13 août 2022

Vue d’ensemble du GP d’Autriche

Pirelli

LES PNEUS SUR LA PISTE

 

Le Red Bull Ring en Autriche est une montagne russe courte et pointue avec seulement 10 virages et des changements d’élévation constants. Pirelli apporte les trois pneus les plus tendres de sa gamme : C3 comme le P Zero White dur, C4 comme le P Zero Yellow moyen, et C5 comme le P Zero Red tendre.

L’année dernière, deux courses se sont déroulées consécutivement au Red Bull Ring : ce week-end, la nomination des pneus est identique à celle de la deuxième course, conçue pour aider à faire le spectacle en augmentant la dégradation et en créant plus d’opportunités de dépassement. À cette occasion, la stratégie gagnante était un double relais : un premier relais en pneus mediums, suivi de deux relais en pneus durs. Bien sûr, les composés et les structures sont différents cette année.

L’Autriche accueille également le deuxième week-end de sprint de la saison, après Imola. Pour rappel, au lieu d’avoir 13 trains de pneus pour un week-end classique, il n’y aura que 12 trains. Ceux-ci se composent de deux trains de pneus durs, quatre trains de pneus moyens et six trains de pneus tendres. En outre, les équipes disposeront de six trains de pneus intermédiaires Cinturato Green et de trois trains de pneus Cinturato Blue full wets en cas de pluie – ce qui est très possible dans les collines de Styrie.

Alpine, McLaren, Red Bull et Williams resteront sur place après le Grand Prix d’Autriche dans le cadre du programme d’essais de Pirelli pour les pneus de l’année prochaine. McLaren et Williams effectueront deux jours d’essais, les deux autres équipes une journée chacune.

« La traction et le freinage sont les points clés des montagnes russes de Spielberg »

« L’asphalte du Red Bull Ring offre une adhérence raisonnablement faible sur un circuit à faible gravité, ce qui permet d’apporter les pneus les plus tendres de la gamme. Cela nous aide à mettre l’accent sur le divertissement, sur un site qui a souvent livré des courses passionnantes dans le passé, grâce à un tour très fréquenté et compact qui est essentiellement une série de virages courts. La traction et surtout le freinage sont essentiels ici, avec un risque particulier de blocage dans certaines des zones de freinage en descente. Maintenir la performance des pneus arrière tout au long du tour est également vital pour assurer une traction adéquate. Notre nomination de pneus rend possible une variété de stratégies potentielles différentes. »

Ferrari

A Spielberg pour le retour du sprint

Moins d’une semaine après la victoire à Silverstone – la troisième de la saison, la première de Carlos Sainz en Formule 1 – la Scuderia Ferrari se déplace en Autriche, dans les montagnes de Styrie, où le championnat du monde propose sa onzième course de la saison sur le circuit de Spielberg, qui représente également le tournant du championnat. Une salle comble est attendue dans les tribunes, et les encouragements seront particulièrement destinés aux principaux rivaux de la Scuderia cette saison, puisqu’il s’agit de leur course à domicile. Ce week-end voit également le retour du format Sprint.

Moins de 70 secondes. Le circuit fait partie des préférés des pilotes, même s’il faut moins de 70 secondes pour boucler un tour. Avec ses 4 318 mètres et seulement onze virages, c’est en fait l’un des circuits les plus courts de la saison, même s’il s’agit d’une piste assez complète : il y a de longues lignes droites qui renforcent la puissance, mais aussi des changements de direction exigeants qui en font une piste à force descendante moyenne. Les données de traction et les forces latérales imposent des contraintes moyennes à élevées aux pneus.

Programme. Le week-end autrichien, le format Sprint, déjà vu cette saison à Imola, fait son retour. Les équipes devront donc s’organiser pour faire face à un calendrier beaucoup plus serré pour la mise en place des monoplaces. Le vendredi, ingénieurs et pilotes seront appelés à trouver le meilleur set-up en seulement 60 minutes, à partir de 13h30 heure locale. Au lieu de la deuxième séance d’essais libres (17h), il y aura en fait les qualifications, qui permettront d’attribuer les positions pour le Sprint, prévu samedi à 16h30. Avant la course – 24 tours égaux à 100 km, qui attribuera des points aux huit premiers arrivants, de huit pour le vainqueur à un seul point pour le huitième – la dernière heure d’essais libres est prévue à 12h30. Le Grand Prix d’Autriche débutera dimanche à 15 heures et la grille de départ sera définie par le résultat du Sprint.

Trois questions à…

IÑAKI RUEDA, CHEF DE LA STRATÉGIE ET DES SPORTS

  1. Pouvez-vous décrire les caractéristiques de la piste Spielberg ?

« Le circuit de Spielberg est caractérisé par ses lignes droites, dont chacune comporte une zone DRS, ce qui en fait l’un des circuits sur lesquels il est absolument facile de dépasser. La section centrale met beaucoup de pression sur les pneus car les virages se succèdent, ce qui entraîne une forte dégradation. Une autre caractéristique de ce circuit sont les bordures, très hautes notamment dans les virages 7 et 9, qui constituent une menace pour les ailes et les fonds. Cette saison, avec des voitures si proches du sol, il faut faire très attention en les enjambant pour ne pas les endommager irrémédiablement ».

