13 août 2022

GT World Challenge : Mercedes-AMG revient au sommet et l’ASP Akkodis conquiert enfin les TotalEnergies 24 Heures de Spa (video)

Mercedes-AMG célèbre sa première victoire aux TotalEnergies 24 Hours of Spa depuis 2013 après qu’AMG Team Akkodis ASP ait remporté une 74e édition passionnante de la classique d’endurance belge, qui s’est déroulée devant une salle comble et dans des conditions météorologiques parfaites du début à la fin.

#88, Pro Cup, Raffaele Marciello, Daniel Juncadella, Jules Gounon, AMG Team AKKODIS ASP, Mercedes-AMG GT3, P1

La marque allemande a réalisé un doublé dans la plus grande course GT du monde, la voiture Akkodis triomphante ayant été suivie par une autre voiture AMG de l’équipe GetSpeed. Iron Lynx a terminé troisième avec la Ferrari n°71, un bon résultat après sa victoire au classement général il y a 12 mois.

La victoire dans la course était devenue une sorte d’obsession pour Jérôme Policand et son équipe Akkodis ASP, notamment après avoir échoué en pole position en 2020 et 2021. Le désir de Policand de soulever le trophée des vainqueurs était tel qu’il a rassemblé une équipe d’étoiles composée de Raffaele Marciello, Jules Gounon et Dani Juncadella, l’un des équipages les plus forts de la course GT mondiale, pour soutenir l’assaut de Spa.

#50, Pro Cup, Daniel Harper, Neil Verhagen, Max Hesse, Rowe Racing, BMW M4 GT3, P2

La Mercedes-AMG n°88 s’élance une nouvelle fois de la pole position, mais est reléguée en deuxième position presque immédiatement lorsque Klaus Bachler passe en trombe sur la Porsche Dinamic Motorsport n°54. Le pilote autrichien est resté en tête pendant le premier relais, mais la course de cette équipe s’est terminée dans la nuit.

La voiture d’Akkodis ASP a été très performante pendant toute la première moitié de la course, se classant troisième aux 6 et 12 heures pour marquer des points importants au championnat. Contrairement aux dernières éditions, la voiture a continué à rouler sans problèmes significatifs et était toujours fermement en lice lorsque le soleil s’est levé sur Spa-Francorchamps.

Race Start

La BMW n°98 du ROWE Racing était en tête aux deux moments décisifs. L’équipage composé de Nick Catsburg, Augusto Farfus et Nick Yelloly s’est placé en tête grâce à la stratégie, puis a affiché un rythme impressionnant en tête du peloton. En effet, la nouvelle M4 GT3 s’est avérée être la voiture la plus rapide sur la piste dans des conditions froides, amenant la voiture sœur n°50 à se battre également.

La Porsche KCMG n°47 est également apparue comme un sérieux prétendant à la victoire dans la matinée, malgré un départ en fond de grille suite à un problème de freins lors des qualifications. La remarquable ascension de l’équipe de Hong Kong s’est accélérée au fil de la matinée, Nick Tandy passant devant Davide Rigon (Ferrari #71 Iron Lynx) vers 7 heures du matin pour prendre la tête.

#71, Pro Cup, Antonio Fuoco, Daniel Serra, Davide Rigon, Iron Lynx, Ferrari 488 GT3, P3

Dans une phase de la course où les concurrents s’éloignent habituellement et où une poignée de favoris émergent, l’édition de cette année est devenue plus compliquée au fur et à mesure que la matinée avançait. La BMW n°98 était toujours en tête à 16 heures après que Yelloly ait poussé Marciello à commettre une erreur et ait pris l’avantage dans la course vers Blanchimont.

