3 mars 2024

WRC, Sardaigne, la température monte entre Lappi et Ogier

La confrontation entre Esapekka Lappi et Sébastien Ogier a fait des étincelles ce vendredi au Rally Italia Sardegna, le Finlandais reprenant l’ascendant sur son rival lors du final haletant de la première étape de l’épreuve.

Après l’une des journées les plus intimidantes de l’année en Championnat du Monde FIA des Rallyes avec plus de 140 kilomètres d’action sur des chemins accidentés dans des conditions météorologiques changeantes, Esapekka Lappi (Hyundai i20 N Rally1) et Sébastien Ogier  (Toyota GR Yaris Rally1) terminaient leur premier duel en n’étant séparés que d’un dixième de seconde.

#4, Esapekka Lappi, Hyundai, P1. pht. Red Bull

Pour son quatrième rallye de la saison, Sébastien Ogier avait mené la charge pour boucler la matinée avec 16 »3 d’avance tout en prenant l’avantage sur son rival finlandais dans le premier passage de la spéciale marathon de Monte Lerno (49,90 km). Son avantage s’érodait toutefois dans l’après-midi lorsque les trois spéciales étaient répétées. Esapekka Lappi passait à l’offensive et offrait la réplique parfaite dans Monte Lerno 2 pour reprendre la première place en fin de journée.

#17, Sébastien Ogier a concédé les commandes vendredi après-midi que pour 0,01 seconde. pht. WRC

« Il n’y avait pas besoin d’attaquer plus, un dixième suffit ! », se réjouissait Esapekka Lappi au point stop. « Je suis content d’être à l’arrivée, c’était une spéciale assez piégeuse et nous avions également une crevaison lente à l’arrière gauche. Cela commençait à me perturber un peu, mais nous sommes là, tout va bien et nous attendons demain avec impatience. »

Malgré un frein à main récalcitrant, Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) se hissait sur le podium provisoire, 18 »5 derrière Sébastien Ogier et 27 »5 devant le leader du championnat, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1). Septième au départ de la dernière spéciale du jour, le Finlandais profitait des conditions humides et de sa position de départ pour signer le temps de référence et gagner trois places en un seul test.

#11, Thierry Neuville a dû composer avec un problème de frein à main, P3. pht. Red Bull

Après une frayeur dans la boucle matinale en tapant un rocher dans sa sortie au large d’un virage à gauche, Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) pointait 1 »3 plus loin malgré cet incident lui coûtant environ vingt secondes et occupant bien ses mécaniciens à l’assistance.

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P4. pht. Red Bull

Victime d’une crevaison à l’avant droit dans le final de Monte Lerno, Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) était relégué à 18 »2 de son équipier. Sixième, le Gallois devançait néanmoins Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1), trahi par une pompe à eau défaillante, pour 4 »2.

#18, Takamoto Katsuta, Toyota, P5. pht. Red BUll

Engagés en WRC2, Adrien Fourmaux (Ford Fiesta Rally2) et Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia RS Rally2) terminaient ce vendredi en étant respectivement huitième et neuvième, devant Dani Sordo (Hyundai i20 N Rally1). L’Espagnol avait perdu plus de trois minutes après un tonneau dans l’ES4.

#8, Ott Tänak, Ford, P7. pht. Red Bull

Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1) était la principale victime du jour. Initialement troisième, le Français écopait d’une pénalité de trois minutes lorsqu’il ne parvenait pas à engager de rapport avant le début de l’ES5. Si le problème était rapidement résolu, le rallye de Pierre-Louis Loubet s’achevait plus tard dans la journée, dans un fossé de Monte Lerno.

L’étape de samedi proposera deux passages dans Coiluna – Loelle (16,28 km), Su Filigosu (19,57 km), Erula – Tula (21,92 km) et Tempio Pausania (9,04 km) pour une journée réservant 133,62 kilomètres d’action.

Les classements ici

WRC2

Départ de rêve pour Pajari

Le Finlandais Sami Pajari a été récompensé de sa régularité tout au long de la première étape du Rally Italia Sardegna en se hissant en tête de la catégorie extrêmement compétitive qu’est le WRC2.

