23 avril 2024

Vue d’ensemble du GP d’Arabie Saoudite

Deuxième manche de la saison 2024 de Formule 1 avec le Grand Prix d’Arabie saoudite, qui aura lieu du jeudi 7 au samedi 9 mars sur le circuit urbain de Djeddah, qui aura lieu le samedi ramadan oblige…

Le tracé de Djeddah se veut urbain car serpentant la corniche de la ville de Djeddah, située sur les bords de la mer Rouge. Dans les faits, la piste est très atypique pour un circuit « en ville » puisqu’elle est ultrarapide en dépit de ses nombreux virages.

Avec un départ de course donné à 20h, heure locale, il s’agit d’une épreuve nocturne, comme tous les autres Grands Prix de la péninsule arabique, même si la course d’Abu Dhabi se situe dans les faits entre chien et loup. Long de 6,174 km et composé de 27 virages, le circuit de Djeddah sera parcouru à 50 reprises lors de la course pour une distance totale de 308,7 kilomètres.

Analyses par les Teams et pilotes

Pirelli

Des composés de milieu de gamme pour le Grand Prix d’Arabie Saoudite

Quelques jours seulement après le lever de rideau à Bahreïn, la Formule 1 a quitté le Golfe Persique pour la Mer Rouge pour la deuxième manche, qui se déroulera du jeudi 7 au samedi 9 mars. Si la distance, à vol d’oiseau, entre la piste permanente de Sakhir et le circuit de rue de Jeddah n’est que d’environ 1 260 kilomètres, les caractéristiques des deux circuits ne pourraient être plus différentes. D’une piste à l’asphalte très abrasif, où la dégradation thermique est particulièrement élevée et où la stabilité au freinage et la traction sont des facteurs clés, on passe maintenant à une piste à la surface plutôt lisse et aux vitesses très élevées (une moyenne de 250 km/h par tour), qui n’est dépassée que par Monza à cet égard.

Avec ses 6,174 kilomètres de long, c’est le deuxième circuit le plus long du calendrier, particulièrement sinueux avec 27 virages, le plus grand nombre de tous les circuits et, samedi, les pilotes l’aborderont à 50 reprises. Le fait que de nombreux virages soient à vitesse moyenne ou élevée signifie que les pneus sont soumis à des forces latérales importantes. Comme à Bahreïn, les qualifications et la course se déroulent en soirée, à partir de 20h00 heure locale, avec des températures donc plus basses que lors des premières séances d’essais libres du jeudi et du vendredi.

Sur la base de l’expérience des trois éditions précédentes de cette course, Pirelli a choisi ses trois composés de milieu de gamme : le C2 en tant que dur, le C3 en tant que moyen et le C4 en tant que souple. Une autre différence par rapport à Bahreïn est la stratégie de course. Samedi dernier, l’écrasante majorité des pilotes ont effectué deux arrêts, un arrêt à trois étant le seul autre choix possible. En revanche, à Djeddah, il est tout à fait possible d’envisager une course avec un seul arrêt, les pilotes passant du medium au hard en fonction de leur position sur la grille de départ. Comme il s’agit d’un circuit de rue, il n’y a pas beaucoup de zones de sortie de route et le risque d’accident est donc assez élevé, tout comme la possibilité de voir la voiture de sécurité en piste ou même d’avoir la course sous drapeau rouge. Les dépassements sont assez délicats, la meilleure opportunité se situant à l’entrée du virage 1.

Comme c’est généralement le cas sur les circuits de rue, l’évolution de la piste sera très élevée et, lors des qualifications, il sera crucial de choisir exactement le bon moment pour entrer en piste afin de réaliser un bon temps au tour, et il sera également important d’effectuer un tour de préparation parfait. Dans le passé, nous avons même vu des pilotes faire deux tours de préparation pour mettre les pneus Softs à la bonne température, ce qui peut causer des problèmes de circulation.

Red Bull

Max Verstappen, #1 (championship, p1, 26pts) :

L’année dernière, Jeddah a été un bon circuit pour nous, alors espérons que nous pourrons faire quelque chose de similaire.

L’équipe a fait une très bonne première course de la saison et j’ai hâte de voir Jeddah, qui est un vrai circuit à haute vitesse, moins dégradé pour les pneus. Il fera un peu plus chaud qu’à Bahreïn, et il sera donc intéressant de voir la différence de performance entre toutes les équipes, car le tracé de la piste est complètement différent de celui de la semaine dernière. L’année dernière, ce fut un bon circuit pour nous, alors espérons que nous pourrons faire quelque chose de similaire et assurer une grande performance pour l’équipe.

Sergio Perez, #11, (championship, P2, 18pts) :

L’année dernière, j’ai remporté une belle victoire et j’aimerais bien recommencer.

Je suis impatient de me rendre à Jeddah ce week-end après avoir obtenu un bon résultat d’équipe à Bahreïn. Les choses n’ont pas été totalement parfaites lors de la première course et il y a encore beaucoup d’évolution à faire avec la voiture, mais nous avons une bonne base de travail. Il y a toujours beaucoup d’action dans cette course et elle pourrait être très serrée. L’année dernière, j’ai remporté une belle victoire et j’aimerais bien rééditer l’exploit.

F1 en 2024 est la 20e saison d’Oracle Red Bull Racing au sommet du sport automobile. Tout au long de ce parcours, il y a eu de nombreux moments marquants, notamment notre premier podium à Monaco en 2006, notre première victoire en Chine en 2009, ainsi que les championnats du monde en 2010, 2011, 2012, 2013, 2021, 2022 et 2023. Regardez la vidéo et choisissez votre moment le plus emblématique.

  • La victoire de Max à Bahreïn est la 50e victoire d’Oracle Red Bull Racing depuis le début de la saison 2021, soit seulement 67 courses.
  • Checo a remporté le Grand Prix d’Arabie saoudite l’an dernier et a décroché les deux premières pole positions de sa carrière sur le circuit en 2022 et 2023, tout en étant le leader de tous les temps au tour sur le circuit, avec 61 victoires au total. Les cinq dernières victoires de Checo ont toutes été remportées sur des circuits de rue.
  • Max peut atteindre 100 podiums en carrière en terminant dans les trois premiers en Arabie Saoudite.
  • Max a terminé les 42 dernières courses consécutives, soit 28 courses de plus que tout autre pilote sur la grille.
  • Oracle Red Bull Racing et Max sont désormais en tête des championnats des constructeurs et des pilotes depuis 40 courses consécutives, les deux pilotes ayant pris la tête après le doublé de Max et Checo lors du GP d’Espagne 2022.

