25 juin 2022

Vue d’ensemble du GP de Monaco

Par Pirelli

LES PNEUS SUR LA PISTE

Un week-end seulement après que les pneus les plus durs de la gamme Pirelli de Formule 1 aient été sélectionnés pour le Grand Prix d’Espagne, les composés les plus tendres font leur apparition sur le circuit le plus glamour de tous : Monaco. Le C3 est le P Zero White dur, le C4 est le P Zero Yellow moyen, et le C5 est le P Zero Red tendre.

Comme Barcelone, Monaco est extrêmement bien connu des équipes : c’est l’un des trois circuits encore au calendrier qui figuraient à l’origine dans la saison inaugurale de Formule 1 de 1950. Contrairement aux deux autres (Spa et Silverstone), il n’a pas changé de forme depuis, ce qui signifie qu’il a la vitesse moyenne la plus basse de tous les circuits et très peu d’accotements, ce qui le rend notoirement difficile à doubler.

L’asphalte glissant des rues (qui est ouvert au trafic chaque soir) et les vitesses lentes signifient que l’énergie qui passe par les pneus est faible, avec une usure et une dégradation minimale, mais un degré assez élevé d’évolution de la piste chaque jour. Tout cela signifie qu’un seul arrêt est la norme à Monaco, mais la fenêtre d’arrêt au stand est assez large et le moment des arrêts peut être influencé par les voitures de sécurité, qui sont très probables dans les limites étroites du circuit.

Les voitures ont une configuration spéciale « high-downforce » pour Monaco afin de maximiser l’adhérence à basse vitesse, avec une adhérence combinée générée à la fois mécaniquement par les pneus et aérodynamiquement par l’appui. C’est évidemment la première fois que la nouvelle génération de voitures de Formule 1 de 18 pouces court à Monaco. Les équipes auront donc beaucoup à apprendre sur la façon dont elles réagissent dans ces conditions uniques, la météo sur la côte méditerranéenne étant parfois difficile à prévoir à cette époque de l’année.

« Monaco est souvent décrit comme l’une des courses les plus imprévisibles de l’année, mais la vérité est que les qualifications prennent une importance particulière car la position sur la piste est la clé ici. Par conséquent, comprendre comment maximiser le composé C5 le plus tendre – qui n’a participé qu’à un seul événement cette année, en Australie – sera une partie essentielle des essais libres. Avec l’abolition de l’ancienne règle exigeant que les pilotes prennent le départ de la course avec leur pneu Q2 le plus rapide, nous pourrions voir quelques stratégies différentes cette année, avec certains pilotes choisissant des composés plus durs pour commencer la course afin de viser un long premier relais, étant donné la difficulté de dépasser. D’autres pourraient choisir une approche plus traditionnelle en partant sur le composé le plus tendre, dans une course où la stratégie peut faire une réelle différence. »

Red Bull

 

MAX :

« Monaco est toujours un week-end mouvementé mais spécial. Les qualifications sont cruciales, la piste est très ancienne et étroite, votre rythme cardiaque est si élevé, c’est fou ! Nous devons être constamment sur le fil, c’est un circuit assez fou avec des voitures de Formule 1. Mes antécédents à Monaco n’étaient pas très bons mais j’ai finalement gagné l’année dernière et j’ai ressenti un énorme soulagement lorsque j’ai franchi la ligne, j’étais très heureux de gagner cette course. Checo et moi travaillons vraiment bien en tant qu’équipe et c’est bien sûr formidable que nous menions les championnats des constructeurs et des pilotes, mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir et beaucoup de choses peuvent changer, comme nous l’avons vu jusqu’à présent cette saison. »

CHECO :

« Monaco est l’un des week-ends les plus spéciaux de la saison, surtout ce Q3 du samedi. Les qualifications peuvent devenir très intenses là-bas car vous savez que 99% de votre résultat est fait le samedi. J’adore le circuit là-bas, c’est tout simplement génial, vous ne pouvez pas faire d’erreur à Monaco parce que si vous le faites, cela vous coûte très cher. J’ai eu un grand shunt lors de ma première tentative de Q3 à Monaco, quand j’ai perdu la voiture en sortant du tunnel, c’était probablement mon pire en Formule 1, pourtant j’aime cet endroit et conduire sur ce circuit. La dernière fois à Monaco n’a pas d’importance car chaque week-end à Monaco est unique, je pense que l’atmosphère et l’histoire de la ville y contribuent également. Nous avons un élan incroyable en tant qu’équipe en ce moment et nous continuons à pousser. Je suis impatient de voir comment la voiture se comporte sur le circuit de Monaco, je vais tout donner. »

  • Au cours des trois dernières courses, Oracle Red Bull Racing a obtenu 140 points sur 147 possibles, ce qui lui permet de prendre la tête du championnat des constructeurs pour la première fois depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne de 2021.
  • L’équipe a obtenu son tout premier podium en tant que constructeur de Formule 1 à Monaco en 2006, lorsque David Coulthard a terminé troisième, portant une cape sur le podium en référence au film Superman Returns qui venait de sortir !
  • L’équipe Oracle Red Bull Racing a décroché son deuxième doublé sur les trois dernières courses lorsque Max et Checo ont mené le peloton au Grand Prix d’Espagne. L’équipe a maintenant réalisé autant de doublés que toutes les autres équipes de F1 réunies depuis le début de l’année 2021.
  • Après avoir terminé dans les deux premiers à cinq reprises dans sa carrière en F1 avant 2022, Checo a maintenant terminé trois fois dans les quatre dernières courses.
  • La victoire de Max au Grand Prix de Monaco 2021 a été la course la plus rapide de l’histoire de la Principauté, s’imposant à une vitesse moyenne de 157,833 km/h lors d’une course sans intervention de la Safety Car, de la Virtual Safety Car ou même des drapeaux jaunes.
pht. Getty images/Red Bull

