WRC, Elfyn Evans remporte le Rallye du Portugal

Posted by

Elfyn Evans a remporté le Vodafone Rally de Portugal pour signer sa quatrième victoire en Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Elfyn Evans(GB) Scott Martin(GB) of team Toyota Gazoo Racing celebrate on the podium in first place after winning. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) a su oublier la déception de sa défaite croate pour quelques fractions de seconde face à Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) pour s’imposer et se hisser au deuxième rang du championnat, à seulement deux unités de son équipier au sein du Toyota Gazoo Racing.

Au Portugal, le Gallois s’est emparé de la première place lorsqu’Ott Tänak (Hyundai i20 WRC) était contraint à l’abandon en raison d’une rupture de suspension samedi après-midi.

Elfyn Evans(GB) Scott Martin(GB) of team Toyota Gazoo Racing, P1. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Peu enclin à risquer un nouveau revers et à mettre en péril ses chances de titre, le nouveau leader doublait ensuite son avance lors de la première spéciale dominicale pour reléguer Dani Sordo à 10 »7 avant de gérer son rythme dans les quatre derniers tests pour l’emporter finalement avec une marge s’élevant à 28 »3.

« Nous n’étions peut-être pas l’équipage le plus rapide du week-end, mais nous avions quand même un excellent rythme, nous avons évité les ennuis et nous avons fait ce qu’il fallait pour maintenir Dani à distance aujourd’hui », déclarait Elfyn Evans, réjoui de son succès. « Cela arrive au moment parfait pour la course au titre avant une série de rallyes très cassants sur terre. »

Dani Sordo, P2

Dani Sordo avait mené les débats une grande partie du vendredi avant de caler et de glisser derrière Ott Tänak. Sur une épreuve où la gestion des pneumatiques durs et tendres de Pirelli s’avérait cruciale, l’Espagnol était souvent mal à l’aise avec ses choix. S’il parvenait ainsi à reprendre du terrain sur Elfyn Evans samedi soir, il restait sans réponse face au rythme du Gallois dimanche matin.

Sebastien Ogier (FRA) and Julien Ingrassia (FRA) of team Toyota Gazoo Racing, P3 Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Leader du championnat avant l’épreuve disputée autour de Matosinhos, Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) devait ouvrir la route sur des pistes sablonneuses favorisant ses adversaires tout au long de la première étape de ce quatrième rendez-vous de la saison.

Des choix de pneus inspirés et les soucis de ses rivaux permettaient toutefois au pilote français de remonter dans la hiérarchie pour s’offrir la troisième position à près d’une minute de Dani Sordo. Grâce à ce double podium, Toyota en profite pour porter son avance sur Hyundai à trente-sept points au championnat constructeurs.

Takamoto Katsuta(JPN) Daniel Barritt(JPN) of team Toyota Gazoo Racing, P4. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Après avoir bataillé face à Sébastien Ogier durant la longue étape du samedi dans les montagnes de Cabreira, Takamoto Katsuta (Toyota Yaris WRC) gérait son rythme dimanche pour sceller sa quatrième place et le meilleur résultat de sa carrière.

Gus Greensmith(GB) Chris Patterson(GB) of team M-Sport Ford, P5. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Le duo M-Sport Ford World Rally Team formé par Gus Greensmith et Adrien Fourmaux complétait le top six. Si les deux hommes avaient été distancés à cause de problèmes d’accélérateur, sans oublier un tête-à-queue du jeune espoir français vendredi, le Britannique signait tout de même sa meilleure performance en WRC.

Adrien Fourmaux(FRA) Renaud Jamoul(BEL) of team M-Sport Ford, P6. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Ott Tänak était rejoint sur la liste des abandons par son équipier Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), victime d’un bris de suspension arrière. De retour dans les spéciales dimanche, les deux hommes parvenaient à sauver quelques points en terminant premier et deuxième dans la Wolf Power Stage disputée sur la spéciale légendaire de Fafe.

Ott Tanak(EST) Martin Jarveoja(EST) of team Hyundai Shell Mobis, malchanceux. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Rallye du Portugal ici

Championnat ici

Podium. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

HighLights Wolf Power Stage

Les concurrents du Championnat du Monde FIA des Rallyes se retrouveront dans moins de deux semaines à Olbia pour le cinquième rendez-vous de la saison sur les chemins rocailleux du Rally Italia Sardegna (3-6 juin).

