WRC, en Pologne vendredi, Neuville mène un trio serré (Rallyes)

Posted by

Vendredi soir, Thierry Neuville a pris la tête du 74e Rallye de Pologne Orlen. La bataille s’annonce palpitante entre les trois premiers du classement sur ces routes détrempées.

Le Top 3 se tient en 5’’3, emmené par Thierry Neuville (Hyundai I20), suivi à 1’’3 par Ott Tänak (Ford Fiesta) et Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris).
Au cours de cette journée, ils ont pris, à tour de rôle, les commandes du classement général. Cette huitième manche s’est déroulée sous le signe de fortes précipitations et de routes boueuses, n’offrant pas une grande adhérence sur des pistes normalement sablonneuses.

Thierry Neuville (BEL), Nicolas Gilsoul (BEL)

Les premiers à s’élancer étaient les mieux placés pour signer les meilleurs temps dans la matinée. Mais la tendance s’est inversée au cours de la journée, en raison du creusement des ornières, qui progressivement se sont remplies d’eau pour former des mares de boue. Les spéciales de l’après-midi n’avantageaient pas les premiers partants, qui balayaient la route et traçaient un sillage pour les suivants.
Neuville a rapidement pris les devants, malgré une touchette contre un rebord. Il a alors dépossédé Elfyn Evans (Ford Fiesta) de la première place du classement, acquise la veille lors de l’ES1. De son côté, Latvala a également connu quelques péripéties. Le Finlandais a cassé ses essuies-glaces, ce qui ne l’a pas empêché de terminer la matinée en tête avec 4’’5 d’avance. Au passage, il s’agit du plus gros écart de la journée.
Durant l’après-midi, Latvala se sentait moins en confiance lorsque les conditions ont évolué. Il a donc pris le parti de la prudence. Il faut ajouter que le Finlandais n’était pas satisfait des réglages de sa voiture au cours de l’après-midi.

Jari- Matti Latvala (FIN), Miikka Anttila (FIN)

C’est à ce moment que Ott Tänak en a profité pour prendre la tête. Un changement de leader en a appelé un autre, car très rapidement Thierry Neuville a repris sa marche en avant en remportant l’ES8 et l’ES9, portant à quatre son nombre de scratches.
Sébastien Ogier (Ford Fiesta) était dans la lutte pour figurer dans le Top 3, à l’issue des spéciales de la matinée. Mais en tant qu’ouvreur, les conditions de l’après-midi l’ont fortement handicapé. Le Français a alors rétrogradé au quatrième rang à 35’’1 du leader.
En embuscade derrière Ogier, Hayden Pardon (Hyundai i20) a refait son retard au cours de l’après-midi. Le Néo-Zélandais n’est plus qu’à 4’’5 de la quatrième place. Son coéquipier Dani Sordo n’arrivait pas à s’accommoder du manque d’adhérence. L’Espagnol termine, malgré tout, à la sixième position du classement.

Ott Tanak (EST), Martin Jarveoja (EST)

Événement pour le rookie de cette manche en Pologne, Teemu Suninen (Ford Fiesta) a remporté son premier scratch au volant d’une World Rally Car. Il occupe actuellement la septième place du classement général. Juho Häninen (Toyota Yaris), qui a connu un problème moteur, Stéphane Lefebvre (Citroën C3) et Mads Østberg (Ford Fiesta) complètent le top 10.
Andreas Mikkelsen (Citroën C3) commençait gentiment à se rapprocher des leaders, jusqu’à ce qu’il endommage sa voiture en arrachant sa suspension arrière gauche contre un arbre. Il a perdu 90’’ dans l’opération et pointe actuellement au 12e rang.

Sebastien Ogier (FRA), Julien Ingrassia (FRA)

Craig Breen (Citroën C3) a été en difficultés très rapidement ce matin, en raison d’un arbre de transmission cassé, qui ne lui permettait d’avoir que deux roues motrices. Ce handicap lui a fait perdre plus de sept minutes. L’Irlandais a connu du mieux dans l’après-midi, malgré des réglages qui ne lui convenaient pas et une certaine appréhension : « j’étais absolument tétanisé à l’idée de sortir de la route. »
Esapekka Lappi a été le seul abandon de la journée. Il occupait la cinquième place avant d’endommager sa suspension avant-droite en coupant un virage. Par ailleurs, des dommages sur le moteur empêcheront le Finlandais de repartir samedi.
Samedi sera la journée la plus longue. Elle comporte neuf spéciales chronométrés sur 145 km. Les routes empruntées mèneront les pilotes vers le nord du pays, aux abords de l’enclave Russe de Kaliningrad. Les pilotes feront deux passages dans une boucle de quatre spéciales, avant de retourner sur la spéciale de Mikolajki Arena pour clôturer cette journée.