  1. Ce week-end, c’est le deuxième Sprint de la saison. Comment l’équipe aborde-t-elle cette course ?

« L’élément déterminant du format Sprint est le temps plus court dont on dispose pour se préparer, car il n’y a qu’une seule séance d’essais libres avant les qualifications et les réglages de la voiture ne peuvent plus être modifiés à partir du moment où l’on sort en piste en Q1. La course du samedi est souvent une procession peu spectaculaire, mais la piste et le plus grand nombre de points disponibles pourraient signifier que nous pourrions voir plus de dépassements que d’habitude, donc nous pourrions voir une grille de départ du Grand Prix assez différente de celle de samedi.

  1. Quels défis la piste du Spielberg présente-t-elle d’un point de vue stratégique ?

« D’un point de vue stratégique, le circuit de Spielberg se prête à une course avec plus d’un arrêt. De plus, Pirelli apportera les trois composés les plus tendres – C3, C4, C5 – favorisant cette tendance. La forte dégradation inhérente à ces pneus combinée à la facilité de dépassement pourrait nous donner une photo finish, comme nous avons l’habitude d’en voir en motocyclisme. Je m’attends à de nombreux changements de position, même en tête de course, jusqu’au drapeau à damier. »

Statistiques de Ferrari :

  • GP contestés 1040
  • Saisons en F1 73
  • Début Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 241 (23,17%)
  • Pole positions 237 (22,79%)
  • Tours les plus rapides 258 (24,71%)
  • Total des podiums 788 (25,26%)

Ferrari Stats GP d’Autriche :

  • GP contestés 33
  • Début 1964 (L. Bandini 1er ; J. Surtees ret.)
  • Victoires 5 (15,15%)
  • Pole positions 8 (24,24%)
  • Tours les plus rapides 5 (15.15%)
  • Total des podiums 26 (26,26%)

Grand Prix d’Autriche : faits et chiffres

  1. Les couleurs du drapeau de la municipalité de Spielberg sont le jaune et le bleu. La commune de 5 300 habitants, située dans le district de Murtal en Styrie, a intégré en 2015 la commune supprimée de Flatschach.

 

  1. C’est le nombre maximum de pilotes qui se sont relayés à la barre du Grand Prix d’Autriche. En 2014, c’était Nico Rosberg, qui a remporté la course, Felipe Massa, Sergio Perez, Fernando Alonso dans la Ferrari et Valtteri Bottas. Deux ans plus tard, c’est Lewis Hamilton qui s’est imposé, Rosberg, Max Verstappen et les pilotes Ferrari Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen. À quatre reprises (1982, 1985, 2020 et 2021), il n’y a eu qu’un seul chef de course.

 

  1. C’est le nombre de courses de Formule 1 que le circuit de Spielberg aura accueilli au cours des trois dernières années à la fin de ce week-end. En 2020, le circuit a accueilli le redémarrage après la pandémie de Covid-19 avec deux courses consécutives, organisées les 5 et 12 juillet. La même chose s’est produite l’année dernière, alors que cette saison, la course Sprint de 100 km est prévue en plus du Grand Prix.

 

  1. Les pilotes autrichiens qui ont participé à au moins un Grand Prix de Formule 1. Le premier était le grand Jochen Rindt – champion du monde des mémoires en 1970 après avoir perdu la vie lors des qualifications à Monza – qui a fait ses débuts lors du premier Grand Prix d’Autriche, en 1964, au volant d’une Brabham. Le dernier était Christian Klien, il y a presque douze ans, lorsqu’il a participé au Grand Prix de Singapour 2010 au volant de la HRT (Hispania Racing Team). Le pilote le plus représentatif est sans doute Niki Lauda, vainqueur de trois titres mondiaux, dont deux (1975 et 1976) avec la Scuderia Ferrari. Il convient également de mentionner Gerhard Berger, qui a remporté dix victoires, dont cinq avec Ferrari.

 

1.855.000. C’est le nombre de vaches élevées en Autriche, pays majoritairement montagneux. On compte en moyenne une vache pour cinq habitants, soit le ratio le plus élevé au monde. Plus d’un demi-million sont des vaches laitières, ce qui place la petite Autriche au dixième rang en Europe.

Donc, dans Ferrari, il y a 75 ans :

Début juillet, le Circuito di Forlì se déroule sur le circuit organisé dans la ville. La Coppa Luigi Arcangeli est décernée et il y a un changement de pilote chez Ferrari. La Scuderia pour la course du 6 juillet décide de compter non pas sur l’habituel Franco Cortese mais sur un grand champion comme Tazio Nuvolari. La star des années 30 ne va pas bien, il court avec un masque sur la bouche, signe que la maladie progresse inexorablement. Mais Nuvolari n’est pas du genre à abandonner facilement et mène la Ferrari 125 SC à une brillante victoire, la cinquième en moins de trois mois, donnant au nom de Ferrari une résonance encore plus grande. Derrière lui, à Forlì, se trouve la Lancia Aprilia d’Enrico Adanti.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

« J’ai beaucoup de bons souvenirs des courses en Autriche, donc je suis vraiment excité d’y retourner. C’est un circuit vraiment intéressant avec peu de virages, c’est très amusant à conduire. L’atmosphère est toujours géniale, j’aime voir les fans dans les tribunes et je pense que les gens en général apprécient vraiment le week-end là-bas. Silverstone a été une course difficile, mais nous regardons vers l’avenir et espérons que nous pourrons avoir un bon week-end et vraiment maximiser les points disponibles sur un week-end de Sprint sur notre circuit national. Je m’attends à ce que ce soit un bon week-end pour l’équipe ».

