19 mai 2024

WRC, Ott Tänak triomphe au Rallye de Suède

L’Estonien Ott Tänak s’est imposé dimanche après-midi au Rallye de Suède, mettant fin à une disette de plus d’un an pour M-Sport Ford World Rally Team en Championnat du Monde FIA des Rallyes, deux épreuves seulement après son retour dans l’équipe britannique.

#8, Ott Tänak, Ford, P1. pht. Red Bull

Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1) scellait son deuxième succès en Suède en s’imposant avec 18 »7 d’avance sur Craig Breen (Hyundai i20 N Rally1). Fort de ce succès, l’Estonien s’empare des commandes du classement général pour trois points après la deuxième des treize manches du calendrier.

Déjà présent au sein du M-Sport Ford World Rally Team entre 2011 et 2017, Ott Tänak avait quitté la structure britannique pour rejoindre Toyota, puis Hyundai. De retour cette saison, le Champion du Monde des Rallyes 2019 offrait à l’équipe sa première victoire depuis le Rallye Monte-Carlo 2022 conclu il y a 385 jours.

« Cette victoire compte beaucoup », déclarait Ott Tänak. « Prendre le volant d’une nouvelle voiture et offrir la victoire à l’équipe… Cela leur demande d’immenses efforts pour se battre contre de si grands constructeurs. Je suis sûr que je leur cause un peu de stress, mais nous sommes tous gagnants tant que cela fonctionne. C’est fantastique de faire partie de cette équipe. »

#42, Craig Breen a pris la deuxième place à l’issue d’une Wolf Power Stage riche en suspense. pht. Red Bull

Engagé dans un programme partiel, Craig Breen avait mené les débats durant la moitié de l’épreuve hivernale. L’Irlandais ne parvenait toutefois jamais à distancer Ott Tänak, qui prenait définitivement l’ascendant grâce à une offensive nocture samedi soir.

Dimanche, Hyundai Motorsport imposait à Craig Breen de pointer délibérément avec une minute de retard au regroupement avant la Wolf Power Stage pour qu’il écope d’une pénalité de dix secondes permettant à Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) d’hériter de la deuxième place.

L’objectif était d’offrir de précieux points au pilote belge, engagé sur l’intégralité de la saison, mais rien ne se passait comme prévu par la suite. Auteur d’un passage décousu dans la dernière spéciale du parcours, Thierry Neuville concédait du temps et terminait finalement à 1 »3 de son équipier.

Quatrième, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) avait auparavant prolongé son duel avec Thierry Neuville, mais le Finlandais restait impuissant lorsque son rival chaussait quatre pneumatiques Pirelli neufs pour les deux derniers secteurs chronométrés.

#11, retournement de situation inattendu pour Thierry Neuville, P3. pht. Red Bull

Le Champion du Monde des Rallyes en titre terminait à seulement 5 »1 du podium, permettant ainsi au Toyota Gazoo Racing de conserver les commandes du Championnat Constructeurs avec quatorze points d’avance sur Hyundai Motorsport.

Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) complétait le top cinq à près d’une minute de son équipier au terme d’un week-end marqué par son manque de confiance. Le Gallois devançait toutefois Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1), sixième malgré une petite frayeur technique le contraignant à parcourir la dernière spéciale en mode hybride.

#7, Pierre-Louis Loubet, Ford, P6. pht. Red Bull

Esapekka Lappi (Hyundai i20 N Rally1) pouvait regretter sa sortie de route l’ayant écarté de la bataille pour le podium samedi après-midi. Pour son deuxième rallye sous ses nouvelles couleurs, le Finlandais parvenait toutefois à remonter au septième rang.

#69, Quatrième de l’épreuve, Kalle Rovanperä était le pilote Toyota le mieux classé à l’arrivée. pht. Red Bull

Les classements ici

Le Championnat du Monde FIA des Rallyes fera son retour le mois prochain avec le Guanajuato Rally México. L’épreuve basée à León se déroulera du 16 au 19 mars.

#8, Ott Tänak, Ford, winner. pht. WRC

 

WRC2

Solberg s’impose en Suède

Sur ses terres, le Suédois Oliver Solberg a signé sa première victoire en WRC2 au terme d’une prestation sans faute lui permettant de devancer Ole Christian Veiby au Rallye de Suède.

#20, Oliver Solberg, P1. pht. Red Bull

Vainqueur en WRC2, Oliver Solberg (Škoda Fabia RS Rally2) se classait huitième, suivi par Ole Christian Veiby (Volkswagen Polo GTI R5) et Sami Pajari (Škoda Fabia RS Rally2).

Auteur d’un dimanche propre lors de son rallye à domicile, Oliver Solberg (Škoda Fabia RS Rally2) ralliait l’arrivée avec 42 »3 d’avance sur Ole Christian Veiby (Volkswagen Polo GTi R5), le Norvégien devant se contenter de la deuxième place pour la deuxième année consécutive.

Âgé de vingt-et-un ans comme Oliver Solberg, Sami Pajari (Škoda Fabia RS Rally2) prenait la troisième place, synonyme de premier podium en WRC2 pour le Champion du FIA Junior WRC en 2021.