#55, Pro Cup, Maro Engel, Maxi Buhk, Mikael Grenier, AMG Team GruppeM Racing, Mercedes-AMG GT3, P4

La voiture ASP Akkodis n°88 a connu son seul soucis à la 20e heure lorsqu’elle a été touchée à l’arrêt de bus par la Mercedes-AMG Sky Tempesta Racing n°93 pilotée par Jonathan Hui. Ce dernier a heurté Gounon alors qu’il tentait de rentrer dans les stands et a reçu une pénalité pour cette erreur.

A ce stade, il est encore impossible de se prononcer, les différentes stratégies de ravitaillement font qu’il n’y a pas de leader évident. Outre la Mercedes-AMG n°88, la Porsche n°47, la BMW n°98, la Ferrari n°71 et l’Aston Martin Beechdean AMR n°95 font également partie du peloton de tête.

#98, Pro Cup, Nicky Catsburg, Augusto Farfus, Nick Yelloly, Rowe Racing, BMW M4 GT3, P5

Cette dernière a été impliquée dans l’un des moments les plus dramatiques de la course après que Gounon ait rattrapé Nicki Thiim dans l’Aston Martin n°95 et qu’ils se soient retrouvés côte à côte à Eau Rouge. Le Français semblait avoir pris de l’avance à Raidillon, mais Thiim a gardé son pied à fond et a fait un contact mineur avec le côté de la Mercedes-AMG, envoyant l’Aston pirouetter à travers la piste. Après être sorti de la voiture, le Danois a déclaré qu’à un stade aussi avancé de la course, il ne pouvait tout simplement pas lever.

 

Alors qu’un concurrent s’en va, un autre fait son entrée. L’AMG Team GetSpeed a fait un parcours tranquille, mais en optimisant la longueur maximale de ses relais, la Mercedes-AMG n°2 est devenue un sérieux challenger pour la victoire. Alors que l’épreuve entrait dans ses deux dernières heures, la lutte semblait se réduire à une bataille de trois voitures, mais l’équipe ROWE a eu le cœur brisé lorsque Nick Yelloly a crevé. Le pilote britannique est rentré aux stands en boitant et, bien que la voiture ait pu continuer, ses espoirs de victoire ont été anéantis.

#38, Pro Cup, Marvin Kirchhöfer, Oliver Wilkinson, Rob Bell, Jota, McLaren 720S GT3, P6

Et puis il y en a eu deux. Après avoir pris la tête de la course grâce à la stratégie, la voiture AMG Team GetSpeed n°2 n’avait pas vraiment le rythme pour lutter contre Akkodis ASP. Avec des pneus plus frais, Marciello a rattrapé Luca Stolz et a fait une tentative dans La Source. Les deux pilotes se sont retrouvés côte à côte, mais la voiture GetSpeed a serré la n°88 et Marciello a rebondi sur le gravier, un incident pour lequel Stolz s’est excusé par la suite.

#2, Pro Cup, Luca Stolz, Steijn Schothorst, Maxi Götz, AMG Team GetSpeed, Mercedes-AMG GT3, P7

Malgré une perte de temps significative, la voiture d’Akkodis a été en mesure d’obtenir un autre tour dans le tour suivant. Il n’y a pas eu de problème cette fois-ci, le pilote suisse prenant la position. La séquence de ravitaillement signifiait que l’AMG Team GruppeM n°55 menait jusqu’à 30 minutes de la fin, mais l’équipe Akkodis avait fait assez pour mettre le résultat hors de doute. Une fois que la #55 s’est arrêtée, Marciello a été clair jusqu’à l’arrivée, prenant finalement le drapeau à damier avec 31 secondes d’avance.

#47, Pro Cup, Dennis Olsen, Nick Tandy, Laurens Vanthoor, KCMG, Porsche 911 GT3-R (991.II), P8

AMG Team GetSpeed réalise un doublé Mercedes-AMG, tandis que l’équipe Iron Lynx complète le podium avec son équipage n°71 composé de Davide Rigon, Antonio Fuoco et Daniel Serra. La voiture la plus rapide dans la préparation de l’événement principal, la voiture n’a jamais été un concurrent sérieux pour la victoire après une pénalité pour une infraction à la voiture de sécurité pendant la matinée. Néanmoins, elle avait le rythme pour rester dans le groupe de tête, tandis que Fuoco pouvait libérer un peu plus de vitesse dans les derniers instants, alors que Maro Engel le poursuivait dans la Mercedes-AMG n°55.

