Ricciardo s’impose au GP d’Italie, doublé McLaren après la collision de Verstappen et Hamilton.

Posted by

Un accident spectaculaire entre les protagonistes du titre Lewis Hamilton et Max Verstappen qui a retiré les deux pilotes de la course a permis à Daniel Ricciardo de remporter une victoire sensationnelle dans le Grand Prix d’Italie, donnant à McLaren sa première victoire en course depuis le Grand Prix du Brésil 2012 et également un doublé, alors qu’il menait son coéquipier Lando Norris, Valtteri Bottas prenant la troisième place, dans une course palpitante à Monza.

Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M, P1 leads Lando Norris, McLaren MCL35M, P2.

Hamilton sortait des stands au 26e tour sur 53 lorsqu’il est arrivé aux côtés de Verstappen, les deux hommes traversant côte à côte la Variante del Rettifilo, et ensuite entrant en contact, Verstappen volant dans les airs et s’immobilisant sur la Mercedes. Les deux pilotes sont indemnes, mais hors course, les commissaires sportifs étant prêts à enquêter après le Grand Prix. Les deux pilotes ont été convoqués par les commissaires de course après le Grand Prix. Verstappen a été jugé « principalement responsable » de l’accrochage et écope d’une pénalité de trois places sur la prochaine grille de départ. Cette sanction s’appliquera lors du Grand Prix de Russie le 26 septembre. Au championnat, Verstappen devance Hamilton pour 5 points.

Le tournant du GP s’est produit avec l’accrochage de Verstappen et Hamilton. Pht. LAT Images

 

Sur cette image on voit que Verstappen a une longueur d’avance. Pht. Rudy Carezzevoli/Getty Images

Ricciardo était cependant un vainqueur méritant, ayant dépassé Verstappen pour la tête au départ de la course depuis la P2 sur la grille, avant que l’affrontement entre Verstappen et Hamilton ne lui ouvre une voie royale pour contrôler la course et remporter une huitième victoire en carrière. Lando Norris a obtenu son meilleur résultat en course avec P2, après avoir été invité à rester derrière son coéquipier dans les derniers instants du Grand Prix.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P2

Après avoir commencé P19, Bottas a pris la troisième place, terminant quatrième sur la route derrière Sergio Perez de Red Bull, avant que Perez n’ait une pénalité de cinq secondes ajoutée à son temps pour avoir dépassé Charles Leclerc de Ferrari hors de la piste.

Valtteri Bottas, P3. Pht. LAT Images

Perez finirait par se classer cinquième derrière Leclerc, tandis que Carlos Sainz a terminé sixième lors de sa toute première sortie pour Ferrari à Monza. Lance Stroll était septième pour Aston Martin, mais sous enquête pour une infraction au drapeau jaune, Fernando Alonso d’Alpine huitième, devant la Williams de George Russell en neuvième position alors que le deuxième Alpine d’Esteban Ocon complétait le top 10.

Un grand moment pour Ricciardo, Norris et McLaren, Ricciardo marquant également un point pour le tour le plus rapide dans le tour final. Mais les ramifications du crash de Hamilton et Verstappen seront certainement un sujet de discussion majeur ce soir.

COMME CELA S’EST PASSÉ

Avec un choix de pneus libre pour tous les pilotes sur la grille, tout le monde dans le top 10 a choisi de commencer sur des pneus médium sauf Lewis Hamilton, qui malgré deux nouveaux jeux de softs dans son casier, a choisi de commencer sur les durs.

Charles Leclerc, P4. Pht. Scuderia Ferrari

Verstappen a démaré proprement de la pole, mais pas aussi bien que Ricciardo, qui a réussi à prendre la tête de la course avant la première chicane, la première fois que l’Australien menait une course depuis le Grand Prix d’Abou Dhabi 2018.

