2 février 2023

WRC : Sébastien Ogier maîtrise les débats vendredi au Monte-Carlo

Le Français Sébastien Ogier a surclassé ses pairs du Championnat du Monde FIA des Rallyes pour terminer l’étape du vendredi avec une avance considérable en tête du Rallye Monte-Carlo.

#17, Sébastien Ogier, Toyota, P1. pht. WRC

Portant les couleurs du Toyota Gazoo Racing, Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1) remportait quatre des six spéciales disputées vendredi dans les Alpes pour terminer la première journée complète d’action de la saison avec 36 »0 d’avance sur son équipier Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) après 145 kilomètres chronométrés.

Le rendez-vous basé à Monaco a laissé de bons souvenirs à l’octuple champion du monde natif des Hautes-Alpes et il vise une neuvième victoire record sur l’épreuve cette semaine.

Sébastien Ogier avait donné le tempo lors de la courte étape d’ouverture jeudi soir avant de reprendre sur sa lancée vendredi matin pour distancer son équipier Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) malgré un souci avec son unité hybride. Quand le Gallois concédait quarante secondes en raison d’une crevaison à l’arrière droit dans l’ES5, Sébastien Ogier pouvait dérouler et prendre moins de risques l’après-midi. Le Gapençais emportait même une roue de secours supplémentaire qui ne l’empêchait pas de creuser l’écart.

#69, Kalle Rovanperä, P2. Kalle Rovanperä assure provisoirement un doublé pour Toyota. pht. Red Bull

« Je suis très satisfait », confiait Sébastien Ogier. « Évidemment, le risque de crevaison était plus élevé [dans la dernière spéciale], alors on a préféré faire un peu plus attention. Je suis juste content de ramener la voiture au parc d’assistance ce soir. »

En parallèle, Kalle Rovanperä bataillait avec Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1). Les deux hommes se tenaient souvent en quelques dixièmes de seconde avant que le Finlandais ne prenne un léger avantage dans l’après-midi pour terminer avec 1 »9 d’avance.

Au pied du podium provisoire, on retrouvait Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1). L’Estonien connaissait une journée difficile à découvrir les subtilités de sa nouvelle monture. Selon ses propres mots, sa voiture n’était pas assez « typée course » même s’il a admis avoir rapidement trouvé ses marques.

#11, Thierry Neuville, Hyundai, P3. Thierry Neuville occupe actuellement la dernière place du podium. pht. Red Bull

À l’aube de l’avant-dernière étape, Ott Tänak pointait à 16 »3 du podium et devra composer avec le retour d’Elfyn Evans, auteur d’une remontée impressionnante pour revenir à 8 »1 de l’Estonien. Sixième, Dani Sordo (Hyundai i20 N Rally1) se retrouvait 27 »9 plus loin. Frustré, l’Espagnol estimait que ses temps n’étaient pas à la hauteur des risques qu’il prenait dans les spéciales.

#8, Ott Tänak, Ford, P4. pht. Red Bull

Pénalisé par un problème de frein à main jeudi soir, Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) connaissait un vendredi sans encombre avec plusieurs temps dans le quatuor de tête pour remonter au septième rang. Le Japonais âgé de vingt-neuf ans devançait ainsi Esapekka Lappi (Hyundai i20 N Rally1), dont les frustrations étaient les mêmes que son équipier Dani Sordo.

En l’absence d’assistance à mi-journée, Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1) devait parcourir plus de la moitié des spéciales du jour sans direction assistée. Leaders en WRC2, Nikolay Gryazin (Skoda Fabia RS Rally2) et Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) en profitaient pour évincer le Français du top dix en fin de journée.

Les classements ici

Sébastien Ogier :

 » La journée n’a pas été simple mais elle a été globalement positive ; nous sommes revenus à Monaco ce soir avec une bonne avance et c’est ce qui compte. Ce matin, nous avons été privés de la puissance hybride pendant deux étapes et je savais que je devais pousser très fort et prendre des risques pour compenser, et j’ai été surpris que nous soyons encore les plus rapides. Heureusement, le problème a pu être résolu avant l’après-midi et nous avons pu bénéficier de ce coup de pouce supplémentaire une fois de plus ; nous avons pu garder un rythme plus normal et nous avons même réussi à creuser un peu plus notre avance. La journée de demain sera longue et nous allons essayer de conduire aussi proprement que possible. »

Samedi, les concurrents mettront le cap à l’ouest pour rejoindre les Alpes-de-Haute-Provence. 111,78 kilomètres chronométrés les attendent avec Le Fugeret – Thorame-Haute, Malijai – Puimichel et Ubraye – Entrevaux, toutes trois parcourues avant et après une zone de changement de pneumatiques à Puget-Théniers. Encore une fois, il n’y a aura aucune assistance à mi-journée.

WRC2, Risques payants pour Gryazin

Le pilote Toksport WRT Nikolay Gryazin a su parfaitement doser sa prise de risques pour remporter quatre des six spéciales disputées vendredi et presque doubler son avance en tête du WRC2 au Rallye Monte-Carlo.

#24, Nikolay Gryazin, Skoda, P1. pht. Red Bull

Fort d’une avance de 16 »7 sur Stéphane Lefebvre (Citroën C3 Rally2) au petit matin, Nikolay Gryazin (Skoda Fabia RS Rally2) était immédiatement dans le rythme en signant le deuxième meilleur temps dans la première spéciale du jour, sept dixièmes de seconde seulement derrière Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2).

Loin d’être à l’aise à l’idée de gérer son avance, le pilote âgé de vingt-cinq ans haussait ensuite le rythme pour s’adjuger les quatre tests suivants, ne levant que légèrement le pied dans le dernier secteur chronométré du vendredi pour établir son avantage à 29 »7 sur Yohan Rossel au moment de retrouver le parc d’assistance de Monaco.

Initialement troisième après après avoir perdu cinq secondes en calant au départ de l’ES1 jeudi soir, Yohan Rossel parvenait à prendre le dessus sur son compatriote Stéphane Lefebvre grâce à son scratch dans l’ES3. De son côté, Stéphane Lefebvre terminait la journée en troisième position, à 17 »0 de Yohan Rossel et à 46 »7 du leader.

#21, Yohan Rossel, Citroën, P2. Yohan Rossel s’est hissé au deuxième rang du WRC2. pht. WRC

Pepe López (Hyundai i20 N Rally2) était mécontent de son choix de pneumatiques dans la matinée. Après un après-midi plus positif, l’espoir espagnol bouclait l’étape au quatrième rang entre les Français Stéphane Lefebvre et Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Fiesta Rally2). Transfuge de l’élite, ce dernier se satisfaisait d’un vendredi vierge d’incident sur les routes où il avait connu une grosse sortie de route il y a douze mois.

#22, S. Lefebvre, Citroën, P3. pht. Red Bull

Le Britannique Chris Ingram (Skoda Fabia Rally2 Evo) complétait le top six. Bien qu’il se sente un peu rouillé après une longue période d’inactivité, il tenait bon dans sa bataille face à la Skoda de nouvelle génération d’Erik Cais (Skoda Fabia RS Rally2), 4 »2 derrière lui avant l’avant-dernière étape de l’épreuve samedi.

 

Haut du site