Bottas tient tête à Verstappen et Perez pour remporter sa première victoire en 2021

Posted by

Valtteri Bottas a remporté un Grand Prix de Turquie captivant qui s’est déroulé dans des conditions humides, Max Verstappen (Red Bull) et son coéquipier Sergio Perez complétant le podium.

Valtteri Bottas, P1. Pht. LAT Images

Une pluie légère a parsemé la piste bien avant la course et, bien que la pluie se soit arrêtée, les conditions exigeaient des pneus intermédiaires tout au long de la course.

Bottas a mené la course depuis la pole, son coéquipier chez Mercedes Lewis Hamilton étant parti 11e a cause de sa pénalité de 10 places liée au moteur, tandis que Verstappen suivait le Finlandais. Au 11e tour, Hamilton s’est hissé dans le top 5 après avoir dépassé Pierre Gasly. Le champion en titre allait être promu à la quatrième place lorsque Sergio Perez s’est arrêté au 38e tour.

Start of Race. Pht. LAT Images

Les arrêts aux stands se succèdent à partir du 35e tour, Lando Norris étant le premier à choisir de nouveaux inters, Verstappen le suivant au 37e tour en P2, et Bottas en tête un tour plus tard. Charles Leclerc a été libéré en tête mais au 48e tour sur 58, il a décidé que le pari de renoncer à un arrêt aux stands n’allait pas payer et est entré pour de nouveaux inters. Bottas a livré sa première victoire depuis la Russie 2020 avec une performance sans faille à partir de ce moment-là, un point de bonus étant donné qu’il a également pris le meilleur tour.

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P2, reprend la tête du Championnat. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

L’arrêt de Leclerc a mis Hamilton en troisième position, le Britannique semblant essayer d’aller jusqu’au bout avec ses pneus de départ, ou au moins de passer sur le sec. Les nuages menaçants en ont décidé autrement, et il s’est finalement arrêté au 51e tour, ses pneus étant devenus des slicks. Il était furieux, demandant à son équipe : « Pourquoi avons-nous abandonné cette place ? ! » P5 sera sa dernière place.

Cela a permis à Leclerc de revenir dans le top 3 mais il a été dépassé par Perez au 52ème tour, le pilote Red Bull prenant la P3 et son premier podium depuis la France. Leclerc a terminé quatrième, Hamilton n’ayant pas pu rattraper le pilote Ferrari dans les derniers tours.

Sergio Perez of Mexico driving the (11) Red Bull Racing RB16B Honda, P3. Pht. Dan Mullan/Getty Images

Pierre Gasly (AlphaTauri) a pris la sixième place, après avoir écopé d’une pénalité de cinq secondes pour une collision au premier tour qui a fait partir Fernando Alonso en tête-à-queue. Lando Norris, qui a été l’un des premiers à passer aux stands pour de nouveaux inters (au 35e tour), s’est contenté de la septième place après être parti de la même position.

Carlos Sainz a réussi une brillante remontée jusqu’en P8 alors que des pénalités moteur l’avaient fait partir en 19ème position, le pilote Ferrari est entré dans les points au 14ème tour. Sa remontée dans le classement a été quelque peu compromise par un arrêt au stand de 8’’1 secondes en fin de course, sans lequel il aurait pu être à portée de main de Norris.

Charles Leclerc, P4. Pht. Scuderia Ferrari

Lance Stroll a terminé P9 après être parti huitième pour Aston Martin, remontant d’une place grâce à un dépassement sur Esteban Ocon, P10 d’Alpine, à cinq tours de la fin. Ocon, parti 12e, a gagné deux places, tandis qu’Alonso et Yuki Tsunoda ont été éliminés de la course aux points suite à des têtes-à-queue.

Comment cela s’est passé

Une fine bruine a accueilli les pilotes sur la grille de départ, pour laquelle des gommes intermédiaires ont été enfilées et il y avait des spéculations qu’une ligne sèche se manifesterait peu après le départ… une ligne sèche qui ne s’est jamais matérialisée.

Avec plusieurs pilotes hors de leurs places de départ prévues, la surface couverte d’une couche d’humidité, il y avait un énorme sentiment d’anticipation avant l’extinction des feux. Et le départ a été donné, Bottas menant devant Verstappen, tandis qu’Alonso et Gasly se sont croisés dans le premier virage pour envoyer l’Espagnol en tête-à-queue, Gasly recevant une pénalité de cinq secondes pour cela. Alonso a ensuite fait tomber Mick Schumacher en tête-à-queue au deuxième tour, l’Espagnol recevant lui-même une pénalité de cinq secondes.