Sergio Perrez, #11 :

« C’est génial d’être de retour en Autriche cette semaine. C’est l’une de nos courses à domicile et vous sentez que dès que vous entrez sur le circuit, l’équipe reçoit un soutien incroyable. J’attends ce week-end avec impatience, je pense que l’on peut dire que nous serons l’équipe la plus soutenue et nous voulons donner quelque chose en retour aux fans. Je sors d’un résultat très satisfaisant au GP de Grande-Bretagne, je dis toujours qu’il ne faut jamais abandonner, et c’était le cas à Silverstone. Nous n’avions pas eu le meilleur week-end jusqu’à ce moment-là avec la voiture, mais à la fin j’ai réussi à monter sur le podium et nous devons tous être fiers de cela. Nous sommes prêts pour une autre bataille sur la piste en Autriche et je pense que tous les pilotes peuvent dire que nous prenons beaucoup de plaisir à courir ensemble cette saison. »

  • Il y a eu 142 tours de course lors des deux courses du Red Bull Ring en 2021, et Max les a tous menés, en partant tous les deux de la pole position. Par conséquent, Max est devenu le premier et seul pilote à gagner sur le même circuit deux fois la même année dans l’histoire du championnat.
  • Le Red Bull Ring a accueilli plus de courses de F1 que tout autre circuit au cours de cette décennie, en accueillant son cinquième Grand Prix de cette décennie. En 2020, il est devenu le premier site à accueillir deux courses de championnat dans la même saison, bientôt suivi par Silverstone et Bahreïn, mais en 2021, il est devenu le seul site à accueillir deux courses dans deux saisons différentes.
  • Max a marqué le maximum de points lors du dernier week-end de sprint à Imola, en remportant les qualifications du sprint (8 points), en gagnant le Grand Prix (25 points) et en réalisant le meilleur tour (1 point).
  • Checo a terminé en P2 au Grand Prix de Grande-Bretagne, alors qu’il se trouvait en 16ème position à la fin du 7ème tour. Grâce à sa deuxième place, Oracle Red Bull Racing a obtenu 12 places dans le top 2 lors des dix premières courses de la saison.
  • Max prend son 129e départ pour l’équipe Red Bull ce week-end, rejoignant ainsi Mark Webber pour le plus grand nombre de départs dans l’histoire de l’équipe. Max a remporté sa première victoire lors du GP d’Espagne en 2016, devenant ainsi le plus jeune vainqueur de Grand Prix à l’âge de 18 ans.
  • Oracle Red Bull Racing a remporté quatre des six dernières courses organisées au Red Bull Ring. L’équipe a obtenu trois arrivées 1-2 lors des sept dernières courses, ainsi qu’un 1-3 dans les rues de Monaco.

Mercedes

La Formule 1 se rend à Spielberg pour la 11e manche de la saison 2022, le Grand Prix d’Autriche.

Toto parle de l’Autriche :

L’Autriche est la prochaine étape ! Un retournement rapide est toujours le bienvenu lorsque vous êtes dans une course d’apprentissage et que vous avez besoin de temps de piste. C’était un week-end spectaculaire à Silverstone, avec un soutien incroyable et un résultat plus compétitif. C’est le reflet de tout le dur travail effectué pour améliorer la voiture – et un circuit qui a joué sur les forces de notre package actuel.

Lewis a fait une course brillante avec des batailles épiques. Un meilleur résultat aurait été possible si les choses s’étaient passées différemment. George avait certainement le rythme pour gagner du terrain depuis la P8. C’est dommage qu’il n’ait pas pu courir, mais nous sommes fiers du caractère qu’il a montré après l’incident.

Je suis impatient de revenir en Autriche : c’est ma course à domicile et un endroit plein de bons souvenirs. C’est un circuit très différent de Silverstone, qui ne nous a pas toujours convenu par le passé, mais les voitures ont radicalement changé depuis notre dernier passage à Spielberg. Nous allons garder la tête basse, nous préparer du mieux que nous pouvons et nous espérons que nous pourrons continuer sur la lancée de Silverstone.

