13 août 2022

WRC : Kalle Rovanperä impérial samedi en Estonie (Video)

Le Finlandais Kalle Rovanperä s’est montré chirurgical pour faire un grand pas vers sa cinquième victoire en six rallyes en Championnat du Monde FIA des Rallyes grâce à une performance exceptionnelle au Rallye d’Estonie samedi.

Devenu le plus jeune vainqueur d’une épreuve de l’histoire du Championnat du Monde FIA des Rallyes sur ces mêmes routes il y a douze mois, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) signait sept meilleurs temps consécutifs pour démoraliser son équipier et ancien leader Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1).

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P1

Le Finlandais âgé de vingt-et-un ans avait pris l’ascendant sur le Gallois dans la dernière spéciale du vendredi pour aborder la deuxième étape avec 11 »7 d’avance. Après avoir concédé une poignée de dixièmes dans le premier test du samedi, Kalle Rovanperä se montrait intouchable ou presque tout au long de la journée pour porter son avantage à 29 »1.

#33, Elfyns Evans, Toyota, P2. Elfyn Evans est resté impuissant face aux attaques de son équipier

Les averses et le soleil offraient une adhérence irrégulière sur les routes de terre ultra-rapides en matinée tandis que le retour de la pluie et la création de profondes ornières offraient un défi différent dans l’après-midi. Le pilote Toyota Gazoo Racing restait toutefois imperturbable en insistant sur le fait que sa performance n’avait « rien de spécial ».

« Je sentais que nous roulions bien et que nous attaquions assez fort tout le temps tout en gérant toujours notre prise de risques », expliquait-il. « Je ne dirais pas que j’en ai encore beaucoup sous le pied, mais nous ne sommes pas tout le temps à la limite. Je n’ai pas besoin de forcer sur la voiture ou les pneus dans les endroits cassants, partout ailleurs nous allons à fond. »

#8, Ott Tänak, Hyundai, P3. Ott Tänak restait à distance des deux Toyota de tête

Ayant déjà oublié sa série de cinq meilleurs temps vendredi qui lui avait offert près de vingt secondes d’avance sur son équipier, Elfyn Evans admettait qu’il lui serait très peu probable de reprendre l’avantage sur Kalle Rovanperä dimanche.

« C’est en réalité un écart assez important pour un rallye où l’on doit constamment se battre pour quelques secondes », lâchait-il. « Je n’ai pas pu répondre cet après-midi, ni tout au long de la journée. Il a été extrêmement bon. »

#11, Thierry Neuville, Hyundai, P4. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Les pilotes Hyundai Motorsport Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1) et Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) terminaient troisième et quatrième après un samedi linéaire. L’Estonien pointait à 42 »4 d’Elfyn Evans tout en comptant plus d’une minute d’avance sur son équipier belge, qui héritait de la quatrième place après la crevaison d’Esapekka Lappi (Toyota GR Yaris Rally1) à l’atterrissage d’un saut.

#18, K. Katsuta, Toyota, P5. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Thierry Neuville n’était pas inquiété non plus par Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) et en profitait pour essayer plusieurs réglages dans l’après-midi. En parallèle, le Japonais ravissait la sixième place à Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) dans la matinée avant de se construire une avance de 10 »9 sur son rival français.

#16, Adrien Fourmaux, Ford, P6. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Esapekka Lappi plongeait au septième rang après avoir perdu plus de deux minutes en changeant une roue, mais le Finlandais reprenait près de trente secondes à Adrien Fourmaux pour revenir à 41 »5.

#4, Esapekka Lappi, Toyota, P7. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1) terminait la journée au huitième rang après avoir pris l’ascendant sur son équipier Gus Greensmith (M-Sport Ford Puma Rally1), ce dernier s’étant aussi arrêté pour changer une roue après une forte compression. Leader du WRC2, Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2) complétait le top dix.

#7, P. Loubet, Ford, P8. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Dimanche, la dernière étape du parcours sera la plus courte malgré 77,98 kilomètres d’action. Deux boucles identiques de trois spéciales attendent les concurrents avant le podium à Tartu. Kambja accueillera la Wolf Power Stage mettant des points bonus en jeu pour les cinq équipages les plus rapides.

Classement de samedi ici

 

 

WRC2

Mikkelsen conserve l’avantage

Le Norvégien Andreas Mikkelsen a mesuré son rythme à la perfection pour tenir à distance son rival Teemu Suninen en WRC2 ce samedi au Rallye d’Estonie.

Les deux hommes de tête signaient des temps extrêmement proches au fil de la journée en n’étant séparés par moins d’une seconde sur cinq des neuf spéciales ultra-rapides du jour.

#21, Andreas Mikkelsen, Skoda, P1. pht. Jaanus Ree/Red Bull

Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia Rally2) remportait quatre tests et se faisait une petite frayeur lorsque le pneu avant-droit déchaussait dans l’ES13. Fort heureusement pour le pilote Toksport WRT, la déflation se produisait près de l’arrivée pour une perte de temps minime.

Le Norvégien avait commencé l’étape avec 12 »1 d’avance sur son rival Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2). Malgré un demi-tête-à-queue frustrant dans le dernier virage de la dernière spéciale, cet écart n’était réduit que de 1 »5 en 95,02 km, Andreas Mikkelsen conservant 10 »6 de marge.