Hamilton a gagné deux places dans les premiers tours, mais Yuki Tsunoda s’est avéré être un obstacle difficile pour lui, le pilote AlphaTauri étant parti en neuvième position (et remontant à P8 après le premier tour grâce au tête-à-queue d’Alonso), avant d’être dépassé au virage 3 au huitième tour. Les deux pilotes Alfa Romeo, Antonio Giovinazzi et Kimi Raikkonen, ont également progressé au départ, gagnant quatre places chacun au premier tour, tandis que Carlos Sainz a gagné cinq places depuis la P19 pour se débarrasser de sa pénalité moteur, au cinquième tour.

Lewis Hamilton, P5, a essayé sournoisement comme il sait si bien le faire, de pousser Perez hors piste, mais cela n’a pas fonctionné avec la mexicain. Pht. LAT Images

Au 10e tour, Sainz est passé à la P11 et Hamilton à la P6, tandis que les deux pilotes se frayaient un chemin dans le peloton et que Bottas conservait une avance constante de 2’’5 secondes en tête. Sainz est finalement entré dans les points au 14e tour, mais sa manœuvre sur Sebastian Vettel au virage 1 s’est terminée par un contact entre le pilote Ferrari et l’Aston Martin, ce qui n’a pas amusé Vettel et aucune enquête n’a été jugée nécessaire.

La position de Hamilton dans le top 5 a été confirmée par un dépassement sur Gasly au virage 12, et bientôt il a commencé à se plaindre que ses intermédiaires commençaient à s’user. Et un peu derrière Hamilton, Sainz était bien dans le top 10 après avoir dépassé Tsunoda au virage 12 au 18ème tour pour la P9.

Pierre Gasly of France driving the (10) Scuderia AlphaTauri AT02 Honda, P6. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

La question restait posée : Quand les pneus slick vont-ils entrer en jeu ? Un coup d’œil rapide sur les intermédiaires au 20ème tour montre qu’ils se transforment en pneus slick, la bande de roulement ayant pratiquement disparu. Peu de gens se sont inquiétés de cette évolution.

Ricciardo a été le premier à mordre à l’hameçon et à ravitailler en pneus intermédiaires neufs, au 23e tour, tandis que son coéquipier Norris l’observait attentivement depuis la septième place pour voir comment il allait se comporter. C’est alors que Tsunoda a, par coïncidence, perdu sa chance de marquer un point, en partant en tête-à-queue de la 10e place pour émerger entre les Alfa Romeo en P13.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P7.

Retour à la charge d’Hamilton sur le terrain : Il se rapprochait de Perez à la mi-course, retardé momentanément par Nikita Mazepin, le pilote Haas sous drapeau bleu qui ne regardait pas dans ses rétroviseurs au virage 11. Au 35e tour, Hamilton s’est rapproché de Perez et ils étaient roue contre roue entre les virages 12 et 14, côte à côte dans les trois derniers virages et sur la ligne droite principale, le Mexicain conservant la quatrième place au premier virage, à la grande joie de son équipe.

La fenêtre des stands s’est ouverte au 35e tour, lorsque Norris est passé aux stands pour de nouveaux inters, Verstappen a suivi pour sortir troisième au 37e tour, déclenchant l’arrêt de Bottas un tour plus tard aux côtés de Perez, dont l’arrêt a libéré Hamilton en P4. Au 43e tour, Hamilton a été appelé dans les stands mais il a refusé, ce qui a poussé son équipe à rentrer au garage avec ces pneus intermédiaires en main. Le Britannique se doutait que le circuit pourrait bientôt sécher, ou peut-être qu’il pourrait finir sans s’arrêter ?

Carlos Sainz, P8. Pht. Scuderia Ferrari

En tête, se trouve Leclerc (Ferrari) le pilote qui a suivi le train de pensée d’Hamilton, à savoir qu’il n’avait pas besoin de s’arrêter et qu’il pouvait rester sur ses pneus de départ s’il le voulait. Un accrochage au 45ème tour l’a mis dans le collimateur de Bottas et le Monégasque a eu la tâche peu enviable de garder la Mercedes derrière. On lui a alors dit de se battre et Leclerc a convenu que le pari n’allait pas payer, laissant essentiellement Bottas passer en tête au virage 1 au 47e tour avant son arrêt.

Lance Stroll, Aston Martin AMR21, P9.

Bottas continuerait sans problème, ajoutant le meilleur tour, pour gagner, pour la première fois depuis la Russie 2020, tandis que Verstappen suivait 14’’5 secondes derrière en P2.