Fiche technique : Grand Prix d’Autriche

  • C’est au Spielberg qu’il faut le moins de temps pour faire un tour sur l’un des circuits du calendrier 2022 de la F1. Le record du tour est actuellement de 1:02,939 minutes, établi par Valtteri Bottas en 2020. Le Red Bull Ring est le cinquième circuit le plus court de la F1, avec 4,13 km, et seuls Monaco, Zandvoort, Mexico City et Interlagos sont plus courts. En conséquence, Spielberg produit régulièrement l’une des séances de qualification les plus serrées de l’année.
  • Cependant, la faible longueur de la piste et les temps de passage rapides signifient également que les pilotes peuvent faire plus de tours, à la fois lors des séances d’essais et lors des qualifications, à condition qu’ils aient suffisamment de pneus.
  • À Spielberg, l’altitude n’a pas autant d’impact sur le refroidissement du moteur que dans des endroits comme Interlagos ou Mexico. Les problèmes proviennent plutôt du tour relativement court et du manque de temps qui en résulte pour refroidir à nouveau le système.
  • Avec seulement dix virages, Spielberg est le circuit qui en compte le moins parmi les 22 circuits de F1. En même temps, les virages 2, 5 et 8 sont pris à plein régime et ne sont donc pas considérés comme des virages au sens propre du terme.
  • La piste a une forte pente d’un côté à l’autre par endroits, comme dans les virages 3 et 4 où elle monte vers l’apex lorsque la voiture passe sur la crête en accélérant en sortie de virage. Une roue peut alors quitter le sol, ce qui entraîne des problèmes de freinage, de stabilité et de traction.
  • Le Red Bull Ring est un circuit qui exige beaucoup de la tenue de route d’une voiture tout en demandant une bonne adhérence mécanique à basse vitesse (virages 1, 3 et 4) et d’excellentes performances à haute vitesse (virages 6-7 et 9-10). En fin de compte, les ingénieurs doivent trouver un compromis lors de la mise au point du véhicule et déterminer la bonne quantité d’appui.
  • Dans l’avant-dernier virage, le très rapide virage 9, les pilotes subissent une accélération de 4,7 g, soit la sixième valeur la plus élevée de la saison.
  • La différence d’altitude de 69 mètres entre le point le plus bas et le point le plus haut du Red Bull Ring est l’une des plus importantes de la saison, ce qui n’est pas surprenant étant donné l’emplacement du circuit dans les Alpes autrichiennes. La section la plus basse se trouve sur la ligne droite de départ/arrivée et la piste atteint son point le plus haut au virage 3.
  • Le circuit comporte trois zones de freinage très dures successives à l’approche des virages 1, 3 et 4. Les freins ne peuvent pas refroidir suffisamment sur le reste du circuit, car le tour est relativement court, ce qui a un impact sur la pression maximale et l’usure générale subie.
  • Pour cette raison, les équipes doivent refroidir autant que possible les freins, de sorte que les pneus avant sont à peine réchauffés, et comme l’outlap est très court, les pneus ne peuvent jamais être correctement préparés pour être au mieux pour le début du tour de qualification. Les équipes aiment souvent afficher des tours préparatoires, ce qui n’est pas possible si l’on veut faire deux tours en Q3.
  • Le Red Bull Ring est connu pour ses bordures agressives et est considéré comme l’un des tests les plus difficiles pour la suspension des véhicules. Cela s’applique particulièrement aux bordures à la sortie de T1, T6 et T7, qui font payer un tribut exceptionnellement élevé aux voitures en raison de leur fréquence (c’est-à-dire l’écart entre le point le plus haut et le point le plus bas des bordures) et des vitesses auxquelles elles sont prises.
  • Le temps en Styrie peut être très imprévisible à cette époque de l’année, avec des variations extrêmes des températures ambiantes, allant du très chaud au froid, et une bonne probabilité d’orages. Tout peut arriver avec le temps lors du Grand Prix d’Autriche, et les températures le jour de la course ont varié de 16°C à 32°C ces dernières années.

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente le onzième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA  2022, le Grand Prix d’Autriche.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur d’équipe Otmar Szafnauer partagent leurs réflexions sur la onzième course de la saison en Autriche.

Otmar Szafnauer :

« Après Silverstone, nous avons continué à combler l’écart qui nous sépare de la quatrième place du championnat des constructeurs après la cinquième place de Fernando en course. Malheureusement, les deux voitures n’ont pas pu terminer la course en raison de l’abandon d’Esteban, dont nous savons maintenant qu’il s’agissait d’une défaillance électrique de la pompe à carburant haute pression. Esteban a fait une belle course et il s’est bien remis de l’incident du premier tour. Les améliorations que nous avons introduites à Silverstone ont fonctionné comme prévu et nous ont permis d’améliorer nos performances sur piste. L’Autriche est le deuxième événement Sprint de l’année et nous devrons nous mettre au diapason rapidement avec une séance d’essais vendredi avant les qualifications et je suis convaincu que nous pourrons repartir avec de bons points dimanche. La météo peut être imprévisible là-bas et je pense que nous avons la capacité de bien faire en Autriche, qu’il pleuve ou qu’il vente. C’est la course à domicile de notre partenaire BWT et nous sommes également impatients d’être avec eux pendant le week-end de course et, espérons-le, d’avoir du succès sur la piste ensemble ! ».

Esteban Ocon, #31 :

« Atteindre les trois chiffres en F1 est un accomplissement dont tout pilote serait fier. On peut dire que c’est un chiffre qui reflète la constance dans ce sport et qui montre que je suis un pilote établi avec une bonne expérience. Mais pas autant d’expérience que mon coéquipier, je sais ! Mon rêve a toujours été d’accéder à la Formule 1. Je suis donc heureux de pouvoir dire que j’ai participé à 100 courses et que j’en ai encore beaucoup à faire. Mais l’objectif est de passer un bon week-end avec un bon résultat dimanche après la déception personnelle de Silverstone. Je suis excité à l’idée de revenir sur un autre circuit classique. C’est un endroit très pittoresque pour faire rouler les voitures avec un tour relativement court par rapport aux autres circuits où nous allons. »

Fernando Alonso, #14 :

