Max Verstappen domine le GP de Monaco

Posted by

Partant effectivement de la pole position après la cruelle mise à l’écart de Leclerc, Verstappen a montré les muscles au départ à Valtteri Bottas (Mercedes) pour prendre une avance qu’il ne cédera que brièvement lors des arrêts aux stands, Verstappen remportant sa deuxième victoire de la saison, et son tout premier podium à Monaco.

Dans un jour sans pour Mercedes, un Hamilton mécontent n’a pas pu faire mieux que septième (la même position qu’il a commencé) pour perdre son avance au championnat sur Verstappen, qui le devance maintenant, 105 points à 101, tandis que Bottas a eu encore moins de chance, après qu’un pneu avant droit coincé dans son arrêt au stand l’a forcé à abandonner.

Les anciens coéquipiers de McLaren, Sainz et Norris, se sont retrouvés en deuxième et troisième position. Sainz, désormais chez Ferrari, a sauvé la journée pour la Scuderia en montant sur son premier podium en rouge, tandis que la stratégie brillante de Red Bull a permis à Sergio Perez de passer de la huitième à la quatrième place lors des arrêts aux stands.

Start of the Race. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

Sebastian Vettel (Aston Martin) a fait de même pour prendre la P5, de loin son meilleur résultat de l’année et celui de son équipe, Vettel conserve son record de n’avoir jamais été classé plus bas que la P5 dans une course à Monaco, tandis que Pierre Gasly (AlphaTauri) a pu résister à la Mercedes d’Hamilton pour prendre la P6, Hamilton récupérant un point de bonus pour le meilleur tour après un deuxième arrêt tardif.

Partir en pneus durs depuis la P13 a porté ses fruits pour Lance Stroll, qui a fait un relais de 58 tours pour prendre la P8 et ajouter de la joie à Aston Martin à Monte-Carlo. Il a terminé devant l’Alpine d’Esteban Ocon, tandis qu’Antonio Giovinazzi d’Alfa Romeo a pris le premier point d’Alfa Romeo de la saison après s’être classé 10e.

Pour Verstappen, cependant, le DNS de Leclerc à Monaco lui a offert une opportunité en or, et le Néerlandais n’a pas faibli, ripostant avec défi dans la lutte pour le titre contre Hamilton, et ajoutant une victoire au Grand Prix de Monaco à son CV pour faire bonne mesure.

Pht. Sam Bagnall/LAT Images

COMME CELA S’EST PASSÉ

Le mélodrame de Monaco a commencé avant même le départ de la course, lorsque le poleman Charles Leclerc, dont la boîte de vitesses avait été déclarée en parfait état par Ferrari dimanche matin après sa chute en Q3 hier, a été victime d’un problème avec son arbre de transmission gauche lors de son passage sur la grille. Le directeur sportif de Ferrari, Laurent Mekies, a communiqué par radio avec le directeur de course de la FIA, Michael Masi, une demi-heure avant le début du Grand Prix, pour dire que Leclerc ne prendrait pas le départ de la course, la malédiction de la ville natale de Leclerc semble frapper à nouveau.

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P1.. Pht. Mark Thompson/Getty Images

Cela signifie que Max Verstappen s’est aligné en tête du peloton devant une foule de partisans au cœur brisé, avec Valtteri Bottas remonté en P2, tandis que le seul espoir de résultat de Ferrari reposait sur Carlos Sainz, désormais troisième.

Carlos Sainz, Ferrari SF21, P2.. Pht. Zak Mauger/LAT Images

Au moment de l’extinction des feux, les roues arrière de Verstappen ont pivoté hors de la ligne alors qu’il libérait le couple de son moteur Honda – mais le Néerlandais s’en est sorti suffisamment pour se déplacer agressivement sur Bottas et maintenir son avantage, l’ordre restant le même alors que Bottas contenait Sainz, Lando Norris (McLaren), Pierre Gasly (AlphaTauri) et la Mercedes de Lewis Hamilton à travers Sainte Devote.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P3.. Pht. Steven Tee/LAT Images

Derrière, c’était l’un des départs les plus softs de Monaco de mémoire récente, la meilleure action au premier tour étant un plongeon aventureux de Mick Schumacher sur son coéquipier de l’équipe Haas, Nikita Mazepin, à l’épingle à cheveux pour remonter en P18 – Schumacher cherchant à se rattraper pour avoir manqué les qualifications de samedi, tandis que Mazepin était juste dans la lutte. George Russell, quant à lui, s’est fait serrer dans Sainte Devote et a été contraint de plonger dans l’échapatoire, ce qui lui a fait perdre une position au profit de Fernando Alonso d’Alpine, qui est passé de la 16e à la 14e place.