De P3, Hamilton finissait par s’arrêter au 51e tour à la demande de son équipe pour ressortir cinquième. Il était furieux, demandant à ses ingénieurs et stratèges de Mercedes : « Pourquoi avons-nous abandonné cette place ?! » Il a ensuite reçu un message radio « Je vous l’avais dit » lorsque les pneus du Britannique ont subi le processus habituel de grainage et l’ont empêché de dépasser la P5. Leclerc a terminé devant, en P4, après avoir été dépassé par Perez au 52e tour.

Esteban Ocon (FRA) Alpine F1 Team A521, P10, n’a pas changé de pneus.

Le Mexicain complète donc le trio de tête et monte sur son premier podium depuis le GP de France, Perez profitant du fait que les intermédiaires de Leclerc s’égrainaient, comme cela semblait être la tendance aujourd’hui et le ralentissaient.

Yuki Tsunoda of Japan driving the (22) Scuderia AlphaTauri AT02 Honda, P14. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

Sixième, Gasly, qui a purgé sa pénalité de cinq secondes au 40e tour, est sorti sixième de cet arrêt après être parti quatrième sur la grille. Et en septième position, la McLaren de Norris, qui s’est rangée plus tôt que la plupart des autres au 35e tour pour finir là où elle était partie.

Fernando Alonso (ESP) Alpine F1 Team A521, P16.

La reprise de Sainz a été entravée par un arrêt au stand de 8,1 secondes au 37e tour, et il a terminé huitième, perdant le point de bonus du meilleur tour au profit de Bottas, devant Stroll (Aston Martin) en P9. Ocon a piloté régulièrement et sans ravitaillement jusqu’en P10 pour le dernier point, alors que son coéquipier Alonso et Tsunoda d’AlphaTauri sont sortis du top 10.

Antonio Giovinazzi et Kimi Räikkönen ont gagné quatre places chacun au départ mais ont terminé 11e et 12e au drapeau à damier, Räikkönen étant particulièrement furieux d’avoir été appelé aux stands alors qu’il voulait désespérément aller jusqu’au bout avec ses gommes de départ.

En 13ème position, on retrouve Ricciardo, l’Australien qui a du mal à avancer avec un problème de frein arrière. Il a trouvé du rythme après son arrêt au 23e tour et a progressé en fin de course, terminant devant Tsunoda, 14e, qui a fait un tête-à-queue au 37e tour et s’est retrouvé bien loin de sa place de départ P9.

George Russell (Williams) partait de la 13e place, mais a fini 15e, après avoir perdu face aux Alfa Romeo au départ. Ensuite, Alonso, l’Espagnol est parti en tête-à-queue suite à un contact avec Gasly, puis a pris une pénalité de cinq secondes pour avoir touché Schumacher, en P16 pour Alpine devant Nicholas Latifi, qui n’a pas pu se remettre de son tête-à-queue au virage 9 du premier tour.

Sebastian Vettel a opté pour les mediums au 38e tour et les tours suivants ont vu le quadruple champion sortir de la piste à plusieurs reprises, avant de retourner dans les stands, avec un tête-à-queue à l’entrée des stands, pour les intermédiaires un tour plus tard. Il a terminé 18e, laissant Schumacher 19e et Mazepin dernier, les deux pilotes complétant le classement pour Haas.

Classement course ici

Les meilleurs tours ici

Les pit-stop ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Citation clé

« Je pense que de mon côté, je dois dire que c’est probablement l’une des meilleures courses que j’ai jamais faite. A part cette petite glissade, tout était sous contrôle, mais comme je l’ai dit avant la course, la voiture a été bonne dans toutes les conditions et j’avais une bonne confiance en elle et je pouvais vraiment la contrôler. Ce n’est pas facile de choisir la stratégie ici avec ces conditions, quand s’arrêter et quel pneu et tout, mais je suis content que tout se soit bien passé pour une fois pour moi et c’est bien.

« Quand il n’y a qu’une seule ligne de séchage, il n’y a pas besoin de beaucoup de choses pour sortir, donc il fallait vraiment se concentrer tout au long de la course. C’est une course difficile et c’est une victoire bien méritée »Valtteri Bottas, Mercedes

Podium. Pht. Mark Thompson/Getty Images

 

La suite

Max Verstappen quitte la Turquie avec six points d’avance au championnat et nous avons une semaine pour rattraper notre retard – après que la tête du championnat ait changé de mains quatre fois au cours des six derniers Grands Prix – avec le Grand Prix des États-Unis du 22 au 24 octobre.

