23 avril 2024

Sainz s’impose au GP d’Australie avec un doublé Ferrari, Verstappen abandonne

Le pilote Ferrari Carlos Sainz a remporté la première victoire non Red Bull de la saison en réalisant une performance impressionnante lors du Grand Prix d’Australie, profitant des problèmes techniques de Max Verstappen dans les premiers tours qui ont contraint le champion du monde en titre à l’abandon.

En quête d’une 10e victoire d’affilée, Verstappen a converti son avantage de la pole position en course, mais a rapidement signalé des problèmes, avec un deuxième tour compromis ouvrant la porte à Sainz.

À partir de là, les problèmes de freins de Verstappen se sont aggravés et, avec des panaches de fumée sortant de l’arrière de sa RB20, il a quitté la trajectoire pour laisser le reste du peloton le dépasser avant de rentrer aux stands et d’abandonner pour la première fois en deux ans.

Sainz est monté en puissance en l’absence de Verstappen, se forgeant une solide avance sur Lando Norris, son coéquipier Charles Leclerc et le favori local Oscar Piastri au fur et à mesure que la course se développait, pour finalement prendre le drapeau à damier et remporter le troisième triomphe de sa carrière en F1.

Leclerc a effectué un undercut sur Norris dans les premiers instants de la course pour remonter à la deuxième place et soutenir Sainz pour le premier doublé de Ferrari depuis l’ouverture de la saison 2022, mais le Britannique a néanmoins enregistré son premier podium de la saison pour lui et McLaren.

#55, Carlos Sainz, Ferrari, P1. pht. Ferrari

Piastri a également pris l’avantage sur Norris lors de la première série d’arrêts aux stands, avant d’être prié de s’écarter pour son coéquipier et de perdre encore un peu de temps à cause d’une sortie de piste, ce qui lui a valu une quatrième place solitaire à l’arrivée, suivie par la Red Bull de Sergio Perez.

George Russell était en train d’essayer de rattraper Fernando Alonso pour la sixième place lorsqu’il a tapé dans le complexe des virages 6 et 7, causant des dommages importants à sa Mercedes et provoquant la sortie d’une voiture de sécurité virtuelle jusqu’à l’arrivée.

Lance Stroll a gagné une place à la suite de cet incident, faisant de deux Aston Martin dans les points en septième position, tandis que Yuki Tsunoda a donné à VRB sa première récompense de la campagne en huitième position et que Haas a pris une poignée de points bienvenue avec Nico Hulkenberg en neuvième position et Kevin Magnussen en dixième position.

La décision de Williams de placer Alex Albon dans la voiture de Logan Sargeant ne s’est pas vraiment traduite par des points puisqu’il a pris la 11e place, suivi par l’autre pilote local en action, Daniel Ricciardo de RB, et l’Alpine de Pierre Gasly, qui a écopé d’une pénalité de cinq secondes pour avoir enfreint les règles de sortie des stands.

#16, Charles Leclerc, Ferrari, P2. pht. Ferrari

La Kick Sauber a connu de nouveaux problèmes lors des arrêts aux stands pour terminer 14e et 15e avec Valtteri Bottas et Zhou Guanyu respectivement, tandis qu’Esteban Ocon a été le dernier à terminer dans l’autre Alpine après l’abandon précoce de Verstappen, la chute de Russell et un problème de moteur à la mi-course pour Lewis Hamilton.

Hamilton observait la course depuis le garage Mercedes lorsque son coéquipier Russell a été victime d’un accident. Ce dernier, dont la voiture s’est retrouvée sur le côté au milieu de la piste après que l’avant gauche se soit effondré, a rapidement indiqué à la radio qu’il allait « bien ».

Les pilotes étant au courant de l’état de santé de Russell, les célébrations ont commencé chez Ferrari, Sainz se réjouissant d’être passé d’un lit d’hôpital à la plus haute marche du podium en l’espace de deux semaines, en criant sa fameuse phrase « smooth operator » en direction du parc ferme.

CE QUI S’EST PASSÉ

Après une heure de qualification passionnante, qui a vu Verstappen surmonter une forte contestation de Sainz pour décrocher la pole position, les pilotes et les équipes sont retournés à Albert Park dimanche pour l’épreuve principale de 58 tours, le Grand Prix d’Australie, avec beaucoup plus d’impatience dans l’air.