WRC2, Lappi domine ) nouveau

Le Finlandais impose son autorité au Portugal

Esapekka Lappi(FIN) Janne Ferm(FIN) of team Movisport. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Au volant de sa Volkswagen Polo GTI R5 préparée par Movisport, Esapekka Lappi avait eu du mal à repousser ses limites dans les conditions difficiles de la première étape avant de boucler le vendredi à égalité avec Teemu Suninen (M-Sport Ford Fiesta Rally2).

Le Finlandais parvenait ensuite à hausser le rythme en remportant les trois spéciales du samedi matin dans les montagnes de Cabreira pour distancer son adversaire.

Esapekka Lappi était ensuite libéré de toute pression lorsque son compatriote perdait 23 »6 en raison d’une crevaison dans Amarante. Sa prestation sans heurt diamanche lui permettait de signer son deuxième succès en autant de départs cette saison après sa victoire à l’Arctic Rally Finland.

Le pilote âgé de trente ans est désormais deuxième du championnat même si sa prochaine apparition reste inconnue.

« C’était vraiment un rallye solide de notre part et notre équipe a fait un travail incroyable », déclarait le vainqueur. « Nous n’avons eu aucun problème avec la voiture et c’est génial sur un rallye aussi difficile que celui-ci. Je suis vraiment satisfait. »

Teemu Suninen était également satisfait de sa prestation qui était presque sans reproche à l’exception d’un tête-à-queue dans Felgueiras. Le Finlandais terminait finalement à 1’42 »8 d’Esapekka Lappi avant de retrouver le volant d’une Ford Fiesta WRC dans deux semaines en Sardaigne.

Teemu Suninen (FIN) and Mikko Markkula (FIN) of team Rally2 M-Sport Ford. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Le podium était complété par Mads Østberg (Citroën C3 Rally2). Le Norvégien semblait perdu après un changement de roue vendredi avant d’avoir du mal à trouver le rythme sur la terre portugaise avec sa voiture dôtée des dernières évolutions de la marque aux chevrons. Ses différentes expérimentations sur les réglages portaient toutefois leurs fruits avec quatre scratches sur les cinq spéciales du dimanche pour finir à 41 »5 de Teemu Suninen.

« Nous savons que la Sardaigne arrivera vite et nous avons une semaine pour revenir à notre meilleur niveau », confiait le tenant du titre. « La crevaison de vendredi était dommage comme cela nous a empêché de nous battre, mais nous avons au moins réussi à afficher une belle vitesse. »

À l’issue d’un week-end perturbé, Nikolay Gryazin (Volkswagen Polo GTI R5) pointait à 34 »3 du podium et 14 »9 devant Oliver Solberg (Hyundai i20 R5), qui avait lâché plus d’une minute en étant coincé sur un talus dans Amarante.

Mads Ostberg(NOR) Torstein Eriksen(NOR) of team Rally2. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Sixième pour sa première apparition au Portugal, Marco Bulacia (Škoda Fabia Rally2) faisait le plein d’expérience en finissant à 4’41 »6 du vainqueur. Le Bolivien remonte au troisième rang du classement général après avoir terminé tous les rallyes auxquels il a participé jusqu’ici cette année.

Les spéciales du nord du Portugal faisaient de nombreux dégâts parmi plusieurs concurrents au cours du week-end. Des problèmes techniques avaient raison des espoirs d’Éric Camilli (Citroën C3 Rally2) vendredi matin tandis que Tom Kristensson (M-Sport Ford Fiesta WRC) voyait son rallye s’arrêter dans un fossé. Les deux pilotes ont pu prendre un nouveau départ pour se classer respectivement septième et huitième.

WRC3, Kajetanowicz double la mise

Le Polonais Kajetan Kajetanowicz poursuit sur sa lancée avec une victoire de haute volée au Vodafone Rally de Portugal.

Kajetan Kajetanowicz

Malgré un départ poussif vendredi le voyant pointer à 25 »5 de la tête après trois spéciales seulement, Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia Rally2) trouvait les ressources nécessaires dans l’après-midi pour réduire son déficit sur Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) à 3 »5.

Le Polonais prenait même l’avantage samedi, mais un tête-à-queue lui coûtant 23 »6 dans le redoutable test d’Amarante permettait à son rival de récupérer les commandes avant la dernière étape de l’épreuve.