Pht. Steve Etherington

Communiqué la F1

Pirelli

MOMENTS CLÉS

Le pilote Mercedes Valtteri Bottas a remporté le Grand Prix de Turquie depuis le premier rang sur la grille, en utilisant une stratégie à un arrêt avec deux sets de Cinturato Green Intermediates. La même stratégie a été adoptée par presque tous les pilotes. Bottas a ensuite pris la tête au pilote Ferrari Charles Leclerc avec 11 tours à faire, Leclerc étant resté beaucoup plus longtemps sur son ensemble initial d’intermédiaires de départ.

De nombreux pilotes ont effectué de très longs relais d’ouverture sur les pneus intermédiaires, la piste présentant une gamme de conditions humides du début à la fin. Lewis Hamilton arrêtée après 50 tours pour un second ensemble de produits intermédiaires, a terminé cinquième partant 11e sur la grille suite à une pénalité de grille (ayant le meilleur temps de qualification). Esteban Ocon d’Alpine ne s’est pas arrêté du tout pour un changement de pneus, terminant la course à la 10e  place sur une seule série d’intermédiaires.

Carlos Sainz (Ferrari) a gagné 11 places avec deux relais sur les intermédiaires, passant du 19e  sur la grille (après une pénalité de changement de moteur) au huitième à l’arrivée. L’Espagnol a été élu pilote du jour.

Les conditions étaient fraîches avec des pluies intermittentes tout au long de la course, terminant avec une température ambiante de 17 degrés Celsius et 19 degrés en piste.

COMMENT CHAQUE PNEU PERFORME

INTERMÉDIAIRE : Utilisé pendant toute la course par chaque pilote, Ocon ne prenant qu’un seul set du début à la fin. Il y a eu plusieurs longs relais initiaux allant de 35 à 50 tours sur ce composé, qui s’est avéré extrêmement adaptable aux conditions mixtes changeantes, offrant à la fois adhérence et performance.

MEDIUM C3 : Un seul tour a été parcouru avec ce pneu par Vettel, à 20 tours de la fin, mais les conditions étaient encore trop humides, malgré quelques lignes plus sèches émergeant sur la piste.

 

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE

« Après des conditions humides lors des essais libres de samedi, nous avons eu un temps humide du début à la fin du Grand Prix aujourd’hui. Cependant, ce n’était jamais de fortes pluies qui nécessitaient des pluies complètes : c’était plutôt un territoire parfait pour les intermédiaires, qui se sont montrés très bien adapté à un large éventail de conditions humides changeantes. Les pilotes qui ont changé leurs pneus dans les étapes finales de la course ont trouvé une piste légèrement plus sèche, conduisant à un peu plus de grain. Ceux qui s’arrêtaient plus tôt ont pu limiter le grainage sur une piste, et c’était un avantage clé dans les conditions de pluie intermittente. Bottas a appliqué la stratégie parfaite dans les circonstances exigeantes : un seul arrêt avec deux passages sur les intermédiaires. De nombreux autres pilotes ont retardé leur arrêt au stand : aussi parce que ce n’était pas clair dans quelle mesure la piste s’assécherait avant la fin de la course, permettant peut-être même un dernier passage en slicks. a alerté certaines équipes du risque potentiel de le faire. Néanmoins, les performances des intermédiaires ont été très bonnes ici, sans qu’un seul pilote n’abandonne malgré les conditions glissantes sur les 58 tours. »

Pierre Gasly :

Pht. Peter Fox/Getty Images

« Je suis vraiment content d’être de retour dans le top six, je pense que c’est probablement l’une de nos meilleures performances cette saison, surtout dans ces conditions difficiles. Terminer à seulement 10 secondes du podium, après une pénalité de cinq secondes, c’est vraiment bien pour nous. L’incident du virage 1 était un peu malheureux, j’étais pris en sandwich entre Sergio et Fernando, nous nous sommes un peu touchés mais c’était juste assez pour faire tourner Alonso, donc je veux lui dire désolé. Après cela, le rythme était vraiment fort et je suis satisfait des performances de la voiture ce week-end, ça fait du bien d’avoir été rapide à nouveau dès vendredi.

