WRC, Sardaigne, Dani Sordo toujours en tête samedi

Posted by

L’Espagnol a conforté son avance en tête du Rally Italia Sardegna samedi pour faire un pas vers une deuxième victoire consécutive sur l’île méditerranéenne.

Dani Sordo

Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) a bouclé l’avant-dernière étape de la sixième manche du Championnat du Monde FIA des Rallyes avec une avance de 27 »4. La lutte effrénée menée par ses poursuivants a tourné à l’avantage de Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC), repassé devant Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) à l’issue de la dernière spéciale de la journée.

Vainqueur de ce rallye en toute fin d’épreuve l’année dernière, l’Espagnol n’a signé qu’un scratch sur les six spéciales sur terre dans le nord de l’île, mais celui lui a suffi pour augmenter son avance de dix secondes avant la courte étape finale de dimanche.

« Cela fait du bien d’être là », confiait le leader. « J’ai géré mes pneus cet après-midi. C’est important de maintenir Sébastien et Thierry à distance. Je les connais bien tous les deux et ils tenteront tout demain. Nous devrons rester concentrés jusqu’au tout dernier kilomètre. »

Deuxième vendredi soir, Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) voyait le podium s’éloigner avec le duel titanesque opposant Sébastien Ogier et Thierry Neuville, tentant tous deux de réduire leur déficit de points face au leader du championnat Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC).

Sebastien Ogier (FRA) Julien Ingrassia (FRA) of team Toyota Yaris WRC Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Le Français prenait l’avantage dans la première spéciale du jour, mais le Belge répliquait en fin de matinée avant qu’une petite glissade dans une botte de foin vers la fin du dernier secteur chronométré ne permette à Sébastien Ogier de rentrer à Alghero au deuxième rang pour 1 »5.

« J’attaquais très fort et j’ai peut-être perdu deux secondes sur le pont en freinant un peu trop tard », expliquait le pilote Hyundai Motorsport. « Cela arrive quand vous attaquez autant que vous le pouvez. »

Sébastien Ogier s’offrait quatre scratches et le deux hommes creusaient également l’écart sur Elfyn Evans, cinquième à une demi-minute. Le Gallois perdait du temps en se montrant trop prudent pour préserver ses pneus dans la matinée avant que son surplus d’agressivité ne lui coûte de précieuses secondes l’après-midi.

Sébastien Ogier a repris la deuxième place dans la dernière spéciale du samedi

Ralenti par un problème de différentiel affectant l’utilisation de son frein à main dans les virages serrés, Teemu Suninen retrouvait le rythme après son passage à l’assistance en début d’après-midi pour préserver 1’20 » de marge sur le champion du monde en titre, Ott Tänak (Hyundai i20 WRC).

Thierry Neuville (BEL) Nicolas Gilsoul (BEL) of team Hyundai i20 Coupe WRC Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Pierre-Louis Loubet (Hyundai i20 WRC) terminait la journée au septième rang après une matinée compliquée par une crevaison et une touchette le privant des éléments aérodynamiques à l’arrière de sa voiture.

Pierre-Louis Loubet (FRA) Vincent Landais (FRA) of team Hyundai i20 Coupe WRC Hyundai 2C Competition. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Leader dans la catégorie WRC3, Jari Huttunen (Hyundai i20 WRC) pointait au huitième rang après qu’Oliver Solberg (Skoda Fabia Rally2) ne tape une pierre dans la dernière spéciale. Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia Rally2) et Pontus Tidemand (Skoda Fabia Rally2), en tête du WRC2, complétaient le top dix.

Gus Greensmith (Ford Fiesta WRC) abandonnait en raison d’une courroie d’alternateur cassée alors qu’il occupait le sixième rang. Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC) connaissait également de nouveaux malheurs. Après un vendredi difficile, le Finlandais arrachait les deux roues arrière de sa voiture en sortant large et en rebondissant sur deux arbres.

WRC2

Pontus Tidemand en passe de s’imposer

L’approche conservatrice du Suédois lui a permis de se construire une confortable avance en tête de la catégorie WRC2 au Rally Italia Sardegna.

Pontus Tidemand

S’il n’a pas remporté la moindre spéciale en ce samedi, Pontus Tidemand (Skoda Fabia Rally2) a su éviter les pièges dans lesquels ses adversaires tombaient pour porter son avance à 1’03 »9 au terme des six secteurs chronométrés exténuants au programme.

À quatre spéciales de l’arrivée, le Suédois est ainsi en position idéale pour augmenter son avance en tête du championnat alors qu’il ne restera plus que deux rallyes à disputer.

« Tout fonctionne bien, mais une crevaison est si vite arrivée », confiait le leader. « Rien n’est fait tant que nous ne sommes pas sur le podium demain, donc nous devons rester concentrés. »

Mads Østberg a surmonté son vendredi décevant en étant régulièrement présent aux avant-postes samedi

Mads Østberg

Son équipier Eyvind Brynildsen (Skoda Fabia Rally2) retrouvait Alghero au deuxième rang après avoir composé sous la pression d’Ole Christian Veiby (Hyundai i20 R5), impressionnant pour revenir à seulement quatre dixièmes seulement malgré une crevaison dans le premier passage de Coiluna – Loelle.