Ferrari

Après l’ouverture de la saison à Bahreïn, la Scuderia Ferrari et les neuf autres équipes de Formule 1 ont parcouru les 1 400 kilomètres qui les séparent de l’Arabie saoudite, théâtre de la deuxième manche du championnat. La course se déroule sur le circuit de Jeddah Corniche, qui, aussi étrange que cela puisse paraître, est un croisement entre Spa-Francorchamps et Monaco, avec une étroite bande d’asphalte à très haute vitesse entre les barrières que les pilotes traversent à une vitesse moyenne d’environ 250 km/h.

Le circuit. Le circuit de bord de mer est apparu au calendrier il y a seulement trois ans, mais il s’est déjà fait un nom en raison de son tracé inhabituel, à commencer par le fait qu’il ne compte pas moins de 27 virages, le plus grand nombre de tous les circuits du championnat. Ensuite, il y a les murs qui ne pardonnent pas. Le premier secteur, rapide et sinueux, est sans doute le plus impressionnant, surtout lors des qualifications, où la position sur la grille est très importante. En effet, malgré ses 6,1 kilomètres de long, il n’est pas facile de doubler : la chicane du virage 1 est l’un des points clés car la voiture qui précède ne peut pas faire grand-chose pour bloquer un dépassement, même si les trois zones DRS permettent au pilote dépassé de ne pas attendre longtemps avant de lancer sa propre attaque.

Programme. Bien que les horaires des séances soient différents, le programme est très proche de celui du Grand Prix de Bahreïn, puisque tout est avancé d’une journée avec la journée des médias le mercredi. Les premiers essais libres ont lieu le jeudi, à 16h30 et 20h00 locales (14h30 et 18h00 CET). La troisième et dernière heure d’essais commence vendredi à 16h30 (14h30 CET), suivie des qualifications à 20h00 (18 CET). La course de 50 tours débutera samedi à la même heure.

Stratégie. Située au Moyen-Orient, la ville de Jeddah est habituée à des températures très élevées, même si la position du circuit sur la côte signifie que la chaleur est généralement moins extrême. Alors que Bahreïn a été plutôt frais, les prévisions pour la semaine à venir en Arabie Saoudite annoncent des températures maximales d’environ 30 pendant la journée, tombant à 23/24 après le coucher du soleil. La surface de la piste n’est pas particulièrement abrasive, elle n’est donc pas dure pour les pneus, ce qui explique pourquoi une course avec un seul arrêt est généralement la meilleure solution. Cependant, les dangers des murs mentionnés ci-dessus signifient que le chaos attend à chaque coin de rue et que la stratégie de l’équipe doit être flexible pour s’adapter à de nouveaux scénarios en l’espace de quelques secondes.

Fred Vasseur, Directeur de l’équipe :

La première course de la saison a confirmé que nous avons travaillé dans la bonne direction pendant l’hiver. À Sakhir, nous avons vu que les écarts en qualifications se sont encore réduits, même si la distance avec Max Verstappen en course reste importante. Cependant, il est encourageant de voir que nous avons réduit cet écart par rapport à l’année dernière, ce qui est un bon point de départ.

À Jeddah, nous ferons face à un test complètement différent et nous voulons vérifier si les signes positifs que nous avons vus de la SF-24 au cours des deux dernières semaines se répètent sur cette piste très différente. La surface de la piste est très lisse et la dégradation des pneus devrait être négligeable. Pour la première fois, nous aurons affaire à des virages à très haute vitesse qui mettront en évidence la force portante et l’efficacité aérodynamique des voitures. Charles et Carlos se sont toujours bien comportés sur la Corniche de Jeddah et je m’attends à ce qu’ils soient à nouveau aux avant-postes, même si, une fois de plus, tout sera très serré. Ils devraient être en mesure de faire de bonnes performances tant en qualification qu’en course.

Stats Ferrari :

GP disputés : 1074

Saisons en F1 : 75

Débuts : (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)

Victoires : 243 (22,62%)

Pole positions : 248 (23.09%)

Tours les plus rapides : 259 (24.11%)

Podiums : 807 (25,05%)

Les statistiques de Ferrari au GP d’Arabie Saoudite :

Contesté : 3

Débuts : 2021 (C. Leclerc 7ème ; C. Sainz 8ème)

Vainqueurs : 0

Pole positions : 0

Tours les plus rapides : 1 (33.33%)

Podiums : 2 (33.33%)

Trois questions à Jock Clear, chef de l’académie des pilotes de la Scuderia Ferrari et entraineur du pilote #16 :

Nationalité : Britannique, Né le 12/9/1963, à Portsmouth (Royaume-Uni)

  1. Jock, en plus de travailler avec Charles en Formule 1, vous êtes également à la tête de la Scuderia Ferrari Driver Academy. La première manche de la F1 Academy démarre ce week-end à Jeddah. Comment Ferrari est-elle représentée dans ce championnat ?

F1Academy est une nouvelle entreprise pour Ferrari et nous sommes ravis de pouvoir aligner Maya Weug en tant que pilote officiel de Ferrari dans la voiture n°64, ainsi que sa collègue pilote SFDA Aurelia Nobels dans la voiture n°22 soutenue par nos partenaires, Puma.

Cette saison, la série F1Academy réunira des pilotes de chacune des écuries de F1, qui porteront la livrée F1 de leur équipe. Il s’agit d’une première dans les formules juniors et cela reflète bien la volonté de Ferrari de promouvoir les talents féminins et de les intégrer dans l’équipe de F1.

  1. Quelle est l’importance pour cette série d’avoir des liens étroits avec la Formule 1 et quelle est l’importance pour la SFDA d’essayer d’aider les filles à trouver leur place dans le monde du sport automobile ?

Je pense qu’il est très important de forger un lien fort entre toutes nos jeunes pilotes et notre principale activité de course en F1 ; en maintenant mon implication dans chaque Grand Prix avec Charles, je peux assurer ce lien étroit. Le calendrier de la F1 Academy offre à nos deux filles une occasion inestimable de courir sur des circuits de Grand Prix, parallèlement au calendrier de la F1, dans le cadre d’une série hautement compétitive et de haut niveau. Cette opportunité est le tremplin idéal pour les jeunes pilotes féminines et elles bénéficieront d’un promoteur doté d’une grande vision, d’une structure organisationnelle très professionnelle et d’une équipe médiatique très dynamique, autant de facteurs clés pour une campagne réussie. Cette génération de jeunes filles a l’énorme responsabilité d’ouvrir la voie aux générations futures et, à ce titre, elles sont de véritables pionnières, car elles doivent tracer la voie, créer des opportunités et sensibiliser l’opinion. La série F1Academy leur offre une plateforme unique pour le faire et nous, à la SFDA, sommes ravis d’en faire partie.