 

Ferrari

Quelques jours seulement après le Grand Prix d’Espagne, qui a apporté joie et tristesse à la Scuderia Ferrari, le championnat du monde de Formule 1 reprend la piste pour une course vraiment unique, le Grand Prix de Monaco. L’épreuve à domicile de Charles Leclerc, la course est la plus courte de la saison (260 km au lieu des 300+ habituels) ainsi que celle où les dépassements sont les plus difficiles.

pht. Scuderia Ferrari

 

Qualification clé. Le circuit est caractérisé par très peu de sections rapides, une piste extrêmement étroite, dix virages à droite et neuf virages à gauche, dont certains – Ste. Devote, Mirabeau, Rascasse et l’épingle à 180° près de l’hôtel Fairmont – font partie de l’histoire de la Formule 1. Il va sans dire qu’avec ces caractéristiques de piste, une bonne qualification à Monaco est cruciale. L’année dernière, Charles a réussi à prendre la pole position mais n’a pas pu prendre le départ en raison d’un problème mécanique sur la voiture suite à un accident le samedi, tandis que Carlos Sainz a obtenu son premier podium de son aventure avec la Scuderia avec la deuxième place.

En piste le vendredi. En ce qui concerne le programme, il y a un grand changement : la première journée d’essais libres ne sera plus le jeudi – comme le veut la tradition – mais, comme tous les autres Grands Prix, le vendredi. La première séance aura lieu à 14h00 CET, la seconde à 17h00. Les qualifications auront lieu le samedi à 16h00, précédées à 13h00 de la dernière séance d’essais libres, tandis que la course débutera à 15h00 le dimanche. Il y aura 78 tours du circuit de 3 337 mètres, soit 260,286 kilomètres. Il n’y a qu’une seule zone DRS, sur la ligne droite principale, qui contribue généralement peu aux dépassements.

Trois questions à… CHARLES LECLERC, #16 (Charles Leclerc, né le 16/10/1997 à Monte Carlo (Monaco)

  1. Vous arrivez à votre Grand Prix national en luttant pour la tête du classement du championnat. Cela va-t-il changer quelque chose dans votre approche de la course ?

Je dirais que non : l’approche sera la même, quelle que soit notre position dans le championnat. Nous savons que chaque point compte, que nos rivaux sont très forts et que même une petite erreur ici peut faire une grande différence. Nous avons vu cette saison que seule l’équipe qui fait tout parfaitement peut réussir à gagner : eh bien, à Monaco, nous ferons tout pour être cette équipe. Gagner sur un circuit comme celui-ci est toujours très difficile, mais j’ai une confiance totale dans l’équipe et c’est toujours la meilleure condition préalable pour atteindre l’objectif.

  1. Le Grand Prix de Monaco a un nouveau format cette année. Comment vivez-vous ce changement ?

« Pour la première fois, nous verrons un week-end au format standard à Monaco, avec les essais libres le vendredi, les qualifications le samedi et la course le dimanche. Personnellement, le fait d’avoir les essais un jour plus tard que le traditionnel jeudi m’aidera à me mettre dans le rythme de la course plus facilement que les autres week-ends. Dans l’ensemble, je suis donc favorable à ce nouveau format et je m’en réjouis.

  1. Quelle est votre partie préférée du circuit de Monte-Carlo ?

 » Je dirais que je n’ai aucun doute : certainement le quartier de la Piscine, où il y a deux S l’un derrière l’autre. J’aime vraiment passer très vite dans ce secteur. De plus, ces courbes me rappellent une histoire personnelle : c’est dans la piscine que l’on voit à la télévision que j’ai appris à nager quand j’étais enfant, ce qui rend ce passage encore plus spécial pour moi ».

Statistiques de Ferrari :

  • GP disoutés 1036
  • Saisons en F1 73
  • Début Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 240 (23,17%)
  • Pole positions 234 (22,59%)
  • Tours les plus rapides 257 (24,81%)
  • Total des podiums 785 (25,26%)

Ferrari Stats Monaco GP :

GPs contestés 65

  • Début 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 9 (13,85%)
  • Pole positions 10 (15,38%)
  • Tours les plus rapides 17 (26.15%)
  • Total des podiums 43 (22,05%)

 

pht. Scuderia Ferrari

 

Grand Prix de Monaco : chiffres et anecdotes :

  • Dépassement lors des éditions 2021 et 2003 du Grand Prix de Monaco. Comme on le sait, les dépassements sont une denrée rare dans les rues étroites de la Principauté, et au cours des 40 dernières années, la moyenne a été de 10 changements de position par course. Dans le même laps de temps, l’édition du Grand Prix avec le plus de dépassements était celle de 1983 avec 26.
  • Les kilomètres carrés de la Principauté de Monaco, le plus petit État du monde après la Cité du Vatican. Pour donner un ordre de grandeur, il fait un peu plus de la moitié de la taille de Central Park, le célèbre parc de New York.
  • Le meilleur résultat d’un pilote monégasque dans son Grand Prix national. C’est ce qu’a réalisé Louis Chiron dans l’édition 1950 au volant d’une Maserati. Charles Leclerc a participé à deux éditions de la course – en 2021, il avait pris la pole position mais n’avait pas pris le départ – sans jamais parvenir à terminer.
  • Les pilotes de Formule 1 qui ont participé à au moins une édition du Grand Prix de Monaco au volant d’une Ferrari. L’aventure de la Scuderia dans la catégorie reine de la course automobile débute en Principauté le 21 mai 1950, lorsqu’Alberto Ascari, Raymond Sommer et Luigi Villoresi représentent le Cheval Cabré au volant des 125 F1. Six pilotes l’ont remporté : Maurice Trintignant (1955), Niki Lauda (1975 et 1976), Jody Scheckter (1979), Gilles Villeneuve (1981), Michael Schumacher (1997, 1999 et 2001) et Sebastian Vettel (2017).
  • Policiers dans la Principauté de Monaco, un pour 73 habitants. La Principauté est l’un des endroits les plus sûrs de la planète, avec le taux de criminalité le plus bas du monde.