Franz Tost Team Principal Alphatauri :

Pht. Dan Istitene/Getty Images

« Nous avons eu un week-end assez réussi ici en Turquie. Hier, nous avons terminé les qualifications avec les deux voitures dans le top 10, Pierre a donc commencé la course d’aujourd’hui en quatrième position, après la pénalité de Hamilton, et Yuki en neuvième position. Malheureusement, Pierre a eu une collision avec Alonso au virage 1, ce qui lui a valu une pénalité de cinq secondes, qu’il a dû purger au premier arrêt au stand. Cependant, il a réussi à conserver sa sixième position, Norris étant à sept secondes de lui. Après l’arrêt au stand, il a ramené la sixième place à la maison, faisant un travail fantastique malgré les conditions difficiles d’aujourd’hui. C’était la première fois que les pilotes étaient sur l’Inters pour autant de tours, donc personne du côté de l’ingénierie ne savait combien de temps les pneus dureraient ou à quel point ils fonctionneraient bien. C’est pourquoi il n’a pas été facile de décider quand s’arrêter, mais je dois dire que notre groupe stratégique a fait du très bon travail, en particulier avec Pierre, qui s’est arrêté exactement au bon moment. Yuki a également pris un bon départ aujourd’hui et a passé pas mal de tours en huitième position, réussissant à garder Hamilton longtemps derrière, montrant une belle performance. Plus tard, il part malheureusement en tête-à-queue et remonte en 14 e position. C’était un énorme processus d’apprentissage pour lui, car il n’avait pas souvent roulé sur le mouillé, il comprend donc mieux le fonctionnement des Intermédiaires et il connaît mieux la voiture dans ces conditions. D’une manière générale, l’équipe a réalisé une bonne performance ce week-end et nous avons réussi à marquer plus de points pour notre bataille pour la cinquième place du championnat des constructeurs. Nous sommes maintenant impatients de nous rendre aux États-Unis.

MAX VERSTAPPEN :

Pht. Bryn Lennon/Getty Images

« En tant qu’équipe, terminer deuxième et troisième ici était un excellent résultat. C’était une course assez simple aujourd’hui et je pense que dans l’ensemble, nous avons eu une bonne journée. La course était consacrée à la gestion des pneus, pour s’assurer qu’ils durent jusqu’à la fin, ce qui signifie que ce n’était pas la course la plus amusante à conduire car vous voulez toujours pousser fort. Néanmoins, je pense que nous avons maximisé le résultat aujourd’hui et c’est bien d’être à nouveau en tête du championnat des pilotes. J’aimerais avoir un peu plus de rythme dans la voiture, mais nous sommes toujours dans la lutte, nous continuerons à pousser et nous verrons dans les courses à venir à quel point nous serons compétitifs.

CHRISTIAN HORNER, Team Principal Red Bull :

Pht. Mark Thompson/Getty Images

« Un double podium pour nous était un excellent résultat pour ce week-end. Max a repris la tête du championnat des pilotes sur une piste traditionnellement solide pour Mercedes, nous avons limité les dégâts et c’était un excellent travail d’équipe avec beaucoup de points constructeurs, nous allons donc continuer à nous battre. La tête du championnat continue de changer de mains et le reste de l’année va être incroyablement serré, nous avons de grandes courses à venir et c’est bien de mettre Mercedes sous pression. Pour nous, le moment crucial d’aujourd’hui a été le moment où nous aurions pu le garder à l’écart pour maintenir Lewis, mais nous avons décidé de le faire car nous ne pensions pas que les pneus de Hamilton allaient arriver à la fin de la course. Checo a fait un travail incroyable aujourd’hui, il a couru Lewis aussi fort que Max. Il est allé roue contre roue avec lui et il s’est en fait retrouvé dans la voie des stands lorsque Lewis l’a fait sortir, puis c’était une course d’accélération dans la ligne droite départ-arrivée et il est resté fidèle à ça. La prochaine course à Austin a été une forte emprise à Hamilton, nous allons donc devoir être au sommet de notre art, c’est formidable d’être dans ce combat et toute l’équipe en profite vraiment.

Valtteri Bottas :

Pht. Glenn Dunbar/LAT Images

Aujourd’hui était probablement l’une des meilleures courses que j’ai jamais eues – à part cette petite glissade, tout était sous contrôle. La voiture a été fantastique dans toutes les conditions possibles ce week-end et j’avais une grande confiance en elle. Ce n’est pas facile de choisir la stratégie ici avec ces conditions – quand s’arrêter, quel pneu choisir – mais je suis content que tout se soit bien passé pour moi. Quand il n’y a qu’une seule ligne de séchage, il ne vous en faut pas beaucoup pour partir, vous avez besoin d’une concentration maximale tout au long de la course et donc aujourd’hui, c’est comme une victoire bien méritée. Ma première victoire de l’année aussi, c’est super et j’étais heureux de la ramener à la maison. Cela a également pris des points à Red Bull, ce qui est formidable pour moi et l’équipe.

