FranceInfo dévoile le nom des assassins de Laurent Pasquali

Posted by

Franceinfo : Barbouzes, francs-maçons et crimes en série : plongée dans une affaire judiciaire hors normes lien ici

C’est une officine de barbouzes, francs-maçons, qui se prenaient pour Arnold Schwarzenegger dans l’excellent thriller « l’effaceur » du réalisateur Chuck Russell.

C’est la tentative d’assassinat ratée d’une formatrice en coaching à Créteil en juillet 2020 et l’arrestation d’un commando appartenant à la direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE) qui a entraîné la découverte de multiples projets d’exécution. Une affaire hors normes. La police a mis au jour une organisation criminelle dont les principaux membres appartenaient à une loge maçonnique. Ils sont soupçonnés d’avoir commandité des agressions, voire des meurtres.

Mais c’est sur un terrain très éloigné des valeurs de la franc-maçonnerie ou de la police républicaine, que le duo Vaglio-Beaulieu se serait associé. Derrière la vitrine de leurs missions de surveillance et d’intelligence économique se seraient organisé plusieurs contrats d’exécution, pour quelques milliers d’euros à la clé.

Étant donné qu’en garde à vue l’ancien flic des RG est plutôt loquace, un enquêteur de la PJ lui demande sans détour si plusieurs projets d’assassinat lui ont été confiés. « Le nombre total, ça se compte sur les doigts d’une main, répond-il spontanément. Et un seul assassinat a abouti. » Les policiers restent médusés. Daniel Beaulieu se met à table. « La première proposition d’assassinat que me faisait Frédéric Vaglio, ça se passait dans le milieu de l’automobile. Il y avait une histoire de dettes. » Pour financer ses saisons de course très onéreuses, Laurent Pasquali se serait fait « sponsoriser » par un couple de médecins passionné d’automobile. Mais, à partir de 2016, n’y trouvant pas son compte, celui-ci aurait voulu récupérer son argent. Le couple s’en ouvre alors à son ami, Frédéric Vaglio, qui s’engage à l’aider. Beaulieu est chargé de localiser le pilote endetté, et pour cela il actionne un jeune agent de protection, Sébastien Leroy. Un soir, après des mois de surveillance, Leroy et l’un de ses présumés complices auraient attendu Pasquali dans le parking de sa résidence sécurisée de Levallois-Perret. Le pilote devait-il être exécuté ou les choses ont-elles dérapé ? En garde à vue, Vaglio livre sa version des faits : « Daniel m’a dit : ‘Il y a juste un problème, ils ont buté le mec. Ils sont rentrés dans le garage, ils l’ont suivi et puis « boum », ils lui ont tiré dessus.’ Je lui ai dit : ‘Ça va pas, c’est quoi ce truc ?’. Il m’a dit : ‘Ben ça arrive.' » Les policiers poursuivent l’interrogatoire : où est le corps du champion de rallye ? Vaglio ne le sait pas précisément. Mais Daniel Beaulieu lui aurait montré une photo. « J’en ai déduit qu’ils l’avaient emmené dans une forêt. »

Est-ce que quelque milliers d’euros valent la vie d’un être humain ???

Pour lire le sujet complet de nos confrères de Franceinfo, cliquez sur le lien en haut de page