Mads Østberg (Citroën C3 R5) réalisait une prestation parfaite en remportant les six spéciales du jour pour rattraper son retard après des problèmes de transmission vendredi. Le Norvégien pointe désormais à 2’26 »8 de son compatriote et de la troisième marche du podium.

Nikolay Gryazin (Hyundai i20 R5) complétait le top cinq à vingt-trois minutes des leaders. Le Russe repartait ce matin après une double crevaison vendredi, mais il devait faire face à de nouveaux problèmes techniques dans l’après-midi.

En parallèle, Adrien Fourmaux (Ford Fiesta R5) devait écourter sa journée lorsque sa voiture s’arrêtait dans Monte Lerno 2 alors que le Français du M-Sport Ford World Rally Team occupait la deuxième place.

WRC3

Jari Huttunen hérite des commandes

Le Finlandais a soufflé la première place de la catégorie WRC3 grâce aux ennuis de son rival Oliver Solberg samedi au Rally Italia Sardegna.

Jari Huttunen

Malgré une barre anti-roulis endommagée dans la première boucle, Jari Huttunen (Hyundai i20 R5) se hissait au premier rang lorsqu’Oliver Solberg (Skoda Fabia Rally2) crevait dans la répétition de Coiluna – Loelle samedi matin.

Le Suédois répliquait dans l’après-midi et reprenait les commandes grâce à un superbe passage dans l’ES11 avant de sortir de la route dans la dernière spéciale du jour. Jari Huttunen en profitait alors immédiatemment.

« Notre plan se déroule parfaitement jusqu’ici », confiait le Finlandais. « Il nous reste toutefois quatre spéciales à disputer et ce dimanche s’annonce difficile. »

Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia Rally2) terminait l’étape au deuxième rang. Le Polonais signait deux scratches pour conclure la journée à seulement 10 »5 du leader et s’imposer comme l’un des acteurs majeurs d’un dimanche s’annonçant passionnant.

Le week-end d’Oliver Solberg a basculé dans la dernière spéciale du samedi

Leader du championnat, Marco Bulacia (Citroën C3 R5) complétait le podium provisoire à 1’47 »1 de Kajetan Kajetanowicz. Le Bolivien terminait la journée en beauté en se montrant le plus rapide dans Tergu – Osilo 2.

Quatrième, Umberto Scandola (Hyundai i20 R5) pointait 1’12 »1 plus loin tout en devançant Sean Johnston (Citroën C3 R5). Ce dernier connaissait une journée loin d’être de tout repos avec un tonneau dans le final de Coiluna – Loelle 1. S’il pointait finalement à 5’36 »6 du leader, l’Américain devançait toutefois Alberto Heller (Ford Fiesta R5).

Victime d’un problème de direction après une touchette, le Français Yohan Rossel (Citroën C3 R5) abandonnait dans la première spéciale du jour tandis que son compatriote Éric Camilli (Citroën C3 R5) partait à la faute dans le même test. Nicolas Ciamin (Citroën C3 R5) devait également renoncer après un souci avec la transmission de sa voiture.

JUNIOR WRC

Tom Kristenssen fait le trou

Tom Kristensson a effectué une prestation pleine de maturité samedi pour prendre plus de huit minutes d’avance au Rally Italia Sardegna alors que de nombreux concurrents du FIA Junior WRC connaissaient un samedi difficile.

Tom Kristenssen

Au volant d’une Ford Fiesta Rally4, Tom Kristensson retrouvait le parc d’assistance d’Alghero avec une avance s’élevant à 8’56 »2 sur son plus proche rival, Fabrizio Zaldivar.

« C’est une situation assez folle sur le plan des résultats, mais nous sommes vraiment heureux d’être en tête », se réjouissait le Suédois. « Je n’imaginais pas à quel point ce rallye pouvait être difficile, ni à quel point nous serions performants. Nous sommes vraiment satisfaits, mais dimanche devrait également être une journée difficile. Nous allons tout simplement tenter de rallier l’arrivée en assurant notre victoire. »

Sami Pajari commençait le samedi à 50 »3 du leader, mais le Finlandais était contraint à l’abandon en cassant un arbre de transmission dès le début de journée à Monte Lerno. Dès lors, Tom Kristensson pouvait dérouler en tête.

Affichant une belle vitesse de pointe, Martins Sesks passait au troisième rang tout en remportant cinq des six spéciales du jour. Le Letton comptait toutefois 31’18 »5 de retard sur le leader après avoir dû écouter son vendredi en raison d’un problème d’arbre de transmission.

Reparti ce matin après avoir heurté un ballot de paille dans la première étape vendredi, Ruairi Bell bouclait cette deuxième étape à 1’46 »4 de Martin Sesks et 3’22 »5 devant Enrico Oldrati.

Classement du samedi

HighLights du samedi WRC, WRC2, WRC3 – video Red Bull Media House

Dimanche, la dernière étape mènera les concurrents au nord-ouest de l’île. Cala Flumini (14,06 km) et la magnifique spéciale longeant la côté de Sassari – Argentiera (6,89 km) seront empruntées par deux fois. La dernière citée formera le cadre de la Wolf Power Stage offrant des points bonus aux cinq pilotes les plus rapides avant l’arrivée à Alghero dans l’après-midi.