Toto Wolff Team Principal Mercedes :

Pht. Jiri Krenek

Domination absolue de Valtteri aujourd’hui, à 10/10 de lui dès le départ. Il avait la course sous contrôle total, non seulement avec son rythme, mais sa gestion des pneus était fantastique. Bravo Valtteri, un week-end très fort.

Pour Lewis, nous avons eu des décisions difficiles à prendre tout au long de la course. On s’est dit qu’on pourrait peut-être tenir le coup avec lui, sans s’arrêter, et prendre la troisième place. Ou, si une ligne sèche apparaissait, peut-être même l’amener et passer au pneu Soft. L’équilibre pour nous était donc entre piquer, prendre prudemment et se battre avec Leclerc et Perez sur la bonne voie pour P3 ou, en prenant un pari calculé, avoir une chance de gagner la course ou de terminer P3.

Au fur et à mesure que cela se déroulait, nous pouvions voir le rythme de Leclerc chuter sur l’ancien Inter, suivi de peu par Lewis, puis nous savions que nous ne pouvions pas aller jusqu’au bout et que nous devions nous arrêter. À ce stade, Lewis perdait 1,5 seconde contre Gasly et Perez et ce serait une question de temps avant qu’il ne soit rattrapé. Nous nous contentons de P5 et je suis content des décisions que nous avons prises.

Il y a toujours une vue absolue et une vue relative. Le point de vue relatif est que lors de la dernière course, Red Bull était très heureux de ne perdre que 7 points sur une pénalité de grille – aujourd’hui nous avons perdu 8 points donc ce n’est pas la fin du monde. Le point de vue absolu est qu’aujourd’hui, nous aurions pu marquer encore 3, 4 ou 5 points de plus. Mais ça va, le championnat est grand ouvert et le combat continue.

Esteban Ocon :

« Marquer un point aujourd’hui est agréable après un week-end difficile et une très longue course. C’était bien de prendre un risque aujourd’hui en allant jusqu’au bout sur un train de pneus, qu’on ne voit pas très souvent. C’était aussi agréable de donner une pause aux gars des arrêts aux stands pour l’après-midi ! Je me souviens qu’à cette course l’année dernière, la même chose aurait pu être possible ; c’était difficile, mais les pneus ont presque duré et nous avons une petite récompense pour cela au final. J’ai aussi apprécié les combats sur piste là-bas, nous avons réussi à nous frayer un chemin, ce qui était amusant. Un point est sympa et j’espère que nous pourrons continuer à construire pour la prochaine course.

Fernando Alonso :

« Les conditions étaient très difficiles aujourd’hui et très glissantes. Malheureusement, nous avons eu les deux collisions, ce qui a endommagé notre course. Pierre [Gasly] était dans un sandwich dans le virage et a heurté l’arrière de ma voiture. Et puis je suis désolé pour Mick [Schumacher] d’avoir heurté sa voiture dans le virage 4. J’ai tenté le dépassement mais c’était très difficile de voir tout le monde autour de vous dans des conditions humides. C’était de la malchance aujourd’hui et c’est dommage que nous n’ayons pas pu capitaliser sur notre excellente position de départ. Néanmoins, en tant qu’équipe, nous avons quand même marqué un point aujourd’hui et nous nous reprendrons pour Austin où, espérons-le, notre chance tournera.

Marcin Budkowski, directeur exécutif Alpine :

« Aujourd’hui, c’était un très maigre résultat pour l’équipe. Fernando a été expulsé par Gasly au virage 1, puis a eu un autre incident avec Schumacher. De là, sa course a été fortement compromise. Il n’a pas pu trouver le rythme même après la phase de grainage des pneus et nous devons vérifier s’il y a eu des dommages à la voiture lors des deux contacts précédents. C’est un résultat frustrant pour lui après être parti de la cinquième place, surtout en voyant où Gasly a terminé la course. Du côté d’Esteban, c’était une masterclass en gestion des pneumatiques. Il a parcouru toute la distance de la course sur une série d’intermédiaires pour sauver un point, ce qui, en partant de la douzième dans une course sans attrition, est un résultat assez décent. Même si nous étendons notre séquence de points à quinze courses d’affilée, nous avons perdu des points dans notre lutte pour la cinquième place du championnat. Nous nous concentrons maintenant sur la prochaine course à Austin où nous visons à rebondir.

