WRC, Dani Sordo s’empare de la tête sous la pluie à Monza

Posted by

L’Espagnol possède une légère avance en tête de l’ACI Rally Monza après un vendredi marqué par son duel l’opposant à Esapekka Lappi sur des routes détrempées.

Dani Sordo (ESP) and Carlos del Barrio (GB) of team Hyundai Shell Mobis, pénalisés mais en tête d’une légère avance. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) se montrait le plus rapide dans l’ultime spéciale de la première étape disputée sur le « temple de la vitesse » pour déloger Esapekka Lappi (Ford Fiesta WRC) et s’emparer des commandes pour une seconde dans cette dernière manche de la saison 2020 du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Les fortes averses transformaient le circuit et ses voies de service en véritable bourbier où l’aquaplaning n’était jamais loin. Les conditions s’avéraient telles que les pilotes optaient pour les pneus neige de Michelin afin de trouver plus d’adhérence.

Esapekka Lappi (FIN) Janne Ferm (FIN) of team Ford Fiesta WRC M-Sport Ford, aussi pénalisés mais restent 2è. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Dani Sordo remportait le premier test du jour pour prendre l’ascendant sur Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC), mais Esapekka Lappi était le premier à parier sur les gommes neige et se hissait immédiatement en tête. Le Finlandais conservait cette position jusqu’au dernier secteur chronométré au programme, où il perdait du temps en manquant une chicane.

Sebastien Ogier (FRA) and Julien Ingrassia (FRA) of Toyota Gazoo Racing à 2 secondes de la tête. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Délogé par Dani Sordo dans la dernière spéciale, Esapekka Lappi termine la journée au deuxième rang

Avec deux meilleurs temps en cinq spéciales, Dani Sordo était récompensé pour ses changements de réglages visant à améliorer le comportement de sa voiture après le premier test disputé jeudi après-midi.

« Les conditions étaient très difficiles, mais nous avons finalement essayé d’attaquer pour être devant et bien placés dans l’ordre de départ demain », expliquait l’Espagnol, qui sera donc le dernier des pilotes de pointe à s’élancer samedi. « Il sera important de partir après les autres pour lire la trajectoire dans la neige. »

Derrière le duo de tête, Sébastien Ogier occupait le premier rang parmi les quatre hommes encore en lice pour le titre. Le Français signait un scratch pour prendre la troisième position à onze secondes d’Esapekka Lappi malgré deux ballots de paille percutés et un tête-à-queue.

Elfyn Evans (GB) and Scott Martin (GB) of team Toyota Gazoo Racing, 4è. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Pour remporter un septième titre mondial, le pilote Toyota Gazoo Racing doit distancer son équipier Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC), mais le Gallois ne comptait que 5 »1 de retard au terme de l’étape.

« Les conditions étaient plutôt mauvaises », résumait le leader du championnat. « J’ai fait quelques erreurs au shakedown hier et j’ai réalisé à quel point il était facile de partir à la faute. Nous n’avons pas été spectaculairement rapides, mais nous n’étions pas loin et nous avons réussi à minimiser nos petites erreurs. »

Ott Tänak (Hyundai i20 WRC), dont les chances de conserver la couronne ne tiennent qu’à un fil, s’installait au cinquième rang malgré une portière s’ouvrant dans l’ES2. L’Estonien pointait à 6/10e d’Elfyn Evans tout en comptant 7 »1 d’avance sur Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC).

Thierry Neuville (BEL) Nicolas Gilsoul (BEL) of team Hyundai i20 Coupe WRC Hyundai Shell Mobis, abandon et perdent leurs chances d’être sacrés. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) était le premier des prétendants au titre à connaître un sérieux revers. Après une glissade dans une clôture le matin, le Belge tapait dans une chicane cet après-midi avant de finalement devoir abandonner lorsque le moteur de sa voiture se coupait au passage d’une énorme flaque d’eau.

Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) était contraint à l’abandon, victime de coupures moteur durant trois spéciales. Son équipier Gus Greensmith (Ford Fiesta WRC) avait également dû écourter sa journée plus tôt en percutant une clôture brisant sa suspension avant droite.

