23 avril 2024

Vue d’ensemble du GP d’Abu Dhabi… Dernière épreuve de la saison

Le championnat du monde de Formule 1 se poursuit ce week-end avec le Grand Prix d’Abou Dhabi, ultime manche de la saison F1 2023, qui aura été longue de vingt-deux épreuves au total cette année.

Le Grand Prix d’Abu Dhabi de F1 n’aura pas d’importance pour le podium du classement pilotes ni pour le titre constructeur. Mais d’autres enjeux seront présents sur cette course disputée au crépuscule. Le premier sera la quatrième place du classement pilotes que se disputent Fernando Alonso, Carlos Sainz, Lando Norris et Charles Leclerc, qui ne sont séparés quepar 12 points.

Chez les constructeurs, la deuxième place entre Mercedes F1 et Ferrari est encore en jeu, et seulement quatre points séparent les deux équipes. Plus loin, Williams est encore sous la menace d’AlphaTauri pour la septième place. Mais l’écart est de sept points, et jamais la petite Scuderia n’a inscrit autant cette année en une seule course.

Beaucoup de jeunes pilotes en FP1

La plupart des équipes ont attendu le dernier moment pour aligner une 2e fois obligatoire un débutant au volant d’une F1 en EL1 cette année. Red Bull fait même très fort en alignant ses deux jeunes (Isack Hadjar et Jake Dennis) ensemble lors des EL1, les titulaires n’arrivant donc en piste qu’en FP2.

Nous aurons aussi en piste Frederik Vesti (Mercedes F1), Robert Shwartzman (Ferrari), Pato O’Ward (McLaren), Felipe Drugovich (Aston Martin F1), Jack Doohan (Alpine F1), Zak O’Sullivan (Williams), Théo Pourchaire (Alfa Romeo) et Oliver Bearman (Haas F1).

Seule AlphaTauri (avec Nyck de Vries et Liam Lawson) a déjà satisfait cette obligation et roulera uniquement avec ses titulaires à Abu Dhabi.

Analyse du GP par les Teams et pilotes :

Pirelli

ABU DHABI CLÔTURE LA SAISON PAR UN TEST ÉGALEMENT

MARIO ISOLA – RESPONSABLE DU SPORT AUTOMOBILE CHEZ PIRELLI :

« Nous passons des lumières de Las Vegas au coucher de soleil d’Abu Dhabi en l’espace de quelques jours, après un voyage d’un peu plus de 13 000 kilomètres, pour une course qui est maintenant bien établie comme la clôture de la saison. Yas Marina accueillera le Grand Prix d’Abu Dhabi pour la 15e fois ce week-end, et 11 d’entre elles ont marqué la dernière course de la saison.

Le circuit a été modifié en 2021 pour le rendre plus rapide et plus fluide, ce qui a également créé des opportunités de dépassement supplémentaires, comme nous l’avons vu lors des deux dernières courses. Yas Marina se situe au bas de l’échelle en ce qui concerne les exigences des pneus, malgré les charges verticales sur l’essieu avant en particulier. Par conséquent, nous avons sélectionné les trois composés les plus tendres, le C3 étant le dur, le C4 le moyen et le C5 le tendre. Il s’agit du même choix que l’année dernière et d’une sélection identique à celle observée à Las Vegas le week-end dernier : une confirmation de la polyvalence des composés actuels.

Comme c’est désormais la coutume, une journée d’essais aura lieu le mardi suivant le grand prix, chaque équipe disposant de deux voitures : l’une pour les jeunes pilotes et l’autre, en théorie, pour tester les pneus. Cependant, il n’y aura pas de nouvelles gommes à tester : la FIA a récemment communiqué que les gommes de 2024 seront les mêmes que cette année, le seul changement étant qu’il y en a désormais cinq au lieu de six disponibles, en raison de l’élimination du C0 (qui n’a jamais été utilisé lors d’un week-end de course cette année). Le test pourrait donc être utile aux équipes pour travailler sur la gestion des pneus en recueillant des données pour la saison prochaine. Les équipes disposeront d’une allocation de pneus prédéterminée pour le test. La voiture qui effectuera le travail sur les pneus disposera de 10 jeux lors du test, à savoir un C1, un C2, deux C5 et trois jeux de C4 et C3. Quant à la voiture des jeunes pilotes, elle disposera de deux trains de pneus C3 et C5 ainsi que de quatre trains de pneus C4.

LES PNEUS SUR LA PISTE

  • Pour la dernière course de la saison, les composés nommés sont C3 comme P Zero White hard, C4 comme P Zero Yellow medium et C5 comme P Zero Red soft.
  • Presque tous les pilotes ont pris le départ du Grand Prix d’Abu Dhabi de l’année dernière avec des pneus médiums. Les trois premiers de la course – dans l’ordre, Max Verstappen, Charles Leclerc et Sergio Perez – ne se sont arrêtés qu’une seule fois pour chausser le pneu dur, entre les tours 16 et 21.
  • Le tour de Yas Marina comprend 16 virages ainsi que quelques sections plus rapides, notamment une ligne droite de 1,2 kilomètre entre les virages 5 et 6. Les modifications apportées au circuit en 2021 ont réduit le tour à 5,28 kilomètres.
  • Lewis Hamilton est le pilote le plus titré avec cinq victoires à Abou Dhabi, suivi de Max Verstappen et Sebastian Vettel (trois victoires chacun). Mercedes et Red Bull sont les équipes les plus performantes, avec six victoires chacune.

Red Bull

Max Verstappen, #1 :

Abu Dhabi nous rappelle toujours de bons souvenirs

Abu Dhabi nous rappelle toujours de bons souvenirs, à moi et à l’équipe. Gagner mon premier championnat des pilotes ici est un souvenir que nous n’oublierons jamais. La saison a été longue mais fructueuse, et j’ai hâte de faire une pause et d’avoir du temps libre. Toute l’équipe a travaillé incroyablement dur et tout le monde mérite de se reposer et de passer du temps avec ses amis et sa famille. C’est le dernier effort de l’année et j’espère terminer cette saison en beauté.

Sergio Perez, #11 :

Je suis très heureux de me rendre à Abou Dhabi avec la deuxième place du championnat assurée

La dernière course de 2023 ! La saison a été parfois difficile, avec des hauts et des bas, mais je suis très heureux d’aller à Abu Dhabi avec la deuxième place du championnat en poche. Je veux terminer la saison en beauté, alors je vais travailler dur pendant le temps que j’ai dans la voiture pour m’assurer que nous sommes dans une bonne fenêtre. Nous avions un bon rythme à Vegas et j’ai eu deux semaines de course brillantes, le Brésil et le week-end dernier ont été très amusants. Je veux tirer le maximum de la voiture une fois de plus et si nous y parvenons, nous devrions avoir du succès samedi et dimanche.