Race Start. pht. Getty images

Contrairement aux deux premières manches, seules 19 des 20 voitures engagées dans le championnat allaient prendre le départ, suite à la décision de Williams de placer Alex Albon dans la voiture de Logan Sargeant après que le pilote thaïlandais et britannique ait détruit son propre châssis en FP1 et que l’équipe n’ait pas eu de châssis de rechange sous la main.

Perez a écopé d’une pénalité de trois places pour avoir gêné Hulkenberg en qualifications, ce qui l’a fait passer de la troisième à la sixième place, tandis que Zhou a été transféré de la 19e et dernière place à la voie des stands après que Kick Sauber a modifié sa voiture dans des conditions de parc fermé.

Lorsque le peloton s’est aligné pour le départ, Pirelli prévoyant deux arrêts, il a été révélé que la majorité des pilotes avaient opté pour des pneus médiums, tandis qu’Alonso et Hulkenberg avaient choisi des pneus durs et que Hamilton, Ricciardo et Zhou avaient opté pour des pneus tendres.

#4, Lando Norris, McLaren, P3

À l’extinction des feux, alors que la température de la piste était plus élevée que durant tout le week-end, Verstappen, auteur de la pole position, a pris un bon départ pour conserver son avantage sur Sainz, Norris se plaçant en troisième position devant Leclerc, Piastri et Russell, qui a réussi à se glisser devant Perez.

Mais avec le DRS en jeu après seulement un tour, Sainz a utilisé l’aide au dépassement pour se rapprocher de Verstappen et rendre la foule folle de joie avec une manœuvre dans la descente entre les virages 9 et 10 – profitant d’un moment « vraiment bizarre » pour le champion du monde en titre plus tôt dans le tour.

« La voiture est lâche », a ajouté Verstappen avec un juron au tour suivant, avant que les caméras ne captent une énorme quantité de fumée provenant de l’arrière droit de sa Red Bull. « J’ai de la fumée, du feu, du feu, du frein, mon frein », a indiqué le message radio suivant, paniqué.

Les pires craintes de Red Bull ont été confirmées lorsque Verstappen a ralenti, dégringolé dans le classement et est rentré aux stands pour abandonner sa voiture, le moyeu de la roue arrière droite étant visiblement endommagé et les mécaniciens la rentrant au garage pour une inspection plus approfondie.

#81, Oscar Piastri, McLaren, P4. pht. LAT images

En tête, Sainz avait maintenant une occasion en or de convertir son avance en la première victoire non Red Bull de 2024, avec Norris en deuxième position devant Leclerc, Piastri, Russell et Perez, tandis que Stroll, Tsunoda, Hamilton et Alonso complétaient les dernières positions qui rapportent des points.

Alors que le nombre de tours n’a pas encore atteint les deux chiffres, les pilotes Hamilton, Ricciardo et Zhou, qui roulent en pneus tendres, sont tous passés aux stands pour chausser des pneus durs, tandis que Russell est le premier des pilotes de tête à abandonner les pneus médiums pour les pneus durs et que Bottas subit un nouvel arrêt au stand très lent en raison de problèmes d’écrous de roue.

Sainz s’était forgé une solide avance de trois secondes au 10e tour, lorsque Leclerc et Piastri sont passés au stand pour changer de pneus durs, alors que les images ont montré Hamilton en train de vivre un autre moment, lorsqu’il est sorti large du virage 1 et a fait un tour dans l’herbe avant de récupérer sa voiture et de continuer sa route.

#11, Sergio Perez, Red Bull, P5. pht. Getty images

« Le message adressé à Sainz depuis le muret des stands Ferrari était le suivant : l’Espagnol a prolongé son premier relais, Norris lui a emboîté le pas et les prévisions suggéraient que Leclerc et Piastri étaient prêts à dépasser le Britannique.

Perez, Alonso, Hulkenberg et Gasly étaient les quatre autres pilotes à ne pas être passés au stand au bout de 15 tours, le seul pilote Red Bull restant ayant exprimé ses craintes quant à la dégradation des pneus à la radio, alors que les températures de l’air et de la piste sont plus élevées.

À la fin du 15e tour, Norris et Perez ont tous deux décidé que c’en était assez en passant des pneus moyens aux pneus durs, le premier revenant en cinquième position, après avoir perdu des places au profit de Leclerc et Piastri, et Perez rejoignant la 10e position, juste devant Hamilton.

