26 mai 2022

Arabie Saoudite, Verstappen bat Leclerc d’un souffle dans un épique combat de rue

Max Verstappen (Red Bull) a remporté une bataille épique contre Charles Leclerc en Arabie saoudite, Carlos Sainz complétant le podium derrière son coéquipier chez Ferrari. Le détenteur de la pole position, Sergio Perez, a dû se contenter de la quatrième place après être passé au stand juste avant le Safety Car. Les GP ont change de physionomie en bien… Les fans en redemandent, l’époque a change ou l’on connaissait le vainqueur avant la course depuis le lancement de l’ère hybride et c’est tant mieux pour le sport !

#1, Max Verstappen of the Netherlands, Oracle Red Bull Racing RB18, P1. pht. Mark Thompson/Getty Images

Perez a mené jusqu’au 16e tour, lorsqu’un éclair des mécaniciens de Ferrari a peut-être incité Red Bull à effectuer un arrêt aux stands précoce. Cela s’est avéré malheureux ; Nicholas Latifi de Williams a tapé dans le dernier virage du tour suivant et a déclenché un VSC puis une voiture de sécurité, avec Leclerc, Verstappen et Sainz qui ont capitalisé.

#1,Verstappen devance d’un souffle #16, Leclerc. pht. Getty Images/Getty Images

Le Mexicain devait repartir en troisième position au 21e tour lorsque la voiture de sécurité s’est retirée, mais il s’est avéré qu’il avait dépassé Sainz lorsque l’Espagnol est sorti des stands aux côtés de la Red Bull pendant la période d’avertissement, laissant le poleman quatrième.

Start of Race. pht. Lars Baron/Getty Images

Un autre VSC est apparu au 38e tour lorsque Daniel Ricciardo (McLaren) s’est arrêté à la sortie des stands, Fernando Alonso (Alpine) ayant ralenti avec un problème un tour plus tôt – et s’étant arrêté à peu près au même endroit que Ricciardo. Lorsque le VSC s’est terminé au 41e tour, Verstappen était à une seconde du leader Leclerc – et c’était le deuxième round de leur brillante rivalité de 2022.

#55, Carlos Sainz, P3.

Avec le DRS, le Néerlandais a pris la tête sur la ligne droite arrière au 42e tour, mais Leclerc est revenu avec le DRS et a conservé la tête. De nouveau au 43e tour, Verstappen a tenté une manœuvre mais s’est enfermé à l’unisson avec la Ferrari dans le dernier virage, la Ferrari conservant la P1.

Une brève accalmie a suivi et au début du 47e tour, avant que Verstappen ne s’assure d’avoir le DRS et ne prenne la tête a Leclerc, le leader du championnat ne pouvant pas le rattraper cette fois.

#11, Sergio Perez of Mexico, Oracle Red Bull Racing RB18, P4. pht. Clive Mason/Getty Images

Leclerc a réalisé le tour le plus rapide dans la dernière étape, mais Verstappen l’a tenu à distance de justesse, évitant la frayeur d’un drapeau jaune dans le secteur 1 (pour un rapprochement entre Lance Stroll et Alex Albon) pour s’imposer avec seulement 0’’549s.

George Russell s’est emparé de la P5 aux dépens d’Esteban Ocon, le pilote alpine ayant perdu face à la Mercedes au troisième tour, puis s’étant battu avec son coéquipier Alonso (DNF) dans une bataille passionnante en début de course. Ocon, distancé ici pour la P3 en 2021, a tenu Lando Norris de McLaren à distance pour un dixième de seconde sur la ligne dans une course de vitesse pour la P6.

#63, George Russell, Mercedes-AMG Petronas Motorsport, P5.

Pierre Gasly a gagné une place en P8 pour AlphaTauri, la Haas de Kevin Magnussen est passée de la 10e  à la 9e place sur la grille, et Lewis Hamilton – qui a eu la malchance de ne pas pouvoir rentrer aux stands lors du deuxième VSC – a pris le dernier point parti de la P15 pour Mercedes.

Zhou Guanyu d’Alfa Romeo a manqué sa deuxième place consécutive dans les points, recevant deux pénalités, la première pour avoir coupé un virage lors d’un accrochage avec Albon et la seconde pour ne pas avoir purgé cette pénalité correctement lors de son passage aux stands.

