3 décembre 2022

WRC, Neuville s’empare des commandes en Suède vendredi

Le Belge Thierry Neuville a pris la tête du Rallye de Suède dans les ultimes kilomètres du vendredi après une première étape riche en rebondissements et rythmée par cinq pilotes différents.

Thierry Neuville (BEL) and Martijn Wydaeghe (BEL) of team Hyundai Shell Mobis, P1. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Cinquième avant les deux dernières spéciales du vendredi, Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) haussait le rythme à la tombée de la nuit pour remonter dans le classement et déloger Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) de la tête dans le dernier test sur neige en bordure d’Umeå pour 4 »3.

Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1), Elfyn Evans et Esapekka Lappi (Toyota GR Yaris Rally1) complétait un quatuor de tête se tenant en 8 »8 après les sept secteurs chronométrés totalisant plus de 125 kilomètres d’action dans les forêts suédoises.

« Malgré sa position de départ, Kalle Rovanperä pointe au deuxième rang à l’issue de la première étape »

« C’était un après-midi vraiment solide », expliquait Thierry Neuville. « Nous savions que les conditions ne seraient pas très bonnes en étant deuxièmes sur la route, mais notre gestion des pneus a plutôt bien fonctionné et nous avons pu rattraper du temps dans les deux dernières spéciales. Nous avons fait quelques petits changements de réglages ce midi et je me sentais à l’aise ensuite. »

Kalle Rovanperä tirait également profit de sa bonne gestion des pneumatiques. Leader après la boucle matinale, le Finlandais cédait du terrain dans sa position d’ouvreur cet après-midi, mais son approche prudente lui permettait de remonter de la sixième à la deuxième place en fin de journée.

En parallèle, son équipier Elfyn Evans semblait plus en difficulté avec sa voiture. Si le Gallois s’emparait de la tête en remportant la première spéciale de l’après-midi, ses gommes accusaient le coup et le faisaient chuter au troisième rang à 7 »4 du leader.

Pour son premier départ avec Toyota Gazoo Racing depuis 2018, Esapekka Lappi effectuait un retour époustouflant. Leader après les deux premières spéciales, le Finlandais perdait plusieurs places en calant au départ de l’ES3. Malgré des problèmes d’adhérence dans les derniers kilomètres, il retrouvait le parc d’assistance à 1 »4 seulement du podium provisoire.

« Elfyn Evans était l’un des cinq leaders vendredi »

Un temps deuxième, Oliver Solberg (Hyundai i20 N Rally1) restait au cœur de la lutte en tête jusqu’à la dernière spéciale du jour, où il manquait un croisement. Le Suédois rétrogradait alors en cinquième place à près d’une demi-minute du leader.

Esapekka Lappi (FIN) of team Toyota Gazoo Racing, P4. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Malgré du temps perdu dans un mur de neige, Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) pointait au sixième rang devant Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) et Gus Greensmith (M-Sport Ford Puma Rally1). Ce dernier connaissait une première étape animée avec un freinage tardif, un voyage dans la neige et des problèmes avec le système hybride et la boîte de vitesses de sa voiture.

Leaders du WRC2, Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2) et Ole Christian Veiby (Volkswagen Polo GTI R5) complétaient le top dix.

Leader après la première étape, Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1) était finalement contraint à l’abandon ce soir, un impact ayant déclenché le système d’alerte du kit hybride de sa voiture.

Adrien Fourmaux (FRA) and Alexandre Coria (FRA) of team M-SPORT FORD WORLD RALLY TEAM, P6. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Craig Breen (M-Sport Ford Puma Rally1) devait également renoncer. Après avoir plongé dans un mur de neige au début de la deuxième spéciale, l’Irlandais reprenait la route avant qu’une deuxième excursion ne l’immobilise au sommet d’un talus.

Samedi, la deuxième étape du Rallye de Suède se composera de deux boucles identiques de trois spéciales, séparées d’une assistance à midi. Les tests de Brattby et Långed à l’ouest d’Umeå seront suivis d’un dernier secteur chronométré en périphérie de la ville pour une journée totalisant 82,30 km chronométrés.

Les classement ici

 

 

WRC2, Mikkelsen profite d’une erreur de Veiby

Le norvégien Andrea Mikkelsen a pris les commandes du WRC2 grâce aux soucis rencontrés vendredi soir par son compatriote Ole Christian Veiby au Rallye de Suède.

Andrea Mikkelsen, P1

Pour son premier départ en Championnat du Monde FIA des Rallyes depuis février dernier, Ole Christian Veiby (Volkswagen Polo GTI R5) se hissait rapidement en tête en signant le meilleur temps dans trois spéciales.

S’il abordait le dernier défi du vendredi avec 14 »8 d’avance sur Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia Rally2), le Norvégien calait et perdait 20 »3 dans Umeå Sprint. Son adversaire en profitait pour lui subtiliser les commandes pour 4 »1.