« Silverstone a été un bon résultat pour nous et j’ai apprécié de me battre près de l’avant dans les derniers tours. Nous devons être heureux avec la cinquième place. Je pense que c’est mon meilleur week-end jusqu’à présent en termes de compétitivité globale et de résultat. J’espère que nous pourrons reprendre là où nous nous sommes arrêtés à Silverstone. C’est une série de courses consécutives, nous devons donc maintenir notre niveau d’énergie. Heureusement, les courses ne sont pas trop éloignées l’une de l’autre, donc le voyage n’est pas un facteur important pour cette double confrontation. Comme le tour est court au Red Bull Ring, c’est toujours très serré et les qualifications sont généralement très serrées entre un certain nombre de voitures. Une petite erreur ou perte de temps peut faire la différence entre Q2 et Q3. C’est aussi un week-end de qualifications sprint et je pense que la piste sera assez bonne pour ce format car les dépassements y sont possibles. Je veux continuer à marquer des points. »

Fiche technique du Grand Prix d’Autriche 2022 :

Données sur le pilote et l’équipe :

  • Esteban Ocon s’apprête à disputer son 100e Grand Prix de Formule 1 ce week-end.
  • Fernando Alonso est désormais le pilote qui a parcouru le plus de kilomètres dans l’histoire de la Formule 1, après avoir dépassé Kimi Räikkönen lors du Grand Prix de Grande-Bretagne le week-end dernier (92 643 km).
  • La cinquième position de Fernando à Silverstone est sa meilleure de la saison et lui permet de dépasser les 2 000 points en Formule 1 (2 008).
  • Fernando a terminé dans les points lors de ses trois dernières visites au Red Bull Ring.
  • Ce sera le 500e Grand Prix auquel un pilote espagnol a participé. L’Espagne deviendra la neuvième nation à franchir ce cap.
  • Le pilote de réserve Oscar Piastri a remporté la première course du championnat 2020 de Formule 3 de la FIA en Autriche.
  • Les voitures à moteur Renault ont remporté quatre victoires, 10 podiums, cinq poles et cinq meilleurs tours au Red Bull Ring.

Aston Martin

Lance, #18 :

« C’est un petit circuit amusant : il est rapide et implacable – vous poussez toujours à la limite pour maximiser le temps au tour. J’ai eu de bons résultats ici ces deux dernières années, et je pense que nous pouvons développer une dynamique positive si nous pouvons enchaîner un week-end propre. Il est plus facile de doubler ici qu’à Imola, où s’est déroulée la dernière course Sprint, donc j’espère que nous verrons plus d’action le samedi après-midi cette fois-ci. »

Sebastian, #5 :

« C’est un circuit vraiment impitoyable – sortez de la route et vous êtes rapidement puni – mais cela le rend agréable parce que vous êtes toujours testé. Les bordures sont très agressives – et, avec ces voitures à effet de sol, nous devrons certainement faire très attention – mais j’espère que nous serons plus compétitifs ce week-end. Le Sprint ajoute une autre dimension au week-end – et les courses ici sont généralement mouvementées – alors j’ai hâte d’y participer à deux reprises ! »

Turns and sectors

 

DRS

Perspicacité et rapidité avec Cognizant :

  • Pneus : Les trois composés les plus tendres – C3, C4 et C5 – seront utilisés pour la quatrième fois en cinq courses. Normalement, il faut s’arrêter une seule fois, mais le moment où la voiture de sécurité intervient peut influencer un deuxième arrêt et modifier considérablement la dynamique de la course.
  • Dépassements : Le Red Bull Ring est l’un des endroits du calendrier où il est le plus facile de doubler. La course vers l’épingle du virage trois et le virage droit du virage quatre sont les endroits clés pour les dépassements – 90 pour cent des mouvements ont lieu dans ou hors de ces virages.
  • Voitures de sécurité : Depuis le retour au calendrier en 2014, 60 % des courses ont comporté une voiture de sécurité ou une voiture de sécurité virtuelle – ce qui est proche de la moyenne. Comme ce fut le cas à Silverstone, les VSC sont très rarement utilisées – il n’y a eu qu’une seule occurrence, en 2018.

AlphaTauri

Pierre Gasly, #10 :

« Après avoir regardé le Grand Prix de Grande-Bretagne, c’était sans aucun doute un après-midi brillant pour les fans de course automobile et la preuve que le sport a fait un excellent travail sur le plan de la sécurité au fil des ans. Je suis vraiment heureux que personne n’ait été sérieusement blessé, car c’était un moment effrayant.

De notre point de vue, après avoir bien travaillé pour renverser la situation en qualification et avoir atteint la septième place en course, c’était une autre occasion manquée. Les coéquipiers ne devraient jamais s’affronter, mais dimanche soir, nous nous sommes assis en tant qu’équipe pour en discuter et nous sommes immédiatement passés à la planification du prochain Grand Prix en Autriche.

C’est une course à domicile pour Red Bull, donc même s’il n’y a pas de pression supplémentaire, tout le monde dans l’équipe a très envie de bien faire. J’ai terminé dans les points trois fois au Red Bull Ring. C’est un tracé très rapide, surtout les deuxième et troisième secteurs, et c’est le type de circuit qui a été un peu compliqué pour nous depuis le début de l’année. D’un autre côté, nous avons beaucoup appris des courses jusqu’à présent et nous pouvons essayer d’améliorer la voiture dans ces conditions et faire quelques progrès.