La SFDA a toujours cherché à donner à nos jeunes pilotes l’opportunité de côtoyer nos pilotes de F1, de les voir de près et d’apprendre d’eux simplement en les observant. En participant à la F1Academy aux côtés des écuries de F1, tous les pilotes auront également la chance de se représenter, de rencontrer des gens et d’introduire leur propre personnalité dans la voie des stands ; pour eux, c’est une occasion d’être à la fois inspirés et inspirants.

  1. Quels sont les derniers conseils que vous avez donnés à Maya et Aurelia avant la saison et que peut-on attendre d’elles sur la piste ?

La gestion des attentes est l’une des pierres angulaires de notre travail au sein de la SFDA et même de la F1 ; Maya et Aurelia sont toutes deux très concentrées et déterminées à gagner, c’est mon travail de garder ces émotions sous contrôle et de m’assurer qu’elles travaillent bien avec leurs équipes respectives et qu’elles restent objectives. Comme pour tout athlète, la clé du succès est de continuer à apprendre, de s’efforcer de s’améliorer chaque jour. Ce sont des valeurs que nous devons transmettre à Maya et Aurelia, mais à leur tour, elles doivent transmettre ces valeurs à ceux qui les suivent. J’insiste à nouveau sur le fait que ces deux jeunes filles ont un rôle clé à jouer pour s’assurer que nous ouvrons des portes aux jeunes de demain.

Les projecteurs sont braqués sur elles et la pression sera parfois forte, mais mon dernier conseil sera de s’amuser, elles sont jeunes, elles poursuivent leurs rêves et la meilleure façon de réaliser quelque chose est d’apprécier le voyage.

GRAND PRIX D’ARABIE SAOUDITE : FAITS ET CHIFFRES

  1. C’est le nombre de fois où deux épreuves du championnat du monde de Formule 1 se sont déroulées un samedi consécutif. Cela ne s’est jamais produit auparavant. Le Grand Prix de Bahreïn a été avancé d’un jour afin de maintenir un écart de sept jours avec la course de ce week-end, le 9 mars, pour respecter le début du mois de Ramadan le lendemain.

 

  1. C’est le nombre d’ingrédients du « kabsa », le plat typique saoudien. Il faut des cuisses de poulet, des oignons, de l’ail, des clous de girofle, des bâtons de cannelle, de la cardamone, des feuilles de laurier, du citron vert séché, du riz, du papa, des piments, de la sauce tomate, des amandes, des pignons de pin, des raisins secs, du sel et une tasse d’eau. Il existe plusieurs méthodes de cuisson : dans certaines, le poulet est d’abord cuit séparément du riz, puis retiré de la poêle et doré au four. Traditionnellement, il est cuit dans un « mandi » ou four en terre cuite.

 

  1. Les tours menés par une Ferrari sur la Corniche de Jeddah, tous offerts par Charles Leclerc qui, en 2022, s’est battu roue contre roue avec Max Verstappen tout au long de la course, pour finalement terminer deuxième à seulement 549 millièmes du Néerlandais.

 

  1. Le diamètre en mètres de l’horloge des tours Abraj Al Bait, la plus grande du monde. Elle est située sur un bâtiment de La Mecque, à une hauteur de 601 mètres et, pour vous donner une idée de sa taille, elle est dix fois plus grande que Big Ben à Londres.
  2. C’est le nombre approximatif de chameaux vendus chaque jour à Riyad, la capitale de l’Arabie saoudite. Elle abrite le plus grand marché au monde pour cet animal, d’une superficie de trois kilomètres carrés, situé dans le faubourg Al-Qassim de Buraidah et qui ouvre tous les jours à 6 heures. Autrefois principal moyen de transport du pays, le dromadaire ou chameau à une bosse est toujours très important dans le pays, car il constitue une excellente source de lait, de viande et de cuir. L’Arabie saoudite accueille la Coupe du Roi, une course épique réunissant jusqu’à 2 000 chameaux, qui se déroule sur un parcours de 19 kilomètres pendant le festival national de Janadriyah.

Mercedes

Après un week-end d’ouverture difficile à Bahreïn, l’équipe se dirige vers la deuxième étape de la double confrontation qui lancera la saison 2024.

Toto parle de l’Arabie Saoudite :

Notre course à Bahreïn a été pour le moins décevante. Nous espérions une meilleure performance après les essais et les qualifications. Les deux pilotes étaient satisfaits de l’équilibre obtenu en début de week-end et de la plateforme plus stable offerte par la W15. Malheureusement, samedi soir, nos performances en matière de refroidissement n’ont pas été à la hauteur de nos prévisions. Cela nous a obligés à passer en mode gestion dès le début, ce qui a eu pour effet de réduire la température des pneus en dessous de l’optimum. Cela nous a coûté l’opportunité de montrer quelque chose de plus proche de notre véritable potentiel. C’est une façon frustrante de commencer la saison, mais nous en tirerons les leçons.

Nous avons l’occasion de faire un pas en avant immédiatement. Jeddah est un circuit de rue avec beaucoup de vitesse. Il sera bon de poursuivre notre apprentissage avec la nouvelle voiture sur un circuit très différent de celui de Bahreïn. Nous viserons un week-end plus régulier et nous chercherons à comprendre nos véritables performances par rapport au reste de la grille.

Ce sera également un plaisir de voir la F1 Academy en Arabie Saoudite lors de la première manche. Pour la première fois, nous serons impliqués en tant qu’équipe. Nous sommes impatients de voir notre jeune pilote Doriane Pin en action et de soutenir le championnat tout au long de l’année.

Fiche d’information : Grand Prix d’Arabie Saoudite

  • Le Grand Prix d’Arabie saoudite se déroule sur le circuit de la Corniche de Jeddah, situé sur le front de mer, à proximité de la mer Rouge.
  • L’endroit présente des défis similaires à ceux d’Abou Dhabi, avec du sable soufflant sur la piste et des changements de direction du vent entre le jour et la nuit.
  • Le Jeddah Corniche Circuit possède le plus grand nombre de virages de tous les circuits du calendrier de la F1, soit 27 : 16 à gauche et 11 à droite.
  • C’est aussi le deuxième circuit le plus long que nous visitons, avec 6,174 km. La gestion de l’énergie sur l’ensemble du tour est donc délicate et met davantage l’accent sur les performances du MGU-H et du système hybride.
  • Avec de nombreuses longues lignes droites, les pilotes passent plus de 70 % du tour à plein régime et le circuit est classé troisième en termes de temps passé et de distance parcourue, en utilisant cette métrique.
  • Il y a six freinages sur le tour et deux d’entre eux sont qualifiés de « lourds ».
  • Le virage 13 présente une pente de 12 %, les virages inclinés ouvrant plus de lignes et aidant à prendre de l’élan dans la prochaine section à grande vitesse.
  • Le virage 2 est le plus lent du circuit, pris à environ 80 km/h, tandis que les plus rapides sont les virages 20, 21 et 26, pris à une vitesse proche ou supérieure à 300 km/h.
  • La sensibilité, qui décrit où se situe le temps au tour, est très fortement orientée vers les performances dans les virages à grande vitesse.
  • En raison de sa nature de circuit de rue, Jeddah présente un risque élevé d’incidents entraînant le recours aux voitures de sécurité. Lors des trois dernières courses en Arabie Saoudite, il y a eu quatre périodes complètes de voiture de sécurité et deux drapeaux rouges.
  • Plusieurs changements ont été apportés au circuit pour la course de 2023 afin « d’offrir des courses plus fluides, plus sûres et encore plus passionnantes ».
  • Il s’agit notamment des éléments suivants :

– Les « lignes de choc », qui provoquent une perte d’adhérence et ralentissent les voitures, ont été ajoutées aux virages 3, 14, 19, 20 et 21.