#18, Lance Stroll, Aston Martin, P6

Sainz a finalement quitté la tête de la course au 16e tour, passant aux pneus durs et revenant en piste quelques secondes derrière Alonso, juste au moment où Hamilton a signalé une panne de moteur et s’est arrêté sur le bord de la piste, provoquant la sortie d’une voiture de sécurité virtuelle.

Cela a joué en faveur d’Alonso, qui a réussi à gagner environ 10 secondes avec un arrêt « bon marché », ce qui signifie qu’il est revenu en cinquième position sur les mediums, alors que Hulkenberg et Gasly ont également effectué leurs premiers changements de pneus – les images montrent que le coéquipier de ce dernier, Ocon, a perdu du temps à l’extérieur du garage Alpine après qu’un morceau de visière s’est coincé dans un conduit de frein.

La voiture d’Hamilton ayant été retirée en toute sécurité et la piste dégagée, le VSC a été remplacé par le drapeau vert une fois de plus, laissant Sainz poursuivre sa course face à son coéquipier Leclerc, Piastri, Norris et Alonso, tandis que Russell subissait la pression de Perez.

« Cette voiture est comme une fusée », se lamente Russell à la radio, lorsqu’elle passe, laissant la seule Mercedes en action à la septième place, devant Stroll, Tsunoda et Albon, qui est maintenant en lice pour marquer un point après avoir repris la voiture de son coéquipier Sargeant.

#22, Yuki Tsunoda, VRB, P7. pht. Getty images

Plus loin derrière, Haas a demandé à ses pilotes de jouer à nouveau le jeu de l’équipe, avec Hulkenberg qui a reçu l’autorisation de dépasser son coéquipier Magnussen pour la 11ème position – l’Allemand cherchant à imiter sa course aux points en Arabie Saoudite la dernière fois.

Ricciardo s’est hissé à la 13e place après son départ en fond de grille. Gasly a séparé les Kick Sauber de Zhou et Bottas après son long premier relais, tandis qu’Ocon s’est retrouvé en queue de peloton en raison de ses problèmes aux stands – Hamilton et Verstappen regardent maintenant depuis la ligne des stands.

À la mi-course, McLaren a demandé à Piastri de céder sa place à son coéquipier Norris en raison de leurs stratégies divergentes, tandis que Perez poursuivait son ascension en devançant Alonso pour prendre la cinquième position dans la course entre les virages 8 et 9.

#18, Fernando Alonso, Aston Martin, P8 (après pénalité de 20 scd.) pht. LAT images

Alors que Norris se rapproche de Leclerc et commence à lui mettre la pression, le Monégasque signale que ses pneus sont « partis » et il passe aux stands pour des gommes dures au 35e tour, revenant en quatrième position, juste devant Perez et Alonso.

Perez a été le prochain à s’arrêter au tour suivant, ce qui l’a relégué dans les derniers rangs, avec Zhou qui a dû s’arrêter au même moment et l’équipe Kick Sauber de s’arrêter encore une fois lentement – son coéquipier Bottas a au moins réussi à changer de pneus sans problème.

Hulkenberg a rejoint la piste après un autre arrêt, légèrement devant Albon, qui a exprimé sa frustration à la radio face à la conduite défensive robuste du pilote Haas, et Piastri a trébuché sur l’herbe dans l’avant-dernier virage.

#27, Niko Hulkenberg, Haas, P9. pht. EDGE photo

Piastri a effectué son deuxième arrêt peu après ce moment, ce qui l’a placé en cinquième position devant Russell. Norris est entré en piste un tour plus tard et a terminé quatrième, entre Leclerc et Alonso, et le leader Sainz a utilisé un dernier train de pneus frais un tour plus tard.

Piastri a fait bon usage de ses nouvelles gommes en dépassant Alonso – qui était sur le point de faire son dernier arrêt – pour la quatrième place à la sortie du virage 11, après quoi il s’est assis à quelque neuf secondes de son coéquipier Norris, Tsunoda répétant l’exploit sur Gasly pour la P9 quelques instants plus tard.

Lorsque les derniers arrêts ont été effectués, Sainz menait Leclerc d’environ cinq secondes, Norris quatre secondes plus loin en troisième position, Piastri maintenant dans le no man’s land, Russell conservant la cinquième place devant Perez et Alonso, Stroll remontant à la huitième place et Tsunoda et Hulkenberg conservant les derniers points.