Donc, Ferrari, il y a 75 ans :

Nous sommes le 25 mai 1947 : la Ferrari 125 S portant le numéro 56 est engagée pour le Grand Prix de Rome sur le circuit de Caracalla : il y a 40 tours à parcourir, soit 137,6 km. La zone de départ et d’arrivée est située sur l’avenue des thermes du même nom, puis les concurrents s’attaquent aux routes qui longent la Porta Ardeatina, les Murs romains, la Piramide Cestia et la Porta San Paolo. Chaque tour mesure 6 km. Il s’agit d’un parcours particulièrement exigeant, mais aussi évocateur, car la pente ne laisse jamais de répit aux participants, avec des montées et des descentes continues qui peuvent mettre en difficulté même le coureur le mieux préparé, rendant la course potentiellement imprévisible jusqu’au dernier mètre. Après la course de Piacenza deux semaines plus tôt, Franco Cortese répond une fois de plus aux attentes d’Enzo Ferrari : le pilote piémontais domine la course, ne ralentissant le rythme que dans la finale, alors que le succès est déjà dans la poche. Il s’impose à une vitesse moyenne de 88 km/h devant la Maserati de Guido Barbieri, tandis que la troisième place revient à Guido Stanguellini sur la Stanguellini SN1100. Ferrari a remporté la course, la première d’une longue série qui se poursuit encore aujourd’hui.

Mercedes

La 7e manche de la saison 2022 de Formule 1 se déroule dans les rues de Monaco.

Toto parle de Monaco :

Nous avons eu droit à un Grand Prix d’Espagne passionnant le week-end dernier et pour nous, il y avait beaucoup d’encouragements à en tirer. Nous apprenons tout le temps sur cette voiture et nous l’améliorons, et à Barcelone nous avons fait un bon pas dans la bonne direction.

C’était fantastique de voir George se battre avec les Red Bull pour gagner un podium bien mérité, tandis que la lutte de Lewis à travers le champ de P19 à P5 était incroyablement impressionnante.

Maintenant, nous passons rapidement à la prochaine course. Rien ne peut rivaliser avec les paillettes de Monaco, et c’est une véritable joie de voir les pilotes pousser leurs voitures à la limite, se frayant un chemin dans les rues étroites.

C’est un circuit unique et incroyablement exigeant, qui demande un niveau de concentration intense pour boucler chaque tour. Monaco n’a pas toujours été notre circuit le plus heureux, et les virages à faible vitesse n’ont pas été notre force cette saison, comme nous l’avons vu à Barcelone, mais nous avons vu jusqu’à présent cette année que tout peut arriver et nous allons chercher à maximiser chaque opportunité.

Fiche d’information : Grand Prix de Monaco

  • Le Circuit de Monaco est le plus court des circuits de F1, avec seulement 3,337 km de long. C’est presque un kilomètre de moins que le deuxième circuit le plus court, celui de Zandvoort.
  • C’est aussi le circuit le plus court de la pole position à la première zone de freinage du calendrier 2022 de la F1, avec seulement 114 mètres. Cela signifie qu’il y a moins d’opportunités de faire un coup lors du premier tour.
  • Seulement 42% du temps au tour à Monaco est pris à plein régime, le chiffre le plus bas de tous les circuits de F1 sur le calendrier de cette année.
  • Les changements de vitesse sont assez fréquents, 52 par tour, mais compte tenu de la brièveté du circuit et de l’absence de longues lignes droites, d’autres circuits comme Bakou (68) présentent beaucoup plus de changements de vitesse.
  • Sur les sept courses de la saison inaugurale de la F1 en 1950, cinq restent au calendrier en 2022 : les Grands Prix de Grande-Bretagne, de Monaco, de Belgique, de France et d’Italie. Et quatre de ces circuits accueillent encore des courses de F1 aujourd’hui : Silverstone, le circuit de Monaco, Spa-Francorchamps et Monza.

Reportage vidéo : Comment conduire une voiture de F1 à Monaco

Qu’est-ce qui fait de Monaco un défi aussi unique ?

  • Si de nombreux circuits de rue ont accueilli des courses de Formule 1 au fil des ans, aucun n’est comparable à Monaco. Le cadre, l’histoire, le risque et la récompense. De nombreux facteurs font de Monaco l’un des défis les plus uniques de la F1.
  • « En remportant une course là-bas en 2008, j’ai eu l’impression d’être au sommet de la plus haute montagne du monde », explique Lewis Hamilton. « Tant de choses différentes doivent être réunies pour que cela se produise et c’est un circuit où vous ne pouvez tout simplement rien laisser sur la table. »
  • Les voitures courent dans les rues de Monaco depuis 1929 et en F1 depuis la première saison du sport, en 1950. Réputé pour son glamour et son prestige, le circuit fait partie de la Triple Couronne du sport automobile, aux côtés des 500 miles d’Indianapolis et des 24 heures du Mans.
  • Et alors que ces deux autres courses sont davantage axées sur l’endurance, le Grand Prix de Monaco est une course beaucoup plus courte, mais avec des niveaux d’intensité et de concentration incroyables.
  • En ce qui concerne le tracé, le circuit est dominé par des virages à vitesse lente et moyenne, y compris certaines des vitesses de virage les plus basses du calendrier. Son tracé étroit n’a pas beaucoup changé au fil des ans, mais les voitures ont certainement changé… et cela ne fait qu’ajouter au défi de se faufiler dans les rues sinueuses de Monaco.