Stroll, Albon, Valtteri Bottas, Alonso et Ricciardo, étaient les cinq pilotes qui n’ont pas atteint le drapeau a damier.

#31, Esteban Ocon (FRA) Alpine F1 Team A522, P6.

Ni Mick Schumacher, accidente lors des qualifications, ni Yuki Tsunoda, dont l’AlphaTauri s’est arrêtée en raison d’un problème technique lors de son passage sur la grille, n’ont pris le départ de la course.

Les Alpine ont anime le debut de course. pht. Andy Hone / LAT Images

Ce qui s’est passé

Le deuxième Grand Prix d’Arabie Saoudite n’a jamais été une affaire simple, étant donné les limites étroites et les vitesses élevées de ce nouveau circuit urbain exigeant. Après l’accident de Mick Schumacher lors des qualifications (33G), le paddock est soulagé de le retrouver, même s’il ne pourra pas participer au Grand Prix.

Yuki Tsunoda, qui n’a pas participé aux qualifications et devait partir en 19e position, s’est arrêté lors de ses tours de mise en grille avec un problème présumé de transmission pour mettre fin prématurément à sa participation.

Ainsi, 18 voitures se sont alignées sur la grille, Sergio Perez en pole position pour la première fois devant Charles Leclerc, Carlos Sainz (une pièce électrique de sa voiture, que l’on pense être un faisceau électrique, devant être remplacée avant la course) et Max Verstappen se partageant la deuxième ligne, et Esteban Ocon devançant George Russell sur la troisième ligne.

#4,Lando Norris, McLaren MCL36, P7.

Pour la Scuderia, l’absence d’essais longs au cours du week-end les a conduits en territoire inconnu. Kevin Magnussen (P10), Lewis Hamilton (P15) et Nico Hulkenberg (P17) sont les trois seuls pilotes à partir en pneus durs, les autres en pneus moyens.

Les lumières s’éteignent à 20h00 heure locale, et le deuxième round du combat entre Red Bull et Ferrari est lancé. Perez menait Leclerc au départ, Verstappen devançait Sainz pour la P3 à la sortie du virage 2 – tandis qu’Ocon gardait Russell derrière lui jusqu’à un combat dans le dernier virage du troisième tour.

Plus loin, Kevin Magnussen a pris la P9 à Pierre Gasly, qui a ensuite perdu une autre place au profit de Lando Norris, et Zhou Guanyu a chuté à la 17e place devant Nicholas Latifi, tandis que Lewis Hamilton est remonté à la 14e place, mais se plaint d’un « manque d’adhérence » sur sa gomme dure. Ocon a eu un moment difficile sur la ligne droite principale, forçant presque son coéquipier Fernando Alonso dans les barrières au début du cinquième tour.

#10, Pierre Gasly of France, Scuderia AlphaTauri AT03, P8. pht. Lars Baron/Getty Images

Cela a déclenché une bataille intra-équipe pour la P6 entre les Alpines, Alonso voulant passer devant tandis que le vainqueur du Grand Prix de Hongrie 2021 a serre les coudes jusqu’au début du 7e tour, quand il a finalement cédé à la sortie du virage 2. Ocon est revenu au début du 8e tour, dépassant Alonso en dehors de la piste et rendant la place – permettant à Valtteri Bottas et Kevin Magnussen de rejoindre le train de P9-P6, Bottas arrivant finalement en P7 quand Ocon a été prié de céder sa place à son coéquipier.

Sainz, pendant ce temps, commençait à perdre le contact avec le trio de tête, Perez creusant un écart en tête, tandis que Verstappen restait stable en troisième position alors qu’il était tapi dans le sillage de Leclerc. Qui déclenchera l’undercut et ouvrira la fenêtre des stands ?

#20, Kevin Magnussen, Haas VF-22, P9. pht. Mark Sutton / LAT Images

Red Bull a fait le premier pas au 16e tour et a mis Perez dans la boîte – passant des pneus mediums aux pneus durs – avec le Mexicain sortant cinquième derrière Russell. La chance n’était pas du côté de Perez puisque Nicholas Latifi, en P18, a ensuite tape à la sortie du dernier virage et a déclenché une voiture de sécurité virtuelle, obligeant ses rivaux à rentrer aux stands. La voiture de sécurité est rapidement sortie, Leclerc menant Verstappen, Perez, Sainz et Russell dans le train.

