23 juin 2024

WRC : coup double en Espagne pour Sébastien Ogier et Toyota (video)

Le Français Sébastien Ogier a signé sa première victoire dans l’ère hybride du Championnat du Monde FIA des Rallyes en s’imposant au RallyRACC – Rally de España, tout en aidant son équipe Toyota Gazoo Racing à remporter le titre constructeur.

#1, Sébastien Ogier, Toyota, P1. pht. Red Bull

Engagé sur un programme partiel cette saison avec Toyota, Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1) a pris le contrôle de l’avant-dernière manche du calendrier avec une série de trois scratches au cœur des trois jours d’action sur asphalte.

Fort d’une avance de 20 »7 avant la dernière étape, le Français pouvait se permettre de gérer sans prendre de risques superflus dans les quatre dernières spéciales.

#11, Thierry Neuville, Hyundai, P2. pht. Red Bull « Thierry Neuville a pris la deuxième place à l’arrivée »

Il réussissait parfaitement sa mission pour remporter sa première victoire dans l’ère hybride du WRC avec 16 »4 d’avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) tout en signant le cinquante-cinquième succès de sa carrière au plus haut niveau. Il s’agissait également de la première victoire dans l’élite de son copilote Benjamin Veillas.

Troisième, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) offrait un double podium à Toyota, qui s’assurait ainsi sa deuxième couronne consécutive chez les constructeurs. Avant le dénouement de la saison 2022 au Japon, l’équipe basée à Jyväskylä détient 93 points d’avance sur Hyundai Motorsport et ne peut donc plus être rattrapée.

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P3. « Une crevaison a ralenti Kalle Rovanperä dimanche matin » pht. Red Bull

« C’est la première victoire de Benji, donc je suis très content pour lui », se réjouissait Sébastien Ogier. « C’est fantastique d’obtenir cette victoire, car c’était un week-end important pour l’équipe. Ce n’est pas toujours facile d’obtenir de tels résultats et cette saison a été marquée par une belle domination, donc félicitations à Toyota Gazoo Racing ! »

« C’est formidable de remporter le titre ici », ajoutait Jari-Matti Latvala, directeur de l’équipe Toyota Gazoo Racing. « Le dernier rallye sera au Japon, sur les terres de Toyota. Nous serons donc bien plus détendus avant de nous y rendre. Si nous gagnons là-bas, les célébrations pourraient être grandioses ! »

#8, Ott Tänak, Hyundai, P4. pht. Red Bull

Thierry Neuville ravissait la deuxième place à Kalle Rovanperä samedi en fin d’après-midi et semblait prêt à défier le nouveau champion du monde dimanche. Le duel n’avait toutefois jamais lieu, Kalle Rovanperä étant victime d’une crevaison à l’avant gauche en roulant sur une plaque d’égoût dans la deuxième spéciale du jour. Le Belge ralliait l’arrivée avec un avantage de 18 »1.

#6, Dani Sordo, Hyundai, P5. pht. Red Bull

Les Hyundai complétaient le reste du top cinq. Ott Tänak terminait à 44 »0 du vainqueur, l’Estonien n’ayant jamais trouvé les réglages parfaits et échouant à 9 »5 de la dernière marche du podium. Son équipier Dani Sordo pointait 32 »5 plus loin après un week-end mitigé sur ses terres. D’abord en manque de rythme, l’Espagnol montait ensuite en puissance après quelques ajustements samedi midi. Il était hélas trop tard et l’enfant du pays devait se contenter de quelques scratches sur l’asphalte.

#33, Elfyn Evans, Toyota, P6. pht. Red Bull

Sixième, le Gallois Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) confiait manquer de performances tout au long du rallye et une crevaison au même endroit que son équipier Kalle Rovanperä dans Riudecanyes aggravait ses malheurs.

« Copilote de Craig Breen, Paul Nagle disputait son dernier rallye en WRC »

Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) et Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) terminaient septième et huitième, tous deux ayant gagné une position aux dépens de Craig Breen (M-Sport Ford Puma Rally1), lui aussi victime d’une crevaison dimanche matin.

#16, Adrien Fourmaux, Ford, P8. pht. Red Bull

L’Irlandais finissait neuvième pour sa dernière apparition avec son copilote Paul Nagle, qui quitte le plus haut niveau après 102 départs en WRC. Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1) complétait le top dix à l’arrivée.