#51, Pro Cup, Miguel Molina, James Calado, Nicklas Nielsen, Iron Lynx, Ferrari 488 GT3, P9

Engel avait dépassé Dan Harper dans la BMW ROWE Racing n°50, qui a terminé cinquième pour donner à la formation junior un superbe résultat pour sa première course à Spa. La BMW sœur était la suivante, suivie de la Porsche #47 KCMG et de la McLaren #38 JOTA, qui ont encore une fois couru à un rythme métronomique pour obtenir un bon résultat dans les Ardennes. La Ferrari Iron Lynx n°51 et l’Aston Martin Beechdean AMR n°95 complètent le top 10.

La Silver Cup a été remportée par l’Audi Team WRT n°30 après une course difficile qui a vu plusieurs concurrents se faire éliminer. Al Manar Racing by HRT a dominé les premières étapes, atteignant même la sixième place au classement général avec Fabian Schiller au volant de sa Mercedes-AMG n°777, mais a été éliminé par un accident au début d’une période jaune sur tout le circuit.

#95, Pro Cup, Maxime Martin, Marco Sorensen, Nicki Thiim, Beechdean AMR, Aston Martin Vantage AMR GT3, P10

Tresor by Car Collection a été le prochain à prendre la tête, mais son Audi n°11 s’est retrouvée dans les barrières juste avant la septième heure. Le Haupt Racing Team a pris le contrôle de la course pendant la nuit, mais sa Mercedes-AMG est tombée en panne dans la matinée. La course s’est alors transformée en une bataille entre l’Audi n°30 du Team WRT, l’Audi n°99 d’Attempto Racing et la Lamborghini n°14 d’Emil Frey Racing.

#30, Silver Cup, Jean-Baptiste Simmenauer, Benjamin Goethe, Thomas Neubauer, Team WRT, Audi R8 LMS evo II GT3, P13, P1 Silver

Cette dernière faisait figure d’outsider en raison de sa stratégie de ravitaillement hors séquence, mais ses chances ont été anéanties par une crevaison à 45 minutes de la fin de la course. Il ne restait plus que les deux Audi à courir jusqu’à l’arrivée, l’équipage du Team WRT composé de Thomas Neubauer, Benji Goethe et Jean-Baptiste Simmenauer remportant une victoire de classe méritée. Après avoir géré les dernières étapes, Neubauer était submergé par l’émotion après le drapeau à damier.

 

Les Iron Dames ont remporté une victoire retentissante et immensément populaire à la Gold Cup. Le premier équipage entièrement féminin de l’ère GT a couru sans rencontrer de problèmes majeurs au début de la course et a ensuite pris la tête de la classe pendant la nuit. La Ferrari n°83 a pris la tête à 11 heures et n’a plus été contestée par la suite, conservant un avantage de deux tours pendant toute la seconde moitié de la course.

#14, Silver Cup, Tuomas Tujula, Stuart White, Konsta Lappalainen, Emil Frey Racing, Lamborghini Huracan GT3 Evo, P14, P2 Silver

Ainsi, Rahel Frey, Sarah Bovy, Michelle Gatting et Doriane Pin ont pu mener la course jusqu’au bout, seuls des problèmes techniques ou de la complaisance pouvant les arrêter. Elles n’ont souffert ni de l’un ni de l’autre, prenant le drapeau à damier avec trois tours d’avance sur leurs concurrentes.