Le circuit est-il difficile pour les pilotes ?

Lewis résume bien la situation. « Habituellement, après cette course, vous êtes mentalement détruit pendant deux bons jours ». D’autres circuits exigent un mélange de force physique et mentale, mais à Monaco, l’accent est mis beaucoup plus sur le côté mental, en raison des niveaux de concentration nécessaires pour faire le tour du circuit.

« Monaco est un circuit qui est probablement le plus élevé en matière de concentration et de mental », ajoute Lewis. « La nature du circuit, le fait qu’il soit assez court et qu’il n’y ait pas de très longues lignes droites. Ce n’est pas un circuit très physique parce qu’on ne roule pas à des vitesses très élevées dans les virages et qu’on ne subit pas les forces g que l’on subit dans un endroit comme Barcelone. Mais votre esprit doit travailler beaucoup plus vite. »

Sur un seul tour de circuit à Monaco, les pilotes ont peu de temps pour se reposer, ce qui les oblige à faire plusieurs choses à la fois. Équilibrer le frein, l’accélérateur, la direction, gérer les forces et ressentir ce que la voiture fait à travers leur corps, et aussi faire attention à leur environnement – il y a beaucoup de choses à gérer pour les pilotes sur un tour !

Et il faut aussi tenir compte du fait que les pilotes changent d’aiguillage et de volant pendant qu’ils font le tour de la piste. Avec peu de lignes droites, il n’y a pas beaucoup d’occasions de retirer la main du volant pour faire ces ajustements. Les équipes doivent donc se demander s’il vaut la peine de prendre le risque que les pilotes modifient les commutateurs, et s’assurer qu’ils partent chaque fois en piste avec les bons réglages, afin de minimiser la charge de travail.

Que faut-il faire avec les réglages de la voiture ?

Nous abordons le week-end du GP de Monaco comme n’importe quel autre, en faisant nos simulations habituelles sur ordinateur et dans la boucle du pilote pour travailler sur les différentes options de réglage. Nous mettons ensuite à profit ces enseignements lors des séances d’essais, en affinant les réglages au fur et à mesure que le week-end avance.

Les qualifications sont beaucoup plus importantes à Monaco que sur d’autres circuits, car il est très difficile de doubler en course. Le tracé du circuit est très étroit, il n’y a qu’une seule zone DRS et il y a peu de longues lignes droites et de zones de freinage intense pour encourager les dépassements. Et cela met aussi davantage l’accent sur la stratégie de course, comme moyen de gagner des places.

Les vitesses dans les virages à Monaco sont très basses et nous devons donc mettre le maximum d’appui sur la voiture. Nous changeons également des choses comme la géométrie de la direction pour l’épingle très serrée et augmentons la hauteur de la suspension pour faire face à la nature bosselée des routes de Monaco.

Les réglages doivent être cohérents et prévisibles, une configuration plus stable conduisant à moins d’erreurs et de surprises. Le temps de piste est également très important, car Monaco est un circuit où les pilotes ont besoin d’acquérir de la vitesse et de la confiance, et toute perte de temps d’entraînement peut avoir un effet négatif.

« Maîtriser un tour à Monaco, bien sûr, vous devez avoir une voiture légère et agile, vous devez avoir une grande force d’appui, vous devez avoir le bon rapport poids/puissance, vous devez avoir la bonne position sur la piste, de l’air pur devant vous, de l’engagement, vous devez être prêt à toucher les barrières », dit Lewis.

« C’est un circuit où vous devez être capable d’avoir le beurre et l’argent du beurre, en termes d’approche de chaque virage. Sur d’autres circuits, vous freinez un peu plus tôt à chaque fois, en entrant. Et puis vous travaillez pour vous assurer que vous obtenez la sortie. A Monaco, vous voulez tout prendre à l’entrée et tout perdre à la sortie. »

Alfa Romeo

Dans les rues de la Principauté

Alfa Romeo F1 Team ORLEN se rend à Monaco pour l’un des événements les plus célèbres du sport automobile – le Grand Prix de Monte-Carlo. L’équipe tentera de poursuivre son bon début de saison en prolongeant sa série de points, alors que la course se déchaîne dans les rues de la Principauté.

Il y a peu d’endroits qui évoquent ce que fait un week-end de course à Monaco. Les yachts qui flottent doucement sur l’eau dans la marina, le soleil qui brille tandis que le bruit des moteurs fend l’air et résonne dans le tunnel : l’imagerie de cette course est familière à tous. C’est une course où beaucoup de pilotes sont chez eux, bien sûr ; c’est une course où les VIP affluent, une course pour voir et être vu.

Monaco est aussi une course spéciale pour les pilotes et les équipes : un défi du point de vue sportif, bien sûr, avec les murs impitoyables prêts à punir la moindre erreur et le chronomètre qui récompense les plus courageux. Mais aussi un défi d’un point de vue logistique, avec des garages à plusieurs étages, un paddock divisé, des pièces détachées et des camions stockés à distance. Ce n’est pas un week-end facile, mais c’est une expérience qu’il faut faire au moins une fois.

pht. Xavi Bonilla / DPPI

 

Un bon résultat à Monaco, à la lumière des défis du week-end, a un éclat particulier : nous allons à Monaco déterminés à montrer ce que nous pouvons faire, à ramener un résultat spécial dans cette course unique. Lorsque la Formule 1 se rendra en Principauté, nous viserons la couronne.