Sergio Perez of Mexico driving the (11) Red Bull Racing RB16B Honda, P4. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

Ricciardo, quant à lui, a été dépassé par Lance Stroll et Kimi Raikkonen, tombant à la 13e place, le week-end délicat de l’Australien se poursuit.

Sebastian Vettel, Aston Martin AMR21, P5.

Avec le peloton en formation au début de la course, Verstappen a été en mesure de donner le rythme, et au 25e tour sur 78, il avait construit un écart de plus de quatre secondes sur Bottas, qui commençait à se plaindre qu’il avait l’impression de conduire sur le mouillé avec ses softs usés. Cela l’empêchait de se défaire de la Ferrari de Sainz, qui avait creusé son propre écart de cinq secondes sur Norris, son ancien coéquipier chez McLaren, bien que Norris ait pu être ralenti par un drapeau noir et blanc menaçant, montré pour deux transgressions à la chicane…

Tous les yeux sont désormais rivés sur les équipes des stands, et sur les pilotes de tête qui vont jouer la carte de la stratégie. Malgré le fait que ses pneus étaient encore en bon état, Hamilton a été le premier pilote à rentrer au stand au 29ème tour pour des pneus durs.

Pierre Gasly of France driving the (10) Scuderia AlphaTauri AT02 Honda, P6. Pht. Mark Thompson/Getty Images

Norris, Gasly et Bottas ont été les suivants un tour plus tard, mais catastrophe pour Bottas, son avant droit a refusé de se détacher de la voiture, à tel point que Mercedes n’a eu d’autre choix que l’abandon, confirmant plus tard que le pistolet à roue avait usiné l’écrou sur l’essieu de la voiture.

Hamilton seulement P7

Le chagrin de Mercedes a ensuite été complété par le fait qu’Hamilton a été dépassé par Gasly, Vettel et Sergio Perez lors des arrêts, le rusé Vettel a gagné deux places devant Gasly et Hamilton, tandis que Perez a fait encore mieux, passant de la huitième à la quatrième place dans une brillante stratégie de Red Bull. « Comment cela est-il arrivé ? » Hamilton a réprimandé Mercedes sur la radio de l’équipe et on pouvait comprendre sa douleur.

Verstappen et Sainz, quant à eux, ont profité d’arrêts sans problème pour conserver leur nette avance avec Bottas désormais hors du tableau.

Les malheurs de Bottas, abandon. Pht. Steve Etherington

Cela signifie qu’au 40e tour sur 78, c’était Verstappen qui devançait Sainz, Norris, Perez, Vettel, Gasly et Hamilton, avec Lance Stroll et Kimi Raikkonen P8 et P9 qui ne s’étaient pas encore arrêtés.

À dix tours de l’arrivée, alors que le leader Verstappen gère l’écart avec Sainz, l’action se concentre sur Perez, qui a les yeux rivés sur la P3 de Norris, ce dernier expliquant à son équipe McLaren que sa MCL35M est difficile à conduire avec ses pneus durs, mais pas au point de prendre un tour a son coéquipier et vainqueur de Monaco en 2018, Daniel Ricciardo, au 52e tour.