#52, Pro-AM Cup, Stefano Costantini, Louis Machiels, Andrea Bertolini, Alessio Rovera, AF Corse, Ferrari 488 GT3, P20, P1 Am

La bataille pour les honneurs du Pro-Am a commencé de manière relativement calme, mais il y a eu beaucoup de suspens le dimanche matin. La Ferrari AF Corse n°52 a pris la tête du peloton, remportant la sixième victoire de classe de l’équipe depuis 2011 et une troisième pour les pilotes Louis Machiels et Andrea Bertolini. La Porsche Herberth Motorsport n°24 a mené la course très tôt, progressant de manière significative avec l’as belge Alessio Picariello au volant, mais le désastre a frappé à la 18e heure.

 

#75, Pro-AM Cup, Dominik Baumann, Martin Konrad, Kenny Habul, Philip Ellis, SunEnergy1- by SPS, Mercedes-AMG GT3, P28, P2 Am

Lorsque la course repasse au vert après une voiture de sécurité, la n°24 se retrouve au milieu d’un groupe de voitures, dont la Lamborghini Emil Frey Racing n°19 de la catégorie Pro. Arthur Rougier est passé à l’intérieur de Niki Leutwiler et il y a eu un contact entre les deux, envoyant la Porsche dans les graviers. Elle a été évacuée par un véhicule de sécurité, mais a abandonné peu après lorsque sa roue arrière gauche s’est détachée.

#83, Gold Cup, Doriane Pin, Rahel Frey, Sarah Bovy, Michelle Gatting, Iron Dames, Ferrari 488 GT3, P18, P1 Gold Cup

 

Cela a permis au Garage 59 de reprendre la tête de la course, mais il y a eu un autre changement peu de temps après lorsque Andrea Bertolini a dépassé Miguel Ramos, ce qui a permis à la Ferrari AF Corse n°52 de prendre la tête de la catégorie. La course était bien engagée jusqu’à ce qu’un contact entre la machine de Garage 59 et la Ferrari Sky Tempesta Racing n°93 envoie Ramos dans la barrière, détruisant l’avant de la McLaren et nécessitant une longue réparation.

#33, Gold Cup, Arnold Robin, Ryuichiro Tomita, Ulysse De Pauw, Maxime Robin, Team WRT, Audi R8 LMS evo II GT3, P24, P2 Gold Cup

 

Cela a donné à AF Corse un avantage de trois tours en tête du peloton et, comme l’équipe Ferrari Iron Dames, ils en ont profité. Machiels et Bertolini ont été rejoints dans la Ferrari n°52 par Stefano Costantini et Alessio Rovera, ce dernier enregistrant le meilleur tour complet de la course et établissant un nouveau record de l’ère GT3.

La bataille de la Coupe de bronze a prouvé qu’il suffit de deux voitures pour faire une course automobile. La Mercedes-AMG n°20 de SPS automotive performance et la BMW n°35 de Walkenhorst Motorsport sont restées ensemble pendant la majeure partie des 24 heures, souvent séparées par quelques secondes seulement et échangeant leur place à plusieurs reprises. Finalement, c’est une petite erreur qui a décidé de la course : une sortie de piste a endommagé le plancher de la BMW, l’envoyant dans les stands pour réparation. Cela a permis à la Mercedes-AMG n°20 de remporter la victoire avec son équipage composé de George Kurtz, Reema Juffali, Valentin Pierburg et Tim Müller.

Podium Silver

 

Podium Pro am

 

Podium Gold Cup

Avec une affluence officielle confirmée à 73 000 spectateurs, l’édition 2022 a vu les TotalEnergies 24 Hours of Spa revenir à leur meilleur niveau. Le défilé, le concert de musique du samedi soir et une atmosphère de paddock animée ont assuré une semaine spéciale dans les Ardennes. Un doublé dans la course phare, près d’une décennie après son dernier triomphe, a constitué un retour tout aussi spectaculaire pour Mercedes-AMG.

