ELMS, la finale à Estoril a vu le G-Drive et Aston Martin titrés à l’arraché (Endurance)

Posted by

Les titres des catégories LMP2 et LMGTE de la saison European Le Mans Series (ELMS) 2016 ont été conquis à l’issue d’une course d’une très grande intensité dramatique. Leaders du classement provisoire avant le départ de la course, l’Oreca 05-Nissan n°46 de Thiriet by TDS Racing (LMP2) et la Ferrari 458 Italia n°66 de JMW Motorsport (LMGTE) ont rencontré des problèmes techniques lors de la première moitié de la course.

elms-estoril-_d4s3624-b
Le G-Drive Racing, champion. pht. A.Camblor

Respectivement vainqueurs des 4 Heures d’Estoril en LMP2 et LMGTE, Giedo van der Garde/Simon Dolan/Harry Tincknell (Gibson 015S-Nissan G-Drive Racing n°38) et Alex McDowall/Andrew Howard/Darren Turner (Aston Martin Vantage n°99) ont marqué les points nécessaires qui leur permettent de coiffer leur rivaux pour s’adjuger les titres ELMS 2016.

elms-estoril-_d4s3081-b
DragonSpeed finit deuxième au classement d’Estoril. pht. A.Camblor

Thomas Laurent, Yann Ehrlacher et Alexandre Cougnaud (Ligier JS P3-Nissan MRacing-YMR n°18) s’imposent en catégorie LMP3, une première à la fois pour les pilotes et pour l’équipe.
Au départ, la Gibson de G-Drive Racing de Giedo van der Garde surgit de la deuxième ligne pour prendre la tête au premier virage, passant l’Oreca Dragonspeed n°21 du poleman Nicolas Lapierre. Ce dernier est également sous la menace de Fabien Barthez (Ligier n°23), mais conserve sa troisième place lorsque l’ancien footballeur part en tête-à-queue au virage 4. Lapierre reprend très vite le commandement.
Partie du fond de grille, l’Aston Martin Vantage n°88 d’Alex McDowall est à l’attaque, il lui faut 14 tours pour revenir en tête des LMGTE, avec quatre secondes d’avance sur la Ferrari n°66, leader du classement général de la catégorie, pilotée par Rory Butcher.
Lauréats du titre LMP3 2016, Alex Brundle et United Autosports s’élancent de la pole position et creusent rapidement l’écart sur leur compagnon d’écurie Wayne Boyd et sur Enzo Guibbert (Ligier Graff n°9).

elms-estoril-_d4s2975-b
Départ. pht.A.Camblor

A l’approche des premiers ravitaillements (31e tour), van der Garde fait l’intérieur à Lapierre dans le virage 2, puis les deux leaders rentrent simultanément au stand. Lapierre passe le volant à Henrik Herdman, tandis que Simon Dolan remplace van der Garde. L’équipe Dragonspeed choisit de ne pas changer de pneus, ce qui permet à Herdman de ressortir des stands devant Dolan. Mais Herdman commet une faute dans son tour de sortie, et traverse le bac à gravier du virage 3. Il rejoint la piste juste devant Dolan, qui prend rapidement le meilleur sur l’Oreca Dragonspeed pour la tête de la course.
En LMGTE, la Ferrari 458 Italia JMW Motorsport n°66 reprend l’avantage sur l’Aston Martin n°99 et se construit rapidement une belle avance.
La Gibson n°38 fait de même sur l’Oreca n°21, tandis que Nic Jonsson (Ligier Krohn Racing n°40) et Pierre Thiriet (Oreca Thiriet by TDS Racing n°46), à la lutte pour la troisième place, reviennent sur Henrik Herdman. Une nouvelle excursion hors piste de ce dernier les fait respectivement grimper en deuxième et troisième positions.

elms-estoril-gt7d6712-b
Aston Martin Racing s’impose à Estoril et au championnat. pht. ELMS

