13 août 2022

WRC : Kalle Rovanperä, triomphe en Estonie (Video)

Le Finlandais Kalle Rovanperä a maîtrisé les débats pour s’imposer une deuxième année d’affilée au Rallye d’Estonie et signer sa cinquième victoire sur les six dernières épreuves du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Douze mois après être devenu le plus jeune vainqueur de l’histoire du Championnat du Monde FIA des Rallyes en Estonie, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) a fait un pas de plus pour devenir le plus jeune champion de la discipline en cinquante ans d’existance.

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P1. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Après quatre jours d’action intense, le Finlandais âgé de vingt-et-un ans s’imposait à nouveau sur la terre estonienne avec 1’00 »9 d’avance sur son équipier Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) pour porter son avantage à 83 points après sept des treize manches du calendrier.

#33, Elfyn Evans, Toyota, P2. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Elfyn Evans avait pourtant été le premier à dominer les débats, mais Kalle Rovanperä lui ravissait la tête sous les averses de la dernière spéciale du vendredi. Après avoir peaufiné les réglages de sa voiture samedi matin, il signait sept meilleurs temps consécutifs pour distancer le Gallois en doublant son avantage.

#8, Ott Tänak, Hyundai, P3. pht. Jaanus Ree/Red Bull L’Estonien Ott Tänak a terminé troisième à domicile

La pluie se mêlait à nouveau à la fête dimanche, mais Kalle Rovanperä n’était pas d’humeur à faire des compromis dans des conditions glissantes. Il remportait même la Wolf Power Stage avec une marge de 22 »4 pour s’assurer un maximum de points bonus et s’offrir quatorze des vingt-quatre spéciales du rallye.

« C’était génial une fois de plus », se réjouissait Kalle Rovanperä. « J’adresse un grand merci à Jonne [Halttunen, son copilote], car c’était un week-end difficile, mais nous avons très bien roulé. Nous prenons du plaisir sur chaque rallye et, même lorsque nous devons attaquer sous la pression, nous la gérons plutôt bien. »

#11, Thierry Neuville, Hyundai, P4. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Elfyn Evans concédait pratiquement sa défaite samedi soir et ses maigres espoirs de rattraper son équipier s’éteignaient dès la deuxième spéciale dominicale où il lâchait près de dix secondes dans un tête-à-queue. Deuxième à l’arrivée, le Gallois scellait le doublé de Toyota Gazoo Racing, qui compte désormais 87 points d’avance dans la défense de son titre chez les constructeurs.

#18, T. Katsuta, Toyota, P5. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Sur ses terres, Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1) complétait le podium, 54 »8 plus loin. Jamais en mesure d’inquiéter les Toyota devant lui, l’Estonien devait également composer avec des soucis de maniabilité, mais le quadruple vainqueur de l’épreuve s’assurait toutefois la troisième place à l’arrivée.

#4, E. Lappi, P6. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Son équipier Thierry Neuville connaissait des problèmes similaires, mais le Belge gardait son sang-froid pour terminer quatrième, près de deux minutes plus loin après une touchette avec les buissons et un tête-à-queue dimanche.

Bien revenu après son tonneau au shakedown nécessitant des réparations en urgence jeudi matin, Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) terminait cinquième, 20 »1 derrière Thierry Neuville et 35 »7 devant Esapekka Lappi (Toyota GR Yaris Rally1).

#16, Adrien Fourmaux, Ford, P7. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Les espoirs de ce dernier avaient connu un coup dur après une crevaison due à un atterrissage brutal samedi. Relégué au septième rang, le Finlandais signait deux scratches dimanche pour reprendre l’ascendant sur Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1).

Le Français pouvait également se réjouir de ce résultat après une première moitié de saison difficile l’ayant vu abandonner à quatre reprises en six rallyes.

Malgré cela, le M-Sport Ford World Rally Team connaissait un dimanche décevant. Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1) abandonnait en cassant sa suspension avant gauche contre une pierre dans le premier secteur chronométré du jour tandis que Gus Greensmith (M-Sport Ford Puma Rally1) renonçait en raison d’un problème de transmission dans le test suivant.

La suite du top dix se composait ainsi de pilotes engagés en WRC2. Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2) résistait au retour de Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2) pour s’assurer la huitième place tandis qu’Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) héritait de la dixième position après l’accident de Marco Bulacia (Skoda Fabia Rally2) dans l’avant-dernière spéciale.

Podium

Rallye d’Estonie ici

Championnat ici

 

Le Championnat du Monde FIA des Rallyes restera en Europe pour son prochain rendez-vous, à nouveau organisé sur des routes extrêmement rapides sur terre. Le Secto Rally Finland, huitième manche du calendrier, aura lieu à Jyväskylä du 4 au 7 août.

WRC2

Mikkelsen s’impose et se relance en Estonie

Le Norvégien Andreas Mikkelsen s’est relancé dans la lutte pour le titre en WRC2 grâce à sa victoire à l’issue d’une bataille passionnante l’opposant à Teemu Suninen au Rallye d’Estonie.

Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia Rally2) et Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2) se rendaient coup sur coup tout au long des quatre jours de l’épreuve, n’étant souvent séparés que par quelques dixièmes de seconde sur les spéciales ultra-rapides de l’Estonie.

#21, Andreas Mikkelsen, Škoda Fabia Rally2, P1. pht. Jaanus Ree/red Bull

Leader dès vendredi après-midi, le Norvégien portait son avance à plus de dix secondes dans le dernier test de la journée disputé sous la pluie. Cet écart restait pratiquement le même malgré un tête-à-queue samedi, mais les averses dans l’avant-dernière spéciale du dimanche offraient une dernière occasion de briller pour Teemu Suninen.