24h de Spa ici

Les Championnats ici

Citations :

Raffaele Marciello, #88 AMG Team Akkodis ASP Mercedes-AMG :

 » Je n’ai pas gagné en 2017, l’année dernière j’ai eu un problème, l’année précédente c’était pareil et j’ai toujours vu quelqu’un d’autre gagner cette course et c’est devenu frustrant de voir d’autres pilotes et marques gagner alors que j’ai été si proche et que je n’ai pas gagné jusqu’à présent. Peut-être que nous n’étions pas aussi rapides ici cette année que nous l’avons été auparavant, mais nous avons fait un bon travail avec les pneus et mon coéquipier a fait un travail incroyable, de plus l’équipe était parfaite sur les arrêts au stand et nous n’avons presque pas eu de problèmes de limites de piste. Nous avons été à peu près aussi parfaits que possible aujourd’hui. »

Jules Gounon, #88 AMG Team Akkodis ASP Mercedes-AMG :

« L’émotion est assez incroyable. L’année dernière a été très difficile pour nous, mais nous savions que nous avions la voiture pour cela, mais c’était déchirant quand nous avons eu la panne mécanique. Mais j’ai eu la chance de gagner cette course quand j’avais 22 ans et à l’époque, je n’avais pas réalisé à quel point c’était difficile de gagner cette course. En venant ici depuis des années et sans la gagner, vous voyez le défi et vous savez que gagner ici est quelque chose de très spécial. Je pense que pour gagner cette course, il faut tout : les coéquipiers, l’équipe, la voiture… tout pour réussir. Je pense que c’était juste notre jour aujourd’hui ».

Dani Juncadella, #88 AMG Team Akkodis ASP Mercedes-AMG :

« Vous pouviez voir l’émotion de l’équipe et de Jérôme. Il court après cette victoire depuis si longtemps, il avait une voiture super rapide en qualifications ces trois dernières années, et de très bonnes équipes de pilotes, mais nous n’avons pas semblé y arriver avant. C’est une course si longue avec tellement de choses qui se passent. J’ai toujours le sentiment que Spa vous choisit et pendant toute la course j’ai eu le sentiment que les choses allaient dans notre sens. Il y a eu une situation que je veux expliquer. Avant le drapeau rouge, je suis monté et le boîtier de pédales était complètement desserré, et je ne pouvais pas conduire car les pédales montaient et descendaient et j’essayais de rouler à plat. Après trois virages, il y a eu un drapeau jaune, et j’ai essayé de le réparer mais je n’ai pas pu, et ensuite la voiture de sécurité, je n’ai pas pu le faire non plus, mais alors le drapeau rouge est arrivé et j’ai pu m’arrêter et sortir et travailler avec mon mécanicien pour le réparer. Sinon, la course aurait été terminée, et ce sont les petits coups de chance dont vous avez besoin pour gagner une course comme celle-ci. Mes coéquipiers ont fait un excellent travail et l’équipe a été formidable avec la stratégie. Cette fois, nous avons fait un show parfait et les choses ont joué en notre faveur et nous voilà vainqueurs de Spa. »

Maxi Götz, #2 AMG Team GetSpeed Mercedes-AMG :

« Il était temps de gagner pour AMG, cela faisait longtemps : neuf ans maintenant depuis ma dernière victoire à l’époque, alors obtenir un double podium et une double arrivée pour AMG est vraiment génial. Nous ne pouvions pas y croire avant de commencer le week-end. Nous espérions un résultat comme celui-ci et nous avons poussé pour cela, mais on ne sait jamais et rien n’est garanti dans des courses comme celle-ci. Bien sûr, nous avons également eu des problèmes avec la voiture et la boîte à pédales et un contact dans la pitlane, ce qui nous a valu une pénalité dont nous avons dû nous battre. Ce n’était pas une course claire et nous avons perdu un peu de rythme en raison des dommages sur la voiture et finalement nous ne méritons pas la première place, mais nous méritons la deuxième. L’équipe a fait un excellent travail, tout comme Steijn et Luca, et nous n’avons pas abandonné. Nous étions loin derrière, nous avons changé la stratégie un peu pendant la course pour dire ‘ok, c’est tout maintenant, finir sur le podium ou être dernier’ et ça a payé à la fin. C’est quelque chose de spécial. Sur ce circuit, il faut croire en soi et espérer avoir de la chance. »