Sébastien Ogier, #1, P1 :

 » C’est un sentiment fantastique aujourd’hui. La chose la plus importante était le titre des constructeurs, pour toute l’équipe : Ils ont fait un travail fantastique toute la saison et le méritent vraiment. Je suis aussi très heureux personnellement de remporter une victoire après la malchance que nous avons eue sur les épreuves que nous avons faites cette année. C’était un week-end très agréable, la voiture était vraiment amusante à conduire et les temps suivaient. C’est presque une surprise parce que je n’avais pas conduit cette voiture sur l’asphalte depuis si longtemps, à part une seule journée de test, donc c’était bien de voir tout de suite au début du rallye que nous étions vraiment rapides, même avec une position de départ pas si bonne que ça le vendredi. Je suis également très heureux pour Benjamin car c’est sa première victoire. Après six victoires pour Kalle et une pour moi, essayons de faire huit victoires au Japon – d’autant plus que huit est un chiffre porte-bonheur là-bas. »

Rallye d’Espagne ici

Championnat pilotes ici

La saison 2022 du Championnat du Monde FIA des Rallyes connaîtra sa conclusion le mois prochain avec une toute nouvelle épreuve sur asphalte, le FORUM8 Rally Japan (10-13 novembre).

WRC2

Suninen s’impose sans trembler

Le Finlandais Teemu Suninen a signé sa première victoire de la saison en 2022 grâce à une prestation pleine d’assurance au RallyRACC – Rally de España.

La troisième fois était donc la bonne pour Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2). Après avoir touché du doigt la victoire au Portugal et en Finlande, le Finlandais se montrait irrésistible en dominant l’antichambre de la catégorie reine du Championnat du Monde FIA des Rallyes du départ à l’arrivée ou presque.

#21, Teemu Suninen, P1. pht. Red Bull

Teemu Suninen comptait 26 »6 d’avance sur Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) avant les quatre dernières spéciales du parcours. Déterminé à ne pas laisser la victoire s’échapper une nouvelle fois, le leader ne faisait aucun compromis et enfonçait le clou pour finalement s’imposer avec un avantage de 32 »5 sur son rival français.

« C’était un excellent week-end », confiait le vainqueur. « Merci à l’équipe de m’avoir préparé une voiture aussi bonne, mais également à Mikko [Markkula] pour son excellent copilotage. »

« Solide, Yohan Rossel s’est assuré la deuxième place en Catalogne »

De son côté, Nikolay Gryazin (Škoda Fabia Rally2) ne parvenait pas à reprendre beaucoup de temps à Yohan Rossel et devait se contenter de la troisième marche du podium, à 20 »8 de son adversaire. Il comptait 39 »3 de marge sur Emil Lindholm (Škoda Fabia Rally2) tandis que Jari Huttunen (Ford Fiesta Rally2) complétait le top cinq.

Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia Rally2) se classait sixième, un résultat prolongeant la lutte pour le titre jusqu’à la dernière manche du calendrier au FORUM8 Rally Japan le mois prochain. Le Polonais et Emil Lindholm ne sont séparés que de trois points avant ce rendez-vous décisif.

En WRC2 Junior, Sami Pajari (Škoda Fabia Rally2) complétait le podium tandis que le partenaire de Josh McErlean, James Fulton, scellait son sacre chez les copilotes. Armin Kremer (Škoda Fabia Rally2) l’emportait en WRC2 Masters Cup, dont il conserve les commandes.

WRC3

La victoire et le titre pour Joona

Le Finlandais Lauri Joona a fait coup double dimanche après-midi en s’imposant au RallyRACC – Rally de España pour être sacré en WRC3.

#59, Lauri Joona, P1. pht. Red Bull

Bien connu du FIA Junior WRC, Lauri Joona se retrouvait au cœur d’un duel haletant pour le titre dans le peloton monopolisé par les Ford Fiesta Rally3.

Son adversaire Jan Černý et lui se rendaient en Espagne avec le même nombre de points, plantant le décor d’une finale sous haute tension.

#57, Jan Černý, P2.

Le Tchèque semblait en mesure d’aborder l’ultime étape de la saison avec 2 »5 d’avance, mais une pénalité de dix secondes pour un pointage tardif dans la dernière spéciale de samedi redonnait l’avantage à Lauri Joona.

De retour en tête, le Finlandais ne tremblait pas et remportait deux des derniers secteurs chronométrés dimanche pour sceller son succès – et son titre – avec neuf secondes seulement d’avance !

 

Communiqué WRC

Crédits pht. Red Bull, WRC