Nous devrons avoir un week-end parfait car, depuis le début de la saison, nous avons eu quelques problèmes, et il sera important de bien faire fonctionner notre package sur des pistes qui, sur le papier, ne nous conviennent pas le mieux. Si nous faisons de notre mieux, nous pourrons saisir les opportunités quand elles se présenteront. »

Yuki Tsunoda, #22 :

« Je suis heureux que nous puissions repartir en course après seulement quelques jours pour laisser la course de Silverstone derrière nous. Le seul bon moment de ce week-end a été le samedi après-midi, lorsque nous avons bien travaillé dans les conditions humides pour nous qualifier mieux que nous l’espérions, en fonction de la façon dont le vendredi s’est déroulé. Je n’ai rien pu faire contre la collision après le départ et plus tard, j’ai malheureusement eu l’incident avec Pierre. Nous en avons discuté en équipe et maintenant nous allons de l’avant.

J’aime toutes les choses amusantes que Red Bull nous fait faire dans le cadre de la préparation des courses, mais bien que ce soit une course à domicile pour la société, je ne pense pas que nous ayons trop de choses folles prévues cette année, car l’Autriche est la deuxième course d’une série de courses consécutives. Nous serons pleinement concentrés pour rattraper la déception de Silverstone. J’ai apprécié cette course l’année dernière, en atteignant la Q3 et en marquant un point pour ma dixième place. Et en remontant plus loin, j’ai terminé deuxième en Formule 2. C’est un tour court en termes de temps, un peu plus d’une minute. Ce week-end pourrait être un peu difficile pour nous, car je ne suis pas sûr que les vitesses élevées conviennent bien à notre voiture. Notre niveau de performance a été différent sur différents circuits, donc on ne sait jamais à quoi s’attendre. Ce n’est pas un circuit difficile pour régler la voiture et vous utilisez une configuration moyenne en termes d’appui pour les sections à grande vitesse. Au vu de nos performances ici l’année dernière, je pense que nous pourrons être assez compétitifs. »

McLaren

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LE GRAND PRIX D’AUTRICHE

« C’est un grand circuit dans un endroit magnifique et c’est toujours une course excitante ».

Les collines de Styrie sont animées par le son des moteurs de F1.

Vous vous souvenez que dans l’aperçu du Grand Prix d’Azerbaïdjan, nous avons fait appel à tous nos intrépides explorateurs de papayes ? Eh bien, après le confort du Grand Prix de Grande-Bretagne, il est temps de troquer les pantoufles pour des chaussures de marche.

La F1 fait son retour sur le site pittoresque des montagnes ce week-end, mais tout n’est pas tout à fait normal. C’est vrai, c’est le retour du format de course Sprint, ce qui signifie que nous avons droit à deux courses au lieu d’une ce week-end.

Nous avons recueilli les avis de Lando Norris, Daniel Ricciardo et du directeur exécutif des opérations, Piers Thynne, pour vous expliquer la situation. Nous vous proposons également un kit de survie avec les horaires clés, les statistiques importantes et toutes les choses à surveiller.

Informations clés

  • 11e manche
  • Où, Red Bull Ring
  • Quand 8-10 juillet

Ce qu’ils disent

« Je suis très excité de revenir à Spielberg pour le Grand Prix d’Autriche. C’est un Sprint et c’est l’un de mes préférés sur le calendrier, donc ça promet d’être un beau week-end. Même si nous ne nous battrons pas nécessairement pour des podiums comme ces deux dernières années, nous aurons l’occasion de marquer quelques points et de nous amuser dans les batailles.

« C’était génial de voir tant de gens en papaye le week-end dernier et je suis ravi de voir tout l’orange dans la foule ce week-end, clairement là pour soutenir McLaren…. Il y a toujours une bonne atmosphère et j’espère construire sur ma solide performance à Silverstone. Nous avons encore beaucoup de travail à faire, mais nous continuons à aller de l’avant et à nous battre. »

« Le Grand Prix d’Autriche est toujours un événement amusant. C’est un grand circuit dans un endroit magnifique et c’est toujours une course excitante. Les dernières courses Sprint ont prouvé que tout est possible, alors je suis prêt à saisir toutes les opportunités qui se présenteront à moi, ainsi qu’à en créer quelques-unes.

« Alors que les fans étaient sensationnels, le résultat du Grand Prix de Grande-Bretagne n’était pas ce que je voulais, et nous avons du travail à faire avant ce week-end. Nous faisons des heures pour comprendre pourquoi nous manquions de rythme et nous faisons tout ce que nous pouvons pour remonter sur la grille dans la seconde moitié de la saison. Avec un peu de chance, nous ferons quelques améliorations ce week-end et nous irons de l’avant. Gardons la tête haute et continuons à avancer ».

Piers Thynne, Directeur exécutif, Opérations :

« Nous avons atteint la moitié de la saison 2022 et l’équipe travaille plus dur que jamais. Le fait de travailler dans le cadre du plafonnement des coûts oblige les équipes à travailler efficacement, et avec trois grands prix et un test de pneus avant la pause estivale, tout le monde, à la fois chez MTC et sur la piste, travaille dur pour nous donner la meilleure chance possible de marquer de bons points au cours des prochaines courses, en particulier avec les opportunités qui peuvent se présenter dans le format sprint à Spielberg.