Citations de l’équipe

Frédéric Vasseur, Team Principal Alfa Romeo :

pht. Xavi Bonilla / DPPI

 

« Monaco est une course unique, une occasion spéciale dans laquelle chaque équipe et chaque pilote veut bien faire. Il en va de même pour nous, bien sûr, même si nous aborderons le week-end de la même manière que n’importe quel autre événement. Pour nous, les objectifs restent inchangés : nous savons que nous avons le potentiel pour mener le milieu de peloton et être au milieu des premiers. Pour y parvenir, la recette est la même : nous devons réaliser un bon week-end et tirer le maximum de notre package. Nous avons travaillé dur pour nous assurer que notre fiabilité corresponde à notre performance et que nous puissions être en position d’avoir deux voitures dans les points. Nous serons à Monaco pour nous assurer que le monde remarque à quel point nous sommes performants cette saison. »

Valtteri Bottas (Voiture 77) :

pht. DPPI

 

 » Je suis impatient de participer à la course de ce week-end. Monaco est toujours un week-end intéressant, c’est un week-end à domicile pour beaucoup de pilotes et il a définitivement un sentiment que vous n’obtenez pas d’une autre manche du calendrier. Je suis vraiment curieux de voir comment la course va se dérouler avec la nouvelle génération de voitures : c’est traditionnellement un endroit difficile pour les courses serrées et, si c’est différent cette année, nous pourrions assister à quelque chose de spectaculaire. J’aborde le week-end avec confiance : nous nous sommes battus avec les meilleurs pendant deux courses consécutives et je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas le faire à nouveau cette fois-ci. Bien sûr, la plupart du week-end dépendra d’un vendredi propre et d’un bon samedi : si nous sommes en haut de la grille, nous pouvons potentiellement ramener un résultat spécial. »

Zhou Guanyu (Voiture 24) :

pht. Xavi Bonilla / DPPI

 

« Je suis vraiment impatient de piloter une Formule 1 autour de Monaco : ce sera un défi incroyable, mais je m’attends à ce que ce soit une sensation incroyable. C’est un endroit où vous devez être à la limite absolue à tout moment pour être compétitif, même dans les séries juniors, et ce sera encore plus vrai en F1. C’est un endroit où vous devez respecter la piste et trouver le bon feeling lors des séances d’essais sera très important, mais je sais que l’équipe est derrière moi et je peux compter sur elle pour tirer le meilleur parti du week-end. Nous avons tous travaillé très dur pour nous assurer que les problèmes de fiabilité n’entravent plus notre travail et je suis sûr que nous pouvons montrer à nouveau à quel point nous pouvons être compétitifs. J’ai de très bons souvenirs de Monaco, où j’ai gagné l’année dernière, et je suis impatient d’en avoir d’autres maintenant que je suis en F1. »

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente le septième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2022, le Grand Prix de Monaco.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur d’équipe Otmar Szafnauer partagent leurs réflexions sur la septième course de la saison à Monte-Carlo.

Otmar Szafnauer, Team Principal Alpine :

« Tout d’abord, quelle course passionnante nous avons eue en Espagne, avec tous les pilotes. C’était très amusant avec les multiples arrêts et les dépassements, donc je suis sûr que c’était un grand spectacle pour tous les fans de Formule 1. De notre point de vue, compte tenu de nos positions de départ après un samedi difficile, nous avons quitté l’Espagne agréablement satisfaits de notre collecte de points. Nous sommes tous impatients d’aller à Monaco. C’est un endroit incroyablement spécial et un circuit très historique et important pour la Formule 1, où nous aimons tous courir. Il est clair qu’avec la nature des murs rapprochés et des virages serrés, c’est un endroit délicat pour les dépassements le jour de la course. Nous devons nous assurer que notre rythme sur un tour est bon, ce qui, en général, a été le cas, à part l’anomalie en Espagne où nous n’étions pas aussi rapides le samedi que le vendredi. »

Esteban Ocon :

 » Monaco est un circuit spécial à bien des égards : la vitesse moyenne est la plus basse de l’année et les virages sont si serrés que la puissance n’est pas aussi importante que sur d’autres circuits. Vous avez besoin d’une bonne stabilité au freinage et d’un moteur solide qui réagit bien en sortie de virage. Et comme nous le savons tous, la position sur la grille à Monaco est cruciale, donc une meilleure performance qu’à Barcelone lors des qualifications sera importante. Nous étions P9 l’année dernière, donc juste dans les points, mais nous voudrons bien sûr améliorer ce résultat et nous assurer que nous aurons un week-end plus facile du début à la fin. »

Fernando Alonso :

« J’ai toujours aimé courir à Monaco. C’est l’un des plus grands spectacles du calendrier de la Formule 1. Je pense qu’avec les voitures de cette année, ce sera encore plus difficile que d’habitude, avec tous les virages à vitesse lente. Comme nous le savons, une seule petite erreur dans les rues de Monaco et vous finissez dans les barrières. Les qualifications sont également très difficiles compte tenu du trafic que vous rencontrez sur un tour. Je suis impatient de relever le défi ! »

Fiche d’information du Grand Prix de Monaco 2022 :

  • Longueur du circuit : 3,337 km
  • Distance de course de 260,286 km. C’est la distance la plus courte du calendrier.
  • La vitesse moyenne maximale en 2021 était de 157.833kmh (98.072mph), la vitesse moyenne la plus basse du calendrier.
  • La vitesse la plus élevée a été de 290,8 kmh (180,69 mph).
  • L’épingle Fairmont est le virage le plus lent de toute la Formule 1.
  • C’est l’un des trois seuls circuits de l’histoire du sport à comporter un tunnel. Les voitures peuvent perdre entre 20 et 30 % de leur force descendante en raison des propriétés aérodynamiques uniques du tunnel.