Sergio Perez of Mexico driving the (11) Red Bull Racing RB16B Honda, P5.. Pht. Rudy Carezzevoli/Getty Images

Hamilton, quant à lui, avait sauté Norris dans la deuxième McLaren au départ pour occuper la troisième place et a dûment attaqué son rival au titre, Verstappen, dans la deuxième chicane. Verstappen a cependant maintenu sa ligne, Hamilton, comme s’est devenu une habitude chez lui, a accusé Verstappen de l’avoir poussé, alors que Norris repassait pour rétrograder Hamilton à la quatrième place, les stewards n’ayant pas daigné enquêter sur l’incident. Ils auront plus de travail plus tard, cependant…

Carlos Sainz, P6. Pht. Scuderia Ferrari

Derrière, après avoir tenté en vain de dépasser Charles Leclerc par l’extérieur à la première chicane, Antonio Giovinazzi a ensuite traversé la seconde , revenant follement sur la bonne voie et serrant Carlos Sainz, qui a mis l’Italien en tête à queue, coûtant à Giovinazzi un aileron avant le forçant a rentrer au stand, la course fut brièvement neutralisée par une voiture de sécurité virtuelle, les commissaires sportifs infligeant à Giovinazzi une pénalité de 5 secondes.

Au 10e tour, Ricciardo maintenait magnifiquement son avance d’environ une seconde sur Verstappen, qui se plaignait qu’il était difficile de se rapprocher de son ancien coéquipier Red Bull. Norris, troisième, tenait Hamilton à distance comme il l’avait fait lors du Sprint de samedi, avec le reste du top 10 : Leclerc en P5 puis Perez, Sainz, Lance Stroll qui s’était frictionné à son coéquipier d’ Aston Martin Sebastian Vettel au premier tour , coûtant ainsi trois places à l’Allemand, Fernando Alonso et Nicholas Latifi au départ réussi complétant le top 10.

Fernando Alonso, P8.

Affichant un bon rythme dès le début, Valtteri Bottas était jusqu’à 11e depuis son départ P19 (et dans les points après avoir dépassé Latifi au 13e tour) alors que les deux AlphaTauri étaient hors course, Yuki Tsunoda n’ayant pas pris le départ après problème de frein, tandis que le vainqueur de Monza 2020, Gasly, a été retiré au 3e tour, mettant ainsi fin au record de 100 % de points de l’équipe italienne en 2021.

À ce stade de la course, les ambitions de course de Verstappen et de Hamilton étaient frustrées par les McLaren devant eux, le mur des stands Red Bull sentant que Verstappen pourrait faire un tour plus rapide s’il pouvait dépasser Ricciardo, tandis que Verstappen était retenu par Riciardo, Hamilton de même par Norris.

Vettel avait été dans les batailles au début de la course, ses difficultés se sont poursuivies au 15e tour alors qu’Esteban Ocon a pressé l’Allemand dans la Variante della Roggia, Ocon a écopé d’une pénalité de 5 secondes pour cette action.

Le leader Ricciardo a chaussé au tour 22 des pneus durs, libérant Verstappen, qui un tour auparavant avait raté le virage 1 en essayant de surprendre l’Australien. « Gardez la pression », a-t-on dit à Verstappen, le Néerlandais rétorquant succinctement : « Mais mes pneus sont foutus ! »

Dans les minutes suivantes, les espoirs de course de Verstappen ont subi un double coup, avant un dernier coup de grâce dramatique . Tout d’abord, alors qu’il rentrait dans les stands un tour après Ricciardo pour son arrêt, il a été retenu pendant 11’’1 secondes par une roue avant droite récalcitrant. Presque simultanément, Norris a finalement été dépassé par Hamilton.

George Russell (GBR) Williams Racing FW43B, P9.

Hamilton s’est ensuite arrêté au 24e tour, un arrêt de 4,2 secondes signifiant qu’il est sorti des stands au coude à coude avec Verstappen. Puis est venu l’incident qui a fait exploser la course.

Alors que la paire se dirigeait vers la Variante del Rettifilo, Verstappen et Hamilton étaient côte à côte. Avec un sentiment d’inévitabilité, ils sont entrés en contact, avec la RB16B de Verstappen lancé dans les airs, claquant sur le halo de Hamilton avant qu’il ne s’immobilise sur le cône de nez de Mercedes. Les commissaires sportifs ont choisi d’enquêter sur l’incident après la course, mais quel que soit le résultat, ce fut un autre chapitre enflammé de la lutte entre ces deux-là, et qui a laissé bouche bée la foule de Monza.

Esteban Ocon, P10.