Hamilton avait fait une remontée régulière, prenant P12 à Stroll au 10e tour, puis P11 à Norris, avec Gasly ensuite, qui est entré dans les points au 15e tour sans trop de problèmes. Le septuple champion n’a pas pitché pendant la voiture de sécurité, ce qui l’a promu à la septième place derrière Magnussen (qui n’a pas non plus pitché) pour le nouveau départ – qui a eu lieu au 21e tour – avec tout le monde maintenant sur la gomme dure.

#44, Lewis Hamilton, Formula One – Mercedes-AMG Petronas Motorsport, P10.

Au 21e tour, avec la voiture de sécurité, Leclerc a rampé à la sortie du dernier virage puis s’est détaché de Verstappen tandis que Perez a concédé la P3 à Sainz pour éviter une pénalité, le Mexicain ayant illégalement dépassé un Sainz (qui sortait des stands) pendant la période d’avertissement.

Hamilton a tenté de prendre P6 à Magnussen dans le dernier virage au début du 24e tour, mais le pilote Haas a repris la place avec le DRS, et avec facilité. Le Britannique n’a pas fait la même erreur la fois suivante, conservant le DRS pour dépasser Magnussen dans le virage 1.

De retour en tête, Leclerc était juste hors de portée des DRS alors que le téléscripteur approchait du 30e tour sur 50, mais Verstappen a commencé à augmenter le rythme – le pilote Ferrari a répondu avec son propre tour de vitesse pour garder les quatre premiers comme ils étaient depuis le redémarrage.

#24, ZHOU Guanyu (chi), Alfa Romeo F1 Team ORLEN C42, P11. pht. Joao Filipe / DPPI

Magnussen n’avait toujours pas pitché au 35e tour, et perdait ainsi sa P7 au profit d’Alonso, mais peu après ce dépassement, le pilote Alpine a ralenti. Sa voiture avait-elle un problème ? « Pas de puissance », répond son message radio, tandis que l’instruction de « refroidir la voiture » est donnée sur le tableau de bord.

Immédiatement après que le problème d’Alonso soit devenu apparent, Ricciardo a été le suivant à prendre un coup, le pilote McLaren s’est arrêté juste à l’entrée des stands – puis Bottas a été ramené dans les stands avec un problème pour Alfa Romeo. Le VSC qui en a résulté a propulsé Norris et Gasly dans le top 10 et a incité les pilotes Magnussen et Hulkenberg à rentrer aux stands. Hamilton a également été appelé, mais il est arrivé trop tard. Alonso a déclenché la fermeture de la voie des stands et s’est arrêté à l’entrée.

« Sommes-nous en difficulté ou pas ? » a demandé Hamilton, circulant en P6 au 39e tour. Il avait un avantage de 13 secondes sur Ocon mais n’a pas pu capitaliser dessus avec la voie des stands fermée. Le VSC s’est terminé au 41e tour, Hamilton entrant juste après pour un nouveau set de mediums – avec un arrêt lent – pour sortir 12e .

Verstappen a bondi sous VSC, ses composés durs juste dans la fenêtre, et le Néerlandais s’est rapproché à une seconde de Leclerc au début du 41e tour – et a pris la tête sur la ligne droite arrière. Mais Leclerc a riposté, en entrant dans le virage 1 avec le DRS et en gardant la tête de la course – les deux hommes continuant leur bataille depuis Bahreïn.

Avec le DRS à nouveau au 43e tour, Verstappen a tenté une autre manœuvre pour la tête, mais cette fois, il s’est verrouillé à l’unisson avec la Ferrari en entrant dans la dernière épingle. Le champion était convaincu que Leclerc avait franchi la ligne d’entrée de la voie des stands à la sortie de ce virage, mais on lui a rapidement dit de se  » calmer  » à la radio. Leclerc a pris la mesure de Verstappen jusqu’à présent. Derrière, Perez se rapproche de Sainz.