– Des bordures en acier ont remplacé les bordures biseautées dans les virages 4, 8, 10, 11, 17 et 23.

– Les lignes de visibilité des conducteurs ont été améliorées grâce au recul du mur de clôture dans les virages 14 et 20, de 7,5 m et 5 m respectivement.

– Le mur de clôture des virages 8 et 10 a également été ajusté pour améliorer la visibilité du virage à venir.

  • Les virages 22 et 23 ont été modifiés, la clôture du virage 23 ayant été ajustée et une bordure biseautée ayant été ajoutée, ce qui a permis de réduire la vitesse d’environ 50 km/h
  • Il s’agit du quatrième Grand Prix d’Arabie saoudite, il y a eu trois vainqueurs différents lors des trois premières éditions de l’événement – Lewis Hamilton, Max Verstappen et Sergio Perez.
  • La 103e et dernière victoire de Lewis a eu lieu à Jeddah en 2021.
  • Le Grand Prix d’Arabie saoudite est apparu pour la première fois au calendrier en tant qu’avant-dernière course de la saison en 2021, mais a été la deuxième course du calendrier au cours des deux dernières saisons.
  • Il s’agira du 42e Grand Prix de Formule 1 organisé au Moyen-Orient.

McLaren

« C’est bien de commencer la saison avec des points en banque, ramenons-en d’autres ce week-end ! »

Après trois saisons, le circuit de Jeddah Corniche reste un bébé du calendrier de la F1, mais il faut de l’expérience pour s’attaquer à ses rues intrépides et punitives.

En tant que circuit d’essai de F1 inscrit au calendrier depuis 20 ans, Bahreïn ouvre la saison en douceur et de manière bien connue, avant que l’Arabie Saoudite n’offre une dose d’inconnu lors de la deuxième manche, moins d’une semaine plus tard. Trois ans plus tard, nous avons une meilleure idée de ce qu’il faut faire pour réussir sur le Jeddah Corniche Circuit, mais la nature même de ce circuit de rue implacable nous réserve toujours des surprises.

Notre duo de pilotes mystiques, Lando et Oscar, tentera de les prédire. Ils seront aidés par les paroles de sagesse de notre directeur d’équipe, Andrea Stella, tandis que nous vous fournirons des informations sur le circuit, un nouveau brise-glace de la F1 et un guide sur ce qu’il faut porter.

Lando Norris, #4 (championship, P6, 8pts) :

« Jeddah est la prochaine étape ! Nous avons bien commencé la saison 2024 et nous espérons poursuivre sur cette lancée lors du GP d’Arabie Saoudite. Nous avions quelques points à revoir après le GP de Bahreïn, sur lesquels nous voulons continuer à travailler, mais nous avons pris un bon départ et nous pouvons construire à partir de là. C’est bien de commencer la saison avec des points en banque, ramenons-en d’autres ce week-end !

Oscar Piastri, #81, (championship, P8, 4pts) :

« Je suis impatient de revenir au GP d’Arabie Saoudite. Nous sommes en meilleure position cette année et c’est une bonne chose d’avoir déjà marqué des points lors de la première course. Nous avons noté quelques points à améliorer au cours de la semaine, et nous nous efforcerons d’y remédier ce week-end. Nous ferons de notre mieux pour clôturer ce double rendez-vous avec un nouveau doublé de points. »

Andrea Stella :

« Nous quittons Bahreïn avec 12 points, ce qui est un bon début pour la saison 2024. Nous nous dirigeons maintenant vers le GP d’Arabie saoudite, qui est un circuit de rue rapide et dont les caractéristiques sont très différentes de celles de la piste de Bahreïn. Cela nous offre un nouveau défi et une nouvelle opportunité d’apprendre à connaître la MCL38 sur un circuit rapide et fluide.

« Je tiens à remercier une fois de plus tous les membres de l’équipe pour leur travail acharné, qui nous a permis de commencer la saison de manière positive. Nous continuerons à travailler dur pour améliorer nos performances et obtenir des résultats solides et réguliers. »

Aperçu du circuit

Avec une vitesse moyenne de 245 mph et 75 % de la piste parcourue à plein régime, le circuit de la corniche de Jeddah est très rapide. Seule Monza est plus rapide, et il ne s’agit pas d’un circuit de rue serré et sinueux, mur à mur. Mais comme tout fan de Formule 1 le sait, ce n’est pas la vitesse seule qui fait un bon circuit.

Avec 6,174 km de long et 27 virages, il y a beaucoup d’asphalte sur lequel les pilotes peuvent jouer, mais les rues sont étroites et seuls sept de ces virages sont des points de freinage – les autres sont pris à plat. C’est un tour intense. Le plus lent de ces sept virages, le virage 1, arrive dès le début du tour, à la suite d’une zone DRS sur la ligne droite de départ et d’arrivée, ce qui en fait la meilleure opportunité de dépassement du circuit.

Conduite sous les feux de la rampe le samedi soir, avec en toile de fond le littoral de la mer Rouge rempli de yachts, la course est aussi belle qu’elle l’est dans la voiture. Même après trois saisons de course sur le circuit de Jeddah Corniche, il est encore difficile de faire des pronostics – ce que nous pouvons dire, c’est que ce ne sera pas une course tranquille.

La saison en cours

Après des mois d’incertitude, la F1 a allumé la lumière à Bahreïn et a permis à toutes les équipes d’évaluer et de réagir au travail effectué par les uns et les autres pendant l’hiver.

Lando et Oscar ont bénéficié d’une solide première séance de qualification de l’année 2024, décrochant les septièmes et huitièmes places sur la grille de départ. Lors du Grand Prix de samedi, Lando a terminé à la sixième place, devançant le septuple champion du monde Lewis Hamilton, tandis qu’Oscar a tenu tête au double champion du monde Fernando Alonso. Nous abordons la deuxième manche avec 12 points, ce qui nous place au quatrième rang du championnat des constructeurs.