La fin de la première heure voit l’abandon de la Ferrari n°60 de Formula Racing, lorsque Johnny Laursen arrête la voiture dans le virage n°7. Celle de JMW Motorsport rentre au stand pour son premier arrêt et se voit retardée, perdant un tour sur les leaders. Le pire est encore à venir, lorsque la Ferrari n°66 de l’équipe britannique, leader du classement provisoire LMGTE, laisse échapper de la fumée et des flammes, mais Rory Butcher maintient l’allure jusqu’à l’arrêt suivant, où l’on constate une défaillance de la boîte de vitesses. La voiture est alors rentrée dans son box. Une demi-heure plus tard, Rob Smith ne reprend la piste que pour être heurté par la Ligier JS P3 de Mike Guasch, partie en tête-à-queue. Smith parvient à regagner les stands. Mais c’en est fini des chances de titre de la Ferrari n°66, malgré l’acharnement des mécaniciens pour tenter de remettre la voiture en état.
Pour l’Aston Martin n°99, désormais en tête et pilotée à ce moment par Andrew Howard, il suffit de gagner la course pour être couronnée en LMGTE. Terminer deuxième et au-delà serait synonyme de titre pour la Ferrari de JMW Motorsport, malgré son abandon.
Après les problèmes de la Ligier United Autosports n°2 et de la Ferrari n°66, le sort semble s’acharner sur les leaders des classements provisoires, puisque l’Oreca 05-Nissan n°46 de Thiriet by TDS Racing rencontre également des soucis. Quand Pierre Thiriet s’arrête pour passer le relais à Ryo Hirakawa, la voiture ne redémarre pas. Les mécaniciens tentent immédiatement d’y remédier mais lorsque la voiture est rentrée dans son box, on comprend que le problème électrique est beaucoup plus grave. L’équipe française ne ménage pas sa peine et parvient finalement à renvoyer l’Oreca n°46 en piste, mais en queue de peloton, avec plus de vingt tours de retard.
En LMGTE, Darren Turner est maintenant au volant de l’Aston Martin n°99 de tête, avec seulement 0 »4 seconde d’avance sur la Ferrari AF Corse n°51 de Rui Aguas. Le Portugais compte passer l’Aston Martin, qui se voit soulagée de cette pression lorsqu’Aguas fait en tête-à-queue et un passage hors piste dans le virage 1. La plus proche rivale de la GT britannique est une autre Ferrari AF Corse, la n°55, reléguée à 40 secondes. Mais une crevaison la contraint à rentrer au stand.
En LMP3, on retrouve maintenant en tête la Ligier MRacing-YMR n°18 de Thomas Laurent, suivi par Mark Patterson (Ligier United Autosports n°3) et Simon Gachet (Ligier Panis-Barthez Compétition n°16) à cinq secondes. A une heure et demi du drapeau à damier, la Ligier n°18 se fait une petite frayeur en partant en tête-à-queue sur de l’huile dans le virage 3. Thomas Laurent parvient toutefois à conserver le commandement, alors que Simon Gachet déloge Patterson de la deuxième place. Mais un souci technique contraint la Ligier n°16 à rentrer péniblement à son stand.

elms-estoril-_d4s3037-b
La Ligier du Muller Racing (Erhlacher, Laurent, Cougnaud) premiers en LMP3. pht. A.Camblor

Sur la Gibson n°38, c’est maintenant Harry Tincknell qui est au volant, suivi de Stefano Coletti (BR01-Nissan SMP Racing n°32) et Olivier Pla (Ligier JS P2-Nissan Krohn Racing n°40). Nicolas Lapierre, qui a relayé Ben Hanley sur l’Oreca Dragonspeed n°21, se rapproche de la Ligier n°40. A moins de trente minutes de l’arrivée, Lapierre passe successivement Pla et Coletti pour s’installer en seconde position. En tentant de passer Coletti, Pla touche l’arrière de la BR01 et part en tête-à-queue hors piste. Coletti parvient à prendre les devants sur le pilote français lorsque celui-ci regagne la piste.
Harry Tincknell et sa Gibson n°38 franchissent le drapeau à damier en tête, synonyme de victoire mais aussi de titre LMP2, pour la plus grande joie de tous les membres de G-Drive Racing alignés sur le muret. Lapierre termine deuxième à 51 secondes, et devance la BR01 de SMP Racing de près de 30 secondes.
Chargé de ramener à bon port l’Aston Martin n°99 en fin de course, Alex McDowall remporte lui aussi la victoire et le titre en LMGTE. Il termine avec un tour d’avance sur la Ferrari AT Racing d’Alessandro Pier Guidi et la n°55 de AF Corse.
Les lauriers LMP3 reviennent à la Ligier MRacing-YMR n°18 de Yann Ehrlacher, qui reçoit le drapeau à damier pour une première victoire à la fois pour l’équipe et ses pilotes. Le Français termine avec deux tours d’avance sur deux autres Ligier, celle de United Autosports (n°3) et celle de Graff Racing (n°9).

elms-estoril-1-b
Podium LMP2. pht.A.Camblor

Le coup d’envoi de la prochaine saison European Le Mans Series (ELMS) sera donné à Silverstone (Grande-Bretagne) le 15 avril 2017. Il sera précédé par les essais officiels qui auront lieu du 27 au 29 mars sur le circuit de Monza (Italie)

Classement Estoril ici

Classement championnat ici

Gelerie photo d’Antoine Camblor

Leave a Reply