Alors que les deux principaux acteurs du titre se disputaient, tous les regards se sont tournés vers la McLaren de Ricciardo, qui a mené la course, qui était désormais neutralisée par une voiture de sécurité, Charles Leclerc ayant sauté en P2 après être passé sous la voiture de sécurité, Norris troisième, devant Perez, Sainz et Bottas en P6.

Ricciardo a réussi le redémarrage au 31e tour sur 53 pour conserver son avance, alors que Norris attaquait Leclerc et prenait brillamment la P2 dans la deuxième chicane. Bottas, quant à lui, volait, voyant rapidement Sainz et Leclerc. Perez avait dépassé Leclerc en franchissant la deuxième chicane pour remporter la troisième place, le Mexicain n’a cependant pas rendu la place et s’est mérité une pénalité de 5 secondes.

Avec 10 tours à faire, l’ordre était Ricciardo, Norris à qui McLaren avait dit de ne pas attaquer son coéquipier pour la tête et de compromettre les chances de McLaren de réaliser un doublé historique et Perez troisième, puis Bottas, Leclerc, Sainz, Stoll, Alonso, Russell et Ocon, Bottas ayant essayé et échoué à dépasser Perez pour la troisième place au tour 43.

En fin de compte, cependant, alors que le rythme de Bottas se stabilisait et que les tours défilaient, Ricciardo a couvert le 53e tour avec le recod du meilleur tour pour le plus grand plaisir de tous chez McLaren, les voitures orange papaye ont balayé la ligne pour le premier doublé de l’équipe. La dernière victoire remonte à Interlagos 2012 et c’est aussi la victoire de Ricciardo depuis le Grand Prix de Monaco 2018, et la première en F1 en tant que non-pilote Red Bull.

Norris avait tenté de tromper Ricciardo à certains moments de la course, faisant entendre à la radio de l’équipe que l’Australien devait accélérer son rythme. Le mérite, cependant, était dû à Norris, qui a respecté les souhaits de McLaren de conserver le poste et de prendre la P2.

Perez terminerait P3 mais est tombé à la cinquième place après sa pénalité, permettant à Bottas de monter sur le podium après son départ P19, alors que Leclerc a été promu quatrième. La suite du top 10 était occupée par Sainz, Stroll, Alonso, Russell, marquant son troisième pointage en quatre courses et Ocon en 10e.

Nicholas Latifi a pris la 11e place dans la deuxième Williams, devant Vettel en 12e position. Antonio Giovinazzi n’a pu remonter que 13e après son problème du 1er tour, la voiture sœur d’Alfa Romeo de Robert Kubica 14e devant Mick Schumacher, la deuxième Haas de Nikita Mazepin ayant abandonné.

Daniel Ricciardo, McLaren, 1st position, Lando Norris, McLaren, 2nd position, and Zak Brown, CEO, McLaren Racing, celebrate on the podium with shoeys

Ainsi, 12 mois après la victoire sensationnelle de Pierre Gasly, Monza a livré un autre suspens, alors que Ricciardo a remporté une victoire étonnante, scellée, bien sûr, avec sa traditionnelle célébration de chaussures sur la tribune emblématique et théâtrale de Monza. Mais attendez-vous à ce que les grondements d’un autre affrontement entre Hamilton et Verstappen se répercutent dans les semaines à venir.

Daniel Ricciardo, McLaren, 1st position. Pht. Steven Tee/LAT Images

Classement course ici

Les meilleurs tours ici

Les pits stops ici

La citation clé

« Cela n’a jamais été une garantie que nous mènerions toute la course, mais j’ai réussi à tenir bon dès le premier relais. Je ne pense pas que nous ayons eu une méga vitesse, mais c’était suffisant pour garder, évidemment, Max derrière.

« Pour diriger littéralement du début à la fin, je pense qu’aucun d’entre nous ne s’y attendait. Je ne sais pas qu’il y avait quelque chose en moi vendredi, je savais que quelque chose de bien était à venir, alors disons simplement cela »Daniel Ricciardo, McLaren

Et après ?

Le triple header terminé, les pilotes et les équipes doivent maintenant attendre deux semaines avant d’être de retour sur la piste de Sotchi pour le Grand Prix de Russie 2021 du 24 au 26 septembre. Le circuit a traditionnellement été un bastion Mercedes, aucune autre équipe n’y ayant jamais gagné en sept tentatives. Mais Red Bull, ou quelqu’un d’autre, peut-il changer cela en 2021 ?