Teemu Suninen n’a repris qu’une poignée de secondes sur le leader. pht. Jaanus Ree/Red Bull

 

« Ce sera une grosse bataille face à Teemu demain », déclarait le leader. « Nous allons tout simplement continuer comme aujourd’hui et peut-être augmenter un peu notre rythme au cas où il donnerait tout. J’ai fait une erreur stupide dans la dernière spéciale. Dans un virage à gauche, l’arrière a attrapé quelque chose. J’aurais pu avancer sur un rocher, mais je ne voulais pas prendre de risques, donc j’ai juste fait marche arrière. »

Les positions en tête du classement restaient inchangées par rapport à vendredi, Marco Bulacia (Skoda Fabia Rally2) complétant toujours le podium à 40 »2 de Teemu Suninen. Son équipier Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) se rapprochait légèrement pour terminer l’étape 16 »3 plus loin.

Marco Bulacia a soigné ses temps samedi

 

Jari Huttunen (M-Sport Ford Fiesta Rally2) concédait en revanche du terrain et terminait l’avant-dernière journée avec 45 »1 de retard sur Emil Lindholm. Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia Rally2) suivait à 2’22 »0 des leaders.

Onzième après avoir dû composer avec un arbre de transmission cassé vendredi, Fabrizio Zaldivar (Hyundai i20 N Rally2) remportait sa première spéciale tandis que l’Estonien Priit Koik (M-Sport Ford Fiesta Rally2) était contraint à l’abandon en raison de problèmes mécaniques.

WRC3

Pajari accentue son avance malgré les problèmes

Le Finlandais Sami Pajari a réussi à creuser l’écart en WRC3 tout en ayant dû composer avec un différentiel récalcitrant samedi au Rallye d’Estonie.

S’il ne remportait aucune spéciale samedi, Sami Pajari restait aux commandes d’un plateau intégralement composé de Ford Fiesta Rally3. Le Finlandais abordait l’étape avec un énorme avantage sur Lauri Joona. Après une boucle matinale sans problème, un souci lié au différentiel lors du deuxième tour entravait néanmoins sa progression.

#45, Sami Pajari, Ford, P1

Le problème l’empêchait alors d’utiliser efficacement son frein à main et il perdait du temps dans les croisements et les virages serrés. Malgré cela, son avance restait intacte et il retrouvait le parc d’assistance avec 1’01 »9 d’avance sur Lauri Joona.

« La matinée s’est bien passée, mais nous nous sommes retrouvés en difficulté dès la première spéciale de l’après-midi », confiait le leader âgé de vingt ans. « C’était un problème lié au frein à main. Fondamentalement, il ne désengageait plus le différentiel arrière. Il y a beaucoup de carrefours et nous perdions probablement une demi-seconde à chaque fois qu’il y en avait un. Ce n’était pas facile comme cela nous ralentissait, donc je suis juste content de voir le bout de la journée. »

Lauri Joona reste le plus proche poursuivant de Sami Pajari

 

Protégé de la Motorsport Ireland Rally Academy, William Creighton terminait à 1’29 »3 de Lauri Joona pour compléter le trio de tête devant Mcrae Kimathi.

Roope Korhonen était toutefois le pilote du jour en remportant les neuf spéciales pour ses débuts en WRC3. Victime d’une défaillance de direction assistée vendredi, le Finlandais ferme toutefois la marche à plus d’une heure des leaders.

JUNIOR WRC

Pajari fait fi de ses soucis

Le Finlandais Sami Pajari a conservé son avance en FIA Junior WRC au Rallye d’Estonie malgré un problème technique samedi après-midi.

Sami Pajari comptait 56 »0 d’avance au départ de la deuxième étape. S’il gardait un œil attentif aux écarts, le Finlandais pouvait se permettre de concéder de petites fractions de temps sans prendre de gros risques. Son approche calme portait ses fruits en matinée, mais un problème de différentiel arrière dans la première spéciale de l’après-midi menaçait de le couper dans son élan.

#45, Sami Pajari, P1

Le pilote âgé de vingt ans se retrouvait alors en difficulté dans les virages serrés dans le deuxième passage des spéciales et son avantage sur Jon Armstrong se réduisait presque de moitié pour s’établir à 31 »1.

Robert Virves a comblé une partie de son déficit

 

« La matinée s’est bien passée, mais nous nous sommes retrouvés en difficulté dès la première spéciale de l’après-midi », confiait le leader âgé de vingt ans. « C’était un problème lié au frein à main. Fondamentalement, il ne désengageait plus le différentiel arrière. Il y a beaucoup de carrefours et nous perdions probablement une demi-seconde à chaque fois qu’il y en avait un. Ce n’était pas facile comme cela nous ralentissait, donc je suis juste content de voir le bout de la journée. »

En parallèle, Robert Virves passait la vitesse supérieure en signant le meilleur temps dans sept des neuf spéciales ultra-rapides du jour. Des problèmes de suspension avaient ralenti l’enfant du pays sur ses terres vendredi, mais il parvenait à reprendre plus d’une demi-minute pour compléter le podium à 13 »6 de Jon Armstrong.

Si de nombreux pilotes accéléraient le rythme, Lauri Joona allait dans la mauvaise direction en chutant de la deuxième à la quatrième place, à 17 »8 de Jon Armstrong. Le Finlandais comptait toutefois 1’29 »3 de marge sur William Creighton.

Le Kenyan Mcrae Kimathi fermait la marche à l’issue d’une étape ne faisant aucune victime parmi les concurrents engagés sur des Ford Fiesta Rally3 préparées par M-Sport Poland.

Communiqué WRC

Crédits photos, Red Bull, WRC

 

Haut du site