Oliver Solberg avait entamé la dernière étape dans le nord enneigé de la Suède avec un avantage de 51 »6 sur Ole Christian Veiby. Avec une telle avance, le Suédois pouvait se permettre d’adopter une approche conservatrice pour les 63,04 derniers kilomètres chronométrés. Cela ne l’empêchait toutefois pas de tout donner dans la Wolf Power Stage pour prendre le maximum de points bonus en jeu en devançant Emil Lindholm (Škoda Fabia RS Rally2) d’une demi-seconde.

#21, comme en 2022, Ole Christian Veiby termine deuxième du Rallye de Suède. pht. Red Bull

« C’est fantastique, quelles sensations ! », s’exclamait le vainqueur. « Cela faisait longtemps que je n’avais plus gagné. Tout a fonctionné correctement et j’en suis vraiment ravi. Elliott [Edmondson, son copilote] a fait un travail incroyable et c’était clairement un week-end incroyable, tout en régularité et sans la moindre erreur ! »

Quatrième, Georg Linnamäe (Hyundai i20 N Rally2) pointait à plus d’une minute du podium tandis que Marco Bulacia (Škoda Fabia RS Rally2) complétait le top cinq, 20 »4 plus loin. Victime d’un problème moteur chronophage vendredi, Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2) devait se contenter de la sixième place à l’arrivée.

WRC3

Korhonen conquiert la Suède

Le Finlandais Roope Korhonen s’est emparé de la victoire au Rallye de Suède, signant ainsi son premier succès en WRC3 dès son deuxième départ en Championnat du Monde FIA des Rallyes.

#49, Roope Korhonen, P1. pht. Red Bull

Engagé dans la catégorie intégralement composée de Ford Fiesta Rally3 ce week-end, Roope Korhonen abordait la dernière journée d’action avec 52 »6 d’avance sur son plus proche poursuivant, William Creighton, qui avait concédé près d’une minute samedi après-midi.

Le Finlandais âgé de vingt-quatre ans ne rencontrait aucun problème lors des trois spéciales décisives et finissait même en beauté en s’offrant le meilleur temps dans la Wolf Power Stage pour s’imposer avec un avantage de 39 »6.

« Cette victoire compte beaucoup pour moi », confiait le vainqueur. « C’est mon deuxième rallye en WRC et mon premier en Suède, donc je suis vraiment content. C’était une bonne bagarre avec William Creighton jusqu’à ses problèmes, mais c’était surtout un bon rallye pour nous. »

Relégué au troisième rang après ses malheurs samedi, William Creighton réalisait une superbe performance dimanche pour transformer son déficit de 19 »7 en avantage de 0 »6 face à Laurent Pellier, finalement troisième.

Le Paraguayen Diego Dominguez et le Belge Tom Rensonnet – novice sur la neige – complétaient le top cinq à l’arrivée.

#50, William Creighton est parvenu à reprendre la deuxième place après une superbe remontée. pht. Red Bull

JUNIOR WRC

Retour triomphant pour Creighton

L’Irlandais William Creighton a réalisé une superbe remontée au Rallye de Suède pour détrôner Laurent Pellier et signer sa première victoire en FIA Junior WRC.

#50, William Creighton, P1. pht. WRC

William Creighton avait subi un coup dur lors de l’avant-dernière spéciale de samedi. Après s’être construit une belle avance dans la catégorie dédiée aux Ford Fiesta Rally3 préparées par M-Sport Poland, le protégé de la Motorsport Ireland Rally Academy avait perdu plus d’une minute lorsque le capot de sa voiture s’était détaché au début du secteur chronométré.

Avec 19 »7 à rattraper en trois tests seulement, ses espoirs de victoire semblaient maigres, mais l’Irlandais n’abdiquait pas et était même surpris de voir son déficit sur Laurent Pellier se réduire à 6 »1 après la première spéciale de la journée. L’ES17 était tout aussi réussie puisqu’il dépassait son rival pour devancer le pilote français de 2 »7 avant la Wolf Power Stage.

Si Laurent Pellier se montrait le plus véloce dans le test décisif, ses efforts restaient vains. William Creighton conservait les commandes pour six dixièmes de seconde seulement, soit la deuxième arrivée la plus serrée de l’histoire du Junior WRC, le record ayant été établi au Rallye de Finlande 2015, où Quentin Gilbert avait devancé Henri Haapamäki pour une demi-seconde.

Laurent Pellier s’est incliné pour six dixièmes de seconde seulement. pht. WRC

« C’était extrêmement stressant depuis hier après-midi », confiait William Creighton. « En me couchant hier soir, je faisais de mon mieux pour me dire que c’était encore possible, mais c’était dur d’y croire. Je n’arrive toujours pas à y croire d’ailleurs. Je n’ai pas relâché l’accélérateur dans la dernière bosse de la spéciale finale et je n’ai jamais été aussi content ! »

Diego Dominguez complétait le podium à plus de deux minutes du duo de tête. Le Paraguayen comptait 34 »2 d’avance sur Grégoire Munster tandis que les Espagnols Raúl Hernández et Roberto Blach suivaient.

Respectivement septième et huitième, Tom Rensonnet et Hamza Anwar fermaient la marche après l’abandon d’Eamonn Kelly, victime d’un triangle cassé après avoir tapé une pierre dans l’ES16.

Communiqué WRC

Crédits pht. Red Bull – WRC