Communiqué – F1

Analyse par Pirelli

Le pilote McLaren Daniel Ricciardo a remporté un Grand Prix d’Italie spectaculaire devant son coéquipier Lando Norris, dans une course caractérisée par une collision entre les prétendants au titre Max Verstappen (Red Bull) et Lewis Hamilton (Mercedes) au tour 26, qui a fait ressortir un longue voiture de sécurité.

Les deux McLaren ont utilisé la même stratégie P Zero Yellow medium C3 à P Zero White hard C2, en ne s’arrêtant qu’une seule fois. C’était la stratégie la plus populaire utilisée pendant la course.

Le pilote le mieux placé pour utiliser une stratégie alternative était le pilote Mercedes Valtteri Bottas, qui est parti de l’arrière suite à un changement de moteur (malgré la pole position lors des qualifications de vendredi) et a effectué un premier relais sur le pneu dur avant de passer au moyen plus rapide au fin de course. En tant que seul pilote dans le top 10 à utiliser le pneu médium dans les dernières étapes de la course, il a réussi à faire compter l’avantage de la vitesse, terminant finalement troisième. Hamilton était sur une stratégie similaire, avant sa retraite.

Le format des qualifications pour le sprint en Italie signifiait que tous les pilotes avaient le libre choix de leurs pneus au départ de la course. Tous les pilotes ont choisi la C3 moyenne, à l’exception de Mercedes, Robert Kubica d’Alfa Romeo et Pierre Gasly d’AlphaTauri, qui a décidé de partir sur la C2 dure.

Le temps a été chaud tout au long des 53 tours du Grand Prix d’Italie, avec des températures ambiantes d’environ 30 degrés centigrades et des températures de piste supérieures à 40 degrés, pratiquement jusqu’à la fin de la course.

COMMENT CHAQUE PNEU PERFORME

HARD C2 : Ce composé était un ingrédient clé de la course, la grande majorité des pilotes l’utilisant pour le dernier relais. Une exception notable a été Bottas, qui l’a utilisé au début de la course pour finalement grimper à la troisième place à l’arrivée. Les températures chaudes d’aujourd’hui ont contribué à favoriser ce composé, qui a permis aux pilotes de pousser au maximum sans presque aucune dégradation. Ricciardo a également remporté le point supplémentaire au championnat pour le tour le plus rapide sur ce composé, lors du dernier tour.

MEDIUM C3 : Un autre pneu indispensable à la course, utilisé surtout dans le premier relais. Ce composé a montré un très bon équilibre entre dégradation et performance.

SOFT C4 : Le seul pilote à avoir utilisé ce composé pendant la course était le pilote Haas Nikita Mazepin, qui a effectué trois arrêts aux stands. Les conditions étaient généralement trop chaudes pour tirer le meilleur parti de ce pneu.

Analyse des meilleurs tours

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE DE PIRELLI :

« Les deux pilotes McLaren ont utilisé la même stratégie moyenne à dure qui a été adoptée par la majorité du peloton, mais Valtteri Bottas et Mercedes ont également montré ce qui était possible avec la stratégie opposée. La performance du pneu dur ici a été soulignée par le fait que Daniel Ricciardo a signé le meilleur tour dans le dernier tour, ayant parfaitement géré la course depuis le redémarrage. Le temps chaud d’aujourd’hui a certainement favorisé les composés durs et moyens, qui ont tous deux montré une dégradation minime, alors qu’à l’opposé du spectre, c’était un peu trop chaud pour que le doux montre son avantage de vitesse.

Esteban Ocon :

C’était une course animée aujourd’hui. Même si c’est toujours bien de prendre un point, je pense que nous avons joué de malchance et que nous aurions pu en marquer plus. J’ai réalisé un bon départ en gagnant quelques places, puis j’ai dû en redonner une à Nicholas [Latifi]. Cela nous a fait perdre du temps. Ensuite, j’ai bataillé avec Sebastian [Vettel] et nous nous sommes touchés au quatrième virage. Il n’y avait aucun dégât, mais nous avons reçu une pénalité de cinq secondes pour la manœuvre. Le timing de la voiture de sécurité nous a permis de la purger aux stands, mais cela nous a vraiment coûté cher comme nous aurions pu en tirer un bel avantage. Je ne suis pas d’accord avec les décisions sur les deux incidents, mais c’est parfois comme cela que ça se passe. Ce point ne reflète pas le travail de l’équipe ce week-end, car nous avions le potentiel pour en marquer davantage.

