19 mai 2024

WRC, Croatie, Thierry Neuville en tête d’une bataille titanesque à trois, samedi

Le Belge Thierry Neuville a repris les commandes d’un Rallye de Croatie où tout reste ouvert après un samedi passionnant laissant le trio de tête se tenir en 11 »6 seulement.

Au terme d’une journée pleine de rebondissements, littéralement et métaphoriquement, Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) comptait 4’’9 d’avance sur Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1). Le Belge inscrivait provisoirement dix-huit points dans la course au titre tandis que l’octuple champion du monde Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1) complétait le podium provisoire, à 11’’6 seulement de la tête.

#11, Thierry Neuville/Martijn Wydaeghe, Hyundai, P1. pht. WRC

La matinée avait tourné à l’avantage de Thierry Neuville grâce à ses efforts pour préserver ses quatre pneumatiques Pirelli P Zero tendres. À égalité de temps vendredi soir avec son rival, Elfyn Evans concédait 4’’7 sur la boucle après n’avoir embarqué que trois pneus tendres, deux pneus pluie et un pneu dur alors que la pluie prévue ne s’est jamais matérialisée.

#33, Elfyn Evans/Scott Martin, Toyota, P2. pht. Jaanus Ree

Dans l’après-midi, les trois équipages Toyota Gazoo Racing emportaient quatre gommes tendres et deux rainurées alors que Thierry Neuville misait sur plus de diversité avec deux pneus durs, deux tendres et deux rainurés. Si la stratégie de la marque japonaise portait initialement ses fruits en permettant à Elfyn Evans de reprendre la tête en devançant Thierry Neuville pour 6’’7 sous le fin crachin de l’ES13, le Belge ripostait en remportant les trois tests suivants dans des conditions majoritairement sèches.

#17, Sébastien Ogier/Vincent Landai, Toyota, P3. pht. Andre Lavadinho

Grâce à sa performance, Thierry Neuville inscrira dix-huit points en cas d’arrivée dimanche après-midi. Elfyn Evans devrait en prendre quinze et Sébastien Ogier treize.

« Ce n’est pas une grosse avance, mais nous avons fait une belle journée », souriait le leader. « Malgré un choix perfectible sur les pneumatiques cet après-midi, nous avons été capables de défendre notre avance. Nous devons continuer à attaquer et faire les bons choix dimanche. Ce n’était pas facile quand la météo était aussi imprévisible. »

#8, Ott Tänak/Martin Järveoja, Hyundai, P4. pht. Jaanus Ree

Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1) était quatrième, plus d’une minute plus loin. L’Estonien pouvait s’estimer chanceux de s’en sortir avec une roue arrière légèrement voilée après avoir manqué un virage à gauche et tapé un trottoir.

#16, Adrien Fourmaux/Alexandre Coria, P5. pht. Andre Lavadinho

Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) se classait cinquième, 19’’9 plus loin. Le Français faisait à nouveau forte impression en signant le meilleur temps dans Smerovišće – Grdanjci pour distancer Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1).

Septième, Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 N Rally1) effectuait une nouvelle sortie de route chronophage, mais le Norvégien semblait de plus en plus à l’aise au fil de la journée. De son côté, Grégoire Munster (M-Sport Ford Puma Rally1) faisait le plein d’expérience en terminant l’étape au huitième rang devant les leaders du WRC2, Nikolay Gryazin et Yohan Rossel, tous deux au volant de Citroën C3 Rally2.

Les classements ici

Quatre nouvelles spéciales attendent les concurrents dimanche, où un maximum de douze points seront en jeu pour le championnat. Les quatre secteurs chronométrés totaliseront 54,78 km avant l’arrivée au cœur de la capitale croate, Zagreb.

WRC2

Gryazin fait preuve de sang-froid dans le duel pour la victoire

Nikolay Gryazin et sa Citroën C3 Rally2 ne sont plus qu’à quatre spéciales de la victoire en WRC2 au Rallye de Croatie en repoussant Yohan Rossel à 39 »5 samedi soir.