Traductions F1 : Graining

La F1 est pleine d’argot spécialisé et de jargon compliqué qui peut déconcerter même les fans les plus avides. C’est pourquoi nous expliquerons la terminologie courante de la F1 avant chaque grand prix de la saison. Cette semaine, il s’agit du grainage…

Lors des deux Grands Prix d’Arabie Saoudite, le graining s’est avéré être un défi pour les équipes qui utilisent le pneu Soft, mais qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Le grainage se produit lorsque de petites bandes de caoutchouc sont arrachées d’un pneu, mais au lieu d’être laissées sur la piste, elles sont ramassées par la surface chaude du pneu. Il en résulte une surface rugueuse, inégale et irrégulière. Cela a un impact sur tout, du freinage aux virages en passant par l’adhérence et la maniabilité.

Le graining se produit généralement lorsque l’adhérence de la piste est moindre ou lorsqu’il y a un écart entre la température de la piste et celle du pneu. La raison pour laquelle ce problème peut se poser en Arabie saoudite est que la surface lisse du circuit de rue rend la piste plus glissante et plus fraîche au départ, avant que la gomme ne soit posée, ce qui crée plus d’adhérence.

Brise-glace F1

Vous ne savez pas quoi dire à vos amis passionnés de F1 ? Suscitez la discussion avec notre brise-glace F1…

En plus d’être le circuit de rue le plus rapide du calendrier, et le deuxième plus rapide au total, le Jeddah Corniche Circuit est également le circuit de rue le plus long du calendrier, le deuxième plus long au total, et il possède le plus grand nombre de virages de tous les circuits.

Aston Martin

Jessica Hawkins, pilote ambassadrice et responsable de la F1 Academy

Quel regard portez-vous sur le premier Grand Prix de la saison et quels enseignements l’équipe a-t-elle tirés de cette première manche ?

« Il y a un certain nombre de points positifs à retenir de Bahreïn. La voiture s’est comportée conformément à nos attentes et, au fur et à mesure que le week-end avançait, nous avons tiré davantage de performances de la voiture et nous avons continué à mieux la comprendre.

« Nous avons bien exécuté le week-end et nous avons maintenant un week-end de course de données à étudier pour continuer à améliorer AMR24.

« Doubler les points est un bon début de saison, et ce n’est pas un mince exploit après que Lance ait été victime d’un tête-à-queue dans le premier virage. Il a fait preuve d’une réelle détermination et d’un bon rythme pour récupérer.

Le prochain Grand Prix d’Arabie saoudite aura lieu. Quels sont les principaux défis posés par le circuit de la Corniche de Jeddah ?

« En tant que pilote, l’un des plus grands défis est le tracé du circuit. C’est un circuit de rue, donc vous n’êtes jamais loin des murs, mais si vous ajoutez à cela la nature rapide du circuit, vous obtenez une combinaison vraiment difficile à gérer.

« Un tour sur le Jeddah Corniche Circuit est une véritable montagne russe, mais le circuit est très fluide et quand vous faites un tour ici et que vous prenez le rythme, vous vous sentez bien.

« Avec une grande partie du tour passée à plein régime, le moteur est soumis à beaucoup de stress et c’est quelque chose que les équipes doivent surveiller de près. Un autre grand défi sur ce circuit est de trouver un équilibre optimal entre une faible traînée dans les lignes droites et une force d’appui suffisante dans les virages à grande vitesse

Vous venez de devenir la première femme à piloter la dernière génération de F1, sur le boulevard de Riyad ! Racontez-nous ce que c’était que d’être derrière le volant et l’importance de ce moment.

« C’était génial. C’est un environnement spectaculaire et certainement un endroit unique pour conduire une voiture de F1. Je suis très fier d’être la première personne à piloter une F1 moderne dans les rues de Riyad. C’était une expérience passionnante, de dévaler le boulevard de nuit avec tout ce qui est éclairé et les gens qui regardent.

« C’est une excellente façon de célébrer notre partenariat avec Aramco et une occasion fantastique d’inspirer d’autres personnes, en particulier les jeunes femmes et les jeunes filles, à se lancer dans le sport automobile. Avec Aramco, nous faisons tomber les barrières et avant que je ne prenne le volant de l’AMR22, nous avons lancé une nouvelle initiative STEM soutenue par Aramco pour donner aux jeunes une chance de s’impliquer dans le sport automobile en Arabie saoudite et au-delà.

DRS

 

Turns

 

 

Kick Sauber

Le Stake F1 Team KICK Sauber est en pleine action, puisque la deuxième manche du championnat verra l’équipe se rendre à Jeddah pour le Grand Prix d’Arabie Saoudite. Après une solide performance lors de l’ouverture de la saison à Bahreïn, l’équipe tentera de poursuivre sa trajectoire ascendante sur le circuit de la Corniche.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« Nous abordons la prochaine course à Jeddah avec confiance : nous avons vu ce que nous pouvons faire en conditions de course, après avoir été de manière convaincante la sixième meilleure équipe de la course à Bahreïn, et nous pensons que nous pouvons faire un pas de plus ce week-end. Nous savons ce que nous devons améliorer, à la fois en termes de voiture et en termes d’exécution : notre performance sur un tour doit être meilleure, car des positions plus élevées sur la grille nous permettraient d’être au cœur de la bataille pour les dernières places qui rapportent des points dès le début de la course, et nous devons continuer à travailler pour affiner les réglages de la voiture afin d’en extraire tout le potentiel. Le circuit de Corniche en Arabie Saoudite est très différent de celui de Sakhir, et nous devrons maîtriser les conditions – surface de la piste, tracé, température – dès la première séance d’essais. Nous savons à quel point la lutte est serrée, et chaque petit détail peut faire la différence. Nous sommes impatients de relever le défi qui nous attend.

Valtteri Bottas, #77, (championship, P19, 0pts) :

« L’un des points positifs des courses consécutives est l’opportunité de rebondir immédiatement après une course décevante, et c’est mon objectif pour Jeddah. Je préfère me concentrer sur les points positifs du week-end dernier : nous avons pu voir le rythme de course solide que notre voiture peut fournir, non seulement dans la performance de Zhou, mais aussi dans la mienne, malgré les dommages que j’ai subis au départ. Nous pouvons construire sur cette base et nous assurer que les autres éléments du week-end s’améliorent également, et j’ai pleinement confiance en notre capacité à être compétitifs sur tous les circuits. Le circuit d’Arabie saoudite est amusant à piloter : il est rapide, il comporte des virages vraiment difficiles et des sections d’une fluidité incroyable. C’est un circuit de rue et, avec lui, il y a des défis spécifiques : l’évolution de la piste joue un rôle important au fur et à mesure que le week-end avance, et les équipes doivent être capables d’y réagir. J’ai hâte d’y être et de voir ce que nous pouvons faire sur un circuit très différent de celui de la dernière fois. »

Zhou Guanyu, #24, (championship, P11, 0pts) :

« La performance de la semaine dernière a donné confiance à tous les membres de l’équipe. Nous savons que la base de notre voiture est solide et que nous pouvons nous battre en tête de notre groupe d’équipes, mais nous savons aussi que nous devons continuer à pousser pour comprendre comment extraire son potentiel et la configurer de la manière la plus efficace. Il y a beaucoup de choses en préparation et nous essaierons de tirer le meilleur parti de toutes les opportunités qui se présenteront à nous. D’un point de vue personnel, je suis très satisfait de ce que j’ai pu faire à Sakhir : c’était un bon début de saison, et cela m’a donné envie d’en faire plus. Jeddah est une autre occasion de bien faire et tout le monde dans l’équipe aura à cœur de confirmer notre position et de se battre pour quelques points.