Fernando Alonso :

Je crois que nous avons maximisé notre potentiel étant donné que nous semblions moins compétitifs ce week-end et que nous nous sommes qualifiés treizième et quatorzième vendredi. J’ai connu une course assez solitaire, mais les deux voitures ont terminé dans les points et c’est donc un bon résultat pour l’équipe. Je pense que cela montre que nous avons réalisé une bonne course avec une bonne stratégie et de bons arrêts aux stands. Monza est désormais derrière nous et j’espère que nous pourrons retrouver notre compétitivité pour la prochaine course afin de nous battre pour plus de points au championnat.

Marcin Budkowski, directeur exécutif Alpine F1 Team :

C’était une course mouvementée et c’est bien que nous ayons pu nous en sortir indemnes avec les deux voitures une fois de plus dans les points. Compte tenu de notre position de départ, ce n’est pas une mauvaise journée, d’autant plus que nos plus proches adversaires au championnat repartent bredouilles. Nous consolidons notre cinquième place sur un tracé peu favorable à notre monoplace. Nous adressons nos félicitations à Daniel pour sa victoire. Il est le deuxième pilote australien à s’imposer aujourd’hui après le succès du pilote de l’Alpine Academy Oscar Piastri dans la course principale de Formule 2 ce matin ! Après trois Grands Prix en autant de semaines, l’équipe va désormais profiter d’une pause bien méritée avant de poursuivre la saison à Sotchi, un circuit qui devrait nous permettre d’être plus compétitifs et de nous battre pour de plus gros points.

MAX VERSTAPPEN :

Pht. Bryn Lennon/Getty Images

 

« Nous courions pour la position aujourd’hui, mais vous avez besoin de deux personnes pour travailler ensemble pour prendre le virage et Lewis a continué à serrer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de place pour deux voitures et c’est à ce moment-là que nous avons chuté. Quand il est sorti des stands, il a commencé à me serrer dans le virage 1 et j’ai donc dû utiliser la partie verte de la piste. C’était très serré mais il y avait de la place pour que je fasse le tour par l’extérieur et puis j’ai été poussé sur le trottoir de la saucisse orange. J’étais là pour essayer de courir dur mais juste. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec la pénalité car je pense qu’il s’agit d’un incident de course. C’est très malheureux ce qui s’est passé aujourd’hui, mais nous sommes tous les deux des professionnels et nous allons donc passer à autre chose.

CHRISTIAN HORNER, Team Principal Red Bull :

Pht. Dan Mullan/Getty Images

« Nous sommes déçus de la pénalité de trois places sur la grille, mais nous acceptons la décision des commissaires sportifs. Nous avons senti que ce qui s’était passé entre Max et Lewis était un véritable incident de course. Vous pouvez argumenter pour les deux côtés, mais en fin de compte, c’est frustrant et décevant de voir les deux voitures hors de la course dans ce qui s’avère être un championnat passionnant. L’essentiel aujourd’hui est que le halo a finalement fait son travail et ce n’est certainement pas la façon dont nous comptions terminer la course. Avec Checo, il a été désespérément malchanceux et nous avons pensé que c’était très marginal étant donné qu’il n’y avait aucune instruction du bureau de course pour rendre la position. Nous devions décider de continuer ou non la course, alors nous avons baissé la tête et Checo a reçu la pénalité.

English Information

Ricciardo leads stunning McLaren 1-2 after Verstappen and Hamilton collide at Monza

A dramatic crash between title protagonists Lewis Hamilton and Max Verstappen that took both drivers out of the race cleared the way for Daniel Ricciardo to claim a sensational victory in the Italian Grand Prix, giving McLaren their first race win since the 2012 Brazilian Grand Prix – and a one-two to boot, as he led home team mate Lando Norris, with Valtteri Bottas taking third, in a thrilling race at Monza.