Déterminé, Kajetan Kajetanowicz retrouvait la première place dimanche en signant le meilleur temps sur trois des cinq secteurs chronométrés du jour et s’imposait finalement pour 5 »6 seulement après près de quatre heures d’action.

Après une pénalité de dix secondes pour un pointage tardif samedi, Chris Ingram (Skoda Fabia Rally2) haussait le rythme pour s’offrir le scratch dans le premier passage de Fafe pour signer son premier podium dans la catégorie en terminant à 49 »7 de Yohan Rossel.

Nicolas Ciamin(FRA) Yannick Roche(FRA) of team Citroën. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Le Français Nicolas Ciamin (Citroën C3 Rally2) le suivait à 36 »2 tandis que Josh McErlean s’offrait un top cinq – à 4’10 »7 du vainqueur – dès sa deuxième apparition en WRC3. L’Irlandais devançait le Paraguayen Fabrizio Zaldivar (Skoda Fabia Rally2) pour 56 »9.

Parmi les pilotes portugais, Armindo Araujo (Skoda Fabia Rally2) se montrait le plus véloce en se classant septième à l’arrivée. L’ancien champion PWRC remportait même une spéciale, celle de Mortágua.

Le Français Yohan Rossel a chuté au deuxième rang dimanche

Prétendant au titre, Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) devait s’arrêter dès vendredi après trois crevaisons le laissant à court de roues de secours. Reparti samedi, le Finlandais s’offrait plusieurs scratches pour arracher le point de la dixième place.

Davantage habitué aux bancs de touche sur les terrains de football, André Villas-Boas (Citroën C3 Rally2) réalisait un rallye sérieux. Redoublant de prudence, le pilote Sports and You voyait l’arrivée au douzième rang à 35’03 »6 de Kajetan Kajetanowicz.

Leaders en début d’épreuve, les Espagnols Jan Solans (Citroën C3 Rally2) et Pepe López (Skoda Fabia Rally2) abandonnaient tous deux après des sorties de route vendredi. L’Estonien Egon Kaur (Volkswagen Polo GTI R5) connaissait un sort similaire avec un tonneau dans l’ES10.

JUNIOR WRC, Mārtiņš Sesks fait coup double

Le Letton Mārtiņš Sesks a pris la tête du FIA Junior WRC en signant la deuxième victoire de sa carrière au Vodafone Rally de Portugal.

Leader dimanche matin avec plus de trois minutes d’avance sur Sami Pajari, Mārtiņš Sesks scellait son succès dans les cinq dernières spéciales du parcours pour l’emporter avec un avantage s’élevant à 3’11 »8.

Les routes cassantes du nord du Portugal ont rendu la vie difficile aux jeunes espoirs et à leurs Ford Fiesta Rally4. Le Letton était d’ailleurs le seul concurrent à passer entre les gouttes lors de la deuxième manche d’un calendrier en comptant cinq.

« C’est un véritable soulagement après ce week-end vraiment difficile », lâchait-il à l’arrivée. « Toute la semaine était vraiment compliquée, donc c’est agréable d’être à l’arrivée, qui plus est en étant premier. »

Vainqueur du premier rendez-vous de la saison, Jon Armstrong occupait la première place vendredi avant qu’une crevaison n’offre la tête à Sami Pajari. Les espoirs de ce dernier s’envolaient toutefois le lendemain sur un problème de direction assistée. Mārtiņš Sesks en profitait alors pour prendre l’avantage de manière définitive.

Sami Pajari a été trahi par sa direction assistée

Robert Virves complétait le podium à près de douze minutes du vainqueur. L’Estonien surmontait deux crevaisons vendredi pour finir devant Martin Koči, deuxième samedi avant la casse d’un arbre de transmission cassé. Un problème similaire avait arrêté William Creighton la veille, mais le Britannique parvenait à accrocher le top cinq devant Lauri Joona, sixième et dernier classé.

Jon Armstrong et Raul Badiu devaient en revanche définitivement renoncer pour des problèmes moteur.

Junior WRC – HighLights

ENGLISH INFORATION

EVANS POWERS TO PORTUGAL VICTORY

Elfyn Evans won Vodafone Rally de Portugal on Sunday afternoon to claim his fourth career victory in the FIA World Rally Championship.