« Nous avons fait une bonne journée et nous n’avons pas pris trop de risques ce matin », confiait le nouveau leader. « Nous avons essayé d’augmenter le rythme dans la deuxième boucle et je pense que nous avons réussi à faire mieux, mais le chemin est encore long jusqu’à l’arrivée. »

« Ole Christian Veiby était en tête jusqu’à la dernière spéciale du jour »

En parallèle, Ole Christian Veiby ne tardait pas à afficher sa frustration : « J’ai calé à un carrefour, puis la voiture n’a pas redémarré et j’y suis resté un bon moment. La journée s’était si bien déroulée, c’est vraiment dommage que cela se soit produit dans la dernière spéciale du jour. Au moins, Andreas pourra balayer la route pour nous demain ! »

Nikolay Gryazin (Škoda Fabia Rally2) complétait le podium provisoire, mais l’équipier d’Andreas Mikkelsen ne comptait que 1 »9 de marge sur l’Estonien Georg Linnamäe (Volkswagen Polo GTI R5), surprenant plus d’un observateur avec son rythme le plaçant ponctuellement dans le trio de tête.

Un temps en lice pour la première place, Jari Huttunen (M-Sport Ford Fiesta Rally2) chutait dans la hiérarchie en calant au départ de Kamsjön. Le Finlandais retrouvait le parc d’assistance en n’ayant qu’un déficit de 1 »9 sur Georg Linnamäe et un avantage de 24 »6 sur Egon Kaur (Volkswagen Polo GTI R5).

« Georg Linnamäe a réalisé un bon début de rallye en Suède »

Plusieurs pilotes étaient victimes des redoutables spéciales suédoises dès ce vendredi. Emil Lindholm (Škoda Fabia Rally2) partait en tonneau dans l’ES2, tout comme Marco Bulacia (Škoda Fabia Rally2) plus tard dans Kamsjön. Les deux hommes devraient toutefois reprendre le départ samedi.

Piégés dans des murs de neige, Mattias Adielsson (M-Sport Ford Fiesta Rally2) et Josh McErlean (Hyundai i20 N Rally2) abandonnaient tous deux dans l’après-midi alors que l’Espagnol Alexander Villanueva (Citroën C3 Rally2) partait à la faute dans l’ES1.

 

WRC3, Joona leader, Pajari abandonne

Le Finlandais Lauri Joona a bouclé la première étape du Rallye de Suède avec une confortable avance dans la catégorie WRC3 monopolisée par les Ford Fiesta Rally3.

Lauri Joona, P1

Après l’abandon du leader du championnat Sami Pajari en raison d’une panne de pompe à essence avant l’ES2, Lauri Joona enchaînait quatre scratches pour retrouver le parc d’assistance avec 36 »7 d’avance.

Son plus proche rival n’était autre que William Creighton, le protégé de la Motorsport Ireland Rally Academy s’offrant même le meilleur temps dans la dernière spéciale du jour.

« C’était vraiment bien aujourd’hui », se réjouissait Lauri Joona. « Nous n’avons eu aucun problème et nous avons piloté très proprement. Les spéciales sont aussi très belles. La dernière était très glissante, mais l’adhérence était excellente. Nous essaierons de garder cette position demain. »

Pour ses débuts en compétition sur cette surface, le Kenyan Mcrae Kimathi complétait le classement à 29’00 »1 après avoir concédé près de dix-sept minutes en s’enfonçant dans un mur de neige dans Kamsjön.

« Victorieux au Monte-Carlo, Sami Pajari a vu ses espoirs de doublé s’envoler »

JUNIOR WRC, Joona donne le ton d’entrée

Auteur d’une prestation sans faute vendredi, le Finlandais Lauri Joona s’est construit une légère avance lors de la première étape de la saison en FIA Junior WRC au Rallye de Suède.

Profitant des soucis de ses rivaux sous des températures négatives en fin de matinée, Lauri Joona plaçait sa Ford Fiesta Rally3 conçue par M-Sport Poland au sommet après la faute de Robert Virves, pourtant auteur du meilleur temps dans l’ES1, dans Kamsjön, puis l’abandon de Sami Pajari, Champion FIA Junior WRC en titre, en raison d’un problème de pompe à essence avant même la deuxième spéciale.

Lauri Joona, P1

Libéré de ces deux féroces rivaux, Lauri Joona devait toutefois composer avec Jon Armstrong. Vice-champion l’an dernier, le Britannique relevait le défi en signant deux scratches comme le Finlandais, mais son départ poussif faisait finalement la différence en fin de journée.

Devancé par Lauri Joona pour 6 »8 dans le premier passage dans Kroksjö, Jon Armstrong retrouvait le parc d’assistance vendredi soir avec un déficit s’élevant à 7 »7 sur son adversaire.

« Jon Armstrong a défié Lauri Joona au sommet du classement »

« C’était vraiment bien aujourd’hui », se réjouissait Lauri Joona. « Nous n’avons eu aucun problème et nous avons piloté très proprement. Les spéciales sont aussi très belles. La dernière était très glissante, mais l’adhérence était excellente. Nous essaierons de garder cette position demain. »

Protégé de la Motorsport Ireland Rally Academy, William Creighton se montrait le plus rapide lors du test final pour revenir à 29 »0 de Jon Armstrong tandis que Mcrae Kimathi était quatrième, 28’23 »4 plus loin. Le Kenyan perdait près de dix-sept minutes enlisé dans la neige avant de pouvoir repartir grâce à l’aide des spectateurs.

Une couverture complète du Rallye de Suède est disponible sur WRC+ All Live ici, avec la diffusion de chaque spéciale, des interviews, des reportages et les analyses de nos experts en direct du parc d’assistance.

« McRae Kimathi a connu une première journée mouvementée sur la neige »

Communiqué WRC

Crédits photos Red Bull Content Pool – WRC

Crédits vidéo WRC Youtube

 

Haut du site