  • Oracle Red Bull Racing est sur le point de terminer la saison la plus réussie de l’histoire de la Formule 1. La victoire de Max à Las Vegas est la 20e victoire de l’équipe, la plus importante pour un constructeur en une seule année. L’équipe a également déjà battu le record du plus grand nombre de tours effectués en une saison et il lui manque actuellement trois tours pour atteindre les 1 100 tours cette année.
  • Le triomphe de Max à Las Vegas constitue sa 18e victoire de la saison, soit trois de plus que l’an dernier et cinq de plus que tout autre pilote au cours des années précédentes.
  • Checo a décroché la deuxième place du championnat grâce à son podium à Las Vegas, ce qui permet à Oracle Red Bull Racing de terminer à la première place du championnat des pilotes pour la première fois de son histoire.
  • Le circuit de Yas Marina est le seul circuit sur lequel Max a gagné ces trois dernières années. L’équipe est également à la recherche d’une septième pole et d’une septième victoire à Yas Marina ce week-end.
  • La 53e victoire en carrière de Max lui permet de rejoindre l’ancien pilote Red Bull Racing Seb Vettel à la troisième place du classement des victoires, derrière Michael Schumacher (91) et Lewis Hamilton (103).

Mercedes

La saison s’achève à Yas Marina avec une lutte acharnée pour la deuxième place du championnat des constructeurs.

Toto parle d’Abu Dhabi :

Las Vegas a été un événement extraordinaire. Nous avons assisté à une course fantastique, visuellement spectaculaire, et dans l’ensemble, à un grand Grand Prix qui, j’en suis sûr, a contribué à accroître la visibilité du sport aux États-Unis. Tout le monde a travaillé très dur pour faire de cet événement un tel succès et le mérite en revient à toutes les personnes impliquées.

Sur la piste, nous nous sommes demandés ce qui aurait pu se passer. Le rythme de la voiture était élevé. Sans les nombreux accrochages, Lewis et George auraient pu prétendre au podium. Mais c’est un cas de « aurait pu », « aurait dû », « aurait dû ».

Ferrari a réduit l’écart au classement des constructeurs à seulement quatre points et nous sommes prêts à tout donner à Abou Dhabi pour sortir vainqueurs. Ils ont montré une bonne forme récemment, mais nous savons que nous n’avons pas maximisé nos performances lors des dernières courses. La lutte sera serrée et j’espère que nous pourrons terminer la saison sur une bonne performance et sur le devant de la scène.

Fiche d’information : Grand Prix d’Abou Dhabi :

  • Abu Dhabi a fait ses débuts en F1 en 2009 en tant que première course crépusculaire de la discipline, le départ étant donné au coucher du soleil. Environ 4 700 luminaires sont utilisés pour éclairer la piste.
  • Plusieurs modifications ont été apportées au tracé de la piste avant la course de 2021, faisant passer la longueur du tour de 5,554 km à 5,281 km.
  • Ces changements comprennent la suppression de la chicane au début du deuxième secteur et l’élargissement de l’épingle suivante. Les chicanes sinueuses au début du dernier secteur ont également été remplacées par un long virage incliné.
  • Comme pour les autres courses crépusculaires et nocturnes du calendrier, les FP1 et FP3 se déroulent de jour. La FP2, les qualifications et le Grand Prix lui-même se déroulent de nuit ou au coucher du soleil.
  • Cela représente un défi pour les ingénieurs et les pilotes qui doivent s’adapter aux changements de comportement des pneus et de la voiture en raison des différentes températures ambiantes et de la piste.
  • La voie des stands du circuit de Yas Marina est unique en F1, car elle comporte un tunnel.
  • Les pilotes passent sous la piste à la sortie de la voie des stands et rejoignent le côté gauche du virage 2.
  • La course de l’année dernière a connu plus de dépassements que n’importe quel autre Grand Prix de la saison, avec 80.
  • 16 d’entre eux étaient des dépassements « normaux » et 64 des dépassements avec l’utilisation du DRS.
  • Ce week-end, le circuit de Yas Marina dépassera Adélaïde en tant que circuit sur lequel se sont déroulées le plus grand nombre de courses de F1 en fin de saison (12e finale).

Ferrari

FIN DE LA SAISON A ABU DHABI

Il sera bientôt temps pour les feux d’artifice d’illuminer la nuit à la fin des 58 tours du Grand Prix d’Abu Dhabi de dimanche prochain, tirant ainsi le rideau sur la saison 2023, à l’exception d’une dernière séance d’essais sur le circuit de Yas Marina qui suivra le mardi 28 novembre. Il s’agit d’une finale importante pour Ferrari, car l’enjeu est abstrait, mais néanmoins important : la deuxième place du championnat du monde des constructeurs, l’écart avec Mercedes n’étant plus que de quatre points. Alors que le titre des pilotes a également été décidé, Carlos est actuellement à égalité de points avec son compatriote Fernando Alonso, bien que le pilote Ferrari soit en tête du classement grâce à sa victoire à Singapour et que Charles soit actuellement septième.

Trois pilotes. Pour la deuxième fois de la saison, la Scuderia aura trois pilotes en piste. Outre les deux pilotes de course, le pilote de réserve de l’équipe, Robert Shwartzman, pilotera la SF-23 de Charles Leclerc lors de la première séance d’essais libres. Plus tôt cette année, lors du Grand Prix des Pays-Bas, il a remplacé Carlos Sainz. Le jeune homme de 24 ans sera également au volant d’une Ferrari lors des essais de fin de saison de mardi, lorsque Carlos et Charles se partageront la deuxième voiture.

Difficile de dépasser. Le tracé de Yas Marina a été revu pour le rendre plus rapide et plus spectaculaire à partir de 2021, même si les dépassements restent très difficiles et que la piste reste à fort coefficient d’appui. Les deux meilleures opportunités de dépassement se trouvent dans le deuxième secteur : la première après le virage 5 à la fin de la ligne droite de 1,2 kilomètre où le DRS peut être ouvert ; cependant, les pilotes doivent ensuite s’assurer de bien freiner pour le virage 6 car il est suivi d’une autre ligne droite où l’aileron arrière mobile peut être utilisé, bien qu’une contre-attaque immédiate soit toujours d’actualité. Le troisième secteur est très technique et sinueux et peut être important pour les qualifications car il est essentiel de s’assurer que les pneus ont encore assez de vie pour fournir une bonne traction.

Coucher de soleil. Comme toujours, la course démarre alors que le soleil se couche directement dans les yeux des pilotes, mais lorsqu’il s’agit de choisir la teinte de la visière, il faut tenir compte du fait que la majeure partie de la course se déroule de nuit, sous les projecteurs. La deuxième séance d’essais libres a plus de poids car elle se déroule dans des conditions de piste identiques à celles rencontrées lors des qualifications et de la course, ce qui permet aux équipes de comprendre comment gérer au mieux les pneus lors des qualifications et de la course. Les nombreux virages à grande vitesse mettent les pneus à rude épreuve, c’est pourquoi, l’année dernière, une stratégie à deux arrêts s’est avérée la plus efficace. L’histoire nous apprend que les voitures de sécurité et les drapeaux rouges peuvent souvent mettre le feu aux poudres, de sorte que les équipes doivent se préparer à autant de situations que possible.