La bataille pour la tête se poursuit après une très brève accalmie, pneus et pilotes à leur limite. Au début du 47e tour, Verstappen s’est rapproché une fois de plus et cette fois, il s’est assuré d’avoir le DRS et un bon passage dans le virage 1. Leclerc n’a pas pu l’approcher cette fois et maintenant le chassé est devenu le chasseur.

Leclerc a réalisé le tour le plus rapide et était bientôt juste derrière la Red Bull et, même si une collision entre Stroll et Albon avait déclenché un double drapeau jaune, il a continué à le suivre. Ils poussaient fort, respectueux, et nous ont offert un autre spectacle captivant – et en un clin d’œil est arrivé le drapeau à damier. La marge de la victoire : 0’’549s.

Sainz a pris la dernière place du podium devant Perez pour seulement 2’’7s (tous deux sous enquête avec Magnussen pour ne pas avoir ralenti suffisamment sous les jaunes en fin de course) – tandis que Russell complète le top 5. Ocon, quant à lui, a battu Lando Norris de McLaren pour la sixième place pour seulement 0’’107s. Norris, parti 11e , a trouvé un bon rythme de course pour terminer devant Pierre Gasly d’AlphaTauri et deux des pilotes chasseurs, Magnussen (P9) et Hamilton (P10).

Zhou Guanyu, qui n’a pas marqué de points en P11, a rebondi après que l’anti-décrochage ait compromis son départ. Le pilote chinois s’est rapidement rendu compte qu’il avait dépassé Albon en dehors de la piste et a purgé sa pénalité de cinq secondes sous la Voiture de Sécurité, une infraction pour laquelle il a été forcé de purger une pénalité de conduite ultérieure.

Nico Hulkenberg était 12e après avoir démarré avec des pneus durs et s’être rangé dans la deuxième période VSC, mais il a été rapidement dépassé par un certain nombre de pilotes. Il a terminé devant son coéquipier de l’équipe Aston Martin, Lance Stroll (P13, un tour de moins), dont la voiture a été percutée par la Williams d’Alex Albon à quelques instants de la fin.

En plus d’Albon, il y a eu cinq autres abandons : Bottas a abandonné au 36e tour lors du deuxième VSC, Alonso un tour plus tôt avec Ricciardo, tandis que ni Schumacher ni Tsunoda n’ont pu prendre le départ du Grand Prix d’Arabie saoudite 2022 avec leurs problèmes respectifs pour Haas et AlphaTauri.

Podium, #16, Charles Leclerc, Ferrari, P2, Paul Monaghan, Chief Engineer, Red Bull Racing, #1, Max Verstappen, Red Bull Racing, P1, #55, Carlos Sainz, Ferrari, P3. pht. Carl Bingham / LAT Images

La course ici

Les meilleurs tours ici

Les pit Stop ici

Start of Race. pht. Clive Mason/Getty Images

Citation clé

« Je sais que c’était vraiment difficile, mais c’était une bonne course, nous nous sommes battus dur en tête, mais nous avons juste essayé de jouer le long jeu. Ils étaient vraiment rapides dans les virages, nous étions rapides sur les lignes droites », a déclaré Max Verstappen, le vainqueur.

« Les pneus s’usaient assez vite. Vous pouviez voir à la fin que nous avions un peu plus de rythme, donc nous avons essayé de passer. Ce n’était pas facile, en jouant des tours intelligents dans le dernier virage, mais finalement j’ai réussi à prendre de l’avance, mais même après cela, il était constamment dans le DRS et puis avec les drapeaux jaunes dans le dernier tour, juste savoir combien vous devez lever, ce qui est autorisé ou non, c’était difficile.

« Mais juste vraiment heureux de pouvoir enfin démarrer la saison ».

Et ensuite ?

Le Grand Prix d’Australie revient pour la première fois depuis 2019, prévu du 08 au 10 avril sur un circuit Albert Park new-look – avec Max Verstappen et Red Bull désormais sur la feuille de score mais Charles Leclerc en tête du championnat.