English Information

Bottas holds off Verstappen and Perez to claim first win of 2021 in damp Turkish GP

Valtteri Bottas won an engrossing Turkish Grand Prix that was run in damp conditions, with Red Bull’s Max Verstappen and his team mate Sergio Perez completing the podium.

Light rain peppered the track well before the race and while the rain stopped, conditions called for intermediate tyres throughout.

Bottas led the race away from pole, his Mercedes team mate Lewis Hamilton having started 11th thanks to his 10-place engine related penalty, while Verstappen followed the Finn. By Lap 11, Hamilton was up into the top five having passed Pierre Gasly. The defending champion would be promoted to fourth when Sergio Perez pitted on Lap 38.

The pit stops came thick and fast from Lap 35 as Lando Norris was first to choose new inters, Verstappen in next on Lap 37 from P2, and Bottas pitting from the lead one lap later. Charles Leclerc was released into the lead but on Lap 48 of 58 he decided the gamble to forgo a pit stop wasn’t going to pay off and came in for new inters. Bottas delivered his first win since Russia 2020 with a flawless performance from then on, a bonus point given as he also took fastest lap.

Leclerc’s stop put Hamilton into third, the Briton seemingly trying to make it to the end on his starting tyres, or at least make it to dry conditions. The looming clouds said otherwise, and he finally boxed on Lap 51 – his tyres having turned into slicks. He was left furious, asking his team: “Why did we give up that place?!” P5 would be his final spot.

That promoted Leclerc back into the top three but he was passed by Perez on Lap 52, the Red Bull driver taking P3 and his first podium since France. Leclerc finished fourth as Hamilton could not catch the Ferrari driver in the closing laps.

AlphaTauri’s Pierre Gasly took sixth, having shrugged off a five-second penalty for a Lap 1 collision that sent P5 starter Fernando Alonso into a spin. Next on the board was Lando Norris, who was one of the earliest to pit for new inters (on Lap 35) and who settled for seventh having started there.

Carlos Sainz managed a brilliant recovery to P8 as engine penalties saw him start 19th, the Ferrari driver up into the points by Lap 14. His foray up the order was somewhat hurt by an 8.1s pit stop late on, without which he could have been in touching distance of Norris ahead.

Lance Stroll finished P9 having started eighth for Aston Martin, bumped up a place thanks to a pass on Alpine’s P10 finisher Esteban Ocon with five laps remaining. Ocon started 12th but made up two places with Alonso and Yuki Tsunoda dropping out of points contention thanks to respective spins.

As it happened

A fine drizzle welcomed drivers on their laps to the grid, for which intermediate compounds were donned – and there was speculation that a dry line would make itself known soon after the start… a dry line that never did materialise.

With several drivers out of their expected starting places, the surface covered in a sheen of moisture, there was a massive sense of anticipation before the lights went out. And the start delivered, Bottas leading from Verstappen – while Alonso and Gasly came together through Turn 1 to send the Spaniard into a spin, Gasly receiving a five-second time penalty for that. Alonso then tipped Mick Schumacher into a spin on Lap 2, the Spaniard receiving a five-second penalty himself.

Hamilton made up two places in the opening laps but Yuki Tsunoda proved a tough obstacle for him, the AlphaTauri driver having started ninth (and up to P8 after Lap 1 thanks to Alonso’s spin) only to be passed at Turn 3 on Lap 8. Other big movers at the start were Alfa Romeo’s pair of Antonio Giovinazzi and Kimi Raikkonen, making up four places each at Lap 1 – while Carlos Sainz had made up five places from P19 to shrug off his engine penalty, by Lap 5.

By Lap 10, Sainz had made it to P11; Hamilton to P6 as the pair carved their way through the field while Bottas kept a steady 2.5s lead at the front. Sainz finally made it into the points on Lap 14 but his move on Sebastian Vettel at Turn 1 ended up with the Ferrari driver making contact with the Aston Martin – leaving Vettel unamused – but with no investigation deemed necessary.

Hamilton’s top five position was confirmed with a pass on Gasly at Turn 12, and soon he started to complain that his intermediates were starting to wear. And a little bit behind Hamilton, Sainz was well into the top 10 having passed Tsunoda at Turn 12 on Lap 18 for P9.

The question remained: When would the slick tyres come into play? A cursory glance at the intermediates on Lap 20 showed that they were transforming into slick tyres, the tread having all but vanished. Few were worried by that development.

Ricciardo was first to bite and pit for new intermediates, on Lap 23, with team mate Norris watching intently from seventh to see how he would perform. It was then that Tsunoda coincidentally lost his chance to score a point, spinning from 10th to emerge between the Alfa Romeos in P13.