Luca Stolz, #2 AMG Team GetSpeed Mercedes-AMG :

« En fait, la lutte avec Raffaele à la fin était un peu trop serrée. Nous avons eu une traction de merde et puis nous nous sommes touchés tous les deux et il est allé dans le gravier un peu, ce qui n’était pas volontaire et je me suis déjà excusé pour cela. Mais le tour suivant, il m’a rattrapé parce qu’il avait une voiture plus forte et ils méritaient de gagner, donc félicitations à eux. »

Steijn Schothorst, #2 AMG Team GetSpeed Mercedes-AMG :

« Oui, cela compte comme un moment fort de ma carrière. C’est mon premier podium dans une course de 24 heures donc je suis vraiment heureux et l’avoir sur cette course, une course aussi importante, est un sentiment formidable. Je dois remercier l’équipe et mes coéquipiers de m’avoir donné la chance d’être ici. »

Antonio Fuoco, Ferrari #71 AF Corse :

 » Au début du week-end, nous semblions assez forts, mais nous avons perdu un peu de rythme avant les autres séances et n’avons pas progressé comme nous le voulions et avons perdu un peu de rythme. Mais nous sommes assez heureux avec le podium parce que nous avons maximisé notre rythme et fait un bon travail avec les limites de la piste et nous devons remercier l’équipe pour avoir fait un travail incroyable tout au long du week-end. »

Davide Rigon, Ferrari #71 AF Corse :

« Le drive-through a été un point clé de la course pour nous, et j’ai trouvé cela frustrant parce que je n’ai pas l’impression d’avoir fait quelque chose de mal pour le mériter, mais nous devons respecter les règles que le directeur de course nous donne à et le système de marshalling. Je me suis senti désolé parce que nous étions en tête à ce moment-là, mais pour être honnête, nous n’avions pas le rythme des Mercedes ce week-end. Au final, ce podium nous rend très heureux parce que la course n’a pas été facile après la pénalité, mais nous regardons les choses positives et être ici sur le podium, marquer de gros points, c’est génial. Nous avons aussi une super équipe ici et j’adore piloter avec Daniel et Antonio et toute l’équipe Iron Lynx. »

Daniel Serra, Ferrari AF Corse n°71 :

« L’objectif est bien sûr de viser le titre en Endurance Cup. Je tiens à remercier l’équipe et mes coéquipiers pour ce week-end. Nous n’avions pas le rythme pour nous battre pour la victoire comme nous l’aurions voulu mais nous devions faire de notre mieux et je pense que nous avons fait du bon travail. Les points sont très importants pour l’équipe et je ne sais pas exactement où nous sommes dans le championnat maintenant, de toute façon je ne suis probablement pas là pour la saison complète car j’ai mes engagements en stock-car au Brésil, donc je ne serai pas là pour la prochaine course, mais je souhaite bonne chance à Davide et Antonio pour la prochaine course. »

Thomas Neubauer, Audi n°30 Team WRT :

« Je ne suis pas très porté sur les émotions, mais cette fois-ci, c’était comme si j’avais tout fait. Honnêtement, c’est juste le travail que nous avons fait avec l’équipe, mes coéquipiers, les ingénieurs, les mécaniciens, tout le monde, tout le monde chez WRT a fait un travail fou. Je pense que nous avons eu une saison incroyable en termes de chance, mais clairement celle-ci n’est pas une question de chance. Nous n’avons fait aucune erreur, aucune pénalité, rien, nous avons vraiment travaillé dur, la tête basse, vraiment concentrés sur nous-mêmes. Je donne tout à chaque tour, à chaque virage, j’essaie de pousser le plus possible, je donne tout. Donc, oui, à la fin, ça ressemble à une grande victoire. »