Faits concernant le pilote et l’équipe

  • Les voitures à moteur Renault ont obtenu 14 pole positions, huit meilleurs tours, 24 podiums, sept victoires et 449 points en 154 départs au Grand Prix de Monaco.
  • Fernando Alonso est le seul pilote de Formule 1 en activité à avoir réalisé les deux tiers de la fameuse triple couronne du sport automobile. Fernando a remporté le Grand Prix de Monaco avec Renault en 2006 et a deux titres aux 24 heures du Mans à son actif.
  • Le meilleur résultat d’Esteban Ocon à Monaco est P6 en 2018. Esteban a également terminé dans les points en 2021.
  • S’il prend le départ de la course de dimanche, Esteban Ocon entrera dans le top 10 du plus grand nombre de départs pour un pilote français en Formule 1 (96).
  • Fernando a déjà remporté deux victoires à Monaco, ce qui n’est égalé que par Lewis Hamilton parmi les pilotes actuellement sur la grille.
  • Fernando peut dépasser Graham Hill en tant que pilote ayant effectué le plus grand nombre de tours de course au Grand Prix de Monaco. Fernando a parcouru 1 198 tours jusqu’à présent sur le circuit et battra le record s’il effectue 14 tours.

AlphaTauri

Pierre Gasly :

pht. Getty images/Red Bull

 

« Barcelone a été un week-end difficile pour l’équipe, j’ai manqué la FP3 ce qui signifie que nous étions sur la défensive pour les qualifications lorsque nous avons essayé quelque chose de différent qui n’a pas vraiment fonctionné. Honnêtement, nous n’avions pas le rythme tout le week-end et la course était à oublier, car la voiture était très difficile à conduire après que j’ai eu des dommages à l’aileron avant en début de course. Nous avons déjà quelques idées sur ce que nous pouvons faire pour nous améliorer, en espérant commencer cette semaine à Monte Carlo.

« Monaco est à la fois historique et emblématique en Formule 1. Le monde entier connaît le Grand Prix de Monaco, et les photos des premiers jours de cette course montrent à quel point ce circuit a peu changé. Il est célèbre pour son cadre et pour les difficultés qu’il présente aux pilotes. Parfois, la course elle-même n’est peut-être pas la plus excitante de l’année, mais en termes de degré de difficulté pour le pilote, c’est l’une des courses les plus difficiles, sinon la plus difficile, de l’année. Conduire à la limite sur ce circuit exige une concentration maximale et c’est un véritable défi, que j’apprécie beaucoup. J’aime ce circuit super compliqué, qui évolue beaucoup d’une séance à l’autre. Vous êtes à la limite, à quelques millimètres des barrières, et cela vous donne une vraie montée d’adrénaline. Cette année, avec ces voitures qui sont maintenant très larges, il pourrait être presque impossible de passer. Mais, du point de vue de la conduite, c’est l’un de mes circuits préférés, certainement dans mon top trois des meilleurs circuits. Le Grand Prix de France est ma vraie course à domicile, mais naturellement, il y a beaucoup de soutien de la part des fans à Monaco et il y a un sentiment magique autour de cette course et de l’événement tout entier. »

pht. Getty images/Red Bull

 

Yuki Tsunoda :

pht. Getty images/Red Bull

 

« L’Espagne a été un week-end difficile, où nous n’avons jamais vraiment réussi à faire fonctionner la voiture comme nous le voulions, et le rythme n’était tout simplement pas là. En qualifications, je pense avoir tiré le maximum de la voiture, mais ce n’était pas suffisant. Quant à la course, c’était un après-midi long et chaud le dimanche, et j’étais assez heureux de marquer un point, mais ce n’est pas là où nous voulons être et maintenant, j’espère que nous pourrons avoir un meilleur temps à Monaco.

« Je me souviens que l’année dernière, j’ai trouvé mon premier week-end à Monaco assez difficile, et ce n’était pas idéal. Je ne suis pas sorti de la Q1 et j’ai terminé là où j’étais parti, à la 16e place. Cette fois-ci, lors de ma deuxième visite, j’aurai une meilleure idée de la manière d’augmenter la vitesse au fil des séances et de rester concentré, dans le but d’entrer en Q3 et de marquer des points. Le circuit est très particulier, et vous ne pouvez pas vous permettre de perdre du temps de course en faisant des erreurs, car les erreurs sont beaucoup plus coûteuses sur ce circuit. Mais je ne vais pas changer massivement mon approche du week-end par rapport aux autres courses. En fait, je pense que le nouveau format de cette année, avec l’événement se déroulant du vendredi au dimanche comme toutes les autres courses, devrait faciliter la concentration et le maintien de l’élan. Vous devez vous concentrer sur vos performances au tour par tour, car les qualifications et une bonne position sur la grille sont très importantes pour cette course. Monaco est l’un des grands circuits traditionnels et vous ne pouvez vraiment pas le comparer à un autre circuit. On ne s’y ennuie jamais, même si les courses peuvent parfois sembler très différentes de celles des circuits modernes. Les dépassements sont difficiles, mais en général, c’est un événement très excitant. »

McLaren

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LE GRAND PRIX DE MONACO

« L’atmosphère autour de Monaco est toujours excitante, donc ce sera génial de s’en imprégner ».

Ohh, Monaco.

Depuis 56 ans, nous courons sur la colline en direction de la place du Casino et nous serpentons doucement à travers Mirabeau, l’épingle du Grand Hôtel et Portier, le vent dans le casque, avant de traverser le tunnel et de nous diriger vers ces vues spectaculaires du port. Cela nous fait vivre des émotions fortes.

Nous visitons des circuits spectaculaires tout au long de la saison, mais rien ne vaut le prestige et l’atmosphère du Grand Prix de Monaco. C’est à la fois le défi ultime d’un pilote de course et la fête de l’année – l’événement auquel tout le monde veut assister.

