WRC, samedi, Tänak s’échappe, Ogier trébuche en Finlande

Posted by

L’Estonien Ott Tänak a maîtrisé les débats samedi pour prendre une belle avance avant la dernière étape de l’Arctic Rally Finland Powered by CapitalBox.

Ott Tänak. Pht. Team

Au volant de sa Hyundai i20 WRC, Ott Tänak remportait trois des six spéciales rapides sur neige pour porter son capital à cinq scratches depuis le départ vendredi. L’Estonien en profitait pour reléguer Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC), à 24 »1 à deux spéciales de l’arrivée de la deuxième manche du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Sa joie contrastait avec la déception du champion du monde en titre Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC). Le leader du championnat s’enfonçait dans un banc de neige à 200 mètres de la fin du dernier test du jour et plongeait au classement en perdant vingt minutes pour la déneiger.

Ott Tänak.

Après avoir signé le temps de référence sur deux des trois spéciales le matin, Ott Tänak portait son avance à 23 »6. Toujours à l’aise dans les conditions hivernales des forêts lapones, il gérait ensuite son avance sur Kalle Rovanperä et Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), extrêmement performant dans l’après-midi.

« Il fallait surtout aller au bout de l’après-midi et nous n’avons commis aucune erreur », se réjouissait Ott Tänak. « Nous attaquions encore un peu ce matin, mais il était important d’éviter les embûches dans l’après-midi. La dernière spéciale était assez stressante, mais nous n’avions pas besoin de forcer notre rythme. »

Kalle Rovanpera (FIN) and Jonne Halttunen (FIN) of team Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Malgré des changements de réglages durant la nuit, Kalle Rovanperä restait frustré par l’équilibre de sa voiture. Il lâchait quelques secondes en touchant un mur de neige avant de remporter l’avant-dernière spéciale du jour et de résister au retour de Thierry Neuville.

Après des difficultés pour entendre son copilote Martijn Wydaeghe ce matin, le Belge voyait son pari pneumatique porter ses fruits puisqu’il signait le meilleur temps de l’ES8 avec plus de douze secondes d’avance pour revenir à 1 »8 de Kalle Rovanperä. Son équipier Craig Breen (Hyundai i20 WRC) était davantage en difficulté sur la gestion des pneus dans des conditions dégradées, la neige laissant place à de la terre gelée dans l’après-midi. L’Irlandais reculait au quatrième rang à près de trente secondes de Thierry Neuville.

Thierry Neuville (BEL) and Martijn Wydaeghe (BEL) of team Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Après avoir mis un terme à la série d’Ott Tänak ce matin, Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) se montrait également à la peine avec ses pneus tout en se avouant être trop prudent. Le Gallois comptait 10 »1 de retard sur Craig Breen.

Elfyn Evans (GB) and Scott Martin (GB) of team Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Oliver Solberg (Hyundai i20 WRC) surpassait toutes les attentes pour ses débuts en mondial avec une WRC. Âgé de dix-neuf ans seulement, le Suédois s’offrait le troisième temps dans la première spéciale du jour et retrouvait le parc d’assistance de Rovaniemi au sixième rang… Le tout en ayant perdu ses lunettes avant la dernière spéciale !

Luttant toute la journée face à Oliver Solberg et Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC), Takamoto Katsuta (Toyota Yaris WRC) pointait 7 »6 plus loin. Le Japonais devançait les pilotes M-Sport Ford Teemu Suninen et Gus Greensmith (Ford Fiesta WRC). Le top dix était complété par Esapekka Lappi (Volkswagen Polo GTI R5), leader du WRC2.

Sébastien Ogier a chuté

Lorenzo Bertelli (Ford Fiesta WRC) était contraint à l’abandon dès l’ES3, piégé par un mur de neige. Pierre-Louis Loubet (Hyundai i20 WRC) devait également renoncer après des soucis techniques liés à une faute similaire.

Dimanche, la dernière étape de l’Arctic Rally Finland se composera de deux passages dans Aittajärvi (22,47 km), une spéciale tracée au sud de Rovaniemi. La répétition sera le théâtre de la Wolf Power Stage avec des points bonus pour les cinq pilotes les plus rapides.

Sébastien Ogier part à la faute

Champion du monde en titre, Sébastien Ogier a été piégé dans un mur de neige à 200 mètres de l’arrivée de la dernière spéciale disputée samedi dans le cadre de l’Arctic Rally Finland powered by Capital Box.

Cinquième de l’épreuve avant le dernier secteur chronométré du samedi – un second passage dans Kaihuavaara (19,91 km) – Sébastien Ogier est sorti de la trajectoire dans le dernier virage et a vu sa Toyota Yaris WRC percuter un mur de neige.

Le Français et son copilote Julien Ingrassia sont sortis indemnes de la voiture, mais ont dû relever le défi de dégager leur voiture.