Frédéric Vasseur, Team Principal :

La fin de la saison approche et il est temps pour chacun de fournir un dernier effort avant une pause bien méritée. Nous avons très bien travaillé à Las Vegas, en restant concentrés même lorsque nous étions confrontés à des situations inhabituelles. Nous devons faire de même à Abou Dhabi après nous être rapprochés de Mercedes dans la lutte pour la deuxième place du championnat des constructeurs. Nous connaissons bien notre voiture et nous savons qu’elle ne sera pas aussi compétitive à Abou Dhabi qu’à Las Vegas, conscients qu’il n’y a pas grand-chose à choisir entre les équipes qui occupent actuellement les deuxième, troisième et quatrième places du classement. Le moindre détail peut faire la différence et chaque point compte, alors nous allons essayer de prendre le dessus et nous ferons tout pour y parvenir !

Statistiques Ferrari :

GP disputés 1073

Saisons en F1 74

Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)

Victoires 243 (22,65%)

Pole positions 248 (23,13%)

Tours de course les plus rapides 259 (24,14%)

Total des podiums 806 (25,04%)

Statistiques Ferrari Grand Prix d’Abu Dhabi :

GP disputés 14

Débuts 2009 (K. Räikkönen 12e ; G. Fisichella 16e)

Victoires 0

Pole positions 0

Tours de course les plus rapides 3 (21.42%)

Total des podiums 9 (21.42%)

Trois questions à CALUM MACDONALD, Driving Coach #55, Nationalité : Britannique, Né le : 19/11/91, Lieu de résidence : Glasgow (Écosse, Royaume-Uni) Glasgow (Écosse, Royaume-Uni) :

  1. Décrivez les caractéristiques du circuit d’Abu Dhabi.

Il s’agit d’une course de nuit qui, en plus d’être spectaculaire, présente de nombreux défis pour l’équipe. En termes de gestion des pneus et de stratégie, le grand changement de température ambiante et de la piste entre les séances d’essais libres 1 et 3 de l’après-midi, très chaudes, et les essais libres 2, les qualifications et la course de nuit, plus frais, signifie que les pilotes doivent ajuster leur approche du contrôle de la température des pneus en conséquence. Il y a une série de virages à basse, moyenne et haute vitesse, en commençant par le secteur 1 à haute vitesse où, même sur un tour en qualification, vous devez contrôler le glissement des pneus pour éviter la surchauffe en début de tour. Le deuxième secteur est caractérisé par les deux longues lignes droites DRS où l’on voit la majorité des dépassements en course. Le troisième secteur, autour de la marina et de l’hôtel emblématique, exige de la précision de la part du pilote qui doit contrôler le survirage et le manque d’adhérence des pneus arrière qui peuvent surchauffer avant d’arriver dans ce secteur.

  1. Après quelques épreuves de sprint et un circuit complètement nouveau, nous revenons à un circuit bien connu et à un format de week-end traditionnel. En tant qu’entraîneur des pilotes, comment abordez-vous le week-end avec Carlos et quelle est l’importance des données de l’édition précédente de la course ?

Nous aborderons le week-end en nous appuyant sur tout ce que nous avons appris les années précédentes à Abu Dhabi, ainsi que sur la préparation en simulateur que nous avons effectuée au cours des semaines précédant l’événement. Avec Carlos, mercredi et jeudi, nous passerons en revue toutes les informations dont il a besoin, y compris la gestion des pneus, l’utilisation de l’énergie, les caractéristiques de la piste, la stratégie, etc. Une partie de ce temps sera utilisée pour discuter en détail de son approche de conduite pour le tour, en utilisant des données antérieures précieuses et la vidéo embarquée pour spécifier l’approche correcte virage par virage et en soulignant toutes les astuces que nous avons trouvées pour fonctionner. De cette façon, nous commencerons la première journée avec une bonne base sur laquelle nous pourrons optimiser sa conduite et régler la voiture, dans le but d’être aussi prêts que possible pour les qualifications et la course.

  1. Qu’en est-il de vous ? Comment en êtes-vous venu à travailler pour Ferrari et qu’est-ce que cela fait de faire partie de cette équipe ?

J’ai rejoint Ferrari en 2016 après avoir obtenu un MSc en ingénierie avancée du sport automobile à l’université de Cranfield, après avoir obtenu mon diplôme de premier cycle en ingénierie mécanique avec aérodynamique à l’université de Glasgow. J’ai commencé ma carrière par six mois dans le cadre du programme diplômé de la Ferrari Engineering Academy en tant qu’ingénieur de performance sur simulateur. J’ai été immédiatement impliqué dans des projets réels avec des collègues très expérimentés, contribuant au développement de la voiture de Formule 1 et acquérant une expérience pratique avec des installations de pointe telles que le simulateur de conduite en boucle. Je ne saurais trop insister sur l’importance des six mois passés au sein de l’académie pour jeter les bases de ma carrière chez Ferrari. Faire partie de l’équipe en bord de piste, en première ligne de l’expérience de course, et contribuer directement aux performances de l’équipe est très gratifiant. L’environnement de travail est rapide et compétitif, et c’est l’aspect de mon travail que je préfère. En tant que seul ingénieur écossais de l’équipe, les différences culturelles ajoutent une saveur unique à la vie quotidienne, mais la passion commune pour l’excellence technique et le désir de gagner créent un fort sentiment de camaraderie au sein de l’équipe. Je fais partie de l’équipe depuis sept ans maintenant et c’est une expérience unique et gratifiante que de contribuer à l’héritage de l’équipe de Formule 1 Ferrari.

Grand Prix d’Abou Dhabi : faits et chiffres ;

4.8. C’est le nombre de secondes qu’il a fallu à la Formula Rossa, la montagne russe du Ferrari World d’Abu Dhabi, pour atteindre sa vitesse maximale de 239 km/h. Elle est donc encore plus rapide qu’une voiture de Formule 1 qui, dans le même laps de temps, ne peut atteindre que 200 km/h. Elle est donc encore plus rapide qu’une voiture de Formule 1 qui, dans le même laps de temps, ne peut atteindre « que » 200 km/h.

 

  1. C’est le nombre de tours du Grand Prix d’Abou Dhabi menés par une Ferrari, répartis entre trois pour Fernando Alonso lors de la malheureuse course de 2010, huit pour Sebastian Vettel en 2016 et un pour Charles Leclerc lors de la course de 2022. Cette course n’a donc pas été une chasse gardée pour l’équipe de Maranello et, en fait, Yas Marina est le circuit le plus couru sur lequel la Scuderia n’a jamais gagné.
  2. C’est le nombre d’oueds dans les Émirats arabes unis. C’est l’un des 20 pays au monde où il n’y a pas de rivières – huit en Asie, cinq en Océanie, trois en Europe et deux en Afrique – mais chaque année, pendant une très courte période, apparaissent des voies d’eau temporaires, appelées wadis, qui contribuent aux quelques oasis présentes au Moyen-Orient…

 

  1. Les différentes nationalités des fauconniers qui participent au festival triennal de fauconnerie d’Abu Dhabi, l’événement le plus important du genre. Il se déroule généralement dans un grand espace ouvert connu sous le nom de « camp du désert ». La fauconnerie est un sport tellement important à Abu Dhabi qu’on y trouve le plus grand hôpital vétérinaire consacré au traitement de ces oiseaux, au rythme d’environ 11 000 par an.