Esteban Ocon, Alpine, P9

Perez a essayé, ramenant l’écart à seulement 1’’5 lorsque Norris a ordonné à son équipe le silence radio. En fin de compte, le rythme de Norris s’est suffisamment amélioré pour lui permettre de reconstruire l’écart et de contenir le Mexicain. Sainz, pendant ce temps, avait été encouragé par son équipe Ferrari au 55e tour à s’attaquer à Verstappen, Sainz acquiesçant avec un « qui sait ? » peu convaincu…

Verstappen, cependant, n’allait pas se laisser distancer, creusant l’écart sur Sainz à 9 secondes avant de franchir la ligne à la fin du 78e tour pour remporter sa toute première victoire à Monaco et aussi, son tout premier podium à Monaco et faire basculer le momentum dans la lutte pour le titre en sa faveur.

Hamilton n’a pu prendre que la septième place, s’arrêtant au 67e tour pour chausser des pneus tendres usagés et obtenir le point de bonus du meilleur tour, une petite consolation avant ce qui sera sans doute un grand débriefing chez Mercedes après une journée cauchemardesque en Principauté.

#99 GIOVINAZZI Antonio (ita), Alfa Romeo Racing ORLEN C41, P10. Pht. Antonin Vincent/DPPI

Derrière, Sainz a fait le travail qu’il devait faire pour Ferrari, remportant son premier podium depuis le Grand Prix d’Italie de 2020, et son premier en rouge, Sainz a été sportivement félicité au parc fermé par son coéquipier Leclerc, alors qu’il était rejoint sur le podium par son ancien coéquipier émotionnel de McLaren, Norris, qui est remonté à la troisième place du classement des pilotes grâce à son deuxième podium de l’année couplé aux malheurs de Bottas.

Partir en neuvième position n’était pas optimal pour Perez, mais ses efforts pour dépasser le peloton lui ont permis d’obtenir la quatrième place, tandis que Sebastian Vettel a fait preuve de sa vieille magie pour prendre la cinquième place grâce à la stratégie Aston Martin, devant Gasly et Hamilton. Stroll a fait 58 tours sur des pneus durs en début de course, ce qui lui a permis de se hisser à la huitième place devant Esteban Ocon. Giovinazzi a converti la première Q3 de l’année des Alfa Romeo samedi en leur premier point dimanche.

Fernando Alonso, Alpine A521, P13. Pht. Zak Mauger/LAT Images

En dehors du top 10, on retrouve un trio d’anciens vainqueurs de Monaco, Kimi Raikkonen 11e, devant Ricciardo et Fernando Alonso, avec les deux Williams de George Russell et Nicholas Latifi 14e et 15e sur le 750e Grand Prix de l’équipe.

Yuki Tsunoda, pour sa toute première visite à Monaco, toutes catégories confondues, s’est classé P16 – évitant de justesse de percuter Latifi à la Rascasse en fin de course après s’être surpassé, tandis que Mazepin a pu repasser devant Schumacher pour s’emparer de la P17, son meilleur résultat de l’année.

Donc, un podium inhabituel à Monaco, avec Mercedes remarqué par son absence. Une pensée pour Leclerc, qui a été malheureusement privé d’une chance de remporter une victoire mémorable à domicile. Mais n’en déplaise à Max Verstappen, qui a fait tout ce qu’on lui demandait pour remporter sa 12e victoire en carrière et ravir la tête du championnat à Hamilton.

Race winner Max Verstappen of Netherlands and Red Bull Racing celebrates on the podium. Pht. Sebastian Nogier/Pool/Getty Images

Les principales citations :

Max Verstappen, Red Bull :

Race winner Max Verstappen of Netherlands.. Pht. Sebastian Nogier/Pool/Getty Images

« C’est bien sûr très spécial de gagner ici et c’est aussi pour moi la première fois que je monte sur le podium ici, donc une course incroyable.

« On ne sait jamais ce qui va se passer, mais il s’agissait de prendre soin de ses pneus et de trouver un bon point d’arrêt. Bien sûr, les autres sont partis plus tôt, ce qui m’a rendu la tâche un peu plus facile. J’avais le contrôle.