L’HISTOIRE DES PNEUS DE COURSE

Le pilote Red Bull Max Verstappen a remporté la course avec une stratégie à un arrêt, passant de P Zero Yellow medium C3 à P Zero White hard C2 sous une voiture de sécurité au 16e tour, puis dépassant Charles Leclerc de Ferrari – qui a suivi une stratégie identique – avec trois tours à faire. Le poleman Sergio Perez a mené pour Red Bull dans les premières étapes mais a fait son arrêt au stand le tour avant que la voiture de sécurité ne sorte, ce qui lui a coûté l’avantage.

Tous les pilotes ont pris le départ de la course sur le Pirelli P Zero Yellow medium, à l’exception de Kevin Magnussen (Haas), Lewis Hamilton (Mercedes) et Nico Hulkenberg (Aston Martin), qui ont débuté sur le P Zero White hard. Ils étaient également les seuls à ne pas s’arrêter pour des pneus neufs sous la voiture de sécurité, bien que Magnussen et Hulkenberg aient pu faire leurs seuls arrêts sous une voiture de sécurité virtuelle avec 13 tours à faire avant la fermeture de la voie des stands. Hamilton s’est arrêté trois tours plus tard dans des conditions de drapeau vert et a terminé 10e : une place derrière Magnussen.

La dégradation des pneumatiques a été contenue tout au long de la course pour les deux gommes avec quelques longs runs de près de 40 tours sur la gomme dure notamment, qui a été utilisée par la quasi-totalité des pilotes pour le relais final.

La course a débuté à 20 heures, heure locale, avec des températures assez constantes de 26 degrés ambiants et de 34 degrés sur la piste, qui n’ont baissé que de quelques degrés pendant la course.

COMMENT LES COMPOSÉS ONT FAIT LA DIFFÉRENCE

HARD C1 : Le pneu clé de la course, avec une dégradation proche de zéro. Leclerc et Max Verstappen de Red Bull ont livré un duel final divertissant pour la tête sur ce composé, Leclerc obtenant le tour le plus rapide à seulement deux de la fin. Hamilton a effectué un premier relais de 40 tours sur le dur.

MEDIUM C2 : Utilisé par tous les pilotes sauf trois lors du premier relais, qui l’ont ensuite échangé pour leurs derniers relais. Il a montré de bonnes performances avec des niveaux de dégradation inférieurs aux essais libres, permettant aux pilotes d’attaquer fort jusqu’à la fin de la course.

SOFT C3 : A pris tout son sens en qualifications, mais la dégradation plus faible offerte par le médium et le dur n’a pas fait du soft un choix approprié pour le grand prix.

Il est clair de voir comment le nouvel ensemble voiture et pneus répond jusqu’à présent à tous les espoirs et attentes que nous avions pour cette année. Félicitations à Max Verstappen pour la victoire éclatante ! »

MAX VERSTAPPEN (P1) :

pht. Clive Mason/Getty Images

« C’était une course difficile et folle aujourd’hui. Je me suis beaucoup amusé à me battre à nouveau avec Charles, j’ai vraiment apprécié et ce n’est pas facile de le dépasser, la patience est toujours la clé, surtout si vous voulez vous battre pour le championnat. Au début, c’était assez difficile à suivre, mais je pense qu’une fois que nous sommes passés aux pneus durs, nous avons pu attaquer davantage et le rythme était meilleur. Nous avons joué le long jeu sur les pneus qui a semblé payer. Vers la fin de la course, j’avais l’impression de faire beaucoup de tours de qualification, ce qui était intense mais vraiment cool. En fin de compte, nous avons pu gagner et nous pouvons en être très fiers en tant qu’équipe. Ce n’était pas facile là-bas, mais je pense que nous avons maximisé tout ce que nous pouvions aujourd’hui. Ce n’était vraiment pas de chance pour Checo avec le timing de la voiture de sécurité mais nous avons beaucoup de courses devant nous où nous pourrons nous rattraper. »

CHRISTIAN HORNER, Team Principal Red Bull :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« Quelle belle course, c’était une course très stratégique de la part de Max, ne prenant pas trop de pneus et s’assurant qu’il en restait assez pour attaquer à la fin du Grand Prix. Il y a eu de superbes courses entre lui et Charles, c’était fantastique à regarder, heureusement, il en avait assez pour s’accrocher à la fin. C’est désespérément décevant pour Checo car il a fait un tour incroyable hier pour obtenir sa première pole, il l’a ensuite convertie dès le départ pour garder la tête et contrôlait magnifiquement la course. Il s’est arrêté aux stands dans le tour dont nous avons discuté avant la course, puis a heurté une voiture de sécurité, et il a été très malchanceux aujourd’hui. C’était formidable pour l’équipe de rebondir après la déception de Bahreïn, tout le monde a travaillé très dur la semaine dernière pour comprendre et résoudre les problèmes que nous avions.