Haas

La saison 2024 du championnat du monde FIA de Formule 1 de MoneyGram Haas F1 Team se poursuivra avec la deuxième manche, le Grand Prix d’Arabie saoudite, sur le circuit de Jeddah Corniche.

La première manche de la saison, qui s’est déroulée samedi à Bahreïn, a fourni des raisons d’encouragement et d’optimisme à MoneyGram Haas F1 Team. Kevin Magnussen et Nico Hulkenberg ont tous deux étés en mesure de se battre de manière compétitive dans le milieu de peloton très encombré de la Formule 1, faisant preuve d’une meilleure gestion des pneus et d’un meilleur rythme de course, ce qui était un facteur clé du travail d’intersaison et de pré-saison de l’équipe MoneyGram Haas F1 Team.

Construire sur cette base solide et valider les progrès sur d’autres circuits et dans d’autres conditions fait maintenant partie de la prochaine étape du voyage de MoneyGram Haas F1 Team en 2024.

L’Arabie saoudite a rejoint le calendrier de la Formule 1 en tant qu’avant-dernière manche en 2021, avant de passer à la deuxième manche en 2022, où elle est restée depuis. Le Jeddah Corniche Circuit accueillera la Formule 1 pour la quatrième fois. Ce circuit de 27 virages de style semi-permanent est tracé le long de la mer Rouge, à la périphérie de la deuxième ville historique d’Arabie saoudite.

C’est le circuit de rue le plus rapide du calendrier de la Formule 1, avec une vitesse moyenne de 251 km/h au tour lors des qualifications en 2023, et la majorité des 27 virages de Jeddah sont pris en sixième vitesse ou plus.

L’utilisation peu fréquente de Jeddah comme site de course signifie que l’évolution de la piste est élevée tout au long du week-end, en particulier lorsque les températures sont plus fraîches lors des qualifications et de la course. Une interruption de la course est également probable, la voiture de sécurité étant apparue lors des trois Grands Prix à Jeddah, tandis que la course inaugurale de 2021 a été marquée par deux drapeaux rouges.

MoneyGram Haas F1 Team a marqué des points lors des deux derniers Grands Prix sur le circuit de Jeddah Corniche. Kevin Magnussen a terminé neuvième en 2022, puis dixième en 2023, tandis que Nico Hulkenberg a participé deux fois au Grand Prix d’Arabie saoudite. MoneyGram Haas F1 Team aborde la course de ce week-end en septième position du championnat des constructeurs.

Le Grand Prix d’Arabie Saoudite aura lieu le samedi soir, avec deux séances d’essais décalées au jeudi, et la dernière séance d’essais et l’heure de qualification au vendredi.

En plus du calendrier de la Formule 1, la F1 Academy lancera sa nouvelle saison sous les lumières du circuit de Jeddah Corniche. En 2024, la pilote américaine Chloe Chambers représentera l’écurie MoneyGram Haas F1 Team dans une livrée et une combinaison de course sur mesure sur sept sites différents, chacun comprenant deux séances d’essais libres, une séance de qualification et deux courses. La grille de départ de la deuxième course est déterminée par le deuxième meilleur temps du pilote lors des qualifications.

Chloe Chambers – Pilote de l’Académie F1 représentant l’écurie MoneyGram Haas F1 Team :

« Je suis très excitée à l’idée de participer à la première course de la saison à Djeddah, c’est toujours très excitant pour tout le monde. Les essais de pré-saison ont été très productifs pour l’équipe et moi-même, ce qui nous rend encore plus impatients de commencer la saison. Nous avons également participé à un test collectif à Jeddah, ce qui a été une expérience incroyable. Le circuit est très rapide et représente un défi, ce que j’apprécie.

« Il est très différent de tous les circuits que j’ai pilotés en Europe et aux États-Unis, et il sera donc bon pour mon développement en tant que pilote. L’équipe et moi-même avons travaillé dur sur la piste et en dehors à l’atelier, et j’ai hâte de voir où tout le monde se situe pour la saison à venir. J’aborde la première course avec l’esprit ouvert et la volonté d’apprendre, car je n’ai jamais piloté un grand nombre de ces pilotes auparavant, ce qui constituera un défi supplémentaire. Néanmoins, je suis impatient de représenter les couleurs de Haas et des États-Unis au sein de la F1 Academy cette année.

Kevin Magnussen, #20, (championship, P12, 0pts) :

« Je suis un grand fan du circuit de Jeddah, d’autant plus que nous y avons marqué des points l’année dernière. C’est une piste phénoménale à piloter, excitante et exaltante parce qu’elle est à grande vitesse et qu’à chaque virage, il y a une ligne blanche avant un mur. C’est un circuit de rue qui n’est pas utilisé tout au long de l’année, donc il y a beaucoup d’évolution et c’est une course de nuit avec quelques sessions dans la journée, donc cela change beaucoup de choses. Comme à Bahreïn ou à Singapour, il faut tenir compte de ces conditions.

« La première fois que j’y ai roulé en 2022, je n’avais jamais roulé, même sur un simulateur, parce que j’ai été appelé à Bahreïn très tard et que je n’ai pas eu le temps de me rendre dans un simulateur. J’ai dû l’apprendre sur place et cela faisait longtemps que je n’avais pas eu à apprendre un tel circuit, presque depuis l’époque du karting. C’est un circuit assez fou pour faire ça ».

Nico Hulkenberg, #27, (championship, P16, 0pts) :

« Le Jeddah Corniche Circuit est un circuit spectaculaire – un circuit de rue à très grande vitesse, qui est très difficile et exigeant, mais j’aime bien cet endroit. C’est un endroit très dynamique, la piste en particulier, et j’ai de bons souvenirs des deux courses que j’ai faites jusqu’à présent. Je me sens très bien préparé pour ma troisième course ici et j’espère que je pourrai entrer dans les points cette fois-ci.