« Vous voulez toujours gagner ce Grand Prix. Je me souviens quand j’étais tout petit, je regardais déjà ce Grand Prix. Je suis très fier d’être ici, mais je pense aussi à l’avenir, la saison est encore très longue. Bien sûr, c’est une excellente façon de continuer » – Max Verstappen, Red Bull

Antonio Giovinazzi :

Pht. Antonin Vincent/DPPI

« C’est vraiment bien d’être enfin de retour dans les points. Le rythme tout au long du week-end était vraiment bon et cette place dans le top 10 en est la récompense. Sur un circuit différent, où les dépassements sont possibles, nous aurions pu être en P8, mais nous devons être heureux de ce résultat et de la façon dont l’équipe a réalisé un excellent week-end. Nous avons fait beaucoup de progrès et ce point sera une bonne motivation pour nous tous, avec encore beaucoup de courses devant nous. J’ai hâte d’être à Bakou maintenant, une autre course de rue sur un circuit que j’aime. Si nous réalisons un autre grand week-end comme celui-ci, nous aurons tout ce qu’il faut pour ramener un autre bon résultat. »

Pierre Gasly :

« C’était une course assez longue et évidemment avec Lewis derrière, ce n’était pas facile, je ne pouvais pas faire d’erreurs et je devais juste me concentrer sur ma propre course devant, mais j’ai vraiment apprécié. Finir P6 aujourd’hui est bien, je pense que nous pouvons être heureux avec ce résultat et c’est la meilleure performance de la saison jusqu’à présent. La voiture se sentait vraiment bien dans le premier relais, mais une fois que nous avons mis les pneus durs, nous avons vraiment lutté, et cela a rendu les choses assez difficiles à plusieurs reprises avec Lewis, mais je suis heureux que nous ayons réussi à le garder derrière. Je pense que nous avons adopté la bonne stratégie aujourd’hui, nous devions nous couvrir avec le pitstop de Lewis, mais ça n’a pas vraiment marché. C’était très serré entre Seb et moi en montant la colline, j’ai été assez surpris de le voir et il y avait peut-être juste un doigt entre nos pneus, mais c’était une belle course. La voiture s’est bien comportée aujourd’hui, même si je pense que nous aurions pu faire plus et qu’il y a certainement des domaines dans lesquels nous devons encore nous améliorer par rapport à certaines des voitures contre lesquelles nous nous battons. Je suis quand même content de ce résultat, c’était important pour nous de revenir près de la tête et obtenir quelques gros points encore une fois était génial pour l’équipe. »

Esteban Ocon :

C’était une course positive avec une neuvième place et notre quatrième arrivée consécutive dans les points. Nous avons réussi à dépasser Giovinazzi avec notre stratégie et un excellent arrêt de l’équipe, mais nous avons manqué Stroll, qui était très rapide en pneus durs. Je suis content de marquer de nouveaux points, surtout après avoir tant défendu sur la fin. Je pense que nous pouvons tirer de bons enseignements de cette course et de ce week-end difficiles. Nous avons beaucoup appris, nous avons reçu quelques leçons et tout cela ne pourra que nous aider à aller de l’avant. Je suis convaincu que nous avons plus à offrir.

Quelle sera la prochaine étape ?

C’est d’un circuit urbain à un autre, puisque la F1 se rend à Bakou pour le Grand Prix d’Azerbaïdjan 2021. Valtteri Bottas, a décroché la pole et la victoire en 2019, lors de la dernière course de la F1 dans cette ville. Découvrez-le du 4 au 6 juin.

GP de Monaco ici

Meilleurs tours ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Pit Stops
analysis of the best laps

English Information

Verstappen claims dominant Monaco victory over Sainz and Norris, after polesitter Leclerc fails to take start

Starting effectively from pole after Leclerc’s cruel side-lining, Verstappen out-muscled Mercedes’ Valtteri Bottas off the line to take a lead that he would only briefly relinquish in the pit stops, Verstappen claiming his second win of the season, and his first ever podium in Monaco.

In an off-day for world champions Mercedes, a disgruntled Hamilton could do no better than seventh (the same position he started) to lose his lead of the championship to Verstappen – who now heads Hamilton 105 points to 101 – while Bottas had even worse luck, after a stuck right-front tyre in his pit stop forced him into retirement.