 

Auteur d’un passage courageux dans des conditions boueuses, il reprenait 6 »3 à son rival pour revenir à 3 »2 avant la Wolf Power Stage décisive. Hélas, le duel tant attendu n’avait finalement pas lieu, Teemu Suninen étant trahi par son moteur passant sur deux cylindres à mi-parcours. Andreas Mikkelsen s’imposait alors avec 25 »3 d’avance tout en terminant huitième au général.

#20, Teemu Suninen, Hyundai, P2. Première arrivée de l’année pour Teemu Suninen  pht. Jaanus Ree/Red Bull

 

Grâce à ce succès, le champion en titre se relançait en reprenant la tête du championnat malgré ses deux abandons consécutifs au Portugal et en Italie.

« J’ai juste essayé d’aller aussi vite que possible », déclarait Andreas Mikkelsen, qui ne découvrait les problèmes de Teemu Suninen qu’à l’arrivée de ce dernier. « Il y avait beaucoup d’eau sur la trajectoire, donc j’ai eu beaucoup d’aquaplaning. Normalement, l’ordre des départs est inversé et on s’élance après les Rally1. C’était donc très difficile et je suis vraiment content de cette victoire. »

Les espoirs de podium de Marco Bulacia (Skoda Fabia Rally2) s’envolaient lorsque le Bolivien partait en tonneau dans l’ES23. Ses malheurs faisaient le bonheur de son équipier chez Toksport WRT, Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2). Le Finlandais terminait à 1’37 »7 de Teemu Suninen et s’offrait la victoire en WRC2 Junior.

#27, Emil Lindholm, Skoda, Emil Lindholm s’est hissé sur le podium après l’accident de Marco Bulacia. pht. Jaanus Ree/red Bull

 

Quatrième, Jari Huttunen (M-Sport Ford Fiesta Rally2) terminait 1’24 »0 plus loin avant de prendre le volant du M-Sport Ford Puma Rally1 lors de sa manche à domicile le mois prochain en Finlande.

Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia Rally2) complétait le top cinq et glissait derrière Andreas Mikkelsen au championnat. Le Polonais accusait plus de cinq minutes de retard sur le vainqueur tout en devançant Emilio Fernández (Skoda Fabia Rally2) pour 22 »3.

En parallèle, l’Italien Mauro Miele (Skoda Fabia Rally2) s’imposait dans la catégorie WRC2 Masters.

 

WRC3

Pajari assure

Le Finlandais Sami Pajari a accentué son avance en signant sa troisième victoire de la saison en WRC3 au Rallye d’Estonie.

Sami Pajari s’était hissé en tête du classement après la crevaison de Lauri Joona vendredi matin. Une fois en tête, le Finlandais âgé de vingt ans restait au sommet d’une catégorie monopolisée par les Ford Fiesta Rally3 jusqu’à l’arrivée.

#45, Sami Pajari, Ford, P1.

S’il comptait déjà plus d’une minute d’avance samedi soir malgré un problème de différentiel, Sami Pajari doublait cet avantage dans des conditions humides poussant son rival à assurer dimanche.

Le Finlandais s’imposait finalement avec un avantage de 2’15 »7 sur son compatriote pour porter son avance au championnat à vingt-six points.

Lauri Joona a assuré de gros points

 

« C’est génial de gagner ici avec tant de fans finlandais présents », confiait-il, ravi. « Cela nous aide également dans la course au titre. »

Protégé de la Motorsport Ireland Rally Academy, William Creighton complétait le podium, 1’30 »6 plus loin, tout en devançant le Kenyan Mcrae Kimathi.

Débutant en WRC3, Roope Korhonen fermait la marche. Écarté par des problèmes de direction assistée vendredi matin, le Finlandais faisait ensuite forte impression en remportant dix spéciales.

JUNIOR WRC

Pajari l’emporte et prolonge le suspense

Le titre FIA Junior WRC se jouera lors de la finale après la victoire de Sami Pajari dans la catégorie monotype au Rallye d’Estonie.

 

Champion en titre, Sami Pajari signait sa deuxième victoire consécutive après avoir mené les débats depuis vendredi après-midi et les problèmes de suspension de l’Estonien Robert Virves.

Le Finlandais connaissait toutefois un rallye compliqué. S’il attaquait la deuxième étape avec près d’une minute d’avance, son avantage était divisé de moitié lorsqu’un problème de différentiel arrière l’empêchait d’utiliser son frein à main dans les virages serrés. La pression continuait de monter dimanche avec le retour de Robert Virves, remonté de la quatrième à la deuxième place dans des conditions humides.

L’Estonien battait au passage le record de Sébastien Ogier du plus grand nombre de spéciales remportées en un seul rallye en Junior WRC avec dix-sept scratches, mais il ne parvenait pas à rattraper l’intégralité de la minute et demie perdue vendredi.

Robert Virves a fait une belle remontée après ses problèmes du vendredi

 

Sami Pajari conservait donc son sang-froid pour l’emporter avec 14 »9 d’avance et prendre la tête du championnat avant la dernière manche à l’EKO Acropolis Rally Greece (8-11 septembre), où les points seront doublés. Quatre pilotes sont donc encore en lice pour le titre.

« C’est génial de gagner ici avec tant de fans finlandais présents », confiait-il, ravi. « Cela nous aide également dans la course au titre. Comme nous le pensions, le vendredi a donné le ton pour la suite. Un grand bravo à Robert Virves, il a clairement attaqué fort devant son public. »

 

Jon Armstrong complétait le podium à 44 »5 de Robert Virves. Lauri Joona terminait 1’16 »3 plus loin alors que William Creighton et Mcrae Kimathi fermaient la marche.

 

Haut du site