Russell s’est de nouveau arrêté à un peu plus de 10 tours de la fin, permettant à Perez et Alonso de reprendre l’avantage.

#20, Kevin Magnussen, Haas, P10. pht. LAT images

Avec des pneus plus frais, Russell s’est rapproché rapidement d’Alonso et l’a attaqué pour la sixième place, avant d’en faire trop dans le dernier tour et de glisser hors de la piste au virage 6 – sa voiture lourdement endommagée s’est arrêtée sur le côté sur la ligne de course et a provoqué un autre VSC.

De retour en tête, Sainz a franchi la ligne d’arrivée avec un peu moins de deux secondes et demie d’avance sur Leclerc pour un résultat Ferrari capital, alors que Norris s’est assuré la dernière place sur le podium, devançant confortablement Piastri, Perez et Alonso.

Piastri a fait bon usage de ses nouvelles gommes en dépassant Alonso – qui était sur le point de faire son dernier arrêt – pour la quatrième place à la sortie du virage 11, après quoi il s’est assis à quelque neuf secondes de son coéquipier Norris, Tsunoda répétant l’exploit sur Gasly pour la P9 quelques instants plus tard.

Lorsque les derniers arrêts ont été effectués, Sainz menait Leclerc d’environ cinq secondes, Norris quatre secondes plus loin en troisième position, Piastri maintenant dans le no man’s land, Russell conservant la cinquième place devant Perez et Alonso, Stroll remontant à la huitième place et Tsunoda et Hulkenberg conservant les derniers points.

Stroll, Tsunoda, Hulkenberg et Magnussen ont tous profité de l’accident de Russell en fin de course, permettant à VRB de marquer ses premiers points de la saison et à Haas de compléter son palmarès, alors qu’Albon a manqué de peu la 11e place après avoir sauté dans le cockpit de Sargeant.

Alors qu’il a effectué une remontée régulière depuis le fond de la grille, Ricciardo a dû se contenter de la 12e place pour le 10e Grand Prix d’Australie de sa carrière, et Gasly de la 13e après avoir écopé d’une pénalité de cinq secondes pour avoir franchi la ligne à la sortie des stands.

Après les évènements de Bahreïn et d’Arabie Saoudite, Kick Sauber a connu de nouveaux problèmes lors des arrêts aux stands, Bottas et Zhou terminant respectivement 14e et 15e. Le Finlandais a également été convoqué par les commissaires pour une infraction présumée au Code sportif international dans la voie des stands.

Ocon a été le dernier à terminer en 16e position, Verstappen et Hamilton étant mis à l’écart par leurs incidents précédents et Russell étant pris en charge par la voiture médicale après sa rencontre avec le mur dans le dernier tour.

Dernière minute :

Fernando Alonso s’est vu infliger une pénalité de 20 secondes à l’issue du Grand Prix d’Australie, les commissaires ayant estimé que sa conduite avant la sortie de route de George Russell était « potentiellement dangereuse ».

Le pilote Mercedes Russell avait chassé Alonso avec des pneus plus frais en fin de course et s’est approché de l’arrière de son rival Aston Martin relativement lent dans le complexe du virage 6/7 dans le dernier tour, perdant ensuite le contrôle et s’écrasant contre les barrières.

Classement course ici

Meilleurs tours ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Podium. pht. Zak Mauger

Citation clé :

« C’était une très bonne course, je me sentais vraiment bien », a déclaré Carlos Sainz. « Bien sûr, [je suis] un peu raide, surtout physiquement, ce n’était pas le plus facile, mais j’ai eu la chance d’être plus ou moins seul et j’ai pu gérer mon rythme, gérer les pneus, gérer tout. Ce n’était pas la course la plus difficile, mais oui, je suis très heureux et très fier de l’équipe.

« Je suis heureux de faire un doublé avec Charles. Cela montre que le travail acharné porte ses fruits. La vie est parfois folle, ce qui s’est passé au début de l’année, puis le podium à Bahreïn, puis l’appendicite, le retour, la victoire… ce sont des montagnes russes, mais j’ai adoré ça et je suis extrêmement heureux. »

La suite :

La prochaine étape du calendrier de la F1 2024 sera le Grand Prix du Japon, avec le paddock qui se rendra sur le circuit de Suzuka du 5 au 7 avril.

Communiqué La F1