n’y a toujours pas de certitude sur qui va l’emporter. Bastianini jette deux fois un coup d’œil au virage 16, mais se ravise – y aura-t-il une dernière attaque ?

#10, Luca Marini, Ducati, P7. pht. Michelin

La Bestia retourne la situation

Il y en aura une ! Dans le dernier tour, Bastianini surprend son homologue de l’usine dans le virage serré à droite du virage 7 et il est passé. Bagnaia s’est lancé à sa poursuite et lorsqu’il a obtenu une meilleure trajectoire dans le dernier virage, la victoire était toujours en jeu. Heureusement pour le pilote Gresini, la ligne d’arrivée était suffisamment proche de la sortie du virage 17 pour qu’il puisse s’accrocher avec une marge de seulement 0’’042 et renverser la situation par rapport à ce qui s’était passé 14 jours plus tôt au GP de Saint-Marin. Sur les deux dernières courses, le total des écarts entre ces deux-là au drapeau à damier n’est que de 0’’076 seconde.

#5, Johann Zarco, Ducati, P8. pht. Michelin

Quant à l’autre place sur le podium, elle revient à Espargaro. Miller et lui ont suivi Binder pendant une grande partie de la course, avant que le « Capitaine » d’Aprilia ne réussisse le passage en bloc au début de l’avant-dernier tour, ce qui a été décisif. Espargaro a terminé à six secondes des deux premiers, mais Binder n’était qu’à 0’’240 de lui au drapeau à damier, et Miller à seulement 0’’585 de retard en cinquième position.

#42, Alex Rins, Suzuki, P9. pht. Michelin

Comment les autres ont fini

Jorge Martin (Prima Pramac Racing) a pris la sixième place après une bataille tardive avec son compatriote Luca Marini (Mooney VR46 Racing Team), qui est arrivé en septième position devant Johann Zarco (Prima Pramac Racing), Alex Rins (Team Suzuki Ecstar) et Marco Bezzecchi (Mooney VR46 Racing Team).

#93, Marc Marquez, Honda, aura fait un retour remarqué…

Miguel Oliveira (Red Bull KTM Factory Racing) s’est classé 11e, le reste du classement étant constitué d’Alex Marquez (LCR Honda Castrol) – qui s’est dépoussiéré après une chute au Warm Up – Maverick Viñales (Aprilia Racing), Cal Crutchlow (WithU Yamaha RNF MotoGP team), et Pol Espargaro (Repsol Honda Team). Au total, 20 pilotes ont franchi le drapeau à damier, Marc Marquez, Quartararo et Nakagami étant les seuls abandons.

#72, Marco Bezzecchi, Ducati, P10

Le tableau du championnat est à nouveau bouleversé ! Bagnaia est en marche, mais un autre pilote du camp Ducati sera-t-il une nouvelle fois une épine dans son pied ? Le Français Quartararo ne mène plus Bagnaia que de 10 points avec cinq courses à disputer cette saison, laissant Espargaro 17 devant le leader, Bastianini 48, Miller 77, Zarco 78 et Binder 83 alors qu’ils se dirigent ensuite vers le Japon. Dans le clan de Bagnaia, on espère qu’il ne manquera pas 5 points pour le titre en fin d’année…

#63, Francesco Bagnaia, Ducati, P2 – #23, Enea Bastianini, Ducati, P1 – #41, Aleix Espargaro, Aprilia, P3. pht. Red Bull

GP d’Aragon ici

Les meilleurs tours ici

Vitesse max ici

Championnat ici

Communiqué MotoGP

Crédits photos, Michelin Motorsport, MotoGP, Red Bull

Ne manquez pas la 16e manche, le Grand Prix Motul du Japon, au Mobility Resort Motegi du 23 au 25 septembre.

 

Haut du site