22 avril 2024

WRC, Kalle Rovanperä renforce ses espoirs de titre en s’imposant en Grèce

Le Finlandais Kalle Rovanperä a signé sa troisième victoire de la saison à l’EKO Acropolis Rally Greece, resserrant son emprise sur la saison 2023 du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) semblait bien parti pour fermer le podium de la dixième manche du calendrier, mais le Finlandais héritait des commandes avec plus de deux minutes d’avance après les abandons de Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) et Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1) samedi après-midi.

Ses deux rivaux se faisaient piéger par les impitoyables routes rocailleuses du cœur de la Grèce. Le Belge était victime d’une suspension endommagée à l’avant droit tandis que le Français s’arrêtait après l’ES12 en raison d’une rupture de suspension après avoir tapé une pierre.

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P1. pht. WRC

Kalle Rovanperä pouvait donc aborder sereinement les trois spéciales dominicales et bouclait un week-end presque parfait avec le maximum de cinq points bonus en remportant la Wolf Power Stage. Le pilote âgé de vingt-deux devançait finalement son équipier et plus proche poursuivant au championnat, Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) pour 1’31’’7 et le reléguait à trente-trois unités à trois manches du dénouement de la saison.

« C’est bien sûr un grand soulagement », confiait le vainqueur, dont le succès permettait également à Toyota de porter son avance sur Hyundai à 91 points au championnat constructeurs. « Après un rallye difficile en Finlande, nous devions revenir forts. C’était une belle performance. C’est beau de gagner en étant le premier à s’élancer sur la route. Nous avons piloté avec intelligence avant de passer à l’attaque dans la Wolf Power Stage. »

#33, Elfyn Evans, Toyota, P2. pht. WRC

Elfyn Evans avait perdu plus d’une minute samedi en raison d’une surchauffe, mais le Gallois remontait jusqu’à la deuxième place, pour laquelle il se battait avec Dani Sordo (Hyundai i20 N Rally1) jusqu’à la toute dernière spéciale.

L’Espagnol avait pris l’ascendant samedi soir, mais il concédait la position dans Tarzan. Pour son premier rallye depuis le Safari Rally Kenya disputé au mois de juin, Dani Sordo s’inclinait finalement pour 4 »2 à l’issue des quatre jours de compétition.

#6, Dani Sordo, Hyundai, P3. pht. WRC

Malgré une pénalité de trois minutes et quarante seconds dû à son retard de pointage à la sortie de la zone de changement de pneumatiques, Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1) parvenait à réparer sa pompe à eau et réalisait un rallye relativement propre pour se hisser au quatrième rang, à plus de quatre minutes du vainqueur.

#8, Ott Tänak, Ford, P4. pht. pht. Red Bull

Esapekka Lappi (Hyundai i20 N Rally1) se classait cinquième devant Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) tandis qu’Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia RS Rally2) prenait l’ascendant sur Gus Greensmith (Škoda Fabia RS Rally2) dans l’avant-dernière spéciale pour l’emporter en WRC2.

Grâce à son succès, le Norvégien portait son avance à seize points sur son rival pour le titre, Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2), neuvième au général. Sébastien Ogier complétait le top dix à l’arrivée.

Podium WRC. pht. Jaanus Ree

Classement arrivée ici

Le Championnat du Monde FIA des Rallyes prend désormais la direction de l’Amérique du Sud. Disputé sur terre, le Rally Chile Bio Bío retrouve le calendrier du WRC du 28 septembre au 1er octobre à Concepción.

WRC2

Une victoire importante pour Mikkelsen en Grèce

Le Norvégien Andreas Mikkelsen a pris l’ascendant sur Gus Greensmith dans l’avant-dernière spéciale de l’EKO Acropolis Rally Greece pour signer une victoire importante dans la course au titre en WRC2.

Victime de trois crevaisons durant la première étape du rallye, Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia RS Rally2) réalisait une performance magistrale en remontant de la douzième à la première place samedi.

#20, Andreas Mikkelsen, Skoda, P1. pht. Jaanus Ree

Cependant, la mise à jour d’un temps forfaitaire par les organisateurs du rallye dimanche matin faisait reculer le Norvégien et le positionnait à douze secondes de Gus Greensmith (Škoda Fabia RS Rally2) à trois spéciales de l’arrivée.

Le pire était à venir pour son rival britannique et équipier chez Toksport WRT puisque Gus Greensmith faisait état d’un problème de transmission. S’il parvenait à rallier l’assistance finale, Andreas Mikkelsen lui avait déjà repris les commandes dans l’avant-dernière spéciale et s’imposait avec une marge de 10’’3.