Comme  vendredi, les Citroën C3 Rally2 de Nikolay Gryazin et Yohan Rossel dominaient les débats sur les spéciales asphaltées autour de Zagreb.

 #23, Nikolay Gryazin/Konstantin Aleksandrov, Citroën, P1. pht. WRC

Dans la dernière spéciale de la boucle matinale, Yohan Rossel concédait plus de trente-cinq secondes en raison d’un pneumatique endommagé. Cet incident permettait à son équipier de gérer son rythme dans les tests suivants, les deux hommes comptant alors plus de deux minutes d’avance sur Pepe López (Škoda Fabia RS Rally2). L’Espagnol retrouvait finalement le parc d’assistance avec un déficit de 2’21’’6 sur le leader.

#20, Yohan Rossel/Arnaud Dunand, Citroën, P2. pht. WRC

Pepe López devra toutefois continuer d’attaquer dimanche puisque Nicolas Ciamin (Hyundai i20 N Rally2) réduisait son retard au fil de la journée pour revenir de 20’’1 à 10’’8 avant l’étape décisive.

#21, Pepe Lopez/David Vazquez, Skoda. pht. WRC

Derrière, Lauri Joona (Škoda Fabia RS Rally2) ne parvenait pas à suivre le rythme de Nicolas Ciamin et aura pour objectif de contenir les velléités d’Eyvind Brynildsen (Škoda Fabia RS Rally2), revenu à 11’’9 du top cinq.

Malgré deux tête-à-queue, Emil Lindholm  (Hyundai i20 N Rally2) gagnait une position aux dépens d’un nouveau venu, Roberto Daprà (Škoda Fabia Rally2 evo). Neuvième, l’Allemand Armin Kremer disposait d’une avance confortable en WRC Masters Cup.

Nikolay Gryazin mène également les débats en WRC2 Challenger tout en pointant en tête de la bataille pour le Trophée FORUM8 WRC2 Most Stage Wins grâce à dix scratches contre six pour Yohan Rossel avant la dernière étape ce dimanche.

WRC3

Jürgenson fait un pas vers une victoire croate

Protégé du programme FIA Rally Star, Romet Jürgenson a conservé sa place au sommet du WRC3 en bouclant l’avant-dernière étape du Rallye de Croatie avec 2’09’’4 d’avance.

#50, Romet Jügerson/Siim Oja, Ford, P1. pht. WRC

Romet Jürgenson avait entamé la deuxième étape de l’épreuve asphaltée avec plus d’une minute d’avance sur son plus proche poursuivant, Tom Rensonnet. Cet avantage se creusait encore plus après l’ES11, où le Belge était contraint à l’abandon par une surchauffe de son moteur.

Malgré sa solide avance, l’Estonien ne montrait toutefois aucune volonté de lever le pied. En plus du WRC3, le pilote âgé de vingt-quatre ans évolue également en FIA Junior WRC, où chaque meilleur temps est récompensé d’un point bonus. Après avoir signé trois des huit scratches du jour, Romet Jürgenson et son copilote Siim Oja retrouvaient le parc d’assistance samedi soir en étant à quatre spéciales seulement d’une première victoire dans les deux catégories.

Taylor Gill profitait des malheurs de Tom Rensonnet pour offrir un doublé provisoire au programme FIA Rally Star. L’Australien comptait 25’’0 d’avance sur Filip Kohn, qui complétait un trio de tête monopolisé par les Ford Fiesta Rally3, le Tchèque ayant subtilisé la troisième place à la Renault Clio Rally3 de Mattéo Chatillon pour 2’’6 dans le dernier test du jour.

36’’1 plus loin, Norbert Maior et sa sœur Francesca complétait le top cinq. En revanche, Petr Borodine voyait ses espoirs de bon résultat s’envoler dans un tonneau dans l’ES13. La journée d’Eamonn Kelly était également écourtée en raison d’une fuite de liquide de refroidissement. Raul Hernández était aussi contraint à l’arrêt après des problèmes mécaniques sur sa Ford Fiesta Rally3.

Communiqué WRC