He put behind him the disappointment of defeat by fractions of a second at the previous round in Croatia to climb to second in the drivers’ standings. He sits two points behind Toyota Gazoo Racing team-mate Sébastien Ogier.

Evans, driving a Yaris World Rally Car, grabbed top spot from Ott Tänak when the Estonian retired his Hyundai i20 on Saturday afternoon with smashed suspension.

He was in no mood to risk another setback to his title bid and charged through Sunday morning’s opening speed test to double his overnight 10.7sec advantage over Dani Sordo. He eased through the remaining four stages to win by 28.3sec.

“We weren’t maybe the fastest, fastest crew this weekend but still we had really good pace, kept out of trouble and did enough to keep Dani behind today,” said a jubilant Evans. “This comes at a really good time for our championship challenge as we move into some tough gravel rallies.”

Sordo led the three-day gravel fixture for much of Friday’s opening leg in his i20 until he stalled his engine and dropped behind Tänak. But on a rally in which managing the use of Pirelli’s hard and soft compound tyres was crucial, he was frequently uncomfortable with his choices.

The Spaniard ate into Evans’ lead in Saturday evening’s closing test but had no answer to the Welshman’s Sunday morning riposte.

Ogier started the Matosinhos-based event, round four of 12, at the top of the championship. First in the running order on sandy roads that favoured cars starting later in cleaner and more grippy conditions was a major hurdle for the Frenchman.

Shrewd tyre selection and problems for those ahead allowed Ogier to steadily climb the order and finish third, almost a minute behind Sordo. Toyota’s double podium extended its manufacturers’ championship lead to 37 points.

Takamoto Katsuta scored a career-best fourth place in a third Yaris. The Japanese driver traded places with Ogier during Saturday’s gruelling leg in the Cabreira Mountains, before measuring his pace through Sunday’s five-stage finale.

M-Sport Ford duo Gus Greensmith and Adrien Fourmaux were fifth and sixth in Fiestas. Both dropped time with throttle problems and Fourmaux lost more time in a first-day spin, but fifth equalled Greensmith’s best WRC performance.

WRC2 winner Esapekka Lappi was seventh in a Volkswagen Polo GTI R5 ahead of fellow support category drivers Teemu Suninen, Mads Østberg and Nikolay Gryazin.

Tänak was joined on the retirement list by Thierry Neuville, who tipped his i20 on its side and broke the rear suspension. Both restarted and gained some consolation by taking first and second-placed bonus points on the iconic Fafe Wolf Power Stage.

Drivers face a quick turnaround before round five on the gravel roads of the Mediterranean island of Sardinia. Rally Italia Sardegna is based in Olbia on 3 – 6 June.

WRC2: LAPPI DOMINATES AGAIN

The Finn, driving a Movisport-prepared Volkswagen Polo GTI R5, found it difficult to push to the limit in rough conditions on Friday’s opening leg, but still ended the day equal on times with M-Sport Ford Fiesta Rally2 rival Teemu Suninen.

Lappi upped the ante on Saturday morning, taking a clean sweep of stage victories during the first loop in the Cabreira mountains to increase the gap to his opponent.

When Suninen dropped 23.6sec with a puncture in the Amarante speed test, the pressure was off. A clean run on the final day allowed Lappi to make it two wins from two, adding to his Arctic Rally Finland accolade.

The 30-year-old now holds second in the championship standings, although his next appearance is yet to be confirmed.

« It was really a strong rally from us and our team did an amazing job. We didn’t have any problems with the car and on such a rough rally like this, it’s very cool. I am very satisfied, » said the victor.

Suninen was satisfied with his drive, which, excluding a costly spin on the Felgueiras blast, had been pretty much mistake-free. He eventually finished 1min 42.8sec behind Lappi and will switch back to a top-tier Fiesta World Rally Car for Sardinia in two weeks’ time.

Third place was a good result for defending champion Mads Østberg. The Norwegian appeared agitated after stopping to change a wheel on the opening day and struggled to find a rhythm on gravel with his recently-upgraded Citroën C3 Rally2.

Experimentation with the car’s set-up paid off for Østberg, and he claimed four out of five stage victories on Sunday to end the rally 41.5sec behind Suninen.

“We know Sardinia is coming quickly, and we have one week to be at our best. It’s a shame about the puncture on Friday which didn’t allow us to fight, but at least we proved our speed, » he said.