Hamilton was exiting the pits on Lap 26 of 53 when he arrived alongside Verstappen, the pair going side by side through the Variante del Rettifilo, but making contact, with Verstappen flying through the air and coming to rest on top of the Mercedes. Both drivers were unhurt, but out of the race, with the stewards set to investigate after the Grand Prix.

Ricciardo was a deserving winner, however, having passed Verstappen for the lead at the race start from P2 on the grid, before Verstappen and Hamilton’s clash cleared the way for him to control the race to sweep home to an eighth career victory. Lando Norris secured his best ever race finish with P2, having been told to hold station behind his team mate in the final moments of the Grand Prix.

Having started P19, Bottas claimed third, finishing fourth on the road behind Red Bull’s Sergio Perez, before Perez had a five-second penalty added to his time for passing Ferrari’s Charles Leclerc off the track.

Perez would eventually be classified fifth behind Leclerc, while Carlos Sainz took sixth on his first ever outing for Ferrari at Monza. Lance Stroll was seventh for Aston Martin – but under investigation for a yellow flag infraction – with Alpine’s Fernando Alonso eighth, ahead of the Williams of George Russell in ninth as the second Alpine of Esteban Ocon completed the top 10.

So, a huge moment for Ricciardo, Norris and McLaren – with Ricciardo also claiming a point for fastest lap on the final tour. But the ramifications of Hamilton and Verstappen’s crash are sure to be a major talking point this evening.

AS IT HAPPENED

With a free tyre choice for all drivers on the grid, everyone in the top 10 opted to start on medium tyres bar Lewis Hamilton – who despite having two new sets of softs in his locker, chose to start on the hards from P4, behind Verstappen and the two McLarens of Ricciardo and Norris.

Verstappen got away cleanly from pole, but not as well as Ricciardo, who aced the getaway to claim the race lead going into the first chicane – the first time the Australian had led a race since the 2018 Abu Dhabi Grand Prix.

Hamilton, meanwhile, had jumped Norris in the second McLaren at the start to hold third and duly attacked his second-placed title rival Verstappen into the second chicane. Verstappen held his line, though, with Hamilton taking to the run-off and accusing Verstappen of pushing him off, as Norris slipped back past to demote Hamilton down to fourth – the stewards not deigning to investigate the incident. They’d have something to investigate later, however…

Behind, having unsuccessfully tried to pass Charles Leclerc around the outside at the first chicane, Antonio Giovinazzi then ran across the second, coming wildly back on track and squeezing Carlos Sainz, who tagged the Italian into half spin, costing Giovinazzi a nose cone and forcing him to pit – the race briefly neutralised by a Virtual Safety Car, with the stewards handing Giovinazzi a 5s penalty.

By Lap 10, Ricciardo was maintaining his lead of around one second beautifully from Verstappen, who complained that it was hard to get close to his former Red Bull team mate. Norris in third was holding Hamilton at bay as he had done in Saturday’s Sprint, with the rest of the top 10: Leclerc in P5 then Perez, Sainz, Lance Stroll – who’d tangled with Aston Martin team mate Sebastian Vettel on the first lap, costing the German three places – with Fernando Alonso and the fast-starting Nicholas Latifi rounding out the top 10.

Showing great pace early on, meanwhile, Valtteri Bottas was up to 11th from his P19 start (and into the points after passing Latifi on Lap 13) – while both AlphaTauris were out of the race, Yuki Tsunoda failing to take the start after a brake issue, while 2020 Monza winner Gasly was retired on Lap 3, ending the Italian team’s 100% points record in 2021.

At this stage of the race, both Verstappen and Hamilton’s race ambitions were being frustrated by the pesky McLarens ahead of them, the Red Bull pit wall feeling Verstappen could lap 1s quicker if he could pass Ricciardo – while Verstappen being held up was at least a saving grace for Hamilton, who despite several close dices with Norris couldn’t make his way past either.

Vettel had been in the wars in the early part of the race – and his hardship continued on Lap 15 as Esteban Ocon squeezed the German into the Variante della Roggia, Ocon earning a 5s penalty for his troubles.