Lors d’un vendredi légèrement écourté sur l’île méditerranéenne, Sami Pajari (Škoda Fabia RS Rally2) se montrait régulièrement dans le trio de tête du WRC2 avec sa voiture préparée par Toksport WRT.

#32, Sami Pajari, Skoda, P1. pht. Red Bull

Son heure arrivait finalement lors du dernier test de la journée, où la prestation parfaite du pilote finlandais lui permettait de se hisser de la quatrième à la première place. Il prenait ainsi l’ascendant sur Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2), victime d’un souci avec ses pneumatiques.

En se montrant dix-sept secondes plus rapide qu’Adrien Fourmaux (Ford Fiesta Rally2) dans Monte Lerno, Sami Pajari retrouvait le parc d’assistance avec un avantage de 6 »3 sur son rival français.

Malgré une crevaison dans la matinée, Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia RS Rally2) complétait le podium provisoire. Engagé dans un programme ne comptant que des rallyes soigneusement choisis cette saison, le Norvégien accusait 9 »6 de retard sur Adrien Fourmaux. Derrière, Miko Marczyk (Škoda Fabia RS Rally2) pointait déjà à près d’une minute.

#27, Adrien Fourmaux, Ford, P2. pht. Red Bull

Leader du championnat, Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) avait du mal à trouver le rythme et devait se contenter de la cinquième place. Le Français bénéficiait toutefois d’un coup de pouce du destin, son principal rival Oliver Solberg (Škoda Fabia RS Rally2) perdant beaucoup de temps en raison d’une suspension endommagée.

Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia RS Rally2) bouclait la première étape au sixième rang devant Teemu Suninen, leader avant l’ES7.

Teemu Suninen a perdu gros dans la dernière spéciale

WRC3

Korhonen s’échappe

Le Finlandais Roope Korhonen est bien parti pour s’offrir son troisième succès en autant d’épreuves en WRC3 après avoir pris les commandes de la catégorie vendredi au Rally Italia Sardegna.

Copiloté par Anssi Viinikka, Roope Korhonen prenait les devants dès la super-spéciale disputée jeudi soir à Olbia avant de rétrograder au troisième rang face aux autres Ford Fiesta Rally3 de William Creighton et Laurent Pellier dans Terranova, l’ES3.

#65, Roope Korhonen, Ford, P1. pht. WRC

Le Finlandais ripostait en reprenant la tête après les crevaisons de l’Irlandais et du Français dans le test suivant. Il accentuait ensuite son avantage à 41 »4 sur William Creighton en fin de journée.

Troisième, Laurent Pellier pointait plus de cinq minutes plus loin tout en devançant Tom Rensonnet et Filip Kohn.

JUNIOR WRC

Creighton émerge du chaos Sarde

L’Irlandais William Creighton a terminé la première étape du Rally Italia Sardegna avec cinquante-cinq secondes d’avance en tête du FIA Junior WRC.

La journée du leader était toutefois loin d’être de tout repos. Victime d’une crevaison vendredi matin, l’Irlandais perdait environ deux minutes avant de s’arrêter brièvement dans la dernière spéciale du jour, à savoir le marathon de 49,90 km dans Monte Lerno.

#66, William Creighton, Ford, P1. pht. WRC

Le défi proposé par Monte Lerno était toutefois tel que tous les autres équipages du FIA Junior WRC étaient également contraints de s’arrêter à mi-parcours. William Creighton était donc le moins affecté et ravissait la première place à Diego Dominguez pour devancer le Paraguayen au moment de retrouver le parc d’assistance.

Ralenti par un tuyau d’échangeur desserré dans la super-spéciale de jeudi soir, Laurent Pellier connaissait de nouveaux ennuis vendredi avec plus de trois minutes perdues dans l’ES4. Le Français reste cependant sur le podium provisoire, mais il pointe à cinq minutes de la tête.

Tom Rensonnet et Raul Hernández complétaient le classement dans cet ordre avec leurs Ford Fiesta Rally3 tandis que Eamonn Kelly, Hamza Anwar et Roberto Blach étaient tous les trois contraints à l’abandon.

Communiqué WRC