Vous êtes notre accompagnateur numérique pour le week-end, et nous vous avons préparé un sac de fête rempli de cadeaux, avec toutes les informations clés et quelques mots de sagesse de Lando Norris, Daniel Ricciardo et notre directeur d’équipe Andreas Seidl. Nous avons également ajouté quelques statistiques clés, une liste de contrôle des points à surveiller et le code vestimentaire.

Ce qu’ils disent

Lando Norris :

« J’attends toujours avec impatience le week-end de Monaco. Ce sera agréable de courir si près de chez moi, d’autant plus que je pourrai me réveiller dans mon propre lit ! L’année dernière, c’était une course fantastique pour moi et même si nous ne sommes pas encore revenus à ce niveau, j’espère que nous pourrons prendre quelques bons points ici. Les qualifications du samedi seront déterminantes, mais il sera intéressant de voir comment la course se déroulera le dimanche avec ces nouvelles voitures.

« Je profite de ces quelques jours pour me reposer et me concentrer sur ma progression avant de plonger dans Monaco. L’Espagne a été incroyablement difficile, mais je suis très heureux d’obtenir quelques points pour l’équipe. Continuons à aller de l’avant et assurons-nous d’être prêts pour le week-end chargé qui nous attend ! »

Daniel Ricciardo :

« Je rebondis après une course difficile et j’ai hâte de me plonger dans le week-end de Monaco. J’ai beaucoup d’histoire avec cette course, alors j’espère laisser une trace dans la MCL36 cette année et marquer quelques points pour l’équipe. L’atmosphère autour de Monaco est toujours excitante, alors ce sera génial de s’en imprégner. J’ai également hâte de faire le court trajet entre mon domicile et le circuit !

« Après l’Espagne, je me suis plongé dans les données avec les ingénieurs pour m’assurer que nous sommes dans la meilleure position possible pour nous battre pour une place dans le top 10. Nous avons beaucoup appris sur la voiture, en particulier avec les bonnes améliorations, et j’ai une grande confiance dans l’équipe pour continuer à nous améliorer. J’espère que nous pourrons réaliser un week-end solide et nous battre pour une place dans le top 10. Continuons à pousser ! »

Andreas Seidl :

« Je suis impatient de participer à ce week-end. Monaco est une course historique que les pilotes et l’équipe adorent, donc ça promet d’être un bon week-end. Nos améliorations ont fonctionné comme prévu en Espagne et l’équipe sur le circuit et à l’usine continue de travailler incroyablement dur pour optimiser la voiture. Il sera intéressant de voir comment les voitures de la nouvelle réglementation fonctionnent sur les rues étroites. Le circuit met vraiment les pilotes à l’épreuve avec très peu de marge d’erreur, donc la probabilité de voitures de sécurité est beaucoup plus élevée, ce qui signifie qu’il y a beaucoup d’options stratégiques différentes que nous pouvons examiner pour les qualifications et la course. Allons-y et donnons tout ce que nous avons ! »

Ce que disent les statistiques

Quelles sont les images qui vous viennent à l’esprit lorsque vous pensez à Monaco ? Paillettes, glamour et sport automobile, n’est-ce pas ? Et quand vous pensez au sport automobile à Monaco ? Si vous êtes ici, j’espère que vous pensez à McLaren ? Mais presque certainement, Ayrton Senna, pilotant pour McLaren.

Avec six victoires – dont cinq avec une McLaren – le légendaire pilote brésilien a remporté plus de courses à Monte-Carlo que n’importe quel autre pilote de l’histoire. Les normes impeccables de Senna ont contribué à faire de McLaren l’équipe la plus décorée de l’événement, avec 15 victoires, et ont établi la référence pour ceux qui ont suivi.

Et ils ont poursuivi le flambeau de manière fructueuse : Mika Häkkinen, David Coulthard, Kimi Räikkönen, Fernando Alonso et Lewis Hamilton ont depuis remporté six autres victoires à eux tous, après qu’Alain Prost ait ouvert le bal avant Senna avec quatre victoires entre 1984 et 1988.

Et que dire des dernières années ? Le circuit occupe une place spéciale dans le cœur couleur papaye de tout fan de McLaren, et ce n’est pas différent pour Daniel et Lando, qui ont leur propre histoire d’amour avec le circuit de rue.

Le circuit a accueilli la deuxième victoire la plus célèbre de Daniel (sa première étant l’année dernière en Italie, bien sûr), en terminant premier avec Red bull en 2018. Il a également trois autres trophées de podium du grand prix historique dans son armoire.

La relation de Lando ne remonte naturellement pas aussi loin que celle de Daniel, mais il y a tout de même réussi un podium en Formule 2 en 2018. Ohh, et il y avait la petite affaire de son podium palpitant, contre toute attente, à Monaco l’année dernière, tout en étant paré des couleurs emblématiques de Gulf.

Ce à quoi il faut faire attention !

Tout ? Monaco est l’une de ces courses où vous ne pouvez pas vous permettre d’avoir les yeux rivés sur la piste. Si l’on considère que c’est le deuxième plus petit pays du monde, on peut dire qu’il y a beaucoup de choses à faire.

Situé au cœur de Monte-Carlo, il se passe autant de choses en dehors de la piste que sur la piste, avec des fêtes somptueuses et des apparitions de célébrités qui ajoutent à l’atmosphère déjà luxueuse. Il y a une certaine grandeur à Monaco qui ne peut être égalée.

En termes d’action de course : à bord. Regarder Lando et Daniel naviguer sur le circuit de Monaco depuis le cockpit est enivrant. À moins que l’un d’entre eux ne s’installe dans le cockpit pendant les qualifications, c’est la façon la plus proche de comprendre l’engagement et la confiance nécessaires pour réussir sur ce circuit, un seul faux pas et vous rentrez au garage, la voiture dans le mur, en répétant vos excuses.