ACI Rally Monza, HighLights stages 2-3

ACI Rally Monza, HighLights stages 4-6

Samedi, la plus longue étape de l’épreuve mènera les concurrents près du lac de Côme et des contreforts des Alpes italiennes. Deux boucles identiques de trois spéciales seront suivies d’une dernière spéciale à Monza. Le temps montagneux devrait jouer un rôle crucial puisque la neige sera probablement au rendez-vous dans les sections en altitude.

Dernière minute : Pénalités pour Dani Sordo et Esapekka Lappi

Jusqu’ici en tête de l’ACI Rally Monza, Dani Sordo et Esapekka Lappi ont tous deux écopé de pénalités en fin de soirée. Les trois premiers se tiennent désormais en deux secondes.

Les commissaires sportifs de l’ACI Rally Monza, la finale de la saison 2020 du Championnat du Monde FIA des Rallyes, ont infligé des pénalités de dix secondes à Dani Sordo et Esapekka Lappi, jugés coupables d’avoir coupé une chicane dans PZero Grand Prix, la dernière spéciale du jour.

La décision des commissaires indique que les deux hommes « n’ont pas suivi les instructions du roadbook » dans la chicane située 2,05 km après le départ et avaient donc enfreint le règlement.

Les commissaires ont examiné les preuves vidéo tout en reçevant séparément Alain Penasse et Rich Millener, les teams managers de Hyundai Motorsport et de M-Sport Ford World Rally Team.

Concernant Dani Sordo, la décision précise que « le pilote de la voiture n°6 a bloqué les roues à l’approche de la chicane pour tenter de s’arrêter, a été perturbé par le fait que la chicane différait de celle d’une spéciale précédente. En ne voyant pas de ballot de paille devant lui, il a continué tout droit. »

À propos d’Esapekka Lappi, les commissaires ont indiqué que « le pilote de la voiture n°4 a bloqué les roues à l’approche de la chicane dans une tentative de s’arrêter. Les représentants de l’équipe ont déclaré que le pilote avait choisi de prendre l’option qu’il considérait comme la plus sûre en continuant tout droit et en percutant le ballot de paille dans la manœuvre. »

Une fois ces pénalités appliquées, Dani Sordo conserve son avance d’une seconde sur Esapekka Lappi, mais Sébastien Ogier revient à seulement deux secondes du leader.

WRC2, Pontus Tidemand imperméable

Dans des conditions éprouvantes, le Suédois a pris le dessus vendredi soir pour s’installer aux commandes de la catégorie WRC2 à l’ACI Rally Monza.

Pontus Tidemand (SWE) and Patrik Barth (SWE) of Toksport. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Parti prudemment, Pontus Tidemand (Skoda Fabia Rally2) pointait à la dernière place du classement après la première spéciale du vendredi, mais le Suédois a progressivement pris confiance pour hausser le rythme et hériter des commandes lorsqu’Adrien Fourmaux (Ford Fiesta Rally2) crevait à l’arrière droit dans la répétition de Cinturato.

« C’est extrêmement glissant, mais les sensations sont bonnes », confiait le nouveau leader, dont l’avance s’élève à 6 »8. « Nous verrons ce qui nous attend, mais je pense que la journée de demain sera totalement différente. »

Victime d’une crevaison, Adrien Fourmaux n’était pas vraiment récompensé de sa belle prestation dans la matinée en devant se contenter de la deuxième place vendredi soir, mais le Français pouvait trouver des motifs de satisfaction dans ses trois victoires de spéciales.

Adrien Fourmaux (FRA). Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Prétendant au titre, Mads Østberg prend les spéciales les unes après les autres

Mads Østberg (Citroën C3 R5) pointait au troisième rang, 5 »6 plus loin. Hésitant à prendre des risques aussi tôt dans l’épreuve, le Norvégien – en lice pour le titre face à Pontus Tidemand – pourrait bien déclencher une attaque dans les spéciales montagneuses de samedi.

Surpris par les conditions difficiles, le spécialiste de l’asphalte Jan Kopecky (Skoda Fabia RallY2) complétait le classement à 19 »9 de son équipier Pontus Tidemand.

HighLights WRC2, Friday

WRC3, Andreas Mikkelsen à l’aise

Le pilote norvégien a dominé les débats pour se construire une confortable avance dans la catégorie WRC3 à l’ACI Rally Monza.