Back to Hamilton’s charge up the field: He was bearing down on Perez midway through the race, held up momentarily by Nikita Mazepin, the blue-flagged Haas driver not looking in his mirrors at Turn 11. On Lap 35, Hamilton made a move on Perez and they were wheel-to-wheel from Turns 12 to 14, side-by-side throughout the final three corners and down the main straight, the Mexican keeping P4 through Turn 1 much to his team’s delight.

The pit window properly opened on Lap 35 when Norris pitted for new inters, Verstappen following suit to emerge third on Lap 37, triggering Bottas to stop a lap later alongside Perez, whose stop released Hamilton into P4. Lap 43 saw Hamilton called into the pits but he declined, causing his team to run back into the garage with those intermediate tyres in hand. The Briton suspected that the circuit may dry out soon, or maybe that he would be able to finish without pitting.

In the lead, was Ferrari’s Leclerc – the driver on Hamilton’s train of thought, that he didn’t have to pit and could indeed stay out on his starting compounds if he wanted. A Lap 45 lockup put him right into Bottas’s grasp and the Monegasque had the unenviable task of keeping the Mercedes behind. He was then told to box and Leclerc agreed that the gamble wasn’t going to pay off, essentially letting Bottas by for the lead at Turn 1 on Lap 47 before his stop.

Bottas would continue flawlessly, adding fastest lap to his accolades, to win for the first time since Russia 2020 – while Verstappen followed 14.5 seconds back in P2.

From P3, Hamilton would end up pitting on Lap 51 at the request of his team to emerge fifth. He was left furious, asking his Mercedes engineers and strategists: “Why did we give up that place?!” That was followed by an ‘I told you so’ radio message as the Briton’s tyres went through the customary graining process and stopped him making headway past P5. Leclerc would finish ahead, in P4, having been passed by Perez on Lap 52.

The Mexican therefore rounded out the top three and took his first podium since the French GP, Perez taking advantage of the fact that Leclerc’s intermediates were graining – as seemed to be the trend today – and slowing him down.

Sixth was Gasly, who served his five-second penalty on Lap 40 and emerged sixth from that stop having started fourth on the grid. And in seventh was the McLaren of Norris, who pitted earlier than most on Lap 35 to finish where he had started.

Sainz’s recovery drive was hampered by an 8.1-second pitstop on Lap 37, and he ended up eighth – losing out on the fastest lap bonus point to Bottas late on – ahead of Aston Martin’s Stroll in P9. Ocon drove steadily and without pitting to P10 for the final point as team mate Alonso and AlphaTauri’s Tsunoda spun out of the top 10.

Antonio Giovinazzi and Kimi Raikkonen made up four places each at the start but finished 11th and 12th at the flag, Raikkonen particularly incensed that he was eventually called into the pits as he desperately wanted to make it to the end on his starting compounds.

In 13th was Ricciardo, the Australian struggling to make headway with a suspected rear brake issue. He found pace after his Lap 23 stop and made late progress, finishing ahead of 14th-place Tsunoda, who spun on Lap 37 and ended up well away from his P9 starting slot.

Williams’ George Russell started 13th but ended up 15th, having lost out to the Alfa Romeos at the start. Next was Alonso, the Spaniard spinning early with contact from Gasly, then taking a five-second penalty for tagging Schumacher, in P16 for Alpine ahead of Nicholas Latifi, who could not recover from his Lap 1, Turn 9 spin.

Intriguingly, Sebastian Vettel opted for mediums on Lap 38 and his ensuing laps saw the four-time champion head off the track multiple times, retreating back into the pits – with a spin at pit entry – for intermediates a lap later. He finished 18th – leaving Schumacher 19th and Mazepin last as the pair rounded out the standings for Haas.

Key Quote

« I think from my side, I have to say, probably one of the best races I’ve had ever. Just apart from that one little slide, everything was under control, but like I said before the race, the car has been good in every condition and I had good confidence with it and could really control it. It’s not easy to choose the strategy here with these conditions, when to stop and which tyre and everything, but I’m glad everything went smooth for once for me and that’s nice.

« When there’s only one drying line, it doesn’t need much that you go off, so definitely needed to focus all through the race. So difficult one and it feels like a well-earned victory » – Valtteri Bottas, Mercedes

What’s next

Max Verstappen leaves Turkey with a six-point lead in the championship and we have a week to catch our break – after the title lead has swapped hands four times in the last six Grands Prix – with the United States Grand Prix on October 22-24.