Esteban Ocon (P6) :

 

« Nous avons à nouveau marqué de bons points et je suis globalement satisfait de ma course. La lutte avec Fernando était vraiment sympa. C’était une course difficile, loyale, roues contre roues, qui m’a rappelé l’époque du karting. Avec ces voitures, vous pouvez vraiment vous suivre, et c’est assurément une bonne chose pour le sport. C’est dommage de ne pas avoir pu finir avec les deux voitures dans les points, mais nous avons prouvé que nous étions compétitifs et devons continuer ainsi. La fin de la course était excitante, car nous avons battu Lando [Norris] sur la ligne. C’était comme une rédemption pour moi par rapport à l’année dernière ! »

Fernando Alonso (Abandon) :

 

« Nous ne savons pas encore ce qui s’est passé mais nous allons analyser le problème ce soir. Nous avons perdu pas mal de points, mais c’était bon de constater que la voiture était performante ce soir, tout comme c’était le cas tout le week-end. Je pense que nous méritions la sixième place. Nous faisions une bonne course et c’est donc regrettable de ne pas avoir pu aller au bout. La bataille avec Esteban était fair-play, nous nous respectons toujours sur la piste. Nous avions aussi eu quelques luttes serrées à Bahreïn et essayons toujours de faire de notre mieux pour l’équipe. J’étais un peu plus rapide pendant la course et l’ai donc dépassé, d’autant que je devais également me méfier de Bottas. Nous aurions pu à nouveau finir dans les points avec les deux voitures aujourd’hui, mais nous sommes toujours quatrièmes du championnat avant d’aller en Australie. »

Otmar Szafnauer, Team Principal Alpine :

 

« Cette course nous laisse des sentiments mitigés. De manière globale, il s’agit d’un bilan positif, qui confirme notre compétitivité. La sixième place d’Esteban est un excellent résultat. Il a été solide tout le week-end et c’est bien pour lui de convertir en points sa bonne performance en qualifications. Nous sommes en revanche un peu déçus de ne pas avoir pu hisser nos deux voitures dans le top 10, Fernando ayant malheureusement abandonné après avoir brillé toute la soirée. Nous investiguons actuellement pour savoir ce qu’il s’est passé. Notre voiture a clairement le potentiel pour marquer de gros points, comme l’ont démontré nos deux pilotes ce soir. Nous sommes heureux de les avoir laissés se livrer une lutte intense mais loyale, car nous sommes ici pour que les deux pilotes tirent le maximum de la voiture. Tout le monde au sein de l’équipe va travailler dur à notre retour à Enstone et Viry, avec en ligne de mire le retour très attendu de la Formule 1 à Melbourne dans deux semaines. Bravo à tous pour le travail abattu. Nous allons continuer à tout donner ! »

Frédéric Vasseur, Team Principal Alfa Romeo :

pht. Antonin Vincent / DPPI

« C’est une fin décevante pour une soirée où nous avons montré tant de rythme. Nous étions sur la bonne voie pour avoir à nouveau deux voitures dans les points, mais la chance n’était pas de notre côté ce soir et nous repartons sans rien : Valtteri a été stoppé par un problème de refroidissement alors qu’il se battait pour la P6, tandis que Zhou, qui se remettait du fond après que sa voiture soit entrée en anti-décrochage après un contact avec Ricciardo dans le deuxième virage, aurait été dans le top dix sans la pénalité de passage qui lui a été infligée. Ça fait mal, mais c’est parfois la course, et tout ce que nous avons à faire, c’est de nous relever et de nous assurer de continuer à atteindre la vitesse de ce soir lors des prochaines courses.