That left former McLaren team mates Sainz and Norris P2 and P3, Sainz now at Ferrari salvaging the day for the Scuderia to take his first podium in red, while some brilliant strategy from Red Bull allowed Sergio Perez to overcut his way from P8 to P4 in the pit stops.

Aston Martin’s Sebastian Vettel did similar to take P5, for by far his and his team’s best finish of the year – Vettel maintaining his record of never being classified lower than P5 in a race he’s finished in Monaco – while AlphaTauri’s Pierre Gasly was able to hold off Hamilton’s Mercedes to claim P6, Hamilton salvaging a bonus point for fastest lap after a late second stop.

Starting on hard tyres from P13 paid dividends for Lance Stroll, who made a 58-lap stint work to claim P8 and add to Aston Martin’s joy in Monte Carlo. He finished ahead of the Alpine of Esteban Ocon, while Alfa Romeo’s Antonio Giovinazzi took Alfa Romeo’s first point of the season after claiming 10th.

For Verstappen, though, Leclerc’s DNS in Monaco provided him with a golden opportunity – and the Dutchman didn’t falter, defiantly hitting back in the title fight against Hamilton, and adding a Monaco Grand Prix win to his CV for good measure.

AS IT HAPPENED

The drama in Monaco began even before the race start as polesitter Charles Leclerc – given a clean bill of gearbox health by Ferrari on Sunday morning after his crash in Q3 yesterday – suffered an issue with his left-hand driveshaft on his laps to the grid. Ferrari’s Sporting Director Laurent Mekies duly radioed to FIA Race Director Michael Masi half an hour before the Grand Prix was due to get under way to say that Leclerc would not be starting the race – Leclerc’s hometown curse appearing to strike again.

That meant Max Verstappen lined up at the head of the field in front of a broken-hearted partisan crowd, with Valtteri Bottas bumped up to P2, while Ferrari’s sole hopes of a result rested on Carlos Sainz, now in third.

As the lights went out, Verstappen’s rear wheels slewed off the line as he unleashed his Honda power unit’s torque – but the Dutchman got going enough to move aggressively over on Bottas, using the threat of Armco to arrest the Finn’s progress and maintain his advantage, the order staying the same as Bottas led Sainz, McLaren’s Lando Norris, AlphaTauri’s Pierre Gasly and the Mercedes of Lewis Hamilton through Sainte Devote.

Behind, it was one of the more polite Monaco starts in recent memory, the best action on Lap 1 being an adventurous dive by Mick Schumacher on his Haas team mate Nikita Mazepin at the hairpin to move up to P18 – Schumacher seeking to make up for missing Saturday’s qualifying, while Mazepin was fair in the fight. George Russell, meanwhile, got squeezed into Sainte Devote and was forced to dive across the run-off, costing him a position to Alpine’s Fernando Alonso, who jumped from a net 16th to 14th.

Ricciardo, meanwhile, was passed by Lance Stroll and Kimi Raikkonen, falling to 13th as the Australian’s tricky weekend continued.

With the field lapping in formation in the early part of the race, Verstappen was able to set the pace, and by Lap 25 of 78 had built up a cushion of over four seconds over Bottas – who was starting to complain that it felt like he was driving in the wet on his worn softs. That was preventing him from shaking off the Ferrari of Sainz, who’d pulled his own five-second gap over former McLaren team mate Norris – although Norris may have been slowed by a threatening black and white flag, shown for two transgressions at the chicane…

Now all eyes were trained on the pit crews, and which of the frontrunners would roll the dice on strategy. Despite attesting that his tyres were still up to scratch, Hamilton was the first driver to pit on Lap 29 for hards.

Norris, Gasly and Bottas were the next in a lap later – but there was disaster for Bottas, as his right-front refused to come off the car, to the extent that Mercedes had no choice but to retire him from his net P2, confirming later that the wheel gun had machined the nut onto the car’s axle, in a cruel turn for the Finn.

Mercedes’ chagrin was then completed by Hamilton being overcut by Gasly, Vettel and Sergio Perez in the stops – the wily Vettel jumping two places in front of both Gasly and Hamilton, while Perez did even better, moving up from eighth to fourth in a brilliant piece of strategy from Red Bull. “How did this happen?” Hamilton berated Mercedes on the team radio – and you could understand his pain.