« C’est une victoire assez spéciale », confiait Andreas Mikkelsen, dont l’avance en tête du championnat s’établit désormais à seize points sur Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2), qui complétait le podium à 1’15’’7 de Gus Greensmith. « Tout semblait compromis vendredi soir, mais nous n’avions rien à perdre. Nous avons roulé le plus vite possible dans chaque virage du rallye. »

#24, Gus Greensmith, Skoda, P2. pht. WRC

Longtemps leader vendredi, Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Fiesta Rally2) perdait la première place en s’arrêtant pour changer une roue. Malgré ce contretemps, le Français remontait au quatrième rang, devançant son équipier luxembourgeois Grégoire Munster (M-Sport Ford Fiesta Rally2) pour 18’’6. Le top six était complété par Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia RS Rally2).

#21, Yohan Rossel, Citroën, P3. pht. Jaanus Ree

WRC3

Dominguez repousse l’échéance

Au volant de sa Ford Fiesta Rally3, le Paraguayen Diego Dominguez a dominé les débats à l’EKO Acropolis Rally Greece pour conserver ses espoirs de titre en 2023.

Déjà vainqueur de la manche grecque du calendrier il y a douze mois, Diego Dominguez récidivait en s’imposant avec près de sept minutes d’avance sur son plus proche rival, Eamonn Kelly, victime de problèmes de transmission dans l’étape décisive.

#59, Diégo Dominguez, Ford, P1. pht. WRC

Avec son destin en main, le Paraguayen misait sur une approche prudente ce dimanche.

« C’était un excellent week-end pour nous », rayonnait-il. « Je crois que nous avons été beaucoup plus rapides que prévu et je pense que nous avons réalisé notre meilleur rallye jusqu’ici. C’est assurément le meilleur rallye de ma carrière et j’ai su garder le rythme tout au long du week-end. Nous sommes extrêmement heureux, et ce n’est que le début puisqu’il s’agit de notre première saison seulement en WRC ! »

Tom Rensonnet complétait le podium au terme d’un duel fascinant l’opposant au Péruvien Eduardo Castro. Le Belge remportait finalement cette bataille pour la troisième place avec un avantage de 20’’9.

Victorieux cette année au Mexique, au Kenya et en Grèce, Diego Dominguez a désormais l’occasion de revenir à égalité de points avec le leader Roope Korhonen en cas de victoire le dimanche 1er octobre au Chili.

JUNIOR WRC

William Creighton sacré en FIA Junior WRC*

William Creighton s’est assuré le titre tant convoité en Championnat FIA Junior WRC* en terminant cinquième de sa catégorie avec son copilote Liam Regan à l’EKO Acropolis Rally Greece.

Contre toute attente après son abandon dû à un radiateur endommagé vendredi matin, le pilote âgé de vingt-cinq ans repartait au combat pour remonter dans la hiérarchie de la catégorie intégralement composée de Ford Fiesta Rally3. Sa mission bénéficiait d’un léger coup de pouce lorsque son rival Laurent Pellier était écarté de la course à la victoire en raison d’un problème de boîte de vitesses samedi.

L’Irlandais termine la saison avec huit points d’avance sur Diego Domínguez, vainqueur de cette manche finale en Grèce. Logiquement déçu, Laurent Pellier complète néanmoins le podium final du championnat.

En analysant le classement général, William Creighton a su faire la différence en remportant trente-quatre spéciales sur la saison, et autant de points bonus. À titre de comparaison, Diego Dominguez ne s’offrait que huit scratches durant cette campagne.

#60, William Creighton, Ford, P5 and Champion. pht. Jaanus Ree

« C’est honnêtement incroyable », s’exclamait le nouveau lauréat. « Après les événements de vendredi, nous n’avons jamais rien lâché, comme c’est écrit sur la voiture avec ‘never give up’. Nous n’avons pas baissé les bras, mais nous savions évidemment que nos chances étaient faibles et que cela s’annonçait compliqué. Nous avons puisé au plus profond de nous et les événements ont joué en notre faveur. Nous avons toutefois dû afficher un bon rythme et remporter de nouvelles spéciales. C’est fou de repenser à tous nos scratches, à notre victoire en Suède et à quel point c’était disputé jusqu’ici. C’est tout simplement incroyable. »

#59, Diego Dominguez, Ford, P1. pht. WRC

En récompense de son titre, William Creighton bénéficiera d’une dotation de quatre rallyes en WRC2 avec une M-Sport Ford Fiesta Rally2 en 2024. L’Irlandais profitera également d’un test avant chaque épreuve et de 200 pneumatiques offerts par Pirelli.

« Nous allons suivre les traces de Craig [Breen] », poursuivait-il. « je sais qu’il aurait été au cœur des célébrations. Il aurait été si content. Nous faisons tous du rallye pour nous amuser et c’est tellement triste de repenser à ce qui lui est arrivé, mais il était clairement dans mes pensées. »

Derrière Diego Dominguez, l’Irlandais Eamonn Kelly prenait la deuxième place de l’épreuve malgré un carter de boîte fissuré dimanche matin. Le Belge Tom Rensonnet complétait le podium à l’arrivée.

*Sous réserve d’officialisation des résultats par la FIA.

Communiqué WRC

Crédits photos, WRC, Red Bull