 

  1. C’est le nombre de records du monde Guinness établis en deux ans, de 2022 à 2023, aux Émirats arabes unis, ce qui porte à près de 200 le nombre total de records établis dans le pays. Les Émirats arabes unis sont tellement friands de records que l’organisation internationale qui les homologue y a même ouvert un bureau. Le dernier record en date a été établi dans les collines de Hajar, dans la ville de Hatta. Le nom de la ville est fièrement affiché sur la montagne, ce qui en fait l’enseigne la plus haute du monde. Chaque lettre mesure 19,28 mètres de haut, soit plus que la célèbre enseigne d’Hollywood, qui mesure 13,71 mètres. Si vous avez envie de le visiter, vous pouvez le faire gratuitement, mais sachez que l’accès ne se fait qu’à pied.

McLaren

« Cela a été une saison en dents de scie. D’où nous sommes partis à où nous en sommes, c’est le résultat du travail acharné de beaucoup de gens.

Neuf mois et 22 courses après notre arrivée dans le paddock de la F1 pour les essais de pré-saison à Bahreïn et un début de saison difficile, nous sommes à Abou Dhabi pour la finale de la saison avec neuf podiums à notre actif, notre plus haut niveau depuis 2012.

La saison s’est déroulée en deux temps, mais notre patience lors d’un début de campagne difficile a été récompensée par une excellente deuxième partie de saison qui nous a permis d’être en course pour la quatrième place du championnat des constructeurs, avec 11 points d’avance sur Aston Martin. La fin d’une saison est toujours chargée d’émotion, mais avant de faire le bilan d’une nouvelle année de hauts et de bas, l’équipe donnera tout ce qu’elle a dans la lutte pour la quatrième place, à une course de la fin de la saison.

Un an après ses débuts en Formule 1, Pato sera de retour dans notre voiture pour la première séance d’essais libres à Abu Dhabi, travaillant avec l’équipe pour recueillir des données et accroître son expérience. Il s’occupera de la voiture de Lando pendant la séance, avant de laisser les rênes au pilote britannique.

Nous avons recueilli les impressions de Lando, d’Oscar et du directeur de l’équipe Andrea Stella, ainsi qu’un guide du circuit, des statistiques clés, des conseils sur la façon de passer votre temps à Abu Dhabi et sur ce qu’il faut porter. Pour la dernière fois cette année, voici votre guide du Grand Prix d’Abu Dhabi…

Lando Norris, #4 :

« La fin de la saison est arrivée ! Le GP de Las Vegas ne s’est pas terminé comme je le souhaitais, mais je me sens bien et j’ai hâte de reprendre la compétition. Merci encore à tous ceux qui ont travaillé dur pour que j’aie une voiture à piloter ce week-end, et merci à tous les fans qui m’ont envoyé des messages ces derniers jours.

« Cette saison a été une véritable montagne russe. D’où nous sommes partis à où nous en sommes, c’est le résultat du travail acharné de beaucoup de gens. Il est normal que nous fassions de notre mieux pour terminer la saison avec plus de points pour l’équipe. Allons-y. »

Oscar Piastri, #81 :

« Je suis impatient de retourner à Abu Dhabi. J’ai d’excellents souvenirs de courses dans les catégories juniors là-bas et, bien sûr, c’est là que j’ai effectué mon premier test de débutant avec McLaren l’année dernière. L’année 2023 s’est déroulée à un rythme effréné à bien des égards et elle a été pour moi une année d’apprentissage intense. Certains des résultats que j’ai obtenus resteront à jamais gravés dans ma mémoire, et l’équipe et moi-même sommes impatients de terminer la saison avec le meilleur résultat possible. C’est la dernière ligne droite et l’esprit sensationnel qui règne au sein de l’équipe de course et à l’usine nous permettra de franchir la ligne d’arrivée. »

Le soleil se couche sur la saison

Le spectacle d’une McLaren serpentant autour de la marina et sous un hôtel au coucher du soleil à Abu Dhabi est l’un des plus impressionnants de la F1. Outre l’attrait visuel, le fait que la course se déroule au coucher du soleil constitue également un défi unique pour l’équipe et les pilotes. Lorsque le soleil se couche, la température baisse et la piste se refroidit, ce qui a un impact sur l’adhérence et l’équilibre et rend le sous-virage beaucoup plus probable.

Les FP1 et FP3 se déroulant en plein jour, les pilotes ne passent pas non plus tout leur temps d’entraînement dans des conditions comparables à celles de la course. Pour les pilotes et le personnel les plus expérimentés, l’impact de cette situation s’est quelque peu atténué, l’équipe ayant couru sur ce circuit depuis maintenant 14 ans. Pour la première fois depuis le Grand Prix d’Italie, nous courrons sur un circuit où Lando et Oscar ont tous deux une expérience préalable, l’Australien ayant couru ici lorsqu’il était junior.

Du point de vue de la course, la caractéristique principale du circuit et sa plus grande opportunité de dépassement est sa ligne droite de 1,2 km, qui est prise en sandwich entre des virages à faible vitesse. Il y a plusieurs virages lents dans le premier secteur de la piste, ce qui permet de regrouper le peloton et de favoriser les courses serrées.

La conception du circuit de Yas Marina a changé ces dernières années, et des travaux de remodelage ont été effectués avant la course de 2021 pour créer plus d’opportunités de dépassement. Le tour a été raccourci à 5,281 km et cinq virages ont été supprimés, notamment la chicane et les virages 11 à 14, tandis que plusieurs autres virages ont été élargis.

La dernière fois :

Le Grand Prix de Las Vegas a offert un excellent spectacle sur et en dehors de la piste, mais s’est avéré être l’une de nos courses les plus difficiles ces derniers temps. Pour la première fois depuis le Grand Prix de Miami, Lando et Oscar sont tous deux sortis en Q1 lors des qualifications, mais ils avaient l’intention de remonter dans l’ordre lors de la course.

Cependant, Lando a été victime d’un grave accident au début du Grand Prix de samedi soir, après avoir chuté au moment du redémarrage, perdu l’arrière et percuté le mur. Heureusement, le pilote britannique s’en est sorti indemne et sera de retour dans le cockpit pour la finale de la saison ce week-end. Lando est actuellement sixième du championnat des pilotes, à cinq points de Carlos Sainz (quatrième) et sept de Charles Leclerc (septième).

Oscar a connu un après-midi plus fructueux, se hissant de la 18e à la 10e place et réalisant le tour le plus rapide, ce qui a permis à l’équipe de marquer des points importants dans la lutte pour la quatrième place du championnat des constructeurs. Oscar est neuvième au classement des pilotes, avec 15 points d’avance sur Lance Stroll (10e).

Andrea Stella :

« Nous sommes arrivés à la fin d’une longue saison de course. Le Grand Prix d’Abu Dhabi est un événement important pour nous, car nous terminons notre lutte pour le championnat des constructeurs. Nous abordons ce week-end de manière plus positive que le précédent, car le circuit de Yas Marina devrait mieux convenir à notre voiture.