Crash, Sébastien Ogier

Franchissant finalement le point stop à plus de vingt minutes du leader Ott Tänak, Sébastien Ogier était dépité : « Les pneus étaient à bout comme pour tout le monde. J’étais un peu trop en travers et j’ai touché le mur, ce qui a envoyé l’avant dans le mur de neige en face. C’est un week-end à oublier. »

Classements du samedi

HighLights Stage 3 and 4

HighLights Stage 5 – 8

WRC2, Lappi fait le trou en tête

Le Finlandais Esapekka Lappi a accentué son avance en tête de la catégorie WRC2 après un superbe samedi à l’Arctic Rally Finland Powered by CapitalBox.

Esapekka Lappi

Esapekka Lappi et sa Volkswagen Polo GTI R5 préparée par Movisport semblaient se diriger vers un grand chelem sur les spéciales enneigées ultrapides avant un tête-à-queue leur coûtant vingt secondes dans l’obscurité de Siikakämä 2. Le Finlandais terminait toutefois la journée avec 49 »8 d’avance sur Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2).

« Nous avons de bonnes conditions, des routes rapides et de grands murs de neige », résumait-il. « C’est très bien jusqu’ici, nous avons une belle avance, mais nous n’avons pas le droit à l’erreur. »

Le pilote Toksport WRT Andreas Mikkelsen confiait avoir tout donné pour rester au contact d’Esapekka Lappi, mais le Norvégien admettait aussi qu’il n’en avait plus sous le pied pour mettre son rival sous pression.

Andreas Mikkelsen est resté impuissant face à Esapekka Lappi

Nikolay Gryazin (Volkswagen Polo GTI R5) complétait le podium provisoire, 36 »0 derrière Andreas Mikkelsen. Le Russe se faisait également une belle chaleur en voyant l’avant de sa voiture brosser un mur de neige. Malgré quarante secondes perdues dans l’opération, il rentrait à Rovaniemi avec 1’05 »7 de marge sur Eyvind Brynildsen (Skoda Fabia Rally2).

Victime d’un problème d’accélérateur vendredi, Ole Christian Veiby (Hyundai i20 R5) remontait dans le top cinq, à 2’53 »7 du leader.

Martin Prokop (Ford Fiesta Rally2) pointait 3’10 »0 plus loin, mais le Tchèque conservait 7’30 »9 d’avance sur Sean Johnston (Citroën C3 Rally2), coincé dans un mur de neige vendredi. Georg Linnamäe (Volkswagen Polo GTI R5) comptait pour sa part 7’53 »8 de retard sur l’Américain.

Cinquième vendredi soir, le Français Adrien Fourmaux (Ford Fiesta Rally2) se faisait piéger dans la répétition de Mustalampi. Sorti de la route après 20,9 km, le protégé de M-Sport Ford ne parvenait pas à extraire sa voiture de la neige mais devrait reprendre le départ dimanche.

HighLights WRC2

WRC3, Asunmaa passe aux commandes

Profitant des déboires de ses rivaux, le Finlandais Teemu Asunmaa a hérité des commandes dans la catégorie WRC3 à l’Arctic Rally Finland Powered by CapitalBox.

Teemu Asunmaa

Deuxième derrière Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) vendredi soir, Teemu Asunmaa (Skoda Fabia Rally2) était promu en tête lorsque son compatriote partait à la faute dans Kaihuavaara.

L’enfant du pays se retrouvait alors à la lutte avec Egon Kaur (Volkswagen Polo GTI R5). Les deux hommes se rendaient coup sur coup avant que l’Estonien n’écope d’une pénalité de dix secondes pour un pointage tardif.

En fin de journée, Teemu Asunmaa retrouvait le parc d’assistance de Rovaniemi avec 12 »5 d’avance sur son rival. Tout se jouera donc dans les deux dernières spéciales du parcours dimanche.

Troisième, Eerik Pietarinen (Skoda Fabia R5) comptait 1’05 »5 de retard sur la deuxième place et une fine avance de 1 »7 sur Mikko Heikkilä (Skoda Fabia Rally2).

Véritable légende du rallycross, Mattias Ekström (Skoda Fabia Rally2) et son copilote Emil Bergkvist – Champion Junior WRC en 2018 – complétaient le top cinq, 1’02 »9 plus loin.

Malgré une pénalité, Egon Kaur bataillera pour la victoire face à Teemu Asunmaa

À 5’32 »5 du leader, l’Estonien Gregor Jeets précédait pour 1’58 »6 le Finlandais Pekka Keski-Kors, qui ne comptait pour sa part que 1 »5 d’avance sur son compatriote Tuomas Skantz dans un top huit dominé par Skoda.

Michal Solowow (Citroën C3 Rally2) et Rakan Al-Rashed (Volkswagen Polo GTI R5) complétaient le top dix avant la dernière étape de l’épreuve.

HighLights WRC3

Pht : Red Bull, WRC, Team

Video : WRC YouTube