Jean-Baptiste-Simmenauer, Audi n°30 Team WRT :

« Ce n’était pas si facile, nous avons dû nous battre pour garder le rythme. C’était bien, bien de finir comme ça, nous avons eu beaucoup d’arrêts pendant la course, en reculant parfois de beaucoup de places, donc nous avons dû nous battre pour revenir là où nous sommes. Donc c’est bien d’être ici. »

Benjamin Gothe, Audi #30 Team WRT :

 » Honnêtement, en arrivant dans ce week-end, je rêvais de cette situation. Les 24 heures de Spa sont la plus grande course de GT3 au monde et être sur la plus haute marche du podium. C’est une grande réussite pour l’équipe et les pilotes. Oui, c’est un rêve qui se réalise pour nous tous. »

Andrea Bertolini, Ferrari #52 AF Corse :

« Du point de vue émotionnel, celui-ci est spécial parce que j’ai gagné Spa cinq fois, deux fois au classement général quand j’étais jeune en GT1 et trois fois avec Louis. Mais chaque année est plus difficile parce que le niveau augmente d’année en année, et cette année était vraiment difficile. Dès le début, nous avons eu un problème et nous sommes partis des stands, mais vendredi soir, j’ai envoyé une photo à Louis car nous avons gagné ici il y a dix ans et nous étions partis des stands également. Donc probablement que la prochaine course nous pourrons partir des stands ».

Louis Machiels, Ferrari #52 AF Corse :

« Bien sûr, c’était assez difficile, surtout les limites de la piste. Je pense que c’est un bon système. En attendant, félicitations aux gars qui n’ont pas eu de limites de piste. La piste a beaucoup changé, c’est bien. Surtout avec le gravier, le truc c’est que si vous entrez dans le gravier, alors vous êtes fini. Si je devais revenir dans dix ans, je le referais, mais j’ai 61 ans, alors j’espère revenir. »

Stefano Costantini, Ferrari AF Corse n°52 :

« Pour moi, c’est un rêve ici. Je n’arrive pas à croire que nous avons gagné la course en Pro-Am. C’était une course très difficile car nous sommes partis des stands. Mes coéquipiers ont fait un très bon travail et Alessio a réalisé le meilleur tour et a fait un travail incroyable. La voiture était très très rapide et nous n’avons pas eu de problème pendant la course. La piste a complètement changé pendant la course à cause des graviers. Peut-être que nous sommes très chanceux avec la météo car nous avons eu du beau temps toute la semaine. »

Sarah Bovy, #83 Iron Dames Ferrari :

« C’est incroyable. J’avais l’âge de Doriane la première fois que j’ai fait cette course. 15 ans plus tard, je suis tellement fière d’être de retour ici avec cette équipe incroyable, et vous savez, mes coéquipiers. Toute notre équipe a fait un travail remarquable pendant toute la semaine. Toutes les décisions prises par les ingénieurs ont été excellentes et tout s’est bien passé. Nous ne pouvions pas rêver d’une meilleure course et nous nous sommes battus jusqu’au dernier tour. Je suis juste tellement heureux de pouvoir vivre cela avec mes amis et ma famille ici. C’est fantastique. »

Rahel Frey, #83 Iron Dames Ferrari :

« Cela ressemble à un grand résultat historique. C’est un très bon signe et un très bon message à envoyer. Nous voulons motiver plus de filles à venir et à réaliser la même chose, les encourager à nous rejoindre dans le monde du sport automobile. Nous roulons en costume rose dans une voiture rose et cela ne fait que souligner le message que nous voulons diffuser pour que les femmes s’engagent dans le sport automobile. Mais comme Sarah l’a dit, c’était une course difficile et nous continuons à nous battre en espérant que d’autres succès suivront. »