« Alors que nous approchons de la fin de la saison, je dois dire que je suis très fier de chacun des membres de l’équipe McLaren, que ce soit sur le circuit ou à Woking. Toute l’équipe a travaillé incroyablement dur depuis le départ difficile que nous avons eu à Bahreïn, jusqu’à ce que nous soyons dans une position où nous pouvons nous battre non seulement pour de bons points, mais aussi pour des podiums. Nous profiterons de cette dernière occasion pour faire de notre mieux afin de terminer la saison en beauté.

Dossier d’information :

– Abu Dhabi accueille un Grand Prix depuis 2009

– Le Grand Prix d’Abu Dhabi a été la première course de F1 à se dérouler au coucher du soleil.

– Le circuit de Yas Marina a six tracés possibles

– Les pilotes roulent à pleine puissance pendant 69 % du tour

– Lewis Hamilton et Jenson Button sont tous deux montés sur le podium lors de notre deuxième Grand Prix d’Abou Dhabi.

– Hamilton a remporté notre premier Grand Prix d’Abu Dhabi en 2011

– Hamilton a décroché les deux poles à Abou Dhabi, se qualifiant en premier en 2009 et 2012

– Notre meilleur classement au championnat des constructeurs depuis 2012 a été obtenu lors du Grand Prix d’Abou Dhabi 2019, où nous avons terminé à la troisième place du classement.

– Lando n’a jamais terminé plus bas que huitième à Abou Dhabi.

– Avec sept podiums cette saison, Lando est à deux doigts de doubler son plus grand nombre de podiums en une seule saison de F1.

– Oscar a couru à Abou Dhabi en Formule Renault Eurocup, où il a gagné en 2019, et en Formule 2, où il a remporté la Feature Race en 2021.

– Oscar a été couronné champion de Formule 2 lors de sa dernière visite à Abu Dhabi en 2021.

Le décor :

Située sur une île du golfe Persique, Abu Dhabi est une ville moderne riche en patrimoine et en histoire. En ce sens, Abu Dhabi offre le meilleur des deux mondes. Capitale des Émirats arabes unis, elle offre un cadre luxueux et magnifique pour un grand prix, bordé de plages de sable blanc.

La caractéristique principale de la ville est sans aucun doute l’époustouflante Grande Mosquée Sheikh Zayed, un chef-d’œuvre architectural comprenant plus de 1 000 colonnes, 82 dômes, des lustres dorés à l’or fin (24 carats) et le plus grand tapis noué à la main du monde. Si vous n’avez le temps de faire qu’une seule chose pendant votre séjour à Abu Dhabi, c’est cette visite qui s’imposera. Mais si vous avez la chance d’avoir plus de temps libre, bien d’autres choses vous attendent.

Si vous avez faim de culture, le Louvre d’Abu Dhabi devrait être le prochain sur votre liste. Si vous avez vraiment faim, Abu Dhabi regorge de restaurants extraordinaires et de plats intéressants, de la gaufre à l’avocat du Sola Café and Restaurant au chilli gobhi de Punjab Highway. Après avoir mangé, vous aurez probablement envie d’une activité un peu plus relaxante, auquel cas nous vous recommandons de vous promener le long de la Corniche, une étendue de cinq miles de plages, d’œuvres d’art et de jardins.

Aston Martin

Dan Fallows, directeur technique :

Que pensez-vous de notre compétitivité au Grand Prix de Las Vegas ?

« Au cours des deux dernières courses, nous avons expérimenté des pièces sur la voiture et nous avons trouvé une bonne enveloppe pour la voiture. Le Brésil et Las Vegas sont deux circuits assez différents, mais nous avons réussi à être relativement compétitifs sur les deux. Nous sommes heureux d’avoir trouvé un terrain d’entente avec la voiture.

Lance s’est brillamment repris, passant de la P19 à la P5, tout comme Fernando qui a fait un tête-à-queue au premier virage pour terminer P9. Comment jugez-vous la performance de nos pilotes à Las Vegas ?

« C’était une course extraordinaire. Passer des qualifications, où nous pensions que nous aurions pu nous qualifier un peu mieux que nous l’avons fait – nous pensions que le rythme de la voiture était un peu plus fort – à une course où Fernando était effectivement dernier au premier virage – pour transformer cela en un double résultat, c’est un effort extraordinaire de la part de tout le monde.

« La voiture de sécurité nous a un peu joué des tours, mais l’équipe a pleinement profité des circonstances et la stratégie était au point. Lance a fait une course parfaite ; passer de la dernière ligne au top 5 est un exploit impressionnant.

Alors que nous approchons de la dernière course à Abu Dhabi, comment reflétez-vous le travail acharné et les efforts de tous les membres de l’équipe, à la fois sur la piste et sur le campus technologique d’AMR ?

« Cela a représenté une énorme quantité de travail et nous ne devons pas sous-estimer la difficulté de commencer la saison avec une voiture performante et de voir le peloton rattraper son retard au milieu de la saison.

« Ensuite, trouver les réserves et la motivation nécessaires pour réagir et remonter la pente à la fin de la saison témoigne du talent et de la résilience de notre équipe. C’est un témoignage de l’énorme quantité de travail que les gens ont accompli dans les coulisses du Campus technologique. Nous avons toujours la faim et la motivation nécessaires pour obtenir ces résultats, et ce fut un réel plaisir cette saison.

« C’est aussi une bonne indication que nous sommes dans une position solide pour grandir et travailler vers notre objectif de nous battre pour des victoires en course dans les années à venir.

À Abou Dhabi, nous cherchons à marquer plus de points, mais nous sommes également en lice pour la quatrième place du championnat des constructeurs.

« Nous ne pouvons que nous concentrer sur nous-mêmes et faire le meilleur travail possible. Je pense que nous avons prouvé lors des deux dernières courses que nous ne devions pas nous inquiéter du défi que représente le circuit de Yas Marina. C’est un circuit qui pourrait convenir à certains de nos concurrents, mais nous avons prouvé que nous pouvions aussi être compétitifs.

« Il est très serré et cela peut aussi jouer en notre faveur. Nous devons être prêts à saisir toutes les opportunités.

Où en est le développement de la voiture de l’année prochaine ?

« Nous avons beaucoup travaillé sur la voiture de l’année prochaine. Nous avons déjà mis en production certains des principaux composants et nous mettons la dernière main à l’ensemble aérodynamique pour le lancement.

« Le travail se poursuit ensuite. Nous avons un arrêt hivernal qui arrive bientôt et nous devons en tenir compte, mais dès que la voiture de lancement est terminée, les développements pour la saison prochaine se poursuivent à plein régime. C’est du non-stop.

Notre équipe de pilotes reste inchangée pour 2024. Quelle est l’importance de cette continuité ?

« C’est très important pour nous. Lance et Fernando tirent le meilleur parti de la voiture en ce moment et c’est ce que nous voulons continuer à faire.