Verstappen and Sainz, meanwhile, enjoyed problem-free stops to retain their net lead and P2 respectively, with Bottas now out of the picture.

That meant that by Lap 40 of 78, it was Verstappen from Sainz, Norris, Perez, Vettel, Gasly and Hamilton, with Lance Stroll and Kimi Raikkonen P8 and P9 but yet to stop.

Ten laps to go and with leader Verstappen managing the gap to Sainz, the action was focused on the charging Perez, who had his eyes on the Norris’ P3, Norris telling his McLaren team that his MCL35M felt undriveable on his hard tyres – although not so undriveable that he couldn’t lap team mate and 2018 Monaco winner Daniel Ricciardo on Lap 52, in a moment of pathos for the Australian.

Perez tried, bringing the gap down to just 1.5s as Norris ordered radio silence. Ultimately, though, Norris’ pace settled down enough to allow him to rebuild the gap and hold off the Mexican. Sainz, meanwhile, had been encouraged by his Ferrari team on Lap 55 to get after Verstappen, Sainz acquiescing with a slightly unconvinced “who knows?”

Verstappen, though, wouldn’t be headed, stretching the gap over Sainz to 9s by the time he swished over the line at the end of Lap 78 to claim his first ever Monaco win – make that first ever Monaco podium – and swing the momentum in the title fight decisively back in his favour.

That was because Hamilton could only take seventh – stopping on Lap 67 to take on used softs and claim the fastest lap bonus point, a small consolation ahead of what will doubtless be a big debrief at Mercedes after a nightmarish day in the Principality.

Behind, Sainz did the job he had to for Ferrari, claiming his first podium since the 2020 Italian Grand Prix, and his first ever in red – Sainz sportingly congratulated in parc ferme by team mate Leclerc – as he was joined on the podium by his emotional former McLaren team mate Norris, who moved back up to P3 in the drivers’ standings thanks to his second podium of the year coupled to Bottas’ misfortunes.

Starting ninth had been sub-optimal for Perez, but his efforts to overcut the pack gifted him fourth, while Sebastian Vettel flashed the old magic to take fifth thanks to that Aston Martin strategy, ahead of Gasly and Hamilton. Stroll’s 58-lap run on hards at the start of the race was good enough to lift him to eighth at the flag ahead of Esteban Ocon, with Giovinazzi converting Alfa Romeos’ first Q3 of the year on Saturday into their first point of the year on Sunday.

Outside the top 10 came a trio of former Monaco winners, Kimi Raikkonen 11th, ahead of Ricciardo and Fernando Alonso, with the two Williams of George Russell and Nicholas Latifi 14th and 15th on the team’s 750th Grand Prix.

Yuki Tsunoda, on his first ever visit to Monaco in any category, took P16 – narrowly avoiding smashing into Latifi at Rascasse at the tail-end of the race after outbraking himself – while Mazepin was able to make it back past Schumacher to claim P17, his joint-best finish of the year.

So, an unusual podium in Monaco, with Mercedes notable by their absence. Spare a thought for Leclerc, who was so unfortunately robbed of a chance to take a memorable home win. But take nothing away from Max Verstappen, who did everything asked of him to claim his 12th career victory, and wrestle the lead of the championship away from Hamilton.

The key quotes

“It’s of course so special around here to win and also for me the first time on the podium here, so an amazing race.

“You never know what’s going to happen but it was all about looking after your tyres and finding a good stop gap. Of course, the others went earlier so that made it a bit easier for me. I was pretty much in control.

“You always want to win this Grand Prix. I remember when I was very little already watching this Grand Prix. Standing here I’m very proud but I’m also thinking ahead it’s still a very long season. Of course, it’s a great way to continue” – Max Verstappen, Red Bull

What’s next?

It’s from one city circuit to another, as F1 heads to Baku for the 2021 Azerbaijan Grand Prix. Mercedes’ Valtteri Bottas took pole and the win back in 2019 when F1 last raced here – but who will triumph in 2021? Find out on June 4-6.