VCARB

Daniel Ricciardo, #3, (championship, P13, 0pts) :

« La première course a été l’occasion pour tout le monde, y compris pour moi, de dépoussiérer les toiles d’araignée. Au cours du week-end, il y a eu des choses que j’ai bien faites et d’autres moins bien. Maintenant, j’ai hâte d’être à la prochaine. Je suis heureux qu’il s’agisse d’une course consécutive et que nous ayons une autre course immédiatement après la première. Je suis resté à Bahreïn quelques jours de plus, me reposant mais restant actif et peu stressé en jouant au Padel avec certains de mes collègues !

« Il y a eu beaucoup d’analyses samedi soir après la course, et beaucoup de bonnes choses en sont ressorties. À court terme, il nous faudra une course parfaite pour terminer dans les points, mais je pense qu’au cours des prochaines courses, nous continuerons à devenir de plus en plus forts. La piste saoudienne est très différente et je suis impatient d’y retourner. Avec une course de faite, je pense que je peux obtenir quelques dixièmes de plus de la voiture ce week-end.

« J’ai déjà couru deux fois en Arabie Saoudite, où mon meilleur résultat a été une cinquième place. C’est un super circuit, que j’apprécie beaucoup, et je suis vraiment heureux d’y retourner. L’adhérence est assez élevée pour un circuit de rue, alors j’ai hâte de relever le défi de la haute vitesse et de la montée d’adrénaline qui l’accompagne. Le premier secteur est très rapide : une fois que vous avez passé les virages 1 et 2, il est temps de vous accrocher car les forces G sur votre corps sont très élevées. C’est un vrai circuit, très physique.

Yuki Tsunoda, #22, (championship, P14, 0pts) :

« Je suis resté quelques jours à Bahreïn après la course et je suis impatient de reprendre le travail à Jeddah. À ce stade de la saison, on veut toujours être au volant de la voiture ! Il y a eu beaucoup de bruit autour de notre équipe avant les essais, et cela s’est poursuivi jusqu’à la première course, mais dans le garage, nous n’y avons évidemment pas prêté attention. Pour être honnête, je n’attendais pas grand-chose de Bahreïn, mais c’est finalement mieux que ce que je pensais en termes de performances de la voiture, en particulier en qualifications. En fait, même le rythme de course était plutôt bon, mais certains facteurs ont fait que c’était difficile à voir de l’extérieur.

« C’était un week-end utile où nous avons beaucoup appris sur notre voiture, ses limites et les points à améliorer. Par exemple, les changements que nous avons apportés de la première à la deuxième journée n’ont pas fonctionné comme nous le souhaitions, alors nous avons changé à nouveau, et c’était beaucoup mieux pour la troisième journée et les qualifications, alors toutes ces leçons seront utiles en Arabie Saoudite. Notre équipe n’a pas seulement changé de nom, elle est nouvelle à bien des égards ; nous avons de nouvelles personnes et avons mis en place de nouvelles procédures, nous sommes donc encore en train d’apprendre à bien travailler ensemble tout en découvrant la nouvelle voiture.

« Maintenant, nous allons poursuivre ce processus en Arabie Saoudite. L’année dernière, j’étais dans les points jusqu’à quelques tours de la fin. J’aime ce circuit parce qu’il est très rapide et agréable à piloter, et ce sera la première occasion de voir comment la nouvelle voiture fonctionne sur un tracé très différent. Il n’y aura pratiquement pas de dégradation des pneus et nous verrons comment l’aérodynamique de la voiture fonctionne à des vitesses très élevées. C’est très rapide, et les murs sont très proches, ce qui rend les choses très intéressantes à l’intérieur du cockpit. Tout le monde est très motivé pour aller plus vite, améliorer la voiture et marquer des points dès que possible. Nous avons vu à quel point le milieu de terrain est serré, alors nous savons que ce ne sera pas facile, mais nous sommes tous déterminés à continuer à pousser.

Williams

Dave Robson :

Nous avons rencontré quelques problèmes la semaine dernière à Bahreïn, notamment au niveau du refroidissement du PU et du volant. Nous avons utilisé les quelques jours précédant l’épreuve de Jeddah pour résoudre ces problèmes et nous abordons cette course plus confiants avec la FW46.

Le milieu de terrain était incroyablement serré à Bahreïn, et il sera intéressant de voir comment cela évolue alors que nous nous dirigeons vers un défi très différent ici en Arabie Saoudite. Le circuit de Jeddah Corniche est rapide et fluide et pose aux pilotes et aux voitures des questions très différentes de celles posées par le circuit de Sakhir.

Pirelli apporte le milieu de sa gamme de gommes pour cette épreuve, ce qui constitue un autre changement important par rapport à la semaine dernière. Il est probable que toutes les équipes abaissent leur niveau de traînée, ce qui pourrait modifier l’ordre du milieu de terrain le jour de la course.

Alex Albon, #23, (championship, P15, 0pts) :

Après une première course décevante, c’est bien de se remettre dans le bain et de mettre tous nos efforts dans cette semaine. Jeddah est un circuit amusant, où la confiance est de mise grâce à sa nature rapide et fluide. Il sera intéressant d’aller sur un autre circuit et de voir comment la FW46 se comporte. J’espère que nous pourrons tirer les enseignements de Bahreïn et les mettre à profit ce week-end dans la lutte pour le milieu de peloton.

Logan Sargeant, #2, (championship, P20, 0pts) :

Nous avons mis à profit le temps écoulé entre Bahreïn et l’Arabie saoudite pour comprendre et résoudre les problèmes rencontrés le week-end dernier. Malgré ces problèmes, le début de la course a été positif et nous pouvons nous en inspirer pour la deuxième manche. D’après mon expérience, Jeddah est l’un des circuits les plus rapides du calendrier, si ce n’est le plus rapide, avec de nombreux virages rapides et peu de place pour l’erreur. La bataille au milieu de terrain semble serrée après la première course, avec très peu d’écart entre les équipes. Nous avons une belle opportunité de rebondir immédiatement et d’obtenir un résultat positif.

Alpine

Grand Prix de Formule 1 d’Arabie Saoudite 2024, aperçu BWT Alpine F1 Team se rend à Djeddah pour la 2e manche de la FIA Formula 1 2024

– Bruno Famin revient sur la première course de la saison et présente les plans de l’équipe pour Djeddah.

– Esteban Ocon et Pierre Gasly reviennent sur l’ouverture de la saison et partagent leurs impressions sur le Grand Prix d’Arabie Saoudite

– L’Alpine Academy comprend la FIA Formula 2 et la F1 Academy à Djeddah.

– L’équipe arborera à nouveau la livrée rose inversée dans le cadre de son partenariat avec BWT.