Doriane Pin, #83 Iron Dames Ferrari :

« C’était tout simplement incroyable. La course était incroyable et tellement émouvante. Nous avons fait un travail incroyable, nous n’avons fait aucune erreur et nous avions un bon rythme. J’ai aussi pu faire mon premier relais de nuit et mes coéquipiers et l’équipe ont fait un travail incroyable. J’ai envie de pleurer chaque seconde en ce moment… »

Michelle Gatting, Ferrari #83 Iron Dames :

« J’ai eu du mal avec quelques limites de piste, et je pense que j’ai probablement été la seule de l’équipe à recevoir un avertissement – j’en ai eu deux, ce qui est assez impressionnant pour une course de 24 heures. Mais au final, avec deux tours d’avance, ce n’était pas si mal d’avoir ces avertissements. Mais comme les autres l’ont dit, nous sommes très fiers de ce résultat. C’est en fait un peu difficile de croire que nous sommes ici et que nous sommes montés sur la plus haute marche du podium. Quand la semaine a commencé et après les qualifications, le rythme n’était pas vraiment celui que nous attendions. Honnêtement, je ne pensais pas que nous allions gagner cette course spécifique. Cette course est l’une de celles que je craignais le plus dans ma carrière, mais aussi une que j’ai toujours voulu faire. Nous l’avons faite pour la première fois en tant que Dames de Fer et nous l’avons gagnée en tant que Dames de Fer à notre premier essai. Nous avons placé la barre assez haut à cause de cela, mais nous allons l’utiliser comme une motivation pour continuer à réaliser des exploits pour le reste de ce projet. »

George Kurtz, Mercedes-AMG n°20 de SPS automotive performance :

« C’était tout simplement une super course. Venant des États-Unis, cela a toujours été une liste de choses à faire, alors félicitations à toute mon équipe et à l’équipe SPS pour avoir mis en place une excellente voiture. Nous serons le sponsor titre l’année prochaine, alors voir CrowdStrike ici, avoir nos invités ici et obtenir les résultats dans une course aussi brutale, c’est vraiment spécial. »

Reema Juffali, #20 SPS automotive performance Mercedes-AMG :

« C’est la première chose que je leur ai dite [aux Iron Dames], je suis fière et heureuse de les voir sur le podium, et j’espère que nous verrons de plus en plus de femmes dans toutes les facettes du sport. Je dois aussi remercier mes coéquipiers et SPS, c’était une course super, super difficile pour nous. Après 12 heures, oh mon dieu, il y a encore 12 heures et c’était brutal. C’était super dur mais super amusant en même temps, et gratifiant. Je suis juste très heureux d’avoir terminé la course et d’être monté sur la première marche. Je suis vraiment prête à en faire d’autres et j’espère que nous verrons plus de femmes là-haut, encore bravo les filles. »

Valentin Pierburg, #20 SPS automotive performance Mercedes-AMG :

« C’était une course vraiment difficile et nous avons eu beaucoup de problèmes pendant la course et nous les avons très bien gérés. L’équipe des stands a fait un travail incroyable et merci à tous les gars. C’était une grande expérience et j’ai coché cette partie de ma liste de choses à faire maintenant, donc vous ne me verrez plus à Spa. »

Tim Müller, Mercedes-AMG #20 SPS automotive performance :

« C’est difficile parce que c’est un niveau différent. Aussi, vous faites votre course et vous gagnez votre course, d’un autre côté vous avez des pilotes professionnels autour de vous, donc vous devez trouver un moyen de gérer tout cela. Je suis fière d’être dans cette équipe et fière que nous ayons une femme dans notre équipe et je suis impatiente de travailler avec d’autres femmes avec de telles performances.

Communiqué GT World Challenge – SRO

Crédits photos GT World Challenge SRO

 

Haut du site