« Ils ont joué un rôle essentiel en nous aidant à comprendre les erreurs que nous avons commises à la mi-saison et à les corriger. Leurs commentaires nous ont aidés à identifier les points forts et les points faibles de la voiture, ainsi que les moyens de l’améliorer.

« Les avoir dans le cockpit l’année prochaine, avoir cette continuité, est vraiment important pour l’équipe en termes de développement et de compréhension de la voiture.

Cognizant : la perspicacité et la rapidité au service de l’innovation

  • Interruptions de course : Il y a eu trois voitures de sécurité au cours des cinq dernières courses sur le circuit de Yas Marina, et trois déploiements de voitures de sécurité virtuelles au cours des cinq dernières courses – malgré de nombreuses sorties de piste sur la majeure partie du circuit.
  • Dépassement : Deux zones DRS entre les virages cinq et six et les virages huit et neuf offrent de nombreuses possibilités de dépassement. L’année dernière, il y a eu 60 dépassements, ce qui est supérieur à la moyenne.
  • Stratégie : Les pneus C3, C4 et C5 sont alloués pour la course de ce week-end – la même allocation que pour le Grand Prix de Las Vegas. Les stratégies à un ou deux arrêts sont courantes au Grand Prix d’Abu Dhabi. La perte au stand, qui est de 22 secondes, est légèrement supérieure à la moyenne de la saison.
DRS
Turns ans sectors

 

Alpine

Esteban Ocon, #31 :

« Cela a définitivement été une saison longue et intense pour tout le monde et je sais que nous attendons avec impatience le temps libre pour nous reposer et récupérer avant l’année prochaine. Notre objectif est désormais de bien performer ce week-end, de poursuivre sur la lancée de Las Vegas et de terminer la saison en beauté. Le circuit Yas Marina est une piste que nous apprécions et connaissons bien. Bien sûr, je ne participerai pas aux EL1 ce week-end car Jack [Doohan] sera dans la voiture et je suis sûr qu’il fera un excellent travail. Nous sommes tous motivés à l’idée de vivre un autre week-end positif, avec l’intention de terminer sur une bonne note et de donner un coup de pouce supplémentaire à tout le monde pendant la saison hivernale. Nous allons garder la tête baissée ce week-end et nous concentrer sur nous-mêmes afin de réaliser un week-end fluide et de terminer la saison avec plus de points en poche. »

Pierre Gasly, #10 :

« C’est désormais l’heure de la dernière course de la saison, qui semble s’être déroulée en un éclair. Je suis vraiment excité après une longue saison et quelques semaines chargées avec le triple titre suivi de Las Vegas. Nous revenons à une piste conventionnelle avec des timings normaux et un format de week-end standard. C’est une piste que nous connaissons tous bien et j’espère qu’il n’y aura pas trop de surprises. La cible est assez simple. Nous visons à terminer la saison dans les points pour maximiser notre total pour l’année. Après quelques jours de repos et de compréhension des fuseaux horaires, j’attends avec impatience vendredi et commencer le week-end de la meilleure façon possible.

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

La saison 2023 se termine ce week-end dans le cadre familier d’Abu Dhabi. Le revêtement a été refait dans plusieurs virages, mais pour le reste, la piste reste inchangée après un reprofilage majeur il y a quelques années.

Les séances FP1 et FP3 de l’après-midi se déroulent dans des conditions plus chaudes et sont moins utiles que la séance FP2 du soir. Zak O’Sullivan conduira la voiture d’Alex lors de la FP1, ce qui lui permettra d’acquérir une précieuse expérience de la F1 et de nous donner de nouvelles informations sur les performances de la FW45. Alex reviendra pour la FP2.

Notre principal objectif ce week-end est d’achever les derniers essais qui nous permettront de déterminer la trajectoire finale de développement de la FW46. En même temps, nous chercherons à nous assurer la 7e place au championnat. Bien que nous devions surveiller ce que font nos rivaux, notre meilleure forme de défense sera l’attaque et nous chercherons simplement à maximiser les performances de la FW45 et à terminer la saison avec le meilleur résultat possible en course.

Alex Albon, #23 :

A l’approche de la dernière course de l’année, nous avons un but et un objectif clairs à atteindre avec le championnat des constructeurs. Ce sera une course intéressante ; ce n’est pas toujours notre circuit préféré, mais avec ce tracé modifié ces dernières années, il nous convient un peu mieux qu’avant. Nous devrons juste nous assurer que nous restons concentrés sur l’exécution de notre travail et que nous ne commettons pas d’erreurs.

Logan Sargeant, #2 :

J’attends avec impatience la finale de la saison à Abu Dhabi. L’objectif est de terminer la saison en beauté avec l’équipe et de conserver la 7e place au championnat. Le circuit de Yas Marina est un circuit que je connais bien grâce à mes expériences précédentes en monoplace. J’espère que nous pourrons progresser tout au long du week-end et obtenir un résultat positif.

Zak O’Sullivan, # :

Je suis très enthousiaste à l’idée de prendre le volant de la FW45 lors de la première journée d’essais à Abu Dhabi. C’est fantastique d’avoir cette opportunité si tôt dans ma carrière, et j’ai hâte de découvrir la dernière génération de voitures de F1. Un grand merci à Williams Racing pour avoir facilité ce projet. Je vais adorer travailler avec l’équipe, Alex et Logan tout au long du week-end.

AlphaTauri

Daniel Ricciardo, #3 :

« Nous avons connu une période frustrante à Las Vegas, car nous n’avons jamais réussi à faire fonctionner les pneus correctement et nous avons lutté avec cela tout au long du week-end. Abu Dhabi est un circuit avec une force portante moyenne, ce qui me rend plus optimiste pour la dernière course. Après l’horaire inhabituel de la dernière course, nous revenons à un week-end plus normal. Cependant, en raison de l’horaire des courses nocturnes, la FP2 est la seule séance vraiment représentative pour la préparation des qualifications et de la course. C’est l’une de ces séances où vous considérez la FP1 et la FP3 comme une sorte de séance d’essai, mais dans votre esprit, vous savez déjà ce que vous allez faire pour la FP2 et les qualifications. D’une certaine manière, on peut avoir l’impression que le week-end est un peu compromis, mais c’est une bonne occasion de tester certaines choses, donc je pense que tout devrait bien se passer, et j’ai hâte d’y être. La dernière course de l’année est toujours amusante et c’est un bon endroit pour terminer la saison.

« Ils ont changé le tracé du circuit il y a deux ans et, en général, bien que cela ait rendu l’expérience de conduite un peu meilleure qu’avant, je n’ai pas l’impression que cela ait affecté les possibilités de dépassement, donc cela n’a pas amélioré la course en tant que telle.

« Nous avons des mises à jour ce week-end, et même si je n’ai pas été avec l’équipe toute l’année, je sais que l’un des principaux domaines sur lesquels nous avons travaillé est de rendre la voiture plus efficace et moins sensible à la traînée. Certaines de ces mises à jour ont ciblé ces domaines, et je sais que c’est quelque chose que nous voulons améliorer pour l’année prochaine. Je pense que le fait d’avoir ces mises à jour en fin de saison signifie que cela devrait être un peu moins un compromis pour nous que si c’était au début de la saison.