« Il y a de nombreux éléments en jeu au Red Bull Ring que nous prendrons en considération lors de la préparation des voitures et de toutes les pièces pour le week-end. Il y a des niveaux élevés d’attrition possibles avec les courbes dures qui peuvent facilement endommager les composants, donc nous devons nous assurer que nous avons suffisamment de pièces de rechange disponibles pour toutes les zones clés de la voiture. C’est particulièrement important du point de vue de la production si l’on prend en compte le risque accru d’endommagement lié au format sprint et au fait qu’il s’agit de la deuxième partie d’une double séance, mais c’est quelque chose que nous intégrons dans nos plans à long terme lorsque nous préparons la saison, et l’équipe est donc prête. Le circuit lui-même a beaucoup de caractéristiques intéressantes, de la pente changeante et des droites en montée aux trois lignes droites rapides, il sera intéressant de voir comment la nouvelle itération de voitures se comporte sur le circuit. »

Ce que disent les statistiques

  • Nous avons eu beaucoup de pratique au Red Bull Ring ces dernières années, avec quatre grands prix organisés sur le circuit rien que les deux dernières saisons.
  • Nous avons obtenu sept points sur huit possibles, dont deux podiums de Lando, qui a terminé cinquième des deux Grands Prix de Styrie et troisième des deux Grands Prix d’Autriche, ce qui est amusant. Le premier de ces podiums était le premier de Lando, ce qui fait de lui le troisième plus jeune podiumiste de la F1. En outre, Lando a également un podium à Spielberg, du temps où il était en Formule 2.
  • Lando a marqué un podium au Grand Prix d’Autriche de 2021
  • En plus d’avoir six top 10 à son nom à Spielberg, Daniel a obtenu son propre trophée sur le circuit, en montant sur le podium en 2017.
  • Nous sommes à égalité avec Ferrari sur six pour les victoires au Grand Prix d’Autriche. Le virage 1 porte le nom du regretté Niki Lauda, qui a remporté notre première victoire en 1984, devenant ainsi le premier pilote autrichien à remporter un Grand Prix de Formule 1 à domicile. Alain Prost a suivi avec deux victoires consécutives en 85 et 86. Mika Häkkinen (1998 et 2000) et David Coulthard (2001) se sont ensuite partagé les trois autres victoires.

Ce qu’il faut surveiller :

  • Le Red Bull Ring a peut-être le temps de tour le plus court du calendrier, mais les fans ne seront pas lésés. Le Grand Prix d’Autriche propose toujours des courses riches en action, et l’ajout d’un Sprint signifie que vous en aurez encore plus pour votre argent.
  • Le circuit de 4,318 km est court, mais ne vous laissez pas tromper, car il en contient beaucoup. Des virages longs et rapides et plusieurs pièges à gravier signifient que les erreurs sont punies, tandis qu’une faible traînée dans la première moitié du tour et une forte force d’appui dans la seconde sont récompensées – bien qu’il ne soit pas possible d’avoir les deux.
  • Le regretté Niki Lauda a marqué le premier podium de McLaren au Grand Prix d’Autriche en 1984
  • Avec des dénivelés mesurant jusqu’à 63,3 mètres du point le plus bas au point le plus haut, l’adhérence peut parfois être un peu imprévisible – surtout si la météo est erratique, ce qui est souvent le cas à Spielberg. Peu importe ce que disent les prévisions, une chaleur torride et de fortes pluies sont toujours possibles.
  • Il y a aussi beaucoup de place pour les dépassements, avec des possibilités de DRS aux virages 2, 3 et même 4, ce qui signifie qu’un va-et-vient peut souvent avoir lieu lorsqu’un pilote se bat pour récupérer une position perdue.

Alfa Romeo

Un classique réimaginé

Alfa Romeo F1 Team ORLEN reprend la compétition au Grand Prix d’Autriche ce week-end. L’équipe tentera de transformer les bonnes performances de ces dernières semaines en points lors de la course sur la piste courte et rapide de Spielberg, un site qui a une longue et glorieuse histoire dans le sport et qui a subi des changements drastiques au fil des ans.

Tout comme ce circuit, l’Autriche est un pays qui mêle tradition et modernité comme aucun autre. C’est un endroit où le dirndl rencontre la haute couture, où le Wienerschnitzel côtoie la cuisine fusion. Aimer les choses qui sont faites comme elles l’ont toujours été ne signifie pas ne pas apprécier l’élan venant de la nouveauté, de l’exotisme, de l’inattendu. L’Autriche a un cœur alpin mais conserve l’âme d’un empire qui a rassemblé des gens, des ethnies, des cultures. C’est un lieu qui réunit le Don Giovanni de Mozart et la Valerie de Mark Ronson (sachant que tous deux auraient apprécié Amy Winehouse). C’est un lieu à la fois extrêmement classique et extrêmement cool.

Ce qui était autrefois l’Österreichring, puis est devenu l’A1 Ring, est maintenant le Red Bull Ring. Une réinterprétation d’un classique, devenu un lieu épique à part entière. C’est un circuit que les pilotes et les équipes connaissent si bien, puisqu’ils y ont couru deux fois par an en 2020 et 2021, alors que le calendrier se remettait du choc de la pandémie. C’est un circuit qui, sous ses différentes formes, rappelle les icônes du sport, de Niki Lauda à Mika Häkkinen, d’Alain Prost à notre Valtteri Bottas, qui a triomphé ici à deux reprises.