Nikolay Gryazin was 34.3sec further back after an eventful weekend and 14.9sec ahead of Hyundai i20 R5 youngster Oliver Solberg, who dropped more than a minute after getting wedged on a bank in Amarante.

Škoda Fabia pilot Marco Bulacia was sixth after gaining valuable experience on unexplored territories. He was 4min 41.6sec off the winning pace at the finish and holds third in the standings after finishing every rally he has entered.

The stages took their toll on a number of competitors over the weekend. Technical issues stopped Eric Camilli on Friday morning, whilst Tom Kristensson got his Fiesta stuck in a ditch.

Both drivers were able to rejoin the field under restart rules and finished seventh and eighth respectively.

WRC3 : KAJETANOWICZ SEALS BACK-TO-BACK WINS

Kajetan Kajetanowicz picked up where he left off last month to take a hard-fought WRC3 victory at Vodafone Rally de Portugal.

Kajetanowicz was slow out of the blocks on Friday and found himself 25.5sec back from top spot after only three stages. He responded with a courageous drive over the afternoon loop and moved within 3.5sec of Citroën C3 Rally2 man Yohan Rossel.

The Polish star leapfrogged Rossel on Saturday to snatch the lead, but then spun his Škoda Fabia in the daunting Amarante speed test. The mistake cost him 23.6sec and he dropped back behind his rival heading into the final day.

A committed drive on Sunday propelled Kajetanowicz into the lead once again. He was fastest on three of the five stages, and stayed in front to claim victory by just 5.6sec after nearly four hours of flat-out driving.

Chris Ingram was 49.7sec behind Rossel and claimed his first podium in another Škoda. After picking up a 10sec time penalty on day two for a late check-in, he turned up the heat on Sunday to claim a stage win over the first pass of Fafe.

Frenchman Nicolas Ciamin ended the event 36.2sec adrift of Ingram in another C3 car, whilst Josh McErlean completed the top five, 4min 10.7sec back from the leaders on his second WRC3 outing. Fabia man Fabrizio Zaldivar was another 56.9sec behind.

Armindo Araujo took the honours in the battle for bragging rights amongst the Portuguese drivers. The ex-PWRC champion finished seventh in his Fabia and even claimed a stage win on the Mortágua blast.

Championship contender Emil Lindholm was forced to stop on the opening day after picking up three punctures and running out of spare tyres. After restarting, the Finn went on to claim a handful of fastest times to finish 10th in his Škoda.

Former football manager André Villas-Boas kept his Citroën on the road and made it to the end of his WRC debut. The Sports and You driver took a cautious approach to finish 35min 3.6sec away from the leaders in 12th.

Early pacesetters Jan Solans and Pepe López both retired after going off the road on the opening day. Hard-charging Estonian Egon Kaur also suffered a similar fate when he rolled his Volkswagen Polo in SS10.

JUNIOR WRC : SESKS SOARS TO CHAMPIONSHIP LEAD

Mārtiņš Sesks scorched into the lead of the FIA Junior WRC after bagging the second win of his career at Vodafone Rally de Portugal on Sunday afternoon.

The Latvian eased to victory through Sunday’s final leg after starting the day with more than three minutes in hand over Sami Pajari. Sesks eventually triumphed by 3min 11.8sec in his Ford Fiesta Rally4.

The gruelling gravel roads of northern and central Portugal made life difficult for the WRC’s rising stars and Sesks was the only driver to avoid major problems at this second round of five.

“It’s a big relief after a really rough, tough weekend,” he said. “The whole week was really tough, so it’s nice to be here at the finish and even more so to be first.”

Opening round winner Jon Armstrong led for most of Friday’s opening leg but a puncture relegated the Irishman and promoted Pajari into the lead. His hopes were shattered when his car’s power steering broke and Sesks took a lead he would not relinquish.

Power steering maladies dashed Pajari’s victory hopes

Robert Virves was third, almost 12 minutes behind Sesks. The Estonian recovered well after two opening day punctures and headed home Martin Koči, who was sidelined from second on Saturday with a broken driveshaft.

A similar problem stopped William Creighton in his tracks the previous day, but the Northern Irishman returned to finish fifth, with Lauri Joona completing the finishers in sixth.

Engine problems eventually accounted for both Armstrong and Raul Badiu.