Bruno Famin, Team Principal :

Les premières semaines de la saison à Bahreïn ont été chargées, où nous avons fait face à des essais et à la première des 24 courses. Nous continuons d’apprendre et nous continuons à faire progresser ce que nous avons entre les mains avec notre package 2024. Ce n’est que la première course, une seule piste sur laquelle nous sommes allés jusqu’à présent, et nous allons continuer à travailler dur et à trouver des améliorations tout au long de la saison. Les pilotes font un excellent travail sur et en dehors de la piste pour garder le moral et nous attendons avec impatience la prochaine opportunité ce week-end en Arabie Saoudite.

La rapide et furieuse Corniche de Djeddah

Ce week-end, nous nous rendons en Arabie saoudite pour un défi complètement différent de Bahreïn. Djeddah est un circuit urbain très rapide, qui a une bonne fluidité et où les pilotes ont besoin d’une confiance totale dans la voiture pour attaquer les virages serrés. La piste est moins sensible à la traction que Bahreïn. La traction reste quelque chose que nous devons améliorer le plus rapidement possible. Je sais que l’équipe est impatiente de relever ce prochain défi en Arabie saoudite et de voir où nous en sommes sur ce type de piste.

Esteban Ocon, #31, (championship, P17, 0pts) :

Rebondir

Nous savions qu’il serait difficile d’arriver à Bahreïn avec une toute nouvelle voiture, et cela s’est finalement avéré être le cas avec l’arrivée des deux voitures. La course elle-même s’est déroulée sans incident de notre côté et nous ne pouvions pas vraiment faire grand-chose de plus par rapport à l’endroit où nous avons commencé et au rythme que nous avions. Nous devons mettre cette course derrière nous et essayer de réagir rapidement. Nous savons qu’il n’y a pas de miracles dans ce sport et qu’il faudra du temps pour remédier à la situation. Mais je sais que toute l’équipe travaille extrêmement dur et qu’elle est motivée pour renverser la vapeur.

Apprentissages pour Djeddah

Ce qui est bien à Bahreïn, c’est que nous avons fait une course propre et qu’il était important de recueillir beaucoup de données. Avec les back-to-back, il n’y a pas beaucoup de temps entre les courses, nous devons donc nous plonger dans les données et voir quels enseignements nous pouvons déjà apporter à Djeddah. Maintenant que nous avons une course complète à notre actif, il est utile de revoir la comparaison avec d’autres équipes et d’analyser les performances des pneus. C’était extrêmement serré en qualifications la dernière fois – à moins de 0.150s de la Q2 – donc j’espère que nous pourrons être plus proches des autres ce week-end à Djeddah.

La tête en l’air, le pied en bas

Le circuit de Djeddah est une piste amusante à conduire. C’est très rapide et très physique, et comme il s’agit d’une piste urbaine, cela demande aussi beaucoup de concentration sur toute la distance de course. De plus, la surface de la piste combinée aux composés de pneus entraîne généralement une faible dégradation, ce qui signifie que la course devient plus un sprint qu’un marathon. Ceci, combiné à la nature rapide de la piste, le circuit de Djeddah est un très bon test de la préparation physique que nous avons mise en place pendant l’hiver. Il sera intéressant de voir comment l’A524 réagira sur un tracé différent et j’espère que nous nous en sortirons mieux qu’à Bahreïn.

Esteban Stats – Grand Prix d’Arabie Saoudite

Départs en Arabie Saoudite : 3

Points en Arabie Saoudite : 24

Points moyens : 8

Meilleure position sur la grille : 5 e (2022)

Meilleur résultat : 4 ème (2021)

Meilleur temps au tour en qualification : 1min 28.647secs (2021)

Tour le plus rapide : 1 min 31,797 s (2021)

Le saviez-vous ?

Esteban est l’un des six pilotes à avoir mené un Grand Prix d’Arabie saoudite, lors de l’épreuve inaugurale de 2021. Il a manqué de peu le podium dans cette course pour seulement 0,102 seconde à la ligne d’arrivée. Après avoir entamé un redémarrage sous drapeau rouge depuis la pole position, Esteban a connu une course exceptionnelle avec des dommages au plancher qui lui ont coûté des performances dans une course d’accélération jusqu’à la ligne d’arrivée avec Valtteri Bottas de Mercedes.

Pierre Gasly, #10, (championship, P18, 0pts) :

Des débuts difficiles

La performance et le résultat final à Bahreïn ont été conformes aux attentes au début de la saison. Notre objectif était de continuer à apprendre et à nous améliorer et d’essayer de maximiser tout ce que nous avions entre les mains. En fin de compte, nous n’avons pas tout mis en place, mais cela n’aurait pas fait une grande différence dans notre résultat. J’ai eu une Q1 désordonnée avec un peu de trafic dans le tour de sortie. En course, nous avons été un peu malchanceux avec un certain nombre de choses, comme le fait d’être pris dans le chaos du virage 1 après un bon départ ainsi qu’un problème lors de notre arrêt au stand, ce qui nous a fait reculer un peu. Donc, il y a certainement plus à venir de nous.

Une vue d’ensemble

Il y a une vue d’ensemble et nous sommes loin d’être là où nous voulons être en tant qu’équipe. Nous avons de nombreux domaines à améliorer – nous savons où ils se trouvent – et je sais que nous trouverons les solutions. Nous gardons la tête baissée, nous travaillons dur avec les outils dont nous disposons et cela demandera un peu de patience. Nous sommes bien conscients de notre situation et il faudra un certain temps pour que cela s’améliore. Mais cela ne change pas mon état d’esprit. J’aborde ce week-end prêt à partir pour obtenir le meilleur résultat possible.

Les yeux tournés vers l’avant

Nous avons eu quelques jours pour examiner et trouver des améliorations avant ce week-end. Il y a certainement de petites choses que nous pouvons faire avancer à Djeddah. La piste est un défi passionnant. C’est très différent de Bahreïn et il sera intéressant de voir comment la voiture se comportera sur un tracé plus rapide. C’est un endroit où j’aime courir. C’est rapide, technique et j’ai hâte d’être de retour dans la voiture jeudi.

Pierre Stats – Grand Prix d’Arabie Saoudite

Départs en Arabie Saoudite : 3

Points en Arabie Saoudite : 14

Points moyens : 4.6

Meilleure position sur la grille : 6 ème (2021)

Meilleur résultat : 6 ème (2021)

Meilleur temps en qualification : 1min 28.125secs (2021)

Tour le plus rapide : 1 min 32,297 s (2021)

Le saviez-vous ?

Pierre Gasly et Esteban Ocon ont tous deux un record de points de 100% dans les trois courses de F1 organisées à Djeddah jusqu’à présent. Ferrari est la seule autre équipe sur la grille ce week-end à se vanter d’avoir deux pilotes avec un tel palmarès.

Crédits photos : Teams