L’Autriche est un classique réimaginé : un nom traditionnel qui fait encore parler de lui et se réinvente pour l’avenir, un peu comme Alfa Romeo. L’histoire du Grand Prix d’Autriche est longue et prestigieuse – il est temps d’en écrire une nouvelle page ce week-end.

Témoignages d’équipes

Frédéric Vasseur, Team Principal :

« Ce week-end en Autriche est l’occasion de rebondir après Silverstone et de retrouver immédiatement le niveau que nous avons montré jusqu’à présent cette année. Nous pouvons nous appuyer sur les points positifs de la semaine dernière – notre rythme, qui nous a permis de nous battre dans les points, et la performance que nous avons montrée tout au long du week-end. Je suis convaincu que nous pouvons faire un nouveau pas en avant et nous battre en tête du peloton : les qualifications Sprint nous offrent également une opportunité supplémentaire de ramener des points. Comme toujours, nous devrons être affûtés et nous devrons exécuter chaque séance à notre meilleur : mais nous savons que l’esprit de cette équipe est élevé et nous sommes prêts pour le défi à venir. »

Valtteri Bottas, #77 :

« J’ai de très bons souvenirs de Spielberg, l’endroit où j’ai obtenu mon premier podium en Formule 1 en 2014 et une course que j’ai gagnée deux fois. J’apprécie toujours mon séjour en Autriche, tout comme j’apprécie de conduire ce circuit : le paysage ici, avec les montagnes qui encadrent le circuit, est magnifique. Les fans, également, sont incroyablement passionnés, et je ressens toujours leur soutien lorsque je conduis ici. Le week-end dernier à Silverstone a été difficile pour nous, car nous avions le rythme pour marquer beaucoup de points : il était important de se regrouper et de revenir tout de suite à notre place. Nous avons analysé ce qui n’a pas fonctionné dimanche dernier, et je suis sûr que nous serons en mesure de nous battre pour les points et de récupérer ce que nous avons perdu le week-end dernier. Nous savons que cela va être une question de petits détails, comme toujours, mais nous sommes confiants. »

Zhou Guanyu, #24 :

« Au moment où j’ai quitté Silverstone dimanche dernier, j’avais déjà hâte de remonter dans la voiture. C’était un gros accident, et une fois de plus je suis reconnaissant pour les améliorations de sécurité de ces dernières années qui m’ont permis de m’en sortir sans blessure : mais c’est maintenant du passé et je me concentre uniquement sur le week-end ici en Autriche. Notre performance en Grande-Bretagne était prometteuse, la voiture se sentait bien, alors je suis impatient de reprendre là où nous nous sommes arrêtés après les qualifications le week-end dernier et de donner une bonne image de nous-mêmes sur la piste. Nous avons les qualifications Sprint ce week-end, ma deuxième après Imola, et je suis impatient de les suivre – c’est une bonne occasion pour nous de nous mettre en bonne position pour dimanche. »

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Après avoir endommagé la voiture d’Alex au départ de la course le week-end dernier, il est difficile d’aborder directement un Sprint. Cependant, nous avons été en mesure de réparer ou de remplacer une grande partie de la voiture d’Alex de sorte que nous pouvons continuer à comprendre les mises à jour pendant la FP1 le vendredi. Il y a très peu de temps pour modifier la voiture avant qu’elle ne passe dans le Parc Ferme lors d’un événement Sprint et nous devrons donc être audacieux lors de la FP1 si nous voulons continuer à pousser la performance.

Le tracé du circuit est plus difficile qu’il n’y paraît sur la carte du circuit, avec des virages serrés à basse vitesse qui contrastent fortement avec les virages plus rapides de T6/7. Les changements d’élévation significatifs ajoutent au défi et rendent certaines zones de freinage délicates. Enfin, les bordures de trottoir sont très tentantes pour les pilotes mais peuvent endommager les voitures si elles sont malmenées.

Les prévisions météorologiques annoncent des conditions relativement fraîches, ce qui devrait rendre le réglage du niveau de refroidissement avant les qualifications plus simple qu’il ne l’aurait été dans des conditions de chaleur plus habituelles. Malgré cela, le réglage du niveau de refroidissement pour la course du vendredi après-midi reste un jeu délicat de risque et de récompense, auquel toutes les équipes doivent faire face.

Nicholas Latifi, #6 :

J’ai hâte de commencer en Autriche avec le deuxième week-end de course Sprint de l’année. Je suis un fan de ces week-ends car c’est excitant de changer le format habituel. Nous sommes sur une bonne lancée après un week-end positif à Silverstone. J’ai l’intention de me mettre au travail et, comme toujours, la séance FP1 sera cruciale. Nous avons beaucoup de données sur cette piste, donc je m’attends à ce que nous soyons en bonne forme. J’espère que nous pourrons profiter de la différence de format de l’épreuve Sprint et réaliser un bon week-end.

Alex Albon, #23 :

C’est évidemment décevant que nous n’ayons pas pu tester correctement la nouvelle mise à niveau la semaine dernière, mais en regardant vers l’Autriche, je sais que l’équipe a travaillé dur pour faire les réparations, donc nous serons prêts à les tester davantage et à recueillir plus de données. Avec la course de vitesse, notre temps d’entraînement est limité, mais il sera bon de retourner sur le terrain et de voir ce que nous pouvons faire avec la voiture.

Crédits photos Teams

 

Haut du site