26 mai 2022

Moto GP, Qatar, l’Italien Enea Bastianini vainqueur surprise pour la 1ère course de la saison

Journée magique pour l’Italie au Qatar pour l’ouverture de la saison de MotoGP. Enea Bastianini s’est offert un premier succès en catégorie reine ce dimanche sur le circuit de Losail, à Doha. Une surprise pour le pilote de l’écurie Gresini (Ducati) qui rend ainsi hommage à son patron Fausto Gresini, décédé l’an dernier.

#23, Enea Bastianini, MotoGP, P1. pht.  Gold & Goose / Red Bull Content Pool

L’Italien aura ouvert son compteur à victoire ce dimanche, au terme d’une course parfaitement gérée.

 

Un nouveau vainqueur en MotoGP

« Si c’est possible de gagner ce dimanche ? Le pense, en tout cas je vais tout faire pour ! » Enea Bastianini (Gresini Racing MotoGP™), qui s’était invité en première ligne, ne croyait pas si bien dire, car l’Italien aura bel et bien remporté ce GP du Qatar ! Jamais le transalpin n’avait connu un tel privilège en catégorie reine : un succès d’autant plus important pour Gresini Racing, qui possède désormais sa propre structure en MotoGP.

#33, Brad Binder, P2. pht. Gold & Goose / Red Bull Content Pool

Cette manche inaugurale nous aura à vrai dire offert bien des émotions. Marc Márquez (Repsol Honda Team) effectuait le holeshot, mais tirait un peu large, ce qui permettait à son coéquipier Pol Espargaró (Repsol Honda Team) de s’infiltrer.

#44, Pol Espargaro, ESP, Repsol Honda Team, Honda, P3. pht. Michelin Motorsport

Brad Binder (Red Bull KTM Factory Racing) et Joan Mir (Team Suzuki Ecstar) figuraient alors dans leur sillage. Le Majorquin allait néanmoins perdre un peu de terrain par la suite, au même titre que Marc Márquez.

#41, Aleix Espargaro, ESP, Aprilia Racing, Aprilia, P4. pht. Michelin Motorsport

À l’inverse, d’autres pilotes montaient en puissance au fil de la course, à l’image de Brad Binder, qui se débarrassait de Marc Márquez ou d’Aleix Espargaró (Aprilia Racing Team). Lequel venait successivement à bout de Joan Mir et de Marc Márquez. Enea Bastianini se frayait lui aussi progressivement un passage pour venir se caler dans la roue du leader Pol Espargaró.

Start of Race. pht. Gold & Goose / Red Bull Content Pool

Pendant ce temps-là, de premiers abandons étaient à déplorer : ceux de Jack Miller (Ducati Lenovo Team), visiblement victime d’un souci électronique sur sa Desmosedici et de Marco Bezzecchi (Mooney VR46 Racing Team), parti à la faute dans le virage 16. Hélas Ducati n’était pas au bout de ses peines car l’improbable se produisait… Francesco Bagnaia laissait en effet échapper sa GP22, alors qu’il venait de prendre l’ascendant sur Jorge Martín (Pramac Racing) pour le gain de la huitième position et embarquait le Madrilène.

#93, Marc Marquez, ESP, Repsol Honda Team, Honda, P5. pht. Michelin Motorsport

Pol Espargaró devra encore attendre…

Ducati pouvait malgré tout se consoler avec Enea Bastianini, puisque le n°23 décidait de passer à l’action aux avant-postes. Quatre boucles restaient à couvrir et Pol Espargaró, qui espérait triompher pour son 136e départ en MotoGP™ n’était pas en mesure de ralentir sa moto en bout de ligne droite. Le Catalan se faisait même doubler par Brad Binder. Il lui fallait ensuite résister à son frère Aleix. Mais fort heureusement il réussissait à sauver son podium.

#36, Joan Mir, ESP, Team Suzuki Ecstar, Suzuki, P6. pht. Michelin Motorsport

La hiérarchie n’évoluera plus : Enea Bastianini offrait à Gresini sa première victoire depuis Estoril 2006, avec Toni Elias. L’équipe alignait à l’époque des Honda. Brad Binder et Pol Espargaró devaient se contenter des places d’honneur.

Aleix Espargaró et Marc Márquez terminaient respectivement quatrième et cinquième, devant Joan Mir. Alex Rins (Team Suzuki Ecstar) finissait de son côté au septième rang. Johann Zarco (Pramac Racing) battait quant à lui Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha MotoGP), premier représentant Yamaha sur la ligne pour sept petits millièmes ! ‘El Diablo’, qui avait établi le 11e chrono de la Q2, avait pourtant signé un bon envol. Et pour cause au premier virage il était déjà septième. Hélas des problèmes de pression sur son pneu avant l’auront mis en difficulté. Takaaki Nakagami (LCR Honda Idemitsu) complétait le Top 10.

#20, Fabio Quartararo, P9 c’est fait passer sur la ligne par #5, Zarco, P8. pht. Michelin Motorsport

Classement course ici

Meilleurs tours ici

Classement championnat ici

#33, Brad Binder, #23, Enea Bastianini, #44,Pol Espargaro. pht. Gold & Goose / Red Bull Content Pool

Plus en difficulté sur la fin de saison malgré ce titre de Champion du Monde pilote décroché dès Misano, Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha MotoGP) et l’ensemble du clan Yamaha, attendaient beaucoup du nouveau prototype. Hélas, les progrès effectués n’auront pas été aussi tangibles, contrairement à Ducati, Honda ou Suzuki : leurs principaux adversaires.

Quartararo : Un futur chez Yamaha remis en cause ? Telle est la question…

Communiqué MotoGP

Crédits photos : Michelin Motorsport – Red Bull

 

Haut du site