Pour son premier départ en mondial depuis le Wales Rally GB 2019, Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2) se montrait rapide d’entrée malgré les averses rendant les conditions extrêmement piégeuses. Une situation loin de déplaire au pilote norvégien.

Andreas Mikkelsen

Andreas Mikkelsen pointait même un temps au troisième rang du classement général avant de gérer pour boucler l’étape en septième position, mais avec un matelas de 52 »5 d’avance sur Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) dans la catégorie WRC3.

Son plus proche rival avait beaucoup moins de répit puisqu’il était talonné par Oliver Solberg (Skoda Fabia Rally2), revenu à 1 »2 après avoir calé dans la première spéciale du jour.

Prétendant au titre, Jari Huttunen (Hyundai i20 R5) pointait 13 »1 plus loin. En l’état actuel, cette quatrième position lui suffirait à remporter le championnat, mais le rallye est encore loin d’être fini…

Jari Huttunen semble bien parti pour remporter le titre

Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia Rally2) faisait de son mieux pour rester au contact de Jari Huttunen, mais son déficit s’élevait à 22 »9 à l’issue de l’étape. Leader du championnat, Marco Bulacia (Citroën C3 R5) suivait au sixième rang malgré un retard de 2’08 »1 sur le leader.

Après une journée difficile sur le « Temple de la vitesse », les jeunes Josh McErlean et Grégoire Munster plaçaient leurs Hyundai i20 R5 en septième et huitième position.

Un vendredi à oublier en revanche pour Umberto Scandola (Hyundai i20 R5), victime d’un problème mécanique le poussant à l’abandon avant même le départ de la première spéciale. En parallèle, Yohan Rossel (Citroën C3 R5) perdait plus de neuf minutes en endommageant une roue dans l’ES2.

HighLights WRC3, Friday

Junior WRC, Tom Kristensson passe entre les gouttes

Le Suédois a fait un pas de plus vers le titre de Champion FIA Junior WRC 2020 en terminant la première étape de l’ACI Rally Monza avec une solide avance.

Dans des conditions détrempées, Tom Kristensson parvenait à éviter les pièges au volant de sa Ford Fiesta Rally4 conçue par M-Sport Poland pour terminer la première étape avec 2’20 »2 d’avance sur son rival Martins Sesks.

Tom Kristensson

La journée avait toutefois commencé assez différemment puisque Sami Pajari avait frappé le premier. Le Finlandais s’était montré le plus rapide dans Scorpion 1 avant qu’une sortie de route et son abandon ne le coupent dans son élan lors du passage suivant.

Cet événement profitait à Tom Kristensson et Martins Sesks, désormais seuls à batailler pour le titre. Les deux hommes s’échangeaient coup sur coup et se tenaient même en 1 »6 seulement à un moment donné.

Les efforts de Martins Sesks étaient toutefois annihilés par une crevaison à l’avant droit dans Cinturato 1. Après avoir perdu deux minutes, le Letton n’a désormais d’autre choix que d’attaquer sur chaque spéciale pour essayer de reprendre la tête tout en accumulant un maximum de points bonus s’il veut encore croire au titre.

« Les conditions étaient extrêmement variables avec différents niveaux d’adhérence tout au long de la journée », expliquait le leader. « Nous sommes partis avec d’excellents réglages et une bonne stratégie, mais nous avons surtout évité les grosses erreurs. Cela explique pourquoi nous occupons actuellement cette position. »

Sami Pajari a perdu tout espoir de titre vendredi matin

Fabrizio Zaldivar connaissait un vendredi relativement linéaire pour terminer la journée à 36 »7 de Martins Sesks. Le Britannique Ruari Bell complétait le classement avec 4’10 »2 de retard sur le leader.

Sami Pajari n’était pas l’unique victime de l’étape puisque Fabio Andolfi partait à la faute dans l’avant-dernière spéciale du jour. L’Italien a endommagé son radiateur et son moteur et ne repartira pas samedi.

Ragues Pierre (FRA) Alpine, 2è du Groupe RGT. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool
Classements du vendredi

Pht. Red Bull Content Pool, WRC FIA, Video WRC FIA