Leader Ricciardo was pitted on Lap 22 for hards, releasing Verstappen – who a lap before had run wide at Turn 1 trying a lunge on the Australian. “Keep the pressure on,” Verstappen was told, with the Dutchman retorting succinctly: “But my tyres are f****d!”

In the next minutes, Verstappen’s race hopes suffered a double blow, before a final, dramatic coup de grace. First, as he pulled into the pits a lap after Ricciardo for his stop, he was held for 11.1s by a slow right-front wheel. Almost simultaneously, Norris was finally passed by Hamilton, releasing the seven-time champion.

Hamilton then pitted on Lap 24, a 4.2s stop meaning he exited the pits neck and neck with Verstappen. Then came the incident that blew the race wide open.

As the pair headed into the Variante del Rettifilo, Verstappen and Hamilton were side by side. With a sense of inevitability, they made contact, with Verstappen’s RB16B launched into the air, slamming into Hamilton’s rollover hoop before it came to rest on top of the Mercedes’ nose cone. The stewards opted to investigate the incident after the race – but whatever the outcome, it was yet another fiery chapter in the fight between these two, and one that left the 50% capacity Monza crowd slack-jawed.

With the two main actors in the title fight out, all eyes turned to the McLaren of Ricciardo, who led the race that was now neutralised by a Safety Car – with Charles Leclerc having jumped to P2 after pitting under the Safety Car, with Norris third ahead of Perez, Sainz and Bottas in P6.

Ricciardo nailed the restart on Lap 31 of 53 to hold his lead, as Norris attacked Leclerc and brilliantly took P2 into the second chicane. Bottas, meanwhile, was flying, quickly seeing off Sainz and Leclerc. Perez had passed Leclerc by running over the second chicane run-off to claim P3 – the Mexican not giving the place back, however, and earning himself a 5s race penalty.

With 10 laps to go, the order was Ricciardo from Norris – who’d been told by McLaren not to attack his team mate for the lead and compromise McLaren’s chance of taking a historic one-two – with Perez third, then Bottas, Leclerc, Sainz, Stoll, Alonso, Russell and Ocon – Bottas having tried and failed to pass Perez for third on Lap 43.

Ultimately, though, as Bottas’ pace levelled off and the laps counted down, Ricciardo had this one covered, and at the end of Lap 53, to the delight of all at McLaren, the papaya orange cars swept across the line for the team’s first victory since Interlagos 2012 – and Ricciardo’s first since the 2018 Monaco Grand Prix, and first in F1 as a non-Red Bull driver.

Norris had attempted to chivvy Ricciardo along at points in the race, being vocal on team radio about the Australian needing to pick his pace up. Credit, though, was due to Norris, who respected McLaren’s wishes to hold station and take P2.

Perez would finish P3 but fell to fifth after his penalty, allowing Bottas onto the podium after his P19 start, as Leclerc was promoted to fourth. Six to 10 was occupied by Sainz, Stroll, Alonso, Russell – scoring his third points finish in four races – and Ocon in 10th.

Nicholas Latifi took P11 in the second Williams, ahead of Vettel in 12th. Antonio Giovinazzi could only recover to 13th after his Lap 1 snafu, with the sister Alfa Romeo of Robert Kubica 14th ahead of Mick Schumacher – the second Haas of Nikita Mazepin having retired.

So, 12 months on from Pierre Gasly’s sensational win, Monza delivered another corker, as Ricciardo claimed an astonishing victory – sealed, of course, with his famous shoey celebration on Monza’s iconic, theatrical rostrum. But expect the rumblings from yet another clash between Hamilton and Verstappen to reverberate on for weeks to come.

The key quote

“It was never a guarantee we would lead the whole race, but I was able to hold firm out front the first stint. I don’t think we had like mega speed, but it was enough to keep, obviously, Max behind.

“To lead literally from start to finish, I don’t think any of us expected that. I don’t know there was something in me on Friday, I knew something good was to come, so let’s just say that” – Daniel Ricciardo, McLaren

What’s next ?

With the triple header done, the drivers and teams now have to wait two weeks till they’re back on track at the Sochi Autodrom for the 2021 Russian Grand Prix on September 24-26. The circuit has traditionally been a Mercedes stronghold, with no other team having ever won there in seven attempts. But can Red Bull, or anyone else, change that in 2021 ?