« Dans l’ensemble, si l’on considère l’année écoulée, je me suis bien amusé, même si la saison a été courte et semée d’embûches, mais j’ai vraiment pris du plaisir. Je pense que, pour ce qui est de me sentir à l’aise dans la voiture et de m’intégrer à l’équipe en si peu de temps, cela s’est mieux passé que je ne l’imaginais, ce qui me rend heureux et me donne beaucoup d’enthousiasme pour l’année prochaine.

« Ce sera la dernière course de Franz avec l’équipe, ce qui n’est pas rien puisqu’il est là depuis le premier jour. Lorsque j’ai visité l’usine pour la première fois en début d’année, beaucoup de choses avaient changé depuis la dernière fois que j’ai couru pour eux, mais Franz a été une présence constante. Cela a toujours été un plaisir de travailler avec lui, et vous devez admirer son dévouement et sa volonté de gagner, qui est aussi forte aujourd’hui qu’elle l’était lorsque j’ai commencé avec l’équipe en 2012. »

Yuki Tsunoda, #22 :

« Nous avons fait de notre mieux à Las Vegas en course et nous avons joué un peu, en commençant avec le composé tendre, ce qui a porté ses fruits puisque je suis passé du fond de la grille à la 12e place, en évitant les chutes du premier tour. Après cela, les problèmes de pneus qui nous ont affectés tout au long du week-end, comme le réchauffement et le grainage, nous ont rendu la vie difficile, alors j’attends avec impatience un week-end plus normal à Abu Dhabi.

« Je suis positif et je garde un bon souvenir de Yas Marina, où j’ai terminé quatrième il y a quelques années. Nous avons également apporté quelques améliorations ici, qui devraient nous aider pour la dernière course, ainsi que pour l’année prochaine, il sera donc important de voir quel effet elles auront. Bien que nous n’ayons pas marqué de points à Vegas, Williams non plus, donc notre lutte au championnat des constructeurs est toujours d’actualité, avec un écart de sept points inchangé. Je pense qu’il sera crucial de tout mettre en œuvre tout au long de la semaine, d’extraire toutes les performances de la voiture et de maximiser toutes les opportunités. Les qualifications seront très importantes, car même avec le nouveau tracé de la piste, les dépassements ne sont pas faciles. J’espère que la voiture sera performante et que les conditions chaudes nous permettront d’éviter le problème de mise en température des pneus qui nous a tant affectés à Las Vegas.

« Franz Tost est le seul patron d’équipe de F1 avec lequel j’ai travaillé. J’ai le sentiment de m’être battu pour lui cette année, et je veux vraiment battre Williams pour lui lors de sa dernière course en tant que directeur d’équipe. J’apprécie ce qu’il a fait. Sans lui, je ne courrais pas ici, et sans ses conseils, je n’aurais pas progressé autant que je l’ai fait. J’espère que nous pourrons finir sur une bonne note, terminer la saison comme nous le souhaitons et être en mesure de lui donner le sourire.

« Les trois dernières journées, combinées aux séances de simulateur, ont été assez fatigantes, alors j’ai hâte d’avoir un peu de temps libre. Je me donne toujours à cent pour cent à chaque course et je ferai de même ce week-end. J’utiliserai toute l’énergie qu’il me reste à Abu Dhabi.

Alfa Romeo

L’Alfa Romeo F1 Team Stake met un terme à la saison 2023 lors du Grand Prix d’Abu Dhabi. La course de Yas Marina est peut-être le dernier chapitre d’une longue saison, mais il y a encore beaucoup à décider au championnat, et l’équipe a promis de se battre jusqu’au dernier mètre de route lors de la dernière course.

Le Grand Prix d’Abu Dhabi marque la dernière course de Sauber Motorsport sous le nom d’Alfa Romeo F1 Team Stake – un moment spécial qui exige une performance spéciale de la part de tous les membres de l’équipe.

Sauvez la dernière danse

La fin de la saison est toujours un événement spécial. Il n’est pas nécessaire qu’il s’agisse d’une course à fort enjeu, d’un championnat décisif, d’un moment décisif où l’on donne des réponses, où l’on prononce des verdicts (même si c’est le cas pour notre équipe), pour qu’elle ait une signification particulière. Une fin de saison est spéciale simplement parce qu’elle est ce qu’elle est, la dernière page du livre qu’a été 2023.

La fin de la saison est un moment d’exaltation, la fin d’un long voyage passé côte à côte, épaule contre épaule avec des coéquipiers, des rivaux, des collègues. C’est aussi un moment de réflexion, de retour sur ce que l’on a fait au cours des douze derniers mois, de bilan, de révision, d’apprentissage : et cette saison a été longue, née il y a longtemps dans le froid de février avec le lancement des équipes, puis dans des climats plus chauds avec les essais et la première course à Bahreïn. Ce fut une saison de hauts et de bas, une saison de progrès et d’enseignements, une saison de travail acharné, de moments agréables, de longues heures de travail et de sueur, de sourires et de larmes.

La fin de la saison est toujours un moment poignant : c’est le dernier jour d’école, c’est le moment où l’on attend avec impatience les vacances, mais avec une pointe de mélancolie pour ce qui a été et ce qui est parti. C’est le moment de faire le point et de dire au revoir aux partenaires et aux collègues de travail dont le chemin prend une direction différente de la vôtre : c’est le moment de réfléchir aux personnes qui ont partagé ce voyage avec vous, et qui sont passées de collègues à amis, puis à famille.

C’est lors de la finale de la saison à Abu Dhabi que nous dirons au revoir à nos partenaires d’Alfa Romeo après six années passionnantes passées ensemble : avec la fierté d’avoir ramené cette marque historique en Formule 1, d’avoir parlé aux Alfistes du monde entier et en leur nom, de nous être battus pour chaque centimètre carré de tarmac pour le Biscione. Avec la fierté d’avoir réuni la marque italienne et Sauber, et l’héritage de l’équipe suisse en Formule 1 dont peu de gens peuvent se vanter.

La finale de la saison à Abu Dhabi sera néanmoins une course : une course dans laquelle nous nous engageons pour nous battre, pour marquer des points, pour terminer l’année en beauté. Pour continuer sur notre lancée jusqu’à l’hiver, jusqu’à la nouvelle année, jusqu’à la nouvelle saison. Il y a encore beaucoup de choses en jeu : beaucoup de choses pour lesquelles nous devons nous battre, et nous nous battrons. Pour nos marques, pour nos collaborateurs, pour nos fans.

