3 décembre 2022

WRC : Lappi en tête d’un souffle après un vendredi frénétique en Sardaigne

Esapekka Lappi a réalisé un parcours presque parfait pour terminer la première étape du vendredi avec une petite avance au Rallye d’Italie Sardegna.

Le Finlandais, qui faisait ses débuts sur la terre ferme au volant d’une Toyota GR Yaris, a remporté deux des six épreuves de vitesse sur rochers pour prendre une petite avance de 0,7 seconde sur Ott Tänak lors de cette première journée raccourcie de la cinquième manche du Championnat du monde des rallyes de la FIA.

#4, Lappi, P1. pht. Januus Ree/Red Bull

Malheureusement, les deux dernières étapes ont été annulées en raison de retards dus à un incident survenu lors du premier passage d’Osilu – Tergu.

Lappi a pris un bon départ et a pris la tête du classement après le deuxième passage de Monti di Alà et Buddusò avant d’être rapidement dépassé par Ott Tänak à la fin de la boucle matinale.

Tänak était en grande forme et semblait pouvoir se détacher dans l’après-midi, mais un problème de transmission a gêné le pilote de la Hyundai i20 N dans la dernière étape et il a rétrogradé à la deuxième place après avoir soigné la voiture en trois roues motrices.

#8, Tänak, P2, Tänak a perdu du temps à cause d’un problème de transmission. pht. Januus Ree/Red Bull

Les annulations de l’ES8 et de l’ES9 ont eu un effet positif sur Tänak, qui a pu retrouver le répit de l’assistance d’Alghero sans perdre de temps.

Pendant ce temps, la journée de Lappi a été relativement sans drame, une crevaison à l’avant gauche dans l’ES5 étant le plus gros de ses soucis.

Pierre-Louis Loubet (FRA) Vincent Landais (FRA) M-Sport Ford WRT, P3. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Pierre-Louis Loubet termine à 14,4 secondes de Tänak en troisième position. Le Français a échangé des secondes avec son collègue Craig Breen de la Ford Puma M-Sport tout au long de la journée et les deux pilotes ont perdu du temps avec de petits dépassements. À la clôture de la séance, Breen n’avait que 0,4 seconde de retard.

#42, Breen, P4. Pht. Januus Ree/Red Bull

Dani Sordo n’était que six dixièmes plus loin sur sa Hyundai. Il a eu du mal à trouver les réglages optimaux au début, mais les ajustements effectués au cours de la journée se sont avérés fructueux et il a remporté deux victoires d’étape.

#6, Sordo, P5. pht. Januus Ree/Red Bull

Adrien Fourmaux, la coqueluche de Puma, était un sixième solitaire. Il talonnait Sordo de 14,7 secondes, mais comptait 34,7 secondes d’avance sur Takamoto Katsuta, qui luttait pour l’adhérence de sa Toyota.

#16, Fourmaux, P6. pht. Januus Ree/Red Bull

Le leader du championnat, Kalle Rovanperä, se morfond en huitième position après avoir balayé la route toute la journée, suivi par un Thierry Neuville découragé, qui a perdu deux minutes à cause d’un problème de transmission dans l’ES5. Le leader du WRC2, Andreas Mikkelsen, complète le classement général en dixième position.

#69, Rovanperä, P7. pht. Januus Ree/Red Bull

La journée a été mauvaise pour les pilotes britanniques. Elfyn Evans a mené brièvement avant d’abandonner sa Yaris avec un radiateur endommagé suite à une compression dans la troisième étape, tandis que Gus Greensmith a terminé à 2min 19,0sec du rythme après avoir lutté pour redémarrer sa Puma suite à un dépassement dans la matinée.

L’itinéraire de samedi comprend huit autres étapes près de Monte Acuto, avec 131,82 km d’action répartis en deux boucles de quatre épreuves. Il n’y aura pas d’arrêt de service à la mi-journée.

Tempio Pausania (12,03 km) et Erula – Tula (15,27 km) seront répétés deux fois dans la matinée, tandis que les doubles parcours de Coiluna – Loelle (21,60 km) et Monte Lerno (17,01 km) complèteront la journée avant la halte de nuit à Alghero.