Ceux qui parviennent à trouver le juste milieu entre repousser les limites et éviter le mur pendant les qualifications récolteront les meilleures récompenses. Les dépassements dans les rues étroites et sinueuses de Monte-Carlo sont très risqués, car il y a très peu d’espace entre les barrières pour effectuer le mouvement, il est donc facile de commettre une erreur et difficile de réussir un mouvement. C’est pourquoi une bonne position de départ est essentielle – 12 des 20 derniers poleurs ont remporté la victoire.

En dehors de cela, il s’agit d’être courageux et calculé. Connaître ses limites et être en mesure de bondir sur quiconque dépasse les siennes, c’est souvent là que les gains les plus significatifs sont réalisés dans les courses ici.

Aston Martin

Présenté par Cognizant

Points à débattre

Lance Strol :

« Monaco est la course que nous attendons tous chaque année, c’est un défi tellement unique et le plus pur des circuits de rue. Ces voitures sont tellement plus difficiles à manier dans les virages les plus serrés et les plus délicats, que les qualifications seront un test encore plus grand pour le pilote et la machine. Compte tenu de la difficulté de doubler à Monaco, c’est aussi un défi qui définira le week-end. »

Sebastian Sebastian :

« Chaque pilote a des souvenirs particuliers de Monaco et veut en créer d’autres, et nous savons tous que certains des moments les plus célèbres de l’histoire de la Formule 1 se sont produits ici. Je pense que ce sera un Grand Prix physique où les pilotes vont bousculer les voitures un peu plus que par le passé, il y aura donc un élément d’endurance aussi. »

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

Position sur la piste : Cruciale à Monaco, car les voitures plus lentes peuvent facilement garder les voitures plus rapides derrière. Les équipes chercheront à obtenir un bon résultat en qualification, et les gains supplémentaires seront probablement réalisés par le biais de la sous-couche. Avec une moyenne de deux dépassements par course depuis 2018, les dépassements sur la piste sont rarement la voie à suivre.

Pneus : La gamme Pirelli la plus tendre (C3, C4 et C5) sera utilisée à Monaco et il n’y a qu’une perte de temps de 20 secondes dans les stands – mais ne vous attendez pas à de multiples arrêts. Il est probable que les pilotes s’arrêteront tôt pour reprendre leur position sur la piste, puis géreront les composés jusqu’à la fin.

Limite de temps : la F1 se préoccupe rarement de la limite de temps de deux heures, mais cela peut être un facteur à Monaco. La distance de la course n’est que de 260 km, mais les récupérations sous voiture de sécurité sont souvent longues et difficiles. Historiquement, 80 % des GP de Monaco ont fait appel à une voiture de sécurité, et 20 % des courses sur le sec ont fait appel à la voiture de sécurité virtuelle depuis son introduction.

Turns and sectors

 

DRS

 

Williams

APERÇU DU GRAND PRIX DE MONACO

La septième manche du championnat du monde de Formule 1 2022 nous emmène dans les rues de Monte-Carlo pour la course la plus célèbre de l’année, le Grand Prix de Monaco. Le Circuit de Monaco, qui incarne le glamour, l’héritage et la précision de ce sport, traverse le centre de la Principauté, avec des monuments tels que le Casino de Monte-Carlo et le port de renommée mondiale, à quelques mètres seulement de la piste. Le circuit de 3,337 km, serré et sinueux, est très impitoyable et constitue le test ultime des capacités du pilote et de la voiture. Comme l’a fait remarquer Nelson Piquet, « Monaco, c’est comme faire du vélo dans son salon ».

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Monaco est toujours un circuit difficile qui nécessite une approche spécifique de la configuration et de la gestion de la voiture. Avec les nouvelles voitures 2022, ce sera un défi encore plus grand car il faudra éloigner la voiture de l’optimum aérodynamique pour pouvoir affronter les bosses et les trottoirs des rues de Monte-Carlo. En dehors de quelques options supplémentaires de refroidissement des freins et de la direction, nous n’avons pas d’éléments de test ou d’améliorations pour cet événement et nous serons donc libres de consacrer les séances d’essais à explorer les réglages de la voiture et à aider les pilotes à obtenir une confiance maximale dans la voiture.

Les pneus sont les plus tendres de la gamme Pirelli, y compris le composé C5, que nous avons utilisé pour la dernière fois à Melbourne. Ce composé très tendre a bien fonctionné à Albert Park et il faudra peut-être adopter une approche différente pour le mettre dans la meilleure fenêtre à Monaco.

Bien qu’il fasse normalement chaud et sec, il y a toujours un risque que la couverture nuageuse sur les montagnes se déplace rapidement sur le circuit, changeant complètement le caractère de la piste. Nous devrons être attentifs à cela et chercher à en tirer profit si cela se produit.

Nicholas Latifi :

C’est toujours excitant de retourner à Monaco. C’est un circuit avec tellement d’histoire et un sentiment si spécial, plus que n’importe quel autre circuit de rue où nous courons. Ce sera ma deuxième année de course en Formule 1, et je m’attends à ce que ce soit un plus grand défi avec ces nouvelles voitures réglementaires. Je suis impatient de relever ce défi, alors j’espère que nous aurons un bon week-end.

Alex Albon :

Monaco est l’une des plus grandes courses de l’année. C’est un circuit vraiment cool et j’habite à environ trois minutes à pied du paddock, donc c’est un trajet facile le matin pour moi. Le circuit lui-même est un vrai circuit de rue avec une grande atmosphère, ce qui signifie que c’est toujours spécial. Nous allons tout donner et nous espérons bien terminer ce double tour.

 

Haut du site