La fin de la saison est le dernier chapitre de cette symphonie d’une longue saison : mais la musique continue de jouer, et nous sommes prêts pour la dernière danse de 2023.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« Une saison longue et difficile s’achève : neuf mois intenses se sont écoulés et il est indéniable que nous n’avons pas tout à fait répondu aux attentes que nous nous étions fixées au départ. Au cours de ces 21 courses, il y a eu de bons et de mauvais jours, mais nous sommes toujours restés soudés, en tant qu’équipe, comme il se doit. Malgré tous les défis, nous tous, l’équipe sur le terrain, l’équipe locale à Hinwil et, bien sûr, nos pilotes, n’avons jamais cessé de travailler dur pour améliorer et développer notre voiture, et pour cela nous devons être fiers des efforts que nous avons déployés – et les garder comme base et comme point de départ pour la saison qui va suivre. Une dernière course nous attend : nos principaux concurrents n’ayant pas marqué de points à Las Vegas, le classement est resté inchangé, et il nous reste une chance d’essayer d’améliorer encore notre position au classement. En outre, ce week-end de course marquera la fin du partenariat avec notre partenaire en titre, Alfa Romeo – et nous avons l’intention d’honorer cette relation une dernière fois et de célébrer ces six années fructueuses passées ensemble, au cours desquelles nos deux marques ont prospéré et se sont développées. Nous sommes tous prêts à donner tout ce que nous avons jusqu’au drapeau à damier dimanche soir, pour essayer de terminer la saison sur une note positive. »

Valtteri Bottas, #77 :

« Juste comme ça, nous nous retrouvons à Abu Dhabi, pour la dernière course de l’année. Ce fut une saison chargée et difficile, et bien que nous n’ayons pas atteint les objectifs que nous nous étions fixés en janvier, je pense que nous pouvons dire que nous avons travaillé très dur pour mieux comprendre notre package et, avec lui, de nombreuses leçons qui nous aideront en 2024. J’ai été vraiment malheureux de voir ma course se terminer pratiquement après le premier virage samedi dernier, car nous avions semblé forts tout au long du week-end et j’étais convaincu que nous aurions pu ramener des points à la maison. Pourtant, aucun de nos concurrents n’a marqué de points à Las Vegas et le classement reste inchangé : ce week-end, nous avons encore une chance de bien faire et d’améliorer notre position, et nous sommes motivés pour faire de notre mieux pour y parvenir. »

Zhou Guanyu, #24 :

« Il me semble qu’hier, nous nous préparions à lancer une nouvelle saison à Bahreïn, et nous voici maintenant à l’aube du dernier week-end de course de l’année. Ma deuxième saison de Formule 1 s’achève, et je peux dire que je suis fier des progrès et de la croissance que j’ai réalisés en tant que pilote cette année. Malheureusement, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu, mais il nous reste une course pour essayer d’améliorer notre position au classement, faire une bonne course et continuer sur notre lancée jusqu’à la fin de l’année. Si je regarde Las Vegas, j’ai eu une course très mouvementée avec beaucoup de batailles, même si je n’ai pas vraiment pu améliorer ma position par rapport à mon point de départ. Nos concurrents directs n’ont pas non plus réussi à se hisser dans le top 10, ce qui signifie que la bataille reste ouverte : toute l’équipe est prête et déterminée à faire de son mieux pour essayer d’améliorer sa position au classement. Ce serait une belle façon de terminer notre saison, pour l’équipe de Hinwil qui a travaillé si dur tout au long de l’année, et pour nos fans, pour leur soutien indéfectible. »

Haas

La 23e et dernière manche du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2023 emmène MoneyGram Haas F1 Team sur le circuit de Yas Marina, pour le Grand Prix d’Abu Dhabi.

Le périple de MoneyGram Haas F1 Team en 2023 l’a mené autour du monde, parcourant 5357 tours (27 335 km) de certains des meilleurs circuits à bord de la VF-23, avec le duo de vétérans Kevin Magnussen et Nico Hulkenberg qui se sont associés pour accumuler 12 points. À l’approche de la dernière manche, l’ambition est de terminer la saison de championnat sur une note positive et de quitter 2023 sur une base solide.

Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, est entré dans le calendrier de la Formule 1 en 2009, sur l’île artificielle de Yas, et s’est imposé comme le lieu traditionnel de la finale. Les champions du monde ont été couronnés à Yas Marina en 2010, 2014, 2016 et 2021, lors de confrontations passionnantes qui ont été acclamées et ont suscité la controverse.

Le circuit de 5,2 km comporte 16 virages, deux longues lignes droites et plusieurs virages à vitesse lente et moyenne. Il a fait l’objet d’une refonte partielle en 2021, dont les modifications ont été saluées par les pilotes, en particulier la nouvelle balayette du virage 9, qui a remplacé une chicane laborieuse et languissante.

MoneyGram Haas F1 Team accueillera à nouveau Oliver Bearman, membre de la Ferrari Driver Academy, pour sa deuxième séance d’essais libres 1 de la saison. Bearman, multiple vainqueur de courses de Formule 2, a piloté pour la première fois la VF-23 lors de la séance correspondante de 60 minutes à Mexico, et sa course de vendredi répondra à l’obligation de l’équipe de faire rouler un pilote débutant lors de deux séances d’entraînement en 2023.

Guenther Steiner – Directeur d’équipe :

Nous nous dirigeons vers la finale de la saison du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2023, le Grand Prix d’Abu Dhabi. Comment résumeriez-vous la saison, en partageant à la fois vos moments préférés et les plus difficiles de l’année ?

« Je dirais que le début de la saison a été plutôt bon, c’était prometteur. En intégrant Nico dans l’équipe, nous avons obtenu exactement ce que nous voulions grâce à son expérience, mais nous nous sommes heurtés à un mur dans le développement de la voiture, nous n’avons pas pu trouver plus de performance et d’autres l’ont fait. Nous avons fait un pas en arrière et nous espérons pouvoir faire un pas en avant l’année prochaine. Le point culminant a été le fait que Nico a marqué des points en Australie après trois ans d’absence en tant que pilote de Formule 1 à plein temps.

La semaine prochaine aura lieu un test d’après-saison, au cours duquel Pietro Fittipaldi et Oliver Bearman prendront tous deux le volant de la VF-23. Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

« Pietro sera dans la voiture d’essai des pneus, car c’est une bonne opportunité pour nous au cas où nous aurions besoin de lui l’année prochaine en tant que pilote de réserve. Il n’y a pas de nouveaux pneus pour l’année prochaine, et nos pilotes actuels ont suffisamment testé les pneus avec 22 courses, donc nous mettrons Pietro dans une voiture, ce qui laissera la place de pilote débutant disponible. Ollie a fait du bon travail lors de la première séance d’essais, alors nous nous sommes dit qu’il fallait l’engager pour lui donner plus d’expérience.

Il ne reste plus que quelques jours avant que le paddock n’entre en pause hivernale pour un repos bien mérité. À quoi ressemble votre intersaison ? De combien de temps disposez-vous pour vous détendre avant de vous remettre au travail pour la nouvelle saison ?

« Cette année, je ne pense pas qu’il y aura une période de détente, car nous devons travailler dur pour retrouver notre forme et notre compétitivité. Il y a beaucoup de travail à faire et je dois me concentrer pour être prêt pour la saison prochaine, pour être dans une meilleure position que nous l’avons été cette saison. Aujourd’hui, nous ne regardons que vers l’avant. Ce qui s’est passé, nous ne l’oublions pas, mais nous avons suffisamment appris, et tout est ouvert pour l’année prochaine. »