Esapekka Lappi (Pilote voiture 4) :

« La première étape était super glissante. Je m’attendais à ce qu’elle ait plus d’adhérence et j’étais peut-être un peu trop spectaculaire. J’ai toujours un bon feeling en venant en Sardaigne et lors du shakedown ce matin, la voiture était déjà très à l’aise dès le premier run et je me sentais plutôt confiant. Ce que nous avons reporté de notre test de la semaine dernière a bien fonctionné, donc je suis content avant que les vraies étapes commencent. Le plus gros sujet ce week-end est la chaleur, ce sera donc difficile pour les pilotes et aussi pour la voiture. »

Classements du vendredi ici

 

WRC2 : Mikkelsen pousse ses rivaux à la faute

Champion WRC2 en titre, le Norvégien Andreas Mikkelsen s’est installé aux commandes du Rally Italia Sardegna après un vendredi étouffant marqué par l’abandon du leader du championnat Yohan Rossel.

Il y a un an, Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia Rally2) faisait grise mine au moment de retrouver le parc d’assistance d’Olbia après un tonneau. Le pilote Toksport WRT est toutefois bien parti pour prendre sa revanche grâce à sa performance sans faille sur un programme raccourci ce vendredi, le Norvégien comptant 15 »8 d’avance sur son équipier Nikolay Gryazin (Škoda Fabia Rally2), lui-même leader en WRC2 Junior.

#20, Mikkelsen P1.

Jusqu’à l’ES7, Andreas Mikkelsen bataillait avec le leader du championnat, Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2). Alors qu’il comptait un avantage de 6 »5 sur son rival pour le titre, ce dernier partait en tonneau après 400 mètres dans Sedini – Castelsardo (13,26 km), bloquant ainsi la route et voyant s’envoler ses espoirs d’une troisième victoire consécutive.

Le Français n’était pas le seul pilote de pointe à se faire piéger dans cette spéciale puisque Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2), troisième après les malheurs de Yohan Rossel, était trahi par une casse de sa suspension arrière gauche quelques kilomètres plus tard. Malgré quelques réparations de fortune sur la liaison après l’arrivée, le Finlandais était toutefois contraint à l’abandon.

Jan Solans s’est distingué au volant de sa Citroën C3 Rally2

Peu après l’abandon de Teemu Suninen, les deux dernières spéciales du jour étaient annulées en raison de retards liés à un incident plus tôt dans l’après-midi.

Champion du FIA Junior WRC en 2019, Jan Solans (Citroën C3 Rally2) héritait alors de la troisième place à 38 »3 du leader pour sa première apparition avec cette voiture en WRC2 en Sardaigne. Troisième du WRC3 sur ce même rallye l’an dernier, l’Espagnol pointait également au deuxième rang du WRC2 Junior derrière Nikolay Gryazin.

Pendant ce temps, le leader était ravi de voir que sa stratégie avait porté ses fruits : « Nous avons essayé d’éviter les ennuis et de garder un très bon rythme », souriait Andreas Mikkelsen. « Les autres ont dû attaquer pour rester dans le match. Cela semble avoir bien fonctionné puisqu’ils ont commis des erreurs. »

Yohan Rossel est déjà éliminé de la course à la victoire

« Je ne sais pas ce qui est arrivé à Rossel », ajoutait-il quand on l’interrogeait sur son rival au championnat. « C’est évidemment triste pour lui, mais c’est une bonne chose pour nous. Cela nous aide un peu après notre zéro pointé au Portugal. »

Marco Bulacia (Škoda Fabia Rally2) complétait le top cinq à l’issue de cette première étape.

À noter que le Belge Freddy Loix (Škoda Fabia Rally2), jadis vu dans la catégorie reine et actuellement dix-huitième de l’épreuve, a pris les commandes du WRC2 Masters avec 41 »7 d’avance sur Mauro Miele (Škoda Fabia Rally2).

WRC 3 : Jan Černý mène

Le pilote tchèque Jan Černý a réalisé un vendredi presque sans faute pour prendre une avance de 35,3 secondes sur Diego Dominguez dans un peloton de Ford Fiesta Rally3.

Après avoir remporté la super spéciale de jeudi soir à Alghero, Černý a brièvement cédé son avance à Dominguez lors de la première épreuve de samedi, Monti di Alà e Buddusò. C’était la première victoire d’étape du jeune Paraguayen en WRC3.

Jan Černý, P1

Mais Černý, plus expérimenté, a rapidement trouvé ses marques et, en fin de journée, a ramené sa Fiesta Rally3 en tête du peloton, remportant trois des quatre tests de la journée. Les quatre dernières étapes de la journée ont été annulées en raison de retards.

Enrico Brazzoli complète le trio de tête avec 40,8 secondes de retard sur ses rivaux, et Zoltán László avec 2 minutes 38 secondes de retard.

 

Haut du site