Valtteri Bottas (Abandon) :

pht. Antonin Vincent / DPPI

La température du moteur n’a cessé d’augmenter, nous devons enquêter sur la cause de cela, mais nous avons dû retirer la voiture car nous ne voulions pas perdre le moteur. C’est comme ça que se passe la course, nous devons maintenant nous assurer que nous résolvons le problème et passer à autre chose. En ce qui concerne les points positifs, la voiture est vraiment bonne. Nous avons fait un autre pas en avant par rapport à la course précédente, même dans les départs. Nous faisions du bon travail et profitions de batailles serrées : maintenant, assurons-nous de recommencer à marquer en Australie.

Zhou Guanyu (P11) :

pht. Joao Filipe / DPPI

C’était utile, mais dans l’ensemble, la course était loin d’être idéale : nous avons eu l’anti-décrochage au premier virage, même si j’ai pris un bien meilleur départ qu’à Bahreïn, il faudra donc comprendre ce qui s’est passé. J’avais bien récupéré de la 18e place et nous semblions forts pour ramener quelques points à la maison, mais le drive-through nous a mis loin à l’arrière et c’est tout. Espérons une course plus fluide en Australie, la voiture se sent bien pour que nous puissions à nouveau être compétitifs.

Pierre Gasly (P8)  :

pht. Clive Mason/Getty Images

« Je suis vraiment content de la façon dont s’est déroulée la journée et heureux de repartir avec des points. Nous n’avons vraiment pas eu de chance avec la voiture de sécurité, car nous avons boxé environ 30 secondes avant qu’elle ne sorte et nous avons donc chuté dans le peloton, ce qui n’était pas idéal. Nous avons réussi à remonter jusqu’au P8, donc nous en sommes vraiment ravis. De mon côté, les 15 derniers tours ont été vraiment difficiles, j’avais des douleurs aux intestins et c’était vraiment difficile de courir. Je me sens bien dans la voiture cependant, je suis capable d’attaquer comme je veux, mais je pense que nous devons simplement trouver plus d’appui. Nous connaissons les domaines que nous devons améliorer, il nous suffit donc de partir et de trouver les solutions maintenant.

Charles Leclerc (P2) :

pht. Scuderia Ferrari

Evidemment nous sommes désolés de voir une victoire s’estomper dans les derniers tours, mais quel plaisir d’y revenir en permanence devant !

Chaque fois que j’ai pris un petit avantage sur Max (Verstappen), j’ai bien géré la course. Après la Virtual Safety Car en fin de course, cependant, il a réussi à se placer derrière le DRS et les choses se sont beaucoup compliquées car j’étais rapide dans les virages mais il était plus rapide dans la ligne droite.

Il faut essayer de miser sur ses atouts quand le combat est si serré, donc grâce à la stratégie j’ai pu reprendre la position deux fois, mais sur la troisième attaque il n’y avait rien à faire. J’aurais peut-être eu une autre chance à la fin de la course s’il n’y avait pas eu le drapeau jaune au virage 1, mais ces choses font partie du jeu. C’était une bataille hilarante !

J’espère que nous continuerons à être aussi proches également lors des prochaines courses : c’est agréable pour le spectateur mais aussi pour nous qui sommes dans le cockpit. D’un point de vue technique, nous savons que le développement sera plus fondamental que jamais et nous sommes conscients de devoir pousser fort sur cet aspect pour rester compétitifs.

Carlos Sainz (P3) :

pht. Scuderia Ferrari

J’ai pris un très bon départ mais je me suis retrouvé un peu fermé dans le virage 1 et donc Max (Verstappen) a pris le dessus car il était sur la meilleure ligne.

A partir de ce moment-là, la course a été assez régulière, même si je m’attendais à reprendre la position sur Checo (Perez), car j’étais sorti devant lui de la voie des stands, alors que nous étions encore dans la voiture de sécurité régime. Le fait d’avoir dû attendre le redémarrage pour revenir troisième ne m’a pas permis d’essayer de me battre pour la deuxième place.

Le résultat d’aujourd’hui est incontestablement bon et ce week-end a été bien meilleur qu’à Bahreïn. Je me rends compte que nous allons dans la bonne direction en augmentant la confiance avec cette nouvelle voiture et je suis sûr que ce n’est qu’une question de temps avant que nous puissions jouer encore plus loin. Nous avons une image plus claire de ce qu’il faut améliorer et de la voie à suivre dans les semaines à venir.

J’ai hâte d’être en Australie, un circuit que j’aime bien et sur lequel nous n’avons pas couru depuis deux ans.

Mattia Binotto, directeur d’équipe et directeur général Ferrari :

pht. Scuderia Ferrari

Ce soir, nous avons tous assisté à un grand spectacle avec deux gars très forts qui se battent pour la victoire. Au final nous ne l’avons pas gagné mais encore une fois nous avons confirmé que nous étions compétitifs. C’était un excellent début de saison et 78 points engrangés en deux courses, sur 88 disponibles, c’est sans aucun doute un gain important : je ne peux qu’être satisfait.

Charles comme Carlos ont été bons et lucides, surtout dans les moments clés : il fallait ramener le plus de points possibles. La course s’est décidée en quelques épisodes, ceci dit, félicitations à Max et Red Bull qui ont été très forts aujourd’hui.

Nous quittons un week-end positif, et maintenant d’autres pistes nous attendent, comme Melbourne et Imola où nous allons essayer de tirer le meilleur parti de notre voiture.

George Russel (P5) :

pht. Steve Etherington

C’était une course solide en termes de maximisation de nos points potentiels aujourd’hui, la voiture s’est bien comportée mais nous manquons juste d’appui parce que nous n’arrivons pas à faire rouler la voiture près du sol. Nous avons eu la voiture dans une belle fenêtre et je poussais aussi fort que je pouvais, c’était probablement la course la plus physique que j’ai vécue en F1, 50 tours à la limite sur un circuit urbain rapide – je veux juste le faire se battre pour la victoire. Tout le monde travaille aussi dur que possible pour combler l’écart avec Red Bull et Ferrari, chaque personne à Brackley et Brixworth en veut plus et nous continuerons à pousser jusqu’à ce que nous comblions cet écart. Cette première partie de saison n’est pas chargée en courses, le calendrier n’est pas trop dense, donc ça nous laisse le temps de trouver des solutions. Nous ne sommes pas ici pour nous battre pour P5 mais vous devez prendre les points positifs. La course était agréable à conduire,

Lewis Hamilton (P10) :

pht. LAT Images

En termes d’équilibre, la voiture se sentait bien, mais pas assez vite. Le résultat final n’est pas génial mais la course se déroulait relativement bien, j’avais du mal avec la température des pneus au début mais ensuite j’ai commencé à gagner sur les voitures devant en pneus Medium, c’était un très bon relais. Je suivais George et je faisais des temps au tour décents compte tenu de l’âge des pneus durs à la fin. Nous n’avons pas eu de chance avec la façon dont le VSC s’est déroulé à la fin, mais je lui ai tout donné. Hier a rendu le week-end tellement plus difficile et je prends ça sur mes épaules. C’est éreintant, mais nous devons continuer à nous battre, c’est tout ce que nous pouvons faire. Je sais que j’ai une excellente équipe et nous allons simplement garder la tête baissée.

Toto Wolf Team Principal Mercedes :

pht. LAT

La course d’aujourd’hui était le reflet de notre position actuelle. Les écarts de performance semblaient être similaires en qualifications et en course, et nous avons clairement beaucoup de travail à faire pour entrer dans la lutte aux avant-postes. George a bien géré sa course et a marqué le maximum que nous pouvions espérer aujourd’hui sans aucun incident devant lui. Pour Lewis, cela allait toujours être un après-midi difficile à partir de P15. La première voiture de sécurité est arrivée trop tôt pour se terminer sur Medium, nous sommes donc restés à l’écart comme les autres voitures qui ont commencé sur Hard; puis nous avons raté l’occasion de boxer juste avant la fermeture de la voie des stands sous le VSC, ce qui nous a coûté quelques places. Le tableau d’ensemble donne à réfléchir, et il est clair que nous devons continuer à travailler dur si nous voulons offrir une meilleure performance